Puissant séisme dans le Golfe d’Alaska // Powerful earthquake in the Gulf of Alaska

12 heures: Un puissant séisme a été enregistré à 9h32 (TU) le 22 janvier 2018 dans le golfe d’Alaska, à 280 km au sud-est de Kodiak, avec une magnitude préliminaire de M 8,2, plus tard abaissée à M 7,9 par l’USGS. Sa profondeur était de 25 km.
Une alerte au tsunami a été émise pour les zones côtières de la Colombie-Britannique aux Aléoutiennes, ainsi que pour l’État d’Hawaï où l’alerte était en vigueur à 23h43. Le tsunami ne devrait pas frapper Homer (Alaska) avant 2h50 du matin. Il pourrait être destructeur sur les zones côtières, même loin de l’épicentre. Si les vagues atteignent Hawaii, les premières sont prévues le 23 janvier à 04h26. Des sirènes ont retenti à Kodiak et Homer (5 500 habitants), et des gens ont été évacués entre Sitka et Seward. Le séisme a réveillé les gens dans la région d’Anchorage et a été ressenti dans toute la partie centre-sud de l’Alaska.

12h15: Aux dernières nouvelles, selon le Tsunami Warning Center à Hawaii, la hauteur des vagues de tsunami ne devrait pas dépasser une trentaine de centimètres quand elles atteindront l’archipel hawaiien, ce qui est plutôt rassurant.

12h30: L’alerte tsunami vient d’être annulée pour Hawaii. Pas d’alerte non plus pour les autres régions autour de l’Océan Pacifique.

————————————-

12:00: A powerful earthquake occurred at 09:32 a.m. (UTC) on January 22nd 2018 in the Gulf of Alaska, 280 km SE of Kodiak, with a preliminary magnitude of M 8.2, later downgraded to M 7.9 by USGS. Its depth was 25 km.

A tsunami watch has been issued for coastal areas from British Columbia to the Aleutians, as well as for the State of Hawaii where the alert was effective at 11:43 p.m. The tsunami is not expected to hit Homer (Alaska) until 2:50 a.m. It could be destructive on coastal areas, even far from the epicentre. Should tsunami waves impact Hawaii, the estimated earliest arrival would be 04:26 a.m. on January 23rd.  Sirens were blasting in Kodiak and Homer (pop. 5,500), and people were evacuated from Sitka to Seward. The quake woke people up in Anchorage area and was felt around southcentral Alaska.

12:15: According to the Tsunami Warning Center in Hawaii, the height of the tsumami waves should not exceed 30 centimetres or so when they hit the archipelago. This is quite reassuring.

12:30: The tsunami alert has just been cancelled for Hawaii. No alert either for the other egions around the Pacific Ocean.

Estimation du temps de parcours des vagues de tsunami (Source: USGS)

Dernières nouvelles du Mayon (Philippines) // Latest news of Mayon Volcano (Philippines)

Il semble que la situation n’ait pas beaucoup évolué sur le Mayon au cours des dernières heures. Dans sa dernière mise à jour du 23 janvier 2018 à 8h, le PHILVOCS décrit les événements d’hier: A 12h43, une colonne de cendre de 5 km de haut a été générée par une éruption phréatomagmatique qui a duré 8 minutes si l’on se réfère aux données sismiques . L’événement a déclenché des coulées pyroclastiques qui se sont engouffrées dans plusieurs ravines sur moins de quatre kilomètres du sommet, tout en restant dans la zone de danger permanent (PDZ). Les panaches de cendre se sont dirigés vers l’ouest avec des retombées sur les municipalités de Guinobatan, Camalig, Oas, Polangui et Iriga. Entre 21h37 le 22 janvier et 5h25 le 23 janvier, cinq épisodes de fontaine de lave de trois à trente minutes ont été observés. Les fontaines de lave atteignaient 500 à 700 mètres de hauteur et produisaient des panaches de cendre qui atteignaient 3 kilomètres au-dessus du cratère.
Le niveau d’alerte est maintenu à 4, sur une échelle de 5. Il est fortement conseillé au public d’être vigilant et de s’abstenir d’entrer dans la zone de danger de 8 kilomètres de rayon.
Source: PHILVOCS.

——————————————

It seems the situation has not much changed on Mayon volcano during the last hours. In its latest update (January 23rd 2018 at 8 a.m.) PHILVOCS describes yesterday’s events: At 12:43 p.m., a dense, five-kilometre tall eruption column was generated by a short-lived phreatomagmatic eruption that lasted 8 minutes based on the seismic record. The event generated pyroclastic density currents on several gullies and barrancos within four kilometres of the summit vent, well within the Permanent Danger Zone (PDZ). Volcanic ash was blown west and fell on the Municipalities of Guinobatan, Camalig, Oas, Polangui and Iriga City.   Between 9:37 pm on January 22nd and 5:25 a.m. on Januaray 23rd, five episodes of intense but sporadic lava fountaining from the summit crater lasting three to thirty minutes occurred. The lava fountains reached 500 to 700 metres high and generated ash plumes that reached   3 kilometres above the crater.

The alert level is kept at 4, on a scale of 5 levels. The public is strongly advised to be vigilant and should refrain from entering the 8-kilometre-radius danger zone.

Source : PHILVOCS.

Crédit photo: Wjkipedia

Une éruption tue un skieur et blesse 11 personnes au Japon // A volcanic eruption kills a skier and injures 11 persons in Japan

Selon plusieurs articles de presse, le mont Kusatsu-Shirane à proximité de la ville de Kusatsu, dans la préfecture de Gunma, dans le centre du Japon, est entré en éruption le mardi 23 janvier 2018 vers 10h. Selon les autorités, le volcan a explosé sans prévenir et a provoqué une avalanche près de la station de ski. Au moins neuf personnes (14 selon certaines dépêches) ont été blessées. La plupart d’entre elles étaient sur les pistes de ski, tandis que d’autres étaient dans une télécabine dont les vitres ont été brisées par les projections volcaniques. L’éruption a arrosé une zone d’un kilomètre de large. Cinq personnes ont eu des fractures, mais aucun pronostic vital n’a été engagé.

L’armée japonaise a déclaré que six soldats qui faisaient partie d’un groupe d’une trentaine en stage de ski ont été surpris par une avalanche, mais ils ont tous été secourus. On ne sait pas si c’est l’éruption qui a déclenché l’avalanche.
L’Agence Météorologique Japonaise recommande de ne pas escalader la montagne
En septembre 2014, 63 personnes ont été tuées dans une éruption phréatique soudaine du Mont Ontake. Il est probable que la dernière éruption était du même type.

(Dernière minute): Un militaire aurait péri sous l’avalanche mais l’information demande à être confirmée.

D’après le Japan Times, l’éruption aurait blessé 4 touristes qui se trouvaient dans la télécabine . Un militaire a été tué et 7 de ses compagnons ont été blessés. Le journal japonais ne fait pas état de l’avalanche. Toutes les victimes semblent avoir été atteintes par les projections pendant l’éruption.

——————————————-

According to several press reports, Mount Kusatsu-Shirane in Kusatsu, Gunma prefecture, central Japan, erupted on Tuesday, January 23rd 2018 around 10 a.m.. A disaster official said the volcano erupted without warning and caused an avalanche near the ski resort. At least nine people (14 according to some reports) were injured. Most of them were on the ski slopes, while some were in a gondola where glass was broken apparently by a flying rock. The eruption sent rocks raining down over a kilometre-wide area. Five people sustained broken bones but none of the injuries were life-threatening.

The Japanese military said six soldiers who were among about 30 people on ski training were buried by a nearby avalanche, but they were all rescued. It is not clear whether the eruption triggered the avalanche.

The Japan Meteorological Agency has warned people not climb the mountain

In September 2014, 63 people were killed in a sudden phreatic eruption of Mount Ontake. It is likely that the last eruption was of the same type.

Last minute: One military is said to have been buried by the avalanche and to be dead. The information needs to be confirmed.

According to the Japan Times, the eruption injured 4 touristes who were in a gondola. A Ground Self-Defense Force member died and 7 other soldiers were injured. The Japanese newspaper does not mention the avalanche. It seems all the victims were struck by ejections from the volcano.

Volcan Kusatsu-Shirana (Crédit photo: Wikipedia)

Voici une vue du cratère…

…avec mes remerciements à Franck Gueffier!

 

Les volcans les plus menaçants aux Etats-Unis // The most threatening volcanoes in the U.S.

En 2005, l’USGS a décidé d’attribuer un «niveau de menace» aux 169 volcans potentiellement actifs aux États-Unis. Les résultats ont montré que 18 volcans ont une menace «très élevée», et 10 d’entre eux se trouvent dans le nord-ouest du pays.
Entre le nord de la Californie et l’Oregon ou l’Etat de Washington, les volcans de la Chaîne des Cascades sont les plus menaçants en raison de divers facteurs. Les scientifiques se sont focalisés sur le nombre de personnes vivant à proximité, les nuages de cendre et les coulées de lave que ces édifices sont susceptible d’émettre. Ainsi, le Mont Hood, près de Portland, a reçu un niveau de menace «très élevé», tandis que le Mont Cleveland dans les îles Aléoutiennes en Alaska a reçu un niveau de menace «modéré».
Les chercheurs de l’USGS ont classé les volcans américains en leur attribuant un score global de menace basé sur ces facteurs. Au final, le Kilauea à Hawaii gagne la compétition, suivi de plusieurs volcans du Nord-Ouest. On peut voir la liste de tous ces volcans ci-dessous, ainsi que leur emplacement sur une carte.

Il y a quelques années, j’ai décidé de visiter la Chaîne des Cascades du nord au sud. J’ai commencé avec Mt Garibaldi au Canada et terminé avec Lassen Peak en Californie.

Voici, selon l’USGS, les 10 volcans les plus dangereux du Nord-Ouest des Etats-Unis, le long de la côte Pacifique :

Le Mont St Helens (dernière éruption en 2008) dans l’État de Washington est en tête de liste avec un score de menace de 267.

Le deuxième est le Mont Rainier (dernière éruption en 1894), également dans l’État de Washington, en raison de sa proximité de Seattle. Son score de menace est de 244.

Le Mont Hood dans l’Oregon (dernière éruption en 1866) arrive troisième sur le podium avec un score de menace de 213.

(Photos: C. Grandpey)

Le Mont Shasta en Californie (dernière éruption en 1786) occupe la quatrième place avec un score de menace de 210.
Le numéro 5 sur la liste est South Sister – l’une des Three Sisters – en Oregon (dernière éruption en 440) avec un score de menace de 194.
Lassen Peak en Californie (dernière éruption en 1917) arrive 6ème avec un score de menace de 186.
Le numéro 7 est Crater Lake dans l’Oregon (dernière éruption en 2850 av. J.-C.) avec un score de menace de 161.
Le Mont Baker dans l’État de Washington (dernière éruption en 1880) arrive au 8ème rang avec un score de menace de 156
Glacier Peak dans l’État de Washington (dernière éruption en 1700) est 9ème avec un score de menace de 155.
Le dernier de la liste est Newberry Volcano en Oregon (dernière éruption en 690) avec un score de menace de 126.

D’autres volcans ont reçu un niveau de menace «très élevé» aux Etats-Unis. Les voici, avec leurs scores de menace entre parenthèses:
Kilauea (324; Hawaii), Mauna Loa (170; Hawaii), Mont Redoubt (164; Alaska), Makushin (152; Alaska), Mont Akutan (140; Alaska), Mont Spurr (130; Alaska), Long Valley Caldera (128, Californie), Augustine (123; Alaska).

—————————————–

In 2005, the U.S. Geological Survey set out to assigning a “threat level” to all 169 potentially active volcanoes in the United States. The results showed only 18 volcanoes that could be considered a “very high” threat, and 10 of those happen to be found right here in the Northwest.
Ranging from Northern California through Oregon and Washington, the Cascade peaks earned the highest threat level due to a variety of factors, with researchers focused specifically on the number of people living nearby, and the potential range of ash and lava flows. That’s why Mount Hood near Portland got a “very high” threat level, while Mount Cleveland in the remote Aleutian Islands of Alaska got a “moderate” threat level.
USGS researchers further evaluated the U.S. volcanoes, assigning each an overall threat score based on those factors. The result was Hawaii’s Kilauea on top, followed by several Northwest mountains, with Hawaiian, Alaskan and one southern California volcano mixed in. You can see a full list of the threatening peaks below, but here are the 10 most dangerous volcanoes in the Pacific Northwest.. A few years ago, I decided to visit the Cascade Range from top to bottom. I started with Mt Garibaldi in Canada and ended with Lassen Peak in California.

According to USGS, Mount St Helens (last eruption in 2008) in Washington State is top of the list with a threat score of 267.

 Second comes Mount Rainier (last eruption in 1894), also in Washington State, because of its proximity to Seattle. Its threat score is 244

Mount Hood in Oregon (last eruption in 1866) arrives third on the podium with a threat score of 213.
PHOTO

Mount Shasta in California (last eruption in 1786) occupies the fourth place with a threat score of 210.

Nu:mber 5 is South Sister – one of the Three Sisters – in Oregon ( last eruption in 440) with a threat score of 194.

Lassen Peak in California (last eruption in 1917) arrives 6th with a threat score of 186.

Number7 is Crater Lake in Oregon (last eruption in 2850 B.C.) with a threat score of 161.

Mount Baker in Washington State (last eruption in 1880) comes 8th with a threat score of 156

Glacier Peak in Washington State (last eruption in 1700) is number 9 with a threat score of 155.

 The last of the list is Newberry Volcano in Oregon (last eruption in 690) with a threat score of 126.

Other « very high » threat volcanoes in the U.S. are (with their threat scores in brackets):

Kilauea (324; Hawaii), Mauna Loa (170; Hawaii), Mount Redoubt (164; Alaska), Makushin Volcano (152; Alaska), Mount Akutan (140; Alaska), Mount Spurr (130; Alaska), Long Valley Caldera (128; California), Augustine Volcano (123; Alaska)

Source: Google maps