Eruption du Mayon (Philippines) [suite] // Mt Mayon’s eruption (Philippines) [continued]

Dans sa mise à jour d’hier, le PHILVOCS indique que l’activité du Mayon reste très intense. Par exemple, le volcan avait émis des fontaines de lave au moins à 35 reprises depuis le 7 février à midi ; elles atteignaient jusqu’à 150 mètres de hauteur. Les épisodes ont duré de neuf à 233 minutes et ont été accompagnés de grondements audibles jusqu’à une dizaine de kilomètres.
Des coulées de lave, ainsi que des effondrements des fronts et des bordures de coulées, continuent à être observés dans les ravines Miisi et Bonga-Buyuan. Les coulées de lave ont avancé de 3,3 kilomètres, 4,5 kilomètres et 400 mètres le long de ces ravines. Des coulées pyroclastiques se sont propagées sur 4,6, 4,4 et 4,2 km le long des ravines de Miisi, Bonga et Basud.
Jusqu’à présent, le volcan a émis 70 millions de mètres cubes de lave depuis le début de l’éruption le 13 janvier 2018.
Le PHILVOCS continue à suggérer deux scénarios possibles pour les semaines à venir: ou bien le volcan continue à émettre des fontaine de lave, des panaches de cendre, des coulées de lave et des coulées pyroclastiques; ou bien il se peut qu’un bouchon se forme, ce qui augmenterait la pression des gaz et une accumulation du magma et pourrait provoquer une explosion majeure. Jusqu’à présent, c’est le premier scénario qui prévaut au vu du comportement éruptif du Mayon.
Le niveau d’alerte est maintenu à 4.
Source: PHILVOCS.

————————————-

In yesterday’s update, PHILVOCS indicates that Mt Mayon’s activity is still very intense. For instance, the volcano has ejected lava fountains at least 35 times since February 7th noon, up to 150 metres high. The episodes lasted nine to 233 minutes and were accompanied by rumbling sounds audible beyond 10 kilometres away.

Lava flows and consequent incandescent rockfalls are still observed in the Miisi and Bonga-Buyuan river channels. The lava flows have advanced to 3.3 kilometers, 4.5 kilometers and 400 meters down the Miisi, Bonga and Basud gullies, respectively. Pyroclastic flows were deposited 4.6, 4.4 and 4.2 kilometres down the Miisi, Bonga and Basud gullies, respectively.

So far, the volcano has emitted 70 million cubic metres of lava since it erupted on January 13th 2018.

PHILVOCS is still suggesting two scenarios: first, the volcano continues to exhibit lava fountaining events, ash plumes, lava flow, pyroclastic flows; or there could be a blockade over the volcano or gas pressure and magma buildup that could trigger a big explosion. So far the first scenario is prevailing in Mayon’s eruptive state.

The alert level is kept at 4.

Source : PHILVOCS.

Crédit photo: Wikipedia

Publicités

Dernières nouvelles du Mayon (Philippines) // Latest news of Mayon Volcano (Philippines)

Il semble que la situation n’ait pas beaucoup évolué sur le Mayon au cours des dernières heures. Dans sa dernière mise à jour du 23 janvier 2018 à 8h, le PHILVOCS décrit les événements d’hier: A 12h43, une colonne de cendre de 5 km de haut a été générée par une éruption phréatomagmatique qui a duré 8 minutes si l’on se réfère aux données sismiques . L’événement a déclenché des coulées pyroclastiques qui se sont engouffrées dans plusieurs ravines sur moins de quatre kilomètres du sommet, tout en restant dans la zone de danger permanent (PDZ). Les panaches de cendre se sont dirigés vers l’ouest avec des retombées sur les municipalités de Guinobatan, Camalig, Oas, Polangui et Iriga. Entre 21h37 le 22 janvier et 5h25 le 23 janvier, cinq épisodes de fontaine de lave de trois à trente minutes ont été observés. Les fontaines de lave atteignaient 500 à 700 mètres de hauteur et produisaient des panaches de cendre qui atteignaient 3 kilomètres au-dessus du cratère.
Le niveau d’alerte est maintenu à 4, sur une échelle de 5. Il est fortement conseillé au public d’être vigilant et de s’abstenir d’entrer dans la zone de danger de 8 kilomètres de rayon.
Source: PHILVOCS.

——————————————

It seems the situation has not much changed on Mayon volcano during the last hours. In its latest update (January 23rd 2018 at 8 a.m.) PHILVOCS describes yesterday’s events: At 12:43 p.m., a dense, five-kilometre tall eruption column was generated by a short-lived phreatomagmatic eruption that lasted 8 minutes based on the seismic record. The event generated pyroclastic density currents on several gullies and barrancos within four kilometres of the summit vent, well within the Permanent Danger Zone (PDZ). Volcanic ash was blown west and fell on the Municipalities of Guinobatan, Camalig, Oas, Polangui and Iriga City.   Between 9:37 pm on January 22nd and 5:25 a.m. on Januaray 23rd, five episodes of intense but sporadic lava fountaining from the summit crater lasting three to thirty minutes occurred. The lava fountains reached 500 to 700 metres high and generated ash plumes that reached   3 kilometres above the crater.

The alert level is kept at 4, on a scale of 5 levels. The public is strongly advised to be vigilant and should refrain from entering the 8-kilometre-radius danger zone.

Source : PHILVOCS.

Crédit photo: Wjkipedia

Episode éruptif majeur sur le Bezymianny (Kamchatka / Russie) // Major eruptive episode on Bezymianny Volcano

Un épisode éruptif majeur s’est produit le 20 décembre 2017 sur le Bezymianny. Il a commencé à 03h41 (TU) avec un panache de cendre qui a atteint 15,2 km d’altitude et s’est étiré jusqu’à 85 km au NE du cratère, selon le VAAC de Tokyo. C’est la plus forte éruption observée sur Terre cette année.
L’activité sur le Bezymianny a commencé à augmenter progressivement le lundi 18 décembre. Des coulées pyroclastiques ont été observés sur le flanc SE du dôme de lave pendant plusieurs heures, probablement à la suite de l’éruption extrusive.
Cette activité, accompagnée de fortes émissions de gaz et de vapeur, s’est poursuivie jusqu’au début de la journée du 20 décembre, avec de fortes explosions accompagnées de panaches de cendre qui sont montés jusqu’à environ 8 km d’altitude et plus tard jusqu’à 15 km. Les autorités ont alors fait passer d’Orange à Rouge la couleur de l’alerte aérienne.
La dernière éruption majeure du Bezymianny a eu lieu le 16 juin 2017 avec un panache de cendre qui a atteint une altitude de 12,2 km et une distance de 40 km.
Sources: KVERT & The Watchers.

Si vous visitez le site The Watchers, vous trouverez deux vidéos de l’événement:

https://youtu.be/Pop8J5OZ_EE

https://youtu.be/K4Jg4kmlfLM

————————————————-

A major eruptive episode occurred on December 20th 2017 at Bezymianni Volcano. It started at 03:41 (UTC) with an ash plume that reached 15.2 km above sea level and extended as far as 85 km NE of the crater, according to the Tokyo VAAC. It was the strongest eruption anywhere on the planet this year.

Activity at the volcano started gradually increasing on Monday, December 18th. Pyroclastic flows were observed on the SE flank of the lava dome for several hours, probably as a result of the extrusive eruption.

This activity, accompanied by strong gas-steam emissions, continued through early December 20th with strong explosions accompanied by ash plumes up to about 8 km and later up to 15 km a.s.l. Authorities then raised the Aviation Colour Code from Orange to Red.

The last major eruption at Bezymianny occurred on June 16th, 2017 with an ash plume that reached an altitude of 12.2 km above sea level and a distance of 40 km.

Sources : KVERT & The Watchers.

If you visit the website The Watchers, you will find two videos of the event :

https://youtu.be/Pop8J5OZ_EE

https://youtu.be/K4Jg4kmlfLM

Vue du panache émis par le Bezymianny le 20 décembre 2017 (Crédit photo: Y. Demyanchuk / KVERT)

Sinabung (Sumatra / Indonésie): Nouvel épisode éruptif // New eruptive episode

Selon l’agence de presse chinoise Xinhua, le Sinabung a connu un nouvel épisode éruptif aujourd’hui 18 décembre 2017, avec apparition de coulées pyroclastiques, comme lors des épisodes précédents. L’éruption a eu lieu à 13h02, avec cinq minutes d’activité sismique autour du volcan. Les coulées pyroclastiques se sont déplacées sur 2 500 mètres vers l’est-sud-est et sur 3 500 mètres vers le sud.
Il est demandé à la population de rester à l’écart de la zone rouge autour du volcan car d’autres éruptions pourraient avoir lieu dans un proche avenir. Les habitants doivent également rester vigilants car des lahars peuvent dévaler les flancs du volcan au moment des fortes pluies observées en ce moment.

Le niveau d’alerte est maintenu à 4 (AWAS), le maximum.
La dernière éruption avant l’événement de lundi a eu lieu le 29 novembre 2017, avec une colonne de cendre et des coulées pyroclastiques. Plus de 2 000 personnes ont été déplacées depuis le début de l’éruption du Sinabung.

—————————————

According to the Chinese press agency Xinhua, Mt Sinabung erupted again on Monday, December 18th 2017, spewing hot clouds. The eruption took place at 13:02 p.m., with five minutes of tremors around the area. Hot clouds were seen travelling 2,500 metres to the east-southeast and 3,500 metres to the south.

People have been advised to stay away from areas declared red zones around the volcano as more eruptions are expected to take place in the near future. People were also told to remain alert for possible lahars from the volcano amid the intensifying rains nowadays.

The alert level is still at its highest, 4 (AWAS).

The last eruption prior to Monday’s event took place on November 29th 2017, with an ash column and pyroclastic flows. Over 2,000 people were displaced from the ongoing Sinabung volcanic activities.

Crédit photo: J.P. Vauzelle

Sinabung (Indonésie): L’activité reste intense // Activity is still elevated

L’activité reste soutenue sur le Sinabung. Les explosions et les effondrements partiels du dôme provoqués par les extrusions permanentes de lave déclenchent des coulées pyroclastiques qui s’accompagnent de panaches de cendre. D’après le VAAC de Darwin, ces panaches peuvent atteindre entre 3 et 6 km d’altitude, avant de s’étirer dans différentes directions.

Voici deux photos du sommet du Sinabung prises les 6 et 15 juin par Franck Gueffier, fidèle visiteur de mon blog, que je remercie chaudement.

——————————————-

Activity at Sinabung volcano remains elevated. Explosions and partial collapses of the dome caused by the permanent extrusions of lava trigger pyroclastic flows, generating ash plumes. According to the Darwin VAAC, they rise up to 3 – 6 km a.s.l. before drifting in multiple directions.

Here are two photos of Mt Sinabung’s summit zone taken on June 6th and 15th by Franck Gueffier, a Japanese resident and frequent visitor of my blog whom I thank very much.

Photos: Franck Gueffier

 

 

Le Sinabung (Indonésie) reste très actif // Mt Sinabung (Indonesia) is still very active

drapeau-francaisSelon la presse asiatique, le Sinabung a connu un nouvel épisode éruptif le vendredi 10 février, avec de volumineux panaches de cendre et de petites coulées pyroclastiques. Le niveau d’activité a augmenté au cours de la semaine qui vient de s’écouler. L’observatoire local indique que le Sinabung  a émis des dizaines de panaches de cendre et de coulées pyroclastiques.
Malgré les éruptions, les villageois continuent leur existence précaire. Une photo montre le volcan et ses nuages de cendre à proximité d’une école primaire où les enfants jouent dans la cour. Les autorités affirment qu’ils sont en sécurité car l’école se trouve en dehors de la zone de danger de quatre kilomètres de rayon autour du cratère.
Les agriculteurs continuent de s’occuper de leurs récoltes et les habitants des villages et bourgades à proximité du Sinabung portent des masques pour aller faire leurs courses afin de se protéger des pluies de cendre.
Le Sinabung est entré en éruption en 2010 après quatre siècles de silence. Après une autre période d’inactivité, il s’est manifesté de nouveau en 2013 et reste très actif depuis cette époque. En mai 2016, sept personnes sont mortes au cours d’une éruption. Le volcan a tué 16 autres personnes en février 2014.
Source: Channel News Asia.

———————————-

drapeau-anglaisAccording to the Asian newspapers, Mt Sinabung went through another eruptive episode on Friday, February 10th, with voluminous ash clouds and minor pyroclastic flows. Activity levels have increased in the past week, with Sinabung shooting hot ash clouds into the sky dozens of times, according to the local volcano monitoring agency.

Despite the eruptions, local villagers continue their precarious existence. A photo shows the volcano and the ash clouds close to an elementary school where children are playing in the yard. Officials say they are safe as the school is outside the four-kilometre danger zone around the crater.

Farmers continue tending to their crops and people in local villages put on masks to go shopping as ash rains down from the sky.

Sinabung roared back to life in 2010 for the first time in 400 years. After another period of inactivity it erupted once more in 2013, and has remained highly active since that time. In May last year, seven people died in one of Sinabung’s eruptions, while in February 2014 an eruption left 16 people dead.

Source: Channel News Asia.

sinabung-2-blog

Photo: J.P. Vauzelle.

Nouvelle approche de l’éruption de Santorin (Grèce) // New approach of the eruption of Santorini ( Greece)

drapeau-francaisOn sait que l’éruption cataclysmale de Thera – aujourd’hui Santorin – vers 1650 avant notre ère a déclenché de puissants tsunamis qui ont anéanti la civilisation minoenne. Des chercheurs grecs de l’Université d’Athènes expliquent dans une nouvelle étude publiée dans la revue Nature que ces tsunamis destructeurs ont probablement été générés par l’afflux de matériaux volcaniques dans la mer, ce qui remet en cause les hypothèses antérieures.
Jusqu’à présent, les études sur la catastrophe de l’Age du Bronze avaient incité les scientifiques à penser que c’était l’effondrement du cratère dans la mer qui avait provoqué des tsunamis. Dans la nouvelle étude, les scientifiques ont utilisé les données volcaniques et sismiques, ainsi que la cartographie détaillée du fond marin, pour réfuter cette théorie et offrir une nouvelle explication.
Leurs recherches ont révélé que la caldeira n’était pas reliée à la mer quand elle s’est effondrée et, par conséquent, n’aurait pas pu causer les tsunamis. Au lieu de cela, les chercheurs pensent que l’écoulement rapide de grands volumes de matériaux volcaniques dans la mer a pu déplacer suffisamment d’eau pour provoquer ces tsunamis.
Les scientifiques nous rappellent que les écoulements pyroclastiques peuvent atteindre des températures de plus de 400°C et se déplacer à des vitesses allant jusqu’à 70 km / h. Lorsque ces matériaux pénètrent dans la mer, ils se solidifient et déplacent d’énormes quantités d’eau. Ils sont persuadés que cette entrée brutale des coulées pyroclastiques dans la mer n’a pas déclenché qu’un seul tsunami. Des dépôts de matériaux volcaniques jusqu’à 60 mètres d’épaisseur ont été découverts au large de Santorin, ce qui conforte la nouvelle hypothèse.
L’éruption du Krakatoa en Indonésie a également provoqué des tsunamis. Ils se sont produits lorsque des coulées pyroclastiques ont pénétré dans la mer, et non à cause de l’effondrement de la caldeira. Cette éruption bien documentée a causé plus de 35 000 décès et a été étudiée de manière approfondie par les volcanologues. Selon la dernière étude, l’éruption de Thera a probablement été beaucoup plus importante, et plus destructrice, que celle du Kralatoa. En fait, l’éruption de Thera n’a pas seulement ouvert un trou béant dans l’île et déclenché des tsunamis. Elle a aussi entraîné le déclin de la culture minoenne, civilisation qui dominait en Méditerranée à cette époque.
Pour mieux comprendre à quel point l’éruption de Thera a été violente et destructrice, les chercheurs grecs ont l’intention de poursuivre leurs recherches sur les coulées pyroclastiques. Comme l’a déclaré l’un d’entre eux, «nous savons maintenant que ces écoulements pyroclastiques ont causé de gros dégâts dans la région autour de Santorin, en Crète par exemple. Il nous faut donc mieux comprendre ces coulées et connaître le volume total de matériaux émis par l’éruption, car nous pensons que ce fut l’événement le plus catastrophique des 10 000 dernières années « .
Source : Live Science.

———————————

drapeau-anglaisThe historic eruption of Thera – kwnown as Santorini today – in about 1650 B.C. triggered massive tsunamis that led to the end of the Minoan civilization. Now, Greek researchers at the National University of Athens explain in a new study published in the journal Nature that these destructive tsunamis may have been generated by the flow of volcanic material into the sea, challenging previous theories.

Initially, studies of the Bronze Age disaster led scientists to think the collapse of the volcanic crater into the sea caused tsunamis. However, in the new study, scientists used volcanic and seismic data, along with detailed mapping of the seafloor, to disprove this theory and offer a new explanation.

Their research revealed that the caldera was NOT connected to the sea when it collapsed and, therefore, could not have caused the tsunamis. Instead, the researchers propose that large volumes of volcanic material flowing rapidly into the sea could have displaced enough water to create tsunamis.

The researchers remind us that pyroclastic flows can reach scorching temperatures of more than 400°C and move at speeds of up to 70 km/h. As this material flows into the ocean, it solidifies and displaces massive amounts of water. They believe that this violent entry of the pyroclastic flows into the sea triggered more than one tsunami. Deposits of volcanic material up to 60 metres thick were found offshore Santorini, supporting the new theory.

The eruption of Krakatoa in Indonesia similarly triggered tsunamis. They occurred when pyroclastic flows entered the sea, not because the caldera collapsed. This well-recorded eruption caused more than 35,000 deaths and has been studied extensively by volcanologists. According to the new study, the eruption of Thera may have been many times larger, and more destructive. In fact, the eruption of Thera did more than blow a hole into the island and trigger tsunamis. The eruption also set off the decline of the Minoan culture, the dominant civilization in the Mediterranean at the time.

To further understand just how violent and destructive the eruption of Thera was, the Greek researchers plan to continue their research on the pyroclastic flows. Said one of them: « We know now that these flows caused so much damage in the area around Santorini, like in Crete. So we need to better understand these flows and have the total volume of the eruption, because we believe that this was the most catastrophic event during the last 10,000 years. »

Source : Live Science.

santorin-blog

L’île de Santorin vue depuis l’espace (Crédit photo: NASA)

santorini-2

Cette carte montre comment le flux de matériaux pyroclastiques est entré dans la mer par la brèche située au nord-ouest (encadré orange) [Source : Université d’Athènes]