Un nouveau laboratoire pour le HVO (Hawaii) // New lab for HVO (Hawaii)

L’Observatoire des Volcans d’Hawaii (HVO), géré par l’USGS, vient d’acquérir un nouveau laboratoire qui permettra aux scientifiques de mieux comprendre les propriétés physiques des téphras. Le mot « tephra » ou « téphra » fait référence à tous les types et toutes les tailles de fragments de roche projetés par un volcan en empruntant une trajectoire aérienne lors d’une éruption. Les téphras incluent les cendres, les bombes, les scories ou même les cheveux et les larmes de Pelé.

Ce nouveau laboratoire d’analyse de téphras permettra au HVO de déterminer la densité, la taille et la forme des particules, ainsi que les différents types de téphras émis par un volcan. En utilisant ces informations, les géologues du HVO seront en mesure d’analyser toute une gamme de phénomènes, depuis l’ascension du magma et le processus éruptif jusqu’aux dépôts de cendres laissés par les  éruptions du passé. Il est important d’obtenir ces mesures aussi précisément et rapidement que possible lors d’une éruption.

Le nouveau laboratoire du HVO est unique par sa capacité à analyser une vaste gamme d’échantillons, de un mètre à un micron (10-6 m). Le traitement des échantillons est non destructif et l’analyse est rapide. Chaque type de mesure ne prend que quelques minutes, et on estime que l’ensemble des mesures prend 1 à 2 heures. La méthode non destructive d’utilisation de ces nouveaux instruments est révolutionnaire ; elle permet aux chercheurs d’effectuer une suite complète d’analyses sur le même échantillon – au lieu d’utiliser différents échantillons du même matériau – pour une compréhension plus complète des éruptions. Cela permet également de préserver dans leur intégrité tous les  échantillons.

La première étape consiste à étudier les composants de l’échantillon afin de comprendre à quel type d’éruption les scientifiques sont confrontés.

Pour les échantillons de téphras prélevés directement sur le terrain, le HVO dispose de deux nouveaux stéréoscopes à lumière réfléchie. Lors de leur utilisation, les géologues peuvent séparer manuellement les différents composants de l’échantillon, tels que la lave juste prélevée, les cristaux, ou les petits morceaux de la paroi du cratère.

Au cours de l’étape suivante, les chercheurs mesurent la densité des échantillons. Pour les échantillons de lave, la mesure de la densité permet de comprendre quelle était la consistance du magma lors de son émission ; cela renseigne sur la dynamique de l’éruption. La densité de l’échantillon est déterminée en mesurant sa masse et son volume. Pour les morceaux de téphra de plus de cinq centimètres, le volume est calculé à l’aide d’un scanner 3D, puis l’échantillon est pesé. Les grains plus petits, depuis les lapilli jusqu’à la poudre de cendre, sont placés dans un pycnomètre à gaz, une machine qui calcule la densité directement en utilisant le principe d’Archimède de déplacement du volume en injectant de l’azote gazeux. Les pycnomètres fonctionnent aussi bien avec des scories et de la pierre ponce qu’avec des cendres ; ils permettent de comprendre la dynamique des éruptions.

La troisième étape est la mesure de la taille des échantillons, ce qui donne des informations sur la façon dont le magma s’est fragmenté pour produire des téphras pendant les épisodes de fontaines de lave et les explosions. Les fragments de plus de 3 centimètres sont tamisés à la main, de manière traditionnelle, tandis que les grains plus petits sont soumis à un Camsizer, un appareil de dernière génération qui photographie chaque fragment et convertit l’image en mesure de la taille. Le flux de particules passe devant une source de lumière stroboscopique LED ultra lumineuse et plane. Les Camsizers peuvent mesurer des dizaines de milliers de fragments en seulement 5 minutes. De plus, ils utilisent les images pour mesurer la forme 2D des fragments en utilisant des paramètres mathématiques établis. Les informations concernant la taille des fragments sont essentielles pour les modèles de fontaines de lave et de cendres.

L’étape finale peut prendre des semaines, voire des mois. Elle consiste à découper les échantillons en fines lamelles et à les étudier au microscope pétrographique. Le HVO possède deux nouveaux microscopes pétrographiques avec différents ensembles de lentilles: l’un peut évaluer la taille des bulles, la texture des bulles ainsi que la texture de mélanges de magmas, tandis que l’autre peut se concentrer sur les cristaux et les inclusions.

Les nouveaux instruments d’analyse de téphras que vient d’acquérir le HVO sont actuellement en cours d’étalonnage. Les échantillons prélevés pendant l’éruption en cours seront les premiers analysés. Ce nouveau laboratoire permet une analyse quasiment en temps réel des produits émis et donc une meilleure surveillance des éruptions.

Source: USGS / HVO.

——————————————

The USGS Hawaiian Volcano Observatory (HVO) has been granted a new laboratory that will allow scientists to better understand the physical properties of tephra.

Tephra is any type and size of rock fragment that is ejected from a volcano and travels an airborne path during an eruption. Examples include ash, bombs, scoria, or Pele’s hair and Pele’s tears.

The tephra lab will help HVO determine the density, size, and shape of individual tephra particles along with types of tephra. Using this information, HVO geologists can analyse a range of topics, from magma ascent and eruption processes to ashfall deposits from past explosive eruptions. It is important to get these measurements as accurately and quickly as possible during an eruption.

HVO’s new lab is unique in its ability to analyze a wide size range of samples, from one metre to one micron (10-6 m). The sample processing is non-destructive and analysis is fast with each type of measurement taking only minutes, and all measurements are estimated to take 1–2 hours total. The non-destructive nature of these new instruments and methods is revolutionary and allows researchers to perform a full suite of analyses on the same sample, instead of different samples of the same material for a more integrated understanding of eruptions. This also allows samples to be fully preserved.

The first step consists in studying the sample components. Componentry helps understand what type of eruption scientists are dealing with.

For tephra samples straight from the field, HVO has two new stereoscopes that use reflected light. Looking through them, geologists can manually separate the different components that might make up the sample, such as fresh glassy lava, crystals, and small pieces of the crater wall.

Next, the researchers measure density. For pieces of lava, measuring density helps understand how frothy the magma was when it erupted, which tells us about eruption dynamics.

Sample density is determined by measuring its mass and volume. For pieces of tephra larger than five centimetres, the volume is calculated using a 3D scanner, and then the sample is weighed. Smaller grains from gravel to powdery ash sizes will be placed in a pycnometer, a machine that calculates density directly using Archimedes principle of volume displacement with nitrogen gas. The pycnometers work with foams (scoria and pumice) as well as ash and helps understand eruption dynamics.

Then, the samples will be measured for size, which give information about how magma gets ripped apart to produce tephra from lava fountains and explosions. Fragments larger than 3 centimetres are sieved in the traditional manual way, while smaller grains will run through one of the new Camsizers ; this is a machine that photographs each fragment and converts the image to a size measurement. The Camsizers can measure tens of thousands of fragments in as little as 5 minutes. Additionally, they use the images to measure the 2D shape of fragments using established mathematical parameters. Size information is essential for models of lava fountaining and ashfall.

A final step that may take weeks to months. It consists in turning pieces into a thin section for final analysis on a petrographic microscope. HVO has two new petrographic microscopes with different sets of lenses: one can assess bubble sizes, bubble textures, and magma-mixing textures, while the other can focus on crystals and melt inclusions within them.

HVO’s new tephra lab instruments currently being calibrated. Samples from the current eruption will be the first analyzed. The HVO tephra lab brings physical volcanology monitoring of eruptions to near-real time analysis.

Source : USGS / HVO.

Photo : C. Grandpey

Séismes en Indonésie et à Hawaii // Earthquakes in Indonesia and Hawaii

Un fort séisme de magnitude M 6,2 sur l’échelle de Richter a fait au moins 37 morts et plus de 600 blessés le vendredi 15 janvier 2021, sur l’île de Célèbes (Indonésie). Plusieurs bâtiments situés dans la ville de Mamuju, dont un hôpital, se sont effondrés. L’épicentre du séisme a été localisé à 36 km au sud de la ville, à une profondeur de 18 km. Les secours s’affairent sous les décombres de l’hôpital. Entre dix et vingt personnes pourraient y être piégées.

Des glissements de terrain ont suivi le séisme, coupant l’accès à l’une des principales routes de la province.

La région de Palu, sur l’île de Célèbes, avait été déjà frappée en septembre 2018 par un très fort séisme de magnitude M 7,5 suivi d’un tsunami dévastateur. Cette catastrophe avait fait plus de 4 300 morts et disparus et au moins 170 000 déplacés.

Source : Presse indonésienne.

°°°°°°°°°°

Le HVO a enregistré un séisme de magnitude M 4.0 sous la partie sud de l’île d’Hawaii, dans le district de Ka’u, le 14 janvier 2021 à 18h15 (heure locale). Le séisme n’a eu aucun impact observable sur l’éruption au sommet du Kilauea. Il fait partie d’un essaim sismique qui a débuté en août 2019 dans le secteur de Pāhala. Contrairement à la plupart des événements associés à cet essaim, ce séisme a été largement ressenti sur l’île d’Hawaii, et même sur l’île d’O’ahu.

Les séismes dans la partie inférieure du rift sud-ouest du Kilauea se produisent principalement à des profondeurs de 25 à 40 km, sous la ville de Pahala, jusqu’à environ 10 km au large.

La sismicité dans cette région est observée au moins depuis les années 1960 et est peut-être liée à des réseaux magmatiques en profondeur sous l’île.

Source : HVO.

—————————————

 A powerful M 6.2 earthquake killed at least 37 people and injured more than 600 on Friday, January 15th, 2021, in Indonesia’s West Sulawesi Province. Several buildingscollapsed in the town of Mamuju, including a hospital. The epicenter of the earthquake was located 36 km south of the city, at a depth of 18 km. The emergency services are busy working in the rubble of the hospital. Between ten and twenty people could be trapped there.

Landslides followed the earthquake, cutting off access to one of the province’s main roads. The region of Palu, Sulawesi, had already been hit in September 2018 by a very strong M 7.5 earthquake followed by a devastating tsunami. This disaster left more than 4,300 dead and missing and at least 170,000 displaced.

Source: Indonesian Press.

°°°°°°°°°°

HVO recorded an M 4.0 earthquake located beneath the south part of the Island of Hawaii, in the district of Ka’u, on January14th, 2021, at 6:15 p.m.(local time).

The earthquake had no observable impact on the ongoing eruption at Kilauea’s summit. It is part of the ongoing seismic swarm under the Pāhala area, which started in August 2019. Unlike most events associated with this swarm, this earthquake was widely felt across the Island of Hawaii, and as far away as O’ahu.

Earthquakes beneath Kilauea’s lower Southwest Rift Zone occur mostly at depths of 25-40 km, beneath the town of Pahala and extending about 10 km offshore. Earthquakes in this region have been observed at least as far back as the 1960s and may be related to deep magma pathways under the island.

Source: HVO.

Localisation de l’île de Célèbes et de la zone affectée par le séisme

Volcans du monde // Volcanoes of the world

Voici quelques nouvelles de l’activité volcanique dans le monde:

Rien de très nouveau à La Soufrière de St Vincent où le dôme poursuit sa lente croissance dans le cratère, sans menace pour la population située à proximité du volcan. Avec l’aide de scientifiques américains,  les volcanologues de la University of the West Indies (UWI) continuent à installer des webcams et des instruments de mesure afin de mieux surveiller la situation. En dépit de tous ces instruments, personne ne sait comment va évoluer l’éruption.

++++++++++

A Hawaii, l’éruption du Kilauea se poursuit dans le cratère de l’Halema’uma’u. La lave jaillit des bouches qui percent la paroi nord-ouest du cratère. La lave continue de s’écouler de ces bouches en empruntant un chenal qui la conduit dans le lac.

Les inclinomètres au sommet du volcan ont enregistré une faible tendance déflationniste depuis le 1er janvier 2021, avant de passer à une légère tendance inflationniste dans la soirée du 9 janvier, et à nouveau à une tendance déflationniste le 13 janvier.

Rien n’indique que le magma migre vers les zones de rift du Kilauea.

Les émissions de SO2 atteignent 2 500 tonnes par jour. .

Le lac de lave a une profondeur d’environ 196 m ; il est ‘perché’ au-dessus du bord ouest et reste inactif dans sa moitié est. Il a une forme ovale, 760 m de long sur 470 m de large pour une superficie totale de 28 hectares. Il a un volume de plus de 27 millions de mètres cubes. Son niveau est monté d’environ un mètre depuis que les tiltmètres ont révélé le passage d’une phase déflationniste à une phase inflationniste de l’édifice volcanique.

Source: HVO.

++++++++++

Un nouveau dôme de lave, observé pour la première fois le 4 janvier 2021, continue de croître en dessous de la lèvre sud-ouest du Merapi (Indonésie). Des avalanches incandescentes dévalent jusqu’à 800 m de distance dans la ravine de la rivière Krasak sur le flanc SO. La déformation continue; les données électroniques de mesure de distance (EDM) continuent de révéler un resserrement entre les points du nord-ouest à un rythme de 15 cm par jour.

Le 7 janvier 2021, 1342 habitants résidaient dans des centres d’hébergement.

Le niveau d’alerte reste à 3 (sur une échelle de 1 à 4) et le public est prié de rester à 5 km du sommet.

Source: VSI.

++++++++++

L’éruption strombolienne se poursuit sur le Lewotolo (Indonésie) avec des panaches de vapeur et de cendres s’élevant au-dessus du sommet.  Des matériaux incandescents sont éjectés à 100-200 m au-dessus du cratère et jusqu’à 700 m de distance.

Le niveau d’alerte reste à 3 (sur une échelle de 1 à 4) et le public est invité à rester à 4 km du cratère.

Source: PVMBG.

++++++++++

Dans le bulletin hebdomadaire émis le 12 janvier 2021, l’INGV indique qu’une activité strombolienne d’intensité variable, accompagnée d’émissions de cendres, persiste dans le Cratère sud-est de l’Etna (Sicile)  Une activité strombolienne est également observée à l’intérieur du Cratère nord-est, tandis que la Voragine et la Bocca Nuova montrent de faibles émissions sporadiques de cendres.

De son côté, le Stromboli (Sicile) montre son activité strombolienne habituelle. Comme précédemment, elle se concentre essentiellement dans les parties Nord et Centre-sud de la terrasse cratèrique. Le fréquence actuelle des explosions d’intensité globalement moyenne est de 12-14 événements par heure.

Source : INGV.

++++++++++

Statu quo au Kamchatka par rapport à ces dernières semaines : le niveau d’alerte de l’Ebeko, du Karymsky, du Klyuchevskoy, du Sheveluch reste Orange ; celui du Bezymianny et du Sarychev est maintenu au Jaune.

Source : KVERT.

++++++++++

L’activité actuelle du Fuego (Guatemala) consiste en explosions modérées et fortes, à raison de 8 à 12 événements par heure, avec projections de matériaux jusqu’à 300 mètres au-dessus du cratère. Les explosions génèrent des colonnes grises de cendres à des hauteurs comprises entre 4500 et 4800 mètres d’altitude (voir photos ci-dessous). Comme d’habitude, on observe des grondements et des ondes de choc ressenties jusqu’à une vingtaine de kilomètres. Aucune coulée de lave n’est observée sur l’édifice volcanique.

Source : INSIVUMEH.

++++++++++

On observe une faible activité explosive dans le cratère Mackenney du Pacaya (Guatemala), avec des projections sporadiques de matériaux incandescents à une cinquantaine de mètres au-dessus du cratère. Le dégazage du cratère produit une colonne de 200 mètres de hauteur.

Les coulées de lave en direction du sud-ouest sont toujours actives, avec une longueur d’environ 1500 mètres (voir photo ci-dessous). Cette zone de coulées de lave est susceptible de générer des effondrements. Il n’est pas exclu que de nouvelles coulées de lave apparaissent sur d’autres flancs ou qu’il y ait des émissions de cendres au niveau du cratère.

Source : INSIVUMEH.

++++++++++

Le Popocatepetl (Mexique) émet ses habituels panaches de vapeur auxquels se mêle parfois de la cendre (voir image ci-dessous).  Le CENAPRED demande de ne pas s’approcher du cratère et de se montrer vigilant dans les ravines sur les flancs du volcan en période de fortes pluies à cause du risque de lahars.

Le niveau d’alerte volcanique du Popocatépetl reste à la couleur Jaune, Phase 2.

Source : CENAPRED.

—————————————-

Here is some news of volcanic activity around the world :

Nothing really new at St Vincent’s Soufrière where the dome continues its slow growth in the crater, without any threat to the population located near the volcano. With the help of American scientists, volcanologists at the University of the West Indies (UWI) continue to install webcams and measuring instruments to better monitor the situation. Despite all these tools, no one knows how the eruption will develop.

++++++++++

The Kilauea eruption (Hawaii) continues within Halema’uma’u Crater. Lava is erupting from vents on the northwest side of the crater. Lava keeps flowing from the vents through a crusted channel into the lake.

Summit tiltmeters recorded a weak deflationary tilt since January 1st, 2021. It switched to weak inflation in the evening of January 9th, and again to weak deflation on January 13th.

There is no seismic or deformation data to indicate that magma is currently moving into Kilauea’s rift zones.

SO2 emission rates are reaching 2,500 tonnes per day. .

The lava lake is about 196 m deep, perched above its western edge and stagnant over its eastern half. It has an oval shape, 760 m long  by 470 m wide for a total area of 28 hectares. It has a volume of more than 27 million cubic metres. Its level has risen about a metre since the start of the switch from deflationary to inflationary tilt.

Source: HVO.

++++++++++

A new lava dome, first observed on January 4th, 2021, continues to emerge just below Merapi’s SW rim (Indonesia). Incandescent avalanches are observed travelling as far as 800 m down the Krasak River drainage on the SW flank. Deformation continues; electronic Distance Measurement (EDM) data are still measuring a distance shortening between points in the NW at a rate of 15 cm per day.

On January 7th, 2021, 1,342 residents were housed in evacuation centres.

The Alert Level remains at 3 (on a scale of 1-4), and the public is asked to stay 5 km away from the summit.

Source: VSI.

++++++++++

The Strombolian eruption continues at Lewotolo (Indonesia) with steam and ash plumes rising above the summit. Incandescent material is ejected 100-200 m above the summit and as far as 700 m away from the crater.

The Alert Level remains at 3 (on a scale of 1-4) and the public is asked to stay 4 km away from the crater.

Source: PVMBG.

++++++++++

In the weekly report issued on January 12th, 2021,  INGV indicates that Strombolian activity of varying intensity, accompanied by ash emissions, persists in Mt Etna’s SE Crater (Sicily) Strombolian activity is also observed inside the Northeast Crater, while Voragine and Bocca Nuova show low sporadic ash emissions.

For its part, Stromboli (Sicily) shows its usual Strombolian activity. As before, it is mainly concentrated in the North and Center-South parts of the crater terrace. The current frequency of explosions of overall medium intensity is 12-14 events per hour.

Source: INGV.

++++++++++

The situation remains unchanged in Kamchatka : the alert level for Ebeko, Karymsky, Klyuchevskoy, Sheveluch remains Orange ; it is kept at Yellow for Bezymianny and Sarychev.

Source : KVERT.

++++++++++

The current activity of Fuego (Guatemala) consists of moderate and strong explosions, at a rate of 8 to 12 events per hour, with projections up to 300 metres above the crater. The explosions generate gray columns of ash reaching heights between 4,500 and 4,800 metres above sea level (see photos below). As usual, there are rumblings and shock waves felt as far as twenty kilometres. No lava flow is observed on the volcanic edifice.

Source: INSIVUMEH.

++++++++++

Weak explosive activity is observed in Pacaya’s Mackenney crater (Guatemala), with sporadic projections of incandescent material about fifty metres above the crater. Degassing within the crater produces a column 200 metres high.

The lava flows in a southwest direction are still active, with a length of about 1,500 metres (see photo below). This area of ​​lava flows is likely to generate collapses. New lava flows may appear on other flanks of the volcano and new ash emissions may occur at the crater.

Source: INSIVUMEH.

++++++++++

Popocatepetl (Mexico) emits its usual plumes of steam sometimes mixed with ash (see image below). CENAPRED asks not to approach the crater and to be vigilant in the drainageson the flanks of the volcano during periods of heavy rains because of the risk of lahars.

The volcanic alert level of Popocatépetl remains at Yellow, Phase 2.

Source: CENAPRED.

°°°°°°°°°°°°°°°°

Un grand merci à Thierry Sluys de m’avoir adressé ces photos

  • du Fuego

 

  • du Popocatepetl

  • du Pacaya

Le lac de lave du Kilauea entre Noël et Jour de l’An // The Kilauea lava lake between Christmas and New Year

Voici quelques informations supplémentaires sur l’éruption du Kilauea qui a commencé dans la soirée du 20 décembre 2020. L’activité reste confinée dans le cratère de l’Halema’uma’u. Ce qui, à mes yeux, est le plus important pour le moment, c’est que rien ne montre que l’activité ait envie de migrer depuis le sommet vers les zones de rift.

Actuellement, le principal danger de cette éruption reste le vog (brouillard volcanique) généré par le dioxyde de soufre (SO2) émis par le lac de lave. Les dernières mesures révèlent 6300 tonnes par jour. Voir mon article du 25 décembre 2020 sur les risques sanitaires.

Au début de l’éruption, la lave est sortie de deux bouches qui se sont ouvertes au bas des parois ouest et nord du cratère de l’Halema’uma’u. Le jour de Noël, le débit était d’environ 30 mètres cubes par seconde.

Le soir de Noël, le lac de lave avait légèrement dépassé le niveau de la bouche nord qui, depuis le début de l’éruption, était la principale source d’alimentation. La fontaine de lave qui jaillissait de cette bouche activait la circulation de la lave dans le lac. Ce phénomène était évident quand on observait le mouvement de la croûte.

Dans les premières heures du 26 décembre, l’activité de la bouche ouest a augmenté de façon spectaculaire et la fontaine de la bouche nord a cessé son activité. Les scientifiques du HVO ont alors pu voir la lave s’engouffrer dans la bouche nord. En conséquence, le niveau du lac a chuté d’environ 8 mètres au cours des heures suivantes. Cette baisse de niveau du lac a laissé un anneau noir au-dessus de sa surface. Cet anneau marque encore aujourd’hui le niveau maximum atteint par la lave. Ce changement d’activité a également entraîné une baisse des émissions de SO2 qui sont passées de 16 000-20 000 tonnes par jour le 25 décembre à 3 800 tonnes le 30 décembre.

Le niveau du lac de lave remonte lentement depuis le 27 décembre. Les dernières mesures indiquent qu’il a une profondeur de 189 mètres. Sa surface se trouve à 399 mètres sous la lèvre sud du cratère. Le volume de lave émise est actuellement de plus de 23 millions de mètres cubes. Le débit éruptif a diminué pour atteindre environ 10 mètres cubes par seconde. Le 1er janvier 2021, le lac mesurait 800 mètres est-ouest et 530 mètres nord-sud, pour une superficie de 33 hectares. Aujourd’hui, la lave continue de sortir de la bouche ouest.

Le problème pour les visiteurs du Parc National des Volcans d’Hawaii est que le lac de lave n’est pas visible depuis les points d’observation, comme la terrasse du musée Jaggar. C’est la raison pour laquelle certaines personnes franchissent les cordes et barrières de sécurité, se mettent en danger et se font verbaliser par les rangers.

Juste après le début de l’éruption, le niveau du lac de lave s’est élevé rapidement, d’une part en raison de la forme du cratère (un cône inversé) et d’autre part parce que le débit de la lave était important. Selon le HVO, le lac de lave devrait être visible depuis le Kilauea Overlook une fois qu’il aura atteint une hauteur d’un peu plus de 770 mètres au-dessus du niveau de la mer. Ensuite, une hausse supplémentaire de 5 mètres le fera déborder sur la bordure la plus basse de l’Halema’uma’u sur le côté nord-est. Comme le lac de lave se trouve actuellement à environ 690 mètres d’altitude, il lui faudra s’élever encore d’environ 80 mètres pour devenir visible depuis les points d’observation.

En supposant que le débit éruptif reste stable à 10 mètres cubes par seconde, il faudrait environ 45 jours pour que la lave remplisse l’Halema’uma’u jusqu’à un peu plus de 770 mètres au-dessus du niveau de la mer. A ce moment-là, le lac sera visible depuis le Kilauea Overlook. En extrapolant, on peut imaginer que quelques jours plus tard, la lave commencerait à déborder sur la terrasse inférieure de l’Halema’uma’u, à un peu moins de 788 mètres au-dessus du niveau de la mer. Cependant, cela prendrait probablement plus de temps car le débit éruptif montre des fluctuations et une tendance à la baisse. Si la lave débordait de l’Halema’uma’u, elle commencerait alors à remplir une vaste zone de blocs d’effondrement avant de déborder sur le plancher proprement dit de la caldeira. Mais nous n’en sommes pas encore là…. !

Source: USGS / HVO.

——————————————–

Here is some more information about the Kilauea eruption that began on the evening of December 20th, 2020. Activity remains confined within Halema’uma’u Crater. Most importantly, for the time being, monitoring data show no signs of activity migrating from the summit into the rift zones.

The primary hazard from this eruption at this time is vog (volcanic fog) produced by the SO2 emissions at the summit. The latest measurements reveal 4500-5500 tonnes per day. See my post of December 25th, 2020 about the health risks.

At the beginning of the eruption, lava erupted from two vents on the west and north sides of Halema’uma’u Crater. On Christmas Day, the output was measured at approximately 30 cubic metres per second.

By Christmas night, the lava lake had risen slightly above the level of the north vent, since the start of the eruption, was the dominant source of lava. Lava fountaining from the north vent drove circulation in the lava lake. This was apparent in the motion of the crust.

Early in the morning on December 26th, activity at the west vent increased dramatically as the fountaining at the north vent died out. HVO scientists could see lava draining back into the north vent and the lake level dropped by about 8 metres over the next few hours. This drop left a black ring around the edge of the lake, marking the lake’s highest point. This chnage in activity also led to a decrease in SO2 emissions which decreased from 16,000–20,000 tonnes per day on December 25th to 3,800 tons per day on December 30th.

The lava lake level has been rising slowly again since December 27th. The latest measurements indicate it is 186 metres deep. Its surface lies 399 metres beneath the crater’s south rim. The erupted volume to this point is more than 23 million cubic metres. The eruption rate has decreased to approximately 10 cubic metres per second. On January 1st, 2021, the lake measured 800 metres east-west and 530 metres north-south, covering an area of 33 hectares. Today, lava continues to erupt from the west vent.

The problem for the National Park visitors is that the lava lake cannot be seen from the observation points like the terrace of the Jaggar Museum. It’s the reason why some persons walk beyond the safety ropes and barriers, put their lives at risk, and get fined by the rangers.

After the eruption first started, the lava lake rose rapidly both due to the shape of the base of the crater (an inverted cone) and the initially high rates of lava being erupted.  According to HVO, the lava lake should be visible from Kilauea Overlook once it reaches an elevation just over 770 metres above sea level, then another 5 metres of rise will have it overflowing the lowermost rim of Halema’uma’u on the northeast side. Since the lava lake is currently at about 690 metres above sea level, it has about 80 metres to rise before it reaches the level of visibility.

Assuming a constant eruption rate of 10 cubic metres per second, it would take approximately 45 days for lava to fill Halema’uma’u to just over 770 metres above sea level, therefore becoming visible from Kilauea Overlook. Several days later lava would start overflowing the lowermost rim of Halema’uma’u at just below 788 metres above sea level. However, it would likely take longer as the eruption rate has been fluctuating and generally decreasing. If lava did overflow Halema’uma’u, it would then need to fill the extensive down-dropped block area before overflowing onto the main caldera floor. But it is still a very long way…!

 Source : USGS / HVO.

Vue du lac de lave le 30 décembre 2020 depuis la lèvre sud de l’Halema’uma’u (Source : HVO)

Volcans du monde // Volcanoes of the world

Voici quelques nouvelles de l’activité volcanique dans le monde :

La situation n’a pas beaucoup évolué depuis le 29 décembre sur la Soufrière de Saint Vincent.(Petites Antilles). Le dôme de lave dans le cratère montre une croissante très lente. Les scientifiques de l’Université des Indes Occidentales (University of the West Indies) indiquent qu’ils ne savent pas quelle tournure prendra l’éruption dans les prochains jours. La croissance du dôme peut continuer quelque temps et s’arrêter. On a déjà observé un tel phénomène sur des volcans comme le Kelud (Indonésie). Il se pourrait aussi que l’activité actuelle débouche sur une éruption explosive beaucoup plus dangereuse. La Soufrière Saint Vincent en est capable. L’éruption de la Montagne Pelée (Martinique) en 1902 a eu tendance à occulter une éruption semblable qui s’est déroulée du 30 mars au 6 mai de cette même année. Le volcan a alors vomi 380 millions de mètres cubes de tephra sous la forme de panaches de cendres et de nuées ardentes qui ont recouvert le nord de l’île. L’éruption a tué 1 565 personnes. Elle est décrite dans mon livre Killer Volcanoes.

++++++++++

Un puissant épisode éruptif s’est produit dans le cratère Otake du Suwanosejima (îles Ryukyu: / Japon) à 2 h 51 (heure locale) le 28 décembre 2020. Le niveau d’alerte a été élevé de 2 à 3. Aucun blessé n’a été signalé. Le volcan a éjecté des matériaux jusqu’à 1,3 km du cratère. La JMA a averti que les projections pouvaient affecter une zone d’un rayon de 2 km. . Source: Japan Meteorological Agency

++++++++++

La JMA a enregistré une hausse de la sismicité sur le Shinmoedake  (Kirishimayama / Japon). Bien qu’il n’y ait pas de nouvelle déformation de l’édifice volcanique et de variation des émissions gazeuses, le niveau d’alerte du volcan a été élevé à 2 (sur une échelle de 5 niveaux) le 25 décembre 2020. Il est conseillé au public de ne pas s’approcher à moins de 2 km du cratère.

++++++++++

L’éruption du Kilauea (Hawaï) se déroule de manière assez stable. L’activité se limite au cratère de l’Halema’uma’u. Deux ou trois étroits chenaux de lave s’échappent d’une bouche située dans la partie inférieure de la paroi nord-ouest du cratère.

Les émissions de SO2 sont en baisse mais atteignent encore environ 5 500 tonnes par jour. Les inclinomètres du sommet continuent d’enregistrer une légère tendance inflationniste. La sismicité reste élevée mais stable.

Le lac de lave dans le cratère de l’Halema’uma’u a peu évolué ces derniers jours. Sa surface se situe à environ 408 m sous la lèvre sud du cratère. Son volume est d’environ 23 millions de mètres cubes. Il est de forme ovale. Les dernières mesures ont révélé 770 m sur 490 m pour une superficie d’environ 29 ha. L’étroit rebord en saillie autour du lac montre que sa surface a tendance à baisser.

Source: HVO.

Le lac de lave est très profond dans le cratère et ne peut pas être vu depuis les points d’observations aménagés par les rangers. De nombreux touristes continuent à être verbalisés (150 dollars, plus si récidive) pour avoir franchi les cordes et autres barrières de sécurité.

++++++++++

Dans son denier bulletin, l’INGV indique que l’on observe une activité strombolienne d’intensité variable, ponctuée d’émissions de cendres au niveau de la bouche orientale du Cratère Sud-Est de l’Etna (Sicile). Cette activité est parfaitement visible sur les images de la webcam L.A.V.E. Dans le même temps, une activité strombolienne se poursuit à l’intérieur de la Voragine et du Cratère NE.Le tremor est relativement stable et affiche des valeurs moyennes. On n’observe pas de déformations significatives de l’édifice volcanique.

Source : INGV.

++++++++++

Comme je l’ai écrit précédemment, les volcanologues néo-zélandais sirveillent de près l’activité du Ruapehu. La température du lac de cratère a diminué au cours de la semaine dernière, passant de 43°C à 41°C, ce qui est plutôt une bonne nouvelle. Le tremor volcanique reste à un niveau élevé et on enregistre encore quelques séismes d’origine volcanique.

Le niveau d’alerte reste à 2 net la couleur de l’alerte aérienne est maintenue à Jaune.

Le Tongariro e la randonnée du Tongariro Alpine Crossing ne sont pas affectés par la hausse d’activité sur le Ruapehu.

—————————————-

Here is some news of volcanic activity around the world :

The situation has not changed much since December 29th at Soufriere Saint Vincent (Lesser Antilles). The lava dome within the crater is growing very slowly. Scientists at the University of the West Indies say they don’t know how the eruption will progress in the next few days. The growth of the dome may continue for a while and then stop. We have already observed such a phenomenon on volcanoes like Kelud (Indonesia). The current activity might also lead to a much more dangerous explosive eruption. The Soufrière Saint Vincent is capable of doing this. The eruption of Montagne Pelée (Martinique) in 1902 obscured a similar eruption that took place from March 30th to May 6th of that same year. The volcano then vomited 380 million cubic metres of tephra in the form of ash plumes and pyroclastic flows that covered the north of the island. The eruption killed 1,565 people. It is described in my book Killer Volcanoes.

++++++++++

A powerful eruptive episode occurred at Suwanosejima‘s Mt. Otake crater (Ryukyu Islands:/ Japan) at 2:51 (local time) on December 28th, 2020. The Alert Level was raised from 2 to 3.

There were no immediate reports of injuries.

The volcano ejected material as far as 1.3 km from the crater. JMA warned they could affect an area of a 2-km radius. .

Source : Japan Meteorological Agency.

++++++++++

The Japan Met Agency (JMA) has recorded an increase in seismicity  at Shinmoedake  (Kirishimayama / Japan). Although no changes were detected in deformation and emission data, the Alert Level was raised to 2 (on a scale of 1-5) on December 25th, 2020 and the public was advised not to enter a 2-km radius from the crater.

++++++++++

The Kilauea eruption (Hawaii) is going on in a fairly stable way. Activity is confined to Halema’uma’u with lava erupting from a vent with two or three narrow channels on the northwest side of the crater.

SO2 emissions are decreasing and still about 5,500 tonnes per day.

Summit tiltmeters continue to record weak inflationary tilt. Seismicity remains elevated but stable.
The lava lake within Halema’uma’u Crater has changed little during the past days. Its surface lies about 408 m below the south crater rim. Its volume is about 23 million cubic metres. Its latest dimensions are 770 by 490 m for an area of about 29 ha. The narrow ledge around the lake suggests that its surface shows a tendency to drop.

Source: HVO.

The lava lake is very deep in the crater and can’t be seen from the official observation platforms. Numerous tourists are fined 150 dollars by the rangers for walking beyond the safety ropes and barriers.

++++++++++

In its latest weekly report, INGV indicates that Strombolian activity of varying intensity is observed, punctuated by ash emissions at the eastern vent of Mt Etna’s SE crater. This activity is perfectly visible on the images of the L.A.V.E. webcam. Strombolian activity continues within the Voragine and the NE Crater. The tremor is fairly stable and displays medium values. No significant deformation of the volcanic edifice hs been observed.

Source: INGV.

++++++++++

As I put it before, GeoNet is keeping a close watch at Mt Ruapehu (New Zealand). The temperature of the Crater Lake decreased from 43 to 41°C during the past week. Elevated volcanic tremor is still ongoing along with a few volcanic earthquakes.

The Alert Level remains at 2 and the Aviation Colour Code at Yellow.

Mount Tongariro and the Tongariro Alpine Crossing are not affected by increased volcanic unrest at Mount Ruapehu and remain open.

L’activité du Cratère SE de l’Etna vue par la webcam L.A.V.E.

 

 Vue du lac de lave du Kilauea et de son alimentation le 29 décembre 2020

(Crédit photo : HVO)

Nouvelles du Kilauea (Hawaii) // News of Kilauea (Hawaii)

Le HVO n’a pas diffusé de nouveau bulletin, mais les images des différentes webcams montrent que, comme cela était prévisible, la lave continue à alimenter le lac au fond du cratère de l’Halema’uma’u. Au vu des images de la webcal thermiques, la bouche nord est la principopale source d’alimentation. Les inclinomètres révèlent toujours une inflation de l’édifice volcanique, signe que le magma exerce une pression considérable. Le dégazage est moins important que les jours précédents et la vue est donc moins spectaculaire depuis la terrasse d’observation du Jaggar Museum. Les rangers continuent à verbaliser (150 dollars minimum) les personnes qui franchissent les barrières de sécurité pour essayer de photographier ou filmer le fond du cratère. Les agences d’hélicoptères voient les clients revenir en grand nombre, en dépit de la pandémie de Covid-19.

°°°°°°°°°°°°°°°°

20h00 (heure française) / 9h00 (heure d’Hawaï): L’éruption se poursuit dans le cratère de l’Halema’uma’u.

Le lac de lave est alimenté par une bouche sur la paroi inférieure nord-ouest du cratère.

L’activité des deux chenaux d’alimentation a diminué au cours des dernières heures. Le lac de lave a une profondeur de 177 m et se trouve à environ 408 m sous la lèvre sud du cratère. Le volume du lac reste stable à environ 21 millions de mètres cubes

Les émissions de SO2 ont chuté à environ 5 000 tonnes / jour.

La sismicité reste élevée mais stable.

Les inclinomètres au sommet du Kilauea continuent d’enregistrer une faible inflation.

Plus important, les données sismiques ou de déformation n’indiquent pas que du magma se déplace dans les zones de rift du Kilauea.

Source: HVO.

—————————————–

HVO has not released a new update, but images from the webcams show that, as expected, lava continues to feed the lake at the bottom of Halema’uma’u Crater. Judging from the thermal webcam, the northern vent seems to be the main feeding source.Tiltmeters still show an inflation of the volcanic edifice, a sign that the magma is exerting considerable pressure. The degassing is less significant than the previous days and the view is therefore less spectacular from the Jaggar Museum observation deck. Rangers continue to issue fines (minimum $ 150) to people who walk beyond the security barriers to try to photograph or film the bottom of the crater. Helicopter companies are welcoming customers in large numbers, despite the Covid-19 pandemic.

°°°°°°°°°°°°°°°°

8 pm (French time) / 9 am (Hawaii time):  The eruption continues in Halema’uma’u Crater.

The lava lake is fed by a vent on the northwest side of the crater. Activity of the two narrow channels has decreased in the past hours. The lava lake is 177 m deep and about 408 m below the south rim of Halema’uma’u Crater. The lake volume remains about 21 million cubic metres

SO2 emissions have dropped to about 5,000 tonnes/day.

Seismicity remains elevated but stable.

Summit tiltmeters continue to record a weak inflation. Most importantly, there is no seismic or deformation data to indicate that magma is moving into Kilauea’s rift zones.
Source: HVO.

Source : HVO

Ça se bouscule sur le Kilauea (Hawaii) et l’éruption évolue! // Huge crowds on Kilauea (Hawai) and the eruption is changing!

Le Parc National des Volcans d’Hawaï a temporairement fermé pendant la nuit les campings et chemins de randonnée de l’arrière-pays en raison d’une augmentation trop importante du nombre de visiteurs venus voir la nouvelle éruption du Kilauea. Le Parc rouvrira ces secteurs une fois que du personnel supplémentaire du Service des Parcs Nationaux sera sur place pour aider à gérer la situation.

La sécurité est la priorité du personnel du Parc, et l’augmentation soudaine du nombre de visiteurs pose des problèmes de gestion et de surveillance dans les zones reculées du Parc.

L’éruption se limite actuellement au cratère de l’Halema’uma’u. Les rangers sont confrontés à de longues files de véhicules qui génèrent des problèmes de stationnement jour et nuit.

Plusieurs milliers de personnes se rassemblent sur l’Overlook (le terrasse d’observation) pour voir la lave illuminer les volumineux panaches de gaz et de vapeur qui sortent du cratère. Depuis la terrasse d’observation, il est impossible de voir le fond du cratère, de sorte que de nombreux visiteurs s’avancent au-delà des panneaux d’interdiction, des barrières et des cordes de protection pour atteindre la lèvre du cratère, avec tous les risques que cela suppose. Plusieurs personnes ont été verbalisées pour avoir ouvertement ignoré les mesures de sécurité. Les amendes commencent à 150 dollars, augmentent si récidive, et peuvent se solder par l’expulsion du Parc.

La pandémie de COVID-19 n’arrange rien. En dépit du grand nombre de personnes qui s’entassent sur la terrasse d’observation et à d’autres endroits, de nombreux visiteurs ne portent pas de masque et se trouvent à moins de 1,80 mètre – la distance légale – les uns des autres.

Source: HVNP.

Cet article a été diffusé par le Parc le 25 décembre, mais la situation est en train d’évoluer !

22h00 (heure française): 11h00 (heure locale): Dans le même temps, la situation évolue dans le cratère de l’Halema’uma’u et l’éruption deviendra probablement moins fascinante pour les visiteurs. En effet, tôt le matin du 26 décembre, la bouche ouest s’est réactivé tandis que la bouche nord s’est calmée et a commencé à faire se vider le lac. Les émissions de SO2 sont en baisse; elles sont tombés à 16 000-20 000 tonnes par jour et les panaches de gaz sont beaucoup moins volumineux. Le niveau du lac s’est abaissé d’environ 2 mètres, comme le montre la bande noire autour de son rebord nord Autre changement : les inclinomètres du sommet ont continué à enregistrer une lente déflation jusqu’à un peu avant 3 heures du matin le 26 décembre, date à laquelle ils sont passés en mode inflationniste. La sismicité reste élevée mais stable. L’îlot de lave qui flottait dans le lac de lave s’est immobilisé près de la bouche nord.

Source: HVO.

L’éruption va probablement évoluer, mais personne ne sait comment. Personellement, je mise sur une réapparition de la lave dans l’Halema’uma’u d’ici quelques heures.

————————————-

Hawaii Volcanoes National Park has temporarily closed the backcountry to overnight use due to a surge in visitors coming to see the new eruption at Kilauea volcano. The park will reopen overnight backcountry use once additional National Park Service staff is brought in to help manage the evolving eruption.

Safety is the park staff’s first priority, and the unexpected increase in visitors limits their capacity to manage and respond to incidents in remote backcountry areas of the park

The eruption is currently contained within Halema’uma’u Crater. Park rangers are managing large volumes of traffic and parking overflow day and night. Several thousand people gather at Kilauea Overlook to watch lava deep within the crater illuminate towering plumes of gas and steam. Many visitors disregard closure signs and post-and-cable barriers to get a closer look from the crater’s edge, putting themselves at great risk. Several persons have been fined for openly disregarding the safety measures. Fines for violating national park rules start at $150; they increase after multiple violations and can lead to being expelled from the Park.

The COVID-19 pandemic adds to the complexity of ensuring safe viewing of the eruption. Despite the crowding at Kilauea Overlook and other locations, many visitors are not wearing masks and are less than 1.80 metres – the legal distance – from one another.

Source: HVNP.

This article was released by the Park on December 25th, but the situation is changing!

22:00 (French time) : 11 am (local time) : Meantime, the situation is changing within Halema’uma’u and the eruption will probably become less fascinating to the visitors. Indeed, early in the morning of December 26th, the west vent reactivated while the north vent quieted and started to drain the lake. SO2 emissions are declining; they have dropped to 16,000-20,000 tonnes per day and the gas plumes are much less voluminous. The level of the crater lake has bone down by about 2 metres, leaving a narrow black ledge around the north edge
Another change is that the summit tiltmeters continued to record a slow deflationary tilt until just before 3 am on December26th when it switched to inflationary tilt. Seismicity remained elevated but stable.
The island of cooler, solidified lava floating in the lava lake has apparently grounded itself near the north vent.

Source : HVO.

The eruption will probably evolve in another way, but nobody knows how. Personally, I would bet on lava coming back into Halema’uma’u in a few hours.

Webcam HVO à 11h42 (heure locale le 26 décembre 2020

Déflation et inflation au sommet du Kilauea le 26 décembre au matin

(Source : HVO)