L’activité à la Fossa di Vulcano (Iles Eoliennes) // Activity at Vulcano’s La Fossa (Aeolian Islands)

Suite à la récente hausse du niveau d’alerte du Vert au Jaune pour la Fossa di Vulcano, l’INGV a intensifié la surveillance du volcan. Le 12 octobre 2021, les scientifiques ont échantillonné des gaz dans quatre fumerolles sur la lèvre et sur le flanc interne du cratère, ainsi qu’une fumerolle à basse température sur la plage de Porto Levante. Les échantillons ont été remis au laboratoire de Palerme pour analyse. Parallèlement à l’échantillonnage, les scientifiques ont effectué des mesures de température.

La température des fumerolles dépasse régulièrement 100 °C et ne peut pas être mesurée avec des thermomètres normaux. Il a fallu recourir à un thermomètre de type K, l’instrument que j’ai utilisé dans les années 1990 lorsque le volcan avait déjà connu une augmentation de température. A cette occasion, j’ai mis au point un manchon de cuivre destiné à protéger la sonde du thermomètre qui était attaquée par les vapeurs acides et cessait rapidement de fonctionner.

L’INGV explique que les valeurs mesurées peuvent évoluer avec le temps et en fonction des différentes fumerolles. Elles atteignaient 344 °C lors de la campagne d’octobre.
Le niveau d’alerte a également été relevé en raison de la modification des paramètres géophysiques et géochimiques sur La Fossa au cours de l’été 2021. Les fumerolles avaient mis en évidence une augmentation du CO2 et du SO2. La micro-sismicité locale liée à la dynamique du système fumerollien a également montré une augmentation ces dernières semaines.

A noter que depuis la dernière éruption (1888-1890), La Fossa a déjà traversé des périodes d’intensification de dégazage – de faible à forte – avec de grandes quantités de gaz à partir de 1977. Dans une note publiée en 1992, j’ai mis en garde sur le risque de mauvaise interprétation des fumerolles de La Fossa. En effet, j’avais remarqué que le volume des panaches variait considérablement avec la température et l’hygrométrie de l’air ambiant. J’avais effectué plusieurs relevés dans ce but à l’aide d’un thermomètre et d’un hygromètre.

En ce qui concerne les températures, deux hausses significatives se sont produites entre 1916 et 1927, puis entre 1988 et 1995. Elles ont atteint respectivement 623 °C et 700 °C.
J’ai décrit en 2005 la situation des années 1990 pour l’association L.A.V.E. dans le mémoire n°8 intitulé « L’Ile de Vulcano ». J’y expliquais la composition du gaz, ainsi que les températures maximales que j’avais mesurées au niveau du cratère (687°C le 23 avril 1993 ; 670° en juin 1993 ; 630° en juillet 1994 ; 570° en mai 1995, avec une baisse régulière jusqu’en avril 2003 où j’ai mesuré un maximum de 385° C. Comme je l’ai indiqué précédemment, un chercheur de l’Institut des Fluides de Palerme, m’a expliqué que l’augmentation en température a probablement été causée par un diapir. C’est peut-être aussi la cause de la situation actuelle. Les prochains mois nous diront s’il faut vraiment s’inquiéter. Le bon point est que le niveau d’alerte a été relevé à la fin de la saison touristique alors qu’en 1993, l’augmentation de la température s’est produite au printemps.

Coulée de soufre sur la lèvre du cratère de la Fossa

Photos : C. Grandpey

—————————————-

Due to the recent increase of the alert level from Green to Yellow for la Fossa di Vulcano, INGV has intensified the monitoring of the volcano. On October 12th, 2021, researchers sampled gases at four fumaroles on the rim and inner slope of the crater, as well as a low-temperature fumarole at the Porto Levante beach. The samples were handed to the Palermo laboratory for analysis. Together with the sampling, the scientists carried out temperature measurements.

The temperatures of the fumaroles regularly exceed 100 °C and cannot be measured with normal thermometers. They had to resort to a type K thermometer, the instrument I used in the 1990s when the volcano had already gone through an increase in temperature. On that occasion, I invented a coppe sleeve to protect the thermometer’s probe which stopped working after a short time beacause of the acid vapours.

INGV explains that measured values can change with time and vary strongly among the different fumaroles.. They reached 344 °C during the October campaign.

The alert level was raised because of changed in geophysical and geochemical parameters during the summer of 2021 on La Fossa.. The fumaroles had evinced an increase in CO2 and SO2. Local micro-seismicity linked to the dynamics of the fumarolic system has also shown an increase in recent weeks.

It should be noted that since the last eruption (1888-1890), La Fossa has gone through periods of different degassing intensities – from weak to strong – returning to emit large quantities of gas starting from 1977. In a note released in 1992, I warned about the misinterpretation of the fumaroles at La Fossa because I noticed that the volume of the plumes varied considerably with the temperature and hygrometry of the ambient air.

As far as the temperatures are concerned, two notable increases occurred between 1916 and 1927 and between 1988 and 1995. They reached up to 623 °C and 700 °C, respectively.

I described the situation of the 1990s for the L.A.V.E. association in a paper entitled « L’Ile de Vulcano », I explained the gas composition, as well as the maximum temperatures I measured at the crater (687°C on April 23rd, 1993; 670° in June 1993; 630° in July 1994; 570° in May 1995, with a regular decrease until April 2003 when I measured a maximum of 385°C. As I put it before, one of the guys of the Institute of the Fluids of Palermo, explained me that the incease in temperature was probably caused by a diapir. This may also be the reason of the current situation. The next months will tell us whether we should really worry. The good point is that tha alert level was raised at the end of the tourist season whereas in 1993, the increase in temperature occurred in Spring.

Volcans du monde // Volcanoes of the world

Voici quelques nouvelles de l’activité volcanique dans le monde:

C’est, bien sûr, l’activité du Cumbre Vieja sur l’île de La Palma qui retient l’attention. Le volcan reste très actif et continue à déverser sa lave. Les dégâts sont de grande ampleur, tant aux habitations qu’aux bananeraies qui sont la principale ressource économique de l’île. Selon les dernières données Copernicus, les coulées de lave ont déjà détruit 1 458 bâtiments et recouvert 640,27 hectares. La sismicité reste élevée, avec des événements atteignant M 4,3 et 4,4 ressentis partout dans l’île. Personne ne sait pendant combien de temps l’éruption est susceptible de durer.

++++++++++

Les carabiniers de Vulcano (Iles Eoliennes / Sicile) sont intervenus dans le quartier de Porto Levante dans certaines maisons où les habitants avaient signalé la présence de fumées provenant du sous-sol . Certains animaux domestiques avaient été indisposés. Par précaution, les personnes concernées ont été évacuées. L’INGV a confirmé un phénomène de dégazage avec des valeurs de CO2 supérieures à la normale.
Toutes les personnes évacuées ont trouvé un logement, certains dans un centre d’hébergement, d’autres chez des membres de leur famille résidant sur l’île.
Début octobre, la Protection Civile a élevé le niveau d’alerte à la couleur Jaune pour l’île de Vulcano, suite aux changements importants intervenus dans divers paramètres géophysiques et géochimiques, avec en particulier une intensification de l’activité fumerollienne et une hausse de la température des fumerolles dans le cratère.

Bombe ‘en croûte de pain’ sur la lèvre du cratère de La Fossa (Photo: C. Grandpey)

++++++++++

L’éruption du Kilauea (Hawaii) continue et reste confinée à l’intérieur du cratère del’Halema’uma’u. La lave est émise par une bouche unique dans la paroi ouest du cratère. La surface du lac de lave s’élève en moyenne de un à deux mètres par jour. Le total de lave émise est estimé à 15,9 millions de mètres cubes. La sismicité et les émissions de SO2 restent élevées. Elles atteignaient 6,800 tonnes par jour le 12 octobre 2021. Les tiltmètres enregistrent actuellement une légère inflation de l’édifice volcanique. Aucune activité particulière n’a été observée sur l’East Rift Zone.

Crédit photo: HVO

++++++++++

C’est toujours le calme plat sur la péninsule de Reykjanes (Islande). La lave ne sort plus du Fagradalsfjall où l’éruption est probablement terminée. La sismicité est beaucoup moins intense dans la région de la montagne Keilir. Personne n’est capable de dire si elle a été causée par une intrusion magmatique ou si elle est le résultat de la tectonique dans la région.

Montagne de Keilir (Crédit photo: Wikipedia)

°°°°°°°°°°

Ces informations ne sont pas exhaustives. Vous en trouverez d’autres (en anglais) en lisant le bulletin hebdomadaire de la Smithsonian Institution :
https://volcano.si.edu/reports_weekly.cfm

—————————————

Here is some news of volcanic activity around the world :

It is, of course, the activity of Cumbre Vieja on the island of La Palma that commands attention. The volcano remains very active and continues to pour out its lava. The damage is extensive, both to homes and banana plantations which are the main economic resource of the island. According to the latest Copernicus data, lava flows have already destroyed 1,458 buildings and covered 640.27 hectares. Seismicity remains high, with events reaching M 4.3 and 4.4 felt all over the island. No one knows how long the eruption is likely to last.

++++++++++

The carabinieri of Vulcano (Aeolian Islands / Sicily) intervened in some homes of the Porto Levante where residents had reported the presence of smoke coming from the basement of their houses. Some domestic animals had felt sick. As a precaution, the people concerned were evacuated. INGV has confirmed a degassing phenomenon with CO2 values higher than normal.
All of the evacuees found accommodation, some in an accommodation center, others with family members on the island.
At the beginning of October, the Civil Protection had raised the alert level to Yellow for the island of Vulcano, following significant changes in various geophysical and geochemical parameters, with an intensification of fumarole activity and an increase in the temperature of the fumaroles in the crater.

++++++++++

The eruption of Kilauea (Hawaii) continues and remains confined inside Halema’uma’u Crater. Lava is emitted from a single vent in the western wall of the crater. The surface of the lava lake rises by about one to two meters per day on average. The total lava emitted is estimated at 15.9 million cubic meters. Seismicity and SO2 emissions remain high. They reached 6,800 tons per day on October 12th, 2021. The tiltmeters are currently recording a slight inflation of the volcanic edifice. No particular activity was observed in the East Rift Zone.

++++++++++

The situation is quiet on the Reykjanes peninsula (Iceland). Lava no longer comes out of Fagradalsfjall where the eruption is probably over. Seismicity is much less intense in the Keilir mountain region. No one is able to tell if it was caused by magmatic intrusion or if it was the result of tectonics in the area.

°°°°°°°°°°°

This information is not exhaustive. You can find more by reading the Smithsonian Institution’s weekly report:

https://volcano.si.edu/reports_weekly.cfm

Volcans : on sait observer, constater, mais on ne sait pas prévoir !

Les derniers événements à Hawaii, en Islande, à La Palma et sur l’île de Vulcano confirment notre incapacité à prévoir les éruptions volcaniques. Certes, les nombreux instruments installés sur les volcans signalent des anomalies dans les profondeurs de la Terre, mais la suite est beaucoup plus difficile à prévoir. Lorsque la situation semble devenir une menace pour les populations, on applique le principe de précautions et on évacue les zones potentiellement exposées aux coulées de lave, comme cela vient de se produire à La Palma.

A Hawaii, le Kilauea est truffé d’instruments. Pourtant, la dernière éruption a surpris le personnel de l’observatoire, le HVO. Il suffit de lire le rapport de la veille du réveil du volcan. On peut lire le 28 septembre 2021 que « le volcan Kilauea n’est pas en éruption. Suite à la récente intrusion de magma sous la surface dans la zone au sud de la caldeira de Kilauea, qui a considérablement ralenti le 30 août, les niveaux de sismicité et de déformation du sol dans cette zone sont restés proches de ceux qui ont précédé l’intrusion. D’autres données de surveillance, comme les émissions de dioxyde de soufre et les images des webcams, ne montrent aucun changement significatif. […] Ces observations suggèrent que l’apport de nouveau magma à l’intrusion s’est arrêté. » Le 29 septembre 2021, les géologues du HVO ont aperçu « une lueur dans les images de la webcam du sommet du Kilauea indiquant qu’une éruption avait commencé dans le cratère de l’Halema’uma’u. » Les images de la webcam montraient des fissures à la base du cratère, avec des coulées de lave à la surface du lac de lave qui était actif jusqu’en mai 2021. C’est un peu comme s’ils avaient découvert l’éruption en ouvrant la fenêtre de l’observatoire!
C’est ce qu’on appelle une prévision ratée.

Crédit photo: HVO

°°°°°°°°°°

En Islande, cela fait plus de trois semaines que la lave a cessé de s »écouler du Fagradalsfjall et personne n’est capable de dire si l’éruption est réellement terminée. Lorsque la lave a cessé de s’échapper du cratère principal, les sismomètres ont détecté l’apparition d;’événements dans la région de la montagne Keilir, à quelques kilomètres du Fagradalsfjall. S’agissait-il d’une migration du magma? D’une intrusion magmatique? Une nouvelle sortie de lava allait-elle avoir lieu? Impossible de le dire. Les images satellitaires n’ont détecté aucune inflation ou déformation du sol dans la région du Keilir susceptibles d’indiquer une remontée du magma vers la surface. On est donc dans l’attente. Wait and see, comme disent les Anglo-Saxons. Ces derniers jours on observe un déclin de la sismicité, mais là encore; la prévision volcanique est en berne. Par bonheur, aucune zone habitée ne serait vraiment menacée par la lave. C’est bien cela le but de la prévision volcanique: protéger les populations et éviter que des personnes se fassent tuer.

Calme plat sur le Fagradalsfjall (capture écran webcam)

°°°°°°°°°°°

S’agissant du Cumbre Vieja sur lîle canarienne de La Palma, les signes annonciateurs d’une éruption sont apparus en octobre 2017, soit quatre ans avant son déclenchement. Un essaim sismique avec des événements entre M 1,5 et M 2,7 avait débuté le 7 octobre de cette année-là sous le Cumbre Vieja, avec 68 événements enregistrés sous le volcan. Les autorités ont décidé d’intensifier la surveillance du volcan.

Nouvelle alerte sismique le 10 février 2018, avec des événements plus significatifs que ceux de l’essaim d’octobre 2017. Leur magnitude allait de M 1,6 à M 2,6. Diminution de la profondeur des séismes au cours de l’essaim, ce qui semblait indiquer une ascension du magma vers la surface.

L’éruption a finalement eu lieu le 19 septembre 2021, donc longtemps après la première alerte sismique. Elle a été précédée d’un un essaim sismique qui avait mis les autorités en alerte pour une éventuelle éruption volcanique.

Il s’agit d’une éruption strombolienne, semblables à celles que l’on observe sur l’Etna. Ce sont les coulées de lave qui représentent le principal danger car elles détruisent tout sur leur passage. le risque humain est très faible et la prévision volcanique a donc moins d’importance que sur des volcans comme le Mayon (Philippines) ou le Merapi (Indonésie).

Personne ne sait combien de temps durera l’éruption du Cumbre Vieja (capture écran webcam)

°°°°°°°°°°

On observe des signes d’agitation sur l’île éolienne de Vulcano (Sicile). Ces dernières semaines, les panaches fumerolliens dans le cratère de La Fossa se sont intensifiés. les instruments de mesure ont détecté des modifications des paramètres géophysiques et géochimiques et la température des gaz s’est accrue. Aux dernières nouvelles, elle atteignait 340°C. La dernière éruption de ce volcan remonte aux années 1890, donc très récemment d’un point de vue géologique.

Une alerte du même type que celle de 2021 a été observée dans les années 1990. On avait alors observé une forte hausse de la température des gaz, beaucoup plus importante que le pic actuel. L’alerte s’était produite au printemps, à la veille de la saison touristique. Il ne fallait donc pas se rater dans la prévision. A l’époque, certains paramètres comme la sismicité et la déformation du volcan n’avaient rien d’inquiétant. Aucune mesure particulière n’a été conseillé par l’équipe scientifique qui travaillait sur le volcan a cette époque. Par la suite, la température des gaz a baissé et La Fossa di Vulcano a retrouvé son aspect habituel. Un géochimiste de l’Institut des Fluides de Palerme m’avait expliqué qu’un diapir avait probablement provoqué la hausse des températures.

En 2021, la hausse d’activité a lieu en octobre. Il y aura donc peu de touristes à Vulcano dans les prochains mois. Si une crise éruptive devait se produire, l’évacuation de l’île serait relativement aisée.

Comme l’a fort bien dit le géologue Nieves Sánchez, chercheur à l’Institut géologique et minier d’Espagne, « la volcanologie n’est pas une science exacte. Il y a beaucoup de variables que nous ne contrôlons pas et d’autres que nous ne connaissons même pas. Nous en savons de plus en plus et avons de meilleurs instruments, mais même ainsi, il est souvent impossible de connaître le résultat. Nous faisons de la géologie d’urgence. »

Fumerolles à Vulcano (Photo: C. Grandpey)

Eruption du Cumbre Vieja (La Palma) : Dernières nouvelles // Latest news

8 heures : Les images de la webcam montrent que l’éruption du Cumbre Vieja reste intense avec des fontaines de lave qui montrent encore une belle énergie.

Sans grande surprise, l’IGN, a fixé à 2 l’indice d’explosivité volcanique (VEI) du Cumbre Vieja. L’échelle du VEI va de 0 à 8. Comme je l’ai indiqué précédemment, l’éruption actuelle est de type strombolien avec des phases effusives significatives. S’il ne s’agit pas d’une éruption majeure, elle cause de gros dégâts car des cultures (bananeraies en particulier), des bâtiments et des maisons d’habitation se trouvent sur la trajectoire des coulées de lave. L’éruption de 1971 avait, elle aussi, un VEI de 2.

Selon Pevolca, l’éruption du Cumbre Vieja qui dure maintenant depuis plus de deux semaines a jusqu’à présent détruit 413,38 hectares. Les coulées de lave atteignent parfois 1 250 mètres de largeur. A noter que le lundi 4 octobre les informations sur le nombre de bâtiments affectéés par l’éruption n’ont pas pu être mises à jour car les panaches de cendres ont empêché le satellite Copernicus de collecter des données fiables.

°°°°°°°°°°

20 heures : L’éruption continue ce soir, avec une zone de plus en plus grande couverte par la lave. INVOLCAN indique que 1 045 bâtiments ont été détruits depuis le début de l’éruption.
La superficie totale touchée par la lave est actuellement estimée à 413,38 ha avec un périmètre de 36,3 km et une largeur maximale de 1 250 m.
La plate-forme de lave dans la mer a une superficie de 32,7 ha et elle ne cesse d’augmenter. Elle fusionnera probablement bientôt avec celle créée lors de l’éruption de 1949.

Plusieurs centres éruptifs sont observés à l’intérieur du cratère principal, ainsi que deux autres du côté nord-ouest du cône. L’effondrement partiel du cratère observé le 3 octobre a entraîné la production de lave particulièrement fluide.
La hauteur de la colonne de gaz et de cendres atteignait 4,5 km le 4 octobre.
La sismicité a légèrement augmenté et a sa source à des niveaux profonds de la croûte terrestre, de sorte que l’ouverture d’une nouvelle bouche éruptive ne saurait être exclue.
On estime que l’éruption a jusqu’à présent émis 250 000 tonnes de SO2. Le panache a affecté toutes les îles Canaries, mais aussi l’Afrique du Nord, la Méditerranée et les Caraïbes. Comme je l’ai écrit précédemment, il a voyagé jusqu’au Svalbard dans l’Arctique.
Source : INVOLCAN, The Watchers.

———————————————

8:00 am: Webcam images show that the eruption of Cumbre Vieja remains intense with lava fountains still showing a lot of energy.
Not surprisingly, IGN has set the volcanic explosivity index (VEI) of Cumbre Vieja at 2. The VEI scale goes from 0 to 8. As I indicated previously, the current eruption is Strombolian type with significant effusive phases. If it is not a major eruption, it causes great damage because crops (banana plantations in particular), buildings and private houses are in the path of the lava flows. The 1971 eruption also had a VEI 2.

According to Pevolca, the eruption of Cumbre Vieja which has now lasted for more than two weeks has so far destroyed 413.38 hectares. Lava flows sometimes reach 1250 meters in width. On Monday, October 4th, the information on the number of buildings affected by the eruption could not be updated because the ash plumes prevented the Copernicus satellite from collecting reliable data.

°°°°°°°°°°

8:00 pm : The eruption continues tonight, with a larger and larger area covered by the lava. INVOLCAN reports That 1 045 buildings have been destroyed since the start of the eruption.

The total area affected by lava is currently estimated at 413.38 ha with a perimeter of 36.3 km and a maximum width of 1 250 m.

The lava platform in the sea has an area of 32.7 ha and it keeps increasing. It will probably soon merge with the one created during the eruption in 1949.

Several active centers are observed inside the main crater, as well as two others on the northwest side of the cone. The partial crater collapse on October 3rd contributed to the production of very fluid lava.

The height of the gas and ash column reached 4.5 km on October 4th.

Seismicity has increased slightly and is occurring at deep levels of the Earth’s crust, which suggests a new vznt ccannot be excluded..

It is estimated that the eruption has so far emitted 250 000 tons of SO2. The plume has affected the Canary Islands, but also North Africa, the Mediterranean and the Caribbean. As I put it before, it travelled as far as Svalbard in the Arctic.

Source: INVOLCAN, The Watchers.

Vue de l’éruption le 5 octobre 2021 au matin (capture écran webcam)