Turrialba et Tenorio (Costa Rica)

Jusqu’à présent cette année, le Turrialba avait montré un faible niveau d’activité avec quelques émissions de cendre sporadiques qui ne dépassaient généralement pas quelques centaines de mètres de hauteur. Cependant, dans la matinée du 6 février 2018, l’OVSICORI a enregistré une éruption significative avec une colonne de cendre qui a atteint 1000 mètres au-dessus du cratère. Cette activité s’est poursuivie pendant près d’une heure, et une autre éruption de moindre intensité a été enregistrée à 8 h 32. Le vent a envoyé la cendre vers plusieurs localités de San Jose, ainsi que vers certains secteurs de la province de Heredia.

Dans le même temps, les scientifiques étudient la sismicité du Tenorio. Il est considéré comme un volcan en sommeil ou inactif; cependant, la zone présente six failles qui génèrent une activité sismique. Cette année, l’activité sismique a augmenté, et depuis le 9 janvier 2018, la zone connaît un essaim comprenant 505 secousses de différentes magnitudes, avec des événements de M 4,5 et M 5,0.
La situation a attiré l’attention des scientifiques du Réseau National de Sismologie qui cherchent à savoir si les séismes ont un lien avec le mouvement de fluides ou de magma sous le volcan.

Source: The Costa Rica Star.

————————————

Up to now this year Turrialba had kept a low level of activity with only some ash emissions that did not usually exceed a few hundred metres above the crater. However, in the morning of February 6th, 2018, OVSICORI registered a significant eruption with a column that reached 1000 metres above the crater. This activity continued for almost one hour, and another smaller eruption was registered at 8:32 a.m. The winds sent the volcanic ash to several communities in San Jose, and also some areas of the province of Heredia.

Meantime, scientists are studying seismicity at the Tenorio Volcano. It is classified as a dormant or inactive volcano; however, the area presents six seismic faults which generate seismic activity. This year, seismic activity has been increasing, and since January 9th, 2018, the area has been affected by an earthquake swarm that registered 505 events of different magnitude, with events of M 4.5 and M 5.0.

The situation has raised the alert of scientists of the National Seismology Network who are working on finding out whether the earthquakes have any link to the movement of volcanic fluids beneath the volcano.

Source: The Costa Rica Star.

Episode éruptif avec émission de cendre sur le Turrialba

Publicités

Nouvelles du Sabancaya (Pérou) // News of Sabancaya (Peru)

Le dernier bulletin de l’INGEMMET pour la semaine du 29 janvier au 4 février 2018 indique que l’activité du Sabancaya connaît une baisse pour la deuxième semaine consécutive. On observe une moyenne de 22 explosions par jour. La sismicité est essentiellement dure à des mouvements de fluides sous l’édifice volcanique. Lors des explosions, les panaches de cendre montent en général à environ 3500 mètres au-dessus du cratère. Les inclinomètres révèlent que le volcan connaît une phase de déflation. Les émissions de SO2 atteignaient 3388 tonnes par jour le 31 janvier 2018.

————————————

INGEMMET’s latest update for the week January 29th to February 4th, 2018 indicates that Sabancaya’s activity has been declining for the second week in a row. There is an average of 22 explosions per day. Seismicity is essentially caused by movements of fluids beneath the volcanic edifice. During explosions, ash plumes usually rise about 3,500 metres above the crater. Inclinometers reveal that the volcano is experiencing a phase of deflation. SO2 emissions reached 3;388 tonnes per day on January 31st, 2018.

Séquence éruptive sur le Sabancaya le 30 janvier 2018 (Source : IGP)

Mayon (Philippines): L’éruption de 2018 // The 2018 eruption

Le Mayon reste très actif, même si l’intensité de l’éruption semble avoir légèrement diminué. Dans ses derniers bulletins, le PHILVOCS indique que de petites fontaines de lave sporadiques sont toujours observées au sommet, ainsi que des coulées de lave sur les flancs du volcan. La cendre s’évacue en général sous forme de panaches blancs à gris clair de faible hauteur, à l’exception de certains événements qui génèrent des panaches gris foncé qui montent plus haut au-dessus du cratère. L’activité s’accompagne de forts grondements audibles dans un rayon de 10 kilomètres. On observe toujours des coulées pyroclastiques et des coulées de lave. Ces coulées descendent les ravines Miisi, Basud et Bonga. Les coulées de lave dans les ravines Miisi et Bonga-Buyuan ont avancé respectivement sur 3,2 kilomètres et 4 kilomètres depuis le sommet. Des effondrements de blocs se produisent régulièrement sur les fronts et les marges des coulées au cours de leur progression. Les émissions de SO2 atteignaient en moyenne 3 066 tonnes par jour le 1er février 2018. Les mesures GPS indiquent une inflation de l’édifice volcanique depuis les mois d’octobre et novembre 2017. Cela montre que le magma continue à exercer une pression au cours de son ascension.
Le niveau d’alerte 4 reste en vigueur sur le Mayon.
Le PHILVOCS demande constamment au public de ne pas entrer dans la zone de danger de huit kilomètres de rayon et de se méfier des coulées pyroclastiques et des lahars susceptibles d’emprunter les ravines qui entaillent les flancs du volcan. Il est conseillé aux pilotes d’éviter de voler près du sommet du Mayon car la cendre émise par de soudaines éruptions peut être dangereuse pour les avions.
Source: PHILVOCS.

Les autorités locales ont ordonné à toutes les personnes vivant en dehors de la zone de danger de huit kilomètres de quitter les hébergements provisoires afin de résoudre le problème de surpeuplement dans les centres d’évacuation. L’occupation idéale des écoles est une salle de classe pour huit à dix familles mais actuellement, le taux d’occupation est d’une salle de classe pour 20, voire 30 familles. Le PHILVOCS a indiqué aux autorités locales que les personnes qui vivent à moins de neuf où dix kilomètres du cratère sont en sécurité. En effet, en prenant en compte l’histoire éruptive du Mayon, la distance maximale atteinte par les coulées pyroclastiques est de sept kilomètres. Le kilomètre supplémentaire ajouté à la zone de danger est une simple précaution en cas de scénario catastrophe.
Suite à la décision de déloger les personnes à l’extérieur de la zone de danger de 8 km, les camions de la police, de l’armée et des unités gouvernementales vont récupérer les personnes évacuées et les conduire à leur domicile. On s’attend à ce que certains habitants ne soient pas d’accord pour partir, par crainte de ne plus bénéficier des produits de première nécessité et d’autres avantages. Cependant, les autorités ont assuré à toutes les familles qu’il y aurait une distribution continue et qu’elles pourraient également bénéficier du programme «argent contre travail».
Une fois l’opération de transfert terminée, certaines personnes hébergées dans des centres d’évacuation surpeuplés seront conduites dans les écoles et les salles de classe qui vont se trouver libérées. Toutefois, des véhicules militaires et de police restent prêts à intervenir si une évacuation rapide s’avérait nécessaire.
Source: Manila Bulletin.

——————————————-

Mt Mayon is still very active, even though the intensity of the eruption seems to have slightly decreased. In its latest updates, PHILVOCS indicates that the volcano continues to exhibit sporadic and weak lava fountaining, continuous lava effusion and degassing from the summit crater. Much of the activity produces low white to light-gray plumes, with the exception of some events that produce higher gray ash plumes. The activity is accompanied by loud, booming sounds audible within 10 kilometres away. Episodes of pyroclastic and lava flows are still observed. They travel down the Miisi, Basud and Bonga gullies.The Miisi and Bonga-Buyuan lava flows have advanced to 3.2 kilometres and 4 kilometres, respectively, from the summit crater. Rockfall events are generated by the collapsing lava front and margins of the advancing lava flows. SO2 emissions reached an average of 3,066 tons per day on February 1st 2018. GPS measurements still indicate a sustained inflation of the edifice since November and October last year, which is consistent with pressurization by magma intrusion.

The alert level 4 remains in effect over Mayon Volcano.

PHILVOCS reminds the public to refrain from entering the eight kilometre-radius danger zone and to be additionally vigilant against pyroclastic flows and lahars along channels draining the edifice. Pilots are advised to avoid flying close to the volcano’s summit as ash from any sudden eruption can be hazardous to aircraft.

Source: PHILVOCS.

Authorities have ordered a decamp of all persons living outside the eight-kilometre danger zone to solve the problem of heavy congestion in the evacuation centres. The ideal ratio of classroom to evacuees is one room per eight to 10 families but currently, the ratio is at one classroom per 20 and even 30 families. PHILVOCS has said to local authorities that those living within nine and 10 kilometres away from the crater are already safe. Volcanologists also explained that, based on the history of Mayon’s eruption, the farthest distance of pyroclastic flows is seven kilometres away from the crater.The additional one kilometre serves as a precaution for a worst-case scenario.

As a consequence of the decision to decamp the persons outside the 8-km danger zone, trucks from the police, military and local government units will fetch the evacuees and transport them back to their houses. Some of the residents are expected to resist the decamp for fear that they will no longer avail of the relief goods and other benefits. However, authorities assured those economically-displaced families living outside the 8-km danger zone that there will be a continuous distribution of relief goods and they can also avail of the cash-for-work program.

Once the decamp is performed, some of the evacuees in congested evacuation centres will be transferred to schools and classrooms vacated as a result of the decamp. Military and police vehicles will be placed on standby if in case there is a need for quick evacuation.

Source: Manila Bulletin.

Carte des zones menacées par les coulées pyroclastiques (Source : PHILVOCS)

Eruption du Fuego (Guatemala)

Un violent épisode éruptif a secoué le Fuego le 1er février 2018. C’est la première éruption de cette nouvelle année. L’événement a duré une vingtaine d’heures, avec des coulées pyroclastiques et une colonne de cendre qui est montée jusqu’à 6 500 mètres d’altitude avant de s’étirer sur 40 km vers l’ouest et le sud-ouest.
Comme d’habitude, les coulées pyroclastiques ont emprunté les ravines Honda, Santa Teresa, Las Lajas et Ceniza sur des longueurs comprises entre 700 et 1 500 mètres. Des retombées de cendre ont été signalées dans plusieurs localités sous le vent.
À titre préventif, les autorités ont fermé la route nationale 14 au kilomètre 90 en raison de la menace des coulées pyroclastiques. En raison de l’augmentation de l’activité et de la présence de cendre, les écoles ont été fermées à Sacatepéquez et à Escuintla.
La population vivant à proximité du volcan est invitée à se conformer aux instructions fournies par les autorités et à rester à l’écart des ravines et autres lieux susceptibles d’être affectés par les matériaux expulsés par le cratère. En outre, des mesures de précaution doivent également être prises contre la cendre volcanique. Cela concerne les conteneurs où est stockée l’eau destinée à la consommation. Il est aussi conseillé de se protéger les yeux, le nez et la bouche en présence de fines particules de cendre et de signaler au CONRED les problèmes rencontrés.

Sources: The Watchers, INSIVUMEH, CONRED.
Vous trouverez des photos et des vidéos de l’événement sur le site web The Watchers à cette adresse:
https://watchers.news/2018/02/02/eruption-of-fuego-volcano-forces-school-closures-orange-alert-issued/

————————————–

A violent eruptive episode shook Fuego Volcano on February 1st 2018. It was the first eruption of the new year. The explosive event lasted 20 hours, with pyroclastic flows and an ash column that rose up to 6 500 metres above sea level before drifting over 40 km to the west and southwest.

As usual, the pyroclastic flows descended through the Honda, Santa Teresa, Las Lajas and Ceniza ravines with lengths between 700 and 1 500 metres. Ashfall was reported in several downwind communities.

As a preventive measure, authorities closed the National Route 14 at kilometre 90 due to the advance of pyroclastic flows. Because of the increase in activity and the presence of ash, all educational activities were suspended in Sacatepéquez and Escuintla.

The population living in the vicinity of the volcano is urged to comply with instructions issued by authorities and stay away from the ravines or places that could be affected by materials expelled from the crater. In addition, precautionary measures should also be taken as a protection from ashfall. This concerns the containers where water for human consumption is stored, covering eyes, noses and mouths in the presence of fine ash particles and reporting observed incidents to CONRED.

Sources : The Watchers, INSIVUMEH, CONRED.

Photos and videos of the event can be found on the website The Watchers at this address:

https://watchers.news/2018/02/02/eruption-of-fuego-volcano-forces-school-closures-orange-alert-issued/

Activité du Fuego en 2017 (Source: INSIVUMEH)

Eruption du Mayon (suite) // Eruption of Mayon Volcano (Continued)

Des épisodes éruptifs sont encore observés sur le Mayon, avec des fontaines de lave atteignant 200 mètres de hauteur, des coulées de lave et des avalanches pyroclastiques sur les flancs du volcan. Des retombées de cendre sont régulièrement signalées dans de nombreux secteurs. Les colonnes de cendre produites par les éruptions s’élèvent à plus de 1000 mètres au-dessus du cratère. Les scientifiques ont averti que, malgré les émissions de lave à répétition, le Mayon reste gonflé sous la pression du magma et pourrait connaître une violente éruption explosive. La direction actuelle du vent est susceptible de faire retomber la cendre sur les villes de Camalig et Daraga ainsi que dans certaines parties de Legazpi. Selon les journaux locaux, la cendre a interrompu la circulation dans au moins deux villes, à cause du manque de visibilité. Le niveau d’alerte est maintenu à 4. Le nombre de personnes évacuées atteint 84 339 personnes, soit 21 880 familles.
Aucune victime n’a été signalée et les autorités essayent de maintenir les gens hors de la zone de danger à 8 kilomètres autour du cratère. L’éruption pourrait durer des mois, en perturbant la vie et les moyens de subsistance des populations autour du Mayon. Les autorités locales s’inquiètent car les fonds d’aide aux sinistrés sont au plus bas et les fournitures telles que les masques anti-poussière seront vite épuisées si l’éruption dure. Elles conseillent fortement à la population de traiter rapidement les irritations de peau et les autres problèmes de santé, et aussi de nettoyer immédiatement les toitures et les voitures à cause de l’action corrosive de la cendre.
Comme je l’ai écrit dans ma dernière note précédente sur le Mayon, le gouvernement a évoqué la possibilité de créer un «no man’s land» permanent autour du volcan, une proposition difficile à mettre en place car elle concernerait des dizaines de milliers de personnes vivant dans les terres agricoles fertiles. Une autre possibilité serait de créer un parc national autour du volcan, avec des arbres qui pourraient constituer une protection contre les coulées pyroclastiques et les lahars qui mettent en danger les villages et les villes.
Source: Inquirer.net.

————————————

Eruptive episodes are still observed on Mayon, with lava fountains up to 200 metres high, and lava and pyroclastic flows. Ashfall is regularly reported in many areas. The ash columns produced by the eruptions rise more than 1,000 metres above the crater. Scientists have warned that despite the repeated eruptions of lava, Mayon is still swollen with magma below the surface and could erupt explosively. The current wind direction may bring ash fall to the towns of Camalig and Daraga as well as parts of Legazpi City. According to the local newspapers, the ash has halted vehicles in at least two towns due to poor visibility. The alert level is kept at 4. The number of evacuees has reached 84,339 persons or 21,880 families.

No injuries have been reported in the current eruption, but authorities have struggled to keep people out of the danger zone 8 kilometres from the crater. They are worried the eruption may last months, disrupting the lives and livelihoods of people in Mayon’s shadow. Provincial leaders say disaster funds are running low and have said supplies like facemasks will be depleted if the eruption lasts. They urge residents to seek treatment for skin irritation and other health issues and immediately clean their roofs and cars because of the corrosive effect of the volcanic ash,

As I put it in my previous note about mayon, the government has raised the possibility of creating a permanent « no man’s land » around Mayon, a sensitive and complicated proposal that would affect tens and thousands of people living in the fertile farmlands nearby. One possibility is expanding a national park around the base of the volcano, where trees could grow and become a buffer against volcanic flows endangering villages and towns.

Source : Inquirer.net.

Source: PHILVOCS

Mayon (Philippines) : Les derniers chiffres // The latest figures

Selon les derniers chiffres fournis par les autorités philippines, le nombre de personnes évacuées autour du Mayon atteint 81 618. 18 365 familles (soit 69 672 personnes) sont hébergées dans 69 centres d’évacuation, tandis que 2 822 familles (soit 11 946 personnes) vivent avec des parents à Camalig, Daraga, Malilipot et Santo Domingo.
L’activité du Mayon reste très intense. Le 26 janvier 2018 à 8 heures, le PHILVOCS indiquait que le volcan continuait de cracher de la lave depuis son cratère sommital. Sept épisodes de fontaines de lave ont été enregistrés, jusqu’à 500 mètres de hauteur, et avec des panaches de cendre montant jusqu’à trois kilomètres au-dessus du cratère. Le PHILVOCS a également enregistré 15 séismes d’origine volcanique et 19 épisodes de tremor correspondant aux fontaines de lave.
Le niveau d’alerte est maintenu à 4 sur une échelle de 5.

Sources : NDRRMC, PHILVOCS.

On trouve de nombreuses vidéos de l’éruption du Mayon sur YouTube. Voici une vidéo amateur réalisée le 25 janvier 2018. Même si la qualité n’est pas au rendez-vous, on voit parfaitement les fontaines de lave au sommet du volcan et les coulées de lave sur ses flancs.

——————————————

According to the latest figures released by the Philippine authorities the number of people evacuated around Mayon Volcano reached 81 618. 18 365 families (or 69 672 persons) are living in 69 evacuation centres, while 2 822 families (or 11 946 persons) are staying with relatives in Camalig, Daraga, Malilipot, and Santo Domingo.

Activity at Mayon is still quite intense. On January 26th 2018 at 8 a.m., PHILVOCS indicated that the volcano continued to spew lava from its summit crater. Seven episodes of lava fountaining were recorded, shooting up to 500 meters high and producing ash plumes reaching of up to three kilometres high above the crater. PHILVOCS also recorded 15 volcanic earthquakes and 19 tremor events corresponding to the lava fountaining.

The alert level is kept at 4 on a scale of 5.

Sources : NDRRMC, PHILVOCS.

One can find numerous videos of the eruption on YouTube. Here is one of them shot on January 25th 2018. Even though the quality is not good, one can perfectly see the lava fountains at the summit and the lava flows on the flanks of the volcano.

Mayon (Philippines): Les évacuations risquent de durer longtemps // Evacuations might last a long time

Une activité intense continue d’être observée sur le Mayon. Dans sa dernière mise à jour du 24 janvier 2018, le PHILVOCS indique que « 5 épisodes de fontaines de lave intenses mais sporadiques » ont été enregistrés sur le volcan. Les fontaines atteignaient 500 à 600 mètres de hauteur et généraient des panaches de cendre montant jusqu’à 5 kilomètres au-dessus du cratère. La lave continue à alimenter des coulées dans les ravines Mi-isi et Bonga. Des coulées pyroclastiques sont également observées sur des distances atteignant 5 km par rapport au cratère.

Le nombre de villageois déplacés dépasse maintenant 74 000. Les autorités s’attendent à une urgence humanitaire qui pourrait durer plusieurs mois. Il n’y a pas eu de victimes de l’éruption jusqu’à présent et les forces de l’ordre font leur possible pour empêcher les villageois et les touristes de s’infiltrer dans les zones dangereuses.
Les personnes évacuées vivent dans 66 centres d’hébergement d’urgence dans neuf localités de la province d’Albay où se trouve Mayon. Si l’on se réfère aux précédentes éruptions, l’éruption actuelle pourrait durer de deux à quatre mois. Les autorités locales et nationales s’efforcent d’atténuer l’impact de l’éruption sur les écoles, la santé et la sécurité publique, ainsi que sur les moyens de subsistance.
Des centres d’enseignement temporaires seront installés dans des dizaines d’écoles transformées en centres d’évacuation afin de permettre aux classes de continuer. Les animaux domestiques seront conduits dans des zones plus proches de leurs propriétaires dans les centres d’évacuation pour éviter d’autres pertes. La ville de Camalig dans la province d’Albay a déjà mis en place une zone pour les animaux de ferme.
Bien que le Mayon soit entré en éruption une cinquantaine de fois au cours des 500 dernières années, il attire de nombreux randonneurs et touristes. En 2013, cinq d’entre eux qui s’étaient aventurés près du sommet malgré les mises en garde ont été tués. L’éruption la plus destructrice, en 1814, a tué plus de 1 200 personnes et enseveli la ville de Cagsawa sous des coulées de boue. Le beffroi de l’église est toujours présent pour rappeler la colère du Mayon.
Source: WBOC-TV Salisbury.

—————————————-

Intense activity continues at Mayon Volcano. In its latest update on January 24th 2018, PHILVOCS indicates that 5 more episodes of intense but sporadic lava fountaining were observed on the volcano.They reached from 500 metres to 600 metres high and generated ash plumes that reached up to 5 kilometres above the crater. The events fed lava flows on the Mi-isi and Bonga Gullies. Pyroclastic flows were also observed. They now travel as far as 5 kilometres from the crater.

The number of displaced villagers has now swelled to more than 74,000 and is causing officials to brace for a humanitarian emergency they fear could last for months. There have been no reports of injuries so far and law enforcers have struggled to keep villagers and tourists from sneaking into danger zones.

The evacuees are living in at least 66 emergency shelters in nine municipalities in Albay province where Mayon lies. Based on its previous eruptions, Mayon’s restiveness could last from two to four months, prompting Albay and national authorities to take steps to ease the impact on schools, public health and safety, livelihood and law and order.

Temporary learning centres will be set up in dozens of schools turned into evacuation centres to allow classes to continue, and farm animals will be brought to areas closer to their owners in evacuation camps to prevent more losses to villagers’ livelihoods. Camalig in Albay has already set up an area for rescued farm animals.

Although Mayon has erupted about 50 times in the last 500 years, it has remained popular among climbers and tourists. In 2013, five climbers who had ventured near the summit despite warnings were killed. Its most destructive eruption, in 1814, killed more than 1,200 people and buried the town of Cagsawa in volcanic mud. The belfry of Cagsawa’s stone church still juts from the ground in a reminder of Mayon’s fury.

Source :  WBOC-TV Salisbury.

Crédit photo: Wikipedia