Kadovar (Papouasie-Nouvelle-Guinée // Papua-New-Guinea)

Le volcan Kadovar en Papouasie-Nouvelle-Guinée n’est certainement pas le plus connu des volcans de la planète. Cependant, on peut lire sur le très intéressant site « The Watchers » (https://watchers.news/2018/01/06/dormant-kadovar-volcano-awakens-first-eruption-in-known-history-png/) que « plus de 500 personnes vivant sur l’île de Kadovar ont été évacuées suite à la première éruption historique du Kadovar. Ce volcan, en sommeil jusqu’à hier, fait partie des îles Schouten et se trouve au large de la Nouvelle-Guinée, à environ 25 km au nord de l’embouchure de la rivière Sepik. La dernière activité de ce volcan fut une période de phénomènes géothermaux en 1976. L’alerte aérienne a été élevée à la couleur Orange. Une grande partie de l’île est déjà couverte de lave. »
Le Kadovar est entré en éruption vers 12h00 (heure locale) le 5 janvier 2018. Les autorités ont envoyé des bateaux pour évacuer plus de 500 personnes vivant sur l’île.
Selon le VAAC de Darwin, le nuage de cendre atteignait une altitude de 2,1 km

Source: The Watchers.

Voici une petite vidéo de l’éruption:

————————————

Kadovar Volcano in Papua New Guinea is not the best known of the Earth’s volcanoes. However, we can read on the very interesting website “The Watchers” (https://watchers.news/2018/01/06/dormant-kadovar-volcano-awakens-first-eruption-in-known-history-png/) that “more than 500 people living on Kadovar Island have been evacuated following the first eruption of Kadovar volcano in known history. This volcano, dormant until yesterday, is part of the Schouten Islands, and lies off the coast of New Guinea, about 25 km north of the mouth of the Sepik River. The latest activity at this volcano was a period of heightened thermal phenomena in 1976. The Aviation Colour Code for the volcano was raised to Orange. A large part of the island is already covered in lava ».

Kadovar started erupting around 12:00 (local time) on January 5th, 2018, prompting authorities to send out boats to evacuate more than 500 people living on Kadovar Island.

According to Darwin VAAC, the volcanic ash cloud was reaching an altitude of 2.1 km a.s.l.

Source: The Watchers.

Publicités

La Chine s’attaque aux émissions de carbone // China tackles carbon emissions

Alors que l’administration Trump fait marche arrière dans la lutte contre le changement climatique, la Chine, elle, renforce son engagement.
Le Président chinois Xi Jinping a récemment tenu sa promesse de lancer un marché national du carbone. Même s’il n’est pas aussi ambitieux que le projet d’origine, le programme chinois, qui couvrira le secteur de l’électricité dans sa première phase, a déjà dépassé le marché du carbone de l’Union Européenne. En tant que tel, la Chine envoie un signal fort aux autres pays et leur montre qu’elle respecte l’Accord de Paris.
La Chine commencera par son secteur énergétique qui représente 46% des émissions de dioxyde de carbone dans le pays. Elle a ensuite l’intention d’étendre le programme, entre autres, à la pétrochimie, à la sidérurgie et à l’aviation. Si tout va bien, les experts disent que le programme pourrait permettre à la Chine d’atteindre ses objectifs de l’Accord de Paris sur le climat. Le marché pourrait réduire les émissions de dioxyde de carbone de la Chine de près de 30% d’ici 2030.
Une réussite du programme pourrait assurer à la Chine le statut de leader en matière de climat, d’autant plus que les États-Unis ne joueront plus un rôle prépondérant. En effet, l’administration Trump a clairement indiqué qu’elle ne considérait plus le changement climatique comme une menace pour la sécurité nationale.
S’agissant de ce nouveau marché du carbone, les objectifs de la Chine pourraient s’avérer difficiles à atteindre. Comme le fait remarquer la revue Scientific American, aucun système d’échange de carbone dans le monde, y compris ceux de l’UE et de la Californie, n’a permis de réduire significativement les émissions de CO2.
Source: Huffington Post.

——————————————

As President Trump’s administration takes steps backward in the world’s fight against climate change, China is ramping up its commitment.

Chinese Premier Xi Jinping recently made good on his promise to launch a national carbon market. Though not as ambitious a scheme originally touted, the program, which will cover China’s power sector in its first phase, has already overtaken the European Union carbon market as the world’s largest. As such, China sends a strong political signal internationally that the country is committed to the Paris Agreement.

China will start with its power sector, which accounts for 46 percent of the nation’s carbon dioxide emissions. It intends eventually to expand the program to petrochemicals, iron and steel, and aviation, among other industries. If all goes well, experts say the program could help China hit its Paris climate agreement targets. The market could reduce China’s carbon dioxide emissions by almost 30 percent by 2030.

A successful program may secure China’s status as a climate leader, particularly as the U.S. retreats from what had been a prominent role. Indeed, Trump’s administration has made it clear that it no longer considered climate change a national security threat.

China’s goals for its new carbon market could prove challenging to achieve. As Scientific American notes, no carbon trading system in the world, including those in the EU and in California, has resulted in significant reductions in CO2 emissions.

Source: Huffington Post.

Nuage de pollution industrielle au-dessus de la Mer de Bohai et de la Mer Jaune, en provenance de la côte orientale de la Chine (Crédit photo: NASA).