Glissements de terrain glaciaires // Glacial landslides

Au cours de ma conférence « Glaciers en péril », j’explique que la fonte et le recul des glaciers ont exposé les pentes de leurs encaissants; elles sont devenues instables et susceptibles de s’effondrer en produisant des glissements de terrain, voire des tsunamis. C’est ce qui s’est passé en Nouvelle-Zélande avec les glaciers Franz Josef et le Fox qui fondent à un rythme si rapide qu’il est devenu trop dangereux pour les touristes de s’aventurer dans leurs vallées, ce qui a mis fin à une tradition vieille d’un siècle.
De la même façon, dans une grande partie de l’Alaska côtière, le recul des glaciers a mis les pentes à nu, avec des risques de glissements de terrain. Les chercheurs qui surveillent le fjord de Barry Arm dans le Prince William Sound expliquent que le glissement de la pente s’est accéléré récemment, mais il est impossible de prévoir quand un glissement majeur se produira et déclenchera un tsunami potentiellement destructeur près de Whittier.
Le Barry Arm est surveillé de près depuis 2020, année où les scientifiques ont détecté pour la première fois des mouvements de terrain dans le fjord instable au nord-est de Whittier. C’est aussi l’époque où ils ont commencé à contrôler la zone avec des satellites.
Le flanc du Barry Arm pourrait s’effondrer dans le bras de mer en dessous et déclencher une vague qui pourrait présenter un risque certain pour les plaisanciers et les zones de loisirs à proximité. Dans le pire des cas, la vague pouvant atteindre 2 mètres de hauteur à Whittier.
Selon le service qui gère les levés géologiques et géophysiques, la pente glisse plus rapidement qu’elle ne le faisait depuis 2020, à un rythme de 4 à 6,5 centimètres par jour. La zone qui bouge se trouve directement au-dessus de l’eau. Il se peut que l’effondrement soit imminent. C’est pourquoi les scientifiques ne sont plus autorisés à accéder au site par la mer. Toutefois, les dernières données ne disent pas aux chercheurs quand un effondrement pourrait se produire.
Alors que les scientifiques surveillent de près le flanc du Barry Arm, d’autres pentes sont instables dans la région. Récemment, il y a eu un glissement de terrain sur le glacier Ellsworth près de Seward. L’événement a envoyé environ 10 millions de tonnes de matériaux. Heureusement, le glissement de terrain est resté sur la terre ferme.
Source : médias d’information américains.

——————————————-

During my conference « Glaciers at risk’, I explain that the melting and retreat of glaciers has left the slopes of their valleys exposed, unstable and more prone to collapse, generating landslides and possible tsunamis. For instance, this is what happened in New Zealand with the Franz Josef and Fox glaciers, which have been melting at such a rapid rate that it has become too dangerous for tourists to hike onto them from the valley floor, ending a tradition that dates back a century.

In much of coastal Alaska, glacial retreat has left slopes exposed, unstable and more prone to collapse. Researchers monitoring the landslide at Barry Arm in Prince William Sound say the slope’s movement has sped up recently, but it is impossible to forecast when a catastrophic slide might occur that could trigger a potentially life-threatening tsunami near Whittier.

Barry Arm has been closely monitored since 2020 when scientists first took note of movement at the unstable fjord northeast of Whittier and when they started controlling the area with satellites.

The slope at Barry Arm could slide into the water below, creating a wave that could pose a serious risk to nearby boaters and recreators and, in a worst-case scenario, a wave up to 2 meters high in Whittier.

According to the Department of Geological and Geophysical Surveys, the slope is moving faster than it has since 2020, at a rate of 4 to 6.5 centimeters per day. The area that is moving is directly above the water. This could be a sign of impending collapse. This is why scientists have been stopped from accessing the site by water. The new data does not tell researchers when a collapse might occur.

While scientists are watching the slide at Barry Arm closely, it is not the only unstable slope in the area. Recently, there was a landslide at the Ellsworth Glacier near Seward. The event sent an estimated 10 million tons of material sliding. Fortunately, the material did not hit the water.

Source: U.S. news media.

Barry Arm (Crédit photo: USGS)

Volcans du monde // Volcanoes of the world

Plusieurs événements ont été signalés depuis ma dernière note sur l’activité volcanique dans le monde.

L’éruption dans la Meradalir (Islande) a pris fin le 21 août 2022 à 4h30 du matin, après plusieurs jours de déclin d’activité. Rien n’indique une reprise d’activité à court terme. Les scientifiques islandais attendent toutefois que le calme soit parfaitement revenu sur le site pour déclarer l’éruption officiellement terminée.

Image webcam

++++++++++

L’activité reste modérée sur le Sabancaya (Pérou) evec une moyenne d’une trentaine d’explosions par jour. Elles génèrent des panaches de cendres qui montent à environ 2,6 km au-dessus du volcan.

Source: IGP.

Crédit photo: IGP

++++++++++

Au Kamchatka, la couleur de l’alerte aérienne reste à l’Orange our l’Ebeko, le Karymsky et le Sheveluch. Elle est Jaune pour le Bezymianny.

Source: KVERT.

Cratère de l’Ebeko (Crédit photo: KVERT)

++++++++++

En Alaska, une explosion de courte durée s’est produite à 21h47 (UTC) le 21 août 2022 sur le Semisopochnoi. Elle a généré des émissions de cendres observées grâce aux webcams locales. Cet événement est similaire à l’activité éruptive observée au cours de l’année écoulée sur ce volcan. La couleur de l’alerte aérienne et le niveau d’alerte volcanique ont été relevés respectivement à Orange et Watch (Vigilance).
De petites éruptions avec des dépôts de cendres mineurs à proximité du cratère nord du mont Cerberus, ainsi que des nuages de cendres de moins de 3 km d’altitude ont caractérisé l’activité récente du Semisopochnoi.
Source : AVO.

Source: AVO

++++++++++

L’éruption du Kilauea (Hawaï) se poursuit. Au cours de la semaine dernière, la lave était toujours émise par la bouche dans la partie ouest du cratère de l’ Halema’uma’u où toute la lave est confinée. Les émissions de SO2 restent élevées et ont été mesurées pour la dernière fois à 2 200 tonnes par jour le 10 août 2022. La sismicité est élevée mais stable, avec peu de séismes et la présence du tremor éruptif.
Source : HVO.

Crédit photo: HVO

++++++++++

Des observateurs ont indiqué que le 22 août 2022, un panache de cendres du Chikurachki (île de Paramushir / Russie) s’est élevée à 2 km au-dessus du niveau de la mer, incitant le KVERT à faire passer à l’Orange la couleur de l’alerte aérienne (le deuxième niveau sur une échelle de quatre couleurs).

++++++++++

Le 21 août 2022, le PHIVOLCS a relevé à 1 (sur une échelle de 0 à 5) le niveau d’alerte du Mayon (Philippines) à 1 suite à des changements au niveau du dôme de lave sommital qui s’était mis en place en 2018. Des changements dans la morphologie du dôme et une extrusion estimée à environ 40 000 mètres cubes ont été détectés entre le 6 juin et le 20 août. Une légère inflation, notamment sur les flancs NO et SE, a également été enregistrée depuis avril. Sur la base de ces données, le PHIVOLCS a déclaré que la croissance du dôme était probablement le résultat d’une pressurisation des gaz à faible profondeur.

++++++++++

Le 11 août 2022, le SERNAGEOMIN a indiqué que le dôme de lave sur le plancher du cratère Nicanor du Nevados de Chillán (Chili) avait grandi au cours des jours précédents. La partie du dôme visible avec la webcam était rougeâtre et composée de blocs. Une augmentation des émissions de SO2 et des explosions plus intenses ont été détectées depuis le 18 juillet. De même, une augmentation de l’intensité et de l’occurrence d’anomalies thermiques dans le cratère a été observée depuis ce même jour. Une explosion le 10 août a été suivie de l’anomalie thermique la plus intense enregistrée au cours du dernier mois. Le niveau d’alerte reste au Jaune. Le public doit rester à au moins 2 km du cratère.
Source : SERNAGEOMIN.

°°°°°°°°°°

Ces informations ne sont pas exhaustives. Vous en trouverez d’autres (en anglais) en lisant le bulletin hebdomadaire de la Smithsonian Institution :
https://volcano.si.edu/reports_weekly.cfm

——————————————–

Several events have been reported since my previous post about volcanic activity around the world.

The eruption in Meradalir (Iceland) came ton an end on August 21st, 2022 at 4:30 am. Activity had declined during the previous days. There is no indication of a resumption of activity in the short term. However, Icelandic scientists are waiting for calm to return to the site before declaring the eruption officially over.

++++++++++

Activity remains moderate on Sabancaya (Peru) with an average of about thirty explosions per day. They generate ash plumes that rise about 2.6 km above the volcano.
Source: IGP.

++++++++++

In Kamchatka, the aviation colour code remains Orange for Ebeko, Karymsky and Sheveluch. It is kept at Yellow for Bezymianny.

Source: KVERT.

++++++++++

In Alaska, a short-lived explosion occured at 21:47 (UTC) on August 21st, 2022 at Semisopochnoi. It produced ash emissions observed in local webcams. This event is similar to eruptive activity observed over the last year at this volcano. The Aviation Color Code and Volcano Alert Level have been raised to Orange and Watch, respectively. .

Small eruptions producing minor ash deposits within the vicinity of the active north crater of Mount Cerberus and ash clouds usually under 3 km above sea level have characterized the recent activity at Semisopochnoi.

Source: AVO. .

++++++++++

The eruption of Kilauea (Hawaii) continues. Over the past week, lava haskept erupting from the western vent within Halemaʻumaʻu crater where all lava is confined. SO2 emission rates remain elevated and were last measured at 2,200 tonnes per day on August 10th, 2022. Seismicity is elevated but stable, with few earthquakes and ongoing volcanic tremor.

Source: HVO.

++++++++++

Observers reported that on August 22nd, 2022 an ash emission from Chikurachki (Paramushir Island / Russia) rose to 2 km a.s.l., prompting KVERT to raise the Aviation Color Code to Orange (the second highest level on a four-color scale).

++++++++++

On August 21st, 2022, PHIVOLCS raised the Alert Level for Mayon (Philippines) to 1 (on a 0-5 scale) noting changes at the summit lava dome that was emplaced in 2018. Changes in morphology of the dome and minor extrusion estimated at about 40,000 cubic meters were detected between June 6th and August 20th. Minor inflation, particularly on the NW and SE flanks, had also been recorded since April. Based on the data PHIVOLCS stated that the dome growth was likely the result of gas pressurization at shallow depths.

++++++++++

On August 11th, 2022, SERNAGEOMIN reported that the lava dome on the floor of Nevados de Chillán’s Nicanor Crater (Chile) had grown taller in the previous few days. The portion of the dome that was visible with the webcam was reddish and rocky. The report noted that an increase in SO2 emissions and more intense explosions had been detected since July 18th. Similarly, an increase in the intensity and occurrence of thermal anomalies in the crater had been noted since that day. An explosion on August 10th was followed by the most intense thermal anomaly recorded during the last month. The Alert Level remains at Yellow. The public should stay at least 2 km away from the crater.

Source: SERNAGEOMIN.

°°°°°°°°°°

This information is not exhaustive. You can find more by reading the Smithsonian Institution’s weekly report:

https://volcano.si.edu/reports_weekly.cfm

Volcans du monde // Volcanoes of the world

Plusieurs événements ont été signalés depuis ma dernière note sur l’activité volcanique dans le monde.

L’éruption continue dans la Meradalir (Islande) mais le débit de la lave a considérablement diminué depuis le début de l’éruption le 3 août 2022. C’est ce que révèlent les dernières mesures publiées par l’Institut des Sciences de la Terre de l’Université d’Islande. Alors que le débit atteignait 11 mètres cubes par seconde entre le 4 et le 13 août, il est tombé à 3-4 mètres cubes par seconde le 14 août. L’Institut ajoute qu’il est impossible de dire à ce stade si la fin de l’éruption est proche ou s’il ne s’agit d’une baisse d’activité temporaire.

L’éruption était poussive hier soir. Les belles gerbes de lave étaient moins fréquentes et le champ de lave actif se réduit de jour en jour. Il serait surprenant que l’éruption dure encore très longtemps, d’autant plus que le tremor éruptif est sur le déclin. La sismicité sur la péninsule de Reykjanes ne semble pas annoncer un regain d’activité.

Le site éruptif hier soir (Image webcam)

++++++++++

De l’incandescence nocturne et des événements éruptifs sont toujours observés au niveau du cratère Minamidake du Sakurajima (Japon). Les panaches s’élèvent jusqu’à 2,5 km au-dessus du cratère et des matériaux sont éjectés jusqu’à 1,7 km au-dessus du sommet. Le niveau d’alerte reste à 3.
Source : JMA.

++++++++++

Au Kamchatka, la couleur de l’alerte aérienne reste à l’Orange our l’Ebeko, le Karymsky et le Sheveluch. Elle est Jaune pour le Bezymianny.

Source: KVERT.

++++++++++

En Alaska, une lente émission de lave se poursuit sur le Great Sitkin sans changement significatif. La couleur de l’alerte aérienne et le niveau d’alerte volcanique restent respectivement à Orange et Watch (Vigilance).

Une éruption mineure est en cours au niveau d’une bouche sur le flanc supérieur Est du Pavlof. De nombreuses petites explosions sont détectées chaque jour sur les réseaux locaux et régionaux. Le niveau d’alerte volcanique et la couleur de l’alerte aérienne restent respectivement à Watch (Vigilance) et Orange.
Source : AVO.

++++++++++

L’éruption de l’Ibu (Indonésie) se poursuit avec des panaches de cendres s’élevant jusqu’à 1,5 km au-dessus du sommet. Le niveau d’alerte reste à 2 (sur une échelle de 1 à 4), et le public est invité à rester à au moins 2 km du cratère actif et à 3,5 km du côté N.
Source : CVGHM.

++++++++++

L’éruption du Kilauea (Hawaii) se poursuit sans changement significatif.

Source: HVO.

++++++++++

L’éruption du Merapi (Indonésie) se poursuit. La sismicité reste à des niveaux élevés. Plusieurs avalanches de lave descendent la ravine de la rivière Bebeng sur le flanc SO, parfois sur 1,5 km. Le niveau d’alerte reste à 3 (sur une échelle de 1 à 4) et le public est prié de rester à 3-7 km du sommet.
Source : CVGHM.

++++++++++

L’éruption du Semeru (Indonésie) se poursuit. Le VAAC de Darwin indique que les panaches de cendres montent à des altitudes de 4,3 à 4,6 km. Le niveau d’alerte reste à 3 (sur une échelle de 1 à 4). Le public est prié de rester à au moins 5 km du sommet.
Source : VAAC de Darwin.

++++++++++

Une hausse significative de la sismicité a été observée sur le Sangay (Equateur) le 12 août 2022 et a été suivie par l’émission d’une coulée de lave qui est descendue sur plus de 1 km sur le flanc SE. Une activité strombolienne était visible au sommet. Des panaches de cendres sont montés jusqu’à 3,5 km au-dessus du volcan, avec des retombées dans les provinces de Chimborazo et de Guayas où plusieurs vols ont été annulés. La sismicité a retrouvé un niveau normal le 16 août 2022.
Source : Instituto Geofisico.

°°°°°°°°°°

Ces informations ne sont pas exhaustives. Vous en trouverez d’autres (en anglais) en lisant le bulletin hebdomadaire de la Smithsonian Institution :
https://volcano.si.edu/reports_weekly.cfm

——————————————–

Several events have been reported since my previous post about volcanic activity around the world.

The eruption continues in Meradalir (Iceland) but the rate of lava flow has decreased significantly since the eruption began on August 3rd, 2022, according to the latest measurements published by the University of Iceland’s Earth Sciences Institute. While the flow rate had measured 11 cubic metres per second between August 4th and 13th, it dropped to 3-4 cubic metres per second on August 14th. The Institute says it is impossible to say at this stage whether the end of the eruption is near, or whether it is only a temporary low point.

++++++++++

Nighttime incandescence and eruptive events are still observed at Sakurajima‘s Minamidake Crater (Japan). Volcanic plumes rise as high as 2.5 km above the crater and material is ejected las high as 1.7 km above the summit. The Alert Level remains at 3.

Source: JMA.

++++++++++

In Kamchatka, the aviation colour code remains Orange for Ebeko, Karymsky and Sheveluch. It is kept at Yellow for Bezymianny.

Source: KVERT.

++++++++++

In Alaska, slow lava effusion continues at Great Sitkin with no significant changes. The Aviation Color Code and the Volcano Alert Level remain at Orange and Watch, respectively.

A minor eruption is ongoing at a vent on Pavlof’s upper E flank. Multiple small daily explosions are detected on local and regional networks. The Volcano Alert Level and the Aviation Color Code remain at Watch and Orange, respectively.

Source: AVO.

++++++++++

The eruption of Ibu (Indonesia) continues with ash plumes rising as high as 1.5 km above the summit. The Alert Level remains at a 2 (on a scale of 1-4), and the public is asked to stay at least 2 km away from the active crater and 3.5 km away on the N side

Source: CVGHM.

++++++++++

The eruption of Kilauea (Hawaii) continues with no significant changes.

Source: HVO.

++++++++++

The eruption at Merapi (Indonesia) continues. Seismicity remains at high levels. Several lava avalanches travel down the Bebeng drainage on the SW flank,over 1.5 km. The Alert Level remains at 3 (on a scale of 1-4), and the public is asked to stay 3-7 km away from the summit.

Source: CVGHM.

++++++++++

The eruption of Semeru (Indonesia) continues. The Darwin VAAC indicates that ash plumes rise to altitudes of 4.3-4.6 km. The Alert Level remains at 3 (on a scale of 1-4). The public is asked to stay at least 5 km away from the summit..

Source: Darwin VAAC.

++++++++++

A significant increase in seismicity was observed on Sangay (Ecuador) on 12 August 2022 and was followed by the effusion of a lava flow that descended more than 1 km on the SE flank. Strombolian activity was visible at the summit. Ash plumes rose as high as 3.5 km above the summit, with ashfall in the provinces of Chimborazo and Guayas. Several flights were cancelled. Seismicity decreased to previous levels by 16 August 2022.

Source: Instituto Geofisico.

°°°°°°°°°°

This information is not exhaustive. You can find more by reading the Smithsonian Institution’s weekly report:

https://volcano.si.edu/reports_weekly.cfm

Sécheresse et incendies en Alaska // Drought and wildfires in Alaska

Mon amour de l’Alaska n’est un secret pour personne. J’ai eu l’occasion de parcourir le 49ème État de l’Union à plusieurs reprises et j’y serais retourné ces deux dernières années si les contraintes liées à la COVID ne m’en avaient pas empêché.

Pour beaucoup de gens, l’Alaska est un coin perdu de la planète où il fait rarement beau, où il fait froid et où les rares compagnons de voyage sont les ours. Ces idées reçues sont en grande partie fausses. J’ai eu l’occasion de parcourir les paysages splendides à l’automne sous un ciel parfaitement bleu avec, à la clé, des rencontres très intéressantes. Il est vrai aussi que rares ont été les journées où je n’ai pas rencontré d’ours. En Alaska, le plantigrade n’a pas été stupidement réintroduit comme en France. il déambule librement dans un territoire qui a toujours été le sien.

Preuve que le temps n’est pas toujours pourri en Alaska, on dénombre de plus en plus d’incendies de végétation car, comme ailleurs dans l’Arctique, l’État se réchauffe plus vite que le reste de la planète sous les coups de boutoir du dérèglement climatique.

Depuis le mois d’avril 2022, l’Alaska a dû faire face à plus de 500 incendies, en raison des orages et de la sécheresse qui favorisent les départs de feu. Les pompiers luttent actuellement contre 264 incendies un peu partout dans l’État. Entre le début de l’année et la mi-juillet, plus d’1,2 million d’hectares sont déjà partis en fumée en Alaska. Ce chiffre pourrait dépasser le record de 2004, qui s’élevait à 2,6 millions d’hectares.

Des records de sécheresse ont été enregistrés en mai et juin 2022. Selon les climatologues américains, le nombre élevé d’incendies est dû à un cocktail explosif de plusieurs éléments: la sécheresse, la fonte précoce de la neige, les vents et la foudre. On remarquera que l’expression « réchauffement climatique » n’est jamais mentionnée. Cela n’est guère surprenant dans un État à majorité Républicaine. À l’image de l’ancien président Trump, le parti conservateur n’a jamais vraiment accepté l’idée du réchauffement climatique.

Un temps frais et pluvieux s’est installé depuis la mi-juillet sur une grande partie de l’Alaska, ce qui a calmé un peu le début de saison catastrophique sur le plan des incendies.

L’Alaska étant un État très vaste (1,723 million de km²) et très faiblement peuplé (737 000 habitants), le nombre d »évacuations a été relativement limité.

Pour terminer, il faut rappeler que le réchauffement climatique dans l’Arctique favorise le dégel du permafrost et intensifie donc les émissions de carbone et de méthane…

Source: Anchorage Daily News.

—————————————-

My love of Alaska is no secret. I have had the opportunity to travel across the 49th State in the Union on several occasions and I would have returned in the last two years if the constraints related to the COVID pandemic had not stopped me.
For many people, Alaska is a lost corner of the planet where the weather is rarely sunny, where it is cold and where the few travelling companions are the bears. These readymade ideas are largely false. I had the opportunity to travel across the gorgeous landscapes in autumn under a perfectly blue sky with some very interesting encounters. It is also true that rare were the days when I did not come across a bear. In Alaska, the plantigrades were not stupidly reintroduced as in France. Bears roam freely in a territory that has always been theirs.
A proof that the weather is not always bad in Alaska is that there are more and more wildfires because, like elsewhere in the Arctic, the State is warming faster than the rest of the planet under the assault of climate change.
Since April 2022, Alaska has had to deal with more than 500 wildfires, due to thunderstorms and drought which favour fire starts. Firefighters are currently battling 264 fires across the State. Between the beginning of the year and mid-July, more than 1.2 million hectares have already gone up in smoke in Alaska. This figure could exceed the 2004 record, which stood at 2.6 million hectares.
Record droughts were recorded in May and June 2022. According to American climatologists, the high number of fires is due to an explosive cocktail of several elements: drought, early melting snow, winds and lightning. . Note that the expression « global warming » is never mentioned. This is hardly surprising in a State with a Republican majority. Like former President Trump, the Conservative Party has never really bought into the idea of ​​global warming.
Cool, rainy weather has set in since mid-July over much of Alaska, which has somewhat calmed the start of the disastrous fire season.
Alaska being a very large state (1.723 million km²) and very sparsely populated (737,000 inhabitants), the number of evacuations has been relatively limited.
Finally, it should also be remembered that global warming in the Arctic favours the thawing of permafrost and therefore intensifies carbon and methane emissions…
Source: Anchorage Daily News.

 

Image satellite montrant es concentrations moyennes de monoxyde de carbone du 1er au 10 juillet 2022 suite aux incendies de forêt en Alaska et au Canada (Source: Copernicus).

Automne en Alaska (Photo: C. Grandpey)