2000 ans avant Pompéi…. // 2,000 years before Pompeii…

Une éruption du Vésuve il y a environ 4 000 ans – 2 000 ans avant celle qui a enseveli Pompéi – a remarquablement préservé la vie d’un village du début de l’âge du bronze en Campanie. La conservation remarquable d’Afragola est unique en Europe. Le village était situé près de la ville de Naples actuelle, à environ 15 kilomètres du Vésuve.
Les chercheurs étaient impatients de voir s’ils pourraient déterminer la période de l’année à laquelle l’éruption s’est produite grâce au niveau de préservation et à la variété des plantes sur le site. Les fouilles à Afragola couvrent une superficie de 5 000 mètres carrés. C’est l’un des sites du début de l’âge du bronze les plus étudiés en Italie.
Dans une étude publiée le 29 septembre 2022 dans le Journal of Archaeological Science: Reports, des chercheurs de l’Université du Connecticut expliquent que l’éruption s’est déroulée en plusieurs phases, avec au début une très forte explosion qui a principalement transporté des débris vers le nord-est.

Comme Pompéi, le village d’Afragola a été recouvert par plusieurs mètres de cendres, de boue et de sédiments. De nombreux restes de végétaux ont été préservés, ce qui a permis aux scientifiques d’identifier à quel moment l’éruption s’est produite, et même à quelle période de l’année.

Ils ont ainsi pu retracer le déroulement de l’éruption. Tout d’abord, une énorme explosion du Vésuve a, semble-t-il, envoyé des débris vers le nord-est du volcan. Les habitants d’Afragola qui se trouvaient le plus à l’ouest auraient ainsi eu le temps de fuir, ce qui explique pourquoi, contrairement à Pompéi, aucune trace de restes humains n’a été retrouvée. Puis la direction du vent aurait changée, entraînant d’importantes retombées de cendres sur le village déserté.

Puis, le Vésuve a émis des les coulées pyroclastiques jusqu’à environ 25 kilomètres de distance, ensevelissant totalement le village. C’est ce qui a permis à ce dernier de résister à la dégradation, même après plusieurs millénaires. Une chercheuse explique que « l’épaisse couche de matériaux volcaniques a remplacé les molécules des macro-restes végétaux et a produit des moulages parfaits dans la cinérite. »

Le village d’Afragola ainsi figé offre un rare aperçu de la façon dont les gens vivaient en Italie durant l’âge du bronze. Ils évoluaient probablement dans des groupes de huttes. L’effondrement du bâtiment de stockage sous le poids de la cendre a entraîné la carbonisation indirecte des matières végétales qui y étaient entreposées. C’est pourquoi les archéologues ont pu y identifier des céréales comme de l’orge, des noisettes, des glands, des pommes sauvages, des fruits de cornouiller et du matériel agricole extraordinairement bien conservés. Tous ces biens étaient probablement partagés avec la communauté.

En plus de ces fruits, de nombreuses empreintes de feuilles ont été préservées dans la cinérite. Elles ont permis aux scientifiques de conclure que l’éruption s’était déroulée en automne, comme celle de Pompéi qui a eu lieu en Octobre 79.

Source: presse internationale.

——————————————-

An eruption of Vesuvius around 4,000 years ago – 2,000 years before the one that buried Pompeii – remarkably preserved early Bronze Age village life in Campania. Afragola’s remarkable preservation is unique in Europe. The village was located near the current city of Naples, about 15 kilometers from Vesuvius.
The researchers were eager to see if they could determine the time of year the eruption occurred based on the level of preservation and variety of plants at the site. The excavations at Afragola cover an area of ​​5,000 square meters. It is one of the most studied Early Bronze Age sites in Italy.
In a study published on September 29th, 2022 in the Journal of Archaeological Science: Reports, researchers from the University of Connecticut explain that the eruption took place in several phases, with at the beginning a very strong explosion which mainly transported debris to the northeast.
Like Pompeii, the village of Afragola was covered by several meters of ash, mud and sediment. Many plant remains have been preserved, allowing scientists to identify when the eruption occurred, and even at what time of year.
They were thus able to retrace the course of the eruption. First, a huge explosion from Vesuvius reportedly sent debris northeast of the volcano. The inhabitants of Afragola who were further west thus had time to flee, which explains why, unlike Pompeii, no trace of human remains has been found. Then the wind shifted, resulting in significant ashfall on the deserted village.
Then, Vesuvius emitted pyroclastic flows as long as about 25 kilometers, completely burying the village. This is what has allowed the village to resist degradation, even after several millennia. A researcher explains that « the thick layer of volcanic material replaced the molecules of the plant macro-remains and produced perfect casts in the cinerite. »
The frozen village of Afragola offers a rare glimpse into how people lived in Italy during the Bronze Age. They probably lived in groups of huts. The collapse of the storage building under the weight of the ash led to the indirect carbonization of the vegetable matter stored there. This is why archaeologists have been able to identify cereals such as barley, hazelnuts, acorns, wild apples, dogwood fruits and agricultural equipment that are extraordinarily well preserved. All of these goods were probably shared amidst the community.
In addition to these fruits, numerous leaf imprints have been preserved in the cinerite. They allowed scientists to conclude that the eruption had taken place in autumn, like that of Pompeii which took place in October 79.
Source: international press.

Le Vésuve, une menace permanente pour la Campanie (Photos: C. Grandpey)

Séquençage du génome d’une victime de l’éruption du Vésuve // Sequencing the genome of a victim of the Vesuvius eruption

Le site de Pompéi n’arrête pas de révéler ses secrets, avec l’aide des scientifiques. C’est ainsi que l’ADN d’un homme victime de l’éruption du Vésuve, découvert à Pompéi, a pu être entièrement séquencé pour la première fois. C’est ce que nous apprend une étude publiée dans la revue Nature. Près de 2000 ans après la catastrophe, on en sait maintenant davantage sur le profil génétique de cet homme et de la population pompéienne de l’époque.

Le squelette a été excavé par les archéologuess dans les années 1930 dans la salle à manger de la Casa del Fabbro à Pompéi, près d’un triclinium, une sorte de chaise-longue utilisée à l’époque par les Romains pour les repas. L’homme, âgé de 35 à 40 ans, qui souffrait de tuberculose, a probablement été surpris en plein déjeuner par l’une des coulées pyroclastiques émises par le volcan. S’agissant de la date de l’éruption, on sait maintenant qu’elle a eu lieu au mois d’octobre 79, et non en août comme on le pensait précédemment. .

D’après les scientifiques, la position et l’orientation du corps laissent à penser que l’homme a dû connaître une mort instantanée. Les restes d’une femme âgée d’une cinquantaine d’années ont également été découverts à ses côtés, mais son ADN n’a pas pu être exploité complètement.

Des analyses avaient pu être effectuées par le passé sur les génomes de victimes, humaines et animales découvertes à Pompéi, mais elles étaient restées à chaque fois incomplètes, faute d’ADN entier. Cette fois, l’ensemble du profil ADN a pu être analysé par des chercheurs danois. Il s’agit d’une réelle prouesse scientifique car l’exploitation des restes d’une victime s’avère en général complexe dans le cas de Pompéi en raison de la température élevée des matériaux émis par le volcan. Toutefois, dans le cas présent, l’éruption a déposé une couche de cendre sur les cadavres, ce qui les a isolés et protégés dune probable dégradation.

Les scientifiques ont par ailleurs eu recours à des méthodes innovantes d’extraction et de séquençage de l’ADN. Ils expliquent qu’elles ont « considérablement augmenté la quantité de données pouvant être obtenues à partir d’échantillons auparavant inadaptés à la recherche génétique. » Les chercheurs ont pu s’appuyer en particulier sur des zones du corps où l’ADN a été très bien préservé : les dents, l’os de l’oreille interne.

Le travail des scientifiques a permis de mettre au jour le profil génétique de l’homme disparu dans la catastrophe de Pompéi. Comparé à celui de 471 profils de type eurasien de la même période, l’ADN du Pompéien est similaire à celui des peuples méditerranéens et proche-orientaux actuels, comme les Grecs ou les Turcs.

Cette découverte est la marque probable d’une « signature génétique » au sein de la population romaine, pourtant d’origines diverses, diffusée par l’Empire et encore présente aujourd’hui.

Les recherches dévoilent par ailleurs la présence d’une forme d’ADN « sarde ». En effet, certaines séquences du génome du Pompéien ne se retrouvent actuellement que chez les habitants de Sardaigne. Ces derniers sont donc probablement issus de populations d’Anatolie ou du Néolithique.

Source: Presse internationale.

————————————————

The site of Pompeii does not stop revealing its secrets, with the help of scientists. The DNA of a man, victim of the eruption of Vesuvius, discovered in Pompeii, could be fully sequenced for the first time. This was revealed by a study published in the journal Nature. Nearly 2000 years after the disaster, we now know more about the genetic profile of this man and the Pompeian population of the time.
The skeleton was excavated by archaeologists in the 1930s in the dining room of the Casa del Fabbro in Pompeii, near a triclinium, a kind of chaise-longue used at the time by the Romans for meals. The man, aged 35 to 40, who suffered from tuberculosis, was probably surprised in the middle of lunch by one of the pyroclastic flows emitted by the volcano. Regarding the date of the eruption, we now know that it took place in October 79, and not in August as previously thought. .
According to the scientists, the position and orientation of the body suggest that he must have experienced instantaneous death. The remains of a woman in her 50s were also discovered alongside her, but her DNA could not be fully exploited.
Analyses had been carried out in the past on the genomes of victims, human and animal discovered in Pompeii, but they had remained each time incomplete, for lack of whole DNA. This time, the entire DNA profile could be analyzed by Danish researchers. This is a real scientific feat because the exploitation of the remains of a victim is generally complex in the case of Pompeii because of the high temperature of the materials emitted by the volcano. However, in this case, the eruption deposited a layer of ash on the corpses, which isolated them and protected them from possible degradation.
The scientists also used innovative methods of DNA extraction and sequencing. They explain that they have « significantly increased the amount of data that can be obtained from samples previously unsuitable for genetic research. » The researchers were able to rely in particular on areas of the body where the DNA has been very well preserved: the teeth, the bone of the inner ear.
The work of scientists brought to light the genetic profile of the man who disappeared in the Pompeii disaster. Compared to that of 471 Eurasian-like profiles from the same period, the DNA of the Pompeian is similar to that of present-day Mediterranean and Near Eastern peoples, such as the Greeks or Turks.
This discovery is the probable mark of a « genetic signature » within the Roman population, yet of diverse origins, disseminated by the Empire and still present today. Research also revealed the presence of a « Sardinian » form of DNA. Indeed, certain sequences of the Pompeian genome are currently found only among the inhabitants of Sardinia. The latter are therefore probably from populations of Anatolia or the Neolithic.
Source: International Press.

Moulages de victimes de l’éruption du Vésuve dans l’Orto dei Fuggiaschi, le Jardin des Fugitifs, à Pompéi (Photo: C. Grandpey)

Volcans du monde // Volcanoes of the world

Voici quelques nouvelles de l’activité volcanique dans le monde:

Aucune émission de cendres ou activité explosive n’a été détectée sur le Semisopochnoi (Aléoutiennes/Alaska) depuis le 12 juin 2022. L’activité sismique se poursuit, mais à de faibles niveaux. C’est pourquoi la couleur de l’alerte aérienne et le niveau d’alerte volcanique ont été respectivement abaissés à Jaune et Advisory (surveillance conseillée). .
Source : AVO.

Source: AVO

++++++++++

En raison d’une forte hausse de la sismicité, l’Agence météorologique japonaise (JMA) a relevé le niveau d’alerte pour Tsurumidake et Garandake (Japon) de 1 à 2 le 8 juillet 2022. Les habitants sont priés de ne pas s’approcher à moins de 1 km du volcan. Les autorités locales ont arrêté le téléphérique de Beppu, évacué Tsukahara Onsen et fermé la route préfectorale 616 près du volcan.
Tsurumidake et Yufudake appartiennent à un groupe de dômes de lave au-dessus de la célèbre station thermale de Beppu (Kyushu). Les coulées pyroclastiques ont dominé les éruptions plus anciennes, tandis que les dômes et coulées de lave ont été observéss lors des éruptions plus récentes.
La dernière éruption a eu lieu en l’an 867 (VEI 3).

 

Source: Smithsonian Institution

++++++++++

Un touriste américain a été secouru après être tombé dans le cratère du Vésuve (Italie) en essayant de récupérer son téléphone. L’accident s’est produit le 9 juillet 2022. Les médias italiens ont expliqué que le jeune homme de 23 ans prenait un selfie au sommet du volcan mais son téléphone lui a échappé et est tombé dans le cratère. C’est en essayant d’atteindre l’appareil qu’il a fait une chute de plusieurs mètres dans la gueule du volcan.
Les guides du Vésuve, aidés par un hélicoptère de sauvetage, sont descendus en rappel dans le cratère pour tirer l’homme de sa fâcheuse position. Il a ensuite eu besoin de soins pour des blessures mineures.
Il convient de noter que le touriste et trois amis avaient emprunté un itinéraire interdit vers le sommet et font face à des poursuites. Chères vacances italiennes!
Source : médias d’information italiens.

Photo: C. Grandpey

++++++++++

La situation reste inchangée sur le Sabancaya (Pérou) avec une vingtaine d’explosions par jour. Elles génèrent des panaches de cendres qui montent à 2 – 2,2 km de hauteur. la situation ne devrait pas évoluer dans les prochains jours.

Source: IGP.

Source: IGP

++++++++++

C’est un peu de la routine au Kamchatka, mais l’événement mérite d’être signalé. Une puissante éruption a été observée sur le Karymsky le 13 juillet 2022 vers 10h50 (UTC). Le panache de cendre est monté jusqu’à une douzaine de kilomètres d’altitude. La couleur de l’alerte aérienne est maintenue à Orange.

Source: KVERT.

Cratère du Karymsky (Source: KVERT)

++++++++++

Aucune évolution significative n’a été observée sur le Kilauea (Hawaii). La lave continue de s’échapper d’une bouche au bas de la paroi ouest du cratère de l’Halema`uma`u. Elle entre ensuite dans le lac de lave puis s’écoule sur le fond du cratère. Le niveau du lac est variable et des sorties de lave se produisent parfois sur les bordures.
Source : HVO.

Crédit photo: HVO

Le Parc National des Volcans d’Hawaii s’est agrandi le 12 juillet 2022 dans le cadre d’un accord qui protégera et gérera une plage de sable blanc et une baie océanique qui abrite des espèces menacées et endémiques, ainsi que des artefacts hawaiiens rares et d’une grande valeur culturelle. La majeure partie du littoral où se trouve la baie est constituée d’anciennes coulées de lave, de roches noires et de falaises qui tombent dans l’océan. La zone est également importante sur le plan culturel car elle possède des vestiges d’anciens villages hawaïens, des pétroglyphes, des sites funéraires et la plus grande carrière d’outils connue de l’État. Les responsables du Parc espèrent ouvrir un jour cette nouvelle zone au public, mais ses 68 kilomètres carrés resteront fermés aux visiteurs car le personnel du Parc national doit d’abord consulter des experts et la population locale pour mieux appréhender les différents sites culturels
L’ajout porte la superficie totale du Parc National à 1435 kilomètres carrés. Il est donc presque aussi grand que l’île d’Oahu.
Source : Presse hawaïenne.

++++++++++

Des anomalies thermiques dues à des émissions de lave ont été détectées sur le plancher du Nyiragongo et du Nyiamuragira début juillet 2022 sur les images satellites.

Source: OVG.

++++++++++

Le PHIVOLCS a abaissé le niveau d’alerte du Taal à 1 (sur une échelle de 0 à 5) le 11 juillet 2022. Au cours des deux mois précédents, l’activité sismique a retrouvé un niveau normal. On a observé de faibles émissions de gaz et une activité de surface mineure.

++++++++++

L’activité n’est pas très intense sur le Stromboli (Sicile) ces jours-ci. Comme précédemment, des explosions stromboliennes sont observées dans les zones cratèriques nord et centre-sud. La hauteur des matériaux expulsés ne dépasse pas 30 à 60 mètres.

Source: INGV.

°°°°°°°°°°

Ces informations ne sont pas exhaustives. Vous en trouverez d’autres (en anglais) en lisant le bulletin hebdomadaire de la Smithsonian Institution :
https://volcano.si.edu/reports_weekly.cfm

——————————————–

Here is some news of volcanic activity around the world :

No ash emissions or explosive activity have been detected at Semisopochnoi (Aleutians/ Alaska) since June 12th, 2022. Seismic activity continues, but at low levels. Thus the aviation colour code and the volcano alert level have been lowered to Yellow and Advisory, respectively.

Source: AVO.

++++++++++

Because of a sharp increase in seismicity, the Japan Meteorological Agency (JMA) raised the alert level for Tsurumidake and Garandake (Japan) from 1 to 2 on July 8th , 2022. Residents are asked not to approach within 1 km from the volcano. Local authorities have stopped the Beppu Ropeway, evacuated Tsukahara Onsen, and closed Prefectural Road 616 near the volcanoes.

Tsurumidake and Yufudake belong to a group of lava domes above the popular hot spring resort city of Beppu (Kyushu). Pyroclastic flows dominated during older eruptions, whereas lava domes and lava flows are most common in more recent eruptions.

The last eruption took place in the year 867 (VEI 3).

++++++++++

An American tourist was rescued after falling into the crater of Mount Vesuvius (Italy) trying to retrieve his phone. The accident happened on July 9th, 2022. Italian media said the 23-year-old had been trying to take a selfie at the summit when his phone slipped out of his grasp and into the crater. He tried to reach the device but then fell a number of metres into the mouth of the volcano.

Vesuvius guides, overseen by a rescue helicopter, abseiled into the crater to reach the man, who later needed treatment for minor injuries.

It should be noted that the tourist and three relatives had taken a forbidden route to the summit and face charges. They will have spent expensive holidays in Italy.

Source: Italian news media.

++++++++++

It’s a kind of routine in Kamchatka, but it’s worth mentioning the event. A strong eruption occurred at Karymsky volcano at around 10:50 UTC on July 13th, 2022. The ash cloud rose up to about 12 km above sea level. The Aviation Color Code remains at Orange.

Source: KVERT.

++++++++++

The situation remains unchanged at Sabancaya (Peru) with about twenty explosions per day. They generate ash plumes that rise up to 2 – 2.2 km high. The situation should not change in the next days.
Source: IGP.

++++++++++

No significant evolution has beeen observed at Kilauea (Hawaii). Lava continues to effuse from a vent in the lower W wall of Halema`uma`u Crater. It enters the lava lake and flows onto the crater floor. The lake level is variable, and occasional lava breakouts occur along the margins.

Source: HVO.

Hawaii Volcanoes National Park was given new land on July 12th, 2022 in a deal that will protect and manage a pristine white sand beach and ocean bay area that is home to endangered and endemic species and to rare, culturally significant Native Hawaiian artifacts. Most of the coastline where the bay is located is made of ancient lava flows, black rock and sea cliffs that dart out into the ocean. The area is also culturally significant because it has remains of ancient Hawaiian villages, petroglyphs, burial sites and the largest known abrader tool quarry in the state, Park officials hope to eventually open the area up to the public, but the 68 square kilometers of land will remain closed to visitors as national park staff consult with local experts and residents to better understand the various cultural sites

The addition brings the total park size to 1435 square kilometers, almost as large as the entire island of Oahu.

Source: Hawaiian news media..

++++++++++

Thermal anomalies caused by lava effusion were identified on the crater floors of both on Nyamulagira and Nyiragongo‘s crater floors in satellite images during the first half of July 2022. July.

Source: OVG.

++++++++++

PHIVOLCS lowered the Alert Level for Taal to 1 (on a scale of 0-5) on July 11th, 2022. During the previous two months activity was characterized by background levels of seismic activity, weak gas emissions, and minor surface activity.

++++++++++

Activity is not very intense at Stromboli (Sicily) these days. As before, Strombolian explosions are observed in the north and south-central crater areas. The height of the expelled materials does not exceed 30-60 meters.
Source: INGV.

°°°°°°°°°°

This information is not exhaustive. You can find more by reading the Smithsonian Institution’s weekly report:

https://volcano.si.edu/reports_weekly.cfm

Escapade en Campanie (5ème partie) : le Vésuve

Quand on parle de Naples et de la Campanie, on pense inévitablement au Vésuve dont le double sommet domine la conurbation napolitaine. Chaque fois que je conduis sur l’autoroute qui traverse la ville, je me dis que le réveil du volcan ne sera pas une mince affaire ! Ce jour-là – et il arrivera inévitablement – je souhaite bien du courage aux responsables de la Protection Civile italienne. Dans les années 1990, Franco Barberi – qui était à cette époque en charge de la structure – m’avait fait part de sa grande inquiétude s’il fallait évacuer la population. La Campanie n’est pas le Japon et la notion de discipline fait largement défaut dans le Mezzogiorno italien!

Pour le moment le Vésuve est calme et la visite de son cratère ne présente pas le moindre risque. Le gouffre attire quotidiennement des foules de touristes. Il faut toutefois savoir que rien n’est plus comme avant sur le volcan napolitain. Suite à l’épidémie de Covid-19, l’accès au cratère du Vésuve est très réglementé et ce n’est plus le foutoir d’autrefois. Les Napolitains ont fait de gros progrès en matière d’organisation et il faut s’inscrire en ligne (« online », un mot très à la mode en Campanie!) pour visiter le cône sommital et son cratère. Si vous ne l’avez pas fait, vous serez systématiquement refoulé. Vous trouverez les démarches nécessaires à cette adresse :

https://www.vesuvionline.net/visita-il-cratere/orari-e-biglietti

La morphologie du cratère est toujours la même. Il ne se passe rien, mais rien ne dit que le réveil ne sera pas soudain et violent…. En attendant, on peut toujours admirer la superbe vue sur la baie de Naples, en croisant les doigts…

Photos : C. Grandpey