Volcans du monde // Volcanoes of the world

Voici quelques nouvelles de l’activité volcanique dans le monde:

L’actualité reste dominée par l’éruption du Cumbre Vieja qui continue sur l’île de La Palma. Le volcan reste très actif, même si on observe une tendance à la baisse, tant pour la sismicité et le tremor que pour les émissions de cendres, de SO2 et de lave. Au vu de la quantité de matériaux émis par le volcan, le VEI est passé de 2 à 3.

Vous trouverez une description de l’éruption dans les différentes notes publiées quotidiennement sur ce blog.

Capture d’écran webcam le 23 novembre 2021

++++++++++

Alors que l’agitation sociale est en hausse sur l’île, l’Observatoire Volcanique et Sismologique de la Martinique (OVSM) a enregistré un déclin de la sismicité sous la Montagne Pelée au cours de la semaine dernière. Le dernier bulletin couvrant la période entre le 12 et le 19 novembre 2021 fait état de seulement 5 séismes d’origine volcano-tectonique de magnitude inférieure ou égale à M 0.3 et M l.0, localisés entre 0,5 km et 1.0 km de profondeur.

Par ailleurs, la zone de dégazage en mer à faible profondeur observée entre Saint-Pierre et le Prêcheur est toujours analysée. Des prélèvements de fluides ont été effectués par l’IPGP afin de connaître la corrélation entre le système hydrothermal de la Montagne Pelée et l’origine de ce dégazage.

Source: OVSM.

Photo: C. Grandpey

++++++++++

Suite à l’ordonnance publiée par le maire de Lipari, une partie des habitants de l’île éolienne de Vulcano ont commencé l’évacuation de la zone portuaire et de ses environs. Toutefois, les 250 personnes potentiellement concernées ne partiront pas toutes. Plusieurs familles ont des maisons à plusieurs étages et peuvent donc dormir au premier étage qui ne devrait pas être affecté par les émissions de CO2. La plupart des autres habitants iront dans des résidences secondaires, chez des parents et des amis et aussi dans les installations touristiques hôtelières qui se sont mises à disposition entre Vulcano Piano, Gelso et Vulcanello.
Pour ces familles, l’ordonnance du maire fixe à 400 euros l’allocation mensuelle octroyée à une personne pour occuper ces logements provisoires. Elle sera de 500 euros pour les familles composées de deux personnes, 700 euros pour celles composées de trois personnes, 800 euros pour les familles de quatre unités ou plus. Dans l’attente des analyses scientifiques en cours, l’ordonnance prévoit l’évacuation sur une durée d’un mois. Il est rappelé que les touristes ne peuvent pas débarquer sur l’île de Vulcano pendant cette période.

Voici le texte de l’ordonnance :

http://www.strettoweb.com/wp-content/uploads/2021/11/Clicca-qui-per-lordinanza-completa.pdf

°°°°°°°°°°

Dernière minute : A Vulcano, l’ordonnance du maire de Lipari décrétant l’évacuation nocturne des habitants de la zone de l’île autour du port soulève des protestations. Les insulaires demandent « des contrôles minutieux des émissions de CO2 en zone rouge ». Le conseiller à la décentralisation a déclaré : « Demain les techniciens de l’ARPA viendront effectuer des relevés détaillés en zone rouge ». Selon l’ancien maire, « des contrôles détaillés auraient dû être effectués avant la publication de l’ordonnance qui a obligé les habitants de la zone à risque à aller vivre dans d’autres endroits de Vulcano. Ce travail minutieux n’a été fait qu’en partie. Nous avions fait une dizaine de contrôles dans les maisons de la zone rouge et les valeurs nous semblaient normales. C’est la raison pour laquelle nous demandons une vérification plus détaillée [des émissions de CO2]. »

Même si nous sommes à l’entrée de l’hiver, le tourisme joue un rôle important à Vulcano et la situation actuelle risque de faire du tort à l’île.
Dans le même temps, l’INGV a émis un nouveau bulletin indiquant que les émissions de CO2 dans le cratère de la Fossa et dans la zone portuaire continuent d’afficher des valeurs élevées et en hausse sur le site du Camping Sicilia.

Source: La Sicilia.

°°°°°°°°°°

Lu dans le journal La Sicilia ce matin :

8 heures : Une nouvelle ordonnance du maire de Lipari interdit à Vulcano l’accès à la zone des bains de boue et à la plage de Porto Levante à cause des risques d’émissions de gaz. Le maire a également indiqué que « la surveillance de l’île est effectuée en permanence par l’INGV et sera encore renforcée avec l’arrivée de l’ARPA* avec des équipements sophistiqués pour vérifier avec précision où se situe l’émission de gaz dans la zone rouge. Il y aura aussi un suivi non-stop maison par maison et structure par structure ». Rappelons que les habitants de la zone du port ne sont pas autorisés à rester chez eux de 23h à 6h.

11 heures : Les techniciens de l’ARPA ont débarqué sur l’île et les contrôles des émissions de CO2 commenceront dès que possible, en particulier dans la zone rouge qui s’étend sur environ 6 kilomètres depuis le port jusqu’à Sotto Lentia et à l’Estimo di Vulcanello.

Une veillée de prière a eu lieu, pendant laquelle une centaine de fidèles a demandé que cessent les émissions de gaz et qu’ils puissent retrouver une vie normale.

Source: La Sicilia.

*ARPA : Agenzia Regionale per la Protezione dell’Ambiente.

Emissions gazeuses sur le littoral (Photo: C. Grandpey)

++++++++++

La Terre continue de trembler aux abords de l’Hekla (Islande). Quatre secousses de magnitude M 3,0 ou plus ont été détectés le 18 novembre dans les montagnes de Vatnafjöll, au sud de l’Hekla. Au total, 40 séismes ont été enregistrées dans la région sur une période de 48 heures.
Selon le Met Office islandais, cette sismicité n’indique probablement pas qu’une éruption de l’Hekla est imminente. Selon toute vraisemblance, sa cause se trouve à la limite des plaques tectoniques dans le sud de l’Islande.
Source : OMI.

Crédit photo: Wikipedia

++++++++++

Trois événements phréatomagmatiques de courte durée ont été enregistrés sur le Taal (Philippines) le 22 novembre 2021. Ils ont duré de 1 à 5 minutes et ont produit des panaches de 200 à 1 500 m de hauteur.
L’activité du Main Crater (cratère principal) est dominée par la remontée de fluides à haute température dans le lac. Ils génèrent des panaches atteignant 2 100 m de hauteur.
Le niveau d’alerte est maintenu à 2.
Source : PHIVOLCS.

Crédit photo: PHIVOLCS

++++++++++

Au Pérou, le Sabancaya reste à un niveau modéré d’activité, avec en moyenne 75 explosions quotidiennes. Les panaches de cendre montent en général à 2 km de hauteur. Aucune évolution de l’activité n’est prévue à court terme.

Source: IGP.

Séquence éruptive sur le Sabancaya (Crédit photo: IGP)

++++++++++

Dans un rapport récent, l’Instituto Geofisico (IG) a indiqué qu’une lente déformation avait été enregistrée sur l’île Fernandina (Galapagos / Equateur) au cours des 18 derniers mois. Les données InSAR montrent que l’inflation se produisait à raison d’environ 400 mm/an dans la caldeira sommitale et sur le flanc NE, tandis qu’une déflation se produisait à raison d’environ 100-400 mm/an sur les flancs supérieurs O et SO . Le 13 octobre, les zones de déflation se sont transformées en inflation et le vitesse de déformation dans la caldeira a augmenté. Une activité fumerolienne a été observée à la mi-novembre dans le cratère sommital, mais l’IG fait remarquer qu’une activité fumerolienne périodique ainsi que de petits épisodes de tremor sont fréquents à Fernandina sans que se produise une éruption.
Source : Instituto Geofisico.

Caldeira sommitale de l’île Fernandina vue depuis l’espace (Crédit photo: NASA)

++++++++++

L’INGV a publié un bulletin indiquant qu vers 7 heures le 25 novembre 2021 un débordement de lave est observé sur le Stromboli (Sicile) dans la partie nord de la terrasse cratèrique. L’événement se limite à la zone sommitale. Des blocs se détachent du front de coulée et roulent le long de la Sciara del Fuoco. L’activité explosive ne semble pas avoir été affectée par cet événement. Le tremor garde des valeurs moyennes et aucune déformation de l’édifice volcanique n’a été observée.

Source: INGV.

Débordement de lave sur le Stromboli en 2014

°°°°°°°°°°

Ces informations ne sont pas exhaustives. Vous en trouverez d’autres (en anglais) en lisant le bulletin hebdomadaire de la Smithsonian Institution :
https://volcano.si.edu/reports_weekly.cfm

—————————————

Here is some news of volcanic activity around the world :

The eruption of Cumbre Vieja continues on the island of La Palma. The volcano remains very active, even though seismicity, the eruptive tremor, ash and SO2 emissions and lava flows seem to be decreasing. Because of the quantity of pyroclastic material emitted by the volcano, the VEI has been elevated from 2 to 3.

You will find a description of the eruption in the weekly updates posted on this blog.

++++++++++

While social unrest is on the rise on the island, the Martinique Volcanic and Seismological Observatory (OVSM) recorded a decline in seismicity beneath Mount Pelée over the past week. The last bulletin covering the period between 12 and 19 November 2021 reports only 5 earthquakes with a volcano-tectonic origin. Their magnitudes were less than or equal to M 0.3 and M l.0, and located between 0.5 km and 1.0 km deep.
In addition, the shallow sea degassing area observed between Saint-Pierre and le Prêcheur is still being analyzed. Fluid samples were collected by IPGP in order to find out the correlation between Mount Pelée’s hydrothermal system and the origin of this degassing.
Source: OVSM.

++++++++++

Following the ordinance issued by the mayor of Lipari, part of the inhabitants of the Aeolian island of Vulcano began to evacuate the port area and its surroundings. However, not all of the 250 people potentially affected will leave. Several families have multi-story houses and can therefore sleep on the first floor which should not be affected by CO2 emissions. Most of the other inhabitants will go to second homes, to relatives and friends and also to the tourist hotel facilities that have been made available between Vulcano Piano, Gelso and Vulcanello.
For these families, the mayor’s ordinance sets at 400 euros the monthly allowance granted to a person to occupy these temporary accommodation. It will be 500 euros for families made up of two people, 700 euros for those made up of three people, 800 euros for families of four or more units. Pending scientific analyzes in progress, the order provides for evacuation over a period of one month. Tourists should remember they cannot disembark on the island of Vulcano during this period.

Here is the text of the ordinance: :

http://www.strettoweb.com/wp-content/uploads/2021/11/Clicca-qui-per-lordinanza-completa.pdf

°°°°°°°°°°

Latest : On the island of Vulcano, the ordinance released by the mayor of Lipari decreeing the night evacuation of the inhabitants of the area around the port raises protests. The islanders are asking « for careful checks on CO2 emissions in the red zone ». The decentralization adviser declared: « Tomorrow, ARPA technicians will come to carry out detailed measurements in the red zone ». According to the former mayor, « detailed checks should have been carried out before the publication of the ordinance which forced residents of the area at risk to move to other places in Vulcano. This meticulous work has not been done properly. We had performed a dozen checks in the houses in the red zone and the values seemed normal to us. That is why we are asking for a more detailed check [of CO2 emissions]. »
Even though we are at the onset of winter, tourism plays an important role in Vulcano and the current situationmay harm the island.
At the same time, INGV has issued a new bulletin indicating that CO2 emissions in La Fossa crater and in the port area continue to show high values which are increasing on the site of Camping Sicilia.

Source: La Sicilia.

°°°°°°°°°°

This morning in the local newspaper La Sicilia :

8:00 am : A new ordinance from the mayor of Lipari prohibits all access to Vulcano’s mud baths area and the Porto Levante beach because of the risk of gas emissions. The mayor also indicated that « the surveillance of the island is carried out permanently by the INGV and will be further reinforced with the arrival of ARPA* with sophisticated equipment to check with precision where the gas emissions are located. in the red zone. There will also be non-stop monitoring, house by house and structure by structure.” The inhabitants of the port area are not allowed to stay at home from 11 pm to 6 am.

11:00 am : ARPA technicians have landed on the island and CO2 emissions checks will begin as soon as possible, especially in the red zone which stretches for about 6 kilometers from the port to Sotto Lentia and the Estimo di Vulcanello.
A vigil of prayer took place, during which about a hundred or so faithful asked that the gas emissions cease and that they could return to a normal life.

Source: La Sicilia.
* ARPA: Agenzia Regionale per la Protezione dell’Ambiente.

++++++++++

The Earth continues to tremble in the vicinity of Mt Hekla (Iceland). Four earthquakes with magnitudes M 3.0 or more were detected on November 18th in Vatnafjöll mountains, south of Hekla. In all,40 tremors were registered in the region over a period of 48 hours.

According to the Icelandic Met Office, the earthquakes are not believed to indicate that an eruption in Hekla volcano is imminent. In all likelihood, they are related to the tectonic plate boundary in South Iceland.

Source: IMO.

++++++++++

Three short-lived phreatomagmaticevents were recorded at Taal (Philippines) on November 22nd, 2021. They lasted 1 to 5 minutes and produced plumes 200 to 1 500 m high.

Activity at the Main Crater is dominated by the upwelling of hot volcanic fluids in its lake which generate plumes up to 2 100 m high.

The Alert Level is kept at 2.

Source: PHIVOLCS.

++++++++++

In Peru, Sabancaya remains at a moderate level of activity, with an average of about 75 explosions daily. The ash plumes generally rise to 2 km above the summit. No change in activity is expected in the short term.
Source: IGP.

++++++++++

In a recent report, the Instituto Geofisico (IG) indicated that slow deformation at Fernandina (Galapagos / Ecuador) has been recorded over the previous 18 months. InSAR data showed that inflation was occurring at a rate of about 400 mm/year in the summit caldera and on the NE flank, while deflation was occurring at a rate of about 100-400 mm/year in areas on the upper W and SW flanks. On October 13th, the areas of deflation changed to inflation and the rate of deformation in the caldera increased. Fumarolic activity was observed by mid-November in the summit cratera, but IG notes that periodic fumarolic activity and small episodes of tremor are common at Fernandina without an eruption.

Source: Instituto Geofisico.

++++++++++

INGV has released a bulletin indicating that around 7 a.m. on November 25th, 2021, a lava overflow was observed on Stromboli (Sicily) in the northern part of the crater terrace. The event is limited to the summit area. Blocks detach from the flow front and roll down along the Sciara del Fuoco. Explosive activity does not appear to have been affected by this event. The tremor keeps medium values and no deformation of the volcanic edifice has been observed.
Source: INGV.

°°°°°°°°°°°

This information is not exhaustive. You can find more by reading the Smithsonian Institution’s weekly report:

https://volcano.si.edu/reports_weekly.cfm

Volcans du monde // Volcanoes of the world

Voici quelques nouvelles de l’activité volcanique dans le monde:

L’actualité reste dominée par l’éruption du Cumbre Vieja qui continue sur l’île de La Palma. Le volcan reste très actif et continue à déverser sa lave. Les dégâts sont de grande ampleur, tant aux habitations qu’aux bananeraies qui sont la principale ressource économique de l’île.

Vous trouverez une description de l’éruption dans les différentes notes publiées quotidiennement sur ce blog.

Capture écran webcam

++++++++++

Le Kilauea (Hawaï) est en éruption à partir d’une bouche unique dans la paroi ouest du cratère de l’Halema’uma’u.
Les émissions de gaz restent élevés avec environ 250 tonnes par jour.le 8 novembre 2021.
Les inclinomètres au sommet montrent une phase de déflation depuis le 7 novembre 2021.
L’activité sismique reste faible et le trémor volcanique se maintient à un niveau élevé depuis le début de l’éruption.
La partie ouest du lac de lave présente une altitude maximale d’environ 799 mètres au-dessus du niveau de la mer, ce qui représente une hausse d’environ 56 mètres depuis le début de l’éruption le 29 septembre 2021.
Le volume de lave émis depuis le début de l’éruption a été estimé à environ 28,2 millions de mètres cubes le 3 novembre 2021.
Aucune activité particulière n’a été observée dans l’East Rift.Zone du Kilauea.
Source : HVO.

Crédit photo: HVO

++++++++++

Des observations récentes à White Island (Nouvelle-Zélande) montrent une augmentation des émissions de gaz et du niveau du lac à l’intérieur du cratère.
Par rapport aux dernières mesures effectuées le 14 octobre 2021, le SO2 est passé à 681 tonnes par jour contre 267 tonnes par jour à la mi-octobre.
Les émissions de CO2 sont passées de 757 à 2 712 tonnes par jour.
Le H2S montre également une augmentation, de 10 à 38 tonnes par jour.
Les températures mesurées dans la zone active variaient de 252 à 202 °C en septembre et octobre, alors qu’elles dépassaient les 500 à 600 °C en juillet et en août.
Le niveau d’eau dans le lac de cratère est légèrement plus élevé que ce celui observé fin octobre; la quasi-totalité de cette augmentation est due à de fortes précipitations.
Une très faible émission de cendre a été observée lors de la dernière visite au volcan.
L’activité sismique reste inchangée. .
Le niveau d’activité actuel est considéré comme « modérés à élevé. » En conséquence, le niveau d’alerte volcanique reste à 2 et la couleur de l’alerte aérienne à Jaune.
Source : GeoNet.

Photo: C. Grandpey

++++++++++

Un séisme a été enregistré sous la caldeira du Bárðarbunga (Islande) à 7h20 le 6 novembre 2021. La magnitude du séisme était de M 4.0. Un tel événement n’est pas exceptionnel dans la région, mais il mérite l’attention car le Bárðarbunga est un stratovolcan situé sous le plus grand glacier d’Islande, le Vatnajökull.
L’épicentre du séisme était situé à 4,6 km au nord-est du volcan, à une profondeur de 1,3 km. Par la suite, le Met Office islandais n’a détecté que quelques répliques de faible intensité. (NDLR : en Islande une sismicité aussi peu profonde est rarement le signe d’une éruption à venir. Elle est plutôt due à une activité hydrothermale ou à des réajustements à l’intérieur de la calotte glaciaire).
La dernière activité du Bárðarbunga a eu lieu en 2014 lorsque le magma s’est déplacé sur près de 40 km jusqu’au champ de lave de Holuhraun où une éruption s’est déclenchée et a duré près de six mois.
Les scientifiques contrôlent étroitement le Bárðarbunga. En juillet 2021, ils sont observé une inflation du volcan. Elle était peut-être due à l’accumulation de magma ou à des réajustements suite à la dernière éruption. Cependant, une éruption ne semblait pas imminente.

Vue de l’éruption dans l’Holuhraun en 2014 (Crédit photo: Wikipedia)

++++++++++

Dans la conclusion de son bulletin mensuel couvrant la mois d’octobre 2021, l’OVPF indique que « l’inflation du Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion) et les teneurs en CO2 dans le sol qui sont restées élevées au cours des derniers mois (depuis la fin de l’éruption du 9 avril – 24 mai 2021) ont été les témoins de transferts magmatiques depuis des zones profondes vers le réservoir magmatique superficiel, à l’origine de la crise sismique du 18 octobre 2021. Cette crise a été liée à une intrusion de magma sous le flanc nord nord-est du volcan qui s’est arrêtée en profondeur. » Rappelons que l’éruption prévue « dans quelques minutes ou quelques heures » n’a pas eu lieu.
Dans son bulletin, l’OVPF ajoute que « suite à l’intrusion magmatique du 18 octobre, une inflation de l’édifice est de nouveau observée, témoignant de la poursuite de transferts magmatiques depuis des zones profondes vers le réservoir magmatique superficiel. »

Photo: C. Grandpey

++++++++++

Selon le dernier bulletin de l’OVSM, entre le 29 octobre et le 5 novembre 2021, on a enregistré au moins 25 séismes de type volcano-tectonique de magnitude inférieure ou égale à M 1.1 sous la Montagne Pelée (Martinique). « Ces séismes de faible énergie ont été localisés à l’intérieur de l’édifice volcanique, entre 0.9 km et 2.1 km de profondeur sous la surface. Cette sismicité superficielle est associée à la formation de micro-fractures dans l’édifice volcanique. » Aucun de ces séismes n’a été ressenti par la population.

La zone de dégazage en mer à faible profondeur entre Saint-Pierre et Prêcheur est toujours observée. Des prélèvements de fluides ont été effectués afin de connaître l’origine de ce dégazage et d’évaluer sa relation éventuelle avec le système hydrothermal de la Montagne Pelée.

Source: OVSM.

Photo: C. Grandpey

++++++++++

Suite à l’intensification de l’activité observée ces dernières semaines sur l’île éolienne de Vulcano et en particulier dans le cratère de la Fossa, l’accès à ce dernier a été interdit. En effet, les fumerolles et leurs concentrations gazeuses peuvent présenter un danger pour la santé en cas d’inhalation.

Dix touristes ont bravé l’interdiction et se sont fait surprendre par les carabiniers au sommet du volcan. Ils ont été verbalisés et ont dû débourser 5.000 euros pour avoir enfreint l’ordonnance diffusée par le maire de Lipari.

Source: La Sicilia.

Photo: C. Grandpey

++++++++++

Suite aux fortes intempéries qui ont balayé la Sicile ces derniers jours, la webcam L.A.V.E. sur l’Etna ne fonctionne pas et est en réparation. Vous serez tenus au courant dès qu’elle sera de nouveau opérationnelle.

Exemple d’image fournie par la webcam L.A.V.E. et son archive des dernières 24 heures

°°°°°°°°°°

Ces informations ne sont pas exhaustives. Vous en trouverez d’autres (en anglais) en lisant le bulletin hebdomadaire de la Smithsonian Institution :
https://volcano.si.edu/reports_weekly.cfm

—————————————

Here is some news of volcanic activity around the world :

The eruption of Cumbre Vieja continues on the island of La Palma. The volcano remains very active and continues to pour out its lava. The damage is extensive, both to homes and banana plantations which are the main economic resource of the island.

You will find a description of the eruption in the weekly updates posted on this blog.

++++++++++

Kilauea (Hawaii) is erupting from a single vent in the western wall of Halemaʻumaʻu crater.

Volcanic gas emission rates remain elevated with an emission rate for November 8th, 2021, of approximately 250 tonnes per day.
Summit tilt has shown deflation since November 7th, 2021.

Earthquake activity remains below background and the volcanic tremor has remained elevated since the beginning of the eruption.
The western end of the lake shows a maximum elevation of approximately 799 meters above sea level, which means a total increase of about 56 meters since the start of the eruption on September 29th, 2021.

The total erupted volume since the beginning of the eruption was estimated to be about 28.2 million cubic meters on November 3rd, 2021..
No unusual activity has been noted in the Kīlauea East Rift Zone.

Source: HVO.

++++++++++

Recent observations at White Island (New Zealand) show increases in gas emissions and lake level.

Compared with the last measurements performed on October 14th, 2021, SO2 has increased to 681 tonnes per day from 267 tonnes per day in mid-October.

CO2 emissions have increased from 757 to 2 712 tonnes per day.

H2S also shows an increase, from 10 to 38 tonnes per day.

Temperatures measured in the active vent area ranged from 252 to 202 °C in September and October. In July and August, the temperatures were in excess of 500 to 600 °C.

The level of water in the crater lake is slightly higher than in late October, with nearly all of this rise due to heavy rainfall.

Very weak ash emission was occurring during the last observations.

Seismic activity remains unchanged. .

The current level of activity is consistent with moderate to heightened levels of unrest. As such the Volcanic Alert Level remains at 2 and the Aviation Color Code remains at Yellow.

Source: GeoNet.

++++++++++

An earthquake was recorded under the Bárðarbunga caldera (Iceland) at 7:20 am on November 6th, 2021. The quake’s magnitude was M 4.0. Such an event is not exceptional in the area, but it deserves attention as Bárðarbunga is a stratovolcano located underneath Iceland’s largest glacier, Vatnajökull.

The epicenter of the earthquake was located 4.6 km northeast of the volcano, at a depth of 1.3 km. Afterwards, the Met office only detected a very little aftershock activity. (Editor’s note: In Iceland such a shallow seismicity is rarely the sign of an upcoming eruption. Is is rather due to hydrothermal activity or readjustments inside the ice cap).

The last time major unrest occurred at Bárðarbunga was in 2014, when magma flowed almost 40 km to the Holuhraun lava field, where there was an eruption which lasted almost six months.

Geoscientists are closely monitoring Bárðarbunga. In July 2021, it was reported that the volcano had been expanding, probably because of magma accumulation or recovery from its last eruption. However, an eruption did not appear to be imminent.

++++++++++

In the conclusion of its monthly report covering October 2021, OVPF indicates that « the inflation of Piton de la Fournaise (Reunion Island) and the CO2 levels in the soil which have remained high over recent months (from the end of the eruption of April 9 to May 24, 2021) revealed magma transfers from deep areas to the shallow magma reservoir, at the origin of the seismic crisis of October 18th, 2021. This crisis was linked to a magma intrusion beneath the north-northeast flank of the volcano that stopped at depth. » The eruption that was predicted « in a few minutes or a few hours » did not occur.
In its bulletin, OVPF adds that « following the magma intrusion of October 18th, an inflation of the edifice is again observed, testifying to the continuation of magma transfers from deep zones to the shallow magma reservoir. »

++++++++++

According to the latest OVSM bulletin, between October 29th and November 5th, 2021, at least 25 volcano-tectonic earthquakes with magnitudes less than or equal to M 1.1 were recorded under Mount Pelée (Martinique). « These low-energy earthquakes were located inside the volcanic edifice, between 0.9 km and 2.1 km below the surface. This shallow seismicity is associated with the formation of micro-fractures in the volcanic edifice. » None of these earthquakes were felt by the population.
The shallow sea degassing zone between Saint-Pierre and Prêcheur is still observed. Fluid samples were collected in order to know the origin of this degassing and to assess its possible relationship with Mount Pelée’s hydrothermal system.
Source: OVSM.

++++++++++

Following the intensification of activity observed in recent weeks on the Aeolian island of Vulcano and in particular in La Fossa crater, access to the volcano has been prohibited. Indeed, fumaroles and their gas concentrations can present a health hazard if inhaled.
Ten tourists defied the ban and were surprised by the carabinieri in the summit area of the volcano. They were fined and had to pay 5,000 euros for violating the ordinance issued by the mayor of Lipari.
Source: La Sicilia.

++++++++++

Due to the very poor weather conditions which affected Sicily in recent days, the L.A.V.E. webcam on Mt Etna does not work and is under repair. You will be kept informed as soon as it is operational again.

°°°°°°°°°°°

This information is not exhaustive. You can find more by reading the Smithsonian Institution’s weekly report:

https://volcano.si.edu/reports_weekly.cfm

COP 26 : Les causes de la prolifération des sargasses // COP 26 : The causes of sargassum proliferation

J’ai évoqué plusieurs fois sur ce blog les bancs de sargasses, ces algues brunes qui ont envahi les Caraïbes et pourri la vie à la Martinique ou à la Guadeloupe. Lors de mes voyages en Martinique, j’ai pu me rendre compte de leur impact sur l’environnement et sur la santé des personnes.
Un groupe de chercheurs américains a identifié l’une des principales causes de ce phénomène : les eaux usées d’origine humaine et les eaux de ruissellement agricoles transportées par les rivières vers l’océan. En réalité, les scientifiques pensent que l’on a affaire à un phénomène complexe associant changement climatique, destruction de la forêt amazonienne et poussière en provenance de l’ouest du désert du Sahara. Cet ensemble de facteurs favorise très probablement les méga-proliférations de sargasses.
En juin 2018, les scientifiques ont enregistré la présence de 20 millions de tonnes d’algues, soit une augmentation de 1000% par rapport à 2011 pour ce même mois.
Une étude publiée en mai 2021 dans la revue Nature Communications a examiné la chimie des sargasses des années 1980 à 2019. Elle offre la preuve que l’eau de ruissellement des villes et des terres agricoles est un contributeur majeur à l’expansion de La Grande Ceinture des Sargasses de l’Atlantique qui s’étire aujourd’hui sur près de 9 000 kilomètres.
Cette étude a révélé que les sargasses prélevées récemment dans les eaux côtières entre le Brésil et le sud des États-Unis, y compris dans plusieurs pays des Caraïbes, contiennent des niveaux d’azote en moyenne 35 % plus élevés que dans les échantillons prélevés il y a plus de trente ans. L’azote se trouve dans les déchets humains et animaliers et dans les engrais. Les résultats de l’étude montrent que les eaux usées et le ruissellement agricole qui se déversent dans les rivières des Amériques puis dans l’océan favorisent la croissance des sargasses au large. Les courants océaniques transportent ensuite une grande partie de ces algues vers la mer des Caraïbes, où elles perturbent les économies côtières qui dépendent du tourisme.
Les échantillons d’algues prélevés montrent également une augmentation de 111% du rapport de l’azote au phosphore au cours de la même période. Ce ratio a été presque constant dans tous les océans du monde depuis des décennies. Ce changement prouve que la chimie de l’eau a été radicalement modifiée.
Une autre partie de l’étude insiste sur le rôle joué par le changement climatique. Avec la hausse des températures dans le monde, les scientifiques pensent que les pluies torrentielles s’intensifient dans certaines régions du globe, notamment en Amazonie. Ces précipitations très abondantes augmentent la fréquence des inondations, ce qui entraîne probablement plus de ruissellement riche en azote vers la mer. Les scientifiques notent que les inondations les plus importantes de l’Amazone en mars et avril véhiculent des bancs de nutriments à des centaines de kilomètres vers la mer, ce qui coïncide avec les principales proliférations de sargasses. A partir de là, les courants font remonter les algues le long de de la côte du Venezuela, puis dans la mer des Caraïbes et parfois même plus au nord dans le golfe du Mexique. Le changement climatique provoque également des ouragans plus puissants qui extraient plus de nutriments des fonds marins est sont susceptibles de fertiliser les sargasses.
Comme mentionné ci-dessus, la poussière du désert du Sahara contribue elle aussi à la prolifération des sargasses. En effet, au fur et à mesure que les particules sont emportées vers l’ouest et traversent l’océan Atlantique, elles rencontrent des nuages et se retrouvent au sol avec la pluie, sous forme de dépôts fertilisants de fer et de phosphore dans l’eau.
Il faudra des années de financement et de recherche pour prouver exactement dans quelle mesure chacun des facteurs que l’on vient de mentionner contribue à la prolifération des sargasses.
Selon les auteurs de l’étude, ce phénomène se poursuivra jusqu’à ce qu’il y ait un changement de politique de la part des états concernés. Le Brésil, par exemple, pourrait décider des ralentir la déforestation qui a conduit à une intensification de l’élevage. Un tel élevage permet inévitablement à la terre meuble, au fumier et aux engrais de se déverser dans les rivières.
Source : Yahoo News.

°°°°°°°°°°

La Collectivité Territoriale de Martinique (CTM) a décidé de prendre les choses en main pour lutter contre l’envahissement des sargasses. La conseillère exécutive en charge des fonds européens a présenté deux demandes de financement pour des barrages dédiés à la ville du Robert, particulièrement touchée par les vagues successives d’algues brunes. Le coût de l’opération est estimé à environ 1,200 000 million d’euros dont 700 000 euros de fonds communautaires.

Lors des débats, majorité et opposition ont souligné « l’absence de l’Etat » qui a été accusé d’être « totalement défaillant ».

Une autre demande de financement concerne les effets des algues indésirables sur la santé des populations exposées, problème que j’ai exposé dans des notes précédentes. L’étude permettra de caractériser les conséquences sur la santé, ainsi que la mise en œuvre de mesures préventives et la prise en charge médicale. Le résultat de cette étude devrait aboutir à « l’élaboration d’un plan régional de santé publique ».

Source: Martinique la 1ère.

—————————————–

I have mentioned several times on this blog the shoals of Sargassum, the brown seaweed that invaded the Carribean. During my trips to Martinique, I could realize their impact on the environment and on people’s health.

A group of U.S. researchers has fingered a prime suspect: human sewage and agricultural runoff carried by rivers to the ocean. This nutrient-charged outflow is just one of several likely culprits fueling an explosion off sargassum in warm waters of the Americas. Scientists suspect a complex mix of climate change, Amazon rainforest destruction and dust blowing west from the Sahara Desert may be fueling mega-blooms of the sargassum.

In June 2018, scientists recorded 20 million metric tons of seaweed, a 1,000% increase compared with the 2011 bloom for that month.

A recent study published in May 2021 in the journal Nature Communications examined the chemistry of sargassum from the 1980s up to 2019. It offers the strongest evidence that water coming from city and farm runoff has been a major contributor to the expansion of the so-called Great Atlantic Sargassum Belt, which now stretches for nearly 9,000 kilometers.

That study found that sargassum collected recently in coastal waters from Brazil to the southern United States, and including several Caribbean nations, contained levels of nitrogen that were 35% higher on average than in samples taken more than three decades earlier.

Nitrogen is found in human and animal waste and in fertilizers. The results suggest that sewage and farm runoff that is flowing into rivers throughout the Americas and then on to the ocean is feeding offshore sargassum growth. Currents carry much of this seaweed to the Caribbean Sea, where it is disrupting the region’s tourism-dependent coastal economies.

The samples also showed, for example, a 111% rise in the ratio of nitrogen to phosphorus during the same time frame. That ratio has been nearly constant across the world’s oceans going back decades. The change suggests the water chemistry has been radically altered..

Another part of the study insists on the part played by climate change. As global temperatures rise, scientists believe that rainstorms are intensifying in certain areas of the globe, including over the Amazon. Those storms are increasing the frequency of extreme flooding, which likely is pushing more nitrogen-rich runoff out to sea. Experts note that peak Amazon River flooding pushes a plume of nutrients hundreds of kilometers out to sea in March and April, coinciding with major sargassum blooms. From there, currents push the seaweed around the coast of Venezuela into the Caribbean Sea and sometimes even farther north into the Gulf of Mexico. Climate change is also fueling stronger hurricanes, which at sea are pulling more nutrients up from the seabed to potentially fertilize sargassum.

As mentioned above, dust from the Sahara Desert could be contributing to the sargassum boom. Indeed, as the particles are blown westward over the Atlantic Ocean, they run into clouds and get rained down as fertilizing iron and phosphorus deposits in the water.

Proving exactly how much each of these factors might be contributing to sargassum’s growth will take years of funding and research.

According to the authors of the study, this phenomenon will continue until there is a change in public policy. Brazil, for example, could slow deforestation, which has led to a boom in cattle ranching that allows loose soil, manure and fertilizer to wash into rivers.

Source: Yahoo News.

°°°°°°°°°°

The Collectivité Territoriale de Martinique (CTM) has decided to take matters into its own hands to fight against the invasion of Sargassum. The executive advisor in charge of European funds has presented two funding requests for dams dedicated to the town of Robert, particularly affected by the successive waves of brown algae. The cost of the operation is estimated at around 1,200,000 million euros, including 700,000 euros from Community funds.
During the debates, the majority and the opposition stressed « the absence of the State » which was accused of being « totally failing ».
Another request for funding concerns the effects of the algae on the health of exposed populations, an issue I have outlined in previous posts. The study will characterize the consequences on health, as well as the implementation of preventive measures and medical care. The result of this study should lead to « the development of a regional public health plan ».
Source: Martinique la 1ère.

Sargasses à la Martinique (Photos: C. Grandpey)

8 mai 2021 : Saint Pierre n’oublie pas !

Tous les ans le 8 mai, des cérémonies sont organisées à Saint Pierre (Martinique) en mémoire des victimes de l’éruption de la Montagne Pelée en 1902. Cette année encore, les festivités du « Mai de Saint-Pierre » seront perturbées à cause de la situation sanitaire. Il y aura essentiellement des dépôts de gerbes, une cérémonie protocolaire, une messe et un hommage à Louis Delgrès, illustre Martiniquais né à Saint-Pierre le 2 août 1766. Il a combattu toute sa vie contre le rétablissement de l’esclavage en Guadeloupe en 1794 et a choisi de mourir pour défendre ses idéaux en 1802.

En 2020, lors du premier confinement, le conservatoire de la ville de Saint Pierre, le Rotary Club et la municipalité avaient convié les habitants « à ne pas oublier cette journée tragique » en allumant un lumignon devant leurs portes. Faute de rassemblement, ce geste symbolique était souhaité par la mairie, « en mémoire de tous les trépassés de cette éruption meurtrière ».

Si le 3ème confinement de 2021 est un peu moins contraignant, la municipalité de Saint Pierre joue tout de même la prudence. Un programme allégé est en effet proposé :

Le 6 mai, le dépôt d’une gerbe a célébré l’arrivée des Indiens en Martinique. En effet, c’est le 6 mai 1853 que l’Aurélie, a accosté à Saint-Pierre, avec à son bord 300 Indiens. 25 000 d’entre eux migreront en Martinique et 42 000 vers la Guadeloupe, pour remplacer les Africains dans les plantations.

Une cérémonie protocolaire commémorera le 8 mai 1945 et la fin de la seconde guerre mondiale.

Une messe à la Cathédrale du Mouillage aura lieu aujourd’hui en mémoire des disparus du 8 mai 1902. Elle sera suivie d’une procession à l’Ossuaire, où sera déposée une gerbe.

Le 21 mail il y aura un dépôt de gerbe devant la fresque « TraceJectoire » inaugurée en 2019. Elle rend hommage aux esclaves qui se sont révoltés lors des insurrections de mai 1848 et à tous ceux qui ont combattu l’esclavage.

28 mai : Commémoration de la mort de Louis Delgrès devant l’Escalier de l’Intendance du collège qui porte son nom.

En 2022, 120 ans après, Saint-Pierre se souviendra de la tragédie de 1902 et ses quelque 30 000 victimes. Les célébrations se dérouleront de mai 2022 à mai 2023, centenaire de la renaissance de la Ville « qui a cessé d’être une commune le 10 février 1910. »

Photos : C. Grandpey