Ol Doinyo Lengai (Tanzanie)

L’Ol Doinyo Lengai ne fait pas partie des volcans les plus visités. Il est pourtant exceptionnel car c’est le seul volcan actif à produire de la natrocarbonatite. L’ami Régis Etienne, président de la Société de Volcanologie Genève, fait partie des derniers à avoir gravi sa pente raide en août 2018. Il avait emporté un drone dans ses bagages, ce qui lui a permis de rapporter des images intéressantes du cratère. Depuis l’éruption de 2008 qui s’est accompagnée d’un effondrement du sommet, la lave ne coule plus sur les flancs du Lengai et il faut se pencher au-dessus du gouffre pour tenter d’apercevoir des coulées actives. Avec l’aide de son drone, Régis a pu filmer les bouillonnements et les épanchements de natrocarbonatite sur le plancher, ainsi que les parois internes du cratère. En examinant les vidéos et photos réalisées depuis 2008, il semble que le plancher soit en train de remonter. On peut raisonnablement penser qu’avec le temps, le Lengai retrouvera sa morphologie d’avant 2008, telle que je l’avais découverte en décembre 2002. On pouvait alors se déplacer sur la zone sommitale où se dressaient des cônes émettant des gaz. Un petit lac de lave s’agitait au sommet et la lave débordait de temps en temps. J’avais pu prélever et rapporter des échantillons encore tout chauds.

En cliquant sur ce lien, vous verrez la vidéo réalisée par Régis Etienne. Les images au sol et le montage sont à mettre au compte de l’ami Patrick Marcel :

https://www.youtube.com/watch?v=ZqxuYOEFNLk&feature=youtu.be

————————————————

Ol Doinyo Lengai is not one of the most visited volcanoes. However, it is exceptional because it is the only active volcano to produce natrocarbonatite. A friend of mine, Regis Etienne, president of the Société de Volcanologie Genève, is one of the last persons to have climbed its steep slope in August 2018. He had brought along a drone, which allowed him to shoot interesting images of the crater. Since the 2008 eruption which triggered a collapse of the summit, lava no longer flows on the flanks of Lengai and one has to look down to the chasm to try to see active flows. With the help of his drone, Régis was able to film the bubbling and the effusions of natrocarbonatite on the floor, as well as the internal walls of the crater. Examining the videos and photos taken since 2008, it seems that the floor is rising. It is reasonable to assume that over time, Lengai will regain its pre-2008 morphology, as I discovered it in December 2002. One could then walk over the summit area and observe gas-emitting cones stood. A small lava lake was bubbling at the summit and lava was overflowing from time to time. I had been able to collect and bring back still hot samples.
By clicking on this link, you will see Regis Etienne’s video. The ground images and the editing of the movie were performed by Patrick Marcel.
https://www.youtube.com/watch?v=ZqxuYOEFNLk&feature=youtu.be

L’Ol Doinyo Lengai en 2018 (Captures d’écran de la vidéo de Régis Etienne)

Zone sommitale de l’Ol Doinyo Lengai en 2002 (Photos: C. Grandpey)

Le réchauffement climatique dans les Alpes: De Tignes à Annecy…

Le glacier de la Grande Motte à Tignes n’ouvrira pas comme prévu le 29 septembre. Les conditions ne sont pas réunies pour une ouverture avant au moins la mi-octobre. Il s’agit évidemment d’un nouveau signe inquiétant du réchauffement climatique. Ce retard entraîne des complications au niveau sportif car le glacier devait accueillir les skieurs des équipes de France qui organisent chaque année des stages pour terminer leur préparation pour l’ouverture de la Coupe du monde les 27 et 28 octobre à Sölden en Autriche.

Les responsables de la station de Tignes étudient attentivement les prévisions météorologiques pour établir un nouveau calendrier. Un anticyclone persiste sur les Alpes en ce moment, ce qui interdit l’arrivée de précipitations significatives.

Les équipes de France de ski ont pour habitude de venir s’entraîner chaque année à Tignes à cette époque de l’année. La situation sur le Glacier de la Grande Motte va entraîner des modifications. Le groupe technique hommes, après un stage en août et début septembre à Ushuaïa (Argentine) va terminer sa préparation à Saas Fee (Suisse). Les dames sont à Ushuaïa jusqu’au 3 octobre et profitent des conditions encore hivernales.

Au vu de l’évolution des glaciers en France et en Europe, on peut penser que les équipes de  France de ski vont décaler leur préparation dans l’hémisphère Sud et la prolonger en octobre au cours des prochaines années.

++++++++++

Comme je l’ai écrit dans une note précédente rédigée à mon retour d’un voyage glaciaire dans les Alpes, le lac d’Annecy s’assèche dangereusement et son niveau d’eau n’en finit pas de baisser. Selon les dernières mesures effectuées le 24 septembre 2018, il a perdu 53 cm par rapport à sa cote légale de 80 cm. La situation devrait empirer au cours des prochains jours, faute de précipitations importantes. Une nouvelle baisse importante du niveau du lac (10 cm supplémentaires ?) est donc fortement prévisible.

Pas besoin d’être ingénieur pour comprendre la situation! Il suffit de s’approcher des berges du lac. Il faut s’éloigner de plusieurs dizaines de mètres de la plage pour avoir les chevilles mouillées, et il faut atteindre 200 à 300 mètres du rivage pour avoir de l’eau à mi-cuisse !

Comme je l’ai indiqué précédemment, les premières victimes de cet assèchement historique sont les loueurs de bateaux. Plusieurs se retrouvent au chômage technique ou quasiment, faute d’un tirant d’eau suffisant pour leurs embarcations. S’agissant des hors-bords sans permis, il faut les pousser, moteur relevé, jusqu’à 200 ou 300 mètres du rivage. Seules deux personnes sont autorisées à monter à bord, de manière à alléger le poids.

Un professionnel a été contraint d’arrêter la location des bateaux avec permis dès la fin du mois août, et il vient de prendre la même décision pour toutes les embarcations sans permis. Selon lui, la situation est pire que lors de la canicule de 2003, parce qu’en 2018 elle dure beaucoup plus longtemps.

Les navires de croisières qui conduisent des groupes de touristes français et étrangers sur le lac sont logés à la même enseigne. Selon l’une des responsables de la Compagnie des bateaux du lac d’Annecy, « le niveau du lac est vraiment critique depuis quinze jours, mais nous sommes impactés depuis trois semaines. Il a donc été décidé de réduire le nombre de croisières. La capacité des bateaux est également passée de 198 à 120 passagers, afin d’alléger un peu le poids et d’avoir un tirant d’eau suffisant. Cette situation n’a pas d’impact sur l’emploi des marins, mais l’arrière-saison est perturbée cette année. »

C’est évidemment le très beau temps – dont tout le monde se réjouit sans réfléchir – et les températures caniculaires de ces dernières semaines, avec le manque de pluie, qui sont à l’origine de l’assèchement historique du  lac d’Annecy. Les gens ont trop tendance à croire que le réchauffement climatique n’interviendra qu’en 2050, alors qu’il est là aujourd’hui. S’agissant du lac, c’est la 5ème alerte – et la plus forte – depuis 2003. Le lac est très sensible au réchauffement car il n’est alimenté que par deux petites rivières. Les jours de fortes chaleurs, on perd entre 1 et 2 cm d’eau par jour en raison de l’évaporation.

Pour tenter de prévenir ces épisodes d’assèchement du lac, appelés à se multiplier durant la saison estivale, l’idée est de faire fluctuer les niveaux de l’eau au gré des saisons, de manière à constituer des stocks en hiver et au printemps en prévision des fortes températures d’été. Le problème, c’est qu’il faudrait une autorisation de l’État car la cote stable de 80 cm toute l’année est imposée depuis la fin du 19ème siècle. Actuellement, pour parvenir à cette cote permanente, les agents du syndicat du lac d’Annecy jouent avec les vannes alimentant le canal voisin du Thiou. Cette façon de procéder est jugée archaïque et inadaptée aujourd’hui par les élus, et plus du tout en phase avec l’évolution du climat. La balle est maintenant dans le camp de l’Etat qui devra prendre une décision rapidement car le temps presse.

Source: Le Dauphiné Libéré.

Photo: C. Grandpey

Effondrements dans les Alpes // Collapses in the Alps

Les Alpes s’effondrent. Cette affirmation peut paraître exagérée, mais elle ne l’est pas tant que ça. Depuis quelques années, on observe une augmentation inquiétante des éboulements dans nos montagnes, qu’elles soient françaises, suisses ou italiennes. Les glaciers fondent à vue d’œil, mais ce sont les chutes de blocs ou de parois rocheuses entières qui inquiètent le plus les alpinistes.

Le dernier événement de la sorte a eu lieu le 22 août 2018 avec l’effondrement d’un pan entier de l’Arête des Cosmiques, à proximité de l’Aiguille du Midi.

Il ne faudrait pas oublier non plus l’énorme masse de glace qui s’est détachée du glacier de Charpoua, sur la face Sud-Est de l’Aiguille Verte, le 9 septembre 2018.

Avec la fonte de la neige et du permafrost de roche, certains itinéraires glaciaires comme le couloir du Goûter, qui permet d’accéder au Mont-Blanc, sont de moins en moins enneigés en période estivale, ce qui favorise les chutes de pierres. Les statistiques montrent que les dérochements sont responsables de 29 % des accidents, souvent mortels. .

Au cours des dernières années, l’effondrement le plus spectaculaire des Alpes françaises fut celui du pilier Bonatti en 2005. Cette paroi verticale de 1 000 mètres de hauteur était un des symboles de l’alpinisme de haute difficulté. Elle s’est effondrée en quatre fois entre le 29 et le 30 juin 2005. 292 000 m3 de roche sont tombés, soit l’équivalent de cinq fois l’Arc de Triomphe !

Plus récemment, le 24 août 2017, l’effondrement du Piz Cengalo en Suisse a provoqué la mort de huit alpinistes et randonneurs (voir ma note du 29 août 2017). Plus de trois millions de mètres cubes se sont décrochés. Quand cette masse de roche est tombée sur le glacier juste en dessous, il s’est liquéfié. Cela a provoqué une avalanche rocheuse puis une coulée de boue – aussi appelée lave torrentielle – qui a parcouru six kilomètres et a envahi le village de Bondo. Heureusement, grâce à un système d’alerte mis en place par les autorités suisses, la population a pu être évacuée à temps. Selon le service sismologique suisse, les vibrations causées par cet effondrement équivalaient à un séisme de magnitude 3.

Selon les guides de haute montagne de Chamonix, l’alpinisme tel qu’on le pratiquait il y a trente ans n’existe plus. Les courses imaginées en 1973 par Gaston Rebuffat sont devenues plus difficiles ou beaucoup plus dangereuses. Certaines sont même devenues impraticables en été car les parois ne sont plus englacées et enneigées et il n’est plus possible d’escalader le rocher mis à nu.

La situation ne semble pas en voie d’amélioration. Les températures continuent d’augmenter ; la glace et la neige désertent les sommets. De nouveaux effondrements sont donc à craindre, en espérant qu’ils n’emporteront pas avec eux les alpinistes en train d’escalader les parois.

——————————————————-

The Alps are collapsing. This statement may seem exaggerated, but it is not. In recent years, there has been a worrying increase in landslides in our mountains, whether French, Swiss or Italian. The glaciers are melting, but it is the rockfalls and the collapse of entire rock faces that worry mountaineers most.
The last event of this kind took place on August 22nd, 2018 with the collapse of an entire section of the Arête des Cosmiques (Cosmic Ridge), near the Aiguille du Midi.
We should not forget either the huge mass of ice that broke away from the Charpoua glacier, on the south-east face of the Aiguille Verte, on September 9th, 2018.
With the melting of snow and rock permafrost, some glacier routes such as the Couloir du Goûter, which provides access to Mont-Blanc, are becoming less snow-covered during the summer months, which favours falling rocks. Statistics show that such rockfalls are responsible for 29% of accidents, often fatal. .
In recent years, the most spectacular collapse in the French Alps was that of the Bonatti pillar in 2005. This vertical wall , 1,000 metres high, was one of the symbols of high difficulty mountaineering. It collapsed four times between 29 and 30 June 2005. 292 000 cubic metres of rock fell, the equivalent of five times the Arc de Triomphe!
More recently, on August 24th, 2017, the collapse of Piz Cengalo in Switzerland caused the death of eight mountaineers and hikers (see my note of August 29th, 2017). More than three million cubic metres were broke loose. When this mass of rock fell on the glacier just below, it liquefied. This caused a rocky avalanche and then a mudslide – also called torrential lava – which travelled six kilometres and invaded the village of Bondo. Fortunately, thanks to an alert system set up by the Swiss authorities, the population was evacuated in time. According to the Swiss Seismological Service, the vibrations caused by this collapse amounted to an earthquake of magnitude 3.
According to the mountain guides of Chamonix, mountaineering as it was practiced thirty years ago can no longer be performed. The itineraries imagined in 1973 by Gaston Rebuffat have become more difficult or much more dangerous. Some have even become impassable in summer because the walls are no longer covered with ice and snow and it is no longer possible to climb the rock which is now exposed.
The situation does not seem to be improving. Temperatures continue to rise; ice and snow desert the peaks. New collapses are therefore to be feared, hoping that they will not take with them mountaineers climbing the walls.

Glacier Blanc dans les Hautes Alpes (Photo: C. Grandpey)

Nouvelles du Parc de Yellowstone (Etats Unis) // News of Yellowstone National Park (United States)

Ear Spring, une source chaude située pas très loin du Vieux Fidèle dans l’Upper Geyser Basin, s’est manifestée pour la quatrième fois au cours des 60 dernières années. Les autorités du Parc indiquent que cela n’arrive qu’une ou deux fois par décennie.
L’événement a eu lieu le 15 septembre 2018. Le geyser a fait jaillir de la vapeur et de l’eau jusqu’à une dizaine de mètres de hauteur, ce qui n’avait jamais été observé depuis 1957. Le geyser s’est également débarrassé d’objets divers tels que pièces de monnaie, cannettes et autres détritus que les touristes avaient jeté dans la source chaude. Depuis le 15 septembre, le geyser a continué bouillonner jusqu’à une hauteur d’une soixantaine de centimètres.
Ear Spring, ainsi nommée en raison de sa ressemblance avec une oreille humaine, est l’un des nombreux geysers et autres sources chaudes qui attirent des foules de visiteurs dans l’Upper Geyser Basin.
La nouvelle activité d’Ear Spring a entraîné la fermeture temporaires d’un certain nombre de sentiers dans le secteur.
L’éruption de Ear Spring survient l’année même où le Steamboat Geyser connaît une activité record. Jusqu’à présent, le geyser est entré en éruption 19 fois en 2018 et la dernière a eu lieu le 17 septembre 2018. Les autorités du Parc indiquent que c’est l’année la plus active depuis 1982.
Il n’y a toutefois aucun signe d’activité volcanique imminente dans le parc.
Voici une courte vidéo de l’éruption de Ear Springt: https://youtu.be/aLJlMCNmecs

Un visiteur du parc de Yellowstone a filmé avec son smartphone un homme qui semble en train d’uriner dans le Vieux Fidèle ! Il s’est ensuite allongé à côté du geyser. L’homme a été arrêté et verbalisé pour différents chefs d’accusation, notamment pour avoir quitté un sentier dans une zone hydrothermale. Il a depuis été libéré sous caution, mais reste à la disposition de la justice.
Dans le Parc National de Yellowstone, la loi oblige les gens à rester sur les sentiers balisés dans les zones hydrothermales. Quiconque ignore cette loi risque sa vie et celle des sauveteurs. Les geysers et les sources chaudes sont des endroits dangereux. Beaucoup de personnes ont été blessées ou tuées en sous-estimant ce danger.
C’est le deuxième incident signalé par les autorités du Parc au cours des six dernières semaines. Le mois dernier, un homme a été arrêté pour avoir provoqué un bison. Il a ensuite été condamné à 130 jours de prison.
Source: Parc National de Yellowstone.

—————————————————–

Ear Spring, a hot spring not very far from Old Faithful in Yellowstone’s Upper Geyser basin, has erupted for the fourth time in the last 60 years. Officials say that only happens one or two times each decade.

The event took place en September 15th, 2018, when the geyser spewed steam and water between 6 and 10 metres high, a height not recorded since 1957. The eruption also ejected material that had fallen or been thrown into the geyser in years past, like coins, old cans, and other human debris. The geyser has since continued to erupt at a near-constant height of about 60 centimetres.

Ear Spring, named for its resemblance to the shape of a human ear, is one of dozens of geysers, pools and hot springs in Yellowstone’s Upper Geyser Basin, among the Park’s top attractions that feature the popular Old Faithful.

The new activity has led officials to temporarily close some boardwalks and trails in the Geyser Hill area.

The eruption of Ear Spring comes the same year that the Steamboat Geyser is experiencing record-breaking activity. So far the geyser has erupted 19 times in 2018 with the latest eruption happening on September 17th, 2018. Park authorities report this is the most active year for Steamboat since 1982.

Officials stress there have been no signs of impending volcanic activity in the park.

Here is a short video of the event: https://youtu.be/aLJlMCNmecs

 

A witness captured on videoa  man that appears to be urinating into Old Faithful!. He then lays down next to the geyser. The man was arrested following the incident and charged with multiple violations, including being off-trail in a thermal area. He has since been released on bond, but remains under investigation.

In Yellowstone national Park, the law requires people to stay on boardwalks or marked trails in thermal areas. Anyone who ignores this law risks their life and possibly the lives of emergency personnel. Geysers and hot springs are dangerous places. Many people have been injured or killed by underestimating that danger.

This is the second incident for park officials in the last six weeks. Last month, a man was arrested for taunting a buffalo inside the park. He was later sentenced to 130 days in jail.

Source: Yellowstone National Park.

Eruption du Vieux Fidèle (Photo: C. Grandpey)

Aller à Hawaii? Pas pour le moment! // Not the right moment to go to Hawaii!

En lisant le dernier article publié par le Parc National des Volcans, je n’ai pas envie d’acheter un billet d’avion pour aller à Hawaii. La réouverture du Parc est prévue pour le 22 septembre, mais il y a tellement de restrictions ou de recommandations que je préfère rester chez moi et économiser de l’argent pour d’autres destinations. Il y a quelques jours, j’étais sur les glaciers des Alpes et, malgré les dangers potentiels de plus en plus nombreux avec le réchauffement climatique, tout le monde est libre d’aller où il veut.
Les autorités du Parc des Volcans d’Hawaii expliquent qu’il existe de nombreux dangers. C’était déjà le cas auparavant, mais certains secteurs sont devenus plus dangereux depuis qu’ils ont été secoués par l’intense activité sismique pendant la dernière éruption. Selon les autorités, être bien préparé et informé avant de venir dans le Parc rendra la visite plus sûre et agréable. Commence alors une longue liste de recommandations et on s’empresse de vous dire que si vous ne respectez pas les interdictions, vous serez passible de lourdes amendes et même de peines allant jusqu’à six mois de prison ! Rien de tel pour attirer les touristes, n’est-ce pas ?!
Parmi les différentes recommandations, on vous dit de n’utiliser que des sentiers et des routes autorisés. Si possible, vous devrez randonner avec au moins une autre personne et il est bon de faire savoir à quelqu’un où vous comptez vous rendre. Il vous faudra rester à l’écart des bords de falaises et garder à l’esprit que des chutes de pierres peuvent se produire. En raison de la présence de cendre et de cheveux de Pelé, il vous est fortement recommandé d’avoir des lunettes de protection et un masque à particules N-95 pour randonner dans le désert de Ka’u.
Une autre raison pour laquelle je n’irai pas à Hawaii est que les coulées de lave actives ne sont plus présentes ou visibles dans le Parc. La récente éruption a vu la disparition du lac de lave à l’intérieur du cratère de l’Halema’uma’u au sommet et les coulées de lave du Pu’u Ō’ō ont cessé. Passer 20 heures en avion pour voir un champ de lave inactif ne vaut vraiment pas la peine. Bien sûr, à condition que leur accès soit possible, il y a plein de choses intéressantes à voir dans le Parc National des Volcans d’Hawaï, mais pas pour quelqu’un qui, comme moi, a visité le site plusieurs fois par le passé!

A noter que l’entrée du Parc des Volcans sera gratuite le 22 septembre pour la réouverture, mais sera payante dès le 23 septembre. Les autorités prévoient des bouchons sur la route et des difficultés de stationnement car seul le tiers des emplacements de parking est disponible. Des amendes seront distribuées en cas de stationnement hors des cases de parking. Il est demandé aux visiteurs d’apporter sandwiches et boissons car il n’y a pas d’espace de restauration et d’eau potable dans le Parc. A partir du 23 septembre, il faudra débourser 25 dollars (billet valable 7 jours) si vous arrivez dans le Parc en voiture et 12 dollars si vous arrivez à pied ou à vélo.

++++++++++

Pour ceux qui ne connaissent pas Hawaii – comme des amis français qui vont bientôt s’y rendre – la visite de l’archipel mérite largement le détour. En principe le trajet commence par l’île d’Oahu, vu que l’avion atterrit à Honolulu. Les touristes vont souvent faire trempette sur la plage de Waikiki (je préfère de très loin certaines plages de l’Atlantique français) et visitent Pearl Harbor en sachant que l’Arizona Memorial est fermé jusqu’à nouvel ordre. Un trajet en voiture permet de découvrir les plages du nord de l’île, célèbres pour leurs vagues qui accueillent les surfeurs du monde entier. En revenant à Honolulu, on peut faire une halte « snorkelling » à Hanauma Bay

Sur l’île de Maui, les volcanophiles iront forcément visiter l’Haleakala (attention aux restrictions et réservations de parking au moment du lever du soleil). Je recommande la traversée à pied de la caldeira. Cela suppose la présence d’un véhicule pour récupérer les randonneurs à l’issue du parcours.

Sur l’île de Kauai, une route longe le superbe Canyon de Waimea. Ceux qui ont de bons mollets peuvent emprunter l’un des sentiers qui descendent au fond du canyon. Prévoir de quoi boire et se sustenter pour la grimpette de retour…

———————————————-

When reading the last article released by the Hawaiian Volcanoes National Park, I don’t feel like buying a plane ticket to go to Hawaii. The reopening of the Park is planned for September 22nd, but there are so many restrictions or recommendations that I’d rather stay at home and save my money for other destinations. A few days ago, I was on the glaciers in the Alps and, despite the potential dangers which are increasing with global warming, everybody is free to go where they want.

Park authorities in Hawaii explain that many hazards exist in the Park, as they always have; however, some are more dangerous now than before the unprecedented seismic activity. Being prepared and informed before coming to the Park will ensure that your visit is safe and enjoyable. Then begins a long list of recommendations and you are told that if you don’t respect the restrictions you will receive steep monetary fines for entering a closed area, and trespassers may also receive up to six months of jail time.

Among others, you are told to use only open trails and roads. If possible, hike and travel with at least one other person and let someone know where you plan to visit. Stay away from cliff edges and be aware of rockfalls that may occur. Because of the ash and Pele’s hair in thair, it is highly recommended that visitors carry protective eyewear and an N-95 particulate mask for hiking into the Ka‘ū Desert.

Another reason why I will not go to Hawaii is that molten lava is no longer present or visible anywhere in the park. The recent eruption saw the disappearance of the lava lake inside Halema‘uma‘u crater at the summit and lava flows from Pu‘u ‘Ō‘ō have ceased. Travelling 20 hours by plane just to see an inactive lava field is not worth the money. Sure, there are thing to see in Hawaiian Volcanoes National Park, but not for somebody who visited the site several times in the past!

It should be noted that the entrance to the Park will be free on September 22nd for its reopening, but visitors will have to pay from September 23rd. Authorities expect traffic jams and parking difficulties because only one third of the parking spaces are available. Visitors will be cited if they park outside the legal parking spaces. They are asked to bring snacks and drinks as there is no food and drinking water in the Park. From 23 September, people will have to pay a fee of 25 dollars (valid for 7 days) if they arrive in the Park by car and 12 dollars if they arrive on foot or by bike.

Sans coulée de lave active, le Parc des Volcans d’Hawaii est forcément beaucoup moins spectaculaire!

Caldeira de l’Haleakala à Maui

Canyon de Waimea à Kauai

(Photos: C. Grandpey)

Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion): Nouvelles photos de l’éruption // New photos of the eruption

Christian Holveck – que je remercie chaleureusement – vient de me faire parvenir une nouvelle série de photos de l’éruption prises le 17 septembre en début de matinée. L’éruption se poursuit tranquillement. Le tremor se maintient à un niveau stable et bas. Comme lors de l’éruption précédente, un cône est en train de s’édifier autour des 2 ou 3 bouches actives d’où s’échappe une belle coulée qui n’a toutefois rien à voir par son ampleur avec celle émise par le Kilauea à Hawaii pendant la dernière éruption. L’avantage avec le Piton de la Fournaise, c’est que l’éruption n’est pas interdite ; on peut l’admirer depuis le Piton de Bert.

Sauf changement majeur, je ne diffuserai pas de bulletin d’activité dans les prochains jours.

——————————————–

Christian Holveck – whom I warmly thank – has just sent me a new series of photos of the eruption taken on September 17th in the early morning. The eruption continues without any significant change. The tremor keeps a stable and low level. As during the previous eruption, a cone is being built around the 2 or 3 active vents that emit a nice lava flow whose size has nothing to do with that emitted by Kilauea in Hawaii during the last eruption. The advantage with Piton de la Fournaise is that the eruption is not prohibited; one can watch it from Piton de Bert.
Unless there is a major change, I will not edit other activity bulletins in the coming days.

Photos: Christian Holveck

Hawaii: Du bon et du moins bon // Good and less good news

Pendant des mois, un linceul permanent de vog – raccourci pour « volcanic fog » ou  brouillard volcanique – a enveloppé l’ouest de la Grande Ile d’Hawaï, alors que l’éruption du Kilauea accomplissait son œuvre de destruction dans le District de Puna. Le niveau de qualité de l’air était souvent dans l’Orange et le Rouge,  avec un risque certain pour les personnes les plus fragiles.
En toute logique, la pollution de l’air a disparu avec la fin de l’éruption. À Kona, la qualité de l’air est bien meilleure qu’avant l’événement. Le site web géré par l’Environmental Protection Agency indique désormais que la qualité de l’air à Kailua-Kona et des environs est «bonne» et affiche la couleur « Verte ».

Au sommet du Kilauea, la Volcano House et le camp militaire devraient être rouverts au public le 22 septembre 2018, en même temps que le Parc National des Volcans d’Hawaii. Toutefois, tout comme la réouverture du Parc se limitera à certains secteurs, certaines commodités de la Volcano House et du parc militaire ne seront pas disponibles.
Il n’y a pas d’eau potable à la Volcano House. L’hôtel utilise le même réseau que le Parc National et les séismes ont brisé les canalisations dans tout le Parc. Cela signifie que la Volcano House n’acceptera pas de clients et que la cuisine ne sera pas opérationnelle. Malgré cela, certaines parties du bâtiment – la salle de méditation, la boutique de souvenirs, la plateforme d’observation – resteront ouvertes aux visiteurs du Parc qui se déplaceront probablement en groupes, escortés par des rangers.
Le camp militaire du Kilauea utilise un système d’approvisionnement en eau différent de celui de la Volcano House et pourra donc assurer un accueil normal. Toutes les installations du camp seront ouvertes le 22 septembre, mais en raison de la fermeture partielle du Parc, certains secteurs du camp ne seront pas accessibles.
La Volcano House a dû mettre au chômage 105 des 115 employés lors de la fermeture de l’hôtel pendant l’éruption et s’efforce de les réembaucher. Environ 70 d’entre eux ont confirmé leur retour et une douzaine d’autres l’envisagent fortement.
Source: Big Island Now.

++++++++++

Des visiteurs de mon blog (Brigitte et Francis que je remercie chaleureusement) actuellement à Hawaii m’indiquent qu’il est possible et légal de marcher sur la nouvelle lave émise pendant la dernière éruption. Pour cela, il faut se rendre en voiture ordinaire à la MacKenzie State Recreation Area sur la route 137. De là on peut randonner avec précaution sur la coulée encore chaude par endroits et sur des coulées lus anciennes. Il suffit de suivre les noix de coco au sol qui indiquent un passage. On longe la côte et on peut aller assez loin, probablement face à Pohoiki. En revanche, il est impossible de se rendre du côté de Kapoho et Leilani qui sont toujours contrôlés par la police. Il y a encore des gaz sur la Highway 130 au niveau des Leilani Estates.

——————————————-

For months, a shroud of seemingly unrelenting vog – or volcanic fog – swallowed West Hawaii while Kilauea wreaked havoc in Puna. Air quality levels frequently hit orange and red, which signify “unhealthy for sensitive groups.”

Quite logically, the excess pollution has subsided since the end of the eruption. In Kona, air quality looks better than it was prior to the eruption  The air quality website run by the U.S. Environmental Protection Agency indicates “good” air quality – with a “green” colour – for Kailua-Kona and surrounding areas up and down the coast.

Meantime, the Volcano House hotel and Kilauea Military Camp  are expected to be reopened to the public the same day the National Park returns to service on September 22nd, 2018. However, in the same way that the Park’s reopening will be limited to certain areas, certain amenities at the attractions will be unavailable.

There is no potable water at the Volcano House. Because the hotel uses the same water system as the National Park, earthquake damage has cut off drinkable water throughout the Park, meaning the hotel will not accept guests nor will its kitchen be open. Despite this, parts of the hotel — the meditation room, its gift shop, its observation area — will remain open to park visitors who will likely be escorted in groups throughout the Park by park rangers.

The Kilauea Military Camp KMC), on the other hand, uses a different water system than Volcano House, and will therefore have full water services for all guests. All facilities at KMC will be open on September 22nd, although because of the partial closure of the Park, some aspects of the camp will not be available.

The Volcano House laid off 105 out of 115 workers during the hotel’s closure during the eruption and will focus on rehiring former employees. About 70 employees have confirmed they will return to work, with an additional dozen or so strongly considering it.

Source : Big Island Now.

++++++++++

Visitors to my blog (Brigitte and Francis whom I thank for the information) currently in Hawaii tell me that it is possible and legal to walk on the new lava emitted during the last eruption. To do this, you need to go by car to the MacKenzie State Recreation Area on Highway 137. From here, you can hike carefully on the lava which is still hot in places and on older lava flows. Just follow the coconuts along the trail. You then walk along the coast and can go quite far, probably in front of Pohoiki. However,, it is impossible to go to Kapoho and Leilani which are still controlled by the police. Gas is still coming out of Highway 130 at Leilani Estates.

Le Parc National au moment de sa réouverture (Source: NPS)

Volcano House et tableau de la déesse Pele à l’intérieur (Photos: C. Grandpey)