Lombok (Indonésie) : Une tectonique complexe// Complex tectonics

Plusieurs puissants séismes ont secoué l’île indonésienne de Lombok au cours des dernières semaines. Un premier séisme d’une magnitude de M,6,4 a été enregistré le 29 juillet 2018 ; il a tué 13 personnes et en a blessé une centaine d’autres. Le séisme suivant – M 6,9 sur l’échelle de Richter le 5 août 2018 – a fait au moins 98 morts et des centaines de blessés. Des milliers de bâtiments ont été endommagés et les opérations de secours ont été compliquées par des pannes de courant, un manque de réception téléphonique dans certaines zones et des options d’évacuation limitées.
Les séismes sont fréquents en Indonésie car le pays est situé sur la Ceinture de Feu du Pacifique, bien connue pour son activité sismique et volcanique. La majorité des grands séismes se produisent sur ou près des limites entre les plaques tectoniques qui composent la surface de la Terre, et les exemples récents ne font pas exception. Cependant, il existe des conditions tectoniques particulières autour de l’île de Lombok.
Les derniers séismes ont été observés le long d’une zone assez spéciale où la plaque tectonique australienne commence à passer par-dessus la plaque où se trouve l’île de Lombok. Elle ne glisse pas en dessous de sa voisine – processus de subduction très fréquent – comme cela se produit plus au sud de Lombok. (voir carte ci-dessous)
Certains des séismes qui secouent l’Indonésie peuvent être très violents, comme le séisme de M 9,1 sur la côte ouest de Sumatra qui a déclenché le tsunami de 2004 dans l’Océan Indien. Ce séisme s’est produit le long de la zone de subduction Java-Sumatra, là où la plaque australienne plonge sous la plaque de la Sonde.
À l’est de Java, la zone de subduction se trouve « bloquée » par la croûte continentale australienne, beaucoup plus épaisse que la croûte océanique qui glisse sous Java et Sumatra. Comme la croûte continentale australienne ne parvient pas à passer sous la plaque de la Sonde, elle lui passe par-dessus. Ce processus est connu sous le nom de poussée d’arrière-arc.
Les données des récents séismes de Lombok suggèrent qu’ils sont liés à cette zone d’arrière-arc qui s’étend au nord des îles s’étendant de l’est de Java à l’île de Wetar, juste au nord du Timor. Historiquement, de puissants séismes se sont également produits le long de cette poussée d’arrière-arc près de Lombok, en particulier au 19ème siècle, mais aussi plus récemment.
Les épicentres des derniers tremblements de terre à Lombok ont été localisés dans le nord de l’île, sous terre, et à faible profondeur. Les séismes terrestres peuvent parfois provoquer des glissements de terrain sous-marins et un tsunami. Lorsque des séismes peu profonds rompent le plancher océanique, ils peuvent déclencher des tsunamis meurtriers.
La région autour de Lombok a une histoire de tsunamis. En 1992, un séisme de magnitude 7,9 s’est produit au nord de l’île de Flores ; il a provoqué un tsunami qui a englouti plus de 2 000 villages côtiers. Les séismes du 19ème siècle dans cette région ont également causé de puissants tsunamis qui ont tué de nombreuses personnes.
Malheureusement, on ne sait pas prévoir les séismes. Une compréhension des dangers et une éducation des populations sont donc essentielles pour se préparer aux événements futurs.
Source: The Conversation, USGS.

Le bilan du dernier séisme est de 131 morts (164 selon les dernières chiffres de la presse indonésienne), 1477 blessés et 156 000 personnes déplacées.

————————————————-

Several large earthquakes have struck the Indonesian island of Lombok in the past weeks. A first quake with a magnitude of M 6.4 was recorded on July 29th, 2018, killing13 people and injuring a hundred more. The largest event – M 6.9 on the Richter scale on August 5th, 2018 – killed at least 98 people and injured hundreds. Thousands of buildings were damaged and rescue efforts were hampered by power outages, a lack of phone reception in some areas and limited evacuation options.

Earthquakes are frequent in Indonesia as the country is located on the Pacific Ring of Fire, well known for its seismic and volcanic activity. The majority of large earthquakes occur on or near Earth’s tectonic plate boundaries, and the recent examples are no exception. However, there are some special tectonic conditions around Lombok.

The recent earthquakes have occurred along a specific zone where the Australian tectonic plate is starting to move over the Indonesian island plate; it does not slide underneath it, as occurs further to the south of Lombok. (see map below)

Some of the earthquakes that shake Indonesia can be very powerful, such as the M 9.1 quake off the west coast of Sumatra that generated the 2004 Indian Ocean tsunami. This earthquake occurred along the Java-Sumatra subduction zone, where the Australian tectonic plate plunges underneath Indonesia’s Sunda plate.

To the east of Java, the subduction zone has become “jammed” by the Australian continental crust, which is much thicker than the oceanic crust that moves beneath Java and Sumatra. The Australian continental crust can’t be pushed under the Sunda plate, so instead it is starting to ride over the top of it. This process is known as back-arc thrusting.

The data from the recent Lombok earthquakes suggest they are associated with this back-arc zone which extends north of islands stretching from eastern Java to the island of Wetar, just north of Timor. Historically, large earthquakes have also occurred along this back-arc thrust near Lombok, particularly in the 19th century but also more recently.

Lombok’s recent earthquakes occurred in northern Lombok under land, and were quite shallow. Earthquakes on land can sometimes cause undersea landslides and generate a tsunami wave. But when shallow earthquakes rupture the sea floor, much larger and more dangerous tsunamis can occur.

The region around Lombok has a history of tsunamis. In 1992, an M 7.9 earthquake occurred just north of the island of Flores and generated a tsunami that swept away coastal villages, killing more than 2,000. 19th century earthquakes in this region also caused large tsunamis that killed many people.

Unfortunately, earthquakes cannot be predicted, so an understanding of the hazards and an education of the populations are vital to be prepared for future events.

Source: The Conversation, USGS.

According to the latest figures, 131 persons were killed (164 according to the latest figures in the Indonesian newspapers), 1477 injured and 156,000 displaced by the last earthquake.

Source: The Conversation

Publicités

Hawaii : Un itinéraire de secours pour la Route 11 // An alternate route for Highway 11

Comme je l’ai expliqué à maintes reprises, la forte sismicité qui accompagne les explosions suivies d’effondrements dans le cratère de l’Halema’uma’u a fortement endommagé la Route 11 (Highway 11), une importante voie de communication entre Volcano et Hilo. Si la route devenait impraticable, ce serait un réel problème pour les habitants de la région.
C’est la raison pour laquelle des travaux ont déjà commencé pour ouvrir une route alternative. Ce sera une route en terre battue parallèle à la Route 11. Elle reliera l’extrémité sud de Piimauna Drive à Volcano Road, près de l’école des arts et des sciences de Volcano. Les organismes fédéraux et locaux  feront tout leur possible pour rendre cette route de secours praticable le plus rapidement possible. Les travaux devraient durer au maximum deux semaines, à moins que l’ouragan Hector ne retarde les travaux.
La route de secours ne sera ouverte que si la Highway 11 est complètement fermée à la circulation. Si une voie de la Highway 11 reste ouverte, l’autre route restera fermée.
Un deuxième itinéraire alternatif est prévu pour relier l’extrémité nord de Piimauna Drive à Mahiai Road, puis de Mahiai Road à Wright Road et à la Highway 11, mais il faudrait plus de temps pour tracer une telle route car elle traverserait des propriétés privées.
A l’origine, il était aussi prévu de rouvrir la Crater Rim Drive qui passe dans le Parc National des Volcans d’Hawaï, mais les secousses sismiques ont dégradé les routes du parc plus que prévu.
Source: Presse hawaiienne.

————————————————

As I explained it many times before, the strong seismicity that accompanies the explosion-collapse events on Kimauea has much damaged Highway 11, a majot communication link between Volcano and Hilo. If the road became impassable, it would be a real problem for residents of the area.

This is the reason why work has begun to open an alternate road. The primary option is a mostly gravel road running closely parallel to Highway 11, connecting the south end of Piimauna Drive to Volcano Road near the Volcano School of Arts and Sciences. County, state, federal and private agencies will work to make the route passable for general traffic as quickly as possible. The work should take at most two weeks to finish it, unless work is delayed by Hurricane Hector.

The alternate route will only be opened to general traffic if Highway 11 is completely closed. If only one lane of Highway 11 remains open, then the alternate route will remain closed.

A second potential alternate route is planned to connect the north end of Piimauna Drive across private property to Mahiai Road, and then from Mahiai Road to Wright Road back to Highway 11, but the legal issues required to build a roadway along that route would take longer to negotiate as it would intrude on private property. .

Initial plans for an alternate route included possibly opening Crater Rim Drive within Hawaii Volcanoes National Park, but the volcano’s frequent tremors have degraded the park’s roads to a greater degree than expected.

Source : Hawaiian newspapers.

La Highway 11 est une voie de communication essentielle sur la Grande Ile. Elle relie par le sud Hilo à Kailua-Kona, en passant par Volcano et le Parc National des Volcans d’Hawaii (Source: Google Maps).

Hector est un ouragan actuellement de Force 4 qui pourrait sérieusement menacer le sud de la Grande Ile en début de semaine prochaine. (Crédit photo: NASA)

Quelques tuyaux pour voir la lave couler à Hawaii // A few tips to see lava flowing on Hawaii Big island

Il n’y a toujours pas de plate-forme d’observation réservée au public pour admirer l’éruption sur la Grande Ile d’Hawaii. On peut d’ailleurs se demander si un tel poste d’observation existera avant la fin de l’éruption !
Il est tout à fait déconseillé d’entrer dans la zone interdite. Si vous êtes pris par la police ou la Protection Civile, vous êtes sûr d’être verbalisé et cela peut vous coûter beaucoup d’argent. En théorie, les pines encourues vont jusqu’à un an de prison!
En conséquence, le meilleur moyen d’éviter tout problème est d’opter pour une excursion en bateau ou en hélicoptère. Evidemment, c’est moins bon marchée qu’une randonnée sur le terrain.
Les sorties en bateau se font en vertu des directives de la Garde côtière américaine qui obligent les bateaux à respecter une distance de sécurité de 300 mètres de l’entrée de la lave dans l’océan. Avant l’éruption, les bateaux partaient de la rampe d’accès de Pohoiki qui a été rendue totalement inaccessible par la lave vomie par l’éruption actuelle. En conséquence, les excursions partent désormais de Wailoa Boat Harbour, pas très loin de l’aéroport de Hilo, ce qui augmente considérablement le temps de trajet vers la zone active. Les passagers doivent s’attendre à passer jusqu’à quatre heures sur l’eau
Les excursions en bateau au lever et au coucher du soleil offrent un point de vue spectaculaire sur les coulées de lave sur le site de Kapoho. En fonction de la demande, des excursions peuvent être proposées à d’autres moments de la journée.
Les prix sont de 250 dollars par personne (les Hawaiiens de souche, les militaires et les personnes qui payent en espèces peuvent obtenir des réductions d’environ 25 dollars).
Les principales compagnies de bateaux sont:
– Hawaiian Lava Boat Tours: 640-0806, hawaiianlavaboattours.com.
– Moku Nui Lava Tours: 938-1493, mnlavatour.com.
– Kalapana Cultural Tours: 345-4964, kalapanaculturaltours.com.

Si vous préférez observer l’éruption depuis le ciel, vous devez vous rendre à l’aéroport de Hilo. Des survols en hélicoptère des coulées de lave peuvent être achetés dans plusieurs agences. C’est cher, mais vous pouvez obtenir une réduction si vous êtes un résident hawaïen de longue date. Les vols ont généralement une durée de 40 à 50 minutes. Vous pouvez voler avec:
– Safari Helicopters: Les prix commencent à 189 dollars (rabais de 10 dollars pour les hawaiiens); 800-326-3356, safarihelicopters.com.
– Blue Hawaiian Helicopters: Les prix commencent à 259 dollars (rabais de 25% pour les locaux); 800-745-2583, bluehawaiian.com.
– Paradise Helicopters: Les prix commencent à 274 dollars. Le vol « sans les portes de l’hélico » coûte 324 dollars (25 pour cent de réduction pour les Hawaiiens); 866-876-7422, paradisecopters.com.

———————————————

There is still no public viewing platform to watch the eruption on Hawaii Big island. We may wonder whether such an observation post will ever exist before the end of the eruption.

Don’t be tempted to enter the restricted area. If you are caught by the Police or the Civil Defense, you are sure to be cited and it may cost you quite a lot of money. In theory, the penalties go as far as a year in jail!

So, the best way to avoid any trouble is to choose a trip by boat or by helicopter.

The lava-viewing boat tours are continuing under a U.S. Coast Guard requirement that boats maintain a 300-metre distance from active flows. They used to start from the Pohoiki ramp which has been made totally inaccessible by the lava flows of the current eruption. As a consequence, tours are forced to set out from Wailoa Boat Harbor, just outside the Hilo airport, which increases the travel time on the water.

Sunrise and sunset boat tours offer a spectacular vantage point of the glow-in-the-dark Kapoho flows. As the trip is longer than in the past, passengers need to be prepared to spend up to four hours on the water. Based on demand, tours may be offered at other times as well.

Prices are $250 per person (ask about $25 discounts for kamaaina [longtime residents of Hawaii], military and cash customers).

The main boat companies are:

–  Hawaiian Lava Boat Tours: 640-0806, hawaiianlavaboattours.com.

– Moku Nui Lava Tours: 938-1493, mnlavatour.com.

– Kalapana Cultural Tours: 345-4964, kalapanaculturaltours.com.

If an aerial view of the eruption is all you are interested in, you need to go to Hilo airport. Helicopter tours of the lava flows in Lower Puna are available in several agencies. They are expensive but you can have a discount if you are a long-time Hawaiian resident. Tour flights generally are 40 to 50 minutes in duration. You can fly with:

– Safari Helicopters: Prices start at $189 ($10 kamaaina discount); 800-326-3356, safarihelicopters.com.

– Blue Hawaiian Helicopters: Prices start at $259 (25 percent kamaaina discount); 800-745-2583, bluehawaiian.com.

– Paradise Helicopters: Prices start at $274. The popular “doors off” tour is $324 (25 percent kamaaina discount); 866-876-7422, paradisecopters.com.

L’arrivée de la lave en mer vue depuis l’hélicoptère (Photo: C. Grandpey)

Le soufre du Kilauea (Hawaii) // The sulfur of Kilauea Volcano (Hawaii)

Le soufre est un élément chimique très répandu sur les volcans actifs où on peut le trouver sous différentes formes.
Pour de nombreux Hawaiiens, le premier contact avec les éruptions du Kilauea se fait par le « vog », raccourci pour « volcanic fog », autrement dit « brouillard volcanique », un mélange de dioxyde de soufre et de particules de sulfates. Cependant, sur le Kilauea, le soufre ne se limite pas aux composants du « vog ».

Le dioxyde de soufre (SO2) et le «vog»: Le «vog» affecte les îles hawaïennes depuis la nuit des temps, depuis que les masses des îles ont percé la surface de l’océan, ce qui a permis aux gaz volcaniques de se répandre directement dans l’atmosphère. Lorsque le magma monte vers la surface, la diminution de la pression sur la roche fondue entraîne la dissolution de soufre et d’autres éléments volatils qui vont former divers gaz. Lorsque le magma atteint une faible profondeur, le soufre dissous forme principalement du SO2. Une fois émis dans l’air, le SO2 réagit avec l’oxygène, l’humidité atmosphérique, la lumière du soleil et d’autres gaz et particules pour créer le «vog» qui est emporté par les alizés.

Le dioxyde de soufre (SO2) et l’éruption: Avec l’éruption dans la Lower East Rift Zone (LERZ) et l’affaissement du sommet du Kilauea, les émissions de SO2 ont considérablement augmenté. Leurs niveaux sont maintenant trois à sept fois plus élevés qu’avant le début de l’éruption en cours. La plus grande partie du SO2 émis sur la LERZ est émise lorsque la lave sort des fractures actives, bien qu’une partie du SO2 soit également émise par les coulées de lave et l’entrée de cette dernière dans l’océan.
Les fortes émissions de gaz dans la LERZ, principalement au niveau de la Fracture n° 8, ont entraîné une augmentation du «vog» et une mauvaise qualité de l’air en aval des bouches actives. Lorsque soufflent les alizés, le ‘vog’ est envoyé vers le sud et l’ouest, d’abord à travers le district de Puna, puis vers le district de Ka’u et le long de la côte de Kona, avant d’être emporté vers le large. Sous certaines conditions de vent, le ‘vog’ peut atteindre le sommet du Mauna Kea et traverser l’Océan Pacifique jusqu’à Guam, à environ 6 500 kilomètres du Kilauea.

Le sulfure d’hydrogène (H2S): Lorsque SO2 provenant du magma peu profond interagit avec les eaux souterraines, le SO2 se dissout et peut être réémis sous forme de sulfure d’hydrogène (H2S). Ce processus produit l’odeur d’œuf pourri observée sur les sites hydrothermaux tels que les Sulfur Banks dans le Parc National des Volcans. Le nez de l’Homme est très sensible au H2S, et la plupart des gens détectent son odeur d’œuf pourri à des concentrations dix mille fois plus faibles que les niveaux considérés comme dangereux pour la santé.

Le soufre natif: Le soufre est également stable sous sa forme élémentaire, connue sous le nom de «soufre natif». Cette forme de soufre présente une structure cristalline de couleur jaune. Sur le Kilauea, on trouve du soufre natif auprès des fumerolles volcaniques, telles que les Sulfur Banks, où sont émis aussi bien du SO2 et que du H2S.
Le soufre natif, formé à partir d’une réaction chimique (SO2 + 2H2S = 3S + 2H2O), n’est stable à l’état solide qu’à des températures relativement basses en milieu volcanique et inférieures à 115° C. Au-dessus de cette température, le soufre fond, formant un liquide de couleur orange vif. Un bon endroit pour observer ce liquide orange est le cratère du volcan Kawah Ijen sur l’île de Java en Indonésie. À l’intérieur du cratère, le soufre natif est extrait dans des conditions très difficiles et malsaines. À des températures plus élevées (près de 200° C), le soufre fondu prend des nuances de rouge très spectaculaires. Si la température approche les 450° C et que l’oxygène atmosphérique est présent, le soufre natif brûle et forme du dioxyde de soufre (S + O2 = SO2).
Source: HVO.

—————————————–

Sulfur is a widespread chemical element on active volcanoes where it can be found in different forms.

For many Hawaii residents, interaction with Kilauea Volcano’s eruptions is through “vog” short for “volcanic fog” a hazy mixture of sulfur dioxide gas and sulfate particles. However, sulfur on Kilauea is not limited to vog components.

Sulfur is an exceptional element in that its atoms have a range of electron configurations (commonly referred to as oxidation states). This results in spectacularly diverse forms of sulfur, many of which are found on Kilauea, some of which are described here below.

Sulfur dioxide (SO2) and ‘vog’: ‘Vog’ has impacted the Hawaiian Islands ever since island landmasses rose above the ocean’s surface, which allowed volcanic gases to be released directly into the atmosphere. As magma rises toward the surface, decreasing pressure on the molten rock causes dissolved sulfur and other volatile elements to form various gases. When magma reaches shallow depths, dissolved sulfur primarily forms SO2 gas. Once emitted into the air, SO2 reacts with oxygen, atmospheric moisture, sunlight, and other gases and particles to create the ‘vog’ that is blown by thr trade winds.

Sulfur dioxide (SO2) and the eruption: With Kilauea’s ongoing eruption in the Lower East Rift Zone (LERZ) and continued summit subsidence, SO2 emissions from the volcano have increased substantially. Their levels are now three to seven times higher than before the current activity began. Most of the SO2 released on the LERZ is produced as lava is erupted from the active fissures, although some SO2 is also emitted from the lava flows and ocean entry.

High gas emissions from the LERZ, primarily Fissure 8, have resulted in increased ‘vog’ and poor air quality downwind of the active vents. During typical trade winds, ‘vog’ is carried south and west across the Puna District, then on toward Ka’u and along the Kona coast, before being blown farther offshore. During certain wind conditions, ‘vog’ has reached the summit of Mauna Kea and stretched across the Pacific as far away as Guam, about 6,500 kilometres from Kilauea.

Hydrogen sulfide (H2S): When SO2 gas from shallow magma interacts with groundwater, the SO2 dissolves and can be re-emitted as hydrogen sulfide gas (H2S). This process produces the rotten egg scent noted at hydrothermal features such as Sulphur Banks in Hawai‘i Volcanoes National Park. Human noses are highly sensitive to H2S, and most people can detect its rotten egg smell at concentrations about ten thousand times lower than levels considered to be hazardous to health.

Native Sulfur: Sulfur is also stable in its elemental form, known as “native sulfur.” This form of sulfur is a yellow crystalline solid. At Kīlauea, native sulfur is found at volcanic fumaroles, such as Sulphur Banks, where both SO2 and H2S gases are emitted.

Native sulfur, formed from a chemical reaction (SO2 + 2H2S = 3S + 2H2O), is stable in solid form only at relatively low volcanic temperatures of less than 115°C. Above this temperature, sulfur melts, forming a vivid orange liquid. A typical place to observe this orange liquid is the crater of Kawah Ijen Volcano on the island of Java in Indonesia. Inside the crater, native sulfur is extracted in very difficult and unhealthy conditions. At hotter temperatures (near 200°C), molten sulfur turns dramatic shades of red. If temperatures approach 450° C and atmospheric oxygen is present, native sulfur burns, forming sulfur dioxide (S + O2 = SO2).

Source: HVO.

Naissance du « vog » dans le cratère de l’Halema’uma’u

Soufre des Sulfur Banks dans le Parc National des Volcans d’Hawaii

Concrétion de soufre sur l’île de Vulcano (Sicile)

Draperie de soufre sur le Kawah Ijen (Indonésie)

Photos: C. Grandpey

Fracture du Grand Téton (Wyoming): Pas de quoi s’inquiéter… // Grand Teton fissure (Wyoming): Nothing to worry about

Une fracture d’une trentaine de mètres de longueur s’est ouverte sur une paroi rocheuse du parc national du Grand Teton dans le Wyoming. Pour des raisons de sécurité, les autorités ont fermé aux touristes certains secteurs du parc comme Hidden Falls et Inspiration Point. Les rangers sont en train d’évaluer les risques de la zone.
Cependant, il n’y a pas de quoi s’inquiéter. L’USGS explique que la fracture qui s’est ouverte dans la paroi rocheuse est un événement fréquent. La fracture n’est nullement liée au super volcan de Yellowstone qui se trouve à proximité du Grand Teton. De telles fractures en zone montagneuse escarpée se produisent fréquemment et peuvent provoquer des éboulements, ce qui entraîné la fermeture de la zone instable.
Source: National Park Service, USGS.

————————————–

A 30-metre crack at Grand Teton National Park in Wyoming has prompted officials to close certain areas to tourists. Hidden Falls and Inspiration Point are now closed to tourists due to a possible safety hazard and park rangers are initiating a risk assessment.

However, there is nothing to worry about. USGS explains that the crack in the rock face is a common hazard. It is a fracture in a steep cliff face that is by no means related to Yellowstone supervolcano which lies a few kilometres away. Cracks in cliffs in steep mountainous terrain, like the Teton Range, are very common and can lead to rockfalls, which is why the immediate area around the unstable area has been closed.

Source: National Park Service, USGS.

Hidden Falls dans le Grand Teton National Park qui est un excellent endroit pour voir des élans.

Photos: C. Grandpey

Hawaii : Une bombe volcanique s’abat sur un bateau pour touristes // A lava bomb hurls onto a tour boat

Comme je l’ai déjà écrit, la lave en provenance de la Fracture n° 8 pénètre dans l’océan sur un front de 6 km. Dans ses dernières mises à jour, le HVO indique que des explosions se produisent le long de ce front. L’une de ces explosions a projeté des bombes incandescentes sur le toit d’un bateau pour touristes le 16 juillet 2018. Au moins 23 personnes ont été blessées ; dix d’entre elles ont été soignées pour des blessures superficielles. Quatre autres ont été conduites par ambulance à l’hôpital de Hilo une fois que le le bateau a été amarré dans le port de Wailoa. Une femme d’une vingtaine d’années était dans un état grave avec ue fracture du fémur. Trois autres touristes étaient dans un état stable à l’hôpital avec des blessures qui n’ont pas été précisées. Le reste des passagers a subi des brûlures et des blessures superficielles sans gravité.

Ces personnes étaient à bord d’un bateau de la compagnie Lava Ocean Tours qui conduit les touristes devant les coulées, avec la lave qui plonge dans l’océan.

La bombe a perforé le toit du bateau, laissant un trou béant. Le propriétaire de la compagnie, qui pilotait l’embarcation, explique qu’il n’avait encore jamais vu une explosion projeter des matériaux jusque sur son bateau. Le groupe de touristes était sur le site de l’explosion depuis une vingtaine de minutes et le bateau faisait des allers et retours à environ 500 mètres de la côte. Le pilote du bateau n’ayant pas observé d’explosions majeures, il s’est approché à environ 250 mètres des coulées lave. C’est à ce moment que s’est produite une très violente explosion. Il n’y avait eu aucun signe annonciateur. A noter qu’une deuxième explosion, encore plus puissante, s’est produite quelques minutes plus tard.
L’USGS et la Protection Civile déconseillent constamment de s’approcher de la lave qui pénètre dans l’océan car l’interaction entre l’eau et cette lave peut créer des nuages ​​d’acide et de fines particules de verre volcanique. Malgré le danger, plusieurs compagnies organisent de telles excursions. La Garde côtière américaine a mis en place en mai 2018 une zone de sécurité en mer là où la lave entre dans l’océan. Il est interdit aux embarcations de s’approcher à moins de 300 mètres des points d’entrée. Toutefois, la Garde côtière permet aux pilotes expérimentés de demander une licence spéciale pour s’approcher à 50 mètres des points où la lave entre dans la mer. Reste à savoir quelles mesures seront prises après cet accident.
Source: Différents médias d’information.

Voici une vidéo comportant différents témoignages à propos de cet accident: https://youtu.be/jNm_7zECVeI

————————————————–

As I put it before, lava from Fissure 8 is entering the ocean over a 6-km-wide front. In its latest updates, HVO indicated that explosions were occurring along this front. One of these explosions sent red hot material crashing through the roof of a sightseeing boat on July 16th, 2018. At least 23 people in total were injured, 10 of whom were treated for superficial injuries at the harbour. Four were taken to Hilo Medical Center via ambulance once the boat docked back in Wailoa Harbor in Hilo. A woman in her 20s was in serious condition with a broken thigh bone. Three others were in stable condition at a hospital with unspecified injuries. The rest of the passengers suffered burns, scrapes and other superficial injuries. They were aboard a Lava Ocean Tours boat  that takes visitors to see lava plunging into the ocean. The lava punctured the boat’s roof, leaving a gaping hole. The owner and captain of the vessel that was hit said he never saw the explosion that rained molten rocks down on top of his boat. He and his tour group had been in the area for about 20 minutes making passes of the ocean entry about 500 metres offshore. As he did not observe any major explosions, he navigated his vessel closer, to about 250 metres away from the lava. This was the moment when, all of a sudden, everything around the boat exploded. There were no warning signs. Another stronger explosion occurred a few minutes later.

USGS and Civil Defense constantly warn of the danger of getting close to lava entering the ocean, saying the interaction can create clouds of acid and fine glass. Despite the hazards, several companies operate such tours. The U.S. Coast Guard in May instituted a safety zone where lava flows into the ocean off the Big Island. It prohibits vessels from getting closer than 300 metres from ocean-entry points. The agency allows experienced boat operators to apply for a special license to get up to 50 metres from where lava sizzles into the sea. New measures will probably be taken after this accident.

Source : Different news media.

Here is a video with several witnesses about the accident: https://youtu.be/jNm_7zECVeI

La lave peut entrer paisiblement dans la mer…

…mais le mariage de la lave et de l’eau peut être beaucoup plus brutal

(Photos: C. Grandpey)

 

Eruption du Kilauea (Hawaii): les « Warm Ponds » n’existent plus // The « Warm Ponds » are a thing of the past

Les autorités viennent de confirmer que l’école Kua O Ka La sur la Highway 137 et les «Warm Ponds», destination touristique bien connue dans Ahalanui Beach Park ont été détruites par la lave. La progression de la lave a’a est estimée à 45 mètres par heure. Cette destruction survient après celle de trois nouvelles maisons dans les Leilani Estates, événement qui ne s’était pas reproduit depuis le début la première semaine de juin. Le panache de gaz dans le secteur d’Ahalanui est volumineux et la Protection Civile a de mandé à ses équipes d’être très prudentes.
Toute la lave qui s’écoule vers l’océan est « mise par la Fracture n°8 où le début ne varie guère. Les projections observées précédemment sur la Fracture n° 22 ont maintenant cessé.
Voici une nouvelle vidéo de l’USGS qui montre l’éruption entre sa source et l’entrée dans l’océan:
https://youtu.be/561tQeBoIC8

Source: USGS, Protection civile.

———————————————-

Authorities have confirmed that the Kua O Ka La School on Highway 137 and the “Warm Ponds” in Ahalanui Beach Park have been destroyed by lava. This destruction comes after the three Leilani Estates homes which were the first taken by the eruption in the subdivision since the first week of June.

The progress of the a‘a lava at the flow front is estimated at 45 metres per hour. The laze plume at Ahalanui is voluminous and Civil Defense advised its staff to be very careful.

All the lava currently being produced is from Fissure 8 where the emitted volume has not fluctuated much. The weak spattering noted previously at Fissure 22 has stopped.

Here is another USGS video that shows the eruption between its source at Fissure 8 and the lava front in the ocean:

https://youtu.be/561tQeBoIC8

Source : USGS, Civil Defense.

Vue aérienne de Kapoho Crater. Une partie du chenal de lave a été obstruée en amont du cratère, ce qui a entraîné un refoulement et des débordements de lave vers l’ouest et le sud du cratère. Cela a provoqué les destructions mentionnées ci-dessus (Crédit photo : USGS).

Les « Warm Ponds », un site touristique très populaire (Photo: C. Grandpey)