Pompéi : réouverture au public de la Maison des Vettii // Pompeii : the House of Vettii again open to the public

Lors de ma dernière visite de Pompéi en avril 2022, je fus quelque peu déçu car la Maison des Vettii – Domus Vettiorum en latin – l’un des joyaux du site, était en cours de restauration et fermée au public. Mise au jour lors de fouilles archéologiques à la fin du19ème siècle, la domus a été fermée en 2002 pour des travaux de restauration urgents, notamment l’étayage de la toiture. Après une réouverture partielle en 2016, la maison a été de nouveau fermée en 2020 pour la dernière phase des travaux qui comprenait la restauration des fresques, du sol et des colonnades.
J’avais visité la Maison des Vettii dans les années 1990 et j’aurais aimé la revoir car j’avais été impressionné par sa richesse et sa beauté. Comme l’a dit le directeur de Pompéi, « la Maison des Vetti est un condensé de l’histoire de Pompéi, mais aussi de la société romaine dans une maison ».
Le 10 janvier 2023, la Maison a été officiellement inaugurée après 20 ans de restauration.
Cette maison cossue appartenait vraisemblablement à deux anciens esclaves devenus riches grâce au commerce du vin. Les Vetti étaient deux hommes – Aulus Vettius Conviva et Aulus Vettius Restitutus. En plus d’avoir une partie de leurs noms en commun, ils partageaient un passé, non pas en tant que descendants de familles romaines nobles habituées à l’opulence, mais en tant qu’esclaves devenus libres. C’est pourquoi leur maison offre aux visiteurs un témoignage exceptionnel de la vie domestique dans la cité romaine qui fut détruite par l’éruption du Vésuve en octobre 79 après JC. Les fresques qui ont été restaurées montrent la dernière mode en matière de décoration murale à Pompéi avant la catastrophe.
L’ouverture au public de la maison restaurée est un autre signe de la renaissance du site de Pompéi, qui est resté à l’abandon pendant des décennies de négligence bureaucratique, d’inondations et de pillages par des voleurs à la recherche d’artefacts à vendre. Grâce aux fonds européens et à une politique culturelle bien meilleure en Italie, Pompéi révèle régulièrement de nouveaux trésors exceptionnels.
À la Maison des Vettii, des travaux de restauration antérieurs, effectués avec l’application répétée de paraffine sur les murs décorés de fresques dans l’espoir de les préserver, les ont rendus presque méconnaissables avec le temps, car des couches très épaisses et opaques se sont formées, rendant difficile la lecture des fresques. Cependant, la cire a permis de les conserver remarquablement.
L’une des parties les plus remarquables de la Maison des Vetti est la salle à manger, connue sous le nom de Salle de Penthée. Une fresque représente Hercule enfant écrasant deux serpents, dans une illustration d’un épisode de la vie du héros grec. Selon la mythologie, Héra, la déesse épouse de Zeus, avait envoyé des serpents pour tuer Hercule parce qu’elle était furieuse qu’il soit né de l’union de Zeus avec une femme mortelle, Alcmène. Les propriétaires de la maison ont évidemment essayé de montrer leur nouveau statut à travers la culture et les peintures mythologiques grecques. C’était comme pour dire : « Nous avons réussi et nous faisons donc partie de l’élite du monde romain. » On remarquera aussi les bains et les tables en marbre qui entourent le jardin.
Source : CBS News Colorado.

———————————————

When I last visited Pompeii in April 2022, I was a bit disappointed because the House of Vettii – Domus Vettiorum in Latin – one of the jewels of the site, was being restored and closed to the public. First unearthed during archaeological excavations in the late 19th century, the domus was closed in 2002 for urgent restoration work, including shoring up roofing. After a partial reopening in 2016, it was closed again in 2020 for the final phase of the work, which included restoration of the frescoes and of the floor and colonnades.

I had visited the House in the 1990s and I would have liked to see it again as I had been impressed by its wealth and beauty. As Pompeii’s director put it, « the House of the Vetti is like the history of Pompeii and actually of Roman society within one house, »

On January 10th, 2023, the House was formally unveiled after 20 years of restoration.

The opulent house likely belonged to two former slaves who became rich through the wine trade. The Vettis were two men – Aulus Vettius Conviva and Aulus Vettius Restitutus. In addition to having part of their names in common, they shared a common past – not as descendants of noble Roman families accustomed to opulence, but rather as once enslaved men who were later freed. This is why their house offers visitors an exceptional testimony of domestic life in the Roman city that was destroyed by the eruption of Mt Vesuvius in October 79 AD. Given fresh life were frescoes from the latest fashion in Pompeii wall decoration before the disaster
The unveiling of the restored home is another sign of the rebirth of Pompeii, which followed decades of modern bureaucratic neglect, flooding and pillaging by thieves in search of artifacts to sell. Thanks to European funds and a much improved cultural policy in Italy, Pompeii is revealing frequent new and exceptional treasures.
At the House of Vettii, previous restoration work, which involved repeated application of paraffin over the frescoed walls in hopes of preserving them, resulted in them becoming very blurred over time, because very thick and opaque layers formed, making it difficult to read the frescoes. However, the wax served to preserve them remarkably.
One of the most remarkable parts of the House is the dining room, known as the Hall of Pentheus. A fresco depicts Hercules as a child, crushing two snakes, in an illustration of an episode from the Greek hero’s life. According to mythology, Hera, the goddess wife of Zeus, sent snakes to kill Hercules because she was furious that he was born from the union of Zeus with a mortal woman, Alcmena. The owners of the House evidently tried to show their new status also through culture and through Greek mythological paintings. It was like saying : ‘We’ve made it and so we are part of the elite of the Roman world.’ Ornamental marble baths and tables surround the garden.
Source : CBS News Colorado.

Photos: C. Grandpey

2000 ans avant Pompéi…. // 2,000 years before Pompeii…

Une éruption du Vésuve il y a environ 4 000 ans – 2 000 ans avant celle qui a enseveli Pompéi – a remarquablement préservé la vie d’un village du début de l’âge du bronze en Campanie. La conservation remarquable d’Afragola est unique en Europe. Le village était situé près de la ville de Naples actuelle, à environ 15 kilomètres du Vésuve.
Les chercheurs étaient impatients de voir s’ils pourraient déterminer la période de l’année à laquelle l’éruption s’est produite grâce au niveau de préservation et à la variété des plantes sur le site. Les fouilles à Afragola couvrent une superficie de 5 000 mètres carrés. C’est l’un des sites du début de l’âge du bronze les plus étudiés en Italie.
Dans une étude publiée le 29 septembre 2022 dans le Journal of Archaeological Science: Reports, des chercheurs de l’Université du Connecticut expliquent que l’éruption s’est déroulée en plusieurs phases, avec au début une très forte explosion qui a principalement transporté des débris vers le nord-est.

Comme Pompéi, le village d’Afragola a été recouvert par plusieurs mètres de cendres, de boue et de sédiments. De nombreux restes de végétaux ont été préservés, ce qui a permis aux scientifiques d’identifier à quel moment l’éruption s’est produite, et même à quelle période de l’année.

Ils ont ainsi pu retracer le déroulement de l’éruption. Tout d’abord, une énorme explosion du Vésuve a, semble-t-il, envoyé des débris vers le nord-est du volcan. Les habitants d’Afragola qui se trouvaient le plus à l’ouest auraient ainsi eu le temps de fuir, ce qui explique pourquoi, contrairement à Pompéi, aucune trace de restes humains n’a été retrouvée. Puis la direction du vent aurait changée, entraînant d’importantes retombées de cendres sur le village déserté.

Puis, le Vésuve a émis des les coulées pyroclastiques jusqu’à environ 25 kilomètres de distance, ensevelissant totalement le village. C’est ce qui a permis à ce dernier de résister à la dégradation, même après plusieurs millénaires. Une chercheuse explique que « l’épaisse couche de matériaux volcaniques a remplacé les molécules des macro-restes végétaux et a produit des moulages parfaits dans la cinérite. »

Le village d’Afragola ainsi figé offre un rare aperçu de la façon dont les gens vivaient en Italie durant l’âge du bronze. Ils évoluaient probablement dans des groupes de huttes. L’effondrement du bâtiment de stockage sous le poids de la cendre a entraîné la carbonisation indirecte des matières végétales qui y étaient entreposées. C’est pourquoi les archéologues ont pu y identifier des céréales comme de l’orge, des noisettes, des glands, des pommes sauvages, des fruits de cornouiller et du matériel agricole extraordinairement bien conservés. Tous ces biens étaient probablement partagés avec la communauté.

En plus de ces fruits, de nombreuses empreintes de feuilles ont été préservées dans la cinérite. Elles ont permis aux scientifiques de conclure que l’éruption s’était déroulée en automne, comme celle de Pompéi qui a eu lieu en Octobre 79.

Source: presse internationale.

——————————————-

An eruption of Vesuvius around 4,000 years ago – 2,000 years before the one that buried Pompeii – remarkably preserved early Bronze Age village life in Campania. Afragola’s remarkable preservation is unique in Europe. The village was located near the current city of Naples, about 15 kilometers from Vesuvius.
The researchers were eager to see if they could determine the time of year the eruption occurred based on the level of preservation and variety of plants at the site. The excavations at Afragola cover an area of ​​5,000 square meters. It is one of the most studied Early Bronze Age sites in Italy.
In a study published on September 29th, 2022 in the Journal of Archaeological Science: Reports, researchers from the University of Connecticut explain that the eruption took place in several phases, with at the beginning a very strong explosion which mainly transported debris to the northeast.
Like Pompeii, the village of Afragola was covered by several meters of ash, mud and sediment. Many plant remains have been preserved, allowing scientists to identify when the eruption occurred, and even at what time of year.
They were thus able to retrace the course of the eruption. First, a huge explosion from Vesuvius reportedly sent debris northeast of the volcano. The inhabitants of Afragola who were further west thus had time to flee, which explains why, unlike Pompeii, no trace of human remains has been found. Then the wind shifted, resulting in significant ashfall on the deserted village.
Then, Vesuvius emitted pyroclastic flows as long as about 25 kilometers, completely burying the village. This is what has allowed the village to resist degradation, even after several millennia. A researcher explains that « the thick layer of volcanic material replaced the molecules of the plant macro-remains and produced perfect casts in the cinerite. »
The frozen village of Afragola offers a rare glimpse into how people lived in Italy during the Bronze Age. They probably lived in groups of huts. The collapse of the storage building under the weight of the ash led to the indirect carbonization of the vegetable matter stored there. This is why archaeologists have been able to identify cereals such as barley, hazelnuts, acorns, wild apples, dogwood fruits and agricultural equipment that are extraordinarily well preserved. All of these goods were probably shared amidst the community.
In addition to these fruits, numerous leaf imprints have been preserved in the cinerite. They allowed scientists to conclude that the eruption had taken place in autumn, like that of Pompeii which took place in October 79.
Source: international press.

Le Vésuve, une menace permanente pour la Campanie (Photos: C. Grandpey)

Escapade en Campanie (5ème partie) : le Vésuve

Quand on parle de Naples et de la Campanie, on pense inévitablement au Vésuve dont le double sommet domine la conurbation napolitaine. Chaque fois que je conduis sur l’autoroute qui traverse la ville, je me dis que le réveil du volcan ne sera pas une mince affaire ! Ce jour-là – et il arrivera inévitablement – je souhaite bien du courage aux responsables de la Protection Civile italienne. Dans les années 1990, Franco Barberi – qui était à cette époque en charge de la structure – m’avait fait part de sa grande inquiétude s’il fallait évacuer la population. La Campanie n’est pas le Japon et la notion de discipline fait largement défaut dans le Mezzogiorno italien!

Pour le moment le Vésuve est calme et la visite de son cratère ne présente pas le moindre risque. Le gouffre attire quotidiennement des foules de touristes. Il faut toutefois savoir que rien n’est plus comme avant sur le volcan napolitain. Suite à l’épidémie de Covid-19, l’accès au cratère du Vésuve est très réglementé et ce n’est plus le foutoir d’autrefois. Les Napolitains ont fait de gros progrès en matière d’organisation et il faut s’inscrire en ligne (« online », un mot très à la mode en Campanie!) pour visiter le cône sommital et son cratère. Si vous ne l’avez pas fait, vous serez systématiquement refoulé. Vous trouverez les démarches nécessaires à cette adresse :

https://www.vesuvionline.net/visita-il-cratere/orari-e-biglietti

La morphologie du cratère est toujours la même. Il ne se passe rien, mais rien ne dit que le réveil ne sera pas soudain et violent…. En attendant, on peut toujours admirer la superbe vue sur la baie de Naples, en croisant les doigts…

Photos : C. Grandpey

Escapade en Campanie (4ème partie) : Pompéi

Au mois d’avril 2022, c’était la troisième fois que je visitais Pompéi. L’effet d’émerveillement de la découverte du site dans les années 1990 a disparu avec le temps, peut-être aussi parce que j’avais admiré la plus grande partie des fresques à l’intérieur du superbe Musée Archéologique National de Naples quelques jours auparavant. Au final, on se rend compte qu’il n’y a que peu de belles fresques sur le site de Pompéi. Pour couronner le tout, la fermeture de la Casa dei Vettii pour travaux laisse un très grand vide. A mes yeux, c’est de loin la plus intéressante de toutes les maisons sorties de la cendre. Si j’avais été informé de sa fermeture, pas sûr que j’aurais acheté un billet de visite du site.

Pourtant, grâce à la politique culturelle du gouvernement italien et aux fonds européens, les fouilles vont bon train à Pompéi et il ne se passe guère de mois sans que de nouvelles découvertes soient annoncées dans la presse italienne. En 2021, un superbe thermopolium à la façade abondamment décorée a été exhumé et un graffiti a permis de confirmer que l’éruption du Vésuve avait en lieu en octobre 79, et non en août comme on l’a longtemps pensé.

La technologie moderne a fait son apparition à Pompéi et beaucoup de guides vendus en librairie sont en retard à ce sujet. Il faut s’enregistrer par Internet (« online » est le mot très à la mode en Campanie!) pour avoir accès au thermopolium mentionné ci-dessus. C’est une très bonne idée pour réguler le flux de visiteurs. Encore faudrait-il préciser la démarche sur le site Internet de vente des billets d’entrée à Pompéi ! A ce niveau, la Campanie est un peu en retard. Il serait aussi souhaitable que, en plus de l’italien et de l’anglais, le français soit l’une des langues utilisables sur les sites de visites campaniens. Traditionnellement, les Français constituent une grande partie des visiteurs du Vésuve et de sa région. Les autorités italiennes semblent l’avoir oublié.

Au cours de mon périple, j’ai constaté que l’Italie du Sud avait fait des progrès en matière de discipline. Les motocyclistes portent le casque ; la ‘mascherina ‘ anti-Covid recouvre la plupart des visages ; il est vrai que cette partie de l’Italie a payé un lourd tribut et les gens ont compris qu’il fallait être prudent. A côté de cela, la conduite sur route reste instinctive ; les panneaux ‘Stop’ et la ligne médiane restent à la discrétion de chacun….

Photos : C. Grandpey