Images de l’iceberg géant en Antarctique // Images of the giant iceberg in Antarctica

Tout le monde se rappelle qu’en juillet 2017 l’un des plus grands icebergs jamais observés, d’une taille équivalente au département de la Lozère en France, s’est détaché de la plate-forme glaciaire Larsen C dans le nord-ouest de l’Antarctique.
L’événement, qui a eu lieu pendant la nuit de l’hiver antarctique, a été détecté à l’aide d’instruments satellitaires capables de percer l’obscurité. À l’aube du printemps austral, les scientifiques peuvent maintenant voir le nouvel iceberg à la lumière du jour.
La première photo satellite prise de jour a été diffusée par la NASA le 11 septembre, grâce au Spectroradiomètre d’imagerie – ou MODIS – embarqué sur le satellite Terra. Peu de temps après, d’autres satellites de la NASA, y compris le Landsat 8, ont obtenu de nouvelles images publiées par la NASA le 30 septembre.
Les nouvelles images montrent que l’iceberg s’est divisé en morceaux plus petits et révèlent qu’il a commencé à s’éloigner de la plate-forme glaciaire qui l’a vu naître, poussé par les vents du large. Bien que le vêlage des icebergs proprement dit soit un événement essentiellement naturel, il menace néanmoins d’accélérer la fonte de la glace dans la région, provoquée par le réchauffement climatique.

https://earthobservatory.nasa.gov/IOTD/view.php?id=91052

A l’origine, l’iceberg, connu sous le nom de A-68A, avait une superficie d’environ 5 700 kilomètres carrés. À la fin du mois de juillet, il a perdu plusieurs morceaux en se déplaçant lentement dans la mer. L’un de ces morceaux est maintenant connu sous le nom de A-68B, selon le National Ice Center qui suit les déplacements des gros icebergs car ils représentent un danger pour les navires. (voir la photo ci-dessous)
Les scientifiques expliquent que de nouvelles fractures sont apparues sur la plate-forme Larsen C, ce qui pourrait annoncer de nouveaux vêlages dans les mois à venir. Celui de l’iceberg A-68A menace d’accélérer la fonte de la glace dans la région en affaiblissant la plate-forme et les glaciers derrière elle.

Comme je l’ai déjà mentionné, la fonte et la rupture de la plate-forme glaciaire n’affectent pas directement le niveau global des océans car la glace flottait déjà avant le vêlage. Cependant, lorsque des plates-formes comme Larsen C fondent, elles ne retiennent plus les glaciers terrestres derrière elles. Ils peuvent avancer plus rapidement dans la mer, ce qui contribue à faire monter le niveau des océans.

——————————————

Everybody can remember that in July 2017 one of the largest icebergs ever recorded — measuring in at about the size of Lozère in France broke off the Larsen C Ice Shelf in northwest Antarctica.

The event, which took place during the darkness of the Antarctic winter, was detected using satellite instruments that could pierce the darkness to sense the ice below. As the austral spring dawns, scientists are now able to see the new iceberg during the daytime.

The first daytime satellite photo to be released by NASA came on September 11th , via the Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer, or MODIS on NASA’s Terra satellite. Soon after, other NASA satellites, including Landsat 8, captured detailed images that NASA published on September 30th.

The new data shows how the massive iceberg has split into smaller pieces and reveals that it has begun to push away from the ice shelf that birthed it, thanks to offshore winds.  While the iceberg calving event itself is likely mostly natural, it nevertheless threatens to speed up the already quickening pace of ice melt in the region due in large part to global warming.

https://earthobservatory.nasa.gov/IOTD/view.php?id=91052

In its original shape, the iceberg was about 5,700 square kilometres in area. In late July, the main iceberg, known as A-68A, lost several chunks of ice as it began to slowly drift out to sea. One of those large chunks is now known as A-68B, according to the National Ice Center, which tracks large icebergs because they pose a danger to ships. (see photo below)

Scientists reveal that new cracks are developing on the Larsen C ice shelf, potentially signalling additional breakup events in the coming months to years.

The calving of the A-68A iceberg threatens to speed up the already quickening pace of ice melt in the region by leaving the ice shelf and the glaciers behind it in a weakened state, with new cracks that may develop additional icebergs in the future.

As I put it before, the melting of the ice shelf does not affect global sea levels directly, since the ice was already floating before the calving event. However, when ice shelves like Larsen C melt, they can free up the ice of land-based glaciers behind them to flow faster into the sea, which does raise sea levels.

Image acquise le 16 septembre 2017 par le satellite Landsat 8 (Crédit photo: NASA)

Publicités

Belle photo de l’Overlook Crater (Kilauea / Hawaii) // Great photo of the Overlook Crater (Hawaii)

Le HVO a mis en ligne le 13 septembre une photo très intéressante de l’Overlook Crater, la bouche active avec un lac de lave dans le vaste cratère de l’Halema’uma’u. L’image montre la paroi ouest de l’Overlook Crater. Au bas du cliché, on peut voir la croûte mince du lac de lave avec les projections habituelles de spattering à sa surface. Juste au-dessus de la surface du lac, un anneau noir de quelques mètres de hauteur révèle un récent niveau du lac dont la surface varie selon les épisodes d’inflation et de déflation du Kilauea. Au-dessus de la zone noire, une épaisse couche de roche rouge, blanche et jaune apparaît dans la paroi du cratère. Ces couleurs sont dues à l’oxydation et à l’altération de la lave ancienne qui a envahi l’Halema’uma’u dans les années 1960 et 1970. Au-dessus des roches colorées, on peut voir une zone de 8 mètres d’épaisseur faite de couches de roches plus sombres laissées par le débordement de lave d’avril et mai 2015. La partie sommitale de la paroi est constituée par le plancher plat de Halema’uma’u qui est recouvert d’une couche de cheveux de Pele.
La photo a été prise par les géologues du HVO, les seules personnes autorisées à s’approcher de l’Overlook Crater. La zone est interdite au public quel qu’il soit, qu’il s’agisse de personnes individuelles ou d’agences de voyage, car les parois du cratère s’effondrent parfois dans le lac de lave, générant des explosions violentes qui envoient des matériaux incandescents au-delà de la lèvre de la bouche active.
Source: HVO.

—————————————

HVO posted on September 13th a very interesting photo of the Over look Crater, the active vent with a lava lake within Halema’uma’u. The image shows the western wall of the Overlook Crater. One can see the thin crust of the lava lake with the usual spattering at its surface. Just above the lake surface, a black ring extends up the wall several meters, revealing a recent high stand of the lake whose surface varies according to the inflation and deflation events on Kilauea. Above the black zone, a thick span of red, white and yellow rock is exposed in the crater wall. The colours are due to oxidation and alteration of older lava that filled Halema‘uma‘u in the 1960s and 1970s. Above the colourful rocks is an 8-metre-thick section of darker rock layers, which were formed by lava overflowing the Overlook Crater rim in April and May 2015. The top of the photo shows the flat floor of Halema‘uma‘u, blanketed in a continuous layer of Pele’s hair.

The photo was taken by HVO geologists, the only persons allowed to stand close to the Overlook Crater. The area is closed to the public whatever it is – individual people or travel agencies – as parts of the walls sometimes collapse in the lava lake, generating violent explosions that send hot material beyond the vent’s rim.

Source: HVO.

Paroi ouest de l’Overlook Crater le 13 septembre 2017 (Crédit photo: HVO)

Violente explosion dans l’Overlook Crater le 3 mai 2015 (Crédit photo : HVO)

 

Visitez White Island (Nouvelle Zélande) avec Google Street View // Visit White Island (New Zealand) with Google Street View

Il est maintenant possible d’explorer l’île volcanique de White Island en ligne en utilisant Google Street View.
https://www.whakatane.com/google-streetview

Whakaari (le nom maori de White Island) est l’un des volcans actifs les plus accessibles au monde. Le projet, mis sur pied par le Whakatane District Council et Google, a été réalisé avec le Google Street View Trekker, un système photographique de 18 kg porté comme un sac à dos et qui prend des photos de haute qualité sur 360 ​​degrés toutes les 2,5 secondes.

Une équipe de randonneurs locaux a également sillonné la région pendant l’été et a pris des clichés le long de 35 km de sentiers, ainsi que dans les sites touristiques les plus emblématiques du district de Whakatane.

Il y a eu des discussions pour savoir si le projet ne ferait pas de tort aux entreprises locales de bateaux et d’hélicoptères car les gens pourraient être moins tentés de se rendre sur l’île. Toutefois, Google Street View ne peut pas reproduire les sensations éprouvées sur le terrain comme les odeurs, le bruit et l’ambiance réelle du site.

——————————————

People can now explore the landscape of White Island online using Google Street View.

https://www.whakatane.com/google-streetview

Whakaari (The maori name of White island) is one of the world’s most accessible active volcanoes. A project between the Whakatane District Council and Google aims to take that accessibility to a whole new level, by bringing the island online.

The project was achieved with the Google Street View Trekker, an 18-kg camera backpack that takes high-quality 360 degree photos every 2.5 seconds. A team of local trekkers also set out over summer and captured 35 km of the Whakatane District’s most iconic walks and landmarks.

There was some discussion around whether putting footage online would mean people would choose not to do the real thing, which might mean a loss of money for local boat and helicopter companies.. However, Google Street View can’t fully replicate the real life experiences: the smells, noise and scale of it is truly something best experienced in person.

Photo: C. Grandpey

Belles images du Sinabung (Indonésie) // Great images of Mt Sinabung (Indonesia)

Sur les volcans, les bonnes observations sont souvent une affaire de chance. Il faut se trouver au bon endroit au bon moment. Franck Gueffier, fidèle visiteur de mon blog, a eu cette chance et il a pu réaliser de superbes clichés de la dernière colère du Sinabung. J’avais publié certaines images dans ma note du 25 juin 2017. Voici deux autre photos spectaculaires de l’éruption. Avec tous mes remerciements.

—————————————

On volcanoes, good observations are often a matter of chance. You have to be in the right place at the right time. Franck Gueffier, a faithful visitor of my blog, was quite lucky to be there at the moment of an eruption and he was able to make superb shots of Mt Sinabung’s last anger. I had published some images in my note of June 25th, 2017. Here are two other spectacular photos of the eruption. With many thanks.

Photos: Franck Gueffier

Belle image de Crater Lake (Etats Unis) // Nice photo of Crater Lake (United States)

La NASA vient de mettre en ligne une excellente image de Crater Lake prise par un astronaute à bord de la Station Spatiale Internationale le 26 juin 2017. Du point de vue technique, la photo a été réalisée avec un appareil photo numérique Nikon D4 équipé d’un objectif de 1150 millimètres
Crater lake se trouve dans la Chaîne des Cascades, dans le sud-ouest de l’Oregon. Il y a encore pas mal de neige dans le secteur de Crater Lake fin juin, et les nuages ​​jettent des ombres sombres sur la surface du lac. On distingue Wizard Island, un cône de cendre en partie caché par les nuages, dans la partie ouest du lac. (Le nord se trouve au bas de la photo.)
Crater Lake se trouve à l’intérieur d’une caldeira qui s’est formée lorsque le Mont Mazama, un volcan composite dont le sommet se dressait à 3 600 mètres, a explosé et s’est effondré lors d’une éruption cataclysmale il y a environ 6 000 ou 8 000 ans.

Le lac se trouve à une altitude de 1 883 mètres. Alimenté par la pluie et la neige, sans rivières qui y entrent ou qui en sortent, Crater (592 mètres de profondeur) est le plus profond aux États-Unis et le neuvième plus profond dans le monde.

En 1902, Crater Lake et les 740 kilomètres carrés qui l’entourent ont été érigés au rang deParc National. En 2016, plus de 750 000 personnes ont visité le parc.
Source : NASA.

Vous obtiendrez une image plus grande en cliquant sur ce lien:
https://eoimages.gsfc.nasa.gov/images/imagerecords/90000/90647/ISS052-E-8744_lrg.jpg

———————————————–

NASA has just released a great image of Crater Lake taken by an astronaut aboard the International Space Station on June 26th 2017. From a technical point of view, the photo was taken with a Nikon D4 digital camera using an 1150-millimetre lens

Crater Lake is located in the Cascade Mountains of southwest Oregon. Snow still blankets most of the slopes surrounding the crater in late June, and clouds cast dark shadows on the lake surface. Wizard Island is a cinder cone volcano almost hidden by the clouds over the western part of the lake. (Note that north is to the bottom of the photo.)

Crater Lake is the surface expression of a caldera that formed when Mount Mazama, a composite volcano whose peak once towered 3,600 metres, exploded and collapsed in a catastrophic eruption approximately 6,000 to 8,000 years ago. The lake now stands 1,883 metres above sea level.

Fed by rain and snow, and with no rivers flowing in or out, Crater Lake  (592 metres deep) is the deepest in the United States and ninth deepest in the world.

In 1902, Crater Lake and the surrounding 740 square kilometres were established as Crater Lake National Park. In 2016, more than 750,000 people visited the park.

Crédit photo: NASA

You will get a larger image by clicking on this link :

https://eoimages.gsfc.nasa.gov/images/imagerecords/90000/90647/ISS052-E-8744_lrg.jpg

 

Pas aussi “incroyable” que cela ! // Not that « incredible » !

Le New Zealand Herald a publié ce qu’il appelle une « image incroyable d’un caméraman qui a été presque été soufflé par l’explosion d’un volcan ».
Dans la courte vidéo, on peut voir le cinéaste néo-zélandais Geoff Mackley en train d’installer une caméra sur le bord du cratère du volcan Yasur, au Vanuatu, au moment où le volcan entre soudain en éruption. La séquence a été filmée par l’ami de Mackley il y a trois jours.
J’aimerais faire plusieurs remarques sur la vidéo et la situation qu’elle montre.
Tout d’abord, je suis surpris par les vêtements que porte Geoff Mackley.  Avec son bob et son short, il ressemble à un touriste sur une plage! Personnellement, j’ai toujours porté des pantalons longs et un casque lorsque j’effectuais des observations depuis la lèvre des cratères de l’Etna ou du Stromboli. Cela me semble une précaution élémentaire.
Une autre remarque concerne la situation qui, si elle est spectaculaire, n’est pas vraiment dangereuse pour Geoff Mackley. Au cours de l’explosion strombolienne, tous les matériaux éjectés retombent dans le cratère et on ne voit aucune projection atterrir sur la lèvre. La vidéo donne une fausse impression en comprimant les distances.
Les explosions stromboliennes peuvent être beaucoup plus fortes. Je me souviens d’un jour où j’observais le cratère central de l’Etna en compagnie du regretté Jean-Pierre Kloster. Une explosion soudaine et violente a envoyé des matériaux incandescents jusqu’à l’endroit où nous nous trouvions. Dans un réflexe commun, nous nous sommes jetés sur le sol, comme le font les soldats pour éviter les éclats d’obus. Je sentais les lapilli chauds tomber sur mon dos et je les entendais crépiter sur mon casque. Quand tout s’est terminé, j’ai constaté que mon pull était plein de trous ! Je l’ai abandonné un peu plus tard dans une poubelle à la Casa Cantoniera! Cela s’appelle se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. J’ai décrit cet événement dans mon livre Volcanecdotes, aujourd’hui épuisé, dans un chapitre intitulé « Accoutumance au risque ».
Voici le lien vers la vidéo sur le Yasur:
http://www.nzherald.co.nz/volcanoes/news/article.cfm?c_id=357&objectid=11892521&ref=rss

————————————————

The New Zealand Herald has released what it calls an “incredible footage of a cameraman being nearly blown off the edge of an exploding volcano”.

In the short video, one can see New Zealand film maker Geoff Mackley setting up a camera on the crater rim of Yasur in Vanuatu when the volcano suddenly erupts. The moment was captured by Mackley’s friend, three days ago.

I would like to make several remarks about the video and the situation it shows.

First of all, I am surprised at the clothes Geoff Mackley is wearing; he looks like a tourist on a beach with his shorts and his sun hat! Personally, I was always wearing long trousers and a helmet while making observations on the crater rims of Mt Etna or Stromboli.

Another remark is about the situation which was dramatic but not really dangerous to Geoff Mackley. During the strombolian explosion, all the ejections fell within the crater and no material can be seen falling on the rim. The video gives compresses the distances and, as such,  gives a false impression.

Strombolian explosions can be much stronger. I can remember one day when I was observing Mt Etna’s central crater with the late Jean-Pierre Kloster. A sudden and violent explosion sent red-hot material as far as the place where we were standing. In a common reflex, we threw ourselves onto the ground, just like soldiers would do to avoid the shrapnel. Il could feel the hot lapilli falling on my back and hear them making noise on my helmet. When it was all over, I realised my pullover was full of holes and I later left if in a rubbish bin at the Casa Cantoniera!

Here is a link to the viedo on Yasur Volcano:

http://www.nzherald.co.nz/volcanoes/news/article.cfm?c_id=357&objectid=11892521&ref=rss

Cratère central de l’Etna (Photo: C. Grandpey)

 

Bienvenue dans la Vallée des Dieux ! // Welcome to Valley of the Gods!

La Vallée des Dieux est un site assez extraordinaire dans le sud-est de l’Utah. C’est un petit bijou peu fréquenté avec un paysage qui ressemble à celui de Monument Valley qui se trouve à quelques kilomètres. Au cours de mon dernier voyage dans l’Ouest américain, j’ai parcouru une nouvelle fois en voiture la Vallée des Dieux et j’ai laissé de côté Monument Valley qui, à mes yeux, est moins intéressant et visité par trop de touristes.
Monument Valley se trouve sur les terres Navajo et les visiteurs qui explorent la région le font en général avec un guide Navajo. Un permis délivré par les Indiens est nécessaire pour effectuer une randonnée dans l’arrière-pays. La Vallée des Dieux offre des paysages similaires, mais sans permis préalable.
Une route en terre battue de 27 kilomètres traverse la Vallée. Elle n’est pas en très bon état, avec des passages assez escarpés. En raison de l’isolement du site, il vaut mieux avoir pris ses précautions. En particulier, il n’y a pas de station-service ! Il y a de fortes chances pour que vous ne rencontriez personne le long de la piste où il est préférable d’avoir un véhicule haut sur roues. Quand le temps est sec, les véhicules classiques peuvent faire le trajet, mais quand il a plu, un 4X4 est nécessaire.

————————————-

Valley of the Gods is a scenic backcountry area is southeastern Utah. It is a hidden gem with scenery similar to that of nearby Monument Valley. During my last journey in the American West, I drove again in the Valley of the Gods and ignored Monument Valley which, to my mind, is less beautiful and visited by too many tourists.

Monument Valley is located on Navajo Nation land and visitors exploring the area usually travel with a Navajo guide. A permit from the tribe is needed before you can hike into the backcountry. Valley of the Gods offers similar scenery without the tribal restrictions.

A 27-kilometre dirt and gravel road winds through the valley. It is bumpy, with steep sections. Because of its isolated nature, people exploring Valley of the Gods need to be self-sufficient. In particular, there are no gas stations. You may or may not see other travellers along the road which is recommended for high clearance vehicles. During dry weather, conventional vehicles can do the trip but when the weather is wet a 4X4 may be needed to get through.

(Photos: C. Grandpey)