Séismes sur le Bárðarbunga (Islande) // Earthquakes on Bárðarbungua (Iceland)

Un séisme de magnitude M 4,9 a été enregistré dans la partie nord de la caldera Bárðarbunguaskja à 19h24 (TU) le 30 janvier 2018. Le séisme est le plus puissant depuis la fin de l’éruption dans l’Holuhraun le 28 février 2015. Le 27 octobre 2017, deux autres séismes, chacun de M 4,7, avaient déjà été enregistrés et ils étaient à l’époque les plus significatifs dans la caldeira Bárðarbunguaskja depuis la fin de l’éruption. Les volcanologues islandais pensent qu’il est peu probable qu’il y ait une nouvelle éruption. Le 30 janvier 2018, trois séismes ont été enregistrés dans la partie nord-est du Bárðarbunga, avec des magnitudes de M 3,7, M 2,9 et M 3,8. Une trentaine de répliques ont été observées dans la région depuis le début de l’essaim qui a débuté juste avant 18 heures le 30 janvier.
Source: Iceland Review.
Il convient de noter que tous ces séismes sont très superficiels, avec des profondeurs comprises entre 1 km et 2,8 km. Il se peut qu’ils aient été causés par des mouvements du substrat sous le glacier. Il ne faut pas oublier qu’à cause du réchauffement climatique, les glaciers fondent en Islande avec une tendance du sol à rebondir. Ce phénomène entraînera probablement une hausse de la sismicité dans le pays.

———————————–

An M 4.9 earthquake was recorded on the north side of the Bárðarbunguaskja caldera at 7.24 pm on January 30th 2018. The quake has been the strongest since the volcanic eruption in Holuhraun ceased on February 28th, 2015. On October 27th, 2017, two earthquakes, each of them M 4.7, were already measured and they were at the time the strongest ones that had been measured in Bárðarbunguaskja since the end of the eruption. Local volcanologists think it is unlikely there will be another eruption. Earlier on January 30th, three earthquakes were measured on the north-east side of Bárðarbunga, with magnitudes of M 3.7, M 2.9 and M 3.8. Around 20-30 aftershocks have been measured in the area since the swarm that began right before 6 pm last night.

Source: Iceland Review.

It should be noted that all these quakes were very shallow, with depths between 1 km and 2.8 km. They may have been caused by movements of the substrate beneath the glacier. One should not forget that because of global warming glaciers are melting in Iceland with a tendency of the ground to uplift. This phenomenon will probably cause more seismicity in the country.

Dernière sismicité sur le Vatnajökull (Source: IMO)

Ambrym (Vanuatu)

Selon le dernier rapport du gouvernement du Vanuatu, l’activité volcanique à Ambrym reste à un niveau élevé. Cependant, de nouvelles analyses scientifiques montrent qu’il n’y a pas de risque imminent d’intensification de cette activité. En conséquence, le niveau d’alerte reste à 2.
L’activité volcanique devrait rester stable dans les prochaines semaines. Le danger se limite aux cratères actifs. La zone d’exclusion permanente est d’environ 1 km autour du cratère du Benbow et la zone de danger A du Marum (Maben-Mbwelesu, Niri-Mbwelesu et Mbwelesu) est d’environ 2,7 km autour du cratère du Marum (voir la carte ci-dessous).
Les observations effectuées entre décembre 2017 et janvier 2018 confirment que l’activité n’a pas évolué. Il y a toujours un lac de lave dans les cratères du Benbow et du Marum, avec un important dégazage et des émissions de nuages de vapeur. Une forte odeur de gaz volcanique persiste dans toute la zone.
L’alerte volcanique à Ambrym est au niveau 2 depuis le 7 décembre 2017. Il est demandé aux agences de voyage, aux autorités locales, aux habitants d’Ambrym et au public en général de ne pas pénétrer dans les zones d’exclusion permanente autour du Marum et du Benbow. Les derniers documents mis en ligne sur Internet montrent que cette recommandation n’est guère respectée…
Source: Geohazards.

————————————-

According to the government of Vanuatu’s latest report, volcanic activity at Ambrym is still elevated. However, new scientific analyses suggest that there is no imminent risk of increase. As a consequence, the alert level remains at Level 2.

Volcanic activity is likely to continue in this state. Danger is restricted to visitors approaching the active craters; The restricted area of risk is limited to the Permanent Exclusion Zone at Benbow which is about 1 km around Benbow crater and the Danger Zone A at Marum (including Maben-Mbwelesu, Niri-Mbwelesu and Mbwelesu) which is about 2.7 km around Marum crater (see map below)

Observations performed from December 2017 to January 2018 confirm that the activity is not changing. Field observations show it consists of ongoing lava lake activity in Benbow and Marum craters inducing ongoing substantial degassing and emission of steam cloud. Visitors approaching the volcanic area and craters can smell the volcanic gas.

Alert Level for Ambrym volcano has been at level 2 since 7 December 2017.

All tourism agencies, local autorities, people of Ambrym and the general public are asked not to access the Permanent Exclusion Zones around Marum and Benbow. The latest documents released on the Internet show that this recommendation is not really respected…

Source: Geohazards.

Zones de danger autour du Marum et du Benbow (Source: Geohazards)

Eruption du Mayon (suite) // Eruption of Mayon Volcano (Continued)

Des épisodes éruptifs sont encore observés sur le Mayon, avec des fontaines de lave atteignant 200 mètres de hauteur, des coulées de lave et des avalanches pyroclastiques sur les flancs du volcan. Des retombées de cendre sont régulièrement signalées dans de nombreux secteurs. Les colonnes de cendre produites par les éruptions s’élèvent à plus de 1000 mètres au-dessus du cratère. Les scientifiques ont averti que, malgré les émissions de lave à répétition, le Mayon reste gonflé sous la pression du magma et pourrait connaître une violente éruption explosive. La direction actuelle du vent est susceptible de faire retomber la cendre sur les villes de Camalig et Daraga ainsi que dans certaines parties de Legazpi. Selon les journaux locaux, la cendre a interrompu la circulation dans au moins deux villes, à cause du manque de visibilité. Le niveau d’alerte est maintenu à 4. Le nombre de personnes évacuées atteint 84 339 personnes, soit 21 880 familles.
Aucune victime n’a été signalée et les autorités essayent de maintenir les gens hors de la zone de danger à 8 kilomètres autour du cratère. L’éruption pourrait durer des mois, en perturbant la vie et les moyens de subsistance des populations autour du Mayon. Les autorités locales s’inquiètent car les fonds d’aide aux sinistrés sont au plus bas et les fournitures telles que les masques anti-poussière seront vite épuisées si l’éruption dure. Elles conseillent fortement à la population de traiter rapidement les irritations de peau et les autres problèmes de santé, et aussi de nettoyer immédiatement les toitures et les voitures à cause de l’action corrosive de la cendre.
Comme je l’ai écrit dans ma dernière note précédente sur le Mayon, le gouvernement a évoqué la possibilité de créer un «no man’s land» permanent autour du volcan, une proposition difficile à mettre en place car elle concernerait des dizaines de milliers de personnes vivant dans les terres agricoles fertiles. Une autre possibilité serait de créer un parc national autour du volcan, avec des arbres qui pourraient constituer une protection contre les coulées pyroclastiques et les lahars qui mettent en danger les villages et les villes.
Source: Inquirer.net.

————————————

Eruptive episodes are still observed on Mayon, with lava fountains up to 200 metres high, and lava and pyroclastic flows. Ashfall is regularly reported in many areas. The ash columns produced by the eruptions rise more than 1,000 metres above the crater. Scientists have warned that despite the repeated eruptions of lava, Mayon is still swollen with magma below the surface and could erupt explosively. The current wind direction may bring ash fall to the towns of Camalig and Daraga as well as parts of Legazpi City. According to the local newspapers, the ash has halted vehicles in at least two towns due to poor visibility. The alert level is kept at 4. The number of evacuees has reached 84,339 persons or 21,880 families.

No injuries have been reported in the current eruption, but authorities have struggled to keep people out of the danger zone 8 kilometres from the crater. They are worried the eruption may last months, disrupting the lives and livelihoods of people in Mayon’s shadow. Provincial leaders say disaster funds are running low and have said supplies like facemasks will be depleted if the eruption lasts. They urge residents to seek treatment for skin irritation and other health issues and immediately clean their roofs and cars because of the corrosive effect of the volcanic ash,

As I put it in my previous note about mayon, the government has raised the possibility of creating a permanent « no man’s land » around Mayon, a sensitive and complicated proposal that would affect tens and thousands of people living in the fertile farmlands nearby. One possibility is expanding a national park around the base of the volcano, where trees could grow and become a buffer against volcanic flows endangering villages and towns.

Source : Inquirer.net.

Source: PHILVOCS