La prochaine grosse éruption de l’Agung sera en 2062 ! // Mt Agung’s next big eruption will be in 2062 !

Comme je l’ai expliqué dans une note le 28 décembre 2017, les «gardiens» des volcans sont des personnes importantes en Indonésie et leurs prédictions ont une grande influence sur le comportement des populations qui vivent à proximité des volcans.
Un prêtre balinais vient de faire part de ses prévisions sur la prochaine éruption de l’Agung qui est actif – sans éruption majeure – depuis plusieurs mois. En octobre dernier, le prêtre est monté jusqu’au cratère pour y déposer des offrandes. A mi-pente, il s’est arrêté dans un temple où il s’est reposé et a prié. C’était la 33ème fois qu’il faisait une telle ascension. Au sommet, il a vu «des groupes de singes» et un «trou géant dans le cratère.» Il a affirmé haut et fort « que ce qu’il faisait était pour protéger la montagne ; c’était un message de Dieu ». Son plus grand désir était de mettre le monde à l’abri de ce volcan. Il a ajouté: « C’est une belle âme. Je me sens béni au-delà des mots d’avoir le privilège de le rencontrer. »
Quand il est redescendu du cratère, ses déclarations sont allées à l’encontre de celles des volcanologues qui étaient persuadés qu’une éruption était imminente. Il a déclaré qu’il avait escaladé le volcan parce qu’il n’était pas sûr que le Mont Agung entrerait en éruption. Depuis, l’Agung a contraint les autorités balinaises à évacuer des milliers d’habitants. Cependant, après quatre mois d’activité, on n’a toujours pas observé d’éruption majeure. Seuls quelques volumineux nuages ​​de cendre ont perturbé le trafic aérien, ainsi que le tourisme, sur l’île de Bali.
Le prêtre balinais a également affirmé que le Mont Agung resterait encore en éruption pendant neuf mois, tout en affirmant que « ce ne serait pas une grande explosion, elle continuerait à être une éruption lente ». Selon lui, la prochaine éruption sera probablement une autre histoire: « La prochaine explosion aura lieu dans 45 ans (en 2062) .Elle sera grande comme en 1963 … Si c’est une grosse éruption, je prie pour qu’elle ne soit pas énorme et ne détruise pas le monde … Je ne suis qu’un être humain et je ne peux pas arrêter le processus parce que c’est le cycle du volcan.  »
Source: Différents médias d’information dans le monde.

Pour le moment, l’activité est assez stable sur le mont Agung, avec quelques émissions mineures de cendre et de vapeur d’eau. Aucune formation de dôme n’est actuellement observée dans le cratère.

——————————————-

As I explained it in a previous post on December 28th 2017, volcano « guardians » are important persons in Indonesia and their predictions have a great influence on the behaviour of people who live close to the volcanoes.

A Balinese priest has just delivered a prediction over the next eruption of Mount Agung which has been active – without really erupting – over the past months. In last October, the priest climbed up to the crater in an attempt to make a holy offering. He stopped at a temple halfway up the mountain where he rested and prayed. It was the 33rd time he had made such a climb. At the top, he described what he saw including « gangs of apes » and a giant « hole in the crater ». He said he « was quite adamant that what he’s doing is to protect the mountain; it’s a message from God ». What he believed in his heart was to save the world from this volcano. Said he: “He’s a beautiful soul. I feel blessed beyond words to have the privilege to meet with him. »

When he returned from the crater, he discredited experts who believed an eruption was imminent and said he climbed the volcano because he was not sure that Mount Agung would erupt. Since then, Mount Agung has been a nuisance for Balinese authorities who have already evacuated thousands of residents. However, after four months of activity, the volcano is yet to produce a major eruption. Only a few voluminous ash clouds disrupted air traffic, and also tourism, on the island of Bali.

The Balinese priest also predicted Mount Agung would erupt for another nine months, yet urged « it will not be a big explosion. It will continue to be a slow eruption ». In his opinion, though, the next eruption may be a different story: « The next explosion will be in 45 years (2062). The next explosion will be big like 1963…. If it is a big explosion, I am praying that it is not huge and that it will not destroy the world…I am only a human being and I cannot stop the process because it is the cycle of the volcano. »

Source: Different news media around the world.

For the time being, activity is quite stable on Mt Agung, with occasional minor emissions of ash and water vapour. No dome formation can currently be observed in the crater.

Capture d’image de la webcam de l’Agung

Publicités

Des tweets de Donald Trump à la réalité du réchauffement climatique // From Donald Trump’s tweets to the reality of global warming

Il fallait s’y attendre : il fait un peu plus froid que d’habitude en France – en restant très loin des records – et une descente d’air polaire fait frissonner le nord des Etats-Unis et du Canada ; alors, des voix s’élèvent – celle de Donald Trump en particulier – pour dire que le réchauffement climatique a du plomb dans l’aile. C’est une musique que l’on entend chaque année et qui n’a aucun fondement. Le Président américain n’a toujours pas compris que le réchauffement climatique global ne s’analyse pas en se référant à des événements climatiques ponctuels. La météo, par l’intermédiaire des bulletins diffusés à la radio et à la télévision, rend compte du temps qu’il fait à un instant et à un endroit précis, tandis que le climat correspond aux conditions météorologiques sur une longue période et sur l’ensemble de la planète.

En dépit du coup de froid passager actuel sur l’Amérique du Nord, 2017 devrait être l’année la plus chaude – ou l’une des années le plus chaudes – jamais enregistrée sur l’ensemble de la planète. C’est ce que vient de déclarer l’Organisation météorologique mondiale (OMM). Pour les seuls Etats-Unis, les 11 premiers mois de l’année sont les troisièmes plus chauds jamais enregistrés.

L’augmentation des températures observée cette année s’inscrit dans une progression régulière. Si le record de 2017 se confirme, ce sera la quatrième année consécutive qu’un record est établi : 2016, 2015 et 2014. Il est intéressant de noter que les douze années les plus chaudes sur la planète ont presque toutes été enregistrées au 21ème siècle, comme le montre le graphique réalisé par la NOAA où figurent les températures moyennes.

Source: NOAA

Aussi étrange que cela puisse paraître, les vagues de froid polaire observées en ce moment sont probablement une conséquence du réchauffement climatique et des dérèglements qu’il entraîne. En Arctique, les températures ont augmenté ces dernières années deux fois plus vite qu’ailleurs (voir mes notes précédentes), ce qui a réduit les différences avec le reste du globe. Cette réduction a déréglé le jet-stream, la ceinture de vents qui marque la frontière entre l’air chaud qui remonte de l’équateur et l’air froid du pôle. Ce jet-stream est devenu moins directionnel, plus sinueux, ce qui peut entraîner des incursions d’air froid dans nos contrées. Les climatologues pensent que le jet-stream devrait se stabiliser à nouveau avec l’augmentation des températures et que ces incursions polaires pourraient ne pas durer.

Rien ne dit que cela sera suffisant pour convaincre Donald Trump de la réalité du réchauffement climatique…

Source : France Info & NOAA.

N.B.: Aujourd’hui 30 décembre 2017, le thermomètre affichait déjà 12°C ce matin à 8 heures à Limoges! Pour les prochaines heures, il est prévu une grande douceur, mais aussi de forts coups de vent, en particulier pendant la journée du 1er janvier 2018. Il y a un risque de submersion sur le littoral atlantique car les coefficients de marées seront élevés. Ces phénomènes extrêmes de plus en plus fréquents sont, eux aussi, la conséquence du réchauffement climatique.

—————————————-

It was to be expected: it’s a little colder than usual in France – still far from the records – and a polar cold wave is affecting the north of the United States and Canada; so, voices can be heard – Donald Trump’s in particular – to say that global warming is over. It’s a music that is heard every year and has no basis. The US President fails to understand that global warming can not be analyzed by referring to punctual climatic events. The weather bulletins, on the radio and television, reflect the weather at a specific time and place, while the global climate is consistent with the weather over a long period of time and the weather over the whole planet.

Despite the current cold snap on North America, 2017 is expected to be the hottest year – or one of the hottest years – ever recorded on the entire planet. This has just been declared by the World Meteorological Organization (WMO). For the United States alone, the first 11 months of the year are the third hottest ever recorded.
The increase in temperatures observed this year is in steady progression. If the record of 2017 is confirmed, it will be the fourth consecutive year that a record is set: 2016, 2015 and 2014. It is interesting to note that the twelve hottest years on the planet have almost all been recorded in the 21st century, as shown in the NOAA graph above showing average temperatures.

Strange as it may seem, the polar cold spells observed at the moment are probably a consequence of global warming and the disruption it causes. In the Arctic, temperatures have risen in recent years twice as fast as elsewhere (see my previous posts), which has reduced the differences with the rest of the globe. This reduction has disrupted the jet stream, the belt of winds that marks the boundary between warm air rising from the equator and the cold air of the pole. This jet stream has become less directional, more winding, which can lead to incursions of cold air in our countries. Climatologists believe that the jet stream should stabilize again with rising temperatures and that these polar incursions may not last.
Will it be enough to convince Donald Trump of the reality of global warming? Not so sure …
Source: France Info & NOAA.

N.B .: Today December 30th, 2017, the temperature was already 12°C this morning at 8 a.m. in Limoges! A very mild weather is expected for the next hours, but also strong gales, especially during the day of January 1st, 2018. There is a risk of submersion on the Atlantic coast because the tidal coefficients will be high. These increasingly frequent extreme events are also the consequence of global warming.

Source: NOAA

Arctique : Cimetières en péril // Arctic : Endangered graveyards

Comme je l’ai déjà écrit à plusieurs reprises, le réchauffement climatique fait fondre le permafrost dans les hautes latitudes, en particulier en Alaska et dans le Yukon. L’instabilité du sol provoquée par cette fonte endommage les routes, fissure les fondations des habitations et accélère l’érosion.
Dans certains villages de l’Arctique, les habitants ont cessé d’enterrer leurs morts car, avec la fonte du permafrost, la partie la plus ancienne de leurs cimetières s’enfonce dans le sol. Creuser des tombes dans le sol détrempé ne fait qu’empirer les choses.
Aujourd’hui, la vue offerte par les cimetières de la région est bien triste. Les croix sortent du sol en présentant des positions étranges et certaines d’entre elles sont presque complètement noyées dans l’eau saumâtre. Le marécage a commencé à apparaître il y a 10 ou 15 ans, puis s’est étendu et a carrément avalé les tombes aux alentours.
Cette situation dans les cimetières vient s’ajouter aux maisons qui s’effondrent sur les rivages de l’Océan Arctique en raison de l’élévation du niveau de la mer. En conséquence, de nombreux habitants ont déjà quitté leurs villages pour aller vivre dans des zones plus sûres. Le gouvernement fédéral a fait jusqu’à présent bien peu de choses pour leur venir en aide.

Source: Anchorage Daily News.

———————————

As I put it several times before, global warming is thawing the permafrost in the upper latitudes, particularly in Alaska and the Yukon. Actually, it is doing more than damaging roads, cracking foundations and accelerating erosion.

In some villages of the Arctic, residents have stopped burying their dead because, as the permafrost melts, the oldest part of their cemetery is sinking. Digging graves in the soggy ground is just making it worse.

Today, the sight offered by the cemeteries of the region is quite sad. The crosses stick out of the sunken ground at odd angles, some of them almost completely submerged in the brackish water. The swamp appeared about 10 or 15 years ago and then expanded, swallowing the graves around it.

This adds to the houses that are collapsing on the shores of the Artic because of the rise in sea level. As a consequence, many residents have left their communities to live in safer areas. The federal government has done little up to now in order to help them.

Source: Anchorage Daily News.

En Alaska, certains cimetières, autochtones ou orthodoxes, présentent une grande originalité (Photos: C. Grandpey)

Volcans des Philippines // Philippine volcanoes

Après une augmentation de la sismicité ces dernières semaines, le Kanlaon s’est calmé et aucun séisme d’origine volcanique n’a été détecté au cours des dernières 24 heures.
Du 19 au 20 décembre, on a enregistré 412 séismes volcaniques, principalement associés aux émissions de gaz de la zone sommitale. Les panaches de vapeur montaient à 400 mètres au-dessus du cratère. Le nombre de séismes volcaniques a montré des variations au cours des jours suivants et a significativement diminué le 26 décembre. Le dégazage au niveau des bouches actives n’a pas pu être observé en raison des épais nuages ​​enveloppant le sommet. Les données GPS de déformation indiquent une légère inflation de l’édifice depuis décembre 2015. Les émissions de SO2 atteignaient en moyenne 644 tonnes par jour le 25 décembre 2017.
Le niveau d’alerte est maintenu à 2.

La sismicité est actuellement faible sur le Mayon. On observe une émission modérée de panaches essentiellement composés de vapeur. Il y a une légère inflation de l’édifice par rapport à septembre 2017. Les émissions de SO2 atteignaient en moyenne 856 tonnes / jour le 03 décembre 2017.
Le niveau d’alerte est à 1.

La sismicité est également faible sur le Bulusan. Le dégazage au niveau des bouches actives n’a pas pu être observé en raison des épais nuages ​​recouvrant le sommet. Les dernières mesures GPS réalisées fin novembre ont révélé une légère déflation de l’édifice, cohérente avec les données du dernier trimestre 2017. Cependant, sur le long terme l’édifice connaît une légère inflation depuis juillet 2016.
Le niveau d’alerte est à 1.
Sources: PHILVOCS & Global Volcanism Program.

—————————————-

After the increase in seismicity of the past weeks, Kanlaon has calmed down and no volcanic earthquake was detected during the past 24 hours.

During 19-20 December there were 412 volcanic earthquakes, mostly associated with gas emissions from the summit area. Steam plumes rose 400 metres above the crater. The number of daily volcanic earthquakes showed variations during the following days and significantly decreased on 26 December. Degassing at the active vents could not be observed due to thick clouds covering the summit. Ground deformation data from continuous GPS measurements indicate slight inflation of the edifice since December 2015. SO2 emissions reached an average of  644 tonnes per day on 25 December 2017. The alert level is kept at 2.

Seismicity is currently low at Mayon. One observes a moderate emission of white steam-laden plumes. There is a slight inflation of the edifice relative to September 2017. SO2 emissions reached an average of 856 tonnes/day on 03 December 2017. The alert level is at 1.

Seismicity is low as well at Bulusan. Degassing at the active vents could not be observed due to thick clouds covering the summit. The last GPS measurements by the end of November revealed a slight deflation of the edifice, consistent with data in the last quarter of 2017. However, the edifice remains slightly inflated since July 2016 based on continuous GPS data.

The alert level is at 1.

Sources: PHILVOCS & Global Volcanism Program.

Vue du superbe cône du Mayon (Crédit photo: Wikipedia)

Les colères du Sinabung (Indonésie) // Mt Sinabung’s wrath (Indonesia)

Alors que l’Agung demeure plutôt calme, le Sinabung est de nouveau entré en éruption ces derniers jours. Cela se produit généralement lorsque le dôme sommital s’effondre en générant de spectaculaires coulées pyroclastiques et des nuages de cendre. Le volcan est entré en éruption le 18 décembre, puis le 27 décembre 2017 à 15h30 (heure locale). Les autorités ont publié une déclaration confirmant qu’il n’y avait pas eu de victimes, mais des milliers de personnes ont été affectées par des retombées de cendre.
Le volcan est en alerte maximale depuis sa première éruption il y a quatre ans. Six personnes avaient alors été tuées et des dizaines de milliers d’autres avaient été évacuées. L’Agence nationale de gestion des catastrophes demande aux habitants de rester vigilants et de ne pas pénétrer dans la zone de danger de trois à sept kilomètres autour du cratère.
Plusieurs médias ont publié des photos et des vidéos de la dernière éruption. Voici des liens vers certains articles:

http://metro.co.uk/2017/12/27/volcano-erupts-indonesia-spewing-hot-ash-4-6km-air-7186761/

https://www.express.co.uk/news/world/897174/Bali-volcano-news-Mount-Sinabung-Mount-Agung-eruption-ash-cloud-video

http://www.straitstimes.com/asia/se-asia/indonesias-sinabung-volcano-erupts-again

——————————————-

While Mt Agung remains rather quiet, Mount Sinabung has again erupted in the past days. This usually happens when the summit dome collapses, generating dramatic hot clouds of ash. The volcano erupted on Decembrer 18th, then on December 27th at 3:30 pm (local time). Officials released a statement confirming that there had been no casualties after the eruption, but thousands of people have reportedly been affected by ashfall.

The volcano has been at the highest alert level since its first eruption four years ago, when six people were killed and tens of thousands of local residents were evacuated. The Indonesian National Disaster Mitigation Agency urges residents to stay alert, and not to enter the three to seven kilometre danger zone around the crater.

Several media have released photos and videos of the last eruption. Here are links to some of them:

http://metro.co.uk/2017/12/27/volcano-erupts-indonesia-spewing-hot-ash-4-6km-air-7186761/

https://www.express.co.uk/news/world/897174/Bali-volcano-news-Mount-Sinabung-Mount-Agung-eruption-ash-cloud-video

http://www.straitstimes.com/asia/se-asia/indonesias-sinabung-volcano-erupts-again

Vue du dôme du Sinabung (Crédit photo: Franck Gueffier)

Indonésie / Indonesia: Les gardiens des volcans // The volcanoes’ guardians

Si vous demandez au gouvernement français de nommer un «gardien» du Piton de la Fournaise à la Réunion, on vous répondra que l’Observatoire est largement suffisant pour surveiller le volcan. Les autorités italiennes vous donneront la même réponse et se tourneront vers l’INGV pour surveiller le Vésuve, l’Etna ou le Stromboli. La notion de « gardien » d’un volcan n’existe pas en Europe.
En Indonésie, les choses sont différentes et presque chaque volcan possède son propre « gardien ». Il y a sept ans, Mbah Maridjan, 83 ans, le célèbre gardien spirituel du Merapi sur l’île de Java, a été tué lorsque le volcan a envoyé des coulées pyroclastiques sur sa maison à 5 km du cratère. Lorsqu’il a été retrouvé, son corps était recouvert de cendre blanche et prostré dans la position typique de prière islamique.
Le gardien spirituel de l’Agung est Jero Mangku Darma. Cet homme de 75 ans prie régulièrement pour protéger ses semblables contre la colère des esprits qui habitent la montagne la plus haute et la plus sainte de l’île ; elle crache des cendres, provoque des lahars, et vient de chasser plus de 72 000 personnes.
M. Darma est un pemangku, ; il fait partie des centaines de gardiens de temples qui, selon la croyance locale, ont le pouvoir de communiquer avec les esprits des montagnes à Bali – le Mont Agung en particulier – et de les apaiser par des rituels sacrés tels que la montée au cratère pour y déposer des offrandes de buffles, chèvres et autres poulets. M. Darma vit dans le village de Sebudi, situé dans la «zone rouge» interdite, à seulement 5 km du volcan.
Lorsque les autorités ont élevé la niveau d’alerte du volcan à son maximum le 22 septembre 2017, suite à une augmentation de l’activité sismique, et ont ordonné aux personnes vivant dans un rayon de 10 km du sommet de se retirer vers des zones plus sûres, toutes ont obéi, à l’exception de M. Darma. Il a dit qu’il ne bougerait pas, sauf s’il recevait « l’instruction divine des chuchoteurs de rêves » à travers des indices tels que « le feu, la fumée et les rochers … Les esprits du Mont Agung sont en colère, je dois prier et demander pardon. »
L’Indonésie possède environ 130 volcans actifs. Beaucoup d’entre eux ont des gardiens spirituels qui héritent de la position de leurs ancêtres ou sont nommés par les sultans ou la communauté locale. A Java, la responsabilité repose sur les épaules d’une seule  personne, le jurukunci. A Bali, la tâche est répartie entre les pemangku des nombreux temples qui sont disséminés sur les pentes des volcans. Chacun a une mission unique: s’occuper de son propre volcan et s’assurer qu’il ne met pas en danger la vie des gens.
Tout comme le Mont Merapi sur l’île de Java en 2010, le Mont Agung à Bali a tué au moins un pemangku lors de sa dernière éruption en 1963. C’était le père de M. Darma, Jero Mangku Sabda. Lui et sa femme sont morts avec plus de 1000 autres personnes. Leur seul enfant, M. Darma, s’en est tiré avec une blessure sans gravité à la jambe.
De nos jours, les habitants ont compris l’importance des instruments modernes utilisés pour surveiller l’activité volcanique. En conséquence, ils ont appris à combiner les connaissances spirituelles et la technologie moderne pour assurer leur bien-être. Comme l’a déclaré un responsable religieux: «L’équipement permettant de détecter l’éruption d’une manière scientifique et précise doit aussi être considéré comme un don de Dieu, il ne peut exister sans la grâce de Dieu … Mais la science est également limitée. Les gardiens doivent prier pour déplacer le cours de la lave afin qu’elle ne touche pas les villages ; ils ne peuvent arrêter une éruption, mais ils peuvent prier pour que les effets soient moins dévastateurs, pour que l’éruption apporte des bienfaits tels que des terres fertiles et pas des malédictions. »
Adapté d’un article paru dans The Straits Times.

——————————————–

If you ask the French government to appoint a “guardian” of the Piton de la Fournaise on Reunion Island, they will tell you that the Observatory is largely sufficient to monitor the volcano. Italian authorities will give you the same answer and refer to INGV to control Vesuvius, Mount Etna or Stromboli. The notion of a “guardian” of a volcano does not exist in Europe.

In Indonesia, things are different and nearly every volcano has its own “guardian”. Just seven years ago, the famed spiritual keeper of Java’s Mount Merapi, 83-year-old Mbah Maridjan, was killed when the volcano erupted, sending pyroclastic flows over his home, situated 5km from the crater. His body, when found, was caked in white soot and prostrate in the typical Islamic prayer position.

Mt Agung’s spiritual guardian is Jero Mangku Darma. The 75-year-old man regularly prays for protection from the wrath of the spirits living within the island’s tallest and holiest mountain, which has been spewing ash and cold lava and displaced more than 72,000 people.

Mr Darma is a pemangku, one of the hundreds of temple guardians who the local people believe have the power to communicate with mountain spirits in Bali – such as in Mount Agung – and appease them through sacred rituals such as hikes to the crater to make offerings of buffaloes, goats and chicken. He lives in the village of Sebudi, which lies in the no-go « red zone », only 5 km away from the volcano.

When the authorities raised the alert to the highest level on September 22nd 2017, following an increase in seismic activity, and ordered people living within a radius of 10km from the summit to evacuate to safer areas, all left except for Mr Darma. He said he would not budge unless he received « divine instruction from dream whisperers » through clues such as « fire, smoke and rocks… The spirits of Mount Agung are angry. I must pray and ask for forgiveness. »

Indonesia is home to around 130 active volcanoes. Many of them are guarded by spiritual keepers, who inherit the position from their forefathers or are appointed by sultans or the local community. In Java, the responsibility rests on the shoulders of one person, called the jurukunci. In Bali, the burden is shared among the pemangku of the many temples that dot the slopes of the volcanoes. Each has a single mission: to look after his own volcano and ensure it does not endanger the lives of people.

Just like Mount Merapi on the island of Java in 2010, Bali’s Mount Agung claimed the life of at least one pemangku when it last erupted in 1963. He was Mr Darma’s father, Jero Mangku Sabda. He and his wife died with more than 1,000 others. Their only child, Mr Darma, escaped with a minor leg injury.

Nowadays, local residents have understood the importance of modern instruments to monitor volcanic activity. As a consequence, they have learnt to combine spiritual knowledge and modern technology to ensure their well-being. As one religious official said: « The equipment to detect eruption in a more scientific and precise way must also be considered a gift from God. It can’t exist without the grace from God…But science is also limited; we still need the spiritual guardians to pray to shift the flow of lava so it won’t hit villages. They cannot stop an eruption, but they can pray that the effects will be less devastating, that the eruption will bring blessings such as fertile lands, and not curses such as fatalities. »

Adapted from an article in The Straits Times.

Panache de cendre du Merapi vu depuis l’espace en 2010 (Crédit photo: NASA)

Des livres pour les Etrennes !

A l’occasion des fêtes de fin d’année, je propose jusqu’au 31 décembre 2017 :

– un lot de deux livres comprenant « Mémoires Volcaniques » et « Dans les Pas de l’Ours » au prix de 30 euros, frais d’envoi offerts.

++++++++++

« Mémoires Volcaniques » – Des contes et légendes vous feront voyager à travers le monde des volcans.   Prix normal: 17 euros + 5 euros de frais d’envoi.

« Dans les Pas de l’Ours »L’ouvrage vous fera voyager des Pyrénées à l’Alaska en vous entraînant dans le monde passionnant de l’Ours. Tantôt vénéré, tantôt haï, le nounours de notre enfance ne saurait laisser indifférent.  Prix normal: 20 euros + 4 euros de frais d’envoi.

++++++++++

Si cette offre vous intéresse, merci de me contacter par courrier électronique : grandpeyc@club-internet.fr

Bonnes fêtes à tous !