Le Cratère Sud-Est de l’Etna entre les années 1970 et les années 2000 // Mt Etna’s South-East Crater between the 1970s and the 2000s

Le Cratère Sud-Est (CSE) de l’Etna est mon préféré, peut-être parce qu’il se trouve près de la Torre del Filosofo où j’ai connu des moments extraordinaires avec les guides et parce que je l’ai vu grandir. Le CSE est apparu au cours des derniers moments de l’éruption de 1971 qui avait débuté le 5 avril de cette même année. Des fractures éruptives se sont ouvertes dans la partie supérieure ouest et nord-ouest de la Valle del Bove. Des coulées de lave s’en sont échappées et ont détruit des forêts, des vergers et des bâtiments. Elles se sont approchées dangereusement du village de Fornazzo.
Alors que la lave coulait des bouches les plus basses, à l’extérieur de la bordure septentrionale de la Valle del Bove, la naissance du Cratère Sud-Est a commencé à la mi-mai 1971 sous la forme d’un puits de dégazage d’où s’échappaient de la vapeur et de la cendre, à la base sud-est du cône principal. Selon Boris Behncke, ce puits de dégazage jouait un rôle de soupape pour le système de fractures qui se propageait vers le nord-est, à travers la Valle del Bove. Dans le même temps, la lave dégazée sortait des bouches qui s’étaient ouvertes plus en aval. Ce puits est resté inactif pendant sept ans après la fin de l’éruption de 1971. Il s’est réveillé en 1978 et a alors pris le nom de Cratère Sud-Est où se déroule depuis cette époque la majeure partie de l’activité éruptive de l’Etna.
Après l’éruption de 1971, l’activité du jeune Cratère SE s’est calmée, ainsi que celle des fractures éruptives en aval. Vers 1978, on a observé une série d’éruptions dans le cratère et au niveau de fractures radiales qui en partaient, en direction de divers secteurs de la Valle del Bove.

Pendant vingt mois, entre novembre 1996 et juillet 1998, une légère activité strombolienne a édifié un petit cône à l’intérieur du cratère formé par l’activité du CSE au début de 1990 et par le remplissage progressif du cratère de 1990. J’ai eu la chance de pouvoir observer – admirer devrais-je dire – cette activité. Le regretté Antonio Nicoloso m’avait conseillé de pénétrer à l’intérieur du cratère et de visiter une petite grotte qui s’était ouverte dans l’un des flancs du cratère. Ce fut un moment magique parce que des morceaux de soufre me tombaient dessus chaque fois que le cône explosait…
À la fin de l’année 1998, le cône avait une taille respectable car il avait grossi à une vitesse impressionnante au cours des six semaines précédentes. Il se dressait à environ 3230 m d’altitude, soit 50 mètres de plus qu’en juillet 1997. La croissance du cône a continué sans relâche au début de 1999
Au début de 1999, une dizaine d’épisodes éruptifs ont provoqué une croissance considérable du cône, tant latéralement que verticalement. Les nouveaux blocs qui avaient été éjectés en janvier 1990 entre le cône SE et le cône principal du sommet étaient désormais ensevelis sous de nouveaux matériaux et il n’était plus possible de regarder à l’intérieur du cratère au sommet du cône.
Source: Les volcans d’Italie: le berceau de la volcanologie.

——————————————

Mt Etna’s South-East Crater (SEC) is my favourite one, maybe because it is near the Torre del Filosofo where I lived great moments with the guides and because I could see it grow. The SE Crater came to life during the last moments of the 1971 eruption that had begun on April 5th 1971. In that year, eruptive fissures opened across the upper western and northwestern part of the Valle del Bove. Lava flows that destroyed forests, fruit gardens, and isolated buildings and came close to the village of Fornazzo.

While lava was flowing from the lowermost vents, outside the northern rim of Valle del Bove, the birth of the SE Crater began in mid-May 1971 as a degassing pit that appeared on the southeastern base of the main summit cone, erupting steam and ash. According to Boris Behncke, this pit served as a « pressure valve » for the extensive fissure system that propagated from here to the northeast across Valle del Bove, with degassed lava issuing from the lowermost vents. This pit remained inactive for seven years after the end of the 1971 eruption, but in 1978 it reawakened and became known as the Southeast Crater, site of most of Etna’s summit activity since then.

After the 1971 eruption, activity at the newly formed SE Crater and at the lower eruptive fissures subsided. Around 1978, a series of eruptions occurred at the crater and at fissures extending in a radial way from it into various sectors of Valle del Bove.

For twenty months, between November 1996 and July 1998, mild Strombolian activity built a small cone within the crater formed during the early 1990 activity of the SE Crater, and lava issuing from vents on the flanks and at the base of this intracrater cone led to the gradual filling of the 1990 crater. I enjoyed watching this activity. The late Antonio Nicoloso had advised me to step into the crater and visit a small cave that had opened inside one of the flanks of the crater. It was a magical moment because there pieces of sulphur ware falling on me each time the cone exploded.

In late 1998, the cone had grown with striking velocity during the preceding six weeks and was standing at about 3230 m elevation, 50 metres higher than it had been in July 1997. The growth of the cone continued vigorously into early 1999

In early 1999, ten eruptive episodes caused considerable growth of the cone, both laterally and vertically. The huge blocks that had been ejected in January 1990 in the saddle between the SE Cone and the main summit cone were buried by new material, and it was no longer possible to look down into the crater of the growing cone.

Source : Italy’s volcanoes : The cradle of Volcanology.

Vues du Cratère Sud-Est….

…en 1995:

 en 1997…:

…le 1er janvier 2000 !:

(Photos : C. Grandpey)

Le radon de l’Etna (Sicile / Italie) // Radon on Mt Etna (Sicily / Italy)

Les écrits scientifiques expliquent que le radon est un gaz rare, inodore, incolore et sans saveur, produit par la désintégration de l’uranium et du radium présents dans la croûte terrestre et plus particulièrement dans les roches granitiques et volcaniques. D’après les évaluations conduites en France, le radon serait la seconde cause de cancer du poumon, après le tabac et devant l’amiante.

Le Limousin où je réside est une terre majoritairement granitique avec aussi des gisements d’uranium,ce qui explique la présence fréquente de ce gaz.

Si les analyses reflètent une activité volumique moyenne annuelle du radon supérieure à 400 Becquerels par mètre cube (Bq/m3) d’air mais inférieure à 1000 Bq/m3d’air, alors il convient de mettre en œuvre des actions simples pour remédier à cet état de fait. Si les analyses reflètent une activité volumique moyenne annuelle du radon supérieure à 1000 Bq/m3d’air, alors il convient de procéder à un diagnostic du bâtiment. Ce dernier aura pour objectif de définir quels travaux à entreprendre pour abaisser la concentration en radon à moins de 400 Bq/m3 d’air. En dessous de ce seuil, la principale action est d’aérer son logement par l’ouverture des portes et fenêtres pendant une dizaine de minutes au moins matin et soir.

Un article paru dans la presse sicilienne nous apprend que l’Etna produit lui aussi du radon, en particulier au niveau de failles qui tranchent le volcan. Selon le site Catania Today, ces failles représenteraient un triple danger pour les populations: elles génèrent des séismes, fracturent le sol et émettent du radon susceptible de s’accumuler dans les maisons et les rendre insalubres. Une étude, signée par l’INVG, a été publiée dans la revue internationale « Frontiers in Public Health ».
L’INGV analyse le radon depuis de nombreuses années, en particulier sur les flancs de l’Etna où de nombreuses failles fracturent intensément les roches environnantes et augmentent ainsi considérablement leur perméabilité. Cela permet aux fluides et aux gaz présents dans le sous-sol de se déplacer plus facilement dans ces zones fracturées et d’atteindre plus rapidement la surface. Le radon fait partie des gaz qui émergent à la surface.
Pendant trois ans, les données de 12 capteurs ont été enregistrées dans 7 bâtiments situés sur les pentes sud et est du volcan: à Giarre, Zafferana Etnea, Aci Catena, Aci Castello et Paternò. Les capteurs ont détecté des concentrations annuelles moyennes de radon dépassant souvent 100 Bq / m3, une valeur de premier niveau à surveiller pour l’exposition annuelle moyenne recommandée par l’OMS. Dans certains cas, cette concentration moyenne était supérieure à 300 Bq / m3, avec des pics supérieurs à 1 000 Bq / m3. L’étude montre que la concentration est plus élevée dans les habitations proches des failles. En raison du possible problème de santé provoqué par le radon, l’INGV juge « approprié et utile d’approfondir et d’étendre la surveillance » à un plus grand nombre d’habitations.
Source: Catania Today.

———————————————

The scientific literature explains that radon is a rare, odourless, colourless and tasteless gas produced by the decay of uranium and radium present in the earth’s crust and more particularly in granitic and volcanic rocks. According to assessments conducted in France, radon is the second cause of lung cancer, after tobacco and in front of asbestos.
The Limousin where I live is a predominantly granitic ground with also uranium deposits, which explains the frequent presence of this gas.
If the analyses reflect an average annual radon activity greater than 400 Becquerels per cubic metre (Bq / m3) of air but less than 1000 Bq / m3 of air, then simple actions should be taken to remedy this. situation. If the analyses reflect an average annual radon activity of more than 1000 Bq / m3 of air, then a building diagnosis should be carried out. Its purpose will be to define the work to be done to reduce the radon concentration to less than 400 Bq / m3 of air. Below this threshold, the main action is to air the house by opening the doors and windows about 10 minutes at least morning and evening.

An article in the Sicilian press informs us that Mt Etna also produces radon, especially along the faults that slice the volcano. According to the Catania Today website, these faults represent a triple danger for the populations: they generate earthquakes, fracture the ground and emit radon likely to accumulate in the houses and make them unhealthy. A study, signed by INVG, was published in the international journal “Frontiers in Public Health”.

INGV has been analyzing radon for many years, especially on the flanks of Mt Etna, where many faults severely fracture the surrounding rocks and significantly increase their permeability. This allows fluids and gases in the subsoil to move more easily in these fractured areas and reach the surface. Radon is one of the gases that reach the surface.
For three years, data from 12 sensors were recorded in 7 buildings located on the south and eastern slopes of the volcano: in Giarre, Zafferana Etnea, Aci Catena, Aci Castello and Paternò. The sensors detected average annual radon concentrations often exceeding 100 Bq / m3, a first-level value to monitor for the average annual exposure recommended by WHO. In some cases, this average concentration was above 300 Bq / m3, with peaks greater than 1000 Bq / m3. The study shows that the concentration is higher in dwellings close to the faults. Because of the possible health problem caused by radon, INGV deems it « appropriate and useful to deepen and extend surveillance » to a larger number of homes.
Source: Catania Today.

Voici une carte de l’INGV montrant les failles actives de l’Etna. Plus de détails sur cette page (en italien) :

https://emidius.mi.ingv.it/GNDT/P512/UR_UNICT.html

Source: INGV

Les coccinelles du Stromboli et de l’Etna (Sicile) // The ladybirds of Stromboli and Mount Etna (Sicily)

Il y a quelques jours, en remettant de l’ordre dans mes diapositives, j’ai retrouvé une photo prise il y a quelques années sur le Stromboli et sur laquelle on peut voir des grappes de coccinelles accrochées à un morceau de basalte. De la même façon que les abeilles sont inattendues sur le Masaya, une rencontre avec des coccinelles constitue une réelle surprise sur l’Etna ou le Stromboli en Sicile. Les biologistes ont remarqué que la population de coccinelles est spectaculaire entre juin et février de l’année suivante. Les insectes se concentrent sur ou sous les pierres et à l’intérieur des fractures ouvertes dans la lave. Les scientifiques en ont repéré deux espèces qui se différencient par le nombre de points noirs sur leurs élytres rouges.
Les jardiniers vous diront que les coccinelles – aussi appelées bêtes à bon dieu  – sont très utiles pour la nature car elles se nourrissent de pucerons. Ce sont aussi de redoutables prédateurs qui peuvent parfois manger leur propre progéniture. Les volcans ne sont pas le seul territoire où elles élisent domicile. On les trouve aussi sur des montagnes de zones tempérées. Quand leur nombre est très élevé dans certaines régions du monde, on les recueille pour les utiliser dans la protection des arbres fruitiers.
Lorsque l’on regarde les coccinelles qui se cachent à l’intérieur des fractures volcaniques, on pourrait penser qu’elles y ont été apportées par le vent et qu’elles attendent une mort certaine en raison du manque de nourriture. Cependant, la réalité est très différente. Dirigées par une sorte d’instinct, les coccinelles effectuent un vol migratoire vers les zones élevées de leur habitat lorsque l’air chaud des plaines provoque un manque de pucerons qui représentent leur principale source de nourriture. Après avoir pondu leurs œufs dans les vergers d’agrumes de la Sicile, les coccinelles, repues, migrent vers les pentes supérieures de l’Etna ou du Stromboli qui sont dépourvues de prédateurs tels que les araignées, les oiseaux ou les rongeurs. Au début du printemps suivant, lorsque la population de pucerons réapparaît, les coccinelles sortent de leurs cachettes et migrent dans l’autre sens ; elles envahissent alors les lieux où elles peuvent trouver une nourriture abondante.
Les adhérents de l’Association Volcanologique Européenne pourront feuilleter la revue LAVE n°146 (septembre 2010) dans laquelle un article a été consacré à ce sujet.

A noter dans la littérature un ouvrage de Jean-Marie Gourio intitulé Les Coccinelles de l’Etna (Collection L’Arpenteur, Gallimard – Février 1994). L’éditeur explique qu’ « un groupe de touristes est venu en Sicile assister à une éruption de l’Etna. Parmi eux, un Japonais, dès le premier dîner pris en commun, fait part de sa décision de se jeter dans le volcan. Leur hôtesse encourage ce projet, reliant la démarche d’Oshiba à celle, exemplaire, d’Empédocle.
C’est à une sorte de passion, aux noces de l’homme et du magma originel que le lecteur est convié, à la célébration d’un sacrifice dont la dame qui l’accompagne serait l’étrange servante. » En cliquant sur ce lien, vous pourrez voir la présentation de l’ouvrage par Olivier Barrot le 5 avril 1994…

https://www.ina.fr/video/CPC94003008

————————————————-

A few days ago, while putting some order among my slides, I found a photo taken a few years ago on Stromboli on which one can see clusters of ladybugs clinging to a piece of basalt. In the same way that bees are unexpected on the Masaya, an encounter with ladybirds is a real surprise on Mt Etna or Stromboli in Sicily. Biologists have noticed that the ladybird population is spectacular between June and February of the following year. Insects gather on or under stones and inside open fractures in the lava. Scientists have identified two species that are differentiated by the number of black dots on their red elytra.
Gardeners will tell you that ladyirds are very useful for nature because they feed on aphids. They are also formidable predators that can sometimes eat their own offspring. Volcanoes are not the only territory where they choose to live. They are also found on mountains of temperate zones. When their numbers are very high in some parts of the world, they are collected for use in the protection of fruit trees.
When we look at the ladybirds hiding inside the volcanic fractures, we might think that they were brought by the wind and that they are waiting for a certain death because of the lack of food. However, the reality is very different. Driven by a sort of instinct, ladybirds migrate to high areas of their habitat when the warm air of the plains causes a shortage of aphids that are their main source of food. After laying their eggs in the citrus orchards of Sicily, the ladybirds, sated, migrate to the upper slopes of Mt Etna or Stromboli which are devoid of predators such as spiders, birds or rodents. At the beginning of the next spring, when the aphid population reappears, ladybirds emerge from their hiding places and migrate in the other direction; they then invade the places where they can find abundant food.
The members of the European Volcanological Association can consult the journal LAVE n° 146 (September 2010) in which an article was devoted to this topic.

In the literature, there exists a book by Jean-Marie Gourio entitled Les Coccinelles de l’Etna (Collection L’Arpenteur, Gallimard – February 1994). The editor explains that « a group of tourists came to Sicily to watch an eruption of Mt Etna. Among them, a Japanese, from the first dinner taken together, shares his decision to jump into the volcano. Their hostess encourages this project, linking Oshiba’s approach to that, exemplary, of Empedocles.
The reader is invited to a kind of passion, to the marriage of man and the original magma, as well as the celebration of a sacrifice of which the lady who accompanies it would be the strange servant. By clicking on this link, you will see the presentation of the book by Olivier Barrot on April 5th, 1994 …
https://www.ina.fr/video/CPC94003008

Les coccinelles du Stromboli (Photo: C. Grandpey)

Volcans du monde // Volcanoes of the world

Voici quelques nouvelles de l’activité éruptive dans le monde:

Suite à la dernière activité éruptive qui a cessé le 5 juin 2019 sur le Nouveau Cratère Sud-Est de l’Etna (Sicile / Italie), le maire de Nicolosi a promulgué une nouvelle ordonnance. Elle stipule que l’accès est libre sur le volcan jusqu’à l’altitude 2750 mètres. La montée jusqu’à 2920 mètres au-dessus du niveau de la mer est possible avec l’accompagnement obligatoire de guides. L’accès à l’Etna est interdit au public au-dessus de 2920 mètres.
Source: Mairie de Nicolosi.

++++++++++

Une nouvelle crise éruptive a été observée sur le Sinabung (Indonésie) vers 09h30 (TU) le 9 juin 2019. Selon le VAAC de Darwin, le panache de cendre est monté jusqu’à plus de 16 km au-dessus du niveau de la mer. Des coulées pyroclastiques ont dévalé le versabt SE sur 3,5 km et le flanc S sur 3 km. La couleur de l’alerte aérienne est Rouge.
Source: PVMBG.

++++++++++

L’AVO indique qu’une éruption phréatique mineure a été observée sur le Great Sitkin (Aléoutiennes / Alaska) le 7 juin 2019. La couleur de l’alerte aérienne est maintenue à Jaune.

++++++++++

L’INGV indique que début juin l’activité du Stromboli (Sicile) était strombolienne, avec des explosions et des épisodes de dégazage au niveau des différentes bouches qui percent la terrasse cratérique. Deux bouches de la zone nord explosaient à raison de 1 à 4 fois chaque heure, avec des panaches de cendre d’environ 80 mètres de hauteur. Deux bouches de la terrasse centrale se manifestaient entre 3 et 8 fois chaque heure, avec des projections qui montaient jusqu’à 80-150 mètres de hauteur.
Source: INGV.

++++++++++

7h30 (heure locale) L’éruption se poursuit sur le Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion). Le tremor est stable. Le problème, c’est qu’une bande de nuages recouvre le site et il est impossible de l’approcher par les airs. Le brouillard fait obstacle aux webcams. Dans le même temps, il faut très beau au Pas de Bellecombe. Il faut vraiment connaître parfaitement le terrain pour approcher les coulées de lave. Comme on peut le lire dans le Journal de l’Ile, il s’agit d’une éruption à huis clos. L’Enclos reste fermé au public.

°°°°°

13 heures (heure locale): L’OVPF vient d’indiquer que l’éruption vient de se terminer aujourd’hui vers 12 heures. Les instruments n’indiquent rien d’autre que le mauvais temps qui persiste sur le site éruptif. Reste à savoir maintenant s’il s’agit d’un arrêt définitif ou d’une simple pause. L’édifice volcanique n’a pas vraiment dégonflé. Il ne serait guère surpenant d’assister à une reprise d’activité à brève échéance. Le Piton nous a déjà habitués à un tel scénario!

———————————————–

Here is some news of eruptive activity in the world:

Following the latest eruptive activity which stopped on June 5th, 2019 on the New Southeast Crater of Mt Etna (Sicily / Italy), the Mayor of Nicolosi has issued a new ordinance stating that access is free on the volcano up to 2750 metres above sea level. Climbing up to 2920 meters above sea level is possible with the mandatory accompaniment of guides. Access to Mt Etna is forbidden to the public above 2920 meters.
Source: Nicolosi City Council.

++++++++++

A new eruption was observed on theg Sinabung (Indonesia) around 09:30 (UTC) on June 9th, 2019. According to the Darwin VAAC, the ash plume rose to more than 16 km above sea level. Pyroclastic flows travelled 3.5 km SE and 3 km S. The aviation colour code is Red.

++++++++++

AVO reports that a small steam explosion at Great Sitkin (Aleutians / Alaska) was detected in seismic data on June 7th, 2019. The Aviation Colour Code remains at Yellow.

++++++++++

INGV indicates that in early June activity at Stromboli was characterized by ongoing Strombolian explosions and degassing from multiple vents within the crater terrace. Explosions from two vents (N1 and N2) in Area N occurred at a rate of 1-4 per hour, ejecting material 80 metres high and producing ash plumes. Explosions from two vents in the South Central crater area occurred at a rate of 3-8 per hour, ejecting material 80-150 metres high.
Source: INGV.

++++++++++

7:30 (local time): The eruption continues on Piton de la Fournaise (Reunion Island). The tremor is stable. The problem is that a band of clouds covers the site which can’t be approached by air.There is only fog on the webcams. At the same time, the weather is very nice at Pas de Bellecombe. You really need to know the terrain perfectly to get close to the lava flows. As one can read in the Journal de l’Ile, it is an eruption behind closed doors. Access to the Enclos remains prohibited.

°°°°°

13:00 (local time): OVPF has just indicated that the eruption came to an end today at 12:00 or so. The indtruments only reveal the poor weather conditions that persist on the eruptive site. The question is to know whether it is the definitive end of the eruption or just a pause. The volcanic edifice has not really deflated and an new outbreak of activity in the short term would not really come as a surprise. Piton de la Fournaise has already shown such a scenario!

Volcans du monde // Volcanoes around the world

Voici quelques nouvelles de l’activité volcanique dans le monde, avec référence à la mise à jour hebdomadaire de la Smithsonian Institution.

Etna (Sicile / Italie)
Selon Boris Behncke (INGV Catania), une nouvelle éruption a débuté près du sommet de l’Etna le 30 mai 2019 (UTC). Deux nouvelles fissures éruptives se sont ouvertes sur les versants nord et sud-est du Nouveau Cratère Sud-est, avec une activité strombolienne modeste et de petites coulées de lave. Aucun nuage de cendre n’a été détectée par le VAAC de Toulouse. La couleur de l’alerte aérienne est Orange. Comme d’habitude quand une éruption se produit sur l’Etna, des restrictions d’accès ont été mises en place.

Mt Hakone (Japon)
La sismicité a augmenté sur le Mont Hakone le 18 mai 2019 et est restée élevée jusqu’au 27 mai. Les épicentres étaient concentrés autour de la rive ouest du lac Ashinoko et de Komagatake. Les systèmes GPS ont continué à indiquer une inflation du volcan. Le niveau d’alerte reste à 2 (sur une échelle de 5).
Source: JMA.

Volcans du Kamchatka (Russie): La couleur de l’alerte aérienne pour le Karymsky, le Klyuchevskoy et le Sheveluch restent inchangée, à Orange.

Une nouvelle violente séquence éruptive a eu lieu sur l’Agung à 11h42 (heure locale) le 31 mai 2019. Selon le VAAC de Darwin, le panache de cendre s’est élevé à environ 9,1 km au dessus du niveau de la mer. La culeur de l’alerte aérienne a été portée au Rouge.
Source: VSI.
Il serait très intéressant d’avoir des photos de l’intérieur du cratère de l’Agung afin de voir si le dôme de lave a grossi ou si les dernières éruptions ne sont dues qu’à la libération de la pression des gaz accumulée sous le dôme.

Sinabung (Indonésie):
Une éruption a été enregistrée sur le Sinabung le 25 mai 2019. Des retombées de cendres ont été signalées dans plusieurs zones sous le vent. De nouveaux événements éruptifs ont été enregistrés les 27 et 28 mai. Le niveau d’alerte reste à 3 (sur une échelle de 1 à 4), avec une zone d’exclusion générale de 3 km et des extensions à 5 km sur le secteur SE et à 4 km sur le secteur NE.
Source: PVMBG.

Anak Krakatau (Indonésie).
Le réseau sismique d’Anak Krakatau a détecté 26 événements éruptifs du 20 au 26 mai. Aucun événement n’a été suivi d’émissions de cendres visibles à l’oeil nu. Le niveau d’alerte reste à 2 (sur une échelle de 1-4). Il est demandé au public de rester en dehors de la zone de danger d’un rayon de 2 km autour du cratère.
Source: PVMBG.

Merapi (Indonésie).
Le 11 mai 2019, le dôme de lave du Merapi avait un volume estimé à 458 000 mètres cubes qui est resté stable au moins jusqu’au 26 mai. La morphologie du dôme n’a pas vraiment évolué. Le niveau d’alerte reste à 2 (sur une échelle de 1 à 4) et il est demandé à la population de rester en dehors de la zone d’exclusion de 3 km.
Source: PVMBG.

Selon l’agence de voyages Volcano Discovery, une nouvelle éruption fissurale pourrait avoir lieu sur le flanc inférieur ESE de l’Erta Ale, en Éthiopie. Le responsable d’une expédition organisée par l’agence a signalé une explosion dans la dépression du Danakil aux alentours de 1h47 (heure locale) le 27 mai 2019. Le rapport mentionne une fracture dans une zone située au nord du volcan Afdera et au sud du massif de l’Erta Ale, près de la zone de contact entre le désert de sel et le massif volcanique.
Une image satellite prise le 29 mai montre un nouveau point chaud sur le flanc SE, à environ 12 km de la caldera sommitale.
Source: The Watchers

———————————————

Here is some news of volcanic activity around the world, referring to the Smithsonian Institution’s weekly update.

Mt Etna (Sicily / Italy)
According to Boris Behncke (INGV Catania), a new eruption started near the summit of Mt Etna on early May 30th, 2019 (UTC). Two new eruptive fissures opened on the northern and southeastern sides of the New Southeast Crater, producing modest strombolian activity and small lava flows. No volcanic ash has been detected by the Toulouse VAAC. The Aviation Color Code is Orange. As usual when an eruption occurs on Mt Etna, access restrictions have been implemented.

M Hakone (Japan)
Seismicity increased on Mt Hakone on May 18th, 2019 and remained elevated through May 27th. The epicenters were centered around the west bank of Lake Ashinoko and around Komagatake. GPS systems continued to indicate an inflation of the volcano. The alert level remains at 2 (on a scale of 5).
Source: JMA.

Volcanoes of Kamchatka (Russia): The aviation colour codes for Karymsky, Klyuchevskoy and Sheveluch remain unchanged, at Orange.

A new powerful eruption took place at Mt Agung volcano at 11:42 (local time) on May 31st, 2019. According to the Darwin VAAC, the ash plume rose to about 9.1 km above sea level. The aviation colour code was raised to Red.
Source: VSI.
It would be very interesting to have photos of the inside of Mt Agung’s crater in order to see if the lava dome has grown, or whether the last eruptions are only due to the release of gas pressure accumulated beneath the dome.

Mt Sinabung (Indonesia):
An eruption was recorded at Mt Sinabung on 25 May, 2019. Ashfall was reported in several downwind areasIn the morning of 27 May, a dense gray ash plume about 6 kilometres above sea level, rose 2.5 km above the crater rim. More eruptive events were recorded on 27 May and on 28 May. The alert level remains at 3 (on a scale of 1-4), with a general exclusion zone of 3 km and extensions to 5 km on the SE sector and 4 km in the NE sector.
Source: PVMBG.

Krakatau (Indonesia).
Anak Krakatau’s seismic network detected 26 eruptive events during 20-26 May. None of the events were followed by visible ash emissions. The alert level remains at 2 (on a scale of 1-4). The public is warned to remain outside the 2-km radius danger zone from the crater.
Source: PVMBG.

Merapi (Indonesia).
On 11 May, 2019, the lava dome at Merapi had an estimated volume of 458,000 cubic metres, and remained unchanged at least through 26 May. The dome morphology remains relatively unchanged. The alert level remains at 2 (on a scale of 1-4), and residents are warned to remain outside the 3-km exclusion zone.
Source: PVMBG.

According to the Volcano Discovery travel agency, a new fissure eruption might be taking place on the lower ESE flank of Erta Ale in Ethiopia.The leader of an expedition organised by the agency reported an explosion in the Danakil Depression around 01:47 (local time) on May 27th, 2019. The report mentions a fissure in the area north of Afdera volcano and south of the Erta Ale range, near the contact between the salt plain and the volcanic range.
A satellite image taken on May 29th shows a new hot spot on the SE flank, about 12 km from the summit caldera.
Source: The Watchers.

Image fournie par le satellite Sentinel le 29 mai 2019 et montrant le site possible de l’éruption à proximité de l’Erta Ale

Le 8 mai, une journée particulière…

Le 8 mai est une date riche en événements.

Ce jour a marqué en 1945 la capitulation de l’Allemagne et, avec elle, la fin de la Seconde Guerre Mondiale.

Le 8 mai 1902, la Montagne Pelée se mettait en colère à la Martinique, avec une éruption qui a tué quelque 29 000 personnes.

Le 8 mai 2019 était l’anniversaire d’Antonio Nicoloso qui nous a quittés le 14 décembre 2007. Chef des guides de l’Etna, il a conduit mes premiers pas sur le volcan sicilien. Une très solide amitié est née entre nous et nous évoquions souvent Haroun Tazieff qui m’avait mis en relation avec Antonio.

En cliquant sur le lien ci-dessous, vous verrez une vidéo dans laquelle Antonio Nicoloso descend dans le cratère central de l’Etna. On y voit également sa découverte d’une grotte qui débouchait sur une coulée active pendant l’éruption de 1991-1994. Le séjour dans cette grotte reste l’un de mes grands souvenirs sur l’Etna.  Je l’ai décrit dans mon livre Volcanecdotes, aujourd’hui épuisé.

J’en profite pour saluer ici son frère, Orazio, et les guides de l’Etna.

https://www.youtube.com/watch?v=LUMW9EagUVw

…et au fond coulait une rivière… (Photos: R. Clocchiatti & C. Grandpey)

Accès à Etna Sud (Sicile) // Access to South Etna (Sicily)

Le 9 avril 2019, le maire de Nicolosi a publié une nouvelle ordonnance définissant les conditions d’accès au versant sud de l’Etna.

Il est écrit que l’accès est autorisé librement jusqu’à 2920 mètre d’altitude.

Au-dessus de 2920 mètres, l’accès ne peut se faire qu’avec l’accompagnement des guides de l’Etna ou de volcanologues professionnels.

Il est demandé à ces derniers de tenir la Protection Civile informée des variations d’activité du volcan susceptibles de représenter un danger pour le public et d’informer préventivement les personnes sous leur responsabilité des risques encourus en milieu volcanique…

… en attendant la prochaine colère de l’Etna qui remettra évidemment en question le texte de cette ordonnance !

——————————————

On April 9th, 2019, the Mayor of Nicolosi issued a new ordinance defining the conditions of access to the south side of Mount Etna.
One can read that access is allowed up to 2920 metres above sea level.
Above 2920 metres, access can only be done with the accompaniment of the Etna guides or professional volcanologists.
These are asked to keep the Civil Defence informed of the changes in volcano acticity likely to represent a danger to the public and to inform the people under their responsibility of the risks incurred in the volcanic environment…
… while waiting the next eruptive activity which will obviously cancel the text of this ordinance!

Extrait de l’ordonnance du 9 avril 2019