Les limites de la prévision volcanique à Uruapan (Mexique) // The limits of volcanic prediction in Uruapan (Mexico)

Si vous parlez de Uruapan à des touristes qui sont allés au Mexique, ils vous diront qu’ils sont partis de cette localité pour aller visiter le Paricutin qui se trouve à une trentaine de kilomètres à l’ouest de la ville. Uruapan est la deuxième plus grande ville de l’État du Michoacán, à l’extrémité ouest des hautes terres de Purépecha, et juste à l’est de la région de Tierra Caliente.

Pour la deuxième fois depuis 2020, les scientifiques pensent qu’un nouveau volcan pourrait naître dans le secteur de Uruapan. Ils ont en effet détecté 236 séismes de faible magnitude dans la région entre le 1er mai et le 8 juin 2021.

En 2020, une équipe scientifique avait déjà effectué des études dans la région pour déterminer si l’intensification de la sismicité annonçait la naissance d’un nouveau volcan. De janvier à février 2020, plus de 3 000 séismes avaient été enregistrés, avec des magnitudes comprises entre M 2,9 et M 4,1 dans une zone au nord-ouest d’Uruapan. Les chercheurs de l’Institut de Géophysique de l’Université Nationale Autonome (UNAM) pensaient à l’époque que l’essaim pouvait être lié à des événements tectoniques ou magmatiques. Ils n’étaient pas certains que la hausse de l’activité sismique déboucherait sur la formation d’un nouveau volcan car la plupart des mouvements magmatiques détectés étaient horizontaux et non verticaux. Ce n’était donc pas le signe d’une ascension du magma.

Cependant, les essaims sismiques détectés en 2021 ont incité les scientifiques à continuer de surveiller le site, même s’il n’y a actuellement aucune preuve réelle qu’un nouveau volcan se formera. Un chercheur de l’UNAM explique que si un essaim sismique est une condition préalable à la naissance d’un nouveau volcan, ce n’est pas la seule. Comme autre paramètre, il y a une déformation de la croûte terrestre qui permet à un volcan de s’édifier verticalement plutôt que latéralement. Il est probable que les essaims sismiques actuels sont associés au mouvement du magma, mais il se peut aussi que la lave n’atteigne pas la surface. Des essaims similaires se sont produits en 1997, 1999 et 2006, mais le magma n’a pas atteint la surface. La situation est peut-être identique en ce moment, mais il est important de continuer à surveiller les mouvements du magma.

Source : The Watchers.

————————————-

If you mention Uruapan to tourists who have been to Mexico, they will tell you that they started from the city to go and visit Paricutin which stands about 30 kilometres to the west. Uruapan is the second largest city in the Mexican state of Michoacán. It is located at the western edge of the Purépecha highlands, just to the east of the Tierra Caliente region.

For the second time since 2020, scientists are considering the possibility of a new volcano forming in Uruapan. They have detected 236 low magnitude quakes in the area from May 1st to June 8th, 2021. 

In 2020, a scientific team conducted studies in the region to determine whether the increased seismic activity could foretell the birth of a new volcano. From January to February 2020, more than 3 000 earthquakes were recorded, with magnitudes between M 2.9 and M 4.1 in an area northwest of Uruapan. The researchers from the Institute of Geophysics at the National Autonomous University (UNAM) thought at the time that the swarm could be related to either tectonic or magmatic events. They did not think that the elevated seismic activity would lead to the formation of a new volcano as most of the detected magma movements were horizontal, rather than vertical. This was not the sign of a magma ascent.  

However, the earthquake swarms detected in 2021 prompted scientists to keep monitoring the site, even though there is no current conclusive evidence that a new volcano will form. 

A UNAM researcher explains that while an earthquake swarm is a crucial pre-condition for the birth of a new volcano, it is not the only one. Among others is a deformation in the Earth’s crust that allows a volcano to pierce through upward, rather than sideways. It is likely that these seismic swarms are associated with the movement of magma, but it may not reach the surface. Similar swarms occurred in 1997, 1999, and 2006, but magma didn’t reach the surface. The situation might be the same right now, but it is important to keep monitoring the magma movements. 

Source: The Watchers.

L’éruption du Paricutin en 1943 (Source: Wikipedia)

Volcans du monde // Volcanoes of the world

Voici quelques nouvelles de l’activité volcanique dans le monde:

En Islande, l’éruption de Fagradalsfjall se poursuit avec des variations dans l’activité. On lac de lave s’agite dans le cratère actif. Ces derniers jours, les débordements étaient spectaculaires. Par la suite, Ces débordements se sont calmés et on constate que la lave s’écoule majoritairement en tunnels. Cela a entraîné une réactivation de la coulée de lave dans la vallée de Natthagi, mais la route côtière n’est as menacée pour le moment. Cette avancée de la lave pose des problèmes aux visiteurs de l’éruption car le flot incandescent a recouvert le sentier principal A. Le sentier B est toujours accessible mais plus difficile. Le lac de lave n’est plus visible depuis le point d’observation du sentier B car les parois du cratère actif sont trop hautes. Un troisième sentier est à l’étude.

 

Le lac de lave est encore bien actif dans le cratère…

++++++++++

Comme je l’ai indiqué dans une note dédiée à ce volcan, une équipe de l’Observatoire Volcanologique de Goma s’est rendue au sommet du Nyiragongo (RDC). Le lac de lave a disparu suite à sa vidange le 22 mai. Aucune éruption n’a été observée à Goma ou dans le Lac Kivu, comme le redoutaient les volcanologues, au niveau des fractures qui s’éteint ouvertes au moment de l’éruption. La vie reprend peu à peu son cours à Goma où certains quartiers détruits par la lave ne seront pas reconstruits.

Crédit photo : Wikipedia

++++++++++

De nouvelles crises éruptives – ou paroxysmes – ont été observées sur l’Etna (Sicile).Les dernières en date ont eu lieu les 12, 14, 16 et 17 juin 2021 et ont suivi le processus habituel : activité strombolienne dans le Cratère SE, évoluant ensuite en fontaines et débordements de lave sur le versant SO du cratère. Chaque événement s’accompagne d’une hausse rapide du tremor qui, une fois atteint son point culminant, chute aussi rapidement qu’il avait grimpé.

 

++++++++++

L’Association Volcanologique Européenne propose sur son site web une webcam de très bonne qualité du Stromboli (Sicile) où un petit débordement de lave a eu lieu le 17 juin 2021. Il suffit de cliquer sur ce lien pour y accéder :

http://www.lave-volcans.eu/webcams_stromboli.php?numero=1

L’association propose par ailleurs une webcam haute définition braquée sur l’Etna, avec des archives d’images des dernières 24 heures. Voici le lien :

http://www.lave-volcans.eu/webcams_etna.php?numero=2

A noter que des webcams sur d’autres sites proposent des images en streaming qui permettent de suivre l’activité volcanique en direct depuis son fauteuil.

 

Vue de l’Etna le 17 juin au matin avec la webcam L.A.V.E.

++++++++++

La sismicité à La Soufrière de St Vincent est faible depuis la dernière activité explosive du 22 avril 2021. Quelques séismes quotidiens sont encore enregistrés. Des panaches de vapeur et de gaz s’élèvent de plusieurs zones à l’intérieur du cratère et des anomalies thermiques sont toujours détectées par les satellites. Aucun nouveau dôme de lave n’a été observé dans le cratère.

Le niveau d’alerte reste à Orange.

Source : UWI.

 

Source : UWI

++++++++++

Le Taal (Philippines) montre des signes continus d’activité. Les émissions de SO2 ont atteint des niveaux record sur le volcan, avec une moyenne de 9 911 tonnes/jour le 10 juin 2021. Des panaches de vapeur s’élèvent à 1,5 km au-dessus du Main Crater Lake. Les habitants de plusieurs localités ont signalé des irritations de la gorge et observé le dessèchement ou la mort des cultures, des plantes et des arbres après une période de pluie.

Le PHIVOLCS rappelle au public que le niveau d’alerte du Taal reste à 2 (sur une échelle de 0 à 5). L’Institut recommande fortement de ne pas pénétrer sur l’île et dans le Main Crater. Source : PHIVOLCS.

 

Crédit photo : Wikipedia

°°°°°°°°°°

Ces informations ne sont pas exhaustives. Vous en trouverez d’autres (en anglais) en lisant le bulletin hebdomadaire de la Smithsonian Institution :

https://volcano.si.edu/reports_weekly.cfm

—————————————-

Here is some news of volcanic activity around the world :

In Iceland, the Fagradalsfjall eruption continues with fluctuations in activity. A lava lake can be seen in the active crater. In recent days, the overflows were spectacular. Subsequently, these overflows calmed down and lava is mainly flowing in tunnels. This resulted in the reactivation of the lava flow in the Natthagi Valley, but the coastal road is not threatened at this time. This advance of lava poses problems for visitors to the eruption as the main Trails A had to be closed. Trail B is still open but more difficult to climb. It should be noted that the lava lake can no longer be seen from the end of Trail B. A third path is under study.

++++++++++

As I indicated in a post dedicated to this volcano, a team from the Volcanological Observatory of Goma went to the summit of Nyiragongo (DRC). The lava lake disappeared after its deainage on May 22nd. No new eruption was observed in Goma or in Lake Kivu, as feared by volcanologists, at the fractures that opened up at the time of the eruption. Life is gradually resuming in Goma where some neighborhoods destroyed by lava will not be rebuilt.

++++++++++

New eruptive crises – or paroxysms – have been observed at Mt Etna (Sicily). The most recent events took place on June 12th, 14th, 16th and 17th 2021 and followed the usual process: Strombolian activity in the SE Crater, then evolving into lava fountains and overflows on the SW flank of the crater. The eruptive crisis is accompanied by a rapid rise in the tremor which, when peaked, drops as rapidly as it had climbed.

++++++++++

The European Volcanological Association displays on its website a very good quality webcam of Stromboli (Sicily) where a lava overflow occurred on June 17th, 2021. Just click on this link to access it:

http://www.lave-volcans.eu/webcams_stromboli.php?numero=1

The association also displays a high definition webcam directed at Mount Etna, with a 24-hour archive of images. Here is the link :

http://www.lave-volcans.eu/webcams_etna.php?numero=2

Webcams on other websites offer streaming images that allow to watch volcanic activity live from your chair.

++++++++++

Seismicity at St Vincent’s La Soufrière has remained low since the last explosive activity on April 22nd, 2021. Some daily earthquakes are still recorded. Steam-and-gas plumes rise from a few areas inside the crater and thermal anomalies are still detected by satellites. No new lava domes have been observed in the crater.

The Alert Level remains at Orange.

Source : UWI.

++++++++++

Taal (Philippines) is still showing continuous signs of activity. SO2 emissions have reached the highest levels ever detected at the volcano, averaging 9,911 tonnes/day on June 10th, 2021. Steam plumes are rising 1.5 km from the Main Crater Lake. Residents in several municipalities reported throat irritations and observed sudden drying or die off of crops, plants, and trees after a period of rain.

PHIVOLCS reminds the public that the Alert Level for Taal remains at 2 (on a scale of 0-5). The Institute strongly recommends no entry onto the island, and access to the Main Crater,

Source: PHIVOLCS.

°°°°°°°°°°

This information is not exhaustive. You can find more by reading the Smithsonian Institution’s weekly report:

https://volcano.si.edu/reports_weekly.cfm

Le Nyiragongo après l’éruption // Nyiragongo Volcano after the eruption

Outre Manche, The Guardian est un peu l’équivalent de notre Paris Match : le poids des mots, le choc des photos ! C’est dans cet esprit que le journal britannique a publié une intéressante galerie de photos du Nyiragongo, dans le sillage de l’éruption du 22 mai 2021. Une équipe de scientifiques de l’Observatoire de Goma, accompagnée de rangers armés pour des raisons de sécurité, a escaladé le volcan pour aller observer le cratère. Les photos ne montrent pas le fond du cratère, mais il semble évident que le lac de lave a disparu, suite à sa vidange de la fin mai. L’auteur de l’article nous indique que « le cratère émet une sorte de grondement basse fréquence ponctué d’explosions. De nuit, on observe des restes de lave incandescente au fond du cratère. »

https://www.theguardian.com/world/gallery/2021/jun/15/taking-the-pulse-of-dr-congos-nyiragongo-volcano-in-pictures

————————————-

Across the Channel, The Guardian is a bit like our Paris Match: the weight of words, the shock of photos! It was with this state of mind that the British newspaper published an interesting photo gallery of Nyiragongo, in the wake of the eruption of May 22nd, 2021. A team of scientists from the Goma Observatory accompanied by armed rangers for seacurity reasons, climbed the volcano to observe the crater. The photos do not show the bottom of the crater, but it seems obvious that the lava lake has disappeared, following its drainage in late May. The author of the article tells us that « the crater emits a sort of low-frequency growl punctuated by explosions. At night, residues of glowing lava can be seenat the bottom. »

https://www.theguardian.com/world/gallery/2021/jun/15/taking-the-pulse-of-dr-congos-nyiragongo-volcano-in-pictures

Il faudra attendre probablement plusieurs mois avant que le rougeoiement du lac de lave illumine à nouveau le ciel au-dessus du cratère du Nyiragongo (Crédit photo: Wikipedia)

Un séisme pourrait-il déclencher une éruption sur le Mauna Loa (Hawaii) ? // Could an earthquake trigger an eruption on Mauna Loa (Hawaii)) ?

La relation entre les séismes et les éruptions volcaniques n’a jamais été clairement établie. Lors de ma conférence « Volcans et Risques volcaniques », j’explique que la sismicité est forcément présente lors d’une éruption car il se produit une fracturation des roches lors de l’ascension du magma. L’apparition du tremor éruptif est généralement le signe qu’une éruption est sur le point de commencer et que la lave va percer la surface.

Cependant, lorsqu’un séisme important est enregistré à proximité d’un volcan, cela ne signifie pas forcément que ce volcan va entrer en éruption. Le mont Fuji en est un bon exemple. Après le puissant séisme de Tohoku le 11 mars 2011, on craignait que le mont Fuji entre en éruption. Les volcanologues pensaient que l’événement avait probablement augmenté les contraintes sur le volcan. Certains scientifiques français sont allés jusqu’à dire que le mont Fuji était «dans un état critique». En fait, aucune éruption n’a jamais eu lieu.

Une nouvelle étude* menée par des scientifiques de l’Université de Miami met en lumière les aléas liés au Mauna Loa (Hawaï) et explique qu’un puissant séisme pourrait déclencher une éruption. Les chercheurs ont étudié les mouvements du sol mesurés au travers des données satellitaires du radar interférométrique à synthèse d’ouverture (InSAR) et des stations GPS. Ils ont ainsi obtenu un modèle précis de l’endroit où a eu lieu l’intrusion magmatique et de la façon dont le magma a évolué au fil du temps, ainsi que de l’endroit où les failles se sont déplacées sous les flancs du volcan, sans toutefois générer de séismes.

On peut lire dans l’étude qu’un séisme de magnitude 6 ou plus soulagerait les contraintes liées à l’afflux de magma le long d’une faille subhorizontale sous le flanc ouest du volcan. Ce séisme pourrait déclencher une éruption. On remarquera l’utilisation permanente du conditionnel !

Les chercheurs ont découvert que de 2014 à 2020, un volume de 0,11 km3 de nouveau magma s’est introduit, en formant une espèce de dyke, sous et au sud de la caldeira sommitale, avec la partie supérieure de ce dyke à une profondeur d’environ 3 km.

L’étude nous rappelle qu’il existe sur le Mauna Loa une relation étroite entre les mouvements des flancs du volcan et les éruptions. L’arrivée de nouveau magma a commencé en 2014 après plus de quatre ans de mouvement vers la mer du flanc Est, ce qui a ouvert un espace dans la zone du rift, de sorte que le magma a pu s’y introduire.

Un séisme entraînerait une libération des gaz, un peu comme quand on agite une bouteille d’eau gazeuse. Cette libération des gaz générerait une pression suffisante pour rompre la couche de roche au-dessus du magma.

Cependant, les chercheurs admettent qu’il existe de nombreuses incertitudes concernant le déclenchement d’une éruption. Bien que les contraintes qui s’exercent le long de la faille soient connues, la magnitude du séisme dépendra de la taille de la zone de faille qui se rompra. De plus, on ne possède pas de données satellitaires pour identifier les mouvements de failles avant 2002.

*Reference : « Southward growth of Mauna Loa’s dike-like magma body driven by topographic stress » – Varugu, B., & Amelung, F. – Scientific Reports.

Source: The Watchers.

———————————————-

The relationship between earthquakes and volcanic eruptions has never been clearly proved. During my conference “Volcanoes and Volcabic Hazards”, I explain that seismicity is recorded during an eruption because rock fracturing occurs during the ascent of magma and the happening of the eruptive tremor is usually a sign that an eruption is about to start with lava appearing at the surface.

However, when a significant earthquake is recorded near a volcano, this does not mean that this volcano is going to erupt. A good example of this is Mount Fuji. After the Tohoku earthquake on March 11th, 2011, it was feared that Mt Fuji might erupt because the earthquake probably increased the pressure on the volcano. Some Frenc scientists went as far as saying thet Mt Fuji was “in a critical state.” Actually, no eruption ever occurred.

A new study* by scientists from the University of Miami (UM) sheds light on the hazards related to Mauna Loa (Hawaii) and has found that a large earthquake could set off an eruption. The researchers studied ground movements measured by Interferometric Synthetic Aperture Radar (InSAR) satellite data and GPS stations and got a precise model of where magma intruded and how magma changed over time, as well as where faults moved under the flanks, without generating earthquakes.

We can read in the study that “an earthquake of magnitude-6 or greater would relieve the stress imparted by the influx of magma along a sub-horizontal fault under the western flank of the volcano. This earthquake could trigger an eruption.” We can notice that the conditional is used all along the way!

The researchers found that from 2014 to 2020, a total of 0.11 km3 of new magma intruded into a dike-like magma body under and south of the summit caldera, with the upper edge at a depth of about 3 km.

The study reminds us that at Mauna Loa, flank motion and eruptions are inherently related. The influx of new magma started in 2014 after more than four years of seaward motion of the eastern flank, which opened up space in the rift zone for the magma to intrude.

An earthquake would release gases from the magma comparable to shaking a soda bottle, generating additional pressure and buoyancy, sufficient to break the rock above the magma.

However, the researchers admit there are many uncertainties regarding the eruption. Though the stress that was exerted along the fault is known, the magnitude will depend on the size of the fault patch that will rupture. In addition, there are no satellite data available to identify the movements before 2002.

*Reference : « Southward growth of Mauna Loa’s dike-like magma body driven by topographic stress » – Varugu, B., & Amelung, F. – Scientific Reports.

Source: The Watchers.

Les zones de rift sur le Mauna Loa (Source : USGS)

Dernières nouvelles d’Islande // Latest news from Iceland

La lave coule maintenant dans la vallée de Nátthagi et a recouvert le sentier A qui menait au point de vue sur l’éruption. Le sentier B reste ouvert, mais il est plus long et plus difficile que l’était le sentier A. En revanche, on peut voir la lave avancer dans la vallée de Nátthagi qui est facile d’accès, mais qui ne permet pas de voir le cratère actif. La police craint que certaines personnes qui vont emprunter le sentier B rencontrent des difficultés, se blessent et doivent appeler les secours d’urgence. Pour éviter une telle situation, un nouveau sentier C est en projet le long de Langihryggur.

Selon les dernières informations fournies par l’Institut des Sciences de la Terre de l’Université d’Islande, le débit éruptif est constant depuis environ six semaines, avec 12 mètres cubes par seconde. Le volume total de lave émise est estimé à environ 60 millions de mètres cubes. Le champ de lave couvre plus de trois kilomètres carrés.

Des travaux sont en cours pour essayer de détourner la lave de la Geldingadalir et s’assurer qu’elle continue de s’écouler dans Nátthagi sans déborder dans Nátthagakriki. Si elle entrait dans la vallée de Nátthagakriki, la lave pourrait suivre plusieurs directions différentes et assez imprévisibles. Une digue de quatre mètres de hauteur est en cours d’édification mais il n’est pas sûr qu’elle pourra arrêter la lave. La précédente initiative plus en amont dans la vallée de Nátthagi n’a pas été couronnée de succès. Les autorités reconnaissent que ce n’est qu’un moyen de gagner du temps. Le but est d’empêcher la lave de s’écouler dans Nátthagakriki, vers le sud ou en direction de la centrale géothermique.

Source : www.ruv.is

———————————-

Lava is now running into Nátthagi and covering the main hiking trail A leading to the viewpoint of the eruption. Hiking trail B is open, though it is a longer and more challenging hike, and people have also been allowed to view the advancing lava in Nátthagi, which is an easy walk, but does not have a view of the crater. The police are worried that the more challenging hike on trail B will see the number of emergency calls go up, and plans are being prepared for a new trail C, along Langihryggur.

According to the latest data from the Earth Sciences Institute at the University of Iceland, lava has been flowing at a steady rate of 12 cubic metres per second for roughly six weeks, for a running total of some 60 million cubic metres so far. The lava field covers more than three square kilometres. 

Work is being done to try and divert the lava from Geldingadalir and make sure it continues flowing into Nátthagi and does not run over into Nátthagakriki. From Nátthagakriki, the lava could flow in several different, and less predictable, directions.

A four-metre diversion barrier is being built but it is not sure it will be efficient to stop the lava. The previous similar wall at the top of Nátthagi did not prove successful. Officials admit it is just a means to save time. The goal is to prevent lava from flowing into Nátthagakriki, to the south or in the direction of the geothermal plant.

Source: www.ruv.is

 

Après quelques journées plus calmes, la lave s’écoule à nouveau en abondance…

Eruption islandaise : dernières nouvelles // Icelandic eruption : latest news

La lave a recouvert le sentier principal menant à la Geldingadalir. Les deux sentiers (A et B) ont été fermés aux visiteurs le 14 mai lorsque la lave a commencé à couler sur le sentier principal. Le sentier B est à nouveau ouvert, mais il est plus raide et légèrement plus long que le sentier A. Les autorités mettent actuellement en place un troisième sentier et le sentier B restera ouvert au public jusqu’à ce que ce troisième sentier soit accessible.

Il est conseillé aux randonneurs les moins aguerris de se rendre dans la vallée de Nátthagi où avance la lave.

Vous pouvez aussi opter pour un survol en hélicopère avec dépose à proximité, mais il vous faudra débourser environ 400 euros pour une telle expérience.

L’éruption a commencé le 19 mars 2021 et reste soutenue, comme on peut le voir sur les images des webcams. Depuis le 14 juin, il y a eu un important dégazage au niveau du cratère principal où le lac de lave est très actif.

————————————

Lava is now flowing across the main hiking path leading to the Geldingadalir. Both paths (A and B) were closed to visitors on May 14th after lava began flowing across the main trail. Trail B is now open again but it is more challenging for hikers, as it is both steeper and slightly longer. Authorities are currently marking a third, new trail to the eruption and trail B will remain open to the public until it is ready.

Less experienced hikers are advised to visit Nátthagi valley which is being filled with lava from the eruption.

You can also choose to watch the eruption from a helicopter. The experience will cost you about 400 euros.

The eruption began on March 19th, 2021 and shows no signs of stopping, as can be seen on the webcam images. Since yesterday, there has been a huge degassing at the main crater where the lava lake is very active.