Climat : multiplication des événements extrêmes // Climate : multiplication of extreme events

Si vous lisez la seule presse française, vous ne vous en rendrez pas compte. Nos journalistes sont trop occupés à s’attarder sur des sujets futiles en oubliant le reste de l’actualité. En revanche, si vous lisez la presse internationale, vous vous rendrez vite compte à quel point la situation climatique est alarmante et à quelle vitesse les événements extrêmes se multiplient. Quand l’un d’entre eux survient en France, c’est toujours le même refrain : « On n’avait jamais vu ça ! ». Malheureusement le « jamais vu ça » aura tendance à se répéter dans les prochaines années si rien n’est fait pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Pourtant, la planète nous aura prévenus. Cela fait plusieurs années que des régions du monde souffrent car elles connaissent des événements extrêmes. Ainsi, entre décembre 2019 et janvier 2020, l’Australie était dévastée par les flammes. On parlait alors d’un événement exceptionnel, mais l’exceptionnel a tendance à se répéter ! La vague de chaleur qui a frappé les Etats Unis et le Canada au cours des dernières semaines est, selon les experts, « la plus extrême que la Terre ait connue depuis longtemps ». Elle a fait tomber un record de température de près de 5°C !

En France, ce sont les pluies qui ont plongé dans l’angoisse la population de certaines régions, mais c’est peu de chose à côté des crues dévastatrices qui viennent d’affecter la Belgique et surtout l’Allemagne où Angela Merkel a parlé d’« inondations qui dépassent l’imagination. »

En Chine, sur la ville de Zhengzhou, il est tombé, en 72 heures 787,9 millimètres de pluie. C’est l’équivalent de ce qui tombe habituellement dans la région en .un mois ! Le phénomène a entraîné des inondations monstres…

Des vagues et des records de chaleur sont enregistrés dans de nombreux pays. La Finlande vient ainsi de connaître 31 jours consécutifs à plus de 25°C. Comme je l’ai écrit dans une note précédente, la chaleur a déclenché de gigantesques incendies en Sibérie où les scientifiques ont enregistré en juillet 2021 des niveaux de particules fines dans l’atmosphère supérieurs à 1.000 microgrammes par mètre cube. C’est plus de 40 fois le niveau de sécurité recommandé par l’OMS.

Aucun continent n’est épargné. En Afrique, le Botswana a enregistré le 22 juillet 2021 une température de -9,7 °C et le Groenland pourrait voir ses températures monter à quelque 20°C au-dessus des normales dans les prochains jours.

Aujourd’hui, contrairement au passé, tous les scientifiques sont d’accord pour dire que le responsable de ces événements extrêmes est le changement (ou réchauffement) climatique . Certes, il y a toujours eu des inondations en Chine et des feux de forêts en Australie, mais leur fréquence et leur ampleur sont devenues exceptionnelles. Le réchauffement climatique a clairement un effet amplificateur sur tous ces événements météorologiques extrêmes.

Des études ont montré que le réchauffement climatique allait rendre les vagues de chaleur plus fréquentes, plus longues et plus intenses. De la même façon, on va assister à une multiplication des épisodes de pluies extrêmement abondantes, ou encore des sécheresses prononcées, avec toutes les conséquences que cela suppose.

Il est facile de comprendre ce qui provoque les précipitations extrêmes et leur cortège d’inondations. Lorsque l’air se réchauffe, il retient plus d’humidité. Un excès d’humidité de 7 % entraîne une hausse de 1°C des températures. De plus, lorsque l’air se réchauffe, l’évaporation devient plus rapide, que ce soit au-dessus de l’eau ou au-dessus des terres. On débouche donc sur des précipitations particulièrement intenses.

Des chercheurs anglais de l’université de Newcastle attirent l’attention sur un différentiel de température qui diminue entre les pôles et les tropiques en raison du réchauffement climatique. Cela a pour conséquence de ralentir le déplacement des tempêtes et entraîner de fortes précipitations sur une région donnée, avec le risque de crues soudaines. A cela, il faut ajouter la destruction de plus en plus de barrières végétales et un développement urbain qui empêche les précipitations de se dissiper.

On a parfois – voire souvent – reproché aux climatologues d’être trop pessimistes dans leurs prévisions, mais la situation actuelle démontre qu’ils ont probablement été trop optimistes. Aujourd’hui, quelques-uns expliquent qu’ils pourraient avoir sous-estimé les conséquences du réchauffement climatique. Un scientifique du Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA a même déclaré : «  C’est déjà pire que ce que j’imaginais.»,

Adapté d’un article paru dans Futura Sciences.

—————————————–

If you only read the French press, you won’t realize it. Our journalists are too busy dwelling on trivial matters while forgetting the rest of the news. On the other hand, if you read the international press, you will quickly realize how alarming the climate situation is and how quickly extreme events are multiplying. When one of them occurs in France, it’s always the same refrain: “We had never seen that before! Unfortunately, the “never seen before” will tend to repeat itself in the coming years if nothing is done to reduce greenhouse gas emissions.
However, the planet will have warned us. Regions of the world have been suffering for several years because they are experiencing extreme events. Thus, between December 2019 and January 2020, Australia was devastated by the flames. Expetrts said it was an exceptional event, but the exceptional tends to be repeated! The heat wave that has hit the United States and Canada in recent weeks is, according to experts, « the most extreme that the Earth has known in a long time ». It brought down a temperature record by nearly 5°C!
In France, the rain plunged the population of certain regions into anxiety, but this is little compared to the devastating floods which have just affected Belgium and above all Germany where Angela Merkel spoke of  » Floods that are beyond imagination.  »
In China, in the city of Zhengzhou, 787.9 millimeters of rain fell in 72 hours. This is the equivalent of what usually falls in one month in the region! The phenomenon led to monster floods …

Heat waves and heat records are being recorded in many countries. Finland has just experienced 31 consecutive days at over 25°C. As I put it in a previous post, the heat started gigantic fires in Siberia where scientists in July 2021 recorded levels of fine particles in the atmosphere above 1,000 micrograms per cubic meter. This is more than 40 times the level of safety recommended by the WHO.

No continent is spared. In Africa, Botswana recorded on July 22nd, 2021 a temperature of -9.7°C and Greenland could see its temperatures rise to some 20°C above normal in the coming days.

Today, unlike in the past, all scientists agree that the culprit behind these extreme events is climate change (or global warming). Of course, there have always been floods in China and forest fires in Australia, but their frequency and magnitude have become exceptional. Global warming clearly has an amplifying effect on all of these extreme weather events.
Studies have shown that global warming will make heat waves more frequent, longer and more intense. Likewise, we will witness an increase in episodes of extremely abundant rains, or even severe droughts, with all the consequences that this implies.
It’s easy to understand what causes extreme precipitation and its attendant flooding. As the air heats up, it retains more moisture. An excess of humidity of 7% causes a rise of 1°C in temperatures. In addition, as the air warms up, evaporation becomes faster, whether over water or over land. The situation therefore ends up with particularly intense precipitation.

English researchers at Newcastle University draw attention to a temperature differential that is shrinking between the poles and the tropics due to global warming. This has the effect of slowing the movement of storms and causing heavy rainfall over a given region, with the risk of flash floods. To this must be added the destruction of more and more plant barriers and urban development that prevents precipitation from dissipating.
Climate scientists have sometimes – indeed often – been criticized for being too pessimistic in their forecasts, but the current situation shows that they have probably been too optimistic. Today, some explain that they could have underestimated the consequences of global warming. A scientist from NASA’s Jet Propulsion Laboratory (JPL) even said: « It’s already worse than I imagined. »,
Adapted from an article in Futura Sciences.

Inondations en Allemagne (Source: Chaîne Météo)

Incendies et manque d’eau en Californie // Wildfires and lack of water in California

Toute l’actualité environnementale en France en ce moment se focalise sur les incendies de forêt qui font rage en Grèce et en Turquie, mais il ne faudrait pas oublier que la situation reste également préoccupante aux États-Unis. Un énorme incendie de végétation – le Dixie Fire – dans le nord de la Californie est entré dans la petite ville historique (elle date de la Ruée vers l’Or) de Greenville le 4 août 2021, réduisant en cendres les maisons et les autres structures. L’incendie a brûlé une grande partie du centre-ville et certaines maisons des alentours. Une station-service, un hôtel et un bar ont été totalement détruits.
Certains habitants n’ont pas tenu compte de l’ordre d’évacuation. En conséquence, les pompiers ont dû venir à leur secours au lieu de se concentrer sur la protection des structures. Heureusement, il n’y a pas eu de morts ou de blessés.
Le Dixie Fire brûle dans les comtés de Plumas et de Butte depuis le 14 juillet. Il s’agit du plus important incendie de forêt en Californie. Il a jusqu’à présent détruit au moins 67 structures et n’est contenu qu’à 35 %. Il s’agit également du huitième plus grand incendie de l’histoire de la Californie.

La sécheresse actuelle en Californie a entraîné la fermeture de la centrale hydroélectrique Edward Hyatt. Le niveau d’eau du lac Oroville a atteint un niveau historiquement bas C’est la première fois que la centrale électrique cesse ses activités depuis sa construction en 1967, au moment où la Californie met en garde sur de possibles coupures d’électricité. La centrale a la capacité d’alimenter près d’un demi-million de foyers.
Les autorités affirment que ce n’est que l’une des conséquences de la sécheresse provoquée par le réchauffement climatique. Elles appellent l’ensemble de la population à prendre des mesures dès maintenant pour réduire la consommation d’eau de 15 %, afin de préserver les réserves.

Un problème similaire affecte le lac Powell en Arizona. Le niveau de l’eau est historiquement bas sur le lac très prisé des passionnés de navigation. Une rampe de mise à l’eau des bateaux est tellement au-dessus de l’eau que les gens doivent emprunter une pente raide pour transporter les kayaks et atteindre la berge. Les agences de location de bateaux ont dû annuler leurs réservations jusqu’en août.
Le lac Powell est le deuxième plus grand réservoir des États-Unis, juste derrière le lac Mead au Nevada, qui stocke également l’eau du fleuve Colorado. Le niveau des deux lacs diminue plus rapidement que prévu. C’est un sérieux problème pour une région englobant sept États qui dépend du fleuve pour fournir de l’eau à 40 millions de personnes et à une industrie agricole très active.
Plusieurs grandes étendues d’eau dans l’ouest des États-Unis ont atteint des niveaux bas record cet été, y compris le Grand Lac Salé dans l’Utah.

Le manque d’eau dans les lacs est dû au manque de neige et donc moins d’eau de fonte dans le fleuve Colorado et ses affluents. De plus, les températures très chaudes dessèchent le sol et provoquent l’évaporation d’une grande quantité d’eau du fleuve. Des études ont établi un lien entre la sécheresse de plus de 20 ans dans la région et le changement climatique d’origine anthropique.

Source: Médias d’information américains.

——————————————

All environmental news in France at the moment is centered on the wildfires that are raging in Greece and Turkey, but the situation remains preoccupying in the U.S. as well. A huge wildfire – the Dixie Fire – in northern California entered the small Gold Rush town of Greenville on August 4th, 2021, levelling down homes and businesses. The fire has burnt much of the downtown and some surrounding homes, A gas station, hotel and bar were burnt to the ground.

Some residents did not heed the evacuation order, and firefighters had to get them out of harm’s way instead of being able to focus on defending structures. Fortunately, there were no reports of injuries or casualties.

The Dixie Fire has been burning in Plumas and Butte counties since July 14th..It is currently the largest wildfire in California. It has so far destroyed at least 67 structures and is only 35% contained. It is also the eighth-largest wildfire in California’s recorded history.

The current drought in California has forced the shutdown of the Edward Hyatt hydroelectric power plant. The water levels in Lake Oroville have reached historic lows. It is the first time the power plant has ceased operations since it was constructed in 1967, at a time when California is warning about the potential for rolling blackouts The plant has the capacity to power almost half a million households.

Authorities say this is just one of many unprecedented impacts in California as a result of the climate-induced drought. They are calling on everyone to take action now to reduce water use by 15 percent, to preserve as much water supply in storage as possible.

A similar problem affects Arizona ‘s Lake Powell. The water level at the popular destination for houseboat vacations is at a historic low. One boat ramp is so far above the water, people have to carry kayaks down a steep cliff face to reach the surface. Houseboat-rental companies have had to cancel their bookings through August.

Lake Powell is the second-largest reservoir in the United States, right behind Nevada’s Lake Mead, which also stores water from the Colorado River. Both are shrinking faster than expected, a dire concern for a seven-state region that relies on the river to supply water to 40 million people and to a very active agricultural industry.

There are currently several large bodies of water in the U.S. West that have hit record lows this summer, including the Great Salt Lake in Utah. The causes of the lower water are less snowpack flowing into the Colorado River and its tributaries, and hot temperatures parching soil and causing more river water to evaporate. Studies have linked the region’s more than 20-year megadrought to human-caused climate change.

Source: U.S. news media.

Vue du lac Powell (Photo: C. Grandpey)

Volcans du monde // Volcanoes of the world

Voici quelques nouvelles de l’activité volcanique dans le monde:

Suite à une hausse de la sismicité, la couleur de l’alerte aérienne pour le Pagan (Îles Mariannes du Nord) est passée au Jaune. Il n’y a pas d’instruments au sol sur l’île de Pagan, mais les habitants ont signalé une augmentation de la sismicité et de légères émissions émissions au-dessus du volcan.
La dernière éruption majeure du Pagan (VEI 4) remonte à 1981. Une autre éruption s’est produite en 2012, avec un VEI 2.
Source : USGS.

Source : Wikipedia

++++++++

Dans un rapport publié le 31 juillet 2021, l’AVO a indiqué que l’activité sismique sur le Semisopochnoi (Aléoutiennes / Alaska) avait augmenté au cours des derniers jours avec une hausse plus marquée au cours des 8 heures précédentes. Une hausse d’activité a également été détectée sur les stations infrasonores de la région, ce qui laisse supposer que de faibles émissions de cendre ont pu avoir lieu. En raison de cette augmentation de l’activité, l’AVO a fait passer la couleur de l’alerte aérienne à ORANGE et le niveau d’alerte volcanique à WATCH (Vigilance).

Source : AVO

++++++++++

L’Etna (Sicile) a connu une nouvelle crise éruptive dans la soirée du 31 juillet 2021. Elle a commencé par une activité strombolienne à l’intérieur du Cratère SE. Le panache éruptif est monté à une altitude de 5 km. On a ensuite observé l’habituelle coulée de lave en direction du SO. Le paroxysme a culminé avec un épisode de fontaines de lave. Le spectacle a pris fin vers minuit.

Source : INGV

++++++++++

Une forte éruption a été observée sur le Sinabung (Indonésie) le 28 juillet 2021 à 13h20 (heure locale). La couleur de l’alerte aérienne est passée au Rouge. L’éruption a duré une douzaine de minutes. Deux nuages de cendres se sont élevés à des altitudes de 7  km et 5,5  km. Une coulée pyroclastique a été observée sur le versant est-sud-est ; elle a atteint une distance d’environ 1 km du sommet.

Le niveau d’alerte volcanique reste à 3 (sur une échelle de 1 à 4). En cas de retombées de cendres, il est conseillé aux habitants de porter des masques. Ceux qui vivent près des rivières qui prennent leur source sur le Sinabung sont invités à se méfier des lahars.

Source : CVGHM.

Crédit photo : J.P. Vauzelle

++++++++++

L’éruption se poursuit tranquillement sur la péninsule de Reykjanes (Islande). Au cours des derniers jours, le cratère actif a alterné les périodes de pause et d’activité éruptive. Les géologues islandais pensent que la lave s’évacue dans la vallée de Meradalir à l’est, mais principalement en tunnels de sorte que l’activité de surface est rarement visible, semble-t-il. Le tremor éruptif reste très irrégulier.

Captures images webcam

++++++++++

Le relevé hebdomadaire de surveillance des activités de la Montagne Pelée (Martinique) fait apparaître au moins 77 séismes entre le 23 et le 30 juillet 2021. Les événements sont de type volcano-tectonique, avec une magnitude inférieure ou égale à M 0.5. L’OVSM indique qu’ils ont été localisés à l’intérieur de l’édifice volcanique entre 2.4 km sous le niveau de la mer et la surface. Aucun n’a été ressenti par la population. Cette sismicité superficielle est associée à la formation de micro-fractures dans l’édifice volcanique.

Par ailleurs, une zone de dégazage en mer a été détectée à faible profondeur entre Saint-Pierre et Le Prêcheur. Les scientifiques procèdent actuellement à une série d’expériences pour connaître l’origine de ce dégazage et d’évaluer sa relation éventuelle avec le système hydrothermal de la Montagne Pelée dont le niveau d’alerte reste àla couleur Jaune.

Source : OVSM.

Photo : C. Grandpey

++++++++++

Vers 22 heures le 1er août 2021, une forte explosion s’est produite dans la zone Centre-Sud de la terrasse cratèrique du Stromboli (Sicile). Les matériaux expulsés ont atteint 150 mètres et ont arrosé le sommet jusqu’au Pizzo. K’interdiction d’accès à ce dernier est donc justifiée. La situation est redevenue normale par la suite.

Source : INGV.

 

Image thermique de l’événement (Source : INGV)

++++++++++

Une forte activité sismique longue période (LP) comprenant 186 événements a été enregistrée au niveau du volcan sous-marin de Mayotte. L’essaim a commencé à 16h33 UTC le 31 juillet 2021.

Certains séismes LP ont été localisés à environ 1 km à l’est de Petite Terre, à environ 1 km de profondeur, dans la zone où se situent habituellement les séismes LP.
Un nouvel essaim a débuté à 13h00 UTC le 1er août 2021. Un séisme de M4.1, faiblement ressenti par la population, a été enregistré à 01h36 UTC le 3 août à environ 35 km à l’E de Dzaoudzi à une profondeur de 39 km.
Le REVOSIMA a enregistré 648 séismes au cours du mois de juillet. 374 étaient volcano-tectoniques (VT), 265 longue période (LP) et 9 très longue période (VLP). L’activité sismique était essentiellement concentrée à 5 – 15 km à l’est de Petite Terre, à des profondeurs de 20 – 50 km.
Depuis le 1er juillet 2018, les stations GPS de Mayotte indiquent un déplacement global de 21 à 25 cm vers l’Est et un affaissement d’environ 10 cm, selon l’emplacement des stations sur l’île.
Depuis la fin de l’année 2020, les déformations sont devenues négligeables.
Source : REVOSIMA, via The Watchers.

°°°°°°°°°°

Ces informations ne sont pas exhaustives. Vous en trouverez d’autres (en anglais) en lisant le bulletin hebdomadaire de la Smithsonian Institution :
https://volcano.si.edu/reports_weekly.cfm

————————————–

Here is some news of volcanic activity around the world :

Due to an increase in seismicity, the aviation colour code for Pagan (Northern Mariana Islands) has been raised to yellow. Tere is no ground-based geophysival instrumentation on Pagan Island, but local residents reported increased seismicity and light emissions from the volcano.

Pagan’s last major eruption (VEI 4) was in 1981 Another eruption occurred in 2012, with a VEI 2.

Source : USGS.

++++++++

In a report released on July 31st, 2021, AVO indicated that seismic activity at Semisopochnoi (Aleutians / Alaska) had increased in recent days with a marked increase in the preceding 8 hours. Increased activity has also been detected on local infrasound stations, suggesting possible low-level emissions. Due to this increase in activity, AVO raised the Aviation Color Code to ORANGE and the Alert Level to WATCH.

++++++++++

Mt Etna (Sicily) went through a new eruptive crisis on the evening of July 31st, 2021. It began with Strombolian activity inside the SE Crater. The eruptive plume rose to an altitude of 5 km. It was followed by the usual lava flow travelling SW. The paroxysm culminated with an episode of lava fountains. The show ended around midnight.

++++++++++

A strong eruption was observed at Sinabung (Indonesia) on July 28th, 2021 at 13:20 (local time). The Aviation Color Code was raised to Red.

The eruption lasted about 12 minutes.Two ash clouds rose to 7 km and 5.5 km above sea level. A pyroclastic flow was observed on the east-southeast slope, reaching a distance of about 1 km from the summit.

The Volcanic Alert Level remains at 3 (on a scale of 1 – 4). In the event of ashfall, people are advised to wear masks. Those who live near rivers that originate at Mount Sinabung are advised to stay alert to the dangers of lahars.

Source : CVGHM.

++++++++++

The low level eruption continues on the Reykjanes Peninsula (Iceland). In the last days, one could see an alternation of quiet periods and moments of intense activity. Local geologists think lava is travelling down the Meradalir valley to the east, but mostly in tunnels so that surface activity are rarely seen. The eruptive tremor is still very irregular.

++++++++++

The weekly report for Mount Pelée (Martinique) indicates that at least 77 earthquakes were recorded between July 23rd and 30th, 2021. The events were volcano-tectonic, with a magnitude less than or equal to M 0.5. OVSM says they were located inside the volcanic edifice between 2.4 km below sea level and the surface. None were felt by the population. This shallow seismicity is associated with the formation of micro-fractures in the volcanic edifice.
In addition, a degassing zone at sea was detected at shallow depth between Saint-Pierre and Le Prêcheur. Scientists are currently carrying out a series of experiments to find out the origin of this degassing and to assess its possible relationship with the hydrothermal system of Mount Pelée whose alert level remains ellow.
Source: OVSM.

++++++++++

Around 10 p.m. on August 1st, 2021, a strong explosion occurred in the Center-South area of the crater terrace of Stromboli (Sicily). The ejected materials reached 150 meters and fell all over the summit area, as far as the Pizzo. The prohibition of access is therefore justified. The situation returned to normal thereafter.

Source: INGV.

++++++++++

A strong long-period seismic activity (LP) comprising 186 events was recorded at the submarine volcano of Mayotte. The swarm began at 4:33 p.m. UTC on July 31, 2021. Some LP earthquakes were located about 1 km east of Petite Terre, about 1 km deep, in the area where LP earthquakes usually occur.
A new swarm started at 13:00 UTC on August 1, 2021. An M4.1 earthquake, weakly felt by the population, was recorded at 01:36 UTC on August 3 about 35 km E of Dzaoudzi at a depth of 39 km.
REVOSIMA recorded 648 earthquakes during the month of July. 374 were volcano-tectonic (VT), 265 long period (LP) and 9 very long period (VLP). Seismic activity was mainly concentrated 5 – 15 km east of Petite Terre, at depths of 20 – 50 km.
As of July 1, 2018, Mayotte’s GPS stations indicate an overall displacement of 21 to 25 cm to the east and a subsidence of about 10 cm, depending on the location of the stations on the island. Since the end of 2020, the deformations have become negligible.
Source: REVOSIMA, via The Watchers. 

°°°°°°°°°°

This information is not exhaustive. You can find more by reading the Smithsonian Institution’s weekly report:

https://volcano.si.edu/reports_weekly.cfm

Activité volcanique en Islande // Volcanic activity in Iceland

L’éruption de Fagradalsfjall continue sur la Péninsule de Reykjanes, même si son intensité a bien diminué – quasiment de moitié, selon les volcanologues islandais – depuis sa phase initiale. En ce moment, le cratère actif alterne les périodes de calme et celles où la lave s’agite à l’intérieur. La lave se dirige vers l’est mais semble peu visible car elle s’écoule majoritairement en tunnels. Le tremor éruptif confirme cette irrégularité de comportement du volcan (voir ci-dessous). Il y a quelques jours, les volcanologues islandais pensaient que l’éruption était entrée dans sa phase terminale. A voir… Force est de reconnaître que depuis la crise sismique qui a précédé l’éruption, ils n’ont pas brillé dans leurs prévisions !

(Source: Icelandic Met Office)

Ces derniers jours, trois séismes de magnitude M 3.1 et M 3,2 ont été enregistrés sur le Katla. On ne peut pas pour autant parler de crise éruptive car ces événements sont isolés. De plus, ils se sont produits à une centaine de mètres de profondeur. Cela signifie qu’ils sont dus probablement à des mouvements, voire des fracturations, à l’intérieur du Myrdalsjökull, ou à des phénomènes hydrothermaux,comme cela est observé régulièrement dans les volcans islandais qui se cachent sous des calottes glaciaires.

(Photo: C. Grandpey)

A noter, comme je l’indiquais précédemment, que le Myrfalsjökull fond très rapidement à cause du réchauffement climatique. On s’en rend compte en visitant le Solheimajökull, l’une des branches du glacier.

Deux séismes de M 3,9 et M 4,5 ont également été enregistrés ces derniers jours au niveau du Bardarbunga, sous le Vatanjökull, probablement avec les mêmes causes que ceux au niveau du Katla. Le géophysicien Páll Einarsson pense qu’ils sont peut-être en mettre à relation avec l’augmentation de volume du volcan, à cause de l’accumulation de magma depuis l’éruption de 2014-2015. Selon les scientifique, une éruption du Bardarbunga n’est toutefois pas à l’ordre du jour.

(Source: IMO)

——————————————

The Fagradalsfjall eruption continues on the Reykjanes Peninsula, although its intensity has decreased – almost by half, according to Icelandic volcanologists – since its initial phase. At the moment, the active crater alternates periods of calm and those when lava is bubbling inside. The lava is heading east but is generally invisible because it mainly flows in tunnels. The eruptive tremor confirms this irregularity in the behaviour of the volcano (see above). A few days ago, Icelandic volcanologists believed the eruption had entered its terminal phase. Not so sure… We have to admit that since the seismic crisis which preceded the eruption, they have not been good forecasters !

In recent days, three earthquakes with magnitudes M 3.1 and M 3.2 have been recorded on- Katla volcano. However, this was not an eruptive crisis because these events were isolated. In addition, they occurred at a depth of a hundred meters. This means that they were probably due to movements, or even fracturing, within Myrdalsjökull, or to hydrothermal phenomena which are regularly observed on Icelandic volcanoes under ice caps.
As I indicated previously, Myrfalsjökull is melting very quickly due to global warming. one can see this when visiting Solheimajökull, one of the branches of the glacier.

Two earthquakes with magnitudes M 3.9 and M 4.5 have also been recorded in recent days at Bardarbunga, under Vatanjökull, probably with the same causes as those at Katla. Geophysicist Páll Einarsson thinks they may be related to the increase in volume of the volcano, due to the accumulation of magma since the 2014-2015 eruption. According to scientists, an eruption of Bardarbunga is not on the agenda, however.