Volcans du monde // Volcanoes of the world

Voici quelques nouvelles de l’activité volcanique dans le monde:

Une explosion majeure a eu lieu à Stromboli (Italie) à 14h17 (UTC) le 6 octobre 2021. Le volcan a éjecté une quantité importante de matériaux pyroclastiques qui a dépassé la terrasse cratèrique et est retombée jusque sur la zone du Pizzo et de la Sciara. del Fuoco, en descendant jusqu’à la côte. Un petit débordement de lave a également été observé dans la zone cratèrique Nord. Aucun changement significatif n’a été détecté dans la déformation du sol.
Source : INGV.

Source: INGV

++++++++++

L’éruption du Cumbre Vieja (La Palma) continue de manière intense à La Palma (Iles Canaries). Elle a débuté le 19 septembre 2021 et cela fait donc presque 3 semaines que le volcan projette des nuages de cendre et déverse des coulées de lave destructrices. Personne ne sait, bien sûr, pendant combien de temps l’éruption est susceptible de durer. De nouvelles structures sont détruites chaque jour et les bananeraies subissent de gros dégâts. Les agriculteurs sont inquiets pour le réseau d’irrigation des bananeraies et des équipements de dessalement de l’eau de mer vont être installés dans les prochains jours.

Le 7 octobre, une coulée de lave s’est détachée de la coulée principele et cause à nouveau des dégâts dans les bananeraies en se dirigeant vers la mer.

++++++++++

Les scientifiques islandais se posent beaucoup de questions sur les causes de la sismicité actuelle dans la Péninsule de Reykjanes. Comme je l’ai écrit précédemment, ils ne savent pas si les séismes enregistrés ces derniers jours annoncent la fin de l’éruption de Fagradalsfjall ou s’ils sont liés au réajustement de plaques tectoniques. Une autre hypothèse serait que le magma exerce encore suffisamment de pression pour percer la surface dans la région de Keilir. Pour le moment, il n’y a plus d’activité sur le volcan de Fagradalsfjall qui se contente de dégazer.
On peut remarquer qu’il y a une distance de 7,4 km à vol d’oiseau entre Keilir et l’éruption de Fagradalsfjall. Si une éruption démarrait à Keilir, la lave s’écoulerait vers le nord et pourrait rapidement traverser la route de Keflavík avant de terminer sa course dans la mer. Ce serait un problème car cette route relie la capitale et une grande partie de l’Islande à l’aéroport international et aux villes de l’ouest de la Péninsule de Reykjanes. Mais nous n’en sommes pas là. La sismicité a eu tendance à se calmer au cours des dernières heures.

De nouvelles webcams sont orientées vers le secteur de Keilir:

https://www.youtube.com/watch?v=_BGUNkpAYfo

https://www.youtube.com/watch?v=3ht_Pmviamg

 

Vue du cratère du Fagradalsfjall le 6 octobre 2021 (capture écran webcam)

++++++++++

Le niveau d’alerte a été abaissé à Watch (Vigilance) et la couleur de l’alerte aérienne à Orange sur le Kilauea (Hawaii) où l’éruption se poursuit dans le cratère de l’Halema’uma’u. Aucune activité significative n’a été observée dans l’East Rift Zone du Kilauea. La lave continue de jaillir de deux bouches sur le plancher et dans la paroi ouest du cratère. La surface du lac de lave s’élève lentement, d’environ un ou deux mètres par jour. Elle a grimpé d’environ 31 mètres depuis le début de l’éruption. Elle se trouve à environ 774 mètres d’altitude. La source ouest reste la plus active avec des fontaines de lave atteignant 20 mètres de hauteur. En raison de l’emplacement des bouches actives, la surface du lac de lave n’est pas uniforme; les zones plus proches des bouches actives sont plus élevées qu’ailleurs sur le lac. Les émissions de SO2 restent élevées avec environ 7 000 à 9 000 tonnes par jour. La sismicité reste élevée mais stable. Les inclinomètres au sommet du Kilauea continuent d’enregistrer une déflation régulière du volcan.
Source : HVO.

Vue du cratère de l’Halema’uma’u le 4 octobre 2021 (Crédit photo: HVO)

+++++++++

Une hausse d’activité a été observée dans le cratère de La Fossa à Vulcano (Iles Eoliennes), avec modifications des paramètres géophysiques et géochimiques, ainsi qu’une hausse de la températures des fumerolles. En conséquence, le Maire de Lipari a publié une ordonnance réduisant l’accès au volcan, avec accompagnement obligatoire de guides autorisés.  

Photo: C. Grandpey

++++++++++

Confirmation du retour de la lave au fond du Nyiragongo (RDC).

°°°°°°°°°°

Ces informations ne sont pas exhaustives. Vous en trouverez d’autres (en anglais) en lisant le bulletin hebdomadaire de la Smithsonian Institution :
https://volcano.si.edu/reports_weekly.cfm

————————————–

Here is some news of volcanic activity around the world :

A major explosion took place at Stromboli (Italy) at 14:17 (UTC) on October 6th, 2021. The volcano ejected a significant amount of pyroclastic material that went beyond the crater terrace, and fell over the area of the Pizzo and the Sciara del Fuoco, rolling down to the coastline. A small lava overflow was also observed in the North crater area. No significant changes in soil deformation have been detected.

Source: INGV.

++++++++++

The eruption of Cumbre Vieja (La Palma) continues intensely in La Palma (Canary Islands). It began on September 19th, 2021 and it has been almost 3 weeks since the volcano has been producing clouds of ash and pouring destructive lava flows. No one knows, of course, how long the eruptionis likely to last. New structures are being destroyed every day and the banana plantations are taking a heavy toll. Farmers are worried about the banana plantation irrigation network and seawater desalination equipment will be provided in the coming days.

On October 7th, a new lava flow moved away from the main flow and caused new damage to the banana plantations while travelling to the sea (see video above).

++++++++++

Icelandic scientists have many questions about the causes of the current seismicity in the Reykjanes Peninsula. As I put it previously, they do not know if the earthquakes recorded in recent days herald the end of the Fagradalsfjall eruption or if they are related to the readjustment of tectonic plates. Another hypothesis would be that magma still exerts enough pressure to pierce the surface in the Keilir region. For the moment, there is no more activity on the Fagradalsfjall volcano which is only degassing.
There is a distance of 7.4 km as the crow flies between Keilir and the eruption of Fagradalsfjall. If an eruption were to start at Keilir, the lava would flow northward and could quickly cross the Keflavík road before ending its course in the sea. This would be a problem as this road connects the capital and much of Iceland. to the international airport and to towns in the western part of the Reykjanes Peninsula. Seismicity has tended to subside over the past few hours.

News webcams are monitoring the Keilir area:

https://www.youtube.com/watch?v=_BGUNkpAYfo

https://www.youtube.com/watch?v=3ht_Pmviamg

++++++++++

The alert level has been lowered to Watch and the aviation color code to Orange on Kilauea (Hawaii) where the eruption continues in Halema’uma’u Crater. No unusual activity has been noted in the Kilauea East Rift Zone. Lava continues to erupt from two vents along the floor and western wall of the crater. The surface of the lava lake rises slowly, by about one or two metres per day. It has risen about 31 metres since the start of the eruption. It lies about 774 metres above sea level. The west vent continues to be the most vigorous source with lava fountains up to 20 metres high. Due to the location of vents, the lava lake is not level across its surface; areas closer to vents are higher in elevation. SO2 emission rates remain high at about 7,000 – 9,000 tonnes per day. Seismicity remains elevated but stable. Summit tiltmeters continue to record deflationary tilt.
Source: HVO.

 ++++++++++

An increase in activity has been observed at La Fossa di Vulcano (Aeolian Islands) with changes in the geophysical and geochemical parameters, as well as an increase in temperature of the fumaroles. As a consequences, the mayor of Lipary has published an ordnance restricting the access to the volcano. Visitors should be accompanied by qualified guides.

++++++++++

Confirmation that lava is back at the bottom of Nyiragongo volcano (DRC).

°°°°°°°°°°°

This information is not exhaustive. You can find more by reading the Smithsonian Institution’s weekly report:

https://volcano.si.edu/reports_weekly.cfm

Nyiragongo (RDC) : La vie à Goma après l’éruption du mois de mai // Life in Goma after the May eruption

Au cours de l’éruption du 22 au 23 mai 2021, le Nyiragongo a émis de grosses quantités de lave qui ont enseveli des maisons avant de s’arrêter juste avant le nord de Goma. Environ 400 000 des 600 000 habitants de la ville sont partis après l’éruption. Plus de 30 personnes sont mortes de brûlures ou d’asphyxie, et dans des accidents pendant leur fuite.
Aujourd’hui, les habitants tentent de reconstruire leurs maisons et leurs communautés cinq mois après l’événement meurtrier, et malgré la menace toujours présente d’une nouvelle éruption du Nyiragongo.
De nombreuses familles sont rentrées chez elles après l’éruption. Elles ont découvert que leurs maisons avaient été pillées ou avaient été recouvertes par la lave. La plupart des habitants qui avaient été évacués sont rentrés chez eux et ont pu reprendre leur vie antérieure, mais d’autres n’y sont pas parvenus.
De nombreuses personnes affirment que la population de Goma n’a pas été suffisamment avertie, ce qui aurait pu éviter des décès et permettre aux habitants de sauver certains biens. Le directeur de l’Observatoire volcanologique de Goma (OVG) reconnaît que le Nyiragongo « a pris tout le monde par surprise ». Cependant, il nie que l’équipement utilisé pour étudier le volcan était défectueux.

Le principal problème pour les scientifiques qui surveillent le Nyiragongo a été que, contrairement aux éruptions de 1977 et 2002, celle de 2021 n’a été précédée d’aucun séisme. La sismicité a été enregistrée par la suite. Les données recueillies avant la catastrophe du mois de mai n’indiquaient pas de risque imminent d’éruption.
Certains scientifiques de l’OVG font remarquer qu’Internet n’a pas fonctionné d’octobre 2020 à avril 2021, en raison de la fin du financement de la Banque mondiale. Cela a empêché la collecte en temps réel pendant cette période de données à partir de capteurs sur le volcan,
Depuis les événements de mai, la surveillance a été renforcée. L’observatoire a reçu des équipements supplémentaires, et un laboratoire moderne va être construit. L’actuel directeur précise que « l’objectif est que l’observatoire réponde aux normes internationales, à savoir: surveiller, alerter la population, mais aussi conseiller les autorités sur l’occupation des sols, sur où et comment construire des bâtiments ». Cependant, même si le nouvel observatoire est entièrement équipé, « il n’y a pas de risque zéro à Goma. Aucune partie de la ville n’est sûre à 100% d’échapper à une future éruption ».
A Buhene, cinq mois après l’éruption, la lave est encore chaude par endroits. Hommes, femmes et enfants ramassent de petits blocs de lave pour les vendre comme matériau de construction. Cette activité est devenue une source de revenus pour les victimes du volcan. Construire sur le champ de lave est officiellement interdit, mais des murets sont déjà en train d’être érigés,et les habitants attendent que les autorités donnent le feu vert pour poursuivre la construction des maisons.
Source : AFP.
Des sources officielles indiquent que la lave est revenue au fond du cratère du Nyiragongo. Il y a fort à parier que dans quelques mois le mythique lac de lave sera de retour, avec des risques de débordement ou d’éventrement de ses flancs….avec une nouvelle menace pour la population de Goma.

—————————————-

Nyiragongo’s eruption on May 22nd -23rd, 2021 vomited lava that buried homes in its wake, stopping just short of the north of Goma. In all, an estimated 400,000 of the 600,000 residents of Goma left the city after the eruption. Over 30 people died from lava burns or asphyxiation, and in accidents during the exodus.

Today, residents are trying to rebuild their homes and communities five months after the deadly event, and despite the ever-present threat of a repeat performance by Mount Nyiragongo. Many families who returned home after the eruption discovered that their houses had been looted or had disappeared under a huge blanket of lava. Most of those who evacuated have returned to their homes and been able to resume their former lives, although others have not.

Many residents in Goma claim that the population did not receive sufficient warning which could have prevented deaths and allowed residents to save some belongings. The director of the Goma Volcanological Observatory (OVG) admits that the volcano « took everyone by surprise ». However, he denies that the equipment used to measure tectonic movement was faulty.

The staff in the Observatory explains that one problem for those monitoring Nyiragongo was that, unlike eruptions in 1977 and 2002, the 2021 eruption was not preceded by any earthquakes. The seismicity was recorded afterwards. The data collected before the disaster in May did not point to an imminent risk of eruption.

Some OVG scientists note that an Internet blackout from October 2020 to April 2021, due to the end of World Bank funding, prevented real-time collection of data from sensors on the volcano during that period,

Since the events of May monitoring has been stepped up, with additional equipment sent to the observatory, and a modern laboratory is going to be built. The current director says that « the aim is for the observatory to work to international standards,. To monitor, warn the population, but also to advise the authorities on land use, on where and how to build structures. » However, even if the new observatory is fully equipped, « there is no such thing as zero risk in Goma. No part of the city is 100 percent certain to escape a future eruption ».

In Buhene, five months after the eruption, the lava layer is still hot in places. Men, women and children collect small blocks of lava to sell as building material, an activity that has become a source of income for the volcano’s victims. Building on the lava field is officially prohibited, but low walls are already going up, as residents wait for the authorities to give the green light for full construction.

Source: AFP.

Official sources say that lava has come back at the bottom of the Nyiragongo crater. The odds are that in a few months the mythical lava lake will be back, with the risk of overflows or breaking its flanks open….and a new threar to the population in Goma.

La lave du Nyiragongo dans la ville de Goma (Source: presse internationale)

Retour du lac de lave dans le Nyiragongo (RDC) // Lava lake back in Nyiragongo (DRC)

Selon l’Observatoire Volcanologique de Goma (OVG), le lac de lave a fait sa réapparition au fond du cratère du Nyiragongo 4 mois après l’éruption qui a causé les dégâts décrits précédemment. Selon les termes de l’OVG, “ le 18 septembre dernier, dans la soirée, il y a une lumière que la population de Goma a vu au sommet du volcan et qui donnait un signe qu’il y a réapparition du lac de lave. Le lendemain nous avons envoyé notre équipe au sommet pour vérifier réellement s’il y a ce lac de lave. Au même moment qu’ils arrivaient, il y a eu effondrement et la cheminée a été bouchée, la réalité est qu’il y a réapparition du lac de lave et pour nous, c’est un bon signe puisque l’éruption de 2021 a créé beaucoup de fractures dans la ville et en dehors, maintenant que le système a trouvé un endroit pour respirer, c’est un bon signe. La crainte était que si ça se bouche, ça peut sortir par différentes sorties qui ont été créées.

Pour mémoire, rappelons que le lac de lave du Nyiragongo a été découvert en 1948 par Haroun Tazieff. Une vidange du lac a été observée le 10 janvier1977, avec une coulée de lave très rapide qui, déjà à cette époque a détruit une partie de la ville de Goma. La lave s’est arrêtée à proximité de l’aéroport et causé la mort de 600 personnes.

Le lac de lave est réapparu en juin 1982, avec des fluctuations jusqu’en 2001.

Le 17 janvier 2002, le volcan s’éventre à nouveau sous la pression de la lave. La lave dévale ses flancs. Il est fait état de 45 morts.

Le 22 mai 2021, nouvelle ouverture de fractures sur les flancs du volcan. La prévision éruptive reste au point mort sur le Nyiragongo. De nouveaux drames se produiront, sans oublier les risques que présente le lac Kivu à proximité. Voir mes notes à ce sujet.

Source: OVG, Killer Volcanoes (C. Grandpey).

—————————————-

According to the Goma Volcanological Observatory (OVG), the lava lake reappeared at the bottom of the Nyiragongo crater 4 months after the eruption which caused the damage described previously. In the words of the OVG, “on September 18th, in the evening, the population of Goma saw some light at the top of the volcano and which gave a sign that the lava lake has reappeared. The next day we sent our team to the summit to actually check if there was this lava lake. At the same time that they were arriving there was a collapse and the chimney was blocked, the reality is that the lava lake reappeared and for us this is a good sign since the eruption of 2021 has created a lot of fractures in and outside the city, now that the system has found a place to breathe, that’s a good sign. The fear was that if it gets clogged, it can come out through different exits that have been created.
As a reminder, the Nyiragongo lava lake was discovered in 1948 by Haroun Tazieff. A drainage of the lake was observed on January 10th, 1977, with a very rapid lava flow which, already at that time, destroyed part of the city of Goma. The lava stopped near the airport and killed 600 people.
The lava lake reappeared in June 1982, with fluctuations until 2001.
On January 17th, 2002, the volcano burst open again under the pressure of the lava. Lava rushed down its flanks. 45 deaths were reported.
On May 22nd, 2021, new fractures opened on the flanks of the volcano. The eruptive prediction remains at a standstill on Nyiragongo. New tragedies will occur, not to mention the risks presented by nearby Lake Kivu. See my posts on this topic.
Source: OVG, Killer Volcanoes (C. Grandpey).

Crédit photo: Wikipedia