Quelques nouvelles d’Islande // Some news from Iceland

Un séisme de M 4,6 a été enregistré sous le glacier Langjökull dans la soirée du 23 juin 2022. Il a été ressenti dans toute la partie ouest de l’Islande. Une série de répliques a suivi l’événement principal. Le Met Office islandais a localisé la source à 3,7 km de profondeur. Aucun séisme de cette magnitude n’avait été enregistré dans la région depuis 2015, mais un événement supérieur à M 4,0 a été enregistré sur le Geitlandsjökull le 10 décembre de cette même année.
Les séismes atteignent rarement cette magnitude dans la région du Langjökull, bien qu’il existe une certaine activité.
Il semble le séisme soit purement tectonique. La dernière éruption dans la région du Langjökull remonte à 1600 avant J.C.
Source : Iceland Monitor.

°°°°°°°°°°

L’administration islandaise des routes et du littoral a ouvert la route du Landmannalaugar via Sigalda le 23 juin 2022, rendant à nouveau accessible pour l’été le célèbre itinéraire de randonnée de Laugavegur. L’autre point d’accès au Landmannalaugar sera probablement ouvert aux véhicules 4×4 ce week-end.
Même si les pistes ont été ouvertes pour l’été, les conducteurs doivent toujours prendre des précautions lorsqu’ils empruntent les pistes F islandaises et consulter les cartes de l’état des routes de l’IRCA avant de partir.
La Kjölur a été la première des routes des hautes terres à ouvrir cet été, le 10 juin, suivie peu de temps après par la Kaldadalsvegur.

La Sprengisandur a encore beaucoup de neige et ne sera probablement pas ouverte avant juillet.
Source : Iceland Review.

—————————————–

An M 4.6 earthquake was recorded under Langjökull glacier in the evening of June 23rd, 2022. It was felt in all of the western part of Iceland. A series of aftershocks followed the main event. The Icelandic Met Office reported that the source of the earthquake was 3.7 km deep. No earthquakes of this magnitude have been in the area since 2015, but an earthquake above M 4.0 was irecorded at Geitlandsjökull on December 10th that year.

Earthquakes rarely reach this magnitude in the Langjökull area, although there is some activity felt.

It loonks as if the earthquake was purely tectonic. The last eruption in the Langjökull area dates back to 1600 BC.

Source: Iceland Monitor.

°°°°°°°°°°

The Icelandic Road and Coastal Administration opened the road to Landmannalaugar via Sigalda on June 23rd, 2022, making the popular Laugavegur hiking route accessible for the summer. The other point of access to Landmannalaugar will likely be open to 4×4 vehicles by the weekend.

Even if the roads have been opened for the summer, prospective drivers should still take precautions when driving Iceland’s F-roads and consult IRCA’s road condition maps before driving.

The Kjölur route was the first of the highland roads to open this summer, on June 10th, with Kaldadalsvegur soon after. The Sprengisandur route still has copious amounts of snow and likely won’t open until July.

Source: Iceland Review.

Carte de l’état des pistes islandaises: https://www.vegagerdin.is/media/umferd-og-faerd/Halendi.gif

Fort risque sismique en Méditerranée?

C’est bien connu, la presse a ses marottes, avec des sujets qui ressortent de temps à autre, histoire de titiller les angoisses des lecteurs. Ces derniers jours, Le Figaro titrait :  » Le volcanisme sous-marin, menace oubliée en Méditerranée »; La Croix annonçait qu’ en Méditerranée, il y avait « un risque certain de tsunami dans les trente ans », information confirmée par le journal Libération. A l’heure où nous ne sommes pas fichus de prévoir, même à très court terme séismes et éruptions volcaniques, de telles affirmations prêtent à sourire, voire carrément à rire. Comme disait ma grand-mère, c’est gratuit et ça ne coûte pas cher.

On notera au passage que personne n’a vu venir les deux séismes de M 5,9 et M 4,5 qui ont tué plus d’un millier de personnes en Afghanistan le 22 juin 2022 !

C’est une déclaration en provenance de l’Unesco qui a déclenché cette avalanche d’articles. L’institution nous rappelle que le risque sismique est très peu considéré autour de la Méditerranée et qu’il est ignoré par beaucoup de personnes. Pourtant, le 16 octobre 1979, un raz-de-marée a été déclenché par un glissement de terrain à Nice. Il faut toutefois remarquer que cet événement était lié à l’effondrement d’une partie de l’extension de l’aéroport en cours de travaux. Le tsunami avait donc une cause largement humaine. Il a frappé la côte niçoise, faisant une dizaine de morts. D’autres événements similaires, mais d’origine naturelle, ont eu lieu en Algérie en 2003, et sur l’île grecque de Samos en 2020.

Selon un scientifique mandaté par l’UNESCO, «il y a 100 % de chances qu’un tel phénomène ait lieu en Méditerranée au cours des trente prochaines années.» Face à cette menace, l’institution onusienne a appelé, le 21 juin 2022, les pouvoirs publics à mettre en œuvre des mesures de sensibilisation, d’alerte et de prévention afin de s’assurer que les communautés côtières soient prêtes à réagir face à de tels phénomènes.

Il est indéniable que le risque tsunami existe en Méditerranée, tout comme le risque volcanique auquel il peut être lié, comme on l’a vu à Stromboli en décembre 2002. D’autres volcans se cachent sous la mer à proximité de la Sicile et de la côte italienne. Ils ont pour noms Panarea, Marsili – le plus grand volcan sous-marin d’Europe et de Méditerranée, dans la mer Tyrrhénienne entre Palerme et Naples – ou Empedocle dans le Canal de Sicile – entre la Sicile et la Tunisie -, un volcan sous-marin d’une trentaine de kilomètres de diamètre à sa base et dont le Ferdinandea n’est que l’un des cônes éruptifs. Dans une note publiée le 23 janvier 2022, je rapportais les paroles de Boris Behncke (INGV Catane) à propos de ce volcan dont le système éruptif a été décrit par les scientifiques comme « un grand relief sous-marin qui s’élève sur les fonds marins à une profondeur de 250 à 500 m, et sur lequel sont implantés des dizaines d’édifices volcaniques bien structurés de dimensions très variables, souvent alignés selon l’orientation NNO du Canal de Sicile. » Selon Boris, s’il n’y a pas de danger imminent, il est également vrai qu’il y a toujours la possibilité d’une forte éruption sous-marine avec un risque significatif de tsunami.

Dégâts causés par le tsunami de 2002 à Stromboli (Photo: C. Grandpey)

Inquiétude sur la péninsule de Reykjanes (Islande) // Anxiety on the Reykjanes Peninsula (Iceland)

Les scientifiques islandais informent le public qu’à la suite du récent essaim sismique sur la péninsule de Reykjanes, le sol autour de Svartsengi s’est soulevé de 4 centimètres depuis le 21 avril 2022. Le soulèvement est très probablement dû à une intrusion magmatique à 4-5 km sous la surface. Les images satellite publiées par le Met Office islandais montrent que l’intrusion mesure 7 à 8 km de long et s’étend à l’ouest de la montagne de Þorbjörn et sous la centrale de Svartsengi. Le Met Office ajoute qu’un essaim sismique est en cours sur le site, mais il n’y a aucun signe d’activité volcanique.
Les géologues islandais disent que ces événements rappellent le soulèvement du sol dans la région en 2020. À l’époque, le magma qui s’était accumulé sous terre n’a jamais atteint la surface, mais une éruption s’est produite à proximité, à Fagradalsfjall, en 2021. L »éruption de 2021 a eu lieu loin des infrastructures, mais cette fois l’intrusion magmatique se produit sous une centrale géothermique, avec des conséquences faciles à imaginer si le magma atteint la surface.

Un séisme de magnitude M 3,8 a été enregistré le 21 mai à 18h33 à proximité de la pointe de la péninsule de Reykjanes, à 6,6 km de profondeur. La secousse a été ressentie à Grindavik et dans les environs.
Les habitants de Grindavík ont ​​​​été invités à une réunion publique le 19 mai dans la soirée pour discuter de l’activité géologique et leur rappeler les mesures à prendre en cas d’éruption. Le géophysicien qui intervenait a indiqué qu’il était impossible de dire quel type d’éruption se produirait, si éruption il y a. Très honnêtement, il a dit qi’il était impossible de prévoir le début d’une éruption. D’autres scientifiques disent qu’il est trop tôt pour dire si l’activité actuelle débouchera sur une éruption. On se rend compte que la prévision se complique lorsque des infrastructures sont menacées.

Comme je l’ai déjà écrit, une phase de Vigilance (Uncertainty Phase) a été mise en place dans le secteur et la couleur de l’alerte aérienne a été élevée au Jaune..
Source : OMI, Iceland Review.

Si une éruption devait se produire dans le secteur de la centrale électrique de Svartsengi, ce serait un vrai problème. L’usine est située à environ quatre kilomètres au nord de Grindavík, à environ 20 km au SE de l’aéroport international de Keflavík et à 45 km de Reykjavík. Elle a été construite en 1976 et à l’époque c’était la première centrale géothermique au monde pour la production d’électricité et d’eau chaude pour le chauffage urbain.
La centrale a été construite en six phases successives et achevée en 2008. La capacité de production est passée à 150 Méga watts thermiques (MWth) pour le chauffage urbain et à 75 MW pour l’électricité.
La centrale de Svartsengi produit non seulement de l’eau chaude et de l’énergie, mais c’est aussi un centre de soins grâce à l’exploitation de l’eau rejetée. Beaucoup de personnes souffrant de psoriasis et autres maladies de peau viennent se plonger dans l’eau riche en silice et en algues du Blue Lagoon,

++++++++++

Icelandic scientists inform the public that following the recent seismic swarm on the Reykjanes Peninsula, the land around Svartsengi has risen 4 centimetres since April 21st, 2022. The uplift is most likely due to a magma intrusion 4-5 km below the surface. Satellite images published by the Icelandic Met Office indicate the intrusion is 7-8 km long and stretches west of Þorbjörn mountain and underneath Svartsengi Power Station. The Met Office adds that an earthquake swarm is ongoing at the site, but there is no sign of volcanic unrest.

Icelandic geologists say that these events are reminiscent of landrise that occurred in the area in 2020. By that time, the magma that was collecting underground never reached the surface, but a volcanic eruption did occur nearby on the peninsula in 2021, at Fagradalsfjall. While the 2021 eruption was far from infrastructure, this time the magma intrusion is located underneath a geothermal power plant, which is at risk of damage if magma reaches the surface.

An M 3.8 earthquake was recorded at 18:33 on May 20th close to the tip of the Reyanes peninsula, at a depth of 6.6 km. It was clearly felt in Grindavik and surrounding areas.

Residents of the nearby town of Grindavík were invited to a town hall meeting on May 19th in the evening to discuss the geological activity and go over preparedness in the case of an eruption. The geophysicist at the meeting pointed out that it is impossible to predict what kind of an eruption would come about. He also said it was impossible to predict when an eruption starts. Other experts say that it is too early to say whether the activity will result in an eruption. It is clear that volcanic prediction becomes more difficult when infrastructure is under threat.

As I put it before, an uncertainty phase has been declared in the area and the aviation code has been changed to Yellow.

Source: IMO, Iceland Review.

Should an eruption start at the Svartsengi Power Station, it would be a real problem. The plant is located about four km north of Grindavík, approximately 20 km SE of Keflavík International Airport and 45 km from Reykjavík. The electric power station was built in 1976 and it was the world´s first geothermal power plant for electric power generation and hot water production for district heating.

The power station was constructed in six sequent phases and completed in 2008. the generation capacity increased to 150 MWth for the district heating and 75 MW for electricity power.

The Svartsengi Power Station not only produces hot water and energy. One of the side products is one of Iceland’s most popular bathing resorts, the Blue Lagoon whose water, silica- and algae-rich is appreciated by people suffering from psoriasis and other skin diseases.

Source: IMO

Photos : C. Grandpey

 

Quelques nouvelles de plus… // Some more news…

Bien qu’elle ait diminué en fréquence horaire et en amplitude, la crise sismo-volcanique se poursuit sur l’île de São Jorge (Açores). Elle est entrée dans son troisième mois le 19 mai 2022. On se souvient qu’une évolution significative de la sismicité avait été observée le 6 avril, lorsque des séismes volcano-tectoniques ont été détectés, laissant supposer des mouvements de magma en profondeur. Deux mois plus tard, plus de 33 000 événements sismiques ont été enregistrés, dont 280 ressentis par les habitants.
Ce 20 mai, le niveau d’alerte volcanique est maintenu à 4 sur une échelle de 6. La dernière éruption confirmée de ce volcan a eu lieu en 1808, avec un VEI 1.
Source : CIVISA.

++++++++++

Après la puissante explosion qui a secoué le volcan le 13 mai 2022, tout est rentré dans l’ordre à Stromboli (Sicile) et l’activité est actuellement très faible comme on peut le voir aussi bien sur les webcams que sur les sismogrammes. Les touristes qui visitent l’île ces jours-ci ne devraient pas assister à de nombreux épisodes d’activité strombolienne. Même si l’ascension du Pizzo est interdite, une virée sur l’île de Stromboli est toujours un moment agréable….

————————————

Although it has decreased in hourly frequency and magnitude, the seismovolcanic crisis continues at São Jorge Island (Azores). It entered its third month on May 19th, 2022. Oner can remember that a notable change in seismicity was observed on April 6th, when volcano-tectonic earthquakes were detected, suggesting the movement of magma at depth. Two months later, more than 33 000 earthquakes were recorded of which 280 were felt.

As of May 20, the volcanic alert remains at Level 4 on a scale of 6. The last confirmed eruption of this volcano took place in 1808, with a VEI 1.

Source: CIVISA.

+++++++++

After the powerful explosion that shook the volcano on May 13th, 2022, everything has gone back to normal at Stromboli (Sicily) and activity is currently very low as can be seen both on the webcams ans the seismograms. The tourists who are visiting the island these days should not expext many episodes of Strombolian activity. Even though climbing to the Pizzo is forbidden, a trip to Stromboli is always a plesant moment….

Capture d’écran de l’excellente webcam SKYLINE

Source: INGV