Dernières nouvelles du Mayon (Philippines) // Mayon’s latest news

9 heures: Selon les journaux philippins, le nombre de personnes évacuées est passé à plus de 20 000 alors que l’éruption du Mayon continue avec des émissions de lave. Le mardi 16 janvier 2018, 5 318 familles, soit 21 823 personnes, avaient été évacuées dans 25 barangays de la province d’Albay et séjournaient dans 18 centres d’hébergement provisoire. Les écoles sont fermées dans les zones où les salles de classe ont été réquisitionnées comme centres d’évacuation.
Le PHILVOCS indique que le niveau d’alerte 3 est toujours en vigueur sur le Mayon. Neuf épisodes de tremor, dont quatre accompagnés de fontaines de lave de courte durée ont été observés. On a enregistré également 75 effondrements le long du front de coulée et de petites coulées pyroclastiques dans la ravine Miisi.
Il est demandé aux habitants d’être vigilants et de s’abstenir d’entrer dans la zone de danger permanent (PDZ) de six et sept kilomètres de rayon sur le versant sud de la montagne en raison du risque de chutes de pierres, de glissements de terrain, d’explosions soudaines et d’effondrement du dôme pouvant générer des coulées pyroclastiques.
Source: Philippine Daily Inquirer.

°°°°°°°°°°°

17 heures : L’éruption de Mayon continue. Le « feu d’artifice » proposé par le volcan est admiré par la population locale et les touristes philippins. Il y a très peu de touristes étrangers car de nombreux vols ont été annulés à cause de la cendre. Encore et encore, les touristes sont invités à rester en dehors de la zone de danger de 8 kilomètres de rayon
le 16 janvier 2018, le conseil provincial a déclaré l’état de calamité pour la province d’Albay en raison de la menace que fait peser l’éruption du Mayon. Cette déclaration permettra aux autorités locales d’utiliser les fonds prévus en cas de catastrophe pour fournir une assistance aux zones touchées.
Quelque 30 000 personnes à Legazpi et dans les environs ont fui leur domicile ; c’est deux fois plus que le 15 janvier.
Le PHILVOCS indique que pour le moment l’éruption n’est pas explosive. L’Institut a enregistré neuf épisodes de tremor associés à quatre brèves coulées de lave et à des éboulements. En s’effondrant, le front de lave a généré une coulée de 2 km qui a emprunté les ravines Miisi et Buyuan. Le niveau d’alerte 3 reste en vigueur sur le volcan, ce qui signifie que l’activité est actuellement relativement élevée car le magma a atteint le cratère et une éruption majeure est possible dans les prochaines semaines ou même les prochains jours. Le niveau d’alerte 4 signifie qu’une éruption est possible « dans quelques jours » alors que le niveau 5 est décrété lorsqu’une éruption est en cours. Le niveau d’alerte pourrait de nouveau être augmenté dans les prochains jours ; cela dépendra des données fournies par les instruments de mesure. En 2014, Mayon manquait de gaz pour entrer en éruption. En 2018, les volcanologues doivent contrôler les gaz en permanence afin d’évaluer le risque éruptif.
Selon les chiffres fournis par les services sociaux, 4 659 familles (18 793 personnes) sont hébergées dans 23 centres provisoires dans les villes de Camalig, Daraga, Guinobatan, Ligao, Malilipot et Santo Doming et dans la ville de Tabaco. Quelque 1 184 familles (4 936 personnes) logent chez des parents à Daraga.
Les classes rassemblant plus de 10 000 élèves ont été fermées pendant les évacuations et beaucoup d’écoles ont été réquisitionnées comme centres d’hébergement provisoire. Des équipements lourds et les véhicules de service sont prêts à intervenir pour des opérations de nettoyage des routes, l’évacuation des habitants et l’acheminent  du matériel de secours. Les routes et les rivières qui peuvent être affectées par la lave du volcan sont sous surveillance étroite. Dans le pire des cas, des itinéraires alternatifs ont été identifiés pour éviter l’isolement des villes exposées aux coulées pyroclastiques et aux lahars.
Source: Inquirer.net.

————————————–

9:00: According to the Philippine newspapers, the number of people evacuated has increased to more than 20,000 as lava from Mayon Volcano continued to flow. As of Tuesday, January 16th, 2018, a total of 5,318 families or 21,823 individuals have been affected in 25 barangays in Albay and were staying in 18 evacuation centres. Classes remain suspended in areas where classrooms have been used as evacuation centers.

PHILVOCS indicates that Alert Level 3 is still in effect over Mayon Volcano. Nine episodes of tremor, four of which accompanied short-duration lava fountaining, and 75 lava collapse events, corresponding to rockfall along the front and margins of advancing lava and short pyroclastic flows downriver of Miisi were recorded.

Residents are advised to be vigilant, and to refrain from entering the six and seven-kilometre-radius permanent danger zone (PDZ) on the southern flanks of the mountain due to the danger of rock falls, landslides, and sudden explosions or dome collapse that may generate hazardous pyroclastic flows.

Source: Philippine Daily Inquirer.

°°°°°°°°°°°

17:00 : The eruption of Mayon continues. The “fireworks” are observed by the local population and domestic tourists. There are few foreign tourists because many flights have been cancelled because of the ash. Again and again, tourists are asked to stay beyond the 8-kilometer-radius danger zone

On Tuesday, the provincial board declared Albay under a state of calamity due to the threat of the eruption of Mayon. The declaration will allow local governments to use their calamity funds to provide assistance to affected areas.

About 30,000 people in and around Legazpi have fled their homes, more than double the official count on Monday.

PHILVOCS indicates that for the moment the eruption is not explosive. The Institute has recorded nine episodes of tremor, associated with four short-lived lava fountaining and rockfall events. The collapsed lava generated a 2-km lava flow on the Miisi and Buyuan gullies. Alert level 3 remains in effect over Mayon Volcano, which means that it is currently in a relatively high level of unrest as magma is at the crater and hazardous eruption is possible within weeks or even days. Alert level 4 means an eruption is possible “within days” while level 5 is when a hazardous eruption is under way. The alert level might again be raised in the coming days, according to the data provided by the instruments. In 2014, Mayon ran out of gas which prevented an eruption from happening. Volcanologists need to measure gas now as they need to be sure how strong the eruption would be.

The Department of Social Welfare and Development has monitored 4,659 families (18,793 people) staying in 23 evacuation centres in the towns of Camalig, Daraga, Guinobatan, Ligao, Malilipot and Santo Doming towns and Tabaco City. Some 1,184 families (4,936 people) are staying with relatives in Daraga.

Classes for more than 10,000 students were disrupted as they moved out of danger zones and as their schools were used as evacuation centers. Heavy equipment and service vehicles are ready to aid in road-clearing operations, the evacuation of residents, and the delivery of relief goods. Roads and rivers that may be affected by lava from the volcano are underclose monitoring. In a worst-case scenario, alternate routes have been identified to prevent the isolation of towns highly vulnerable to pyroclastic flows and lahars.

Source: Inquirer.net

Crédit photo: Wikipedia

Publicités

Nouvelle éruption en Papouasie-Nouvelle-Guinée ? // New eruption in Papua-New-Guinea ?

Quelques jours après l’éruption du Kadovar (voir ma note du 06 janvier 2018), la population d’une deuxième île volcanique du groupe Schouten en Papouasie-Nouvelle-Guinée est en train d’être évacuée car une éruption a débuté sur le volcan de l’île de Biem. Biem [aussi connu sous le nom de Bam] est désormais la priorité des autorités locales car il y a plus de 3 000 personnes sur cette île.
Quelque 500 personnes sur l’île de Kadovar ont déjà été déplacées vers l’île voisine de Ruprup, mais ces personnes doivent être déplacées à nouveau car Ruprup est également menacée par l’activité volcanique voisine.
Les autorités sont inquiètes car il y a maintenant deux éruptions simultanées. Elles sont à court de carburant et n’ont pas assez de bateaux pour évacuer les gens.

Les îles Schouten forment l’extrémité ouest de l’arc volcanique de Bismarck et comprennent six volcans potentiellement actifs. Les îles portent le nom de l’explorateur néerlandais Willem Schouten qui a observé une éruption lors de son passage dans la région en 1616.
Biem (685 mètres) est la plus haute des îles Schouten. Elle a une forme ovale et mesure 2,4 km sur 1,6 km. Elle se compose des restes d’un ancien volcan et d’un volcan plus jeune au sommet duquel se trouve le cratère actif. Le volcan a une longue histoire d’éruptions historiques depuis 1872. Selon une tradition orale, une éruption majeure aurait causé de nombreux décès et l’évacuation temporaire de l’île au milieu des années 1800. Une activité éruptive mineure à la fin des années 1950 a entraîné de nouvelles évacuations
Sources: BBC, Radio New-Zealand.

°°°°°°°°°°

Il semblerait que les informations indiquant qu’une deuxième éruption avait eu lieu en Papouasie-Nouvelle-Guinée n’étaient pas vraies, bien qu’elles aient été fournies par des sources fiables. L’Observatoire Volcanologique de Rabaul (RVO) a mis un terme aux rumeurs d’une deuxième éruption volcanique dans la province de Sepik Est. Les volumineux panaches observés au-dessus de Bam (Biem) et de Kadovar étaient probablement des nuages d’orage. Les météorologues ont signalé des orages dans le secteur, avec des têtes de cumulonimbus correspondant aux hauteurs des panaches signalés (12 km).
La BBC et Radio New Zealand ont indiqué que les autorités avaient besoin d’aide pour évacuer les habitants de l’île de Biem. Les prochains jours nous diront probablement ce qui se passe réellement dans cette partie du monde.

———————————-

A few days after the eruption of Kadovar (see my note of 06 January 2018), the population of a second volcanic island in Papua New Guinea’s Schouten Group is being evacuated as another volcano started erupting. Indeed, Biem island volcano is also becoming active. Biem [also known as Bam] is now local authorities’ priority because there are more than 3,000 people on that island.

Some 500 people on nearby Kadovar Island were already moved to nearby Ruprup Island but these people must be moved again as Ruprup is also at risk from the surrounding volcanic activity which is intensifying.

The authorities are worried because there are now two volcanoes erupting concurrently. They are running out of fuel and do not have enough boats to evacuate the people.

The Schouten Islands form the western end of the Bismarck volcanic arc and include six potentially active volcanoes. The islands are named after Dutch explorer Willem Schouten, who observed an eruption during his passage through the area in 1616.

Biem is the highest of the Schouten Islands at 685 metres. The island has an oval shape and dimensions of 2.4 by 1.6 km. It consists of the remnants of an older volcano and a younger volcano at whose summit is the active crater. The volcano has a long record of historical eruptions recorded since 1872. The inhabitants have an oral tradition of a major eruption leading to many deaths and the temporary evacuation of the island possibly in the mid-1800s. Minor eruptive activity in the late 1950s led to another evacuation

Sources: BBC, Radio New Zealand.

°°°°°°°°°°

It seems that the information indicating that a second eruption was taking place in Papua-New-Guinea was not true, although it was provided by reliable sources . The Rabaul Volcanological Observatory (RVO) has cancelled rumours of a second volcanic eruption in East Sepik Province. The voluminous plumes observed above Bam (Biem) and Kadovar were probably thunder clouds. Meteorologists have reported thunderstorms in the vicinity, with tops consistent with the 12 km reported heights.

The BBC and Radio New Zealand indicated that the authorities needed help to evacuated the people on Biem Island. The next days will probably tell us what is happening in that part of the world..

Iles Schouten, avec Kadovar et Bam (Source: Wikipedia)

Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion)

Dans son dernier bulletin du 2 janvier 2018, l’OVPF indique qu’au mois de décembre 2017, on a enregistré 20 séismes volcano-tectoniques superficiels (0 à 2 km de profondeur) sous les cratères sommitaux, 2 séismes profonds (plus de 2 km de profondeur), ainsi que 298 effondrements dans le Cratère Dolomieu, au niveau des remparts de l’Enclos Fouqué et au niveau du site éruptif de juillet/août 2017.
Au cours du mois de décembre 2017, les stations GPS au sommet n’ont pas enregistré de signaux particuliers. En revanche, les stations GPS en champ lointain ont continué à enregistrer une lente inflation continue, témoin de la mise en pression d’une source profonde.

Aucune évolution majeure n’a été observée en décembre concernant la géochimie des gaz. Au sommet du Piton de la Fournaise, on continue à observer la présence de faibles concentrations en H2S et parfois SO2 dans l’air.

S’agissant du projet d’ »accompagnement du public sur les sites éruptifs » que j’avais mentionné sur ce blog il y a quelques mois, il est tombé à l’eau. C’est ce que vient de m’indiquer l’un de mes contacts sur l’Ile de la Réunion. En d’autres termes, les touristes de passage sur l’Ile au moment d’une éruption devront se contenter de la voir de loin. Depuis 2014-2015, l’accès au volcan est systématiquement interdit en période d’éruption. Depuis 2017, même les journalistes et photographes sont, eux aussi, officiellement persona non grata. Pourtant, au vu des publications dans les médias, que ce soit la presse écrite ou télévisée au moment de la dernière éruption, il semblerait que les habitués n’aient rien changé à leurs habitudes et que la Préfecture ne trouve rien à redire… Bizarre…

————————————-

In its last bulletin of January 2nd, 2018, OVPF indicates that in December 2017, the observatory recorded 20 shallow volcano-tectonic earthquakes (0 to 2 km deep) under the summit craters, two deep earthquakes (more than 2 km deep), as well as 298 collapses in the Dolomieu Crater, along the Enclos Fouqué ramparts and at the eruptive site of July / August 2017.

During the month of December 2017, GPS stations at the summit did not record any particular signals. Far-field GPS stations, on the other hand, continued to record slow, steady inflation as a source of deep pressure.

No major developments were observed in December concerning gas geochemistry. At the summit of Piton de la Fournaise, one continues to observe low concentrations of H2S and sometimes SO2.

Regarding the project of « public accompaniment on eruptive sites » that I mentioned on this blog a few months ago, it has been abandoned. This is what one of my contacts on the Island has just told. In other words, tourists visiting the Island at the time of an eruption will have to see it from afar. Since 2014-2015, access to the volcano is systematically prohibited during eruptions. Since 2017, even journalists and photographers are also officially persona non grata. However, judging from the publications in the media, be it the newspapers or on television during the last eruption, it seems that the regulars have not changed their habits and that the Prefecture did not find anything wrong … Very strange…

Crédit photo: Wikipedia