Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion) et Kilauea (Hawaii)

Dans son dernier bulletin mensuel diffusé le 1er février 2018, l’OVPF indique que l’activité volcano-tectonique sous le Piton de la Fournaise est restée faible en janvier 2018.

S’agissant de la déformation de l’édifice volcanique, les stations GPS à la base du cône terminal et hors Enclos ont continué à enregistrer une lente inflation continue, témoin de la mise en pression d’une source profonde. Le principal changement provient des stations du pourtour des cratères sommitaux qui ont enregistré lors des 18 premiers jours de janvier une forte inflation. Elle pourrait être liée à une forte activité hydrothermale faisant suite aux fortes précipitations de janvier. L’apport important d’eau dans le système hydrothermal superficiel et les remontées de chaleur liées à une réalimentation profonde ont pu conduire à une expansion thermique des fluides hydrothermaux et donc à l’inflation observée au cours du mois.

On continue à observer la présence de faibles concentrations en H2S et parfois SO2 dans l’air au niveau du sommet du volcan.

Source : OVPF.

Aucun changement significatif n’a été observé sur le Kilauea où l’éruption se poursuit, au sommet et dans le cratère du Pu’uO’o. La surface du lac de lave dans l’Halema’uma’u oscille entre 35 et 40 mètres sous le plancher du cratère principal. Les images de la webcam montrent une lueur au niveau des zones actives habituelles dans le Pu’uo’o et à partir d’un petit lac de lave dans la partie ouest du cratère. La coulée de lave 61g est toujours active, mais n’entre pas dans l’océan. L’activité se limite à des coulées de surface sur le Pulama pali et au-dessus. En conséquence, l’accès à la lave demande une marche longue et pénible sur un terrain difficile. Les visiteurs doivent apporter beaucoup d’eau et porter des chaussures robustes. Aucune de ces coulées ne constitue une menace pour les zones habitées. .
Source: USGS / HVO.

————————————-

In its latest monthly bulletin released on February 1st 2018, OVPF reports that volcano-tectonic activity beneath the Piton de la Fournaise remained low in January 2018.
Regarding the deformation of the volcanic edifice, the GPS stations at the base of the summit cone and out of the Enclos continued to record slow continuous inflation revealing the pressurization of a deep source. The main change comes from the stations around the summit craters which recorded a significant inflation during the first 18 days of January. This could be related to a strong hydrothermal activity following the heavy rains of January. The large influx of water into the superficial hydrothermal system and the heat linked to a deep recharge of the feeding system may have led to a thermal expansion of the hydrothermal fluids and thus to the inflation observed during the month.
There is still the presence of low concentrations of H2S and sometimes SO2 in the air in the summit area of the volcano.
Source: OVPF.

No significant changes have been observed on Kilauea Volcano which continues to erupt at the summit and Pu’uO’o. The surface of the Halema’uma’u lava lake is approximately 35-40 metres below the floor of Halema’uma’u. Webcam images show persistent glow at long-term sources within Pu’uo’o and from a small lava pond on the west side of the crater. The episode 61g flow is still active, but no lava is flowing into the ocean. Surface lava flow activity persists on the upper portion of the flow field and on Pulama pali. None of these flows poses any threat to nearby communities at this time. It should be noted that getting to the active lava flows demands a long and strenuous walk. Visitors should bring along quite a lot of water and wear sturdy shoes.

Source: USGS / HVO.

Piton de la Fournaise Crédit photo: Wikipedia

Halema’uma’u (Photo: C. Grandpey)

Publicités

Troisième coulée de lave sur le Mayon (Philippines) // Third lava flow on Mayon Volcano (Philippines)

Dans sa dernière mise à jour, le PHILVOCS indique qu’une troisième coulée de lave est apparue sur le Mayon. Elle descend la ravine Basud sur 3 kilomètres. Les coulées de lave dans les ravines Miisi et Bonga-Buyuan ont atteint respectivement 3,2 km et 4,5 km.
Au cours de ses dernières 24 heures, le PHILVOCS a enregistré 16 séismes d’origine volcanique et au moins trois événements de fontaines de lave.
Bien que les instruments montrent des mesures inférieures aux jours précédents, il n’y a aucun signe que l’activité du Mayon a diminué.
Une fois encore, le PHILVOCS demande au public de ne pas pénétrer dans la zone de danger de 8 km. Le niveau d’alerte est maintenu à 4 sur le volcan.
Source: PHILVOCS.

————————————-

In its latest update, PHILVOCS indicates that a third lava flow is coming from Mount Mayon. It is travelling down from the Basud Channel over 3 kilometres. Lava flows in the Miisi and Bonga-Buyuan channels reached 3.2 km and 4.5 km, respectively.

During its last 24 hours, PHILVOCS recorded 16 volcanic quakes and at least three lava fountaining events.

Although instruments showed lower figures compared to previous days, there is no sign that Mayon’s high level of unrest had waned.

Again and again, PHILVOCS asks the public to stay away from the 8-km danger zone while Alert Level 4 is kept over the volcano.
Source: PHILVOCS.

Source: PHILVOCS

Quelques nouvelles du Mayon (Philippines) // Some news of Mayon Volcano (Philippines)

Le Mayon reste très actif, malgré une accalmie au cours des derniers jours. Le PHILVOCS indique que la lave avance toujours sur 4,3 km le long de la ravine Bonga-Buyuan et 3,2 km dans la ravine Miisi. Cette accalmie a incité les autorités à rapatrier, le 2 février, quelque 60 000 personnes hébergées dans des centres d’évacuation de la province d’Albay. Les personnes évacuées, soit environ 70% des 84 543 qui s’entassent dans différents camps d’évacuation dans la province, vivaient à l’intérieur de la zone de danger étendue à 9 km autour du volcan. Les autorités ont déclaré que le rapatriement des personnes évacuées avait pour but de décongestionner les 70 centres d’évacuation.
Malgré l’accalmie, le PHILVOCS a maintenu le niveau d’alerte à 4 et demande à nouveau au public de s’abstenir d’entrer dans la zone de danger de 8 km de rayon.
L’Institut a déclaré que l’éruption du volcan Mayon durera au moins deux à trois mois et envisage deux scénarios. 1) Le Mayon continue à émettre doucement de la lave avec quelques petites phases éruptives au sommet du volcan.  2) Le Mayon connaît une éruption majeure avec des coulées pyroclastiques qui peuvent dévaler ses pentes et dévaster des zones habitées dans les villages entourant le volcan.
Pour le moment, l’activité volcanique correspond au scénario 1, autrement dit une éruption de lave continue qui peut durer jusqu’à trois mois. La probabilité du scénario 2, avec évolution vers une éruption explosive, est plus faible.
Si l’on se réfère à l’histoire éruptive du Mayon, on se rend compte que les éruptions ont duré au moins deux à trois mois, voire quatre mois.
Source: PHILVOCS & Manila Bulletin.

———————————-

Mayon is still quite active, despite a lull over the past several days. PHILVOCS indicates that lava is still flowing 4.3 km along the Bonga-Buyuan Gully and 3.2 km in the Miisi Gully. The lull prompted the authorities to send home on February 2nd some 60,000 people who had taken shelter in evacuation centers in Albay province. The evacuees, about 70 percent of the 84,543 people crowding various evacuation camps in Albay, lived inside the 9-km extended danger zone around the volcano. The authorities said that sending home the evacuees was meant to decongest the 70 evacuation shelters in Albay.

Despite the lull, PHILVOCS has kept the alert level at 4 and reiterates its advisory to the public to refrain from entering the 8 km-radius danger zone

The Institute said the eruption of Mayon Volcano will last at least two to three months and describes two scenarios. 1) Mayon may continue to ooze lava with small eruption in between or 2) Mayon may go through a major eruption with pyroclastic flows that may glide down the slope and devastate residential areas in the villages surrounding the volcano.

For the time being, the volcano is exhibiting scenario one, which is the continued lava eruption that may last until three months, but the probability of scenario 2, or the progression into explosive eruption, has the lower probability.

If one refers to historical accounts, Mayon’s eruptions lasted for at least two to three months or even at least four months.

Source: PHILVOCS & Manila Bulletin.

Crédit photo: PHILVOCS

Mayon (Philippines): L’éruption de 2018 // The 2018 eruption

Le Mayon reste très actif, même si l’intensité de l’éruption semble avoir légèrement diminué. Dans ses derniers bulletins, le PHILVOCS indique que de petites fontaines de lave sporadiques sont toujours observées au sommet, ainsi que des coulées de lave sur les flancs du volcan. La cendre s’évacue en général sous forme de panaches blancs à gris clair de faible hauteur, à l’exception de certains événements qui génèrent des panaches gris foncé qui montent plus haut au-dessus du cratère. L’activité s’accompagne de forts grondements audibles dans un rayon de 10 kilomètres. On observe toujours des coulées pyroclastiques et des coulées de lave. Ces coulées descendent les ravines Miisi, Basud et Bonga. Les coulées de lave dans les ravines Miisi et Bonga-Buyuan ont avancé respectivement sur 3,2 kilomètres et 4 kilomètres depuis le sommet. Des effondrements de blocs se produisent régulièrement sur les fronts et les marges des coulées au cours de leur progression. Les émissions de SO2 atteignaient en moyenne 3 066 tonnes par jour le 1er février 2018. Les mesures GPS indiquent une inflation de l’édifice volcanique depuis les mois d’octobre et novembre 2017. Cela montre que le magma continue à exercer une pression au cours de son ascension.
Le niveau d’alerte 4 reste en vigueur sur le Mayon.
Le PHILVOCS demande constamment au public de ne pas entrer dans la zone de danger de huit kilomètres de rayon et de se méfier des coulées pyroclastiques et des lahars susceptibles d’emprunter les ravines qui entaillent les flancs du volcan. Il est conseillé aux pilotes d’éviter de voler près du sommet du Mayon car la cendre émise par de soudaines éruptions peut être dangereuse pour les avions.
Source: PHILVOCS.

Les autorités locales ont ordonné à toutes les personnes vivant en dehors de la zone de danger de huit kilomètres de quitter les hébergements provisoires afin de résoudre le problème de surpeuplement dans les centres d’évacuation. L’occupation idéale des écoles est une salle de classe pour huit à dix familles mais actuellement, le taux d’occupation est d’une salle de classe pour 20, voire 30 familles. Le PHILVOCS a indiqué aux autorités locales que les personnes qui vivent à moins de neuf où dix kilomètres du cratère sont en sécurité. En effet, en prenant en compte l’histoire éruptive du Mayon, la distance maximale atteinte par les coulées pyroclastiques est de sept kilomètres. Le kilomètre supplémentaire ajouté à la zone de danger est une simple précaution en cas de scénario catastrophe.
Suite à la décision de déloger les personnes à l’extérieur de la zone de danger de 8 km, les camions de la police, de l’armée et des unités gouvernementales vont récupérer les personnes évacuées et les conduire à leur domicile. On s’attend à ce que certains habitants ne soient pas d’accord pour partir, par crainte de ne plus bénéficier des produits de première nécessité et d’autres avantages. Cependant, les autorités ont assuré à toutes les familles qu’il y aurait une distribution continue et qu’elles pourraient également bénéficier du programme «argent contre travail».
Une fois l’opération de transfert terminée, certaines personnes hébergées dans des centres d’évacuation surpeuplés seront conduites dans les écoles et les salles de classe qui vont se trouver libérées. Toutefois, des véhicules militaires et de police restent prêts à intervenir si une évacuation rapide s’avérait nécessaire.
Source: Manila Bulletin.

——————————————-

Mt Mayon is still very active, even though the intensity of the eruption seems to have slightly decreased. In its latest updates, PHILVOCS indicates that the volcano continues to exhibit sporadic and weak lava fountaining, continuous lava effusion and degassing from the summit crater. Much of the activity produces low white to light-gray plumes, with the exception of some events that produce higher gray ash plumes. The activity is accompanied by loud, booming sounds audible within 10 kilometres away. Episodes of pyroclastic and lava flows are still observed. They travel down the Miisi, Basud and Bonga gullies.The Miisi and Bonga-Buyuan lava flows have advanced to 3.2 kilometres and 4 kilometres, respectively, from the summit crater. Rockfall events are generated by the collapsing lava front and margins of the advancing lava flows. SO2 emissions reached an average of 3,066 tons per day on February 1st 2018. GPS measurements still indicate a sustained inflation of the edifice since November and October last year, which is consistent with pressurization by magma intrusion.

The alert level 4 remains in effect over Mayon Volcano.

PHILVOCS reminds the public to refrain from entering the eight kilometre-radius danger zone and to be additionally vigilant against pyroclastic flows and lahars along channels draining the edifice. Pilots are advised to avoid flying close to the volcano’s summit as ash from any sudden eruption can be hazardous to aircraft.

Source: PHILVOCS.

Authorities have ordered a decamp of all persons living outside the eight-kilometre danger zone to solve the problem of heavy congestion in the evacuation centres. The ideal ratio of classroom to evacuees is one room per eight to 10 families but currently, the ratio is at one classroom per 20 and even 30 families. PHILVOCS has said to local authorities that those living within nine and 10 kilometres away from the crater are already safe. Volcanologists also explained that, based on the history of Mayon’s eruption, the farthest distance of pyroclastic flows is seven kilometres away from the crater.The additional one kilometre serves as a precaution for a worst-case scenario.

As a consequence of the decision to decamp the persons outside the 8-km danger zone, trucks from the police, military and local government units will fetch the evacuees and transport them back to their houses. Some of the residents are expected to resist the decamp for fear that they will no longer avail of the relief goods and other benefits. However, authorities assured those economically-displaced families living outside the 8-km danger zone that there will be a continuous distribution of relief goods and they can also avail of the cash-for-work program.

Once the decamp is performed, some of the evacuees in congested evacuation centres will be transferred to schools and classrooms vacated as a result of the decamp. Military and police vehicles will be placed on standby if in case there is a need for quick evacuation.

Source: Manila Bulletin.

Carte des zones menacées par les coulées pyroclastiques (Source : PHILVOCS)

Mort sur le Kilauea // Death on Kilauea Volcano

Comme je l’ai indiqué précédemment, la lave ne s’écoule pas en ce moment dans l’océan sur la Grande Ile d’Hawaii. Si on veut observer des coulées de lave, il faut parcourir une longue distance jusqu’à la base du pali ou grimper sur cette pente. Cependant, l’approche du champ de lave actif n’est pas sans risque.
Les équipes de secours ont reçu un appel d’urgence le 1er février au matin en provenance du secteur de Kalapana, « à 2 miles (3,2 km) en amont de la borne 24,5 de la route d’urgence (Emergency Road) », juste en dessous de l’ancienne subdivision des Jardins Royaux, où des randonneurs avaient été surpris par des vapeurs toxiques.
Trois randonneurs accompagnés de leur guide travaillant pour une agence de Pahoa se trouvaient à proximité d’une coulée de lave quand il a commencé à pleuvoir. Un nuage de vapeur et de gaz s’est rapidement formé et a entouré le groupe, en provoquant des problèmes respiratoires et de visibilité.
Le guide n’a pas réussi à échapper au nuage de gaz tandis que ses trois clients ont pu gagner un endroit plus sûr. Un hélicoptère est arrivé et a découvert les trois personnes à l’écart du nuage de gaz. Les sauveteurs ont ensuite localisé le guide dans un autre endroit. Il a été transporté vers une unité médicale où les médecins n’ont pu que constater sa mort. Des hélicoptères ont évacué les trois autres personnes qui n’étaient que légèrement blessées et n’avaient pas besoin de soins médicaux supplémentaires.
Le  HVO explique régulièrement dans ses mises à jour que les gaz volcaniques peuvent être dangereux pour les personnes, les animaux et les plantes.
https://volcanoes.usgs.gov/volcanoes/kilauea/extra/hazards.pdf

Source: Presse hawaiienne

NDLR : Cet accident montre que la prudence est nécessaire sur un volcan actif, même si la situation paraît sûre. Dans le cas du Kilauea, j’emporte toujours un masque à gaz dans mon sac à dos, au cas où… Il cohabite avec des bouteilles d’eau et quelques barres énergétiques.

Cet accident sur le champ de lave du Kilauea me rappelle une aventure vécue dans le cratère du Pu’uO’o où notre petit groupe était entré, après avoir obtenu les autorisations et les chasubles du HVO. Dans le chapitre 9 – « Dans l’enfer du Pu’uO’o » – de son superbe livre D’un volcan à l’autre, Guy de Saint Cyr raconte comment nous avons été surpris par les nuages de gaz. Sans les masques à gaz, nous ne serions jamais sortis de cette situation très délicate…

Si vous ne l’avez pas déjà fait, je vous conseille vivement de vous procurer l’ouvrage de Guy, paru aux Editions La Martinière.

————————————

As I put it before, no lava is currently flowing into the ocean on Hawaii Big Island. If you want to observe lava flows, you need to walk a long way to the base of the pali or climb ofn this slope. However, getting close to the active lava field may be dangerous.

Rescuers responded to an alarm on February 1st in the morning to the Kalapana lava viewing area, « approximately two miles inland from the 24.5-mile marker of the emergency road », just below the old Royal Gardens Subdivision, to rescue hikers from toxic fumes.

Four hikers, a Pahoa hiking guide leading three others, were hiking near a lava flow in the area of the old Royal Gardens Subdivision when it started raining which created a noxious steam cloud surrounding the group, affecting their breathing and vision.

The tour guide was overcome by the noxious steam cloud while the three visitors escaped to safer location. A rescue helicopter flew in and found the three people safely away from the fumes, then located the tour guide in another location. The tour guide was airlifted to a medic unit and he was determined to be dead. Helicopters airlifted the three other people who sustained minor injuries and they did not need further medical attention.

USGS/HVO regularly explains in its updates that volcanic gases can be hazardous to people, animals and plants.

 https://volcanoes.usgs.gov/volcanoes/kilauea/extra/hazards.pdf

Source: Hawaiian newspapers.

Personal remark: This accident shows that caution is needed on an active volcano, even if the situation seems safe. In the case of Kilauea, I always carry a gas mask in my backpack, just in case … It lies next to water bottles and some energy bars.

This accident on the lava field of Kilauea Volcano reminds me of an adventure in the Pu’uO’o Crater our small group had entered, after having obtained the HVO permits and vests. In chapter 9 – « In the hell of Pu’uO’o » – of his superb book D’un volcan à l’autre, Guy de Saint Cyr tells how we were surprised by the clouds of gas. Without the gas masks, we would never have exscaped from this very difficult situation …

I strongly advise you to get the book (written in French) published by Editions La Martinière.

Nuages de gaz dans le cratère de l’Halema’uma’u dont l’accès est, à juste titre, interdit au public (Photo: C. Grandpey)

Nuages de gaz dans le cratère du Pu’uO’o (Photo: C. Grandpey)

Eruption du Mayon (suite) // Eruption of Mayon Volcano (Continued)

Des épisodes éruptifs sont encore observés sur le Mayon, avec des fontaines de lave atteignant 200 mètres de hauteur, des coulées de lave et des avalanches pyroclastiques sur les flancs du volcan. Des retombées de cendre sont régulièrement signalées dans de nombreux secteurs. Les colonnes de cendre produites par les éruptions s’élèvent à plus de 1000 mètres au-dessus du cratère. Les scientifiques ont averti que, malgré les émissions de lave à répétition, le Mayon reste gonflé sous la pression du magma et pourrait connaître une violente éruption explosive. La direction actuelle du vent est susceptible de faire retomber la cendre sur les villes de Camalig et Daraga ainsi que dans certaines parties de Legazpi. Selon les journaux locaux, la cendre a interrompu la circulation dans au moins deux villes, à cause du manque de visibilité. Le niveau d’alerte est maintenu à 4. Le nombre de personnes évacuées atteint 84 339 personnes, soit 21 880 familles.
Aucune victime n’a été signalée et les autorités essayent de maintenir les gens hors de la zone de danger à 8 kilomètres autour du cratère. L’éruption pourrait durer des mois, en perturbant la vie et les moyens de subsistance des populations autour du Mayon. Les autorités locales s’inquiètent car les fonds d’aide aux sinistrés sont au plus bas et les fournitures telles que les masques anti-poussière seront vite épuisées si l’éruption dure. Elles conseillent fortement à la population de traiter rapidement les irritations de peau et les autres problèmes de santé, et aussi de nettoyer immédiatement les toitures et les voitures à cause de l’action corrosive de la cendre.
Comme je l’ai écrit dans ma dernière note précédente sur le Mayon, le gouvernement a évoqué la possibilité de créer un «no man’s land» permanent autour du volcan, une proposition difficile à mettre en place car elle concernerait des dizaines de milliers de personnes vivant dans les terres agricoles fertiles. Une autre possibilité serait de créer un parc national autour du volcan, avec des arbres qui pourraient constituer une protection contre les coulées pyroclastiques et les lahars qui mettent en danger les villages et les villes.
Source: Inquirer.net.

————————————

Eruptive episodes are still observed on Mayon, with lava fountains up to 200 metres high, and lava and pyroclastic flows. Ashfall is regularly reported in many areas. The ash columns produced by the eruptions rise more than 1,000 metres above the crater. Scientists have warned that despite the repeated eruptions of lava, Mayon is still swollen with magma below the surface and could erupt explosively. The current wind direction may bring ash fall to the towns of Camalig and Daraga as well as parts of Legazpi City. According to the local newspapers, the ash has halted vehicles in at least two towns due to poor visibility. The alert level is kept at 4. The number of evacuees has reached 84,339 persons or 21,880 families.

No injuries have been reported in the current eruption, but authorities have struggled to keep people out of the danger zone 8 kilometres from the crater. They are worried the eruption may last months, disrupting the lives and livelihoods of people in Mayon’s shadow. Provincial leaders say disaster funds are running low and have said supplies like facemasks will be depleted if the eruption lasts. They urge residents to seek treatment for skin irritation and other health issues and immediately clean their roofs and cars because of the corrosive effect of the volcanic ash,

As I put it in my previous note about mayon, the government has raised the possibility of creating a permanent « no man’s land » around Mayon, a sensitive and complicated proposal that would affect tens and thousands of people living in the fertile farmlands nearby. One possibility is expanding a national park around the base of the volcano, where trees could grow and become a buffer against volcanic flows endangering villages and towns.

Source : Inquirer.net.

Source: PHILVOCS

Mayon (Philippines) : Les derniers chiffres // The latest figures

Selon les derniers chiffres fournis par les autorités philippines, le nombre de personnes évacuées autour du Mayon atteint 81 618. 18 365 familles (soit 69 672 personnes) sont hébergées dans 69 centres d’évacuation, tandis que 2 822 familles (soit 11 946 personnes) vivent avec des parents à Camalig, Daraga, Malilipot et Santo Domingo.
L’activité du Mayon reste très intense. Le 26 janvier 2018 à 8 heures, le PHILVOCS indiquait que le volcan continuait de cracher de la lave depuis son cratère sommital. Sept épisodes de fontaines de lave ont été enregistrés, jusqu’à 500 mètres de hauteur, et avec des panaches de cendre montant jusqu’à trois kilomètres au-dessus du cratère. Le PHILVOCS a également enregistré 15 séismes d’origine volcanique et 19 épisodes de tremor correspondant aux fontaines de lave.
Le niveau d’alerte est maintenu à 4 sur une échelle de 5.

Sources : NDRRMC, PHILVOCS.

On trouve de nombreuses vidéos de l’éruption du Mayon sur YouTube. Voici une vidéo amateur réalisée le 25 janvier 2018. Même si la qualité n’est pas au rendez-vous, on voit parfaitement les fontaines de lave au sommet du volcan et les coulées de lave sur ses flancs.

——————————————

According to the latest figures released by the Philippine authorities the number of people evacuated around Mayon Volcano reached 81 618. 18 365 families (or 69 672 persons) are living in 69 evacuation centres, while 2 822 families (or 11 946 persons) are staying with relatives in Camalig, Daraga, Malilipot, and Santo Domingo.

Activity at Mayon is still quite intense. On January 26th 2018 at 8 a.m., PHILVOCS indicated that the volcano continued to spew lava from its summit crater. Seven episodes of lava fountaining were recorded, shooting up to 500 meters high and producing ash plumes reaching of up to three kilometres high above the crater. PHILVOCS also recorded 15 volcanic earthquakes and 19 tremor events corresponding to the lava fountaining.

The alert level is kept at 4 on a scale of 5.

Sources : NDRRMC, PHILVOCS.

One can find numerous videos of the eruption on YouTube. Here is one of them shot on January 25th 2018. Even though the quality is not good, one can perfectly see the lava fountains at the summit and the lava flows on the flanks of the volcano.