Activité sismique et éruptive sur l’Etna // Seismic and eruptive activity on Mt Etna

Sur son site web, l’INGV a donné des informations supplémentaires sur l’activité sismique et volcanique qui affecte en ce moment la région de l’Etna.

Le séisme de M 4,8 qui a secoué la partie orientale de la Sicile le 26 décembre 2018 s’est produit 3 jours après le début de l’éruption de l’Etna. La fracture qui s’est ouverte à la base du Nouveau Cratère SE le matin du 24 décembre a généré un nuage de cendre qui a affecté principalement les environs de Zafferana Etnea. La fracture a donné naissance à une coulée de lave qui a avancé le long de la paroi occidentale de la Valle del Bove.
Cette situation a été précédée de quelques heures et s’accompagne encore aujourd’hui d’une déformation et d’une activité sismique importantes, avec environ 1100 secousses dont une soixantaine dépasse les 2,5 de magnitude. De plus, une augmentation significative de l’amplitude moyenne des séismes d’origine volcanique a été enregistrée au cours de la journée du 24 décembre et actuellement, bien qu’en baisse, les valeurs restent au-dessus de la norme.
Au cours des trois derniers jours, la sismicité enregistrée a affecté plusieurs secteurs du volcan, en particulier la zone sommitale le 24 décembre. Par la suite, l’activité sismique s’est limitée aux parois ouest et sud de la Valle del Bove, à une profondeur de 4 à 5 km sous le niveau de la mer.
Il convient de noter que le séisme de M 4,8 n’a pas été provoqué par des mouvements de magma dans la zone de l’épicentre, mais est probablement lié à un mouvement du flanc oriental du volcan sous l’effet des contraintes induites par le système magmatique à l’origine de éruption. En fait, il arrive souvent que l’intrusion d’un dyke transfère les contraintes qui l’accompagnent aux structures tectoniques environnantes, provoquant des séismes qui peuvent être de magnitude élevée.
La situation éruptive actuelle n’est guère différente des situations éruptives passées pendant lesquelles on a observé un transfert de contraintes des masses intrusives vers les parties plus superficielles des flancs du volcan, avec déclenchement de séismes, même à plusieurs kilomètres de distance des centres éruptifs.
Pour le moment, l’épanchement de lave se limite à la Valle del Bove et ne menace pas les zones habitées. Cependant, même si les instruments de l’INGV indiquent en ce moment une diminution de l’activité éruptive dans son ensemble, on ne saurait exclure une reprise de cette activité dans un autre secteur du volcan, avec l’ouverture de nouvelles fractures à des altitudes inférieures à 2400 mètres, en particulier sur les parois ouest et sud de la Valle del Bove. .

Source : INGV.

————————————————

On its website, INGV has provided additional information on the seismic and volcanic activity currently affecting the Mt Etna region.
The M 4.8 earthquake that shook the eastern part of Sicily on December 26th, 2018 occurred 3 days after the start of the eruption of Mt Etna. The fissure that opened at the base of the New SE Crater on the morning of December 24th generated an ash cloud that mainly affected the vicinity of Zafferana Etnea. The fissure gave rise to a lava flow that travelled along the western wall of Valle del Bove.
This situation was preceded by a few hours and is still accompanied today by significant deformation and seismic activity, with about 1100 tremors, about sixty of which exceed M 2.5. In addition, a significant increase in the average amplitude of earthquakes of volcanic origin was recorded during the day of December 24th and even though seismicity is declining today, the values ​​remain above the norm.
Over the past three days, seismicity has affected several areas of the volcano, especially the summit area on December 24th. Next, seismic activity was limited to the west and south walls of the Valle del Bove, at a depth of 4 to 5 km below sea level.
It should be noted that the M 4.8 earthquake was not caused by magma movements in the epicentral area, but was probably related to movements of the eastern flank of the volcano as a result of the induced stresses by the magma system causing the eruption. In fact, it often happens that the intrusion of a dyke transfers the constraints that accompany it to the surrounding tectonic structures, causing earthquakes that have a high magnitude.
The current eruptive situation is not very different from past ones during which a transfer of stresses from the intrusive masses to the shallower parts of the flanks of the volcano was observed, with earthquakes being triggered, even several kilometres away from the eruptive centres.
For the moment, the effusion of lava is limited to the Valle del Bove and does not threaten inhabited areas. However, even though INGV instruments currently indicate a decrease in eruptive activity as a whole, one can not exclude a resumption of this activity in another area of ​​the volcano, with the opening of new fissures at altitudes below 2400 metres, especially on the west and south sides of the Valle del Bove.

Source: INGV.

Activité sismique dans la région de l’Etna depuis le 24 décembre 2018. L’événement de M 4,8 du 26 décembre 2018 apparaît en bleu (Source: INGV)

L’Etna vu depuis l’espace quand la lave avançait dans la Valle del Bove (Source: ESA)

Noël sur l’Etna (Sicile) // Christmas on Mt Etna (Sicily)

11 heures : L’éruption se poursuit sur l’Etna et la lave continue à avancer le long de la paroi occidentale de la Valle del Bove. La sismicité a diminué mais on enregistre encore aujourd’hui quelques secousses de M 2,7 à M 2,9. Comme je l’ai indiqué précédemment, la source de la coulée se trouve à 2400 mètres d’altitude, la base du Nouveau Cratère Sud-Est, dans la partie inférieure de la fracture éruptive qui s’est ouverte hier. Les sismogrammes mis en ligne par l’INGV et la webcam de l’association L.A.V.E . montrent qu’elle est bien alimentée. Dans le même temps, un panache de cendre s’élève au-dessus de la zone sommitale du volcan. L’INGV explique qu’il est produit par l’activité strombolienne au niveau des cratères sommitaux, en particulier la Bocca Nuova et le Cratère NE. Le trafic aérien a repris à l’aéroport de Catane.

Il fallait se lever de bonne heure en ce jour de Noël pour voir la zone sommitale. La mauvais temps s’est maintenant installé et au moment où j’écris ces lignes, il neige sur l’Etna.

————————————————–

11 am: The eruption continues on Mount Etna and lava is travelling along the western wall of the Valle del Bove. Seismicity has decreased but there are still a few quakes with magnitudes between M 2.7 and M 2.9. As I put it earlier, the source of the flow is at 2400 metres above sea level, at the base of the New Southeast Crater, in the lower part of the eruptive fissure that opened yesterday. INGV’s online seismograms and the LAVE webcam show that it is well fed. At the same time, an ash plume still rises above the summit area of the volcano. INGV explains it is generated by the strombolian activity in the Bocca Nuova and the NE Crater. Catania airport is again operational.

Only people who get up early could see the summit area of Mt Etna this morning. Poor weather conditions now prevent from seeing the eruption and it is snowing on the volcano.

L’éruption vue depuis l’espace (Source: ESA)

Capture d’image de la webcam Skyline ce matin

L’émission de lave s’est stabilisée à un bon niveau (Source: INGV)

La coulée de lave vue par la webcam L.A.V.E.

Aperçu du tremor éruptif (Source: INGV)

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

17 heures : L’éruption semble se stabiliser, comme le montrent le tremor et la sismicité. Tout laisse à penser que la lave va couler encore quelque temps sur la pente du Nouveau Cratère Sud-Est, avant de terminer sa course dans la Valle del Bove. En ce moment, elle ne présente aucun danger pour les zones habitées et la situation est bien différente de l’éruption de 1991-1994 qui avait provoqué l’inquiétude des habitants de Zafferana Etnea.

Nous sommes en hiver et la météo n’est pas toujours favorable. Quand le temps est dégagé, on obtient un bon point de vue sur l’éruption depuis le Monte Pomiciaro ou le Monte Zoccolaro. Ils étaient mes lieux d’observation nocturne préférés en 1999 quand j’ai pris cette photo. Des moments inoubliables.

—————————————-

17:00: It looks as if the eruption is stabilising, as can be seen with the tremor and the seismicity. As I put it previously, everything suggests that lava will keep flowing for some time on the slope of the New South-East Crater, before spreading in the Valle del Bove. At present, it poses no threat to inhabited areas and the situation is quite different from the 1991-1994 eruption that worried the inhabitants of Zafferana Etnea.
We are in winter and weather conditions are sometimes quite poor. When the weather is clear, you get a good view of the eruption from Monte Pomiciaro or Monte Zoccolaro. They were my favourite nighttime viewing spots in 1999 when I took this picture. Unforgettable moments.

Photo: C. Grandpey

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Le Stromboli sous surveillance // Stromboli closely monitored

A noter que la Protection Civile a ordonné le passage à la couleur Jaune du niveau d’alerte du Stromboli. En effet, selon les volcanologues italiens, « indépendamment des phénomènes volcaniques locaux qui peuvent varier fréquemment, une situation de déséquilibre volcanique significatif persiste sur le volcan ». Des changements soudains de l’activité sont toujours possibles.

En ce moment, la sismicité ne révèle pas d’anomalies et les images de la webcam montrent que le Stromboli traverse une période relativement calme, avec les quelques épisodes éruptifs habituels (voir captures d’écran ci-dessous). L’INGV a pour habitude d’intensifier sa surveillance du volcan quand l’Etna entre en éruption, même si aucun lien n’a été prouvé entre l’activité de ces deux volcans..

——————————————

It should be noted that the Civil Protection has raised to the yellow colour the alert level for Stromboli. Indeed, according to Italian experts, « independently of local volcanic phenomena that can vary frequently, a situation of significant volcanic imbalance persists on the volcano ». Sudden changes in activity are always possible.
At this moment, seismicity does not reveal anomalies and the images of the webcam show that Stromboli is going through a relatively calm period, with the few usual eruptive episodes (see screenshots below). INGV is used to intensifying its surveillance of the volcano when Mt Etna erupts, even if no link has ever been proved between the activity of both volcanoes.

Augmentation de l’activité du Soputan (Indonésie) et d’Ambrym (Vanuatu) // Increased volcanic activity at Soputan (Indonesia ) and Ambrym (Vanuatu)

Selon le site web The Watchers, une intense activité éruptive a débuté sur le Soputan à 17h02 (TU) le 15 décembre 2018. Le volcan émat des fontaines de lave et des colonnes de cendre jusqu’à 8 km au dessus du niveau de la mer. La couleur de l’alerte aérienne et passée du jaune à l’Orange puis au Rouge.

Dans le même temps, le département GeoHazards du Vanuatu a fait passer le niveau d’alerte d’Ambrym à 3 le 15 décembre 2018. L’éruption a lieu dans la caldera. La zone de danger se limite à environ 2 km autour du Benbow et à 4 km autour des cratères du Marum, notamment le Maben-Mbwelesu, le Niri-Mbwelesu et le Mbwelesu.
Les observations et l’analyse des données sismiques effectuées le 15 décembre confirment une éruption latérale intra-caldérique mineure près du cratère du Marum ; elle a commencé à 06h00 (heure locale). L’activité consiste en coulées et fontaines de lave avec des émissions de cendre et de gaz.

Voici une petite vidéo montrant la nouvelle fracture éruptive: https://youtu.be/q3K4IWZILA4

Le niveau d’alerte à Ambrym était à 2 depuis le 7 décembre 2017.
Source: The Watchers.

————————————————————-

According to the website The Watchers, an intense eruptive phase started at Soputan volcano at 17:02 UTC onDecember 15th. The volcano is producing lava fountains and ash columns up to 8 km above sea level. The Aviation Colour Code has been raised from Yellow to Orange and then to Red.

Meantime, the Vanuatu Meteorology and Geo-Hazards Department raised the volcanic alert level for Ambrym volcano to 3 on December 15th, 2018. The eruption is taking place in the caldera area. The danger zone is limited about 2 km around Benbow and 4 kmaround Marum craters, including Maben-Mbwelesu, Niri-Mbwelesu and Mbwelesu.

Observations and seismic data analysis performed on December 15th confirm a small-scale intra-caldera flank eruption near Marum crater starting at 06:00 (local time). The activity consists of ongoing lava flows and lava fountains with ash and gas emissions.

Here is a short video showing the new eruptive fissure: https://youtu.be/q3K4IWZILA4

The Alert Level for Ambrym volcano had been at level 2 since December 7th, 2017.

Source: The Watchers.

L’éruption du Kilauea officiellement terminée ? // Kilauea eruption officially over ?

Dans une note publiée le 5 décembre, le HVO a indiqué que toute activité avait cessé sur le Kilauea. Cela fait maintenant trois mois qu’aucune activité de surface n’est observée. La lave est apparue pour la dernière fois dans la Lower East Rift Zone (LERZ) le 4 septembre 2018.
Selon le GVN de la Smithsonian Institution, les volcans sans activité éruptive sur une période de trois mois ne sont plus considérés comme étant en éruption. Sur la base de ce critère, l’éruption dans la LERZ pourrait être considérée comme terminée.
Cependant, le HVO reste prudent, er rappelle que dans l’histoire du Kilauea il existe un exemple connu (éruption du Mauna Ulu entre1969 et 1974) au cours duquel l’activité du Kilauea a repris après plus de trois mois d’arrêt. [NDLR : Il serait tout de même intéressant de savoir s’il s’agissait effectivement d’une reprise de l’éruption ou d’un nouvel épisode éruptif, ce qu’il est très difficile de prouver sur le Kilauea où la composition de la lave n’évolue guère].
Le HVO a-t-il raison de dire que l’éruption n’est pas terminée en faisant référence à la seule exception dans l’activité volcanique du Kilauea? Je peux comprendre la déception des géologues américains qui se sont plantés dans leurs prévisions concernant la durée de la dernière éruption. Elle s’est arrêtée quelques semaines après leur prévision d’un événement de plusieurs mois ou d’un an.
Tous les paramètres montrent actuellement qu’aucune éruption ne se produira dans les prochaines semaines. Il ne fait guère de doute que la dernière éruption est bel et bien terminée !

A noter que le Lava Tree State Monument a rouvert au public le 6 décembre. Il avait été fermé à cause de la proximité de la dernière éruption mais a été épargné par la lave.

————————————————–

In a note released on December 5th, 2018, HVO indicated that Kilauea Volcano is still not erupting. There have been three months with no eruptive activity at the surface; September 4th, 2018 was the last time active lava was observed along the Lower East Rift Zone.

According to the Smithsonian Institution’s Global Volcanism Program, volcanoes with no eruptive activity over a three-month period are no longer classified as having a “continuing” eruption. Based on this criterion, the LERZ eruption could be considered to be over.

However, HVO remains cautious, pointing again to Kilauea history. There is one known example (Mauna Ulu, 1969-74) in which Kilauea’s rift zone activity resumed after more than three months had passed.

Is HVO right to say the eruption might not be over by pointing to the only exception in Kilauea’s volcanic activity? I can understand US geologists are disappointed because their predictions concerning the duration of the last eruption were wrong. It stopped a few weeks after their prediction of a several-month or one-year event.

All parameters show that no eruption will occur in the coming weeks. There is little doubt the eruption is definitely over.

It should be noted that the Lava Tree State Monument reopened to the public on December 6th. It had been closed because it was lying close to the last eruption but was spared by the lava.

Source: USGS / HVO

L’un des arbres du Lava Tree State Monument (Photo: C. Grandpey)

Les effondrements historiques du sommet du Kilauea (Hawaii) // Historic collapses of the Kilauea summit (Hawaii)

La dernière éruption du Kilauea a provoqué l’effondrement spectaculaire du cratère de l’Halema’uma’u. Cependant, ce n’est pas la première fois dans l’histoire du volcan qu’un tel événement se produit. L’Observatoire des Volcans d’Hawaï (HVO) indique toutefois que le dernier effondrement sommital a été le premier à être observé en détail avec un volume d’affaissement supérieur à une douzaine d’effondrements de ce type au cours des deux derniers siècles. Les premiers effondrements connus (1823, 1832 et 1840) avaient un volume d’affaissement important, mais le processus n’a pas été décrit avec précision par les témoins. Les effondrements les plus récents (1919, 1922 et 1924) ont mis en oeuvre de plus petits volumes d’affaissement ; ils ont été observés par Thomas Jaggar et l’équipe scientifique du HVO.
L’effondrement de 1868 a été le premier à être observé après la construction d’un hôtel au sommet du Kilauea. Divers observateurs étaient présents pendant quelques jours chacun au cours des premières semaines de l’événement. Les mois de mars et avril 1868 sont le plus souvent associés à une forte sismicité et à des épisodes éruptifs du Mauna Loa. Le séisme le plus significatif, d’une magnitude estimée à M 7,9, a provoqué un tsunami et un glissement de terrain et a également provoqué un effondrement du sommet du Kilauea.
Selon des témoins, le cratère du Kilauea a été très actif entre la fin janvier et la fin mars 1868, avec huit lacs de lave qui ont connu des débordements, en particulier le 27 mars, lorsque les premiers séismes ont été enregistrés.
Le 2 avril, vers 16 heures, le séisme de M 7.9 mentionné ci-dessus a fait onduler le sol autour du Kilauea à la manière d’un navire en mer. L’événement s’est accompagné de puissantes détonations dans le cratère, tandis que de grandes quantités de lave étaient projetées à une très grande hauteur et que des parois du cratère s’effondraient. Cet événement s’est poursuivi pendant trois jours, avec un recul de la lave dans le cratère. Le 5 avril 1868, elle avait totalement disparu !
Le séisme du 2 avril 1868 a également provoqué de brèves éruptions dans le cratère du Kilauea Iki et sur la Southwest Rift Zone. Des observateurs ont indiqué que le 18 avril au moins les deux tiers de la surface du cratère dans les parties ouest et nord-ouest s’étaient effondrés. Le plancher se trouvait à environ 90 mètres sous le niveau de la partie restante du fond du cratère.

La séquence d’événements de 2018 présente certaines similitudes avec celle de 1868. Le niveau du lac de lave au sommet du Kilauea s’était élevé jusqu’en avril de cette année et a commencé à baisser le 3 mai, jour où l’éruption a débuté dans le District de Puna. Le 4 mai, un séisme de M 6,9 a été enregistré et le 16 mai, des explosions ont secoué le sommet du Kilauea. Au cours des semaines qui ont suivi, l’affaissement de la caldeira a commencé et a duré plus de deux mois. Les émissions de gaz ont considérablement diminué.
Les descriptions des effondrements de 1868, avec des détonations, des effondrements de parois et l’affaissement d’une grande partie du fond du cratère sont semblables à bon nombre d’événements observés en 2018; Les affaissements sommitaux de 1868 et de 2018  ont affecté une grande partie du plancher de la caldeira du Kilauea. Les volumes d’effondrement de 1868, entre 0,2 et 0,5 kilomètre cube, sont toutefois inférieurs au volume de plus de 0,75 kilomètre cube observé en 2018.
Après l’effondrement sommital de 1868 et la disparition des lacs de lave, cette dernière a fait ponctuellement sa réapparition. La première nouvelle émission de lave a été enregistrée le 19 avril pendant moins d’une heure. En août et septembre 1868, les visiteurs ont signalé que le profond cratère se remplissait à nouveau et que le South Lake était à nouveau actif.
Selon le HVO, les effondrements sommitaux du Kilauea, accompagnés de la vidange du lac de lave, font partie du processus de remplissage à long terme de la caldera actuelle apparue il y a plusieurs siècles. Au cours de l’histoire du volcan, chaque effondrement a été suivi par la réapparition de lave plusieurs mois plus tard. Le HVO attend de voir la suite des événements…
Source: HVO.
Cependant, si la lave devait réapparaître au sommet ou quelque part le long de l’East Rift Zone, il s’agirait d’une NOUVELLE éruption et pas la poursuite de l’éruption de 1983 débutée sur le Pu’u O’o! Cela fait plus de deux mois que l’on n’a plus vu la lave sur le Kilauea !

———————————————–

Kilauea’s last eruption caused the dramatic collapse of the Halema’uma’u Crater. However, this is not the first time in the history of the volcano that such an event has happened. The Hawaiian Volcano Observatory (HVO) indicates that the last collapse was the first to be observed in detail and the largest measured by subsidence volume of more than a dozen summit collapses in the past 200 years. The earliest known collapses (1823, 1832, and 1840) were large in subsidence volume but the process was not recorded by witnesses. The most recent collapses (1919, 1922, and 1924) involved smaller subsidence volumes but were witnessed by Thomas Jaggar and his staff at HVO. .

The collapse of 1868 was the first collapse after a hotel was established at the Kilauea summit. Various observers were present for a few days during the first weeks of the event. The months of March and April of 1868 are most often associated with strong earthquakes and Mauna Loa eruptions. The strongest earthquake, estimated at M 7.9, generated a tsunami and a landslide and also started a collapse of the Kilauea summit.

According to witnesses, the Kilauea crater had been very active from late January to late March with eight overflowing lava lakes, especially on March 27th, 1868 when the first strong earthquakes started.

On April 2nd, at about 4 p.m., the above-mentioned M7.9 earthquake caused the ground around Kilauea to rock like a ship at sea. At that moment, fearful detonations could be heard in the crater; large quantities of lava were thrown up to a great height and portions of the wall tumbled in. This event continued for three more days as the lava receded within the crater. By April 5th, 1868, there was no more lava to be seen in the crater.

The April 2nd earthquake also triggered brief eruptions in Kilauea Iki Crater and in the Southwest Rift Zone. Observers indicated that on April 18th, at least two-thirds of the area of the crater towards W and NW had caved in and sunk about 90 metres below the level of the remaining portion of the old floor.

The 2018 sequence of events has some similarities to the 1868 sequence. The level of the Kilauea summit lava lake had been rising through April of this year and started dropping on May 3rd as the Puna eruption commenced. On May 4th, an M 6.9 earthquake occurred and on May 16th, explosive events began at the summit of Kilauea. Over the next few weeks, subsidence of the summit caldera floor began and continued for more than two months. Gas emissions decreased dramatically.

The descriptions of the 1868 collapses involving detonations, avalanches of the walls, and sinking of a large portion of the crater floor could also describe many of the 2018 caldera collapse events. Both the 1868 and 2018 summit subsidence involved a large part of the Kilauea caldera floor. The estimates of the amount of 1868 caldera floor subsidence, between 0.2 and 0.5 cubic kilometres, are smaller than the measurement of more than 0.75 cubic kilometres of 2018 caldera subsidence.

After the 1868 summit collapse and withdrawal of the lava lakes, lava returned for brief moments. The first reappearance was recorded on April 19th for less than an hour. By August and September1868, visitors reported that the deep pit was refilling, and the South Lake was active once more.

HVO indicates that Kilauea summit collapses accompanied by lava lake draining are a routine part of the long-term refilling of the current caldera produced centuries ago. Each collapse has been followed eventually by the reappearance of lava months-to-years later. The Observatory is waiting to see what will happen next.

Source: HVO.

However, should lava reappear at the summit or somewhere along the East Rift Zone, it will be a NEW eruption and NOT the continuation of the 1983 Pu’u O’o eruption!

Lac de lave dans le cratère de l’Halema’uma’u (Crédit photo: HVO)

Le nouvel aspect de l’Halema’uma’u après l’effondrement de la caldeira (Crédit photo: HVO)

Cratère du Kilauea Iki (Photo: C. Grandpey)

Fuego (Guatemala): Nouvelle séquence éruptive // New eruptive episode

Comme prévu par l’INSIVUMEH il y a quelques jours, le Fuego est entré dans sa 4ème phase éruptive de l’année le 6 novembre 2018. Le volcan a connu des explosions faibles à modérées, avec des panaches de cendre s’élevant jusqu’à 4 800 mètres d’altitude et s’étirant sur 12 à 15 km vers l’ouest et le sud-ouest. Des retombées de cendre ont été signalées dans plusieurs localités
Les explosions ont envoyé des matériaux incandescents à 200 – 300 mètres au-dessus du cratère. Ils ont généré des avalanches qui ont mis le feu à la végétation dans les ravines Seca et Taniluya et ont alimenté une coulée de lave longue de 1,2 km dans la ravine Ceniza.
La sismicité est en train de diminuer mais l’apparition de nouvelles coulées de lave ne peut être exclue.
La population est invitée à être attentive aux recommandations des autorités et à éviter les rumeurs.
Les autorités de l’aviation civile demandent aux pilotes d’éviter la zone du volcan.
Source: INSIVUMEH.

——————————————-

As predicted by INSIVUMEH a few days ago, Fuego entered its 4th eruptive phase of the year on November 6th, 2018. The volcano experienced weak to moderate explosions, with ash plumes rising up to 4 800 metres above sea level and travelling 12 – 15 km to the west and southwest. Ashfall has been reported in several municipalities

The explosions sent incandescent material 200 – 300 metres above the crater. They generated avalanches that set fire to the vegetation in the Seca and Taniluya drainages and fed a 1.2-kilometre-long lava flow in the Ceniza drainage.

Seismicity is currently decreasing but the occurrence of new lava flows cannot be excluded.

The population is asked to be attentive to the recommendations given by the authorities and avoid the rumours.

Civil aviation authorities are asking pilots to avoid the area of the volcano.

Source: INSIVUMEH.

Sismicité actuelle sur le Fuego (Source: INSIVUMEH)

Fuego (Guatemala): Nouvelle menace // New threat

Dans un bulletin spécial diffusé le 4 novembre 2018 à 7h00 (heure locale), l’INSIVUMEH a indiqué que l’Institut avait enregistré environ 14 explosions par heure sur le Fuego, avec une colonne de cendre s’élevant jusqu’à 4 600 mètres d’altitude. Des retombées de cendre ont été observées dans plusieurs localités sous le vent. Une forte incandescence est observée au niveau du cratère, avec des avalanches incandescentes atteignant la végétation, et des coulées de lave de 600 mètres de longueur dans les ravines Taniluyá et de Ceniza. Au vu de cette activité, l’INSIVUMEH prévoit qu’une nouvelle phase éruptive sera enregistrée au cours des prochaines heures ou des prochains jours. Les ondes de choc générées par les explosions font vibrer les fenêtres des maisons autour du volcan.
L’INSIVUMEH a demandé à la CONRED de décréter l’état d’alerte nécessaire et de suivre attentivement l’évolution de l’activité sur le volcan.
Il est conseillé à l’aviation civile de prendre des précautions en raison des panaches de cendre dans les secteurs «ouest et sud-ouest du complexe volcanique».
Il faut garder à l’esprit qu’en juin 2018, une augmentation soudaine de l’activité du Fuego a causé la mort de quelque 190 personnes et la disparition de 240 autres.
Source: INSIVUMEH.

—————————————————

In a special bulletin released on November 4th, 2018 at 7:00 (local time) INSIVUMEH reported that the Institute registered around 14 explosions per hour and an ash column rising up to 4,600 metres a.s.l. Ashfall has been observed in several downwind communities. Strong incandescence is observed at the crater, with avalanches reaching the vegetation and lava flows travelling as far as 600 metres in the Taniluyá and Ceniza drainages. In view of these activities, the authorities foresee that during the next hours or days a new eruptive phase will be registered. The shockwaves generated by the explosions vibrate the windows of the houses around the volcano.

INSIVUMEH asked CONRED to implement the alert status it deems necessary and be alert
of the development of the activity at the volcano.

Civil aviation authorities are advised to take precautions because of the ash that is affecting the flanks “west and southwest of the volcanic complex”.

One should bear in mind that in June 2018 a sudden increase in Fuego’s activity caused the death of about 190 people and another 240 were reported missing.

Source: INSIVUMEH.

Panaches de cendre émis lors de l’éruption de juin 2018 (Crédit photo: INSIVUMEH)