Merapi & Slamet (Indonésie): Hausse du niveau d’alerte // The alert level has been raised

drapeau francaisLe niveau d’alerte du Merapi est passé du niveau I (normal) au niveau II (Waspada-alerte) à minuit ce mercredi, après une augmentation de l’activité volcanique.
Plusieurs secousses sismiques sont enregistrées depuis le 20 Avril et la journée de mardi a vu une accélération significative avec 20 événements basse fréquence au cours de la journée.
Les randonneurs sont invités «à ne rien faire sur le Merapi. Les gens ne doivent pas être impressionnés par des rumeurs sur les éruptions en provenance de sources non officielles. Aucun projet d’évacuation n’est prévu à l’heure actuelle.

Source: The Jakarta Globe.

Dans le même temps, le niveau d’alerte du Slamet est passé à III (Siaga) sur une échelle de 4 niveaux le 30 Avril. Trois autres volcans indonésiens sont au niveau III: le Sinabung, le Lokon et le Karangetang. Selon les journaux indonésiens, une augmentation de l’activité strombolienne a été observée au cours des derniers jours sur le Slamet, avec des projections de blocs incandescents jusqu’à 700 mètres de hauteur.

 ——————————————

drapeau anglaisThe alert level for Mount Merapi has just been raised from level I (normal) to level II (Waspada-alert) at midnight this Wednesday after an increase in volcanic activity.

Multiple seismic tremors have been recorded since April 20th, while Tuesday saw a significant acceleration: 20 low-frequency tremors over the course of the day.

Hikers are advised « not to do anything on Mount Merapi. And people must not be provoked by rumors on eruptions from unofficial sources. There are no immediate plans to announce an evacuation.

Source: The Jakarta Globe.

Meantime the alert level of Slamet volcano was raised to III (Siaga) on a scale of 4 levels on April 30th. Three other Indonesian volcanoes are at level III too: Sinabung, Lokon and Karangetang. According to the Indonesian newspapers, an increase in strombolian activity had been observed during the past days with the ejection of incandescent blocks up to 700 metres.

Kilauea (Hawaii / Etats Unis): Dernières observations // Latest observations

drapeau francaisSuite à un survol de l’East Rift Zone effectué le lundi 28 avril le HVO a pu faire un état des lieux et mettre en ligne une carte qui montre que la coulée Kahaualea’2 n’a guère progressé depuis la mise à jour précédente de la carte le 18 avril. Le front le plus avancé se trouve à 8,3 km de la source sur le Pu ‘uO’o et ne représente donc pas une menace pour les localités situées dans le district de Puna.

 Kilauea 28 avril 01

S’agissant du Pu’uO’o proprement dit, le spatter cone dans la partie NE du cratère se recouvre peu à peu d’une croûte, de sorte que le petit lac de lave que l’on apercevait ces derniers temps ne peut être désormais observé qu’au travers d’une petite lucarne.

http://hvo.wr.usgs.gov/multimedia/uploads/multimediaFile-638.jpg

La coulée de lave, qui s’était échappée du spatter cone dans la partie nord du cratère et avait recouvert le plancher, s’est approchée de la lèvre nord, de sorte que les scientifiques du HVO ont dû déplacer les webcams et les installer plus en amont.

http://hvo.wr.usgs.gov/multimedia/uploads/multimediaFile-640.jpg

Pour le reste, le sommet du Kilauea est soumis aux habituels événements de gonflement et de dégonflement qui vont varier le niveau de la lave dans le cratère de l’Halema’uma’u. La lave se situait le 28 avril à 34 mètres sous la lèvre.

 ——————————————-

drapeau anglaisAn overflight performed on April 28th allowed HVO scientists to have a look at the east Rift Zone and draw a new map showing that the Kahaualea’2 lava flow has not much advanced since the pervious map of April 18th. The lava front lies 8.3 km from the source on Pu’uO’o and is not a threat to the communities within the Puna district (see map above).

As far as Pu’uO’o is concerned, the NE spatter cone remains active, but the lava pond has crusted over, leaving only a small circular opening venting gas.

http://hvo.wr.usgs.gov/multimedia/uploads/multimediaFile-638.jpg

The lava flow from the spatter cone in the northern part of the crater, which had covered the crater floor, came close to the northern crater rim so that HVO scientists had to move the webcams to higher ground.

http://hvo.wr.usgs.gov/multimedia/uploads/multimediaFile-640.jpg

The summit of Kilauea goes through the usual D/I events that cause the level of lava within Halema’uma’u Crater to rise and fall. Lava was lying 34 metres beneath the rim on April 28th.

Ubinas (Pérou): Déclin de l’activité éruptive? // Decline of eruptive activity?

drapeau francaisAu vu des rapports quotidiens de l’INGEMMET, il semble que l’activité éruptive de l’Ubinas soit en baisse ces jours-ci.

Dans la soirée du 19 avril, on a observé une importante émission de gaz et de cendre, avec la projection de blocs incandescents qui ont atterri jusqu’à 2 km du cratère.

Les 19 et 22 avril, les explosions expédiaient encore des blocs jusqu’à 2,5 km de distance. Des retombées de cendre fine étaient observées à Omate, à 37 km au SSO de l’Ubinas, où beaucoup de personnes souffrent de conjonctivite.

Deux nouvelles explosions modérées ont eu lieu le 23 avril. Dans son dernier bulletin en date du 24 avril, l’INGEMMET indiquait que la situation ne devrait guère évoluer au cours des prochains jours (confirmé par le tracé sismique ci-dessous) , avec des explosions modérées accompagnées d’émissions de cendre pouvant être importantes. Les panaches montent en général jusqu’à 500 – 1300 mètres au-dessus du sommet.

Une baisse de la sismicité a été enregistrée le 24 avril. Les panaches de cendre étaient alors moins denses (voir capture d’écran de la webcam) mais continuaient à occasionner des retombées dans plusieurs villages à proximité du volcan.

Aucune anomalie thermique n’est observée actuellement sur le volcan par les satellites.

 ——————————————–

drapeau anglaisJudging from the INGEMMET daily reports, it seems activity at Ubinas has been stable or declining over the past days.

On April 18th in the evening, a significant gas-and-ash emission was accompanied by the ejection of incandescent blocks that landed up to 2 km from the crater.

Explosions on April 19th and 22nd ejected incandescent tephra up to 2.5 km away from the crater. Fine ash fell in Omate, 37 km SSW, where many people are suffering from conjunctivitis, locally called « pink eye ».

Two moderate explosions were recorded on April 23rd. In its last update (April 24th), INGEMMET thought that the situation was likely to continue during the next days (confirmed by the seismogram below) , with moderate explosions accompanied by significant ash emissions. The ash plumes usually rose up to 500 – 1300 metres above the crater.

A decrease in seismicity was recorded on April 24th. The ash clouds were less dense than before (see screenshot below) but kept causing ashfall in several villages close to the volcano.

No thermal anomaly is currently observed on the volcano by the satellites.

Ubinas-blog-01

Source: INGEMMET

Ubinas-blog-02

Tracé sismique typique de l’Ubinas ces jours-ci  (Source:  INGEMMET)

Fuego (Guatemala)

drapeau francaisL’INSIVUMEH indique que le Fuego est actuellement secoué par des explosions faibles à modérées, à raison de 5 ou 6 événements par heure. Les panaches de cendre montent jusqu’à plus de 4000 mètres d’altitude avant de s’étirer sur une dizaine de kilomètres. Des retombées de cendre sont observées dans plusieurs localités comme Panimache, Morelia ou Santa Sofia où l’on perçoit les ondes de choc des explosions. De nuit, on observe une incandescence au niveau du cratère qui laisse échapper des blocs rougeoyants. Le dernier bulletin de l’INSIVUMEH indique de l’activité explosive est en déclin mais qu’elle est susceptible de s’intensifier à tout moment avec la possibilité de coulées pyroclastiques dans les ravines qui entaillent les flancs du volcan.

L’Institut a mis en ligne un document fort intéressant montant un épisode d’activité du Fuego le 22 avril 2014. On voit en parallèle l’activité sismique et les images fournies par la webcam.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=J7C2T1S3Syc

 ——————————————

drapeau anglaisINSIVUMEH indicates that low to moderate explosions are currently observed on Fuego, with 5 or 6 events per hour. The ash plumes rise up to more than 4,000 metres a.s.l. before drifting over 10 kilometres or so. Ashfall has been reported in several communities like Panimache, Morelia or Santa Sofia where people can feel the shockwaves of the explosions. At night, incandescence is visible above the crater which ejects incandescent blocks. INSIVUMEH’s latest update indicates that explosive actic=vity is declining but may intensify at any moment with possible pyroclastic flows in the drainages on the slopes of the volcano.

The Institute has released a very interesting document showing an episode of volcanic activity  on April 22nd 2014. One can see both the seismic activity and the images supplied by the webcam.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=J7C2T1S3Syc

Kilauea (Hawaii / Etats Unis)

drapeau francaisOn observe depuis le 20 avril une tendance globale au gonflement du Kilauea, probablement due à une montée de magma sous l’édifice volcanique, comme cela se produit périodiquement à Hawaii.

Graphique-Kilauea

Cette tendance inflationniste s’est traduite par une hausse du niveau du lac de lave dans le pit crater de l’Halema’uma’u. Il se trouvait à environ 34 mètres sous la lèvre le 25 avril. Aucun débordement du lac n’est toutefois à craindre dans le court terme, d’autant que la hausse du tiltmètre est irrégulière.

La montée de magma a également eu des effets sur le Pu’uO’o, avec une arrivée de lave bien visible la nuit sur le plancher du cratère le 23 avril. La lave a ensuite pris la direction du NE, ce qui a pu avoir comme conséquence une baisse temporaire de débit de la coulée Kahauale’a 2. Dans les jours qui ont suivi, la lave est restée présente dans le cratère. Elle n’était plus visible la nuit sur les webcams (sauf la caméra thermique) mais sa présence était trahie par des phases de gonflement du plancher.

 PuuOo-thermique

Certaines personnes – en particulier dans le district de Puna – se demandent si la coulée Kahauale’a 2 est susceptible de devenir une menace. En ce moment, la réponse est négative car le front se trouve en moyenne à 8 km de la source et l’alimentation n’est pas suffisamment constante pour faire avancer la lave vers les zones habitées (voir ma note du 18 avril à ce sujet). Le HVO et la Protection Civile restent toutefois très vigilants car on sait que la situation peut évoluer rapidement sur le Kilauea.

 ———————————————

drapeau anglaisSince April 20th, there has been an overall inflating tendency of Kilauea, probably due to a rise of magma beneath the volcanic edifice, as happens periodically in Hawaii.
This inflationary trend resulted in an increase in the level of the lava lake within the Halema’uma’u pit crater. It was about 34 metres below the rim on April 23rd. However, no overflow of the lake is to be feared in the short term, especially because the tiltmeter rise is irregular.
The ascent of magma also had effects on Pu’uO’o, with a wide lava flow visible at night on the crater floor on April 23rd. Lava then moved NE, which may have resulted in a temporary drop in the Kahauale’a 2 lava flow. In the days that followed, lava remained in the crater. It was no longer visible at night on the webcams (except the thermal camera), but its presence was betrayed by episodes of swelling of the crater floor.
thermal PuuOo
Some people – especially in the district of Puna – wonder whether the Kahauale’a 2 lava flow is likely to become a threat. At the moment, the answer is no because the front lies most often 8 km from the source and the lava supply is not constant enough to push the lava towards inhabited areas (see my note of April 18th ). However, HVO and the Civil Defence remain very vigilant because they know that the situation can change rapidly on Kilauea volcano.

L’Ol Doinyo Lengai (Tanzanie) bientôt un Géoparc de l’UNESCO // Ol Doinyo Lengai (Tanzania) set to be a UNESCO Geopark

drapeau francaisDepuis son lancement officiel en 2004, le réseau mondial des Géoparcs s’est agrandi et compte actuellement 100 membres dans 30 pays.

La Tanzanie est en passe de s’ajouter à cette liste car l’UNESCO vient de proposer que l’Ol Doinyo Lengai – la troisième plus haute montagne du pays après le Kilimandjaro et le Mont Meru – fasse partie du patrimoine géologique mondial. En tant que Géoparc, le volcan prendra plus de valeur dans les domaines du tourisme, de la conservation et de la géologie. Sa proximité avec le Parc du Ngorongoro sera un atout car ce dernier (déjà au patrimoine mondial de l’UNESCO) pourra aider les localités situées au pied du Lengai – Enkare Sero par exemple – à mettre davantage en valeur les abords de la « Montagne de Dieu ».

En tant que « géoparc », le Lengai attirera l’attention du monde sur le mode de gestion des catastrophes au sein des communautés locales. Elles pourront ainsi prendre en compte les changements climatiques du passé et servir d’indicateurs sur les modifications climatiques actuelles ; elles pourront aussi adopter la meilleure approche possible en matière d’énergies renouvelables et de tourisme vert.

Dans le cadre du « géoparc », le développement du tourisme se fera de manière équitable, ce qui contribuera à améliorer le caractère géographique de la montagne et donnera un nouvel élan au Circuit Nord de la Tanzanie (N’Gorongoro, Serengereti, Manyara, etc) qui reçoit déjà 90% des touristes qui visitent ce pays.

Source: Presse tanzanienne.

 ——————————————

drapeau anglaisSince its official launch in 2004, the Global Geoparks Network has expanded and currently includes 100 members in 30 countries.
Tanzania is poised to add to this list. Indeed, UNESCO has suggested that Ol Donyo Lengai – the third highest mountain in the country after Kilimanjaro and Mount Meru – should be part of the global geological heritage. As a Geopark, the volcano will get a higher value in the fields of tourism, conservation and geology. Its proximity to Ngorongoro be an asset as Ngorongoro (already UNESCO World Heritage) will help localities close to Lengai – Enkare Sero, for instance – to better manage the area around the « Mountain of God. »
As a « Geopark »,  Lengai will attract the world’s attention on disaster mitigation in local communities. These will have the opportunity to take into account the climate change of the past and serve as indicators of current climate changes ; they may also adopt the best possible approach to renewable energy sources and tourism.
The « Geopark » encourages the development of sustainable tourism, which will help to improve the geographical character of Ol Doinyo Lengai and give a new impetus to the Northern Circuit of Tanzania (Ngorongoro, Serengereti, Manyara, etc. ) which already gets 90% of tourists visiting the country.

Source: Tanzanian newspapers.

Voici le sommet du volcan lors de ma visite en décembre 2002 – janvier 2003. Il a beaucoup changé depuis!

Lengai-blog

Les belles coulées de carbonatite ont disparu et le sommet est percé par un gouffre béant.

Lengai-blog-02

Un séjour au Lengai permet aussi le parcourir le Rift…

Lengai-blog-03

 …et d’aller visiter le cratère du Ngorongoro, pas très loin de là.

Lengai-blog-04

(Photos:  C.  Grandpey)

Les volcans du Guatemala en images // Images of Guatemala volcanoes

drapeau francaisUne mission scientifique a récemment eu lieu au Guatemala. Son but était d’obtenir des images radar des volcans afin de détecter des déformations qui seraient le signe d’une activité imminente, avec les risques que cela suppose pour les zones boisées ou cultivées. A bord d’un avion C20 de la NASA, un radar à synthèse d’ouverture (RSO) a, entre autres,  rassemblé sur une même photo quatre volcans parmi les plus actifs du pays. On remarquera que tous les volcans se dressent le long d’une ligne née de la subduction de la plaque des Cocos sous celle des Caraïbes.

guatemala-volcanoes-01

(Crédit photo:  NASA)

Vous verrez une image plus grande en cliquant sur ce lien :

http://i.livescience.com/images/i/000/065/328/original/guatemala-volcanoes-140424.jpeg?1398378062

Le volcan à la forme conique au centre de l’image est l’Agua (3500 mètres) qui se dresse tout près de la ville d’Antigua (35 000 habitants), inscrite au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Le volcan tire son nom de la masse d’eau qui a accompagné un lahar en 1541. Quand j’ai visité Antigua, j’ai été impressionné par les traces laissées par le lahar sur le flanc du volcan et je me suis dit que ce n’était pas forcément une bonne idée de construire une ville à cet endroit.

 guatemala-volcanoes-02

Sommet de l’Agua et trace du lahar  (Photo:  C. Grandpey)

Derrière l’Agua, on distingue parfaitement deux autres volcans. Celui de gauche est le Fuego – le volcan de feu – qui a montré une belle activité au cours des derniers mois. L’éruption la plus significative a eu lieu en septembre 2012, avec l’évacuation de plus de 30 000 personnes dans les villages au pied du volcan.

A côté du Fuego se dresse l’Acatenango dont les dernières éruptions (sans caractère particulièrement explosif) remontent aux années 1920 et à 1972. La dernière éruption digne de ce nom s’est produite il y a environ 1900 ans.

 guatemala-volcanoes-03

Le Fuego et l’Acatenangovus depuis Antigua  (Photo:  C. Grandpey)

Le volcan au premier plan est le Pacaya dont la dernière éruption a eu lieu le 2 mars 2014 avec une activité strombolienne dans le cratère Mackenney et des coulées de lave.

 guatemala-volcanoes-04

Le Pacaya  (Photo: C.  Grandpey)

La liste des volcans actifs du Guatemala serait incomplète si l’on ne mentionnait pas le Santa Maria dont les éruptions ont tué plusieurs milliers de personnes en 1902 et 1929 (voir mon livre Killer Volcanoes). En 1922 est né le Santiaguito dont l’activité est quasi permanente.

guatemala-volcanoes-05

Vue du Santa Maria (3772 m.)  [Photo:  C.  Grandpey]

guatemala-volcanoes-06

Le Santiaguito vu depuis le sommet du Santa Maria  (Photo:  C. Grandpey)

 ———————————————

drapeau anglaisA four-week radar-imaging mission was recently performed in Guatemala. Its aim was to provide data on land deformation near volcanoes, which can indicate imminent activity and danger to vegetation data in forested areas. NASA’s C20-A aircraft, carrying a Synthetic Aperture Radar (SAR), could take a picture showing four volcanoes among the most active in the country. One can notice that all the volcanoes are located along a line due to the subduction of the Cocos plate beneath the Caribbean plate.

A larger image can be seen by clicking on this link:

http://i.livescience.com/images/i/000/065/328/original/guatemala-volcanoes-140424.jpeg?1398378062

The conical volcano in the middle of the image is Agua (3,500 metres), the mountain close to Antigua (pop. 35,000) and a UNESCO World Heritage site. The volcano gets its name from a 1541 lahar, because of the watery flood associated with this event. When I visited Antigua, I was impressed by the traces left by the lahar and I told myself that building a city so close to the volcano was not the best idea.

 Behind Agua, one can see two peaks. The one on the right is Fuego – the Volcano of Fire – which has been quite active during the past months. The most significant eruption occurred in September 2012 and led to the evacuation of more than 30,000 people from nearby villages.

Next to Fuego is Acatenango, which erupted in the 1920s and again in 1972, though those eruptions did not involve explosive ejections of ash and lava. The last explosive eruption of the volcano was about 1,900 years ago.

Finally, the volcano in the foreground is Pacaya whose most recent eruption was on March 2nd 2014 with strombolian activity in the Mackenney Crater and lava flows.

However, the list of Guatemala active volcanoes should also include Santa Maria whose eruptions killed several thousand people in 1902 and 1929. Santiaguito was born in 1922 at the foot of Santa Maria and has been quite active since then.