Nouvelles informations scientifiques sur l’éruption du Mauna Loa en 2022 // New scientific information about the 2022 Mauna Loa eruption

La division « Earth Observatory » de la NASA vient de publier un document très intéressant qui donne plus d’informations sur la dernière éruption du Mauna Loa.
Le 27 novembre 2022, des fontaines de lave ont commencé à jaillir de la zone de rift nord-est du volcan et des coulées se sont dirigées vers le nord. Dix jours après le début de l’éruption, un avion de la NASA a effectué son premier vol au-dessus du volcan. Il transportait un système de radar à synthèse d’ouverture pour véhicule aérien inhabité (UAVSAR)* qui a été utilisé pour cartographier la topographie du volcan dans les moindres détails avec un instrument à bande Ka baptisé GLISTIN-A. Au départ, le GLISTIN-A est une nouvelle technique radar pour cartographier les surfaces de glace. Les applications scientifiques ont commencé en 2013 au-dessus des glaciers alpins et de la glace de mer en Alaska, et d’une plaine inondable en Californie. Ces applications se sont depuis étendues à d’autres domaines, tels que l’accumulation de neige et la dynamique des volcans. L’instrument a été déployé pour la première fois sur un volcan en 2018 lors de l’éruption du Kīlauea. Le succès de cette opération a encouragé son utilisation sur le Mauna Loa.
Des équipes du Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA et du United States Geological Survey (USGS) ont utilisé les données de ce capteur pour cartographier l’épaisseur des coulées de lave sur le Mauna Loa lors d’une série de vols les 7, 8 et 10 décembre 2022. La carte ci-dessous montre l’épaisseur des coulées de lave pendant le vol du 7 décembre. Le 8 décembre , les scientifiques de l’USGS ont remarqué une baisse significative de l’éruption et quelques jours plus tard, ils ont déclaré que l’éruption s’était arrêtée.

 

Epaisseur de la coulée de lave le 7 décembre 2022 (Source: USGS)

La carte montre l’épaisseur des coulées de lave dans la caldeira sommitale, là où l’éruption a commencé, et des coulées de lave sur le flanc nord-est du Mauna Loa. La variation de couleur du bleu à l’orange indique une augmentation de l’épaisseur de la coulée de lave. Une épaisseur maximale d’environ 25 mètres est indiquée, bien que des valeurs supérieures à 40 mètres aient été observées dans certaines zones.
L’épaississement de la lave à l’extrémité nord de la coulée est dû au refroidissement de la lave loin de la source de l’éruption, ainsi qu’à un aplanissement du terrain au niveau du col (the Saddle) entre le Mauna Loa et le Mauna Kea. Ces deux facteurs ont contribué au ralentissement et à l’accumulation de la lave dans ce secteur. Les données GLISTIN ont été superposées à une image Landsat 8 aux couleurs naturelles du volcan réalisée en 2017, et un modèle d’élévation numérique offrant une vue plus réaliste de la topographie du Mauna Loa. La photographie aérienne proposée par l’USGS ci-dessous montre une partie de la coulée de lave principale le 7 décembre 2022.

 

Vue de la coulée de lave le 7 décembre 2022 (Crédit photo: USGS)

En effectuant une comparaison avec les cartes de la topographie de cette zone avant l’éruption, y compris les données GLISTIN-A collectées en 2017, les chercheurs de l’USGS ont pu calculer la taille et le volume de la coulée de lave. Au cours de l’éruption d’environ 14 jours, le Mauna Loa a émis plus de 230 millions de mètres cubes de lave avec une coulée qui a parcouru jusqu’à 19,5 kilomètres depuis la source de l’éruption. [NDLR : On se rend compte que le volume de lave émis en 2022 est assez proche de celui émis lors de la précédente éruption de 1984 : 220 millions de mètres cubes].

* Le système UAVSAR mentionné plus haut fonctionne à partir d’une nacelle montée sous un jet Gulfstream III avec équipage du Armstrong Flight Research Center de la NASA en Californie. Des cartes topographiques générées lors de chaque vol montrent la progression et l’épaississement de la lave avec le temps. Il s’agit d’informations précieuses pour la compréhension scientifique des processus volcaniques et pour les interventions de secours d’urgence.

Un grand merci au HVO de m’avoir communiqué ces informations à propos de l’éruption.

—————————————–

NASA’s Earth Observatory has just relaesed a very interesting document that gives more information about Mauna Loa’s latest eruption.

On November 27th, 2022, lava fountains began spurting from the volcano’s Northeast Rift Zone and streams of molten rock flowed to the north. Ten days into the eruption, a NASA aircraft conducted its first flight over the erupting volcano. It carried NASA’s Uninhabited Aerial Vehicle Synthetic Aperture Radar (UAVSAR)* system, which was used to map the volcano’s topography in fine detail with a Ka-band instrument called GLISTIN-A. GLISTIN-A was originally demonstrated as a new radar technique for mapping ice surfaces. Science demonstration flights began in 2013 over alpine glaciers and sea ice in Alaska, and a floodplain in California. Its applications have since expanded to other areas, such as snow accumulation and volcano dynamics. The first time the instrument was deployed for volcano response was in 2018 during the three-month eruption of Kīlauea. The success of that operation paved the way for deployment to Mauna Loa.

Teams from NASA’s Jet Propulsion Laboratory (JPL) and the United States Geological Survey (USGS) used data from that sensor to map the thickness of those flows during a series of flights on December 7th, 8th, and 10th. The map above shows the thickness of the lava flows during the flight on December 7th, the day before USGS scientists noticed a significant decline in the pace of the eruption. A few days later, they declared the eruption had stopped. The map shows the thickness of the lava flows in the summit caldera, where the eruption began, and of lava flows on Mauna Loa’s northeastern flank. The color variation from blue to orange indicates increasing lava flow thickness. A maximum thickness of roughly 25 meters is shown, though values exceeding 40 meters were observed in some areas.

The thickening at the northern end of the flow is due to lava cooling and hardening with distance away from the vent, along with a flattening of the terrain at the saddle between Mauna Loa and Mauna Kea. Both of these factors contributed to the flow slowing down and piling up in that area. The GLISTIN data were laid over a 2017 natural-color Landsat 8 image of the mountain and a digital elevation model offering a more realistic view of Mauna Loa’s topography. The USGS aerial photograph above shows part of the main lava flow on December 7th, 2022.

By comparing to pre-eruption maps of this area’s topography, including GLISTIN-A data collected in 2017, the USGS researchers were able to calculate the size and volume of the lava flow. Over the roughly 14-day eruption, Mauna Loa erupted more than 230 million cubic meters of lava along a flow that extended up to 19.5 kilometers from the vent. [Personal note: One realizes that the volume of lava emitted in 2022 was quite close to that emitted during the previous eruption in 1984 which was 220 million cubic meters].

* The above-mentioned UAVSAR system operates from a pod mounted beneath a crewed Gulfstream III jet from NASA’s Armstrong Flight Research Center in California. Repeated topographic maps generated with each flight reveal the progression and thickening of lava with time. This is information for scientific understanding of volcano processes and for emergency response.

I do thank HVO for sending me this information about the eruption.

Retour au calme sur le Stromboli (Sicile) // Situation back to normal on Stromboli (Sicily)

Comme le montre le tracé sismique ci-dessous, on observe en ce moment un retour au calme sur le Stromboli après l’événement du 9 octobre 2022. Plus qu’une intensification de l’activité explosive – qui n’apparaît pas sur les sismos – on a assisté à un effondrement partiel de la terrasse cratèrique nord.

Dans un premier temps, cet effondrement a généré une coulée pyroclastique très spectaculaire avec une importante quantité de matériaux qui a dévalé le long de la Sciara del Fuoco avant d’atteindre la mer où l’impact a provoqué un mini tsunami.

Cette évacuation de matériaux a été suivie d’une coulée de lave qui a emprunté le chenal tracé par la coulée pyroclastique.

Plusieurs vidéos réalisées à l’aide de drones et diffusées sur les réseaux sociaux ont permis de comprendre le déroulement de la situation.

Ce n’est pas la première fois qu’un effondrement se produit au niveau des cratères et entraîne le déferlement d’une importante quantité de matériaux. Ces derniers s’accumulent au pied de la Sciara del Fuoco, en majeure partie sous le niveau de la mer. La répétition de tels événements peut entraîner une déstabilisation et l’effondrement de la masse de matériaux accumulés en profondeur, en générant un tsunami, comme cela s’est produit, par exemple, à la fin de l’année 2002, avec des dégâts causés aux habitations sur le littoral.

A noter que les derniers événements n’ont pas changé les modalités d’accès au volcan: jusqu’à 290 m d’altitude librement et jusqu’à 400 m avec accompagnement obligatoire des guides.

—————————————-

As shown in the seismic plot below, the situation is back to normal on Stromboli after the event of October 9th, 2022. More than an intensification of explosive activity – which does not appear on the seismographs – there was a partial collapse of the northern crater terrace.
Initially, this collapse generated a very spectacular pyroclastic flow with a large quantity of material which tumbled down the Sciara del Fuoco before reaching the sea where the impact caused a mini tsunami.
This evacuation of materials was followed by a lava flow which travelled along the channel dug by the pyroclastic flow.
Several videos made using drones and released on social networks have made it possible to understand the unfolding of the situation.
This is not the first time that a collapse has occurred at the craters and caused the surge of a large quantity of material. These accumulate at the foot of the Sciara del Fuoco, mostly below sea level. The repetition of such events can lead to the destabilization and the collapse of the mass of materials accumulated at depth, generating a tsunami, as happened, for example, at the end of 2002, with damage to homes on the coast.

It should be noted that the latest events have not changed the access rules to the volcano: up to 290 freely and up to 400 m with the compulsory accompaniement of the guides.

Source: LGS

Nouvelle hausse d’activité du Stromboli (Sicile) // New increase in activity of Stromboli (Sicily)

L’INGV indique qu’une succession de coulées pyroclastiques a été observée en début de matinée le 9 octobre 2022 sur le Stromboli. Par la suite, une coulée de lave bien alimentée a atteint la côte après avoir dévalé la Sciara del Fuoco. L’événement a été très spectaculaire, comme on peut le voir sur les vidéos ci-dessous :

L’activité explosive ne montre pas de variations importantes. Du point de vue sismique, à partir de 06:24 (UTC), en relation avec les coulées pyroclastiques, on a observé une augmentation de l’amplitude du tremor qui a atteint un niveau élevé avant de retrouver un niveau moyen.. Il n’y a pas de déformation significative de l’édifice volcanique.

Source: INGV.

Dernière minute : La Protection Civile a ordonné le passage du niveau d’alerte du Stromboli de jaune à Orange suite à une réunion avec les instances scientifiques. Le déclenchement de ce nouveau niveau d’alerte suppose le renforcement du système de surveillance du volcan et du lien d’information entre la communauté scientifique et les structures opérationnelles du Service National de la Protection Civile. La population de l’île est invitée à se tenir informée et à suivre strictement les indications fournies par les autorités locales de Protection Civile.
La réunion mentionnée ci-dessus a été convoquée « à la lumière de l’activité volcanique actuelle, avec le début d’une phase éruptive avec coulée pyroclastique émise depuis la zone du cratère Nord qui a rapidement parcouru la Sciara del Fuoco pour atteindre la mer, générant un effondrement de la terrasse cratèrique, suivi d’un remarquable débordement de lave ».

—————————————-

INGV indicates that several pyroclastic flows were observed in the early morning of October 9th, 2022 on Stromboli. Subsequently, a well-fed lava flow reached the coast after travelling down the Sciara del Fuoco.The event was very spectacular, as can be seen on the videos above.

The explosive activity does not show significant variations. From a seismic point of view, from 06:24 (UTC), in relation to the pyroclastic flows, an increase in the amplitude of the tremor was observed. It reached a high level before returning to an average level. There is no significant deformation of the volcanic edifice.

Source: INGV.

Last minute: The Civil Protection has raised the alert level for Stromboli from yellow to Orange following a meeting with the scientific authorities. The triggering of this new alert level includes the strengthening of the volcano monitoring system and the information link between the scientific community and the operational structures of the Civil Protection Service. The population of the island is invited to keep informed and to strictly follow the indications provided by the local Civil Protection authorities.
The aforementioned meeting was convened « in light of the current volcanic activity, with the beginning of an eruptive phase with pyroclastic flow emitted from the area of ​​the North crater that quickly travelled the Sciara del Fuoco to reach the sea , generating a collapse of the crater terrace, followed by a remarkable lava overflow ».

Source: INGV

Une coulée de lave de 75 km ! // A 75-kilometer-long lava flow !

La NASA a réussi à capturer dans sa totalité le Carrizozo Malpaís, une formation de lave longue de… 75 kilomètres. Sa largeur varie de 1 kilomètre dans sa partie la plus étroite à 5 kilomètres au niveau des extrémités. L’Administration a dû assembler quatre clichés pour capturer la coulée dans toute son ampleur. Les photos ont été réalisées depuis la Station spatiale internationale (ISS). Sur le montage final, on peut voir le Carrizozo Malpaís, une grande coulée de lave basaltique au Nouveau-Mexique.

Les différents clichés, pris le 30 juin 2022, couvrent les quelque 33.700 hectares et 75 kilomètres de long de la formation. Selon l’USGS, cette coulée de lave, en plein cœur du désert de Chihuahua, a été produite en une seule fois par une éruption il y a environ 5200 ans; elle aurait duré entre 20 et 30 ans. La source est un cône de 27 mètres de hauteur que les locaux appellent «Little Black Peak. Il est l’un des points culminants d’un volcan bouclier aujourd’hui inactif. L’USGS explique que « la coulée est l’une des plus longues connues à avoir surgi sur Terre au cours des 10 000 dernières années. » Sa composition lui a permis d’avancer facilement dans le Tularosa Basin. Une autre coulée, moins visible dans le paysage, a été émise par le Broken Back Crater au nord.

Connu depuis longtemps, le Carrizozo Malpaís n’avait pas pu être capturé dans sa totalité et en détail. Les derniers clichés constituent les images aériennes les plus détaillées jamais prises de la coulée de lave. Contrairement à ce que l’on pourrait penser en regardant la couleur très sombre de la lave, elle n’est pas dépourvue de vie. Un certain nombre d’espèces de plantes, caractéristiques des milieux désertiques, comme le figuier de Barbarie ou encore le genévrier, ont élu domicile sur la coulée.

Source: NASA.

——————————————

NASA has managed to capture the Carrizozo Malpaís in its entirety, a lava formation 75 kilometers long. Its width varies from 1 kilometer in its narrowest part to 5 kilometers at the extremities. The Administration had to put together four shots to capture the full extent of the flow. The photos were taken from the International Space Station (ISS). On the final montage, one can see the Carrizozo Malpaís, a large basaltic lava flow in New Mexico.
The various shots, taken on June 30th, 2022, cover the approximately 33,700 hectares and 75 kilometers long of the formation. According to USGS, this lava flow, in the heart of the Chihuahua Desert, was produced in one go by an eruption about 5200 years ago; it probably lasted between 20 and 30 years. The source was a 27 meter tall cone that locals call “Little Black Peak. It is one of the highest points of a now inactive shield volcano. USGS explains that « the flow is one of the longest known on Earth in the past 10,000 years. » Its composition allowed it to easily advance in the Tularosa Basin. Another flow, less visible in the landscape, was emitted from the Broken Back Crater to the north.
Known for a long time, the Carrizozo Malpaís could not be captured in its entirety and in detail. The latest snaps are the most detailed aerial images ever taken of the lava flow. Contrary to what one might think looking at the very dark color of the lava, it is not devoid of life. A number of plant species, characteristic of desert environments, such as the prickly pear or even the juniper, have taken up residence on the lava flow.
Source: NASA.

Source: NASA