La lave à Kapoho Bay: La fin d’une époque // Lava in Kapoho Bay: The end of a period

En l’espace de trois jours, des centaines de maisons, de fermes et de locations de vacances à Kapoho ont été ensevelies sous une coulée de lave impitoyable qui a bouleversé des vies et effacé de la carte toute une zone habitée de la Grande Ile. Les tide pools, célèbres pour le snorkelling, et la douceur de la baie ne sont plus que des souvenirs pour ceux qui les appréciaient et dont je fais partie.
Ce n’est pas la première fois que la Lower East Rift Zone est envahie par la lave. Le District de Puna a déjà connu cette mésaventure, en particulier à Kalapana il y a plus de vingt ans et, à Kapoho en 1960.
Le 6 juin au soir, la quasi-totalité des 500 habitations de Vacationland et de Kapoho Beach Lots avaient été détruites, ce qui est beaucoup plus que lors de l’éruption du Pu’uO’o / Kupaianaha, qui avait détruit 215 structures entre 1983 et la fin de l’éruption il y a un mois. En ce moment, il ne reste que quelques maisons dans la partie nord de Kapoho Bay.
La coulée de lave émise par la Fracture n° 8 présente une longueur de 13 kilomètres et continue d’entrer dans l’océan après avoir rempli Kapoho Bay. Le front de lave se situe maintenant à 1,3 kilomètre de l’ancien littoral.
Le nombre officiel de maisons détruites par l’éruption dans les Leilani Estates depuis le 3 mai reste à 130. Ce nombre inclut les maisons détruites à Leilani et dans les Lanipuna Gardens mais ne prend pas en compte celles détruites à Kapoho.
En termes de superficie totale couverte par la lave, les 35 années d’éruption du Pu’uO’o / Kupaianaha restent nettement en tête avec 145 kilomètres carrés. Jusqu’à présent, l’éruption actuelle a couvert 21 kilomètres carrés.
Source: Hawaii Tribune Herald.

————————————————-

In the course of three days, hundreds of homes, farms and vacation rentals in Kapoho became buried under a relentless lava flow that turned lives upside down and erased an entire community from the map, leaving its tide pools and gentle as simple memories to those who cherished them and I am one of them.

This is not the first time the Lower East Rift Zone has been invaded by lava. The scene had played out in Puna before, especially in Kalapana more than two decades ago and, before that, in the village of Kapoho in 1960.

By June 6th in the evening, nearly all of the estimated 500 residences in Vacationland and Kapoho Beach Lots had been destroyed, easily outpacing destruction from the Pu’uO’o/Kupaianaha eruption, which claimed 215 structures from 1983 until its end a month ago. Only a few homes on the north side of Kapoho Bay remained.

The lava flow spewed by Fissure 8 is now 13 kilometres long and continues to flow into the ocean after filling in Kapoho Bay. Lava now extends 1.3 kilometres from the former shoreline.

The official count of homes lost to the current eruption that started on May 3rd in the Leilani Estates remains at 130. That number includes homes lost in Leilani and Lanipuna Gardens but does not include those destroyed in Kapoho.

In terms of total land covered, the 35-year Pu’uO’o/Kupaianaha eruption remains on top with 145 square kilometres; the current eruption has covered 21 square kilometres so far.

Source : Hawaii Tribune Herald.

Nouvelle carte de l’éruption mise en ligne par l’USGS le 6 juin 2018

 

Publicités

Kilauea (Hawaii): Le point sur l’éruption // Latest news

8 heures (heure française): L’éruption continue dans la Lower East Rift Zone du Kilauea.
Les fractures n° 22 et n° 13 continuent d’alimenter les coulées qui se dirigent vers le sud, mais les entrées de lave dans l’océan le 27 mai ont diminué par rapport à la veille.
La fracture n° 6 n’est plus active.
La  fracture n° 21 est active par intermittence.
La fracture n° 7 est très active avec des fontaines de lave qui alimentent deux chenaux surélevés. Le chenal nord conduit une coulée vers le site de la centrale PGV. La lave s’est approchée du puits E avant de s’arrêter, mais elle a été réalimentée et, vers midi le 27 mai, elle a recommencé à recouvrir une partie de ce puits. Elle a également produit une coulée étroite qui s’est dirigée au nord du puits E. Ces coulées étaient toujours actives lorsque le HVO a publié sa dernière mise à jour le 27 mai dans la soirée. Les récents efforts de colmatage des puits devraient empêcher que s’échappe de l’hydrogène sulfuré (H2S).
L’Overlook Crater au sommet du Kilauea  continue à émettre des panaches de cendre. Les observations au cours de la semaine écoulée ont montré un recul des parois du cratère, et donc un agrandissement de ce dernier, en raison de leur effondrement.
Source: HVO.

Dernière minute: La Protection Civile a ordonné aux habitants des Leilani Estates dont les habitations se trouvent sur Nohea Street et Luana Street, entre Leilani Avenue et Kahukai, ainsi que sur Kupono Street entre Malama Street et Leilani Avenue, de partir immédiatement car le lave en provenance de la Fracture n° 7 se dirige rapidement vers ce secteur.

°°°°°°°°°°

22 heures (heure française) : Selon le HVO, la lave qui est sortie de la fracture n° 8 le 27 mai dans la soirée se trouvait à une cinquantaine de mètres de Pohoiki Road qu’elle menaçait de traverser vers 4 heures du matin le 28 mai. L’USGS a diffusé une nouvelle carte de l’éruption (voir ci-dessous).
On continue à observer une forte sismicité au sommet alors que la déflation se poursuit.
Les émissions de gaz restent très élevées au niveau des fractures éruptives. On s’attend à une forte présence du vog sur l’île d’Hawaï le 28 mai à cause des vents faibles. Ces derniers, combinés à des émissions sporadiques de cendre au sommet du Kilauea, peuvent entraîner d’importantes concentrations de cendre et de SO2 dans les zones sous le vent, aussi bien au sommet du Kilauea que le long des fractures dans l’East Rift Zone.

Source : HVO.

Le vog – ou brouillard volcanique – généré par l’éruption du Kilauea a atteint les Îles Marshall, à 3700 kilomètres de l’archipel hawaiien où il envahit le ciel. Les conséquences sont classiques : Les gens souffrent de symptômes bénins tels que des yeux qui brûlent, des maux de tête et des maux de gorge.
Selon le Réseau International de Santé et de Gestion des Risques Volcaniques, les personnes souffrant d’asthme ou de problèmes respiratoires ont intérêt à rester à l’intérieur. Un filtre à air ambiant peut également réduire l’inconfort généré par le brouillard, mais les masques ont un effet limité. Le Réseau recommande également à la population gens d’éviter les activités exténuantes ou d’avoir recours à l’aide médicale en cas de problèmes respiratoires. En l’absence de vent, le vog peut s’accumuler dans certaines zones que les gens doivent évacuer si la pollution s’intensifie. Les alizés envoient le vog vers l’ouest, de sorte que les zones situées à l’est de l’éruption sont relativement épargnées. Le tourisme n’a pas été affecté par le brouillard sur la majeure partie de la Grande Ile d’Hawaii.
Source: Presse internationale.

°°°°°°°°°°

23 heures (heure française): Voici les dernières nouvelles concernant les coulées de lave à Lower Puna:
– La coulée rapide qui était apparue dimanche soir et que inquiétait la Protection Civile provenait de la fracture n° 8. Cette fracture alimentait une coulée en chenal qui avançait vers le nord le long de la coulée existante, avant d’obliquer vers l’est et de sortir des Leilani Estates près de l’intersection entre Kahukai Street et Hookupu Street. A 8 heures lundi matin, la lave avait commencé à traverser Pohoiki Street, mais sa vitesse de progression a ensuite ralenti de manière significative et elle n’avançait plus que de quelques mètres par heure.
– Les fractures  6 et 13 sont inactives.
– La fracture  9 s’est réactivée mais n’émet que de petites quantités de lave.
– Les fractures 7 et 21 ne sont plus actives et les coulées de lave provenant de la fracture 21 n’avancent plus sur le site de la centrale géothermique PGV.
Source: HVO.

——————————————–

8 :00 a.m. (French time): The eruption continuous in Kilauea’s Lower East Rift Zone.
Fissures 22 and 13 continue to feed lava flows extending south, but lava entries in the ocean on May 27th had diminished compared with the day before.

Fissure 6 is no longer active.

Fissure 21 has been intermittently active.
Fissure 7 activity is very active with lava fountains feeding two perched channels. The north channel fed a flow that advanced into PGV property and approached pad E before it stalled; however, the flow was later refreshed by lava from the vent and, about noon on May 27th, started to advance again covering a portion of pad E and also producing a narrow flow to the north of pad E. These flows were still active when HVO posted its latest update on May 27th in the evening. Efforts to quench the wells are expected to prevent any release of hydrogen sulphide gas.

Ash continues to erupt intermittently from the Overlook Crater at the Kīlauea summit. Observations during the past week have documented retreat of the Overlook Crater wall due to collapse of the steep enclosing walls and rim.

Source: HVO.

Last minute: The Civil Defense has ordered Leilani Estates residents on Nohea and Luana streets between Leilani Avenue and Kahukai, and on Kupono Street between Malama Street and Leilani Avenue to evacuate immediately because of fast moving lava from fissure No. 7.

°°°°°°°°°°

10:00 p.m. (French time): According to HVO, lava from the outbreak from Fissure 8 that took place on May 27th in the evening was about 50 metres from crossing Pohoiki Road as of 4 a.m. on May 28th. USGS has released a new map of the eruption (see below).

High rates of earthquakes are occurring at the summit as deflation continues.

Volcanic gas emissions remain very high from the eruptive fissures. Widespread vog is expected on Hawaii island today along with weak winds. This wind pattern, combined with occasional bursts of ash from the Kilauea summit, may lead to build up of ash and SO2 downwind of the Kilauea summit and fissures on the East Rift Zone.

Source: HVO.

The “vog” or volcanic fog produces by the Kilauea eruption has reached the Marshall Islands, 3,700 kilometres away, where it is blanketing the sky. People are suffering from mild symptoms such as burning eyes, headaches and sore throats.

According to the International Volcanic Health and Hazard Network, or IVHHN, people with asthma or respiratory problems should stay inside. A room air cleaner can also reduce risk, but masks do little. The network also reccomends that people avoid strenuous activities outside or seek medical help if they experience breathing issues. In the absense of wind, vog can accumulate in one area, which people should evacuate if the pollution escalates. Trade winds are blowing the vog west, so any area east of the eruption is unlikely to experience strong effects from it. Tourism on most parts of the Big Island have continued as normal.

Source : International press.

°°°°°°°°°°

11 :00 p.m. (French time): Here is the latest news about the lava flows in Lower Puna :

– The fast-moving flow that broke out on Sunday night originated from Fissure 8. The fissure fed a channelized flow that moved north along the margin of the existing flow before turning east and crossing out of Leilani Estates near the intersection of Kahukai and Hookupu streets. At 8:00 a.m. on Monday morning it had started to cross Pohoiki Road, but the advance rate had slowed significantly to only a few metres per hour..
Fissures 6 and 13 are inactive.

– Fissure 9 is reactivated but erupting small amounts of lava.

– Fissures 7 and 21 are no longer active and lava flows from fissure 21 have largely stalled on PGV property.
Source: HVO.

Impressionnante photo de la coulée émise par la fracture n° 7 qui produit une spectaculaire fontaine que l’on aperçoit à l’arrière-plan (Crédit photo: USGS)

Source: USGS

Dernières nouvelles du Kilauea (Hawaii) // Latest news of Kilauea Volcano (Hawaii)

L’éruption du Kilauea continue au sommet et sur l’East Rift Zone.
Le lac de lave dans le cratère de l’Halema’uma’u reste à un niveau élevé (environ 25 mètres sous la lèvre du cratère), avec des projections parfois visibles depuis la terrasse du Jaggar.Museum. Quelques effondrements des parois du cratère se sont produits ces derniers jours. Les abords de l’Overlook Crater ainsi que tous les sentiers qui traversent la caldeira sommitale du Kilauea restent interdits d’accès.
Le Pu’uO’o connaît une légère phase d’inflation et on a récemment observé des coulées de lave sur le plancher du cratère.
Il n’y a aucune coulée de lave de l’épisode 61g sur la plaine côtière ou sur le pali, et aucune lave n’entre dans l’océan. Le champ de lave est actif se situe au-dessus du Pulama pali et ne constitue pas une menace pour les zones habitées. Il convient de noter que la partie supérieure du champ de lave, là où on observe les coulées actives, se trouve dans la réserve naturelle de Kahauale’a qui est fermée au public depuis 2007 par le Département des ressources naturelles (DLNR) pour des raisons de sécurité..
Source: HVO.

————————————-

The eruption of Kilauea continues both at the summit and on the East Rift Zone.

The summit lava lake within Halema’uma’u Crater remains at a high level (about 25 metres beneath the crater rim), with spattering visible at times from the Jaggar Museum. A few collapses of the crater walls occurred in the past days. Access to the Overlook Crater is cloed , as well as all the trails within Kilauea’s summit caldera.

The Pu’uO’o cone has been inflating and recently produced lava flows on the crater floor.

There is no lava flow activity from the Episode 61g lava flow on the coastal plain or on the pali, and no lava is flowing into the ocean. The flow field is active above Pulama pali and does not pose a threat to nearby communities at this time. It should be noted that areas of the upper flow field with active lava flows are located within the Kahauale’a Natural Area Reserve which has been closed to the public by the Department of Land and Natural Resources (DLNR) since 2007 due to volcanic hazards.
Source: HVO.

Image satellite montrant les coulées actives le 12 avril 2018 (Source: NASA, USGS, HVO)

Vue de l’Overlook Crater dans le cratère de l’Halema’ua’u (Photo: C. Grandpey)

Shinmoedake (Japon / Japan)

Une coulée de lave était parfaitement visible le 9 mars 2018 sur les webcams dirigées vers le Shinmoedake, après les épisodes éruptifs des jours précédents. Selon des témoins, il semble que la lave s’écoulait depuis la lèvre nord-ouest du cratère.
L’Agence météorologique japonaise (JMA) a confirmé que l’éruption s’est arrêtée tôt le matin du 9 mars et que la lave débordait du cratère. .
Le niveau d’alerte est maintenu à 3, avec les restrictions d’accès mentionnées précédemment.
Les images satellites révèlent qu’une forme de relief s’est agrandie à l’intérieur du cratère. Elle mesure maintenant 650 mètres de diamètre, contre 550 mètres le 7 mars, avec la présence possible d’un dôme de lave.
Sources ; JMA, The Japan Times, The Mainichi.

——————————————-

A lava flow was clearly visible on March 9th, 2018 on the webcams directed at Shinmoedake after the eruptive episodes of the previous days. From witnesses, it appears lava was flowing from the northwest rim of the crater.

The Japan meteorological Agency indicates that the eruption stopped in the early morning of March 9th and that lava had spilled over the crater rim. .

The alert level is kept at 3, with the access restrictions I mentioned before.

Satellite images reveal that a landform within the volcano’s crater has expanded in size. It now measures 650 metres in diameter, versus 550 metres on March 7th, with the presence of a possible lava dome.

Sources ; JMA, The Japan Times, The Mainichi.

Séquence éruptive sur le Shinmoedake (capture image webcam)

Troisième coulée de lave sur le Mayon (Philippines) // Third lava flow on Mayon Volcano (Philippines)

Dans sa dernière mise à jour, le PHILVOCS indique qu’une troisième coulée de lave est apparue sur le Mayon. Elle descend la ravine Basud sur 3 kilomètres. Les coulées de lave dans les ravines Miisi et Bonga-Buyuan ont atteint respectivement 3,2 km et 4,5 km.
Au cours de ses dernières 24 heures, le PHILVOCS a enregistré 16 séismes d’origine volcanique et au moins trois événements de fontaines de lave.
Bien que les instruments montrent des mesures inférieures aux jours précédents, il n’y a aucun signe que l’activité du Mayon a diminué.
Une fois encore, le PHILVOCS demande au public de ne pas pénétrer dans la zone de danger de 8 km. Le niveau d’alerte est maintenu à 4 sur le volcan.
Source: PHILVOCS.

————————————-

In its latest update, PHILVOCS indicates that a third lava flow is coming from Mount Mayon. It is travelling down from the Basud Channel over 3 kilometres. Lava flows in the Miisi and Bonga-Buyuan channels reached 3.2 km and 4.5 km, respectively.

During its last 24 hours, PHILVOCS recorded 16 volcanic quakes and at least three lava fountaining events.

Although instruments showed lower figures compared to previous days, there is no sign that Mayon’s high level of unrest had waned.

Again and again, PHILVOCS asks the public to stay away from the 8-km danger zone while Alert Level 4 is kept over the volcano.
Source: PHILVOCS.

Source: PHILVOCS

Détournement des coulées de lave // Diversion of lava flows

Au cours de l’histoire, les hommes on tenté à plusieurs reprises de détourner des coulées de lave qui devenaient une menace pour les zones habitées. La première tentative de ce genre a eu lieu en 1669, lorsqu’un flot de lave en provenance de l’Etna menaça la ville de Catane. Cette tentative fut largement infructueuse, en partie à cause de l’opposition des citoyens de Paterno. Des tentatives pour détourner la lave du Mauna Loa sur l’île d’Hawaii ont été réalisées en 1935 et 1942. Des digues de terre ont été construites à la hâte pour détourner des coulées du Kilauea en 1955 et 1960, sans grand succès.
Le premier détournement de lave positif a eu lieu en 1973 sur l’île d’Heimaey en Islande quand une coulée de lave a’a a pu être stoppée et un port sauvé en envoyant d’importantes quantités d’eau de mer sur la coulée de lave pour entraver sa progression.
Lors de l’éruption de l’Etna en 1983, des scientifiques ont réussi, pour la première fois, à utiliser des explosifs pour détourner une importante coulée de lave. Ces efforts ont été couronnés de succès mais ont posé un problème juridique. Comme me l’a expliqué H. Tazieff un jour, «sommes-nous autorisés à envoyer la lave sur une terre qui serait autrement épargnée?
Au cours de l’éruption de l’Etna de 1991 à 1993 qui menaçait la ville de Zafferana Etnea, des explosifs ont été installés dans des tunnels de lave dans la haute Valle del Bove. Il semble que l’opération ait été un succès, même si au moment où elle a eu lieu, l’éruption avait bien baissé d’intensité. Le succès de l’opération n’a jamais vraiment été prouvé.
Comme je l’ai écrit ci-dessus, une coulée de lave a été bombardée pendant l’éruption du Mauna Loa en 1935 à Hawaii car elle aurait pu menacer la ville de Hilo. Il se dit souvent que Thomas Jaggar, fondateur de l’Observatoire des Volcans d’Hawaï, a été capable d’arrêter la coulée de lave, mais tout le monde n’en est pas aussi sûr!

L’éruption a commencé le 21 novembre 1935. Six jours plus tard, l’ouverture d’une bouche à une altitude de 2 550 mètres sur le flanc nord du Mauna Loa a envoyé une coulée de lave a’a vers le nord. Dans le même temps, de la lave pahoehoe s’accumulait pendant deux semaines à la base du Mauna Kea, puis commençait à avancer vers Hilo à une vitesse d’environ 1,6 km par jour.
Le 23 décembre, craignant que la coulée atteigne le cours supérieur de la rivière Wailuku qui alimentait en eau la ville de Hilo, Jaggar appela les responsables de la base de l’armée de l’air américaine à Oahu et leur demanda de bombarder la source de la coulée de lave. Il espérait que les tunnels ou les chenaux de lave seraient détruits, empêchant ainsi la coulée de progresser, tout en alimentant une autre coulée qui recouvrirait la même zone. Le bombardement a eu lieu le 27 décembre et la lave a cessé de couler pendant la nuit du 1er au 2 janvier 1936.
Jaggar a publiquement félicité l’armée pour sa réactivité et sa précision technique pour le largage des bombes sur les cibles sélectionnées. À son tour, Jaggar a été félicité pour la réussite de sa tentative pour sauver Hilo.
Ce que l’on sait moins, c’est qu’un géologue de l’USGS, Harold Stearns, était à bord du dernier avion qui a largué les bombes sur les zones choisies par Jaggar. A 12h40 le 27 décembre, son avion a largué deux bombes de 270 kilogrammes (chacune avec 135 kilogrammes de TNT), mais elles ont raté leur cible d’une centaine de mètres.
Dans une lettre adressée à Jaggar en janvier 1936, Stearns s’est interrogé sur l’efficacité de la tentative de bombardement. Jaggar a répondu que l’examen de la source de la coulée montrait que « ce chenal a été brisé par les bombardements et de nouvelles coulées se sont déversés sur les flancs de l’amoncellement de matériaux …. Je n’ai aucun doute que cette perforation du  tunnel source [par les bombes] a ralenti la progression du front … »
Stearns ne fut pas convaincu par la réponse de Jaggar. Dans son autobiographie parue en 1983, il a écrit au sujet du bombardement de la coulée du Mauna Loa: « Je suis sûr que c’était une coïncidence …. »
Aujourd’hui, la plupart des scientifiques sont d’accord avec les conclusions de Stearns. Le bombardement a-t-il, oui ou non, arrêté la coulée de lave du Mauna Loa en 1935 ? C’est toujours un sujet très controversé !
Source: USGS / HVO.

—————————————

Throughout history, men have tried several times to divert lava flows that were becoming a threat to populated areas. The first attempt was this kind occurred in 1669, when a flow from Mount Etna volcano threatened the city of Catania. This attempt was largely unsuccessful, in part due to opposition by citizens of another town, Paterno. Attempts to divert lava flows from Mauna Loa Volcano on the island of Hawaii by aerial bombing were made in 1935 and 1942. Earthen barriers were hurriedly constructed in attempts to divert flows from Kilauea Volcano, Hawaii in 1955 and 1960, with little success.

The first successful lava diversion took place in 1973 on the island of Heimaey (Iceland), when a thick lava flow was impeded and a harbour saved by pumping massive quantities of seawater over advancing aa lava.

During the 1983 eruption of Etna, Italian scientists managed, for the first time, to use explosives to divert a major lava flow. These efforts were fairly successful, although they posed a legal problem. As H. Tazieff told me one day, “are we allowed to send lava on a land that would otherwise pe spared?”

During the 1991-93 eruption of Mt Etna that was becoming a threat to the city of Zafferana Etnea, explosives were lowered in tunnels in the upper Valle del Bove. It seems the operation was a success, but by the time it occurred, the eruption was far less intense and the success of the operation has never really been proved.

As I put it above, bombings of a lava flow were performed during the 1935 eruption of Mauna Loa in Hawaii in an attempt to stop a lava flow that might have threatened the city of Hilo. A widely-held belief is that Thomas Jaggar, founder of the Hawaiian Volcano Observatory, was able to stop the lava flow. But everybody is not so sure !

The eruption began on November 21st, 1935. Six days later, an unusual breakout at an elevation of 2,550 metres on the north flank of Mauna Loa sent a’a lava to the north. Pahoehoe lava ponded at the base of Mauna Kea for two weeks before advancing toward Hilo at a rate of about 1.6 km per day.

On December 23rd, fearing that the flow would reach the headwaters of the Wailuku River, which supplied water for the town of Hilo, Jaggar called on the United States Army Air Corps, based on Oahu, to bomb the lava flow source. His hope was that the lava tubes or channels could be destroyed, thereby robbing the advancing flow while feeding another flow that would re-cover the same area. The flow was bombed on December 27th, and lava stopped flowing during the night or early morning of January 2nd, 1936.

Jaggar publicly praised the Army for its responsiveness and technical accuracy in delivering the bombs to his selected targets. In turn, Jaggar was praised for his successful experiment and saving Hilo.

What is not widely known is that a USGS geologist, Harold Stearns, was on board the last plane to deliver bombs to Jaggar’s targeted areas. At 12:40 p.m. on December 27th, his plane dropped two 270-kilogram bombs (each with 135 kilograms of TNT), but they hit a hundred metres from their target.

In a letter to Jaggar in January 1936, Stearns questioned the effectiveness of the bombing. Jaggar wrote back that later examination of the flow’s source showed that “This channel was broken up by the bombing and fresh streams poured over the side of the heap…. I have no question that this robbing of the source tunnel slowed down the movement of the front….”

Stearns remained unconvinced. In his 1983 autobiography, he wrote about bombing the Mauna Loa flow: “I am sure it was a coincidence….”

Modern thinking mostly supports Stearns’ conclusion. Whether or not the bombing stopped the 1935 Mauna Loa lava flow remains a controversial topic today.

Source : USGS / HVO.

Préparation de l’opération « Thrombose » sur l’Etna en 1993.

(Photos: C. Grandpey)

Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion): Situation stable

L’éruption débutée le 14 juillet se poursuit et semble avoir trouvé sa vitesse de croisière. En effet, l’intensité du tremor est relativement stable depuis plus de 72 heures et pratiquement équivalente à celle observée le deuxième jour d’éruption.

Source : OVPF.

Voici une nouvelle photo prise le 20 juillet. Elle confirme que la coulée qui s’échappe du cône volcanique reste bien alimentée.

—————————————-

The eruption that started on July 14th continues and seems to have found its cruising speed. Indeed, the tremor intensity has been relatively stable for more than 72 hours and practically equivalent to that observed on the second day of the eruption.
Source: OVPF.
Here is a new photo taken on July 20th. It confirms that that lava flow coming out of the volcanic cone is still well fed.

Crédit photo: Christian Holveck