Le méthane du lac Kivu (Rwanda / RDC) : entre menace et légende…

À cheval entre la République Démocratique du Congo et le Rwanda, à 1460 m d’altitude, le lac Kivu est l’un des dix Grands Lacs d’Afrique. D’un point de vue géologique, il a des points communs avec les lacs Nyos et de Monoun au Cameroun ; en effet,  le Kivu est méromictique, c’est-à-dire qu’il renferme de très fortes concentrations de gaz – dioxyde de carbone (CO2)  et méthane (CH4) en particulier – produits par l’activité volcanique de la région et la décomposition des matières organiques. Selon les scientifiques, cette étendue d’eau dont la profondeur approche par endroits 500 mètres contiendrait quelque 60 milliards de mètres cubes de méthane dissous et environ 300 milliards de mètres cubes de dioxyde de carbone..

En conséquence, les populations qui se trouvent autour du lac Kivu sont sous la menace d’une éruption limnique caractérisée par le dégazage brutal du lac, comme cela s’est produit en 1986 au lac Nyos où plus de 1700 paysans ont été asphyxiées par une déferlante de CO2. Deux ans auparavant, un phénomène semblable était survenu aux abords du lac Monoun, avec 37 victimes. Or, le Kivu contient probablement mille fois plus de gaz que le Nyos dans une région où vivent plus de deux millions de personnes.

En plus du risque d’éruption limnique ; le lac Kivu se trouve à proximité du volcan Nyiragongo. Au cours de l’éruption de 2002, la lave est entrée dans le lac après avoir traversé la ville de Goma et ses 400 000 habitants. On a cragnait que ce contact entre la lave et l’eau déstabilise le lac et provoque des émanations toxiques, mais la situation n’a pas eu de conséquences majeures.

Cette concentration menaçante de méthane est aussi, paradoxalement, une chance pour la région. Il est en effet aujourd’hui possible d’exploiter commercialement le gaz du lac Kivu. Selon certaines estimations, cette exploitation pourrait produire jusqu’à 700 mégawatts d’électricité.  Les sociétés américaines Symbion Power et ContourGlobal extraient le gaz pour alimenter des centrales électriques. Un nouveau projet baptisé KivuWatt, lancé en 2016 génère 26 mégawatts, destinés au réseau local.

Au final, l’exploitation du méthane présente un double avantage : elle fournit de l’électricité tout en réduisant les risques de dégazage intempestif. Le problème, c’est que la rentabilité des projets reste incertaine, mais devrait s’améliorer dans les prochaines années. .

Comme beaucoup de sites géologiques et volcaniques, le lac Kivu possède une légende – très coquine celle-là – concernant son apparition. Elle raconte qu’au temps de la Troisième Dynastie, l’épouse du roi Kamagere , qui se lassait d’attendre son mari parti en guerre, demanda à un soldat de la garde royale de lui faire l’amour. Celui-ci n’en menait pas large car il craignait que ce comportement puisse le condamner à mort. Il accéda toutefois à la demande de la femme. Il approcha son pénis tremblant du clitoris de la souveraine et c’est là que l’histoire trouve toute sa subtilité. Les vibrations furent si intenses qu’elles procurèrent à la reine un plaisir tel qu’elle éjacula et donna naissance au lac Kivu….

Cette légende est racontée dans L’eau sacrée, un documentaire du réalisateur belge Olivier Jourdain. Vous trouverez la bande-annonce en cliquant sur ce lien.

https://youtu.be/BpIxdW-CW_E

Le lac Kivu vu depuis l’espace (Source : NASA)

Nouvel épisode explosif sur le Stromboli (Sicile) // New explosive episode on Stromboli (Sicily)

Aujourd’hui dimanche 19 juillet 2020, c’est le jour choisi par le Stromboli pour attirer l’attention. Deux fortes explosions ont secoué le volcan vers 5 heures du matin et provoqué un mouvement d’angoisse parmi la population qui garde à l’esprit les événements explosifs des derniers moi, avec un mort le 3 Juillet 2019, un randonneur qui gravisait le volcan côté Ginostra. L’INGV indique que les explosions stromboliennes ont projeté des matériaux  incandescents qui ont arrosé toute la terrasse cratèrique ainsi que la Sciara del Fuoco, comme on peut le voir sur l’image de la caméra thermique ci-dessous. Il n’est toutefois fait état d’aucun dégât. .

Selon l’INGV, les deux explosions ont été moins intenses que celle du 3 juillet 2019.

Des centaines de touristes sont présents à Stromboli ces jours-ci. Les habitants ont essayé de les rassurer et souligné qu’il n’y a pas de danger sur l’île. D’ailleurs, les sirènes n’ont pas retenti. Depuis deux jours, le >Stromboli offrait un beau spectacle fascinant tant de la mer que depuis l’altitude de 290m, la limite autorisée pour les randonneurs, pour des raisons de sécurité.

Plus de peur que de mal, donc, mais les événements de ce matin montrent que les restrictions d’accès au volcan sont parfaitement justifiées.

Source : La Sicilia.

Voici une vidéo montrant les explosions de ce matin. Il y avait vraiment beaucoup de pression sous le volcan. Heureusement que l’événement s’est produit à une heure où les touristes sont encore en train de dormir!

——————————————

Today Sunday, July 19th, 2020, was the day chosen by Stromboli to attract attention. Two strong explosions shook the volcano at about 5 a.m. and caused a movement of anguish among the population who keep in mind the explosive events of the last months, with one dead on July 3rd, 2019, a hiker who climbed the volcano, side Ginostra. INGV explains the Strombolian explosions threw incandescent materials that sprayed the entire crater terrace as well as the Sciara del Fuoco, as can be seen in the thermal camera image below. However, no damage has been reported. .
According to INGV, the two explosions were less intense than that of July 3rd, 2019.
Hundreds of tourists are present at Stromboli these days. The locals tried to reassure them and stressed that there was no danger on the island. This was confirmed by the fact the sirens did not sound. Stromboli has offered a fascinating show for the past two days, both from the sea and from the altitude of 290m, the limit authorized for hikers, for safety reasons.
More fear than harm, then, but this morning’s events confirm that the access restrictions to the volcano are perfectly justified.
Source: La Sicilia.

Stromboli (Sicile)

Dans ma note du 29 mars 2020 à propos des anneaux de fumée au-dessus du volcan, j’indiquais que l’activité du Stromboli (Sicile) était assez intense avec 15-20 événements VLP par heure, correspondant aux explosions qui étaient principalement localisées dans la partie NE de la terrasse cratèrique. Ce haut niveau d’activité s’accompagne maintenant d’un débordement de lave qui a été observé pour la première fois le 30 mars. La lave a dévalé la Sciara del Fuoco et a atteint le littoral le 31 mars. Ce phénomène s’est accompagné de signaux sismiques révélant probablement des glissements de terrain et des blocs incandescents en train de rouler sur le flanc du volcan.
Source : INGV.

———————————–

In my post of March 29th, 2020 abou the smoke rings above the volcano, I indicated that activity at Stromboli (Sicily) was quite intense with 15-20 VLP events per hour, corresponding with the explosions that were mostly located in the NE part of the crater terrace. This high level of activity is now characterised by a lava overflow that was first observed on March 30th. Lava travelled down the Sciara del Fuoco and reached the coastline on March 31st.This phenomenon was accompanied by seismic signals that can be associated with landslides and the rolling of incandescent material.

Source : INGV.

La coulée de lave vue par la webcam INGV

++++++++++

Ce soir à 20 heures (heures locale), la lave continuait à s’écouler le long de la Sciara del Fuoco.

——————————

Tonight at 20:00, lava was still flowing along the Sciara del Fuoco.

Source : webcam INGV

Quand le Stromboli « fume la pipe »…

D’après le Laboratorio Geofisica Sperimentale, l’activité du Stromboli (Sicile) ces derniers jours a  consisté en explosions stromboliennes dont le siège se trouvait principalement dans la partie NE de la terrasse cratérique. Le tremor se maintient à des valeurs moyennes. Le nombre d’événements VLP (Very Long Period) correspondant aux explosions stromboliennes reste élevé avec entre 15 et 20 événements par heure. Les émissions de SO2 et de CO2 présentent des niveaux bas, avec respectivement des moyennes de 52 tonnes et 549 tonnes par jour.

Comme le fait l’Etna de temps en temps, il arrive au Stromboli de « fumer la pipe » en envoyant de beaux ronds de fumée dans le ciel. Le phénomène a été observé le 27 mars 2020.

Les anneaux de fumée ne sont pas des phénomènes exceptionnels. Des fumeurs peuvent les provoquer en positionnant leurs lèvres et en exhalant la fumée de cigarette d’une certaine manière. Ces ronds apparaissent souvent autour des pots d’échappement des voitures ou autour de la bouche des canons, en particulier dans les bandes dessinées.

Dans son ouvrage Sur l’Etna auquel je faisais référence en indiquant que le Stromboli « fumait la pipe », Haroun Tazieff écrivait en 1991 que « ces ronds de fumée sont provoqués par la convection des gaz lancés à grande vitesse par l’orifice circulaire de la bouche ». Quelques années plus tard, je fus moi-même témoin du phénomène sur l’Etna (voir photos ci-dessous). Dans un échange de correspondance avec le célèbre volcanologue, j’écrivais que « l’expulsion centrale plaquerait les gaz sur la paroi de la bouche où ils s’enrouleraient sur eux-mêmes pour finir par sortir en anneau, étant donné la forme de l’ouverture ». H.. Tazieff me répondit – croquis de sa main à l’appui – que sa propre explication des anneaux était proche de la mienne. « La différence tient essentiellement dans la coupe de la bouche, ce qui, au moment de la bouffée, crée un excès de gaz (diamètre large sous l’évent, diamètre faible de l’évent lui-même) avec, naturellement, accélération des gaz dans la partie centrale et freinage au contact des parois tout autour, d’où ‘enroulement’ des gaz à la périphérie de l’ensemble ».

Les scientifiques expliquent que, pour obtenir un rond, il faut deux conditions initiales : de la fumée et une vitesse de départ. Dans le cas du volcan, ce sont les fumerolles et l’air chaud ascendant émis par une bouche qui sont susceptibles de générer les anneaux. Mais tous les jets de fumée ne donnent pas des ronds ! Un rond de fumée ne peut s’obtenir que si le jet est discontinu. Il se forme alors autour d’un cœur autour duquel le fluide tourne. Chaque partie de l’anneau est soumise à la vitesse induite des autres parties : la moitié droite de l’anneau tourne dans le sens des aiguilles d’une montre, et la moitié gauche dans le sens inverse.

L’anneau ne peut donc pas rester immobile : il est en mouvement permanent par rapport au fluide qui l’entoure. C’est pourquoi les anneaux de fumée du Stromboli ne sont pas restés immobiles au-dessus du volcan. Ils se sont ensuite dirigés vers le NE et ils ont salué au passage le village de Stromboli.

Quand l’Etna « fume la pipe » (Photos: C. Grandpey)

Volcan Taal (Philippines) : Un sacré pétard ! // A very dangerous explosive volcano

Il va falloir suivre avec attention l’évolution de l’éruption du Taal car l’histoire du volcan montre qu’il peut être particulièrement méchant. Voici un résumé de ce que j’écrivais dans mon livre « Killer Volcanoes », aujourd’hui épuisé.

Plusieurs évents éruptifs parsèment le fond du Lac Taal au centre duquel se dresse Volcano Island. Cette île, d’un diamètre d’environ cinq kilomètres, a été le siège des dernières éruptions.

Une population importante s’est installée autour du Lac Taal, facile d’accès depuis la capitale, et très prisé des Philippins qui apprécient sa beauté. De plus, de nombreuses fermes d’élevage de poissons ont envahi les lieux de sorte que l’île voit sa population augmenter régulièrement, malgré l’interdiction d’installation de structures permanentes décrétée par le PHILVOCS.

L’éruption de 1911 est la plus meurtrière de l’histoire du Taal. Précédées d’une forte sismicité,  de violentes explosions précèdent l’éruption proprement dans l’évent central du volcan avec de puissants épisodes explosifs phréatiques. Le vacarme des détonations est perçu à 500 kilomètres. Elles sont accompagnées de surges ou déferlantes basales qui  entraînent la mort de 1334 personnes. La cendre retombe en abondance sur les villages situés autour de la caldera. La couche atteint une épaisseur de 25 à 80 cm. Poussée par le vent, elle arrive jusqu’à Manille.

L’éruption de 1965 se produit dans le secteur du cône Tabaro, petit évent adventif sur le flanc sud-ouest de l’île. Elle débute le 28 septembre par des explosions modérées qui deviennent phréatomagmatiques et particulièrement violentes. La nouvelle bouche éjecte des matériaux jusqu’à 20 kilomètres d’altitude. Il ne fait aucun doute que l’on assiste à une redoutable éruption plinienne qui s’accompagne de déferlantes basales extrêmement rapides qui se déplacent jusqu’à 4 km de distance et déclenchent des tsunamis. Des villages sur les berges du lac sont détruits et deux cents personnes périssent dans le cataclysme.

La dernière éruption de 1977 débute le 3 octobre dans la partie nord-est du cratère formé en 1976. On observe de faibles émissions de cendre qui incitent les autorités à faire évacuer la population de l’île bien que cette activité explosive soit relativement modérée. Le panache le plus haut s’élève à seulement cinq cents mètres au-dessus du volcan. Aucune victime n’est à déplorer.

Ces différents événements expliquent les appels à la prudence et les mises en garde du PHIVOLCS. Déferlantes basales et tsunamis font partie de l’histoire du Taal et sont appelés à se reproduire un jour ou l’autre.

+++++++++

Situation le 13 janvier 2020 à 7 heures (heure française): Le dernier bulletin du PHIVOLCS indique que l’éruption du Taal continue et que la sismicité reste élevée, ce qui traduit la poursuite de l’intrusion magmatique sous l’édifice volcanique.

Malgré l’éruption, l’aéroport international de Manille, situé à 65 km du volcan, a repris ses activités. Il est toutefois demandé aux passagers de s’assurer auprès de leurs compagnies que les vols sont maintenus.

°°°°°°°°°

12 heures : Dans sa dernière mise à jour de16 heures- heure locale (9 heures – heure française), le PHIVOLCS indique qu’après un bref déclin de l’activité, l’éruption du Taal a repris de plus belle avec de petites  fontaines de lave sporadiques et une activité phréato-magmatique dans le Cratère Principal. Elle a généré des panaches de vapeur et de cendre d’environ 2 km de hauteur. De nouvelles bouches éruptives se sont ouvertes sur le flanc nord, donnant naissance à des fontaines de lave de 500 mètres de hauteur.
Depuis la dernière mise à jour, d’importantes retombées de cendre ont affecté plusieurs zones au sud-ouest de Volcano Island.
Le PHIVOLCS rappelle au public que cette cendre peut causer des problèmes de santé. Il est conseillé à la population d’éviter l’inhalation de la cendre et d’utiliser des masques ou un chiffon humide pour se rendre à l’extérieur des maisons. Les automobilistes doivent conduire avec une extrême prudence car la cendre peut entraîner une mauvaise visibilité et, lorsqu’elle est mouillée, rendre les routes glissantes.
La sismicité reste élevée avec plusieurs événements ressentis par la population. Comme je l’ai expliqué précédemment, une telle activité sismique intense correspond probablement à la poursuite d’une intrusion magmatique sous l’édifice volcanique, avec le risque d’une activité éruptive plus intense.

————————————————

The evolution of the Taal eruption will have to be monitored carefully because the history of the volcano shows that it can be particularly nasty. Here is a summary of what I wrote in my book « Killer Volcanoes« , now out of print.

Several eruptive vents dot the bottom of Taal Lake at the centre of which stands Volcano Island. This island, about five kilometres in diameter, has been the site of the latest eruptions.
A large population settled around Lake Taal, easily accessible from the capital, and very popular with Filipinos who appreciate its beauty. In addition, many fish farms have invaded the area so that the population of the island increased regularly, despite the ban on the installation of permanent structures decreed by PHILVOCS.

The 1911 eruption was the deadliest in the history of Taal. Preceded by strong seismicity, violent explosions preceded the eruption itself in the central vent of the volcano with powerful phreatic explosive episodes. The noise of detonations could be heard 500 kilometres away. They were accompanied by surges which caused the deaths of 1334 people. Huge amounts of ash fell in on the villages located around the caldera. The layer was up to 25 to 80 cm thick. Pushed by the wind, it reached Manila.

The 1965 eruption occurred in the area of ​​the Tabaro cone, a small adventive vent on the southwest flank of the island. It began on September 28th with moderate explosions which became phreatomagmatic and particularly violent. The new vent ejected materials up to 20 km a.s.l. It was undoubtedly a dreadful plinian eruption accompanied by extremely rapid surges that travelled as far as 4 km and triggered tsunamis. Villages on the banks of the lake were destroyed and two hundred people perished in the disaster.

The last eruption of 1977 began on October 3rd in the northeastern part of the crater formed in 1976. There were low ash emissions which incited the authorities to evacuate the population of the island although this explosive activity was relatively moderate. The tallest plume rose five hundred metres above the volcano. No casualties were reported.

These various events explain PHIVOLCS’ calls to caution and  warnings. Surges and tsunamis are part of the history of Taal Volcanoand are bound to happen again sooner or later.

+++++++++

Latest news at 7 a.m. (French time): The latest PHIVOLCS bulletin indicates that the Taal eruption continues and that seismicity remains elevated, which indicates magmatic intrusion is going on beneath the volcanic edifice.
Despite the eruption, Manila International Airport, located 65 km from the volcano, has resumed operations. Passengers are however requested to check with their companies to ensure that flights are maintained.

°°°°°°°°°°

Midday noon: In its 4 p.m. update, PHIVOLCS indicates that after a brief waning of activity, Taal’s eruption resumed immediately with weak sporadic lava fountaining and phreatomagmatic activity at the Main Crater that generated steam-laden plumes approximately 2 km tall. New lateral vents have opened up on the northern flank releasing 500m lava fountains.

Since the last update, heavy ashfall from the ongoing eruptions of Taal has reportedly fallen in several areas southwest of the volcano island.

PHIVOLCS reminds the public that ashfall can cause health problems. Affected populations are advised to avoid inhalation of ash and use facemasks or wet cloth or towel when going outdoors. Motorists are advised to drive with extreme caution as ash can cause poor visibility and, when wet, can make roads slippery.

Seismicity is still high with several events felt by the population. As I put it before, such intense seismic activity probably signifies continuous magma intrusion beneath the Taal edifice, which may lead to more intense eruptive activity.

Crédit photo: Wikipedia

Stromboli (Sicile)

L’activité du Stromboli (Sicile) était encore assez intense dans les derniers jours de décembre. Elle se caractérisait par la poursuite de l’activité explosive, principalement à partir de trois bouches dans la zone cratérique nord et au moins trois bouches dans la zone cratérique centre-sud. Le 27 décembre, la lave a commencé à s’échapper d’une bouche  de la zone centre-sud et a parcouru quelques centaines de mètres dans la partie supérieure de la Sciara del Fuoco. Des explosions d’intensité variable se produisaient à raison de 3 à 17 événements par heure dans la zone nord, avec des projections de lapilli et de bombes jusqu’à 80-150 mètres de hauteur. Des explosions d’intensité moyenne à forte dans la zone centre-sud se produisaient à un rythme de 6 à 12 événements par heure et éjectaient des matériaux parfois à plus de 150 mètres de hauteur.
Source: INGV, relayé par GVN.

—————————————-

Activity of Stromboli (Sicily) was still quite intense in the last days of December. It was characterized by ongoing explosive activity mainly from three vents in the north crater area  and at least three vents in the south central crater area. On December 27th, lava began effusing from a vent in the south-central area and travelled a few hundred meters in the upper part of the Sciara del Fuoco. Variable-intensity explosions occurred at a rate of 3-17 events per hour in the north crater area and ejected lapilli and bombs up to 80 – 150 metres above the vents. Medium- to- high-intensity explosions from the south-central area occurred at a rate of 6-12 events per hour and ejected material sometimes higher than 150 metres above the vents.

Source : INGV, relayed by GVN.

Photo: C. Grandpey

1914: Dix mineurs périssent à White Island (Nouvelle Zélande) // Ten miners died at White Island (New Zealand)

  Quand j’ai mis le pied sur White Island en 2009, j’ai été fasciné par ce lieu désertique où les seuls bruits que l’on perçoit sont les glougloutements des mares de boue et le sifflement des jets de vapeur qui s’échappement des évents dans les falaises, signes évidents que le volcan ne dort que d’un oeil.

Dans la partie sud de l’île on peut encore voir les restes d’une structure d’exploitation du soufre abandonnée en 1934, mais qui nous rappelle que vingt années auparavant, dix mineurs ont perdu la vie en ces lieux et que leurs corps n’ont jamais été retrouvés.

Le 7 septembre 1914, dix hommes débarquent sur l’île où ils doivent séjourner plusieurs semaines afin d’exploiter les dépôts de soufre. Albert Mokomoko, le pilote du bateau qui est parti d’Opotiki avec les ouvriers à son bord, promet de revenir la semaine suivante en apportant des vivres et le courrier.

Le 10 septembre, les habitants sur la côte de la Bay of Plenty aperçoivent des nuages noirs qui montent dans le ciel au-dessus de White Island tandis que le vent du large apporte une odeur de soufre inhabituelle.

Le 15 septembre, comme promis, Albert Mokomoko quitte le petit port d’Opotiki et navigue en direction de White Island. La mer est mauvaise et il ne lui est pas possible d’accoster sur l’île. Personne ne répond aux appels qu’il lance en direction du site d’exploitation du soufre.

De retour à Opotiki, il fait par de son inquiétude à ses proches. Les jours suivants, la mer est encore trop forte pour retourner à White Island. Ce n’est que le 19 septembre qu’il peut y débarquer et il se rend compte immédiatement qu’un drame s’est produit. Une large portion de la falaise littorale s’est effondrée et a enseveli l’embarcadère, interdisant tout accostage. Il n’y a aucun signe de vie. Albert Mokomoko rentre en hâte vers Opotiki pour chercher du secours.

L’angoisse s’est emparée de la population mais il reste l’espoir que les mineurs ont eu le temps de fuir par la mer comme l’avaient fait les ouvriers qui travaillaient sur l’île dans les années 1880.

Quand des sauveteurs débarquent finalement sur White Island, ils comprennent tout de suite ce qui s’est passé. Peut-être à cause d’un petit séisme, toute une partie du cône volcanique, minée par les fumerolles,  s’est effondrée dans le lac acide d’eau bouillante à l’intérieur du cratère. L’eau du lac s’est alors transformée en une rivière de boue très chaude qui s’est dirigée vers la mer, emportant tout sur son passage. Les infrastructures de la mine de soufre sont totalement détruites. Les mineurs ont probablement été ensevelis sous plusieurs mètres de débris ou ont été emportés  par la rivière de boue et projetés dans la mer qui se trouve cinquante mètres en dessous de Troops Head. Le seul survivant de la catastrophe est le chat – Peter the Great – que l’on retrouve trois semaines plus tard, indemne mais affamé.

On pense que l’effondrement de la falaise a eu lieu pendant la nuit et que les mineurs ont été surpris pendant leur sommeil, leur interdisant toute fuite.

Source: « Killer Volcanoes » – Claude Grandpey (CéGé Editions), aujourd’hui épuisé.

°°°°°°°°°°

Dernière minute: Les autorités néo-zélandaises indiquent qu’une opération de recherche aura lieu le vendredi 13 décembre dès l’aube pour tenter de retrouver les corps des 8 personnes portées disparues à White Island. Le niveau d’alerte volcanique a été abaissé à 2, sur une échelle de 5.

°°°°°°°°°°

20 heures (heures française) : L’opération de police visant à retrouver les huit corps victimes de l’éruption de White Island est en cours. Elle a commencé dès l’aube. Il fait suite à des journées de grande frustration de la part des familles en deuil qui ont dû attendre plusieurs jours avant que cette délicate mission puisse avoir lieu.

°°°°°°°°°°

22h30: Six corps sont en cours d’évacuation vers le continent.

——————————————-

When I set foot on White Island in 2009, I was fascinated by this desert place where the only noises that we perceive are the gurgling mud pools and the hissing steam jets that escape from the vents in the cliffs, obvious signs that the volcano only sleeps with one eye.
In the southern part of the island we can still see the remains of a structure of exploitation of sulfur abandoned in 1934, but which reminds us that twenty years ago, ten miners lost their lives in this place and that their bodies have never been found.
On 7 September 1914, ten men landed on the island where they were expected to stay for several weeks to exploit the sulfur deposits. Albert Mokomoko, the pilot of the boat that left Opotiki with the workers on board, promised to return the next week to bring food and mail.
On September 10, people on the Bay of Plenty’s coastline saw black clouds rising in the sky above White Island while the offshore wind brought an unusual smell of sulfur.
On September 15, as promised, Albert Mokomoko left the small port of Opotiki and sailed for White Island. The sea was rough and it was not possible to land on the island. Nobody answered his calls to the sulfur mining site.
Back in Opotiki, he said to his relatives that he was worried. The following days, the sea was still too rough to return to White Island. It was only September 19 that he could disembark and he immediately realized that a tragedy had occurred. A large portion of the coastal cliff had collapsed and buried the pier, prohibiting any berthing. There was no sign of life. Albert Mokomoko hurried back to Opotiki for help.
Anguish had taken hold of the population, but there was still hope that the miners had had time to flee by the sea, as did the workers who worked on the island in the 1880s.

When rescuers finally landed on White Island, they immediately understood what had happened. Perhaps because of a small earthquake, a whole part of the volcanic cone, mined by fumaroles, had collapsed in the acid lake of boiling water inside the crater. The lake water then turned into a very hot muddy river that headed towards the sea, taking everything in its path. The infrastructure of the sulfur mine was totally destroyed. The miners were probably buried under several meters of debris or were washed away by the muddy river and thrown into the sea, which is fifty meters below Troops Head. The only survivor of the disaster was the cat – Peter the Great – which was found three weeks later, unhurt but hungry.
It is believed that the collapse of the cliff occurred during the night and that the miners were surprised during their sleep, so that they had no time to flee.
Source: « Killer Volcanoes » – Claude Grandpey (CéGé Editions), now out of print.

°°°°°°°°°°

Last minute: New Zealand officials say they’ll begin Friday, December 13th  to try and recover 8 victims’ bodies believed to remain on White Island. The alert level has been lowered to 2, on a scale of 5.

°°°°°°°°°°

20:00 (French time): The police operation to retrieve the eight bodies on White Island is under way. The retrieval operation began at first light. It follows days of growing frustration from grieving families who had to wait several days before the hazardous mission could take place.

°°°°°°°°°°

22:30: Six bodies are being airlifted to the continent.

Photo: C. Grandpey