Séisme à Yellowstone // An earthquake hit Yellowstone

drapeau francaisUn séisme de M 4,8 a secoué le Parc de Yellowstone dimanche matin sans toutefois causer de dégâts. Un scientifique de l’Observatoire a indiqué que la secousse, ressentie à 6h34, avait été localisée pratiquement au centre du Parc, à proximité du Norris Geyser Basin et qu’elle n’était pas annonciatrice d’une activité volcanique.

Des  séismes de faible intensité sont observés quotidiennement à Yellowstone mais le dernier en date est le plus fort depuis 1985. A l’automne de celle année-là, on avait enregistré un essaim sismique avec un événement de M 4,9.

 ———————————————

drapeau anglaisA 4.8 magnitude earthquake rocked Yellowstone National Park early Sunday, but there were no immediate reports of damage. A scientist for the Yellowstone Volcano Observatory said the quake, which hit at 6:34 a.m. local time, was centered almost in the middle of Yellowstone National Park, near the Norris Geyser Basin and that it was not expected to trigger any volcanic activity.

Minor earthquakes are recorded daily at Yellowstone but the latest event was the most powerful to hit the park since 1985. During the autumn of that year, there was a seismic swarm with a maximum event of M 4.9.

Yellowstone-Norris

Vue du Norris Geyser Basin, l’une des zones les plus chaudes du Parc de Yellowstone.

(Photo:  C.  Grandpey)

Eruptions volcaniques et couchers de soleil // Volcanic eruptions and sunsets

drapeau francaisUne équipe de chercheurs grecs et allemands a montré que les couleurs des couchers de soleil peints par des artistes célèbres peuvent être utilisées pour estimer les niveaux de pollution dans l’atmosphère de la Terre au cours du passé. En particulier, ces peintures révèlent que la cendre et les gaz libérés lors de grandes éruptions volcaniques dispersent les différentes couleurs de la lumière du soleil, ce qui donne une couleur plus rouge aux couchers de soleil. Les résultats de cette recherche sont publiés dans la revue Atmospheric Chemistry and Physics.
Un bon exemple est le Tambora (Indonésie) qui est entré en éruption en 1815, tuant quelque 10 000 personnes directement et plus de 60 000 en raison de la famine et de la maladie apparues au cours de l’«hiver volcanique » qui a suivi. En Europe, les peintres ont pu voir les changements de couleurs dans le ciel. La cendre volcanique et les gaz crachés dans l’atmosphère ont fait le tour du monde et, comme ces particules d’aérosols ont dispersé la lumière du soleil, elles ont donné naissance à des couchers de soleil de couleur rouge vif et orange en Europe pendant au moins trois ans après l’éruption. JMW Turner fut l’un de ces artistes qui ont peint les superbes couchers de soleil pendant cette période. Aujourd’hui, les scientifiques utilisent les œuvres du peintre anglais et celles d’autres grands maîtres pour récupérer des informations sur la composition de l’atmosphère au cours des années passées.
L’équipe de chercheurs a analysé des centaines de photos numériques de haute qualité représentant des peintures de couchers de soleil entre 1500 et 2000, période pendant laquelle se sont produites plus de 50 grandes éruptions volcaniques dans le monde. Ils ont essayé de savoir si les quantités relatives de rouge et de vert le long de l’horizon de chaque tableau pourraient fournir des informations sur la quantité d’aérosols dans l’atmosphère. Ils ont constaté que les rapports du rouge au vert mesurés dans les couchers de soleil de tableaux de grands maîtres correspondent bien à la quantité d’aérosols volcaniques dans l’atmosphère, indépendamment des peintres et de l’école de peinture.
Les ciels qui ont été davantage pollués par la cendre volcanique dispersent davantage la lumière du soleil et ils apparaissent donc plus rouge. Des effets similaires sont observés avec les minéraux (la poussière du désert, par exemple) ou les aérosols artificiels. L’air qui renferme une plus grande quantité d’aérosols présente une épaisseur optique des aérosols plus importante, un paramètre de l’équipe scientifique a calculé en utilisant les rapports du rouge au vert dans les peintures. Les chercheurs ont ensuite comparé ces valeurs avec celles données par des révélateurs indépendants tels que des carottes de glace et les données d’explosivité volcanique et ils ont trouvé des correspondances intéressantes.
Afin d’étayer encore davantage leur modèle, les chercheurs ont demandé à un coloriste célèbre de peindre des couchers de soleil pendant et après le passage d’un nuage de poussière du Sahara sur l’île d’Hydra en Juin 2010. (Le peintre n’était pas au courant de la présence d’un nuage de poussière). Les scientifiques ont ensuite comparé les mesures de l’épaisseur optique des aérosols faite par les instruments modernes avec celles estimées à partir des rapports du rouge au vert effectuées sur les peintures et les photographies numériques. Ils ont constaté que des correspondances existaient là aussi.
Dans la mesure où les aérosols diffusent la lumière solaire, une plus faible quantité atteint la surface de la Terre, ce qui conduit à un refroidissement. L’épaisseur optique des aérosols peut être utilisée directement dans les modèles climatiques. Ce paramètre peut donc permettre aux chercheurs de comprendre comment les aérosols ont affecté le climat de la Terre dans le passé. Il peut aussi aider à améliorer les prévisions de changement climatique pour les années à venir.

Source : European Geosciences Union (http://www.egu.eu/)

 ————————————————-

drapeau anglaisA team of Greek and German researchers has shown that the colours of sunsets painted by famous artists can be used to estimate pollution levels in the Earth’s past atmosphere. In particular, the paintings reveal that ash and gas released during major volcanic eruptions scatter the different colours of sunlight, making sunsets appear more red. The results are published in the journal Atmospheric Chemistry and Physics.

The Tambora volcano in Indonesia erupted in 1815, killing some 10,000 people directly and over 60,000 more due to the starvation and disease during the ‘volcanic winter’ that followed. Painters in Europe could see the colours of the sky changing. The volcanic ash and gas spewed into the atmosphere travelled the world and, as these aerosol particles scattered sunlight, they produced bright red and orange sunsets in Europe for up to three years after the eruption. J. M. W. Turner was one of the artists who painted the stunning sunsets during that time. Now, scientists are using his, and other great masters’paintings to retrieve information on the composition of the past atmosphere.

The team of researchers analysed hundreds of high-quality digital photographs of sunset paintings done between 1500 and 2000, a period including over 50 large volcanic eruptions around the globe. They tried to find out whether the relative amounts of red and green along the horizon of each painting could provide information on the amount of aerosols in the atmosphere. They found that red-to-green ratios measured in the sunsets of paintings by great masters correlate well with the amount of volcanic aerosols in the atmosphere, regardless of the painters and of the school of painting.

Skies more polluted by volcanic ash scatter sunlight more, so they appear more red. Similar effects are seen with mineral (desert dust) or man-made aerosols. Air with a higher amount of aerosols has a higher ‘aerosol optical depth’, a parameter the team calculated using the red-to-green ratios in the paintings. They then compared these values with those given by independent proxies such as ice-core and volcanic-explosivity data, and found good agreement.

To further support their model, the researchers asked a famous colourist to paint sunsets during and after the passage of a Saharan dust cloud over the island of Hydra in June 2010. The painter was not aware of the dust event. The scientists then compared measurements of the aerosol optical depth made by modern instruments with those estimated from the red-to-green ratios of the paintings and of digital photographs, and found that they all matched well.

Since aerosols scatter sunlight, less of it reaches the surface, leading to cooling.  Aerosol optical depth can be directly used in climate models, so having estimates for this parameter helps researchers understand how aerosols have affected the Earth’s climate in the past. This, in turn, can help improve predictions of future climate change.

Source : European Geosciences Union (http://www.egu.eu/)

Turner

Normal
0
21

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Times New Roman »;}

Normal
0
21

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Times New Roman »;}

The Fighting Téméraire tugged to her last Berth to be broken

Turner a été inspiré par des couchers de soleil spectaculaires provoqués par les aérosols volcaniques

(Source:  Wikipedia)

Reventador (Equateur): L’éruption continue

drapeau francaisL’éruption du Reventador continue. Le tremor est permanent et reste à un niveau élevé. On observe des émissions de gaz plus ou moins chargées en cendre. Le dôme sommital continue de croître, ce qui provoque des coulées pyroclastiques qui descendent les versants S, E et SE sur environ 1,5 km. De plus, au moins deux coulées de lave avancent sur les flancs E et S du volcan (voir image de la caméra thermique ci-dessous).

Source : Institut Géophysique.

————————————————

drapeau anglaisThe eruption of Reventador continues. The tremor is continuous and maintains high levels. One can observe gas emissions with variable contents of ash. The dome keeps growing with collapses that generate pyroclastic flows on the S, E and SE flanks as far as 1.5 km from the crater. Besides, at least two lava flows descend the E and S flanks of the volcano

Source: Instituto Geofisico.

Ubinas (Pérou)

drapeau francaisSelon un rapport de l’Observatoire Volcanologique de l’INGEMMET ( OVI ), l’Ubinas reste très actif. Un dôme de lave d’une centaine de mètres de diamètre continue à croître à l’intérieur du cratère. L’activité sismique est intense avec plusieurs centaines d’événements LP associés à des mouvements de fluides à l’intérieur de l’édifice et quelques événements VT associés à des fracturations de roches. Des gaz bleuâtres ont été observés jusqu’à 1300 mètres au-dessus du bord de la caldeira. Les émissions de SO2 ces derniers jours avaient des valeurs moyennes de 2200 tonnes par jour.
D’autre part, du 25 au 29 Mars, une brigade de OVI a sensibilisé la population et les autorités à la prévention en cas d’éruption volcanique, avec simulations d’évacuation.

 —————————————————

drapeau anglaisAccording to a report by the Volcanological Observatory of INGEMMET (OVI), the Ubinas volcano remains very active. A lava dome about a hundred meters in diameter continues to grow inside the crater. Seismic activity is intense with several hundred LP events associated with fluid movements inside the edifice and some VT events associated with rock fracturing. Bluish gas was observed up to 1300 meters above the edge of the caldera. SO2 emissions in recent days had mean values ​​of 2200 tonnes per day.
Besides, from March 25th to 29th, an OVI team raised the awareness of the population and the authorities to the precention in case of a volcanic eruption, with evacuation simulations.