Islande : l’accès à l’éruption se complique // More difficult to get to the eruption

Outre les difficultés pour entrer en Islande avec les restrictions de voyage et les tests PCR obligatoires, les voyageurs seront désormais confrontés un nouvel obstacle s’ils veulent aller voir l’éruption sur la péninsule de Reykjanes.

Il n’est plus possible d’accéder au point de vue depuis la colline qui domine le site de l’éruption et qui offre une vue extrêmement spectaculaire de la bouche active. Le sentier A a été fermé le 30 mai au soir car la lave est sur le point de le recouvrir. Une fois que la lave aura fait son œuvre, la colline sera entièrement entourée de lave et donc inaccessible. Le belvédère a été fermé pour éviter que les touristes se retrouvent piégés, mais tous ne respectent pas l’interdiction mise en place par les autorités. Les webcams ont permis de surprendre des visiteurs en train d’enjamber le ruban installé par la police et de gravir la colline malgré l’interdiction.

La police va donc prendre des mesures plus efficaces pour empêcher les touristes d’escalader la colline. Il semble évident que plus l’éruption se prolongera, plus il sera difficile de s’approcher du cratère actif. Il y a bien sûr d’autres points de vue, mais ce ne sera plus la même chose.

Les scientifiques ne peuvent pas dire avec précision quand la colline sera entièrement entourée de lave, mais c’est probablement l’affaire de quelques jours. Une personne qui se retrouverait piégée sur la colline devrait être secourue par hélicoptère, ce qui coûte cher. [NDLR : il n’est pas précisé qui paiera le sauvetage].

Si la colline est entourée par la lave mais continue d’exister, elle sera connue sous le nom de óbrennishólmi ou óbrynnishólmi en islandais, ce qui peut se traduire littéralement par «île non brûlée.». C’est une zone de terre entourée de coulées de lave plus jeunes. Les Hawaiiens utilisent le mot « kīpuka » pour faire référence à un îlot de végétation entouré de lave. Sur l’Etna c’est une « dagala », un mot tiré de l’arabe.

L’éruption dans la Geldingadalur dure depuis plus de deux mois maintenant et les volcanologues reconnaissant n’avoir aucun moyen de savoir combien de temps elle va durer.

Source: Iceland Review, www.ruv.is.

°°°°°°°°°°

Le sentier B (celui à l’ouest) reste accessible pour aller voir l’éruption mais est un peu plus scabreux. Il faut marcher plus de 4 km, avec un passage raide (voir profil ci-dessous) équipé d’une corde. Les autorités islandaises estiment qu’il faut entre 3 et 4 heures à un randonneur en bonne condition pour effectuer l’aller-retour. J’ai lu qu’il est déconseillé d’emprunter le sentier B pour revenir, probablement à cause de la pente. Apparemment, il est possible de rejoindre le sentier A par une vallée plus facile. A vérifier.

°°°°°°°°°°

S’agissant de l’éruption proprement dite, les « paroxysmes » duraient aujourd’hui environ une minute trente secondes et étaient séparés de périodes calmes d’environ 9 minutes.

———————————————-

Beside the difficulties to enter Iceland with the travel restrictions and the mandatory PCR tests, travellers will now be confronted with a new obstacle if they want to go and see the eruption on the Reykjanes Peninsula.

It is no longer possible to get to the hilltop viewpoint closest to the eruption site. Trail A was was closed on May 30th due to encroaching lava. The hill could soon become entirely surrounded by lava. The lookout was closed to prevent visitors from becoming trapped but not all are obeying authorities’ instructions to stay off the hill. Webcams have spotted visitors climbing over the police tape and climbing the hill anyway.

The police says it is going to take measures to prevent tourists from climbing the hill. It seems obvious that the longer the eruption will continue, the harder it will be to come near the erupting crater. There are other good vantage points there but this will change the situation for the tourists.

Local scientists cannot say exactly when the hill will become fully surrounded by lava but they expect it to happen within the next few days. Anyone trapped on the hill would have to be rescued by helicopter, which is expensive. [Nobody says who would pay for the rescue].

If the hill is surrounded but remains uncovered by lava, it will be known as an óbrennishólmi or óbrynnishólmi in Icelandic: an area of land surrounded by younger lava flows (literally “unburned island”). The Hawaiians use the word « kīpuka » to describe such an island of vegetation amidst the lava.

The Geldingadalir eruption has been ongoing for over two months: experts say there is no way to know how long it will continue.

Source: Iceland Review, www.ruv.is.

°°°°°°°°°°

Trail B (the one to the west) remains accessible to visit the eruption but is a little more difficult. You have to walk more than 4 km, with a steep passage (see profile below) equipped with a rope. Icelandic authorities estimate that it takes between 3 and 4 hours for a hiker in good condition to complete the round trip. I have read that it is not recommended to walk along trail B to come back, probably due to the incline. Apparently it is possible to reach Trail A through an easier valley. To be checked.

°°°°°°°°°°

As far as the eruption is concerned, the « paroxysms » lasted today about one minute thirty seconds, with intervals of about 9 minutes.

Image webcam montrant que les coulées de lave dans les vallées Gelingadalir et Meradalir se rapprochent dangereusement.

Carte montrant les sentiers d’accès à l’éruption (Source : Visit Reykjanes)

Profil du sentier B (Source : Wikiloc)

Islande : Que se passera-t-il si l’éruption tombe dans le domaine privé? // Iceland : What will happen if the eruption becomes private?

Comme je l’ai déjà écrit, les terres où se trouve actuellement le site éruptif de Fagradalsfjall est à vendre. L’expression officielle est «disponible au juste prix». La vingtaine de propriétaires terriens déclarent avoir reçu 2 ou 3 offres d’achat, sans en préciser le prix. Il ne fait aucun doute que ces fermiers ont l’intention de gagner de l’argent grâce à l’éruption, mais la Première Ministre islandaise affirme qu’«il est hors de question que les nouveaux propriétaires limitent l’accès du public au site de l’éruption». Elle a ajouté : « Le gouvernement finance la construction d’infrastructures dans le secteur et une condition préalable à ce financement est l’accès continu du public.» Cependant, même si le public peut avoir accès au site de l’éruption, cela ne signifie pas qu’il sera gratuit. J’ai déjà indiqué que le stationnement d’un véhicule dans le nouveau parking serait payant. Je ne pense pas que les Islandais soient des philanthropes !

L’aménagement des installations touristiques a déjà commencé car le site de l’éruption est devenu la principale attraction du pays, aussi bien pour les nationaux que pour les étrangers. Environ 87 000 personnes sont venues assister au spectacle depuis la tenue de statistiques cinq jours après le début de l’éruption.

Les propriétaires fonciers ont participé à ces travaux, en particulier à un groupe de travail qui a récemment livré son rapport au Ministre du Tourisme. Comme je l’ai déjà mentionné, le mémorandum prévoit la construction d’un kiosque qui vendra des rafraîchissements et autres produits, l’amélioration du stationnement et la délivrance de licences d’exploitation (sûrement pas gratuite !) aux voyagistes. Les autorités islandaises participeront au financement de la construction d’infrastructures par le biais du Fonds de protection des sites touristiques.

La Première Ministre a déclaré que le gouvernement n’avait pas proposé d’offre d’acquisition des terres. Il s’est surtout attaché à garantir l’accès du public au site de l’éruption, notamment avec l’amélioration du sentier d’accès.

Source: Iceland Review.

L’éruption de Fagradalsfjall se déroule actuellement au niveau d’une bouche unique. Lorsque je l’ai observée les 12 et 13 mai 2021, cette bouche se comportait comme un geyser. Les phases actives avec des fontaines de lave spectaculaires duraient un peu moins de deux minutes tandis que les pauses entre les éruptions duraient entre 4 minutes et 5 minutes trente. Les phases d’activité étaient donc plus brèves (et les fontaines de lave sont un peu moins hautes) que les jours précédents. Reste à savoir combien de temps durera encore cette éruption. Personne ne le sait!

—————————————-

As I put it before, the land where the currently active Fagradalsfjall eruption site is located is for sale. The official expression is “available for the right price.” The 20 or so landowners state they have received 2-3 offers for the land. There is little doubt that they intend to make money out of the eruption, but Iceland’s Prime Minister claims that “new owners limiting public access to the eruption site is out of the question.” She added that “it’s out of the question that private parties can shut off the public’s access to the eruption site. The government is funding infrastructure construction in the area and a prerequisite for that funding is continued public’s access to the area.” However, even if the public can have access to the eruption site, this does not mean it will be free. I indicated previously that parking a car would mean paying a fee. I don’t think Icelanders are philanthropists.

Work on tourism facilities at the eruption site has already begun as it has become Iceland’s foremost tourist attraction for both domestic as well as foreign tourists. According to statistics, about 87,000 have come to watch the show since counting began, which was five days after the eruption started.

The landowners have participated in that work, taking part in a workgroup that recently issued a report to the Minister of Tourism. As I put it before, the memorandum described the plans for the area, which include building a kiosk that would sell refreshments and merchandise, improving parking, and issuing operating licenses for tour operators. Icelandic authorities will in turn fund infrastructure construction through the Tourist Site Protection Fund.

The Prime Minister stated that the government had not discussed making a bid for the land. It has focused instead on ensuring that the public has access to the eruption site, in particular with the improvement of the access footpath.

Source: Iceland Review.

The Fagradalsfjall eruption is currently going on at a single vent. When observed on May 12th and 13th, 2021, the vent behaved like a geyser. The active phases with dramatic lava fountains lasted slightly less than two minutes while the pauses between the eruptions had a duration between 4 minutes and 5 minutes and 30 seconds. This means the eruptions are shorter (and the lava fountains are a bit less high) than during the past days. Nobody knows whether the eruption will still last a long time.

Eruption islandaise: Attention aux gaz volcaniques ! // Icelandic eruption: Beware of volcanic gases !

Une nouvelle voie d’accès plus courte et plus sure vient d’être mise en place pour permettre aux curieux d’atteindre le site éruptif dans la Geldingadalur sur la péninsule de Reykjanes. Le nouveau parcours dure environ une heure et demie pour des randonneurs bien préparés. Il mesure 3,5 km dans chaque sens, 7 km aller-retour.

Comme je l’ai déjà écrit, le site de l’éruption a été fermé aux visiteurs en raison des fortes concentrations de gaz volcaniques. Selon un scientifique du Met Office, si les gaz s’accumulent à la surface du sol autour de vous, et si vous vous penchez pour relacer vos chaussures, ces gaz lourds peuvent vous faire perdre connaissance. Selon le Met Office islandais, la diminution du vent de sud-ouest le 23 mars 2021 a entraîné une chute de la qualité de l’air près du site éruptif avec une concentration de SO2 supérieure à 9000 µg / m3. Le gaz peut s’accumuler dans les points bas. Il est conseillé de quitter la zone avant 17h00 et de rester à l’écart des dépressions de terrain. La concentration de SO2 dans l’atmosphère peut devenir une menace pour la santé si elle dépasse 350 µg / m3. Le cratère proprement dit est dans une dépression et lorsque le vent ne permet pas aux gaz volcaniques de s’évacuer, ils s’accumulent sur le site de l’éruption, créant une situation potentiellement très dangereuse.

Les visiteurs ne doivent pas entrer sur le nouveau champ de lave. Outre les gaz, la lave peuvent présenter un autre danger. Les coulées ne sont pas particulièrement rapides mais elles peuvent être imprévisibles et leur direction peut changer soudainement. L’accumulation de lave autour du cône éruptif le rend particulièrement instable. Une partie de l’hornito s’est effondrée il y a quelques jours, laissant échapper une volumineuse coulée e lave. sur ses flancs.

Source: Iceland Review.

Dernière minute : Le site éruptif est de nouveau ouvert au public. Distanciation sociale demandée car de nouveaux cas de Covid-19 sont apparus ces dernières heures. Une agence de voyage organise des excursions vers l’éruption depuis Reykjavik avec départ à 16, heures et retour à 23 heures (4990 couronnes; environ 35 euros AR) .

————————————————–

A new, shorter and safer hiking path can now be used by visitors to reach the eruption site in Geldingadalur on the Reykjanes Peninsula. The new hike takes about an hour and a half for well-prepared hikers, the route is 3.5km each way, 7 km in total.

As I put it before, the eruption site was closed to visitors because of high concentrations of volcanic gases. According to a Met Office expert, if the heavy gasses have gathered on the ground around you, even stooping down to tie your shoelace could be enough to fall unconscious. According to a statement from the Icelandic Meteorological Office, decreasing southwesterly wind on Marh 23rd, 2021 caused unhealthy air quality near the eruption site with SO2 concentration over 9000 µg/m3. The gas may gather in valleys and depressions in the landscape. It is advised to leave the area before 17:00 and keep away from valleys and depressions. It should be noted that the amount SO2 in the atmosphere can start to threaten health if it goes over 350 µg/m3. The crater itself is in a depression and when the wind is not constantly blowing the gases away from the eruption, they gather there, creating a life-threatening situation. As a consequence, visitors should NOT walk on the new lava.

Beside the gases, the lava flows can be another danger. They are not particularly fast but they can be unpredictable and their direction can change suddenly. The buildup of cooled lava around the crater is high and unstable. Part of it collapsed a few days ago, with a huge flow travelling down its flanks.

Source: Iceland Review.

Last minute : The eruptive site is again open to the public. Sanitary measures should be respected because new Covid-19 cases have appeared in the last hours. A travel agency organises trips to the eruption from Reykjavik. Departure at 4 pm. Return at 11 pm. Price: 4990 crowns; about 35 euros).

Tracé de la nouvelle voie d’accès au site éruptif (Source : Iceland Review)

Stromboli : excursions guidées autorisées jusqu’à 400 mètres d’altitude // Stromboli: guided excursions allowed up to 400 metres a.s.l.

Dans une note rédigée le 19 juillet 2020, j’indiquais que « l’accès au Stromboli est actuellement restreint et les touristes ne peuvent grimper qu’à 400 m d’altitude avec les guides locaux. » Je tenais cette information d’un ami italien, mais il semblerait que j’aie fait preuve d’un trop grand optimisme. En effet, un article paru dans la Gazzetta del Sud précise que jusqu’à ces derniers jours, l’accès au volcan n’était possible que jusqu’à 290 mètres d’altitude. Cette limite d’accès était motivée par l’activité imprévisible du Stromboli qui est capable de produire de fortes explosions, comme au cours de l’été 2019.

Le journal italien nous apprend que le maire de Lipari a signé le 14 septembre 2020, en concertation avec la Protection Civile et les volcanologues italiens, un décret permettant l’accès jusqu’à une altitude de 400 mètres, avec accompagnement de guides volcanologiques autorisés.
Cette décision est, évidemment, bien accueillie sur l’île de Stromboli et plus généralement dans tout l’archipel éolien car les excursions sur le volcan attirent chaque année des milliers de touristes, dont beaucoup d’étrangers. La crise sanitaire n’a rien arrangé en 2020. Les autorités compétentes font toutefois remarquer que la nouvelle altitude d’accès peut être modulée en fonction de l’activité volcanique. .

Source: Gazzeta del Sud. Tous mes remerciements à mon ami sicilien Santo Scalia de m’avoir transmis l’information.

———————————————

In a post written on July 19th, 2020, I indicated that “access to Stromboli is currently restricted and tourists can only climb to an altitude of 400m with the local guides.” I got this information from an Italian friend, but it seems I was overly optimistic. Indeed, an article in the Gazzetta del Sud explains that until recent days, access to the volcano was only possible up to an altitude of 290 metres. This access limit was motivated by the unpredictable activity of Stromboli which is capable of producing strong explosions, as in the summer of 2019.
The Italian newspaper tells us that the mayor of Lipari signed on September 14th, 2020, in consultation with Civil Protection and Italian volcanologists, an ordnance allowing access up to an altitude of 400 metres, with the accompaniement of authorized volcanological guides.
This decision was, of course, wolcomed on the island of Stromboli and more generally in the whole Aeolian archipelago because the excursions on the volcano attract each year thousands of tourists, many of them foreigners. The health crisis did not help in 2020. The competent authorities note, however, that the new access altitude can be modulated according to volcanic activity.

Source: Gazzeta del Sud. Many thanks to my Sicilian friend Santo Scalia for passing the information on to me.

Photo : C. Grandpey