Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion) : clap de fin et une question // End of the eruption

L’OVPF indique que « suite à l’arrêt du tremor volcanique le 24 mai 2021 vers 2 heures (heure locale), aucune reprise d’activité n’a été constatée. » L’éruption est donc terminée.

———————————–

OVPF indicates that « the eruptive tremor stopped on May 24th, 2021 at 2 :00 (local time). No resumption of activity has been observed.” The eruption is over.

Photo: Christian Holveck

++++++++++

Cette dernière éruption du Piton de la Fournaise s’est soldée par la mort de deux jeunes randonneurs âgés de 19 ans, étudiants de l’Université de La Réunion, dont les corps ont été découverts le jeudi 22 avril 2021 au matin à proximité du site éruptif.

Des autopsies ont été réalisées le 23 avril. Lors d’un point de presse, la procureur Caroline Calbo a déclaré : « Ce n’est pas encore très précis » mais les décès semblent liés « à une exposition thermique et toxique. » La magistrate a ajouté  « Cela nécessite toutefois des investigations complémentaires. Des analyses viendront préciser ces éléments-là ».

Depuis le 23 avril, c’est le silence radio. Aucune information supplémentaire convaincante n’a été donnée.

Une personne qui semble ignorer le sens réel de ce mot m’a accusé de ‘complotisme’, ce qui m’a bien fait rire. Ma seule demande est que la cause réelle de la mort de ces deux jeunes soit expliquée au public. Nous sommes nombreux à fréquenter les sites volcaniques actifs et il est bien évident que l’explication très vague fournie par la procureure ne satisfait personne. Il m’est arrivé, comme beaucoup de volcanophiles, de traverser un champ de lave actif où la chaleur est intense et où des gaz s’échappent du sol…et nous sommes toujours là ! De très nombreux touristes fréquentent le site éruptif en ce moment en Islande ; ils s’approchent de coulées qui dégagent une chaleur intense ; le site est souvent envahi par les gaz et aucun accident mortel n’a été recensé.  L’explication donnée par la procureure est un peu légère et ne peut qu’ouvrir la porte au doute et aux questions!

La météo était particulièrement défavorable sur le volcan au moment du drame, avec un très grand nombre d’impacts de foudre. Comme je l’ai indiqué précédemment, j’ai eu l’occasion  de voir les corps de deux personnes qui avaient été foudroyées sur l’Etna (Sicile). A première vue, elles semblaient dormir sur le sentier et ne portaient pas de marques visibles de l’impact de foudre. Je n’ai aucune compétence médicale, mais les articles médicaux à propos du foudroiement de personnes confirment qu’elles peuvent ne porter aucune trace sur leur corps. On peut lire dans l’un d’entre eux : « Dans le cas de décès sans lésions, y compris à l’autopsie, les lieux et circonstances de découverte doivent être soigneusement étudiés, avec avis complémentaires de différents experts : électrotechniciens, météorologues… » Si un médecin lit cette note, j’aimerais avoir son avis.

Il n’est, bien sûr, pas question de violer l’intimité des familles dont je comprends la peine, mais la  divulgation des résultats des « analyses complémentaires » qui ont été réalisées serait utiles pour tout le monde, éliminerait les questions inutiles, et éviterait peut-être que de nouveaux drames se produisent. (Je n’irai pas jusqu’à dire qu’il faut interdire l’accès de l’Enclos en cas d’orage !) Comme me disait un ami, « une chose est certaine ; s’ils sont morts, c’est qu’ils ont commis une erreur. » Reste à savoir de quelle erreur il s’agit.

S’agissant de l’accès à l’Enclos,vous pourrez lire – ou relire – ma note du 18 mai 2021:

Eruption en Islande vs. Eruption à la Réunion !

 

Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion) : ….et le canard était toujours vivant !*

On pensait que l’éruption du Piton de la Fournaise vivait ses dernières heures car le tremor montrait un déclin régulier. Or, depuis le 20 mai 2021, la tendance s’est inversée et la courbe est reparti à la hausse, signe que l’éruption n’a pas dit son dernier mot. Le 22 mai, il semblait se stabiliser, mais personne ne sait comment évoluera la situation.

Ce dimanche 23 mai 2021, il semble toutefois que l’on se dirige vers la fin de cette éruption car le tremor montre une chute qui pourrait être définitive (voir ci-dessous).

Ce sursaut d’énergie n’est pas vraiment une surprise car on a assisté ces dernières semaines à une reprise de l’inflation de l’édifice volcanique, ainsi qu’à une hausse des émissions de CO2 au sol autour du volcan. C’est le signe que du magma continuait à arriver dans la chambre superficielle.

L’éruption n’est pas vraiment spectaculaire car la lave se déplace essentiellement en tunnels et sa progression est très lente dans les Grandes Pentes. Sa présence à la source est surtout marquée par le dégazage des cônes éruptifs.

L’Enclos reste interdit d’accès.

Source : OVPF.

* La chasse au canard (Robert Lamoureux).

°°°°°°°°°°

Les Réunionnais se plaignent de ne pas être traités comme les Antilles à propos de la Covid-19.

Réunion et Mayotte.

Le 9 juin, les motifs impérieux pour les voyageurs vaccinés seront levés au départ et vers l’Hexagone. Un test PCR négatif de moins de 72h avant le départ continuera à être exigé, dans les deux sens. Les voyageurs en provenance et à destination de La Réunion et Mayotte s’engageront également à un auto-isolement de sept jours à l’issue duquel ils devront être testés négatifs, qu’ils soient vaccinés ou non.

 

Antilles.

Après le 9 juin pour la Guadeloupe, la Martinique et Saint-Martin, un test PCR négatif de moins de 72h avant le départ sera toujours exigé au départ de l’Hexagone. Seuls les voyageurs non vaccinés devront s’engager à un auto-isolement de 7 jours à l’issue duquel ils devront être testés négatifs.

Source : OVPF

L’éruption islandaise…à vue de nez !

Plusieurs visiteurs de mon blog, français et étrangers, se sont rendus au chevet de l’éruption islandaise et m’ont communiqué des informations intéressantes.

L’épreuve la plus compliquée et la plus désagréable avant de se rendre sur le site éruptif dans la Geldingadalur, ce sont les tests PCR que le voyageur doit subir afin de prouver qu’il n’est pas porteur du coronavirus. Les Islandais ont mis en place un système de traçabilité individuelle extraordinairement efficace : 1er test avant de prendre l’avion en France ; double test nez et gorge à l’arrivée à Keflavik où vous avez tout intérêt à avoir été vacciné si vous ne voulez pas être  soumis à une période de quarantaine de plusieurs jours. Nouveau test avant le retour en France. Au bout du compte, selon les personnes, le nez ressemble à une autoroute à quatre voix ou à une patate, et la gorge est douloureuse !

Après ces différentes épreuves, les Islandais ont fait le nécessaire pour que tout se passe bien. Mes contacts sont unanimes pour louer l’organisation et regrettent que les autorités réunionnaises ne fassent pas la même chose pour permettre l’accès au Piton de la Fournaise au moment d’une éruption, comme c’est le cas à l’heure actuelle. Un accès encadré à l’éruption serait plus sympa que les interdictions systématiques et les inévitables entrées clandestines qui se sont soldées par deux morts il y a quelques semaines.

En Islande, de vastes parkings ont été aménagés, avec toilettes et poste de secours. Actuellement il n’y a plus qu’un seul accès possible au site éruptif car les autres sentiers ont été encerclés par les coulées. La partie la plus raide du sentier a été corrigée et est désormais moins pentue de sorte que la corde qui avait été installée a maintenant disparu. Les Islandais prennent vraiment soin de leurs visiteurs !

Le point d’observation actuel est le plus judicieux pour assister au spectacle. Comme je l’ai indiqué précédemment, le cône actif qui se dresse sur la fracture n°5 se comporte comme un geyser, avec des périodes de forte activité séparées par des pauses de quelques minutes. A noter que sans aller en Islande on peut assister au spectacle depuis son fauteuil grâce à trois webcams de très bonne qualité.

Le front des coulées est pratiquement inactif et leur approche ne présente guère d’intérêt. Les coulées actives sont au centre du champ de lave et sont invisibles quand on se trouve en marge des coulées dont la hauteur est trop importante. S’y aventurer est risqué et la chaleur de la lave empêche rapidement son approche.

Même si son intensité semble avoir un peu diminué ces derniers jours, l’éruption mérite une visite. Les images des webcams, aussi belles soient elles, ne transmettent pas l’ambiance, les bruits et les odeurs…

Voici les adresses des webcams :

https://youtu.be/BA-9QzIcr3c

https://youtu.be/7-RhgB1INII

https://youtu.be/8Gx7yKhY3II

‘Vog’ réunionnais

L’Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise a publié le 12 mai 2021 des images de la région du volcan recouverte d’une nappe de brouillard d’où émergeait le Dolomieu. Ce phénomène n’est pas exceptionnel sur le volcan où il a déjà été observé à plusieurs reprises. Les Hawaiiens le connaissent bien et ce brouillard volcanique a été baptisé vog, un condensé de volcanic fog. Il était fréquent lors de la dernière éruption du Kilauea. Au moment des intempéries, il provoquait des pluies acides qui posaient des problèmes aux horticulteurs. En effet, le gaz qui forme ce brouillard est majoritairement du dioxyde de soufre qui, même dilué dans l’air, peut aussi provoquer des irritations des muqueuses, de la peau et des voies respiratoires supérieures. Il est donc conseillé aux personnes vulnérables comme les enfants en bas âge, les femmes enceintes ou encore les personnes souffrant de difficultés respiratoires d’éviter la zone où ce brouillard est présent. A la Réunion, il était recommandé d’éviter la Route des Laves car le panache de gaz descendait vers la mer, emporté par une brise de terre.

Source : Réunion la 1ère.

Crédit photo : OVPF