Volcans du monde // Volcanoes of the world

En raison d’une augmentation de la sismicité, le niveau d’alerte du Colima (Mexique) est passé de Vert à Jaune le 26 avril 2019. Une zone d’exclusion de 8 km a été établie autour du cratère.
Le CENAPRED explique que des explosions modérées pourraient se produire, accompagnées d’une croissance du dôme et de possibles coulées de lave.
Le dernier épisode éruptif du Colima a débuté dans le cratère sommital le 6 janvier 2013 et s’est arrêté le 7 mars 2017. Il avait un indice d’explosivité volcanique (VEI) de 2.
Source: CENAPRED.

°°°°°°°°°°

Toujours au Mexique, le Popocatepetl continue d’émettre des nuages de vapeur et de gaz. Des épisodes de tremor de faible amplitude sont parfois enregistrés. La nuit, une légère incandescence est observée au-dessus du cratère. Le 26 avril, un survol a révélé qu’aucun dôme n’était présent au fond du cratère interne (voir la photo ci-dessous).
Le CENAPRED indique avec insistance qu’il ne faut pas essayer de s’approcher du volcan et surtout du cratère. En cas de fortes pluies, il est recommandé de quitter le fond des ravins en raison des risques de glissements de terrain et de lahars.
Le niveau d’alerte est maintenu à la couleur Jaune Phase 3.

°°°°°°°°°°

Le HVO a enregistré un séisme de magnitude 4,2 le 27 avril 2019 à 17 h 26. (heure locale) sur la Grande Ile d’Hawaii. L’événement a été localisé à environ 20 km au sud-est de Volcano, à une profondeur de 6 km. Ce séisme fait partie des ajustements qui se poursuivent sous le flanc sud du Kilauea à la suite du séisme de M 6,9 survenu le 4 mai 2018.
Vingt secondes avant le séisme de M 4.2, un autre événement de M 1.6 s’est produit en profondeur sous la zone de rift sud-ouest du Kilauea. Il a créé une confusion sur la localisation du séisme de plus grande magnitude.
Des secousses très faibles à faibles, avec une intensité maximale de IV sur l’échelle de Mercalli, ont été signalées, principalement dans la partie orientale de l’île d’Hawaii ; quelques autres ont été signalées du côté ouest.
Les différents séismes n’ont provoqué aucun changement d’activité détectable sur les volcans Kilauea ou Mauna Loa. Aucun tsunami n’a été signalé..
Source: USGS / HVO.

°°°°°°°°°°

Au Pérou, l’activité du Sabancaya reste relativement stable avec une dizaine d’explosions quotidiennes. Elles génèrent des panaches de cendre qui montent jusqu’à 1700 mètres au-dessus du cratère. On observe actuellement une légère inflation de l’édifice volcanique. Les émissions de SO2 atteignaient 4020 tonnes le 27 avril 2019.

Source : INGEMMET, IGP.

°°°°°°°°°°

Des éruptions mineures sont toujours observées sur le Mont Agung (Indonésie). L’une d’elles s’est produite dans la soirée du 29 avril 2019. Elle a duré environ 2 minutes avec un panache de cendres qui est monté jusqu’à 4,6 km au dessus du niveau de la mer. Des retombées de cendres ont été signalées dans les villages environnants. L’aéroport international de Bali a continué de fonctionner normalement.
Le niveau d’alerte de l’Agung reste à 3 (sur une échelle de 1 à 4) avec une zone d’exclusion de 4 km.
Comme je l’ai écrit précédemment, les dernières photos de l’intérieur du cratère montrent que le dôme n’a pas grandi de manière significative au cours des derniers mois. Cela signifie qu’il y a actuellement peu de risque de débordements, d’effondrements et de coulées pyroclastiques.

°°°°°°°°°°

On enregistre une forte hausse de la sismicité ces jours-ci aux Philippines. Un essaim sismique est actuellement sous surveillance au large de Surigao del Norte. Il a commencé avec un événement M 5.5 le 26 avril 2019 et on a continué à enregistrer des séismes d’intensité faible à modérée. Le 30 avril, le réseau sismique des Philippines avait enregistré 728 événements d’une magnitude comprise entre M 1,5 et M 5,5, tous dans le même secteur. Ces événements sont provoqués par la subduction de la plaque tectonique de la Mer des Philippines le long de la Fosse des Philippines. Le réseau sismique philippin indique que l’activité sismique actuelle peut déboucher sur deux scénarios: elle peut continuer sans variation significative et décliner dans les prochains jours, ou bien conduire à un séisme plus important.

Au moins 16 personnes sont mortes après que deux séismes majeurs le 23 avril 2019. 81 personnes ont été blessées et 14 autres sont portées disparues. Le 22 avril dans l’après-midi, un séisme de magnitude M 6,3, à une profondeur de 86 km, a été enregistré sur l’île de Samar, au centre des Philippines. Aucune alerte tsunami n’a été émise. Quelque 29 structures ont été endommagées. L’électricité a été coupée dans certaines régions du Samar oriental.
Source: Journaux philippins.

°°°°°°°°°°

Voici un site Internet intéressant qui montre le Marum et le Benbow (Vanuatu) avant et après la disparition des lacs de lave. On voit également les profondes fractures qui parcourent la région.

https://extreme-pursuit.com/2019/03/30/ambrym-islands-famed-lava-lakes-lost/

°°°°°°°°°°

Dans un communiqué diffusé dans l’après-midi du 1er mai 2019, l’INGV indique qu’une activité strombolienne de faible intensité mais en hausse a débuté dans la bouche BN-1 de la Bocca Nuova de l’Etna. Les guides ont fait état de retombées de matériaux produits par les explosions à proximité de la lèvre du cratère. Les conditions météo ne permettent pas de bonnes conditions d’observations avec les caméras de surveillance. Toutefois, le tremor ne montre pas de variations significatives.

°°°°°°°°°°

Le dernier bulletin de l’OVPF montre que tout est calme en ce moment sur le Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion). Contrairement à ce que le penaient et l’espéraient certains, il ne devrait donc pas y avoir d’éruption dans le court terme. Depuis la fin de la dernière éruption (18 février – 10 mars 2019), une sismicité superficielle est toujours enregistrée, avec en moyenne 6 événements par jour au cours du mois d’avril. En parallèle, 4 séismes profonds ont également été enregistrés au cours de ce même mois.

La reprise de l’inflation de l’édifice qui a fait suite à la dernière éruption s’est arrêtée fin mars.

Les concentrations de CO2 dans le sol sont stables sur des valeurs intermédiaires.

Les concentrations de SO2 dans l’air dans l’Enclos Fouqué sont proches ou en dessous du seuil de détection

Dans son bilan pour le mois d’avril, l’OVPF explique que « la réalimentation profonde en magma et la pressurisation du réservoir magmatique superficiel qui avaient repris suite à

la dernière éruption semblent avoir cessé depuis début avril. A noter que depuis 2016, les réalimentations profondes sous le Piton de la Fournaise se font par impulsions. De telles phases d’accalmie dans les déformations et la sismicité ont déjà été observées à plusieurs reprises en 2016, 2017 et 2018 sur des périodes allant de 15 à 80 jours environ. »

—————————————————–

Due to an increase in seismicity, the alert level of Colima (Mexico) was raised from Green to Yellow on April 26th, 2019. An exclusion zone has been established 8 km around the crater.

CENAPRED explains that moderate explosions could occur, accompanied by a dome growth and possible lava flows.

Colima’s last eruptive episode started at the summit crater on January 6th, 2013 and stopped on March 7th, 2017. It had a Volcanic Explosivity Index (VEI) of 2.

Source: CENAPRED.

°°°°°°°°°°

Still in Mexico, Popocatepetl keeps emitting steam and gas clouds. Episodes of low-amplitude tremor are sometimes recorded. At night, slight incandescence is observed above the crater. On April 26th, an overflight revealed that no dome is currently present at the bottom of the inner crater (see photo below).
CENAPRED emphasizes that people SHOULD NOT go near the volcano, especially near the crater, and in case of heavy rains leave the bottoms of ravines by the danger of landslides and lahars.
The alert level is kept at Yellow Phase 3.

°°°°°°°°°°

HVO recorded an M 4.2 earthquake on April 27th, 2019, at 5:26 p.m. (local time) on Hawaii Big Island. The event was located about 20 km southeast of Volcano, at a depth of 6 km. This earthquake is part of the continuing adjustments beneath the south flank of Kilauea following the M 6.9 earthquake that occurred on May 4th, 2018.

Twenty seconds before the M 4.2 earthquake, a M 1.6 quake occurred deep beneath Kilauea Volcano’s Southwest Rift Zone, causing some initial confusion about the larger earthquake’s location.

Weak to light shaking, with a maximum Intensity of IV on the Mercalli Intensity Scale, has been reported primarily in East Hawaiʻi, with a few reports from West Hawaii.

The earthquakes have caused no detectable changes in activity at either Kilauea or Mauna Loa volcanoes. No tsunami was generated by the earthquake.

Source: USGS / HVO.

°°°°°°°°°°

In Peru, the activity of Sabancaya remains relatively stable with a dozen daily explosions. They generate ash plumes that rise up to 1700 metres above the crater. There is currently a slight inflation of the volcanic edifice. SO2 emissions reached 4020 tonnes on April 27th, 2019.
Source: INGEMMET, IGP.

°°°°°°°°°°

Small-scale eruptions are still observed on Mt Agung (Indonesia). One of them occurred in the evening of April 29th, 2019. It lasted about 2 minutes with an ash plume up to 4.6 km above sea level. Some ashfall was reported in the surrounding villages. Bali international airport kept functioning normally.

The Alert Level for Agung remains at 3 (on a scale of 1 – 4) with a 4-km exclusion zone.

As I put it previously, the last photos of the interior of the crater show that the dome has not grown significantly during the past months. This means that there is currently little risk of overflows, collapses and pyroclastic flows.

°°°°°°°°°°

Seismicity is quite high these days in the Philippines. A series of earthquakes is currently being monitored offshore Surigao del Norte. It started with an M 5.5 event on 26 April 2019 and has continued to generate small- to moderate-size earthquakes. On 30 April, the Philippine Seismic Network had recorded 728 events with magnitudes ranging between 1.5-5.5, clustering in the same area. These events are associated with the ongoing subduction of the Philippine Sea Plate along the Philippine Trench. The Philippine Seismic Network indicates that at this early stage, the current earthquake activity may indicate two scenarios: it may continue with its present activity and eventually wane in the next few days, or this may culminate to a larger earthquake.

At least 16 people have died after the Philippines was rattled by two major earthquakes on April.23rd, 2019. A further 81 people were injured and 14 remain missing. The first M 6.1 quake hit Luzon island on April 22nd.. On April 23rd in the afternoon, an M 6.3 earthquake with a depth of 86.km was registered on the island of Samar in central Philippines. No tsunami warning has been issued. Some 29 structures and buildings sustained damage from the first quake. Power was cut in certain areas of Eastern Samar.

Source : Philippine newspapers.

°°°°°°°°°°

Here is an interesting website which shows Marum and Benbow (Vanuatu) before and after the disappearance of the lava lakes. One can also see the deep fissures that slash the region.

https://extreme-pursuit.com/2019/03/30/ambrym-islands-famed-lava-lakes-lost/

°°°°°°°°°°

In a report released on the afternoon of May 1st, 2019, INGV indicatess that a low intensity – but increasing – strombolian activity has started in the BN-1 vent of Bocca Nuova on Mt Etna. The guides reported the fallout of explosive materials near the crater rim. The weather conditions do not allow good observation conditions with the surveillance cameras. However, the tremor does not show significant fluctuations.

°°°°°°°°°°

The OVPF latest update shows that everything is quiet at the moment on Piton de la Fournaise (Reunion Island). Contrary to what some people thought and hoped, there should be no eruption in the short term. Since the end of the last eruption (18 February – 10 March 2019), a shallow seismicity is still recorded, with an average of 6 events per day during the month of April. In parallel, 4 deep earthquakes were also recorded during the same month.
The inflation f the edifice that followed the last eruption stopped at the end of March.
CO2 concentrations in the soil are stable at intermediate values.
SO2 oncentrations in the air in the Enclos Fouqué are close to or below the detection limit
In its report for the month of April, OVPF explains that « the deep magma recharge and the pressurization of the shallow magma reservoir that had resumed after the last eruption seem to have stopped since early April. One should remember that since 2016, deep refeeding of the magma reservoir under Piton de la Fournaise is done by impulses. Such phases of lull in deformation and seismicity have already been observed several times in 2016, 2017 and 2018 over periods ranging from 15 to 80 days. »

Vue du cratère du Popocatepetl. On remarque l’absence de dôme de lave (Source : CENAPRED)

Séisme aux Philippines: L’Indonésie repousse l’alerte tsunami américaine // Earthquake in the Philippines: Indonesia refutes the US tsunami warning

Quelques jours après avoir mal évalué la menace de tsunami dans le Détroit de la Sonde suite à l’effondrement du flanc SO de l’Anak Krakatau, les autorités indonésiennes ont refusé de prendre en compte une alerte tsunami émise par les Américains.
Le samedi 29 décembre 2018, le Centre d’alerte des tsunamis dans le Pacifique (il est basé à Hawaii) a lancé une alerte tsunami pour les Philippines et l’Indonésie suite au puissant séisme d’une magnitude de M 6,9 ​​enregistré à proximité de l’île de Mindanao, à une profondeur de 10 km. Le bulletin d’alerte indiquait qu’un tsunami était susceptible d’atteindre les côtes situées à moins de 300 km de l’épicentre du séisme.
L’Agence indonésienne de météorologie, de climatologie et de géophysique (BMKG) a fait état le même jour d’un séisme de magnitude M 7,1 dans la partie nord de Talaud, dans le nord de l’île Sulawesi, à une profondeur de 69 km, mais l’Agence n’a pas émis d’alerte au tsunami. Le responsable de la division tsunami et séisme au BMKG a déclaré que le séisme ne déclencherait pas de tsunami. Selon lui, il était « conseillé aux habitants des îles Sangihe et Talaud de rester calmes et à ne pas prêter attention à des propos irresponsables, car le séisme n’avait pas le potentiel de déclencher un tsunami en Indonésie ».
A noter que Mindanao se trouve à 201 km de Talaud et à 288 km de Sangihe, au nord de Sulawesi.

Source: The Jakarta Post.

NDLR : Un tel désaccord entre des agences de ce type est fort regrettable car il peut aboutir à des situations catastrophiques. Aucun tsunami significatif ne s’est produit suite au séisme à Mindanao, mais il est indispensable que les agences parlent d’une seule voix et mettent en garde la population, même s’il ne se passe rien.

—————————————————

A few days after misinterpreting the tsunami in the Sunda Strait, the Indonesian authorities have disapproved a tsunami warning issued by the Americans.

On Saturday, December 29th, 2018, the US Pacific Tsunami Warning Center issued a tsunami warning for the Philippines and Indonesia following a powerful M 6.9-earthquake that struck near the island of Mindanao in the Philippines, with a depth of 10 km. The warning stated that tsunami waves were possible for coasts located within 300 km of the earthquake’s epicentre.

Indonesia’s Meteorology, Climatology and Geophysics Agency (BMKG) announced on that same day that an M 7.1 earthquake occurred at the northern part of Talaud, North Sulawesi, at a depth of 69 kilometres, but did not issue a tsunami warning. The head of the tsunami and earthquake division at the BMKG said that the earthquake would not trigger tsunami. In his opinion, “the Sangihe and Talaud Islands residents are encouraged to remain calm and not be provoked by irresponsible issues, because the earthquake has no potential for a tsunami in Indonesia.”

Mindanao lies 201 kilometres from Talaud and 288 kilometres from Sangihe, North Sulawesi.

Source: The Jakarta Post.

Personal note: Such disagreement among agencies of this type is highly regrettable as it can lead to disastrous situations. No significant tsunami occurred following the earthquake in Mindanao, but it is essential that the agencies speak with one voice and warn the population, even if nothing happens.

Zones habitées potentiellement menacées par le séisme de Mindanao (Source: PTWC).

Quelques réflexions sur les éruptions de l’Agung et du Mayon (Deuxième partie) // Some thoughts about the eruptions of Mt Agung and Mt Mayon (Part 2)

MAYON

Cela fait pas mal de temps – depuis le mois de septembre 2017 – que les volcanologues du PHILVOCS indiquent que le Mayon est en train de gonfler sous la pression du magma. Par prudence ; ils ont élevé le niveau d’alerte à 1 à cette époque.

Le 13 janvier 2018 nous confirme que la prévision éruptive laisse toujours à désirer. Un premier bulletin diffusé à 8 heures indique que « le réseau de surveillance sismique du Mayon n’a détecté aucun séisme volcanique au cours des dernières 24 heures. Seules des émissions modérées à volumineuses de panaches blancs chargés de vapeur ont été observées. » Changement brutal de la situation quelques dizaines de minutes plus tard ! « Une puissante éruption phréatique débute à 9:06 (TU) avec une colonne de cendre atteignant jusqu’à 5,2 km d’altitude. » Des évacuations sont décidées pour les personnes vivant dans un rayon de 5 km autour du volcan. Le niveau d’alerte du Mayon est alors élevé à 2.

L’éruption s’intensifie au cours des jours suivants, avec coulées de lave et coulées pyroclastiques. 12 000 puis 21 000 personnes sont évacuées. La zone de sécurité est agrandie et présente un rayon de 6 ou 7 km selon les endroits.

Le 18 janvier 38 000 personnes sont hébergées dans des centres provisoires.

Le 22 janvier, suite à une nouvelle intensification de l’éruption, le niveau d’alerte passe à 4 et la zone de sécurité est étendue à 8 km de rayon. Comme pour l’Agung à Bali, les volcanologues du PHILVOCS font du pilotage à vue sur le Mayon ! Ils ne peuvent qu’observer et décider en fonction que ce qu’ils voient et ce qu’indiquent les instruments. Ils sont dans l’incapacité d’anticiper ou de prévoir. Heureusement que le volcan n’a pas connu une soudaine et puissante crise éruptive!

Le 24 janvier, le nombre de personnes évacuées atteint de plus de 56 000 et plus de 86 000 deux jours plus tard. Dans ses derniers bulletins, le PHILVOCS dit s’attendre à une éruption longue, probablement plusieurs mois, mais l’Institut pense qu’il n’y aura pas d’éruption majeure. Espérons le. Les prochaines semaines nous diront si cette prévision est exacte.

—————————————–

Mt MAYON

It has been quite a long time – since September 2017 – that PHILVOCS volcanologists say Mt Mayon is swelling under the pressure of magma. As a precaution; they raised the alert level to 1 by that time.
January 13th, 2018 confirms that the eruptive prediction is still very difficult. A first bulletin released at 8 o’clock indicated that « Mt Mayon seismic monitoring network had not detected any volcanic earthquakes in the last 24 hours. Only moderate to large emissions of white plumes loaded with steam were observed. « An abrupt change of the situation occurred a few hours later! « A powerful phreatic eruption began at 9:06 am (UT) with a column of ash reaching up to 5.2 km altitude. « Evacuations were decided for people living within a radius of 5 km around the volcano. The alert level for Mt Mayon was then raised to 2.
The eruption intensified over the following days, with lava flows and pyroclastic flows. 12,000 then 21,000 people were evacuated. The safety zone was enlarged and had a radius of 6 or 7 km depending on the location.
On 18 January, 38,000 people were accommodated in temporary centers.
On January 22nd, following a further intensification of the eruption, the alert level was increased to 4 and the radius of the safety zone was extended to 8 km. Just like for Mt Agung in Bali, PHILVOCS volcanologists could only observe and decide according to what they saw and what the instruments indicated. They were unable to anticipate or predict. Fortunately, the volcano did not go through a sudden and powerful eruptive crisis.
On January 24th, the number of evacuees reached more than 56,000 and more than 86,000 two days later. In its latest bulletins, the PHILVOCS said it expected a long eruption, probably several months, but the Institute thought there would be no major eruption. Let’s hope for the best. The next few weeks will tell us if this forecast is accurate.

Crédit photo: Wikipedia

Fort risque de lahars sur le Mayon (Philippines) // High lahar hazard on Mayon Volcano (Philippines)

Il y a un risque élevé de lahars meurtriers sur les pentes du Mayon. Le volcan a vomi des millions de tonnes de cendre, de roches, de lave et de débris en moins de trois semaines. Une grande partie reste en équilibre sur ses pentes du volcan et pourraient être remobilisée en cas de fortes pluies.
Il est fortement recommandé au public d’être vigilant et de s’abstenir d’entrer dans la zone de danger de 8 kilomètres de rayon. La population doit aussi se méfier des coulées pyroclastiques, les lahars et des rivières chargées en sédiments.
Une éruption du Mayon n’a pas fait de victimes en 2006, mais quatre mois plus tard, un typhon a déclenché des coulées de boue volcanique sur ses pentes, tuant un millier de personnes.
Le 27 janvier 2018, le PHILVOCS a émis son premier bulletin d’alerte « lahar » sur Mayon cette année en raison des pluies incessantes qui s’abattent dans la région à cette période de l’année. Le lendemain, l’Institut a filmé un lahar dans le lit d’une rivière près de la ville de Daraga au sud du volcan. L’événement n’a causé ni dégâts ni victimes.

https://youtu.be/aYJn3u0umQ8

Source: Inquirer.net.

—————————————–

The threat of deadly lahars is building on the slopes of Mount Mayon. The volcano has spewed millions of tons of ash, rocks, lava and debris in less than three weeks, much of it loosely lodged on its burnt slopes and which experts warn could be dislodged by heavy rain.

The public is strongly advised to be vigilant and refrain from entering the 8-kilometre radius danger zone, and to be additionally vigilant against pyroclastic flows, lahars and sediment-laden stream flows.

An earlier Mayon eruption passed without any casualties in 2006, but four months later a typhoon unleashed an avalanche of volcanic mud from its slopes, killing about 1,000 people.

On January 27th 2018, PHILVOCS issued its first lahar warning on Mayon this year due to incessant rain that is usual in the region at this time of the year. A day later, the Institute made a video recording of lahar flowing down a river near Daraga town south of the volcano, though it did not cause any damage or casualties.

Source: Inquirer.net.

Source: Wikipedia

Mayon (Philippines): Hausse du niveau d’alerte // The alert level has been raised

Le PHILVOCS vient de faire passer le niveau d’alerte du Mayon à 4 (éruption dangereuse imminente) après que le volcan ait émis un panache de 10 km de hauteur le 22 janvier 2018 à 12h45. La zone de sécurité a été élargie à 8 km autour du volcan, au lieu de 7 précédemment. Les personnes vivant dans le kilomètre supplémentaire ont été immédiatement évacuées par les autorités locales.

Source : Inquirer.net.

————————————-

PHILVOCS raised the alert level to 4 (hazardous eruption imminent) over Mayon volcano after it belched out a 10-kilometer high ash column at 12:45 p.m. on Monday. The danger zone has been extended to 8 kilometres all around the volcano. Evacuation of residents within the additional kilometre radius was immediately instigated by local government units.

Source : Inquirer.net.

Crédit photo: Wikipedia

Eruption du Mayon (Philippines) [suite]

Le Mayon semble s’être calmé aujourd’hui. Le PHILVOCS indique que seulement cinq événements de chutes de blocs ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures. Cependant, l’Institut ajoute qu’une effusion de lave continue à être observée au niveau du dôme de lave sommital, ainsi que des effondrements de lave. Ces derniers sont générés par l’effondrement du front et des bordures de la coulée de lave qui avance dans la ravine Miisi et par des effondrements du dôme sommital dans la ravine Bonga.
Le PHILVOCS continue d’observer une augmentation des émissions de SO2 qui atteignent en moyenne 1131 tonnes par jour. Il y a également un gonflement persistant de l’édifice volcanique depuis novembre 2017, en relation avec la pression exercée par l’intrusion du magma. Une éruption majeure est encore possible dans les semaines ou même les jours à venir.
Le niveau d’alerte 3 reste en place sur le volcan.
Les autorités conseillent au public d’être vigilant et de ne pas pénétrer dans la zone de danger de sept kilomètres sur le flancs sud en raison du risque de chutes de pierres, de glissements de terrain et d’explosions soudaines ou d’effondrements du dôme pouvant générer des coulées pyroclastiques.
Il est demandé aux autorités de l’aviation civile de conseiller aux pilotes d’éviter de voler à proximité du sommet du volcan car des projections lors d’une éruption phréatique soudaine peuvent endommager les aéronefs.
Source: PHILVOCS.

————————————–

Mayon Volcano appeared to be quieter today as PHILVOCS indicates just five rockfall events were recorded in the past 24 hours. However, the Institute adds that quiet lava effusion from the summit lava dome and lava collapse events continue to occur.

Rockfalls are generated by the collapsing lava front and margins of the advancing lava flow on the Miisi Gully and by shedding from the summit dome onto the Bonga Gully.

PHILVOCS continues to observe an increase in SO2 emissions reaching an average of 1,131 tons per day. There has been also a sustained swelling or inflation of the edifice since November 2017, consistent with pressurization by magmatic intrusion. A major eruption is still possible within weeks or even days.

Alert level 3 remains in effect over the volcano.

Authorities advise the public to be vigilant and not enter the PDZ and the seven-kilometre extended danger zone on the southern flanks due to the danger of rockfalls, landslides and sudden explosions or dome collapse that may generate hazardous pyroclastic flows.

Civil aviation authorities are asked to advise pilots to avoid flying close to the volcano’s summit as ejecta from any sudden phreatic eruption can be hazardous to aircraft.

Source: PHILVOCS.

Crédit photo: Philvocs

Nouvelles du Mayon (Philippines) // News of Mayon Volcano (Philippines)

Le PHILVOCS indique aujourd’hui que l’activité du Mayon est assez stable. Plusieurs effondrements et un séisme d’origine volcanique ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures. Les événements de chutes de pierres se produisent au niveau du front et des bordures de la coulée de lave qui avance dans la ravine Miisi. L’activité actuelle peut être qualifiée d’«éruption non explosive», semblable aux événements de 2006 et 2009. Le niveau d’alerte 3 reste en vigueur sur le volcan
Le PHILVOCS indique que, pour le moment, on ne devrait pas assister à une éruption majeure. Une éruption majeure ne peut survenir que s’il y a une pression excessive des gaz à l’intérieur du volcan. Un survol du volcan a révélé l’absence de dépôts explosifs tels que des coulées pyroclastiques sur certaines zones du volcan. Toutefois, l’Institut demande à nouveau aux habitants de rester vigilants car des lahars peuvent encore se produire. La zone de sécurité doit être évitée à tout prix.

—————————————–

PHILVOCS indicates today that activity at Mayon is quite stable with several instances of rockfall activity and one volcanic earthquake during the past 24 hours. Rockfall events are generated by the collapsing lava front and margins of the advancing lava flow on the Miisi Gully. The current activity may be categorized as a “non-explosive eruption”, similar to events in 2006 and 2009. Alert Level 3 remains in effect over the volcano

PHILVOCS indicates that, for the moment, it does not expect a major eruption. It explains that a major eruption can only happen if there is an excessive pressure that causes gas volume inside the volcano. An aerial inspection revealed the absence of explosive deposits like pyroclastic flows on some areas of the volcano.  But the Institute still cautioned residents to stay alert as lahars may still occur, adding they should steer clear of the danger zone of the volcano.

Vue du sommet du Mayon (Crédit photo: PHILVOCS)