Eruption du Semeru (Indonésie) // Eruption of Semeru Volcano (Indonesia)

14 heures (Heure française – 20 heures, heure locale) : Le Mauna Loa n’est pas le seul volcan actif aujourd’hui. Une puissante éruption s’est produite sur le Semeru (Indonésie) le 4 décembre 2022. Le niveau d’alerte volcanique a été relevé 3 (Siaga) à 4 (Awas). Le panache éruptif s’est élevé jusqu’à environ 15 km au-dessus du niveau de la mer, de sorte que la couleur de l’alerte aérienne est passée au Rouge.
Plusieurs centaines de personnes vivant à proximité du volcan ont été évacuées vers des abris temporaires. Les autorités ont conseillé à la population de rester à au moins 8 km du cratère et d’éviter le secteur sud-est le long de la rivière Besuk Kobokan située à environ 13 km du cratère.
Aucun blessé ou décès n’a été signalé jusqu’à présent.
La dernière éruption majeure du Semeru a eu lieu le 4 décembre 2021, faisant 51 morts et plusieurs centaines de blessés. Plus de 10 000 personnes ont été contraintes d’évacuer. Près de 3 000 maisons et 38 écoles ont été endommagées.
Source : CVGHM.

++++++++++

18 heures (heure française) : Voici quelques détails supplémentaires sur le Semeru. Le volcan est entré en éruption le 4 décembre 2022 à 02h46 (heure locale). Il a émis une colonne éruptive atteignant 15 km mètres au-dessus du niveau de la mer, et une coulée pyroclastique qui a parcouru 7 km en direction du sud-est.
Les volcanologues indonésiens expliquent que la source de la coulée pyroclastique était un amoncellement de matériaux dans le cratère Jonggring Seloko qui est situé à environ 800 mètres du sommet. Il est probable que les matériaux se sont effondrés en raison des fortes pluies de la mousson. Entre 00h00 et 06h00, huit séismes éruptifs et un événement d’avalanche chaude ont été enregistrés. Les instruments montrent que l’activité éruptive du Semeru reste intense. Outre les avalanches incandescentes, il existe également une menace de lahars en raison des précipitations relativement fortes sur le volcan.
Les paramètres de déformation montrent qu’il y a une pression croissante de la chambre magmatique. Il y a aussi une anomalie thermique à 15 Mégawatts autour du cratère. Cela montre qu’il y a encore un grand volume de matériaux à haute température dans le cratère.
La route transversale entre Kali Lanang et Curah Kobokan a été fermée pour assurer la sécurité des personnes.
Des vidéos circulant sur les réseaux sociaux montrent une épaisse couche de cendre recouvrant plusieurs villages du district de Lumajang alors que les villageois commencent à évacuer à moto ou en camionnette. Les habitants de plusieurs villages ont été évacués vers des zones plus sûres et rassemblés dans les écoles et les mosquées. 1 979 personnes ont été déplacées vers 11 abris et les autorités ont distribué des masques aux habitants. Internet a cessé de fonctionner et les signaux téléphoniques étaient cahotiques, mais les villageois ont été alertés du danger par des sirènes et le battement de tambours en bambou par des volontaires. L’extraction du sable dans lrs rivières sur la pente du Semeru est interdite en raison du risque de lahars. Lors de l’éruption de 2021, de nombreux camions et mineurs ont été ensevelis par des coulées de boue.
Source : CVGHM.

——————————————-

2 pm (French time – 8 pm, local time) : Mauna Loa is not the only active volcano today. A powerful eruption occurred at Indonesia’s Semeru volcano on December 4th , 2022, prompting authorities to raise the Alert Level from 3 (Siaga) to 4 (Awas). The eruptive plume rose up to about 15 km above sea level so that the Aviation Color Code was raised to Red.

Several hundred people living near the volcano were evacuated to temporary shelters. Authorities advised everyone to stay away 8 km from the crater and avoid the southeastern sector area along the Besuk Kobokan river located about 13 km from the crater.

There have been no reports of injuries or deaths so far.

The last major eruption of Mt Semeru took place on December 4th, 2021, leaving 51 people dead and several hundred others injured. More than 10 000 people were forced to evacuate. Nearly 3 000 houses and 38 schools were damaged.

Source: CVGHM.

++++++++++

 

6:00 pm (French time) : Here are some more details about Mount Semeru. The volcano erupted on December 4th, 2022 at 02.46 a.m. (local time). It unleashed an eruption column reaching 15 km meters above sea level and a pyroclastic flow that travelled 7 km in the southeastern direction from the summit.
Indonesian volcanologists explain that the source of the hot cloud was a pile of lava material at Jonggring Seloko Crater which is located about 800 meters from the mountain peak. It is likely that the pile of material collapsed due to the heavy monsoon rains. Between 00.00 a.m. and 06.00 a.m., eight eruption quakes and one hot avalanche tremor were recorded. Instruments show that the eruption activity of Mount Semeru remains very high. Apart from the hot clouds, there is also a threat of lahars because of the relatively high rainfall on the volcano.

The deformation parameters show that there is an increasing pressure from the magma chamber. There is also a thermal anomaly to 15 Megawatts around the crater, showing that there were still a great volume of hot material in the crater.

The Kali Lanang-Curah Kobokan crossing road has been closed to ensure the safety of the people.

Videos circulating on social media platforms show thick ashes blanketing several villages in Lumajang as villagers began to evacuate on motorcycles or pickups. Residents from several villages were evacuated to safer areas and gathered at schools and mosques to avoid hot ash clouds.1,979 people had been moved to 11 shelters and authorities have distributed masks to residents. The internet was down and phone signals were patchy but villagers were alerted to the danger by sirens and the beating of bamboo drums by local volunteers. Sand mining in the river on the slope of Semeru is banned due to the risk of lahars. During lthr 2021 eruption, many trucks and sand miners were buried by mudslides.

Source: CVGHM.

Panache éruptif du Semeru (Photo: C. Grandpey)

Eruption du Sakurajima (suite) // Sakurajima eruption (continued)

L’éruption du Sakurajima (Japon) se poursuit pour la troisième journée consécutive. Le volcan est de nouveau entré en éruption tôt le 25 juillet. Le niveau d’alerte est maintenu au maximum. Aucun dégât n’a été signalé. Le volcan avait déjà connu quatre épisodes éruptifs entre le 23 et le 24 juillet dans l’après-midi, avec un panache atteignant 1 200 mètres de hauteur.
Les autorités de Kagoshima ont ordonné aux habitants d’évacuer le quartier d’Arimura et une partie du quartier de Furusato, qui abritent 51 personnes.
Source : The Japan Times.
Ce matin, le temps est brumeux autour du volcan. Des panaches de vapeur sortent du sommet, mais aucun événement majeur ne peut être observé.

Voici une vidéo montrant l’éruption du 24 luillet 2022 :

—————————————-

The eruption of Sakurajima (Japan) continues for the third day in a row. The volcano erupted again early on July 25th. The alert level is kept at the maximum. There are no reports of damage.The volcano had seen four earlier eruptions between July 23rd and 24th in the afternoon, with the plume reaching as high as 1,200 meters.

Authorities in Kagoshima ordered residents to evacuate the Arimura district and part of the Furusato district, which are home to 51 people.

Source: The Japan Times.

This morning, the weather is foggy around the volcano. Steam plumes are coming out of the summit, but no major event can be observed.

Capture d’écran de l’une des webcams

Eruption du Sakurajima (Japon) // Eruption of Sakurajima Volcano (Japan)

Le Sakurajima (Japon) est entré en éruption le 24 juillet 2022. Le niveau d’alerte volcanique est passé de 3 à 5, le plus élevé. Les matériaux éjectés par le volcan sont retombés jusqu’à 2,5 kilomètres du cratère, mais il n’est fait état d’aucun blessé suite à l’éruption qui s’est produite vers 20h05 (heure locale). Il a été demandé au public d’évacuer la zone concernée par l’éruption.
Ce n’est que la deuxième fois que le niveau d’alerte maximum est appliqué à un volcan japonais après l’éruption de 2015 sur l’île de Kuchinoerabu, dans la préfecture de Kagoshima.
À la suite de l’éruption, le Premier ministre japonais a demandé à son gouvernement de recueillir rapidement des informations sur les dégâts causés et de mettre en place des moyens afin de faciliter l’évacuation des habitants et des randonneurs.
Depuis le 18 juillet, la JMA a observé des déformations de surface indiquant une expansion du volcan.
Source : The Japan Times.

A noter que la ville de Kagoshima qui se trouve à proximité du volcan est connue pour les exercices de prévention et les simulations d’évacuation auxquelles la population est régulièrement soumise. Au Japon,on ne plaisante pas avec la sécurité.

—————————————–

A noter que la ville de Kagoshima qui se trouve au pied du volcan est connue pour les exercices de préventions et les simulations d’évacuations auxquelles la population est soumise régulièrement. Au Japon, on ne badine pas avec la sécurité.

Sakurajima (Japan) erupted on July 24th, 2022. The volcano alert level was raised from 3 to 5, the highest level. The material ejected by the volcano fell as far as 2.5 kilometers from the crater, but there were no immediate reports of injuries following the eruption that occurred around 8:05 p.m., (local time). The public was asked to evaacuate.

It is just the second time the highest alert level has been applied to a Japanese volcano following the 2015 eruption on Kuchinoerabu Island in Kagoshima Prefecture.

In the wake of the eruption, the Japanese Prime Minister has instructed his government to swiftly gather information on any damage caused and to set up ways to help local residents and hikers to evacuate.

Since July18th, JMA has observed minor crustal movements indicating expansion of the volcano.

Source: The Japan Times.

It should be noted that the city of Kagoshima which lies close to the volcano is known for the prevention exercises and evacuation simulations to which the population is regularly subjected. In Japan, they don’t mess with security.

Le Sakurajima et la ville de Kagoshima (Source: Wikipedia)

1970 : quand Pouzzoles faisait rire l’Italie…!

Il y a quelques jours, au cours d’un séjour en Campanie, j’ai fait étape à Pouzzoles, localité bien connue pour les épisodes bradysismiques qui s’y produisent, avec des soulèvements et abaissements du sol. Les incrustations de coquillages sur les colonnes du temple dit de Sérapis indiquent la hauteur à laquelle le bâtiment a été autrefois immergé. J’ai écrit « dit de Sérapis » car le site est en fait un ancien marché où une statue du dieu égyptien était censée protéger les commerçants.

Photos : C. Grandpey

Tout près, la Solfatara est l’un des points chauds de la Campanie et, avec le Vésuve, celui pour lequel les scientifiques sont le plus inquiets. Si une éruption devait s’y produire, il faudrait évacuer la zone qui est densément peuplée. Un sacré casse-tête en vue, tout comme l’évacuation des abords du Vésuve. Il ne faudra pas se rater. Comme me le faisait remarquer un jour Franco Barberi, alors à la tête de la Protection Civile italienne, « si j’évacue et qu’il ne se passe rien, je passe pour un imbécile; si je n’évacue pas et qu’une catastrophe se produit, je vais en prison. »

L’évocation de la ville de Pouzzoles me rappelle l’histoire racontée par Haroun Tazieff dans son livre « Volcans » paru aux Editions Bordas en 1996. L’anecdote a eu lieu en 1970, année où Le Professeur Giuseppe Imbo, à la tête de l’Osservatorio Vesuviano, avait fait appel à des scientifiques étrangers car il craignait une éruption imminente du Vésuve. Par précaution, il avait fait évacuer les habitants du Rione Terra, un quartier de Pouzzoles, où le sol se soulevait.

Il pensait que le magma qui provoquait le soulèvement finirait par percer la surface. La prévision s’appuyait également sur la présence de « sources marines bouillonnantes » dans le golfe de Pouzzoles. Cerise sur le gâteau, on enregistrait une hausse de la sismicité, avec des événements à faible profondeur.

 

Le problème, c’est que la sismicité n’avait pas été mesurée dans les règles de l’art par les scientifiques italiens qui n’avaient mis en place qu’un sismomètre, alors qu’au moins trois appareils sont nécessaires pour effectuer des mesures fiables. Malgré des tentatives d’interdiction d’accès aux Champs Phlégréens, Tazieff et son équipe installèrent trois sismos sur la zone soi-disant sensible. Les scientifiques français furent surpris de constater qu’un seul appareil réagissait, avec des courbes qui n’avaient pas le profil des secousses telluriques, et avec des événements d’une étonnante régularité. Et pour cause: les sismos réagissaient au moment du passage des trains sur la voie à proximité !! En fait, aucune sismicité inquiétante n’affectait la région. Suite à cette découverte, Tazieff convoqua une conférence de presse et dès le lendemain le scandale s’étalait à la Une des journaux.

« Macché vulcano : sono solo i treni…. » « Perchè allora, si è permesso l’esodo affannoso di 35 mila persone? » Pourquoi évacuer les quartiers de Pouzzoles? Selon Tazieff, « pour les racheter à vil prix, les raser et les remplacer par des villas somptueuses et des hôtels de grand luxe, en réalisant au passage des plus-values vertigineuses »!

Il faut espérer que la surveillance des Champs Phlégréens est plus sérieuse aujourd’hui. Comme indiqué précédemment, un site web dédié publie les résultats des mesures. Vous pourrez y accéder en cliquant sur ce lien :

https://www.ov.ingv.it/index.php/flegrei-stato-attuale

Malgré tous les paramètres présentés et toute la littérature écrite à propos de cette région volcaniquement très sensible, je me demande si des mesures d’évacuation pourront être mises en place au bon moment et empêcher un drame humain. Comme on vient de le voir à São Jorge aux Açores, notre aptitude à prévoir les séismes et les éruptions volcaniques demeure à un niveau très bas, et encore plus quand les événements ont pour cadre des zones habitées. Autour des Champs Phlégréens, la densité de population est très forte. Il ne nous reste qu’à croiser les doigts…

A l’attention des personnes qui désireraient visiter la Solfatara, je rappelle que le site reste fermé au public depuis le tragique accident qui avait coûté la vie à un enfant et à son père au mois de septembre 2017.

La Solfatara dans les années 1990, alors que le vieil observatoire Friedlander était encore debout (Photo: C. Grandpey)