Eruption du volcan Taal : Interdiction d’accès à certaines localités // Access to some municipalities is forbidden

Comme d’habitude en période d’éruption dans cette partie du monde, un certain nombre de paysans ignorent les mises en garde du gouvernement et retournent s’occuper de leurs dermes et de leurs animaux, mais cela deviendra plus difficile à l’avenir. Depuis le 15 janvier 2020, les villes d’Agoncillo, Laurel et Talisay sont totalement bloquées, ce qui signifie qu’aucune personne, en particulier les habitants, n’est autorisée à entrer dans les trois localités qui sont actuellement les plus durement touchées par les retombées de cendre. Un nombre important de policiers, aidés par les forces militaires, a été déployé aux entrées et sorties des trois villes pour s’assurer que personne n’y entrera. La police et les militaires évacuent également des personnes de 21 barangays (petites unités administratives) de la ville de Tanauan, ainsi que de Malvar, Lipa et Cuenca qui sont proches du Taal. La police évacue ces zones pour s’assurer qu’en cas d’éruption majeure, il n’y aura personne dans la zone de danger. Outre la zone de danger de 14 kilomètres, une «zone tampon» d’un kilomètre de rayon a été ajoutée à titre de précaution.
Selon le bureau de gestion des risques (PDRRMO), le nombre de personnes évacuées a rapidement augmenté depuis le début de l’éruption. Sur la base des dernières données, 27 312 familles, soit 125 107 personnes, sont logées dans 373 centres d’hébergement provisoires.
Le PDRRMO indique également qu’il n’y a pas de maisons endommagées, mais la police a signalé des maisons qui se sont effondrées sous le poids de la cendre sur leur toit toit. En agriculture, les dégâts sont actuellement estimés à 548 millions de pesos.
Source: Manila Bulletin.

++++++++++

Dans son dernier bulletin, le PHIVOLCS indique que de nouvelles fractures laissant échapper de la vapeur – ce qui révèle des volumes importants de magma – ont  été découvertes sur le versant nord de Volcano Island. Les fractures déjà observées en plusieurs autres endroits se sont élargies de quelques centimètres. L’activité dans le cratère principal du Taal au cours des dernières 24 heures s’est caractérisée par «une émission régulière de vapeur et de faibles explosions peu fréquentes qui ont généré des panaches de cendres gris foncé de 100 à 800 mètres de hauteur». La sismicité reste élevée.
Le niveau d’alerte 4 est toujours en vigueur, ce qui signifie qu’une puissante éruption est toujours possible dans les prochaines heures ou les prochains jours.

———————————————-

As usual when an eruption occurs in that part of the world, a number of farmers are ignoring government warnings to keep away and have gone back to tend or rescue their animals.This will become more difficult in the future. Since January 15th, 2020, the towns of Agoncillo, Laurel, and Talisay are in a total lockdown which means that not a single person, especially local residents, is allowed to enter the three municipalities, currently the hardest hit by the ash ejections from the volcano. A significant number of policemen, helped by military forces, have been deployed in entry and exit points of the three towns to ensure that no one would dare to enter them. Police and military forces are also evacuating people from 21 barangays of Tanauan City, and some barangays of Malvar, Lipa, and Cuenca which are close to Taal Volcano. They are evacuating these areas because they want to make sure that if a major eruption occurs, there will be no people within the danger zone. Aside from the 14-kilometer danger zone, an additional one-kilometre radius “buffer zone” has been added as a precaution.

According to the Provincial Risk Reduction and Management Office (PDRRMO), the number of evacuees has been quickly rising since the start of the eruption. Based on the latest PDRRMO data, a total of 27,312 families, or 125,107 people, are being housed in 373 evacuation centers.

PDRRMO also indicates that there are no damaged houses although there are reports from the police about houses that collapsed due to thick ash that covered the roof. In agriculture, the initial assessment disclosed that the damage has already reached P548 million.

Source: Manila Bulletin.

++++++++++

In its latest bulletin, PHIVOLCS indicates that steaming fissures, indicating high volumes of magma, were discovered on the northern slopes of Volcano Island. Existing fissures already identified in several places widened by a few centimetres. The activity in the volcano’s Main Crater in the past 24 hours has been characterized by “steady steam emission and infrequent weak explosions that generated dark grey ash plumes 100 to 800 metres tall.” Seismicity is still elevated.

Alert Level 4 is still in effect in and around Taal Volcano, which means that a hazardous eruption is still possible within hours or days,

Le panache éruptif du Taal vu depuis l’espace (Source: NASA)

Eruption du Taal (Philippines): Dernières nouvelles // Latest news

Le Taal vomit moins de lave et de cendre en ce moment, mais le PHIVOLCS explique que cela ne signifie pas que le volcan est en train de se calmer et que les villageois qui ont fui le 12 janvier peuvent maintenant rentrer chez eux. L’Institut maintient son niveau d’alerte à 4 sur 5, ce qui signifie « une éruption explosive dangereuse est possible dans quelques heures ou quelques jours. L’activité sismique intense couplée à la fracturation de la caldeira signifie probablement qu’une intrusion magmatique est en cours sous l’édifice volcanique, ce qui pourrait entraîner une reprise encore plus intense de l’activité éruptive. Les éruptions du passé ont duré des mois, il est donc impossible de prévoir la fin de l’activité actuelle. » Les dernières images satellitaires révèlent que le lac à l’intérieur du cratère principal (Main Crater) s’est vidangé; de nouvelles bouches sont apparues à l’intérieur du cratère ainsi que sur le versant nord du volcan.
Comme je l’ai déjà écrit, les autorités ont évacué près de 16 000 personnes qui vivent désormais dans 75 centres d’évacuation dans les provinces de Batangas et Cavite. Les gouvernements locaux tentent d’évacuer tous les habitants des villages situés dans la zone de danger de 14 km de rayon déterminée par le PHIVOLCS. La priorité est donnée aux personnes. Les animaux des fermes et les animaux de compagnie seront évacués plus tard.
Le PHIVOLCS et les autorités craignent que Taal ne déclenche une déferlante basale (basal surge, en anglais), autrement dit une vague pyroclastique avec des matériaux chauffés à haute température pouvant atteindre jusqu’à 14 km, sur la base des données et des dépôts laissés par l’éruption du de 1754.
Source: PHIVOLCS, Philippine Daily Inquirer.

——————————————–

Taal Volcano is emitting less lava and ash, but PHIVOLCS explains it is not an indication that the volcano is quieting down and that villagers who fled on January 12th could now return to their homes. The Institute maintains its alert level at 4 out of 5, meaning “a hazardous explosive eruption is possible within hours to days. The intense seismic activity coupled with fissuring in the caldera region likely signifies continuous magma intrusion beneath the Taal edifice, which lead to further eruptive activity.” Taal’s previous eruptions had lasted months, so it is impossible to predict an end to the current activity. Newly acquired satellite images show that the Main Crater Lake  has been drained and new vents have formed inside the Main Crater and on the north flank of the volcano.

As I put it before, authorities evacuated close to 16,000 people, who now stay in 75 evacuation centres in the provinces of Batangas and Cavite. Local governments are trying to evacuate all residents of villages within the 14-km radius danger zone designated by PHIVOLCS. Priority is given to people. Farm animals and pets will be evacuated later.

PHIVOLCS and the authorities fear Taal might trigger a pyroclastic density current, or base surge that might reach as far as 14 km, based on data and deposit found from the 1754 eruption of the volcano.

Source: PHIVOLCS, Philippine Daily Inquirer.

Carte tracée en s’appuyant sur l’éruption de 1754. Les marques de couleur orange désignent les zones susceptibles d’être affectées par des déferlantes basales. (Source : PHIVOLCS)

Effets du réchauffement climatique de la Russie à l’Australie // Effects on climate change from Russia to Australia

2019 devrait être la deuxième année la plus chaude de tous les temps – juste après 2016 – à l’échelle de la planète. De son côté, la Russie vient de vivre en 2019 l’année la plus chaude depuis le début des relevés météorologiques il y a presque 130 ans. Symbole du réchauffement climatique en Russie, Moscou est en train de vivre un hiver sans neige. La température annuelle moyenne enregistrée dans la capitale en 2019 a battu le précédent record de chaleur avec une hausse de 0,3°C. Au cours de la deuxième quinzaine de décembre, la température à Moscou a dépassé 4°C, alors que la moyenne du mois de décembre est de -6°C, avec une épaisse couche de neige. Il fait tellement doux que des plantes annonçant traditionnellement l’arrivée du printemps sont déjà en fleurs, avec au moins trois mois d’avance.

D’une manière plus générale, la température pendant le mois de décembre à Moscou a été pratiquement dix degrés au-dessus de la moyenne ! Il se pourrait que le phénomène s’explique par des cyclones passagers venus de l’Atlantique, mais aussi par le changement climatique qui semble s’être bien installé en Russie. Pour preuve les nombreux incendies de forêts qui ont frappé la Sibérie au cours de l’été. Les climatologues russes expliquent qu’ils sont liés directement aux effets du changement climatique.

Les incendies de l’été 2019 en Sibérie n’ont pas atteint l’ampleur de ceux qui dévastent en ce moment certaines régions d’Australie où le pays n’arrête pas de battre des records de chaleur. La situation est tellement sérieuse que le 29 décembre plus de 30 000 personnes ont reçu l’ordre d’évacuer la région touristique d’East Gippsland, dans l’Etat de Victoria, au sud-est du pays. En effet, les pompiers redoutent que le feu entraîne la coupure de la circulation sur la dernière route principale de la région encore ouverte. Si cela se produisait, les habitants et les vacanciers risqueraient d’être pris au piège.

Cette année, les feux de forêts sont particulièrement violents. Depuis le mois de septembre, ils ont fait dix morts, détruit plus d’un millier de maisons et plus de trois millions d’hectares, soit une superficie plus grande que la Belgique.

Source : Presse internationale.

————————————————-

2019 is expected to be the second hottest year ever – just after 2016 – worldwide. For its part, Russia has just lived in 2019 the hottest year since the start of weather archives 130 years ago. A symbol of global warming in Russia, Moscow is experiencing a winter without snow. The average annual temperature recorded in the capital in 2019 broke the previous heat record with an increase of 0.3°C. During the second half of December, the temperature in Moscow exceeded 4°C, while the average for December was -6°C, with a thick layer of snow. The weather is so mild that plants traditionally announcing the arrival of spring are already in bloom, at least three months in advance.
More generally, the temperature during the month of December in Moscow was practically ten degrees above the average! The phenomenon could be explained by occasional cyclones from the Atlantic, but also by climate change which seems to have settled well in Russia. As a proof, the numerous forest fires that hit Siberia during the summer. Russian climatologists explain that they are directly linked to the effects of climate change.

The fires of summer 2019 in Siberia have not reached the scale of those that are currently devastating certain regions of Australia where heat records are regularly broken. The situation is so serious that on December 29th more than 30,000 people were ordered to evacuate the tourist region of East Gippsland in the state of Victoria, in the south-east of the country. Firefighters fear that the wildfires will cut traffic on the last main road that is still open in the region. If this happened, residents and vacationers would be in danger of being trapped.
This year, forest fires are particularly violent. Since September, they have killed ten people, destroyed more than a thousand houses and more than three million hectares, an area larger than Belgium.
Source: International press.

Source: ESA

Volcan de boue de Piparo (Trinité & Tobago): Crainte d’une nouvelle éruption // Piparo mud volcano (Trinidad & Tobago): Fear of another eruption

On peut lire sur le site Web The Watchers que les autorités et les scientifiques craignent une nouvelle éruption du volcan de boue de Piparo (Trinité-et-Tobago). Selon eux, l’éruption de 1997 pourrait se reproduire cette année. Elle avait entraîné l’évacuation permanente de plus de trente maisons. Aucun décès n’avait été signalé, mais les dégâts matériels avaient été considérables. Au total, 33 maisons et plusieurs voitures avaient été ensevelies sous la boue devenue dure comme du béton.
Comme je l’ai écrit dans une note précédente, il a été fait état d’explosions et de fractures par des habitants après l’explosion du 21 septembre 2019. Plusieurs jours après cet événement, les fissures dans le sol semblent s’agrandir. En outre, la zone a subi un affaissement de l’ordre d’un mètre depuis le 22 septembre.
Les scientifiques craignent une éruption semblable à celle qui a eu lieu il y a 22 ans. Selon certaines informations, il y avait eu à l’époque une pause de l’activité, suivie d’une impressionnante éruption de boue avec des gerbes atteignant 61 mètres de hauteur.
Au vu des résultats des tests effectués par les scientifiques, il s’avère que le véritable danger, ce ne sont pas les gaz, mais les coulées de boue qui pourraient tuer des personnes. Les géologues ont déclaré qu’il est difficile de prévoir avec précision le déclenchement d’une éruption du volcan de boue. .

Il est demandé aux autorités de continuer d’émettre des alertes d’évacuation pour tous les habitants dans un rayon de 500 mètres jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de risque. Si des personnes refusent de quitter les lieux, une évacuation obligatoire devra être mise en place ; des moyens de transport et des abris doivent être mis à la disposition des personnes évacuées. Le département  de la Sécurité Nationale doit également veiller à ce que les biens des personnes évacuées soient mis en sécurité pendant leur absence.
La zone du volcan de boue a été fermée au public jusqu’à nouvel ordre.
Source: The Watchers.

———————————————–

We can read on the website The Watchers that authorities ansd scientists fear a new eruption of the Piparo mud volcano in Trinidad and Tobago. They said the 1997 eruption might occur again. The 1997 eruption resulted in the permanent displacement of at least 31 households. No fatalities were reported, but the damage to properties was devastating. A total of 33 houses and several cars were buried under the mud that hardened into concrete.

As I put it in a previous post, loud explosions and cracks were reported by residents near the area on September 21st 2019, and several days after the event, the cracks in the ground appear to be widening. Besides, the area has now undergone subsidence in the order of 1 metre since September 22nd.

Scientists express fear over the possibilities of another devastating eruption like the one that took place 22 years ago. Reports said after rumblings, there was a lull in activity, followed by a massive mud eruption up to 61 metres high.

After experts conducted tests, it was revealed that the real danger is not the gases, but the mudflow which could be fatal to humans. Experts said the development of an impending underground disaster might not be accurately monitored.

Authorities are prompted to continue issuing evacuation alerts for all residents within a 500-metre radius until there are no more risks. If people refuse to move, then a mandatory evacuation must be implemented and transportation and shelter provided for the evacuees. The Ministry of National Security must also ensure that people’s properties are well secured and safe in their absence.

The area of the mud volcano has been closed to the public until further notice.

Source : The Watchers.

Photo du site de l’éruption prise par un drone (Source: The American Association of Petroleum Geologists)

Risque d’effondrement du glacier de Planpincieux (Val d’Aoste / Italie)

Suite à l’alerte lancée ce matin sur Facebook, voici quelques informations supplémentaires fournies par les autorités italiennes à propos du glacier de Planpincieux, sur le versant italien du Mont-Blanc, qui risque de s’écrouler et d’emporter avec lui des routes et des maisons habitées. Le risque a conduit le maire de Courmayeur à signer dans l’urgence un décret qui interdit la circulation la circulation et oblige l’évacuation de plusieurs maisons dans le secteur du Val Ferret, l’une des régions les plus fréquentées par les touristes du Val d’Aoste. Le premier magistrat a pris cette décision suite à une concertation avec les services techniques de la région, et après avoir constaté que la partie « dangereuse » du glacier accélérait son déplacement, qui atteint une vitesse de 50 à 60 centimètres par jour. La masse qui menace de tomber a un volume d’environ 250 000 mètres cubes.
Le maire de Courmayeur explique que « les rapports reçus des structures régionales et de la Fondazione Montagna Sicura montrent que la vitesse de glissement du glacier de Planpincieux a considérablement augmenté au cours de ces derniers temps. Le scénario d’un possible effondrement du glacier concerne le fond de vallée habité, en particulier la route d’accès locale à Planpincieux. Ce qui se passe actuellement révèle une fois de plus que la montagne est entrée dans une phase de profonds changements provoqués par les facteurs climatiques. Elle est donc particulièrement vulnérable. Dans le cas présent, il s’agit d’un glacier tempéré particulièrement sensible aux températures élevées.  »
Certains événements récents témoignent de la fragilité géologique du Val Ferret. Le dernier remonte au 7 août 2018 quand un glissement de terrain a tué un couple de touristes milanais qui circulait en voiture. Là aussi, il a fallu évacuer environ 250 personnes. Le glacier de Planpincieux fait l’objet d’une surveillance étroite par les glaciologues du CNR depuis 2013 en raison de sa vulnérabilité.

Source : Presse italienne.

Vue du glacier de Planpincieux, sur la face sud des Grandes Jorasses (Crédit photo: Wikipedia)

L’éruption du Karangetang (Sulawesi / Indonésie)

Le Karangetang a montré une hausse d’activité au cours des derniers jours. Au moins 22 personnes ont été obligées de partir et de trouver refuge chez des parents le 4 février 2019, après que la lave ait atteint la rivière Malebuhe, près du village de Batubulan. La coulée de lave avait presque atteint la côte le 3 février, ainsi que des villages et des routes dans le district de Kepulauan Sitaro. Cependant, aucun dégât ni victime n’a été signalé.
Les volcanologues locaux redoutent que la coulée de lave génère des avalanches pyroclastiques avec l’effondrement du front de coulée sur le flanc escarpé du volcan.
Le niveau d’alerte du Karangetang est maintenu à 3 depuis le 21 décembre 2018, suite à une forte augmentation de la sismicité. La population locale et les visiteurs sont priés de ne pas s’approcher du volcan dans un rayon de 2,5 km du cratère principal et du cratère nord, et à moins de 3 km dans les secteurs sud, sud-est, ouest et sud-ouest. Il est conseillé aux habitants des localités proches du volcan de préparer des masques en cas de retombées de cendre. Il leur est également conseillé de ne pas rester le long des berges de la rivière Batuawang jusqu’à la plage.
De récentes photos et vidéos sur les réseaux sociaux ont montré que la lave avançait sur le versant du volcan où elle avait parcouru plus de 3 000 mètres depuis le sommet.
On peut lire sur le site web de la Smithsonian Institution que le Karangetang se trouve à l’extrémité nord de l’île de Siau, au nord de la Sulawesi. C’est un stratovolcan avec cinq cratères à son sommet, disposés long d’une ligne nord-sud. Il s’agit de l’un des volcans les plus actifs d’Indonésie, avec plus de 40 éruptions depuis 1675. Les éruptions du 20ème siècle se caractérisent par de fréquentes explosions, parfois accompagnées de coulées pyroclastiques provoquées par l’effondrement du dôme sommital. Il est également fait état de lahars.
Sources: The Watchers, Agence indonésienne de gestion des catastrophes.

—————————————————

Mt Karangetang has shown an increase in activity during the past days. At least 22 people were forced to evacuate and taken to their relatives on February 4th, 2019, after lava reached the Malebuhe River near Batubulan village. The flow had almost reached the coastline on February 3rd, as well as villages and roads in the Kepulauan Sitaro district. However, there are no reports of damages or casualties.

Local volcanologisrs fear the lava flow might generate pyroclastic flows with the collapse of parts of the flow emplaced on the steep flank of the volcano.

The alert level for Karangetang has been kept at 3 since December 21st, 2018 after a sharp increase in seismicity. Residents and visitors are asked not to approach to volcano within a 2.5 km radius from the main and northern crater and within 3 km in the south, southeast, west and southwest sectors. All nearby communities are advised to prepare masks in the event of ashfall. They are also advised not to stay along the banks of the Batuawang River to the beach.

Recent photos and videos on social networks have shown the erupted lava advancing as a lava flow that had travelled more than 3 000 metres from the summit.

One can read on the Smithsonian Institution website that Karangetang lies at the northern end of the island of Siau, north of Sulawesi. It is a stratovolcano with five summit craters along a north-south line. It is one of Indonesia’s most active volcanoes, with more than 40 eruptions recorded since 1675. Eruptions in the 20th century included frequent explosive activity sometimes accompanied by pyroclastic flows caused by the collapse of the summit dome. Lahars have also been reported.

Sources: The Watchers, Indonesian disaster management agency.

La coulée de lave le 3 février 2019

L’activité du Karangetang depuis le mois de novembre

Carte à risques du Karangetang

(Source: Agence indonésienne de gestion des catastrophes)

Hawaii: Certains habitants de Kapoho font de la sésistance // Hawaii: Some Kapoho residents are reluctant to move

L’envahissement du carrefour de Four Corners par la coulée de lave alimentée par la fracture n ° 8 a isolé quelque 500 maisons évacuées au cours des trois derniers jours. Mais tout le monde n’a pas accepté de partir et une douzaine d’habitants ont décidé de rester malgré les nombreuses mises en garde proférées par les équipes de la Protection Civile qui faisaient du porte-à-porte. Il n’y a pas de service téléphonique, d’électricité ou d’eau courante dans la région à cause de l’éruption. Aucune tentative de sauvetage n’est prévue, mais les responsables de la Protection Civile garderont un œil sur le secteur et s’assureront qu’il n’y a pas de signaux de détresse lorsqu’ils survoleront la zone.
Une branche sud de la coulée de lave suit la pente là où elle est la plus raide. Cette trajectoire lui ferait traverser la partie nord de Kapoho Beach et aboutir à Kapoho Bay, un superbe spot de snorkelling que j’ai fréquenté et apprécié à plusieurs reprises. Les habitants de cette région doivent être conscients qu’une nouvelle coulée peut emprunter cette direction. Ceux qui se trouvent le long de Beach Road continuaient à quitter cette communauté rurale samedi, avec des remorques transportant des vaches et des chevaux.
C’est la première fois qu’une coulée de lave est observée à Kapoho depuis l’éruption de 1960 qui a détruit le village. L’éruption de 1955 a duré 88 jours et s’est déplacée le long de la zone de rift en coupant l’accès routier à plusieurs zones habitées.
Une route d’évacuation empruntant la Chain of Craters Road, qui traverse le Parc National, devait être opérationnelle samedi, mais elle ne sera utilisée que si le Highway 130 présente un danger. Cette route de secours serait accessible aux localités comme Kalapana, situées à l’ouest de l’éruption. A proximité de Kapoho, des barrages routiers sont en place sur Government Beach Road et seuls les habitants munis de permis sont autorisés à y accéder. Des centres d’hébergement restent ouverts à Pahoa et à Keaau.

La zone de l’éruption est interdite d’accès aux personnes non autorisées. Le Département des terres et des ressources naturelles (DLNR) a déclaré que sept personnes ont été verbalisées pour avoir pénétré dans une zone sinistrée et pour avoir tenté de s’approcher de la lave. Deux hommes de Lahaina ainsi qu’un Allemand et un New Yorkais, ont été verbalisés pour être entrés dans la zone interdite. Un septième homme de Hong Kong a été surpris dans les Kapoho Beach Lots et sa caméra lui a été confisquée. Plus tôt dans la semaine, un couple californien a été verbalisé pour avoir pénétré dans une zone fermée. Un autre Californien a été arrêté pour avoir utilisé un drone dans la zone de restriction de vol temporaire.
Source: Protection Civile.

—————————————————-

The crossing of the Four Corners intersection by the long flow fed by fissure No. 8 has isolated about 500 homes that were being evacuated during the previous three days. But not everyone chose to leave. As many as a dozen residents decided to stay despite numerous warnings from county crews who went door-to-door. There is no phone service, electricity or municipal water available in the area because of the eruption. No rescue attempts are planned but county officials will keep a lookout for signs of distress when they fly over the area.

A southern lobe of the lava flow is following a path of steepest descent that goes through the north side of Kapoho Beach Lots and ends at Kapoho Bay which is a popular snorkelling and swimming spot I have visited and appreciated several times. Residents in that area should be aware that it could become reactivated or a new flow could head in that direction. Residents along Beach Road were continuing to evacuate Saturday, with trailers hauling cows and horses from the rural community.

The current flow is the first time lava has returned to Kapoho since the 1960 eruption that destroyed Kapoho village. The 1955 eruption lasted for 88 days and moved up and down the rift zone, cutting off road access to several communities.

An evacuation route through Chain of Craters Road, which goes through the park, was expected to be complete Saturday, but won’t be opened unless Highway 130 is no longer safe. That route would be available for communities on the west side of the eruption, such as Kalapana. Near Kapoho, roadblocks are in place on Government Beach Road and only residents are being allowed access. Shelters remain open Pahoa and Keaau.

The eruption area is closed to unauthorized persons. The Department of Land and Natural Resources (DLNR) said that seven people were cited for loitering in a disaster zone and for trying to get up close to lava. Two men from Lahaina were cited for loitering as well as a man from Germany and a man from New York. A seventh man from Hong Kong was cited in the Kapoho Beach Lots and had his camera confiscated as evidence. Earlier in the week, a California couple was cited for entering a closed area as was a California man for operating a drone within the temporary flight restriction area.

Source : Civil Defense.

Les dernières cartes diffusées par l’USGS le 2 juin 2018 montre l’avancée des coulées de lave.