Dernières nouvelles de La Palma // Latest news from La Palma

13 heures : L’IGN indique que la sismicité reste significative à La Palma avec des événement de magnitude supérieure à M 3,0 et localisées pour la plupart à des profondeurs comprises entre 20 et 38 kilomètres.

Le signal de tremor volcanique reste à des niveaux moyens, avec des fluctuations.La colonne de gaz et de cendre monte à une altitude d’environ 1700 mètres. Le sommet du cône atteint 1127 mètres d’altitude, selon les dernières mesures. .
L’aéroport de La Palma reste à l’arrêt en raison de l’accumulation de cendre volcanique. Une opération de nettoyage est en cours,, mais elle est compliquée par la pluie tombée ces dernières heures. L’aéroport est limité aux vols d’urgence.
La mauvaise qualité de l’air empêche l’accès à la zone d’exclusion par le sud, par mer et par terre. En revanche, l’accès par la zone nord est ouvert aussi bien aux habitants qu’aux agriculteurs. La situation peut toutefois varier en fonction des conditions météorologiques et de l’évolution du processus éruptif.
L’IGN a enregistré une inflation de six centimètres du terrain sur la station la plus proche du cône éruptif du Cumbre Vieja entre le 24 et le 26 novembre. La légère déflation observée sur les autres stations s’est stabilisée.
Sources: IGN, El Pais

++++++++++

21 heures : Pevolca signale ce soir que la coulée de lave n°7 menace de fermer l’accès au point d’observation d’où décollent la plupart des drones utilisés pour surveiller l’avancée de la lave. En revanche, la coulée n°10 qui traversait le cimetière de Las Manchas, a rejoint la n)11 et, en principe, ne devrait pas causer davantage de dégâts, Au 69ème jour depuis le début de l’éruption, il y a encore beaucoup de lave en jeu, principalement dans les zones des fronts de coulées n° 7, 4, 5, 1 et 9, que ce soit en surface ou par l’intermédiaire des tunnels de lave.

Il semblerait que l’inflation observée à proximité du cône éruptif ait été causée par les conditions météorologiques qui auraient pu perturber les données.

La nouvelle orientation du vent devrait éloigner la cendre de l’aéroport de La Palma et permettre sa réouverture.

Voici une vidéo de la zone nord du cône éruptif réalisée par un drone de l’IGME:

La qualité de l’air s’est améliorée. Cependant, l’intensification des alizés dans la zone d’El Paso a provoqué une remobilitaion des cendres déposées et la qualité de l’air s’est détériorée dans le sud de la vallée d’Aridane, dans la zone d’exclusion, ce qui a empêché d’accéder aux habitations et aux systèmes d’irrigation.

—————————————–

1:00 pm : IGN indicates that seismicity remains significant in La Palma with events of magnitude greater than M 3.0, mostly at depths between 20 and 38 km.
The volcanic tremor remains at medium levels, with fluctuations.The column of gas and ash rises to an altitude of about 1700 meters. The summit of the cone reaches 1127 meters above sea level, according to the latest measurements. .
La Palma airport remains at a standstill due to volcanic ash. A cleaning operation is in progress, but it is complicated by the rain that has fallen in recent hours. The airport is limited to emergency flights.
Poor air quality prevents access to the exclusion zone from the south, by sea and by land. On the other hand, access to the northern zone is open to both residents and farmers. However, the situation may vary depending on weather conditions and the evolution of the eruptive process.
IGN recorded an inflation of six centimeters of the ground on the station closest to the eruptive cone of Cumbre Vieja between November 24th and 26th. The slight deflation observed at the other stations has stabilized.
Sources: IGN, El Pais.

++++++++++

9:00 pm : Pevolca reports tonight that Lava Flow # 7 threatens to close access to the vantage point from which most of the drones used to monitor the advancing lava take off. On the other hand, Flow # 10 which crossed the cemetery of Las Manchas, joined Flow # 11 and should not cause more damage, At the 69th day of the eruption, there is still a lot of lava at play, mainly in the areas of flow fronts # 7, 4, 5, 1 and 9, either on the surface or through the lava tunnels.
It would appear that the inflation observed near the eruptive cone was caused by weather conditions which could have disrupted the data.
The new direction of the wind should move the ash away from La Palma airport and allow it to reopen.
Here is a video of the northern area of the eruptive cone shot by an IGME drone :
https://twitter.com/i/status/1464671755344265220
Air quality has improved. However, the intensification of the trade winds in the El Paso area caused a remobilitaion of the deposited ash and the air quality deteriorated in the south of the Aridane valley, in the exclusion zone, which prevented access to homes and irrigation systems.

Capture écran webcam le 27 novembre au matin

Le Stromboli et Vulcano inquiètent la presse italienne // Stromboli and Vulcano worry the Italian press

Hier soir, la presse sicilienne titrait: « Que se passe-t-il dans les Iles Eoliennes? » J’aurais envie de répondre: rien de très grave. C’est vrai que le Stromboli et la Fossa de Vulcano montrent ensemble des signes d’activité, mais ce n’est pas la première fois que se produit une telle situation.

A Stromboli, on observe ces jours-ci un débordement de lave dans la partie nord de la terrasse cratèrique tandis que l’activité strombolienne continue sans variation particulière. Cette situation se reflète dans le trémor qui conserve une certaine stabilité à un niveau moyen. La coulée de lave arrive à mi pente de la Sciara del Fuoco. Des blocs se détachent de son front et roulent jusque dans la mer.

De son côté, la Fossa di Vulcano inquiète les scientifiques et les autorités locales à cause des émissions de gaz, essentiellement de CO. Par précaution, les habitants du secteur autour du port doivent quitter leurs maisons entre 23 heures et 6 heures . En effet, les lits se trouvant à quelques dizaines de centimètres au-dessus du sol, la présence de CO2 pourrait devenir dangereuse pendant le sommeil. On a signalé la mort de chats sur l’île. Dans les années 1990, Haroun Tazieff m’avait dit qu’il était fréquent de trouver des cadavres de petits animaux au niveau du cratère. L’accès aux bains de boue et à la plage de Levante est également interdit.. Le maire de Lipari a demandé à l’ARPA d’effectuer des mesures précises des gaz avec avec des équipements sophistiqués pour vérifier à quels endroits se situe les émissions dans la zone rouge.

Comme je l’ai indiqué précédemment, la situation actuelle à Vulcano me rappelle celle que j’ai connue et pour laquelle j’ai effectué des mesures dans les années 1990. Je ne serais pas surpris que cette année encore, la situation redevienne progressivement normale sans qu’une éruption se produise. La dernière ayant eu lieu en 1890, une surveillance étroite du volcan doit toutefois être assurée.

———————————————-

Last night, the Sicilian press headlined: « What’s going on in the Aeolian Islands? » I would like to answer: nothing very serious. It is true that Stromboli and Fossa di Vulcano together show signs of unrest, but this is not the first time that such a situation has occurred.

At Stromboli, there is currently a lava overflow in the northern part of the crater terrace while Strombolian activity continues without any significant fluctuation. This situation is reflected in the tremor which keeps a certain stability at a medium level. The lava flow travels down mid-slope on the Sciara del Fuoco. Blocks detach from its front and roll into the sea.

For its part, the Fossa di Vulcano worries scientists and local authorities because of gas emissions, mainly CO. As a precaution, residents of the area around the port must leave their homes between 11 p.m. and 6 a.m. Indeed, the beds being a few tens of centimeters above the ground, the presence of CO2 could become dangerous during sleep. Cat deaths have been reported on the island. In the 1990s, Haroun Tazieff told me that it was common to find the corpses of small animals at the crater. Access to the mud baths and the Levante beach is also prohibited. The mayor of Lipari has asked ARPA to carry out accurate gas measurements with sophisticated equipment to check where the emissions are. in the red zone.
As I put it previously, the current situation iat Vulcano reminds me of the one I experienced and for which I carried out measurements in the 1990s. I would not be surprised if again this year the situation gradually returned to normal. without an eruption occurring. The last one took place in 1890, so close monitoring of the volcano should be performed.

Le Stromboli le 25 novembre 2021 (capture écran webcam)

Kilauea (Hawaii) : l’activité mouvementée de l’Halema’uma’u // Halema’uma’u’s eventful activity

La lave a fait sa réapparition sur le Kilauea, dans le cratère de l’Halema’uma’u, le 29 septembre 2021, mais ce n’est pas la première fois que l’on observe de la lave dans ce cratère qui a subi des changements à répétition au cours des deux derniers siècles.
Avant 1924, la taille et la forme du lac de lave dans l’Halema’uma’u changeaient fréquemment et la lave se répandait généralement sur le plancher de la caldeira du Kilauea.
Après l’effondrement de l’Halema’uma’u en 1924, le contour du cratère est resté en l’état jusqu’en 2018. Des lacs de lave éphémères allaient et venaient, en particulier dans les années 1950 et 1960, et ont connu leur apogée avec le lac de lave qui a occupé le cratère entre 2008 et 2018.
Le changement récent le plus important au sommet du Kilauea s’est produit en 2018 lorsque le plancher de l’Halema’uma’u s’est effondré de 500 mètres, avec une augmentation du volume de la caldeira de près d’un kilomètre cube. L’éruption de 2018 et l’effondrement du sommet du Kilauea ont mis fin à une période d’activité continue qui avait persisté pendant des décennies.
Une période de calme relatif a suivi les événements de 2018. Elle a pris fin avec le retour de l’activité éruptive au sommet du Kilauea en décembre 2020.
Le Kilauea est entré en éruption le 20 décembre 2020. La lave s’est déversée dans la pièce d’eau au fond de l’Halema’uma’u à partir de bouches qui se sont ouvertes sur les parois du cratère. Le lac s’est vaporisé en quelques heures. L’éruption a formé un nouveau lac de lave qui est resté présent durant cinq mois. Le lac de lave a rempli 226 m du cratère de l’Halema’uma’u avec 41 millions de mètres cubes de lave.
Le Kilauea est de nouveau entré en éruption le 29 septembre 2021. Des bouches se sont ouvertes au centre de l’ancien lac de lave et sur les parois de l’Halema’uma’u. Un nouveau lac de lave a commencé à se former, à s’élever et a continué de remplir le cratère. En ce moment, la lave est émise par une bouche unique et elle a ajouté 30 millions de mètres cubes au volume du lac.
La lave a maintenant rempli Halema’uma’u jusqu’à moitié de la hauteur laissée par l’effondrement de 2018. Le lac de lave a une profondeur de 282 m, mais il n’y a aucun risque de remplissage et de débordement. Les 71 millions de mètres cubes de lave qui se sont accumulés au cours de l’année écoulée représentent moins de 10% du volume de 1 kilomètre cube qui s’est effondré en 2018.
De grands volumes de lave sont nécessaires pour faire s’élever d’un mètre le niveau du lac de lave. En effet, la largeur du cratère augmente au fur et à mesure que l’on s’élève. En ce moment, plus de 670 000 mètres cubes de lave sont nécessaires pour faire s’élever la surface d’un mètre ; au vu du débit effusif actuel, cela prend environ deux jours.
Une question est de savoir si cette période de remplissage annonce une autre période dominée par des éruptions sommitales, comme cela a été observé avant 1924, ou si c’est le prélude à une activité éruptive dans la zone de rift, comme cela s’est produit après la présence de lacs de lave au sommet du Kilauea dans les années 1950 et 1960.
Source : USGS/HVO.

———————————————-

Lava reappeared within Kilauea’s Halema’uma’u Crater on September 29th, 2021 but this is not the first time lava has been seen in the crater which has undergone repeated changes during the past two centuries.

Prior to 1924, the size and shape of the Halemaʻumaʻu lava lake changed frequently and lava commonly spilled out across the floor of Kīlauea caldera.

After the 1924 collapse of Halemaʻumaʻu, the outline of the crater remained constant until 2018. Ephemeral lava lakes came and went, especially during the 1950s and 1960s, and culminated with the 2008–2018 lava lake.

The most significant recent change at Kīlauea’s summit occurred in 2018 when the floor of Halemaʻumaʻu crater collapsed 500 meters and the volume of the caldera increased by almost a cubic kilometer. The 2018 eruption and summit collapse of Kīlauea ended a period of continuous flank and summit activity that had persisted for decades.

A period of quiet uncertainty followed the 2018 events. This ended with the return of eruptive activity at Kīlauea’s summit in December 2020.

Kīlauea erupted on December 20th, 2020. Lava poured from vents on the walls of Halemaʻumaʻu crater into the water lake, which boiled away in a matter of hours. The eruption formed a new lava lake and lasted for five months. The lava lake filled in 226 m of Halemaʻumaʻu crater with 41 million cubic meters of lava.

Kīlauea erupted again on September 29th, 2021. Vents opened in the center of the older lava lake and on the walls of Halamaʻumaʻu. The lava lake began to rise and continue to fill the crater. Lava is currently erupting from a single vent and has added a total of 30 million cubic meters to the volume of the lava lake.

Lava has now refilled Halamaʻumaʻu more than half the distance it collapsed in 2018. The lava lake is 282 m deep, but Halemaʻumaʻu is in no danger of filling and overflowing anytime soon. The 71 million cubic meters of lava that has erupted in the past year account for less than 10 percent of the 1 cubic kilometer volume that collapsed in 2018.

Greater volumes of lava are needed for each increase of one meter of lake level rise because the width of the crater increases with elevation. At this point, more than 670,000 cubic meters of lava needs to erupt to raise the surface 1 meter; at the current eruption rate, this takes about two days.

An important question for HVO scientists is whether this period of refilling is a prelude to an era dominated by summit eruptions, similar to pre-1924 activity, or whether it is the prelude to increased rift zone activity, like what followed the summit lava lakes of the 1950s and 1960s.

Source: USGS / HVO.

Lac de lave dans l’Halema’uma’u en 2016 (Crédit photo : HVO)

 

Graphique montrant les différents niveaux de l’Halema’uma’u en suivant une ligne de l’ouest (gauche) à l’est (droite). [Source: USGS].