Nouvelles de La Palma (Iles Canaries) // News from La Palma (Canary Islands)

17 heures : Comme cela était prévisible, la lave du Cumbre Vieja a atteint l’océan pendant la nuit dernière, après avoir atteint la plage de Los Guirres le 9 novembre dans la journée. Si elle fait le bonheur des badauds, l’arrivée de la lave sur la plage de Los Guirres, empêche les agriculteurs et les ouvriers d’accéder aux fermes du quartier de La Bombilla.

Les cours ont repris en présentiel à Los Llanos de Aridane, El Paso, Tazacorte, Puntagorda et Tijarafe, après sept jours d’enseignement en distanciel. Toutefois, il est conseillé aux habitants de continuer à se protéger en extérieur.

La sismicité associée au processus éruptif a connu une augmentation ces dernières heures, notamment à des profondeurs supérieures à 20 kilomètres. Une nouvelle secousse de M 4,8 a été enregistrée à 34 kilomètres de profondeur à Villa de Mazo. Selon l’IGN, l’augmentation de la sismicité au cours des dernières heures pourrait être le signe avant-coureur d’un rebond de l’activité volcanique, comme cela s’est déjà produit en d’autres occasions.

On observe également une augmentation des émissions de dioxyde de soufre avec une fourchette de valeurs comprises entre 31 000 et 43 000 tonnes par jour.

La lave du Cumbre Vieja a jusqu’à présent détruit 2605 bâtiments et couvre une superficie de près de 1000 hectares, selon les dernières données Copernicus.

Ce soir, le volcan émet de volumineux panaches de cendre qui semblent se diriger vers l’ouest. L’aéroport nde La Palma ne devrait donc pas être affecté.

Capture écran webcam

——————————————-

5:00 pm : As could be expected, lava from Cumbre Vieja reached the ocean last night, after reaching Los Guirres beach on November 9th during the day. If it makes onlookers happy, the arrival of lava on the beach of Los Guirres, prevents farmers and workers from accessing the farms of the La Bombilla district.
Classes resumed face-to-face in Los Llanos de Aridane, El Paso, Tazacorte, Puntagorda and Tijarafe, after seven days of distance learning. However, residents are advised to continue to protect themselves outdoors.
The seismicity associated with the eruptive process has increased in recent hours, especially at depths greater than 20 kilometers. A new M 4.8 event was recorded at a depth of 34 kilometers at Villa de Mazo. According to IGN, the increase in seismicity over the past few hours could be the harbinger of a rebound in volcanic activity, as has happened on other occasions.
There is also an increase in SO2 emissions with a range of values between 31,000 and 43,000 tons per day.
Lava from Cumbre Vieja has so far destroyed 2,605 buildings and covers an area of nearly 1,000 hectares, according to the latest Copernicus data.

Mort dans une grotte sur le flanc de l’Etna

Etant un peu claustrophobe de nature, je n’ai jamais été vraiment attiré par la spéléologie. Dans le milieu volcanique, je ne me suis jamais vraiment senti à l’aise à l’intérieur des tunnels de lave. J’ai toujours peur qu’un événement imprévu, tel un séisme, fasse s’effondrer leur voûte en me blessant ou en m’emprisonnant à vie sous la surface de la Terre. C’est peut-être ce qui est arrivé à une touriste sur l’île de la Réunion. Disparue dans le brouillard le 26 juillet 2021 au niveau du Piton de Bert, elle n’a jamais été retrouvée et les recherches officielles ont été abandonnées. Seuls quelques bénévoles parcourent inlassablement la zone de l’Enclos qu’elle est susceptible d’avoir visitée.

En lisant la presse sicilienne de ces derniers jours, on apprend que des restes humains datant d’au moins 40 ans ont été retrouvés par une équipe de la Guardia di Finanza de Nicolosi dans une grotte de lave sur les pentes de l’Etna. La découverte a eu lieu lors de l’un des exercices fréquents pratiqués par ces hommes sur le territoire de Zafferana Etnea. C’est le chien de recherche et de sauvetage qui accompagnait la patrouille qui a sonné l’alarme. Le canidé aboyait et montrait des signes évidents d’intérêt à l’adresse d’une anfractuosité, un comportement de signalisation typique en cas de découverte personnes disparues lors de séismes, par exemple. .
Faisant confiance à leur chien, les policiers ont approfondi l’examen de la zone et ils ont découvert au fond d’une anfractuosité difficile d’accès des restes humains, dont les mauvaises conditions montraient que le corps était là depuis longtemps. Ils ont été transportés à la morgue de l’hôpital de Cannizzaro.
Les médecins légistes tentent maintenant de retracer l’identité de l’homme qui est probablement mort entre la fin des années 70 et les années 90, en automne ou en hiver. Il semblerait que l’homme soit entré volontairement dans la cavité et qu’il soit mort de causes non violentes.
Un numéro de téléphone a été diffusé afin de collecter tout signalement de personnes disparues au cours de cette période.

L’article dans son intégralité est à lire à cette adresse.

https://www.lasicilia.it/catania/video/il-giallo-del-cadavere-trovato-in-una-grotta-alle-pendici-dell-etna-era-li-da-almeno-40-anni-1389140/

Grotta dei Lamponi (grotte des framboises) sur le versant nord de l’Etna (Photo: C. Grandpey).

IMPORTANT : Il est recommandé de ne pas pénétrer seul dans un tunnel de lave et d’indiquer à une tierce personne avant de partir en randonnée sur un volcan le plan de parcours et de visite.

Cumbre Vieja: images de l’éruption

Comme je l’ai indiqué précédemment, la presse espagnole diffuse de nombreuses informations et images à propos de l’éruption du Cumbre Vieja à La Palma. C’est ainsi que l’on découvre plusieurs vidéos illustrant l’arrivée de la lave sur la plage de Los Guirres. En voici un exemplaire:

Les webcams fournissent en direct de très bonnes images de l’événement. On voit les blocs de lave de la coulée a’a dégringoler le long de la falaise littorale avant de s’accumuler sur la plage, à quelques dizaines de mètres de la mer.

Capture écran webcam

Personnellement, je préfère l’arrivée en mer des coulées hawaiiennes faites de lave pahoehoe. Leur fluidité est beaucoup plus esthétique que les laves en gratons produites par les volcans stromboliens.

Photo: C. Grandpey

On peut également voir une vidéo qui montre les tunnels de lave par lesquels la lave s’est échappée des flancs du Cumbre Vieja.

Après les éruptions, la visite de ces tunnels est fort intéressante car elle fait découvrir le cheminement souterrain de la matière en fusion. Là encore, je préfère l’intérieur des tunnels que l’on rencontre à Hawaii ou sur l’île de la Réunion. Les voûtes constellées de stalactites de refusion sont d’une grande beauté.

Dans le Tunnel Bleu à la Réunion… (Photo: C. Grandpey, avec mes amitiés à Rudy Laurent)

Une nouvelle approche des éruptions du Stromboli (Sicile) // A new approach to the eruptions of Stromboli (Sicily)

En lisant le journal La Sicilia, on apprend que les scientifiques ont utilisé une nouvelle approche et un nouvel algorithme pour analyser les données de surveillance du Stromboli. Cela a permis de mettre en évidence d’autres signaux et mécanismes possibles à surveiller au cours des phases d’activité du volcan..
Cette nouvelle approche est proposée par une étude intitulée « The 2019 Eruptive Activity at Stromboli Volcano: A Multidisciplinaire Approach to Reveal Hidden Features of the » Unexpected »3 July Paroxysm » [L’activité éruptive du Stromboli en 2019: Approche multidisciplinaire révélant les phénomènes cachés lors du paroxysme « inattendu » du 3 juillet]. L’étude a été récemment publiée dans la revue internationale de MDPI ‘Remote Sensing’.
L’étude, menée par une équipe de chercheurs de l’INGV en collaboration avec le professeur Roberto Scarpa de l’Université de Salerne et avec le professeur Carmelo Ferlito de l’Université de Catane, a été réalisée en analysant a posteriori les signaux qui ont précédé le paroxysme du 3 juillet 2019 sur le Stromboli..
L’un des auteurs de l’étude indique qu’« en observant d’un point de vue nouveau les données qui sont normalement acquises sur le Stromboli par les réseaux de surveillance multiparamétriques, nous avons pu reconstituer la séquence d’activité qui a précédé l’événement du 3 juillet 2019. » En analysant l’ensemble des données disponibles (données géodésiques, satellitaires, caméras, données thermiques et de déformation du sol acquises grâce à des instruments de haute précision), les chercheurs ont découvert de possibles changements dans le comportement du volcan qui pourraient être mis en évidence dans les instants précédant immédiatement la crise paroxystique.
Selon un autre auteur de l’étude, « des paroxysmes comme celui du 3 juillet sont particulièrement dangereux car ils produisent des signaux extrêmement difficiles à interpréter : nombre d’explosions ou d’événements VLP, ou d’événements sismiques à basse fréquence typiques des volcans actifs, qui ne subissent pas une augmentation significative dans les phases précédant un paroxysme. À partir de ces considérations, nous nous sommes concentrés sur certains paramètres spécifiques, tels que les signaux haute fréquence enregistrés par les dilatomètres, capteurs placés dans un forage profond d’environ 200 mètres sous la surface et qui mesurent les plus petites variations de déformations du sol. Nous avons remarqué que ces signaux correspondaient en fait aux signaux VLP enregistrés par les sismographes, mais ils avaient une forme d’onde spécifique qui, avant le 3 juillet, a brusquement changé.»
De plus, les images prises par les caméras de surveillance présentes à Stromboli ont été réanalysées à l’aide d’un algorithme automatique. Ce faisant, les chercheurs ont remarqué une augmentation de l’intensité et de l’énergie des explosions du volcan à partir d’environ un mois avant le paroxysme de début juillet.

Les scientifiques pensent que cette approche et le modèle proposé peuvent être très prometteurs pour le suivi éruptif du Stromboli.

Source: INGV, La Sicilia.

———————————————–

Reading the newspaper La Sicilia, we learn that scientists have used a new approach and a new algorithm to analyze Stromboli surveillance data. This made it possible to highlight other possible signals and mechanisms to be monitored during the phases of the volcano’s activity.
This new approach is proposed by a study entitled « The 2019 Eruptive Activity at Stromboli Volcano: A Multidisciplinary Approach to Reveal Hidden Features of the » Unexpected « 3 July Paroxysm. » It was recently published in MDPI’s international journal ‘Remote Sensing’.
The study, carried out by a team of INGV researchers in collaboration with Professor Roberto Scarpa from the University of Salerno and with Professor Carmelo Ferlito from the University of Catania, was carried out by analyzing a posteriori the signals that preceded the paroxysm of July 3rd, 2019 on Stromboli.
One of the authors of the study indicates that « by observing from a new point of view the data which are normally acquired on Stromboli by multiparametric monitoring networks, we were able to reconstruct the sequence of activity that preceded the event of July 3rd, 2019.” By analyzing all the available data (geodetic, satellite, cameras, thermal and soil deformation data acquired using high-precision instruments), the researchers discovered possible changes in the behavior of the volcano that could be highlighted in the moments immediately preceding the paroxysmal crisis.
According to another study author, “paroxysms like the one on July 3rd are particularly dangerous because they produce signals that are extremely difficult to interpret: number of explosions or VLP events, or low frequency seismic events typical of active volcanoes, which do not undergo a significant increase in the phases preceding a paroxysm. From these considerations, we focused on some specific parameters, such as the high frequency signals recorded by dilatometers, or sensors placed in a deep borehole about 200 meters below the surface and which measure the smallest variations in soil deformations. We noticed that these signals actually matched the VLP signals recorded by the seismographs, but they had a specific waveform that suddenly changed before July 3rd. ”
In addition, the images taken by the surveillance cameras present at Stromboli were reanalyzed using an automatic algorithm. In doing so, the researchers noticed an increase in the intensity and energy of the volcano’s explosions from about a month before the peak in early July.
Scientists believe that this approach and the proposed model may be very promising for the eruptive monitoring of Stromboli.
Source: INGV, La Sicilia.

L’éruption du 3 juillet 2019 (Crédit photo: ANSA)