Le Nyiragongo (RDC) à nouveau une menace pour Goma? // Nyiragongo (DRC) again a threat to Goma?

Selon un article publié sur le site Science le 13 octobre 2020, le niveau du lac de lave au fond du cratère du volcan Nyiragongo (République Démocratique du Congo) s’élève dangereusement, avec une menace possible pour la ville de Goma.
En 2002, lors de la dernière éruption du Nyiragongo (3470 m), la lave a dévalé les flancs du volcan et est entrée dans la ville de Goma (599 000 habitants), à la frontière entre le Congo et le Rwanda. Environ 250 personnes sont mortes, 20% de la ville a été détruite et des centaines de milliers d’habitants ont fui. Le lac de lave dans le cratère s’est vidangé en quelques heures en donnant naissance à des rivières de lave fluide dont la vitesse atteignait parfois 60 kilomètres à l’heure. Les coulées de lave se sont empilées en couches jusqu’à 2 mètres d’épaisseur à Goma ; elles ont également édifié un nouveau delta de 800 mètres de large dans le lac Kivu.
Dario Tedesco, volcanologue à l’Université Luigi Vanvitelli de Campanie, explique que les conditions sont réunies pour que se produise une autre catastrophe. Il a commencé à observer le volcan au milieu des années 1990, au moment où les réfugiés qui fuyaient le génocide au Rwanda venaient gonfler la population de Goma. Les Nations Unies ont alors sollicité son avis sur les risques posés par le volcan.
Tedesco et ses collègues ont récemment observé le lac de lave et ont déclaré qu’il se remplissait à un rythme inquiétant. Le danger est que, comme en 2002, la lave éventre les parois du cratère et dévale les pentes du volcan. La dernière analyse des données indique que le risque maximal se situera dans 4 ans, même si l’on pense qu’un séisme est susceptible de déclencher une crise éruptive avant cette date.
Venant s’ajouter à ces inquiétudes, l’Observatoire Volcanologique de Goma (GVO), la seule station de surveillance de la région, vient de perdre son soutien financier de la Banque Mondiale. Depuis 2015, cette dernière a octroyé 2,3 millions de dollars à l’observatoire, dans le cadre d’un programme d’aide principalement destiné à reconstruire et protéger l’aéroport de la ville qui a été gravement endommagé lors de l’éruption de 2002. Mais cet apport financier est terminé.
Les volcanologues pensent que le système d’alimentation sous le Nyiragongo est peut-être en passe d’atteindre un point critique, comme il l’a fait avant l’éruption de 2002 et en 1977 auparavant. Dans les deux cas, le niveau du lac de lave s’est stabilisé plusieurs années avant l’éruption, avec la masse de la lave du lac qui  pesait sur le magma en dessous. Les éruptions ne se déclanchent pas tout de suite car le magma prend du temps pour forcer les fractures qui existent dans les parois du cratère. En supposant que le lac de lave cesse bientôt de monter, la période de danger maximal pour Goma pourrait être entre 2024 et 2027, sauf si un événement sismique majeur se produit d’ici là.
Le réseau de surveillance autour du volcan montre une activité sismique élevée et plusieurs essaims profonds. Cependant, on ne sait pas si ce type d’activité est normal ou inhabituel car on manque de données de comparaison avec l’activité antérieure du volcan. Il convient de noter qu’une période de tremor intense a été enregistrée des mois avant l’éruption de 2002, mais que rien de tel n’est détecté pour le moment.
Un problème avec la surveillance du Nyiragongo est le vandalisme, le vol et les dégâts causés par la foudre. Plusieurs sismomètres sont actuellement hors service. Les conflits qui agitent la région rendent les réparations de maintenance dangereuses. Au début de cette année, 13 gardes ont été tués dans une embuscade dans le Parc national des Virunga.
Source: Science.

————————————————————-

According to an article published on the website Science on October 13th, 2020, the lava lake within the crater of Nyiragongo volcano (Democratic Republic of Congo) is rising dangerously, with a possible threat to the city of Goma.

In 2002, the last time Nyiragongo (3470 m) erupted, lava rushed down its flanks and entered the city of Goma (pop. 599,000), on the border between Congo and Rwanda. About 250 people died, 20% of the city was destroyed, and hundreds of thousands fled. The lava lake within the crater drained in a matter of hours, releasing rivers of fluid lava that flowed as fast as 60 kilometres per hour. The lava piled up in layers up to 2 metres thick in Goma and created a new 800-metre-wide delta in nearby Lake Kivu.

Dario Tedesco, a volcanologist at the Luigi Vanvitelli University of Campania, explains that conditions are ripe for another disaster. He began to watch the volcano in the mid-1990s, when refugees, fleeing the genocide in nearby Rwanda, swelled Goma’s population. The United Nations sought his advice on the dangers of the volcano.

Tedesco and his colleagues have recently observed the lava lake and declared it is filling at an alarming rate. The danger is that, like in 2020, lava might burst through the crater walls and travel down the slopes of the volcano. The last analysis suggests peak hazard will arrive in 4 years, although it is believed an earthquake could trigger a crisis earlier.

Adding to the worries, the Goma Volcano Observatory (GVO), the only monitoring station in the region, is losing its financial support from the World Bank. Since 2015, the World Bank has given the observatory $2.3 million, as part of an aid package primarily intended to rebuild and protect the city airport, which was seriously damaged in the 2002 eruption. But that project has ended.

Volcanologists believe the feeding system beneath Nyiragongo may be reaching a critical point, as it did before the 2002 eruption and an earlier one in 1977. In both cases lava lake levels stabilized several years before the eruption as the mass of boiling lava weighed down on the magma below. The eruptions lagged because magma takes time to force open existing fractures. Supposing the lava lake stops rising soon, the period of peak danger for Goma might be from 2024 to 2027, unless a major seismic event occurs before..

The seismic network around the volcano shows high earthquake activity and several deep swarms. However, one does not know how unusual the activity is because one lacks comparable, older data. It should be noted that sustained tremor activity was recorded months before the 2002 eruption, but nothing like that is detected for the moment..

A problem with the monitoring of Nyiragongo is vandalism, theft, and lightning damage. Several seismometers are currently out of action. The civil unrest in the region makes repairs dangerous. Earlier this year 13 park rangers were killed in an ambush in the surrounding Virunga National Volcano Park.

Source: Science.

Crédit photo : Wikipedia

L’éruption du Kilauea (Hawaii) en 1952

Dans l’un de ses Volcano Watch, l’USGS / HVO revient sur l’éruption du Kilauea en 1952. Elle pourrait avoir des points communs avec la prochaine éruption du volcan après la pause actuelle qui fait suite à l’événement de 2018.
Le 27 juin 1952, une éruption a commencé au sommet du Kilauea, mettant fin à une période de repos de près de 18 ans. Pendant près de deux décennies de calme après l’éruption sommitale de 1934, on a observé plusieurs périodes d’activité sismique intense et de déformation au niveau du sommet. Cependant, aucun de ces événements n’a entraîné d’éruption.
Au début du mois d’avril 1952, une série de séismes a été enregistrée le long de l’East Rift Zone du Kilauea et sous le sommet. Les séismes, accompagnés d’une inflation sommitale, ont persisté en mai et juin.
En fin de soirée le 27 juin, une éruption a commencé au sommet, avec une forte incandescence et des grondements en provenance du cratère de l’Halema’uma’u ..
Quelques minutes après le début de l’éruption, une fontaine de lave a jailli dans la partie sud-ouest du cratère et s’est élevée à près de 250 mètres au-dessus de la lèvre. La fontaine a rapidement décliné et la lave s’est accumulée le long d’une fissure qui parcourait tout le plancher de l’Halema’uma’u.
Le HVO explique que le lac de lave ainsi formé avait à sa surface des plaques de croûte refroidie espacées par des fissures qui permettaient de voir la lave ci-dessous, un peu comme sur le petit lac de lave qui est apparu de 2008 à 2018 dans l’« Overlook Crater» de l’Halema’uma’u. Le jaillissement de la lave donnait naissance à des vagues à la surface du lac. On pouvait voir parfois des tourbillons à la surface du lac ; ils projetaient des morceaux de croûte, parfois d’un mètre de diamètre, à plusieurs mètres de hauteur. Ce même phénomène a été observé en 2018 sur le chenal de lave issu de la Fracture n°8.
Après les premières heures de l’éruption, les fontaines de lave ont commencé à se calmer. Après un peu plus de quatre heures d’éruption, seul le quart nord-est de la fissure était actif et on pensait que l’éruption allait peut-être se terminer. Peu de temps après, cependant, la partie sud-ouest de la fissure s’est réactivée avec de petits bouillonnements de lave. A ce moment-là, on estime que le cratère de l’Halema’uma’u contenait un lac de lave d’environ 15 mètres de profondeur.
Le 11 juillet, la partie active de la fissure avait fortement diminué. Deux fontaines ont continué à être actives et ont édifié un grand cône à l’intérieur du lac de lave. Des ouvertures dans les flancs du cône permettaient à la lave de se répandre et d’alimenter le lac dont la surface était maintenant considérablement réduite.
À la fin du mois d’août, la majeure partie de la lave produite par l’éruption était contenue dans le grand cône à l’intérieur duquel deux bouches actives construisaient de plus petits cônes de projection. Entre ces deux cônes de projection, il y avait une petite mare de lave d’une trentaine de mètres de diamètre.
L’éruption a continué de la même manière pendant les mois suivants, avant de se terminer, après 136 jours d’activité, le 10 novembre 1952
Un volume d’environ 60 millions de mètres cubes de lave s’est accumulé dans le cratère de l’Halema’uma’u. Avec l’éruption, le plancher de l’Halema’uma’u s’est élevé de 230 mètres à 140 mètres sous la lèvre du cratère. À titre de comparaison, le plancher du cratère avant l’effondrement sommital de 2018 se trouvait à environ 80 mètres sous la lèvre.
Source: USGS / HVO.

————————————————-

In one of its Volcano Watch, the USGS / HVO describes the 1952 eruption of Kilauea which might have similarities with the volcano’s next eruption after the current pause that followed the 2018 event.

On June 27th, 1952, an eruption started at the summit of Kilauea, ending a period of quiescence that had lasted nearly 18 years.

During the nearly two decades of quiet following a summit eruption in 1934, there were several periods of increased earthquake activity and deformation beneath the summit. However, none of these phases of unrest resulted in an eruption.

Early in April 1952, a series of earthquakes began along Kilauea’s East Rift Zone and beneath the summit. The earthquakes, accompanied by summit inflation, persisted through May and June.

Late in the evening on June 27th, an eruption started at the summit, with a loud roaring and bright glow emanating from Halema‘uma‘u Crater..

Within minutes of the eruption onset, a lava fountain erupted on the southwestern edge of the Halema‘uma‘u Crater floor, nearly 250 metres higher than the crater rim. The fountain quickly waned and lava pooled along a fissure that crossed the entire floor of Halema’uma’u crater.

HVO explains that the lava lake had plates of cooled crust on its surface separated by cracks that provided views of the incandescent molten lava below,  much like the smaller 2008 to 2018 lava lake within the Halema‘uma‘u “Overlook crater.” The fountaining lava created waves over the surface of the lake. Observers also noted seeing occasional whirlwinds on the lake surface that threw pieces of crust, up to a metre across, several metres into the air. This same phenomenon was observed in 2018 over the fissure 8 lava channel.

After the initial hours of the eruption, the lava fountains began to subside. After a little more than four hours, only the northeastern quarter of the fissure was active, and observers thought that the eruption could be ending. Shortly after, however, the southwestern end of the fissure reactivated with low bubbling fountains, and by that time Halema‘uma‘u Crater was estimated to have been filled with a lake of lava approximately 15 metres deep.

By July 11th, the active length of the fissure had shortened to approximately 120 metres. Two main fountains persisted and began to build a large cinder and spatter cone within the lava lake. Gaps within the cone wall allowed lava to spill out and feed the surrounding lava lake, whose surface had been considerably reduced.

By the end of August, most of the erupted lava was contained within the large cone, where two active vents were building smaller spatter cones. Between the two spatter cones, there was a small lava pond that had an average diameter of about 30 metres.

The eruption continued in the same way for the next few months until it ended after 136 days on November 10th, 1952

A volume of about 60,000,000 cubic metres of erupted lava was confined within Halema‘uma‘u Crater. The eruption raised the floor of Halema’uma’u Crater from 230 metres to 140 metres below the rim. For comparison, the Halema‘uma‘u Crater floor prior to the 2018 summit collapse was approximately 80 metres below the rim.

Source: USGS / HVO.

Vue du cratère de l’Halemaumau le 26 juin 1952, veille du début de l’éruption (photo du haut), et de ce même cratère (photo du bas) quatre semaines plus tard. Comme indiqué dans la description de l’éruption, le plancher s’est élevé de 230 mètres à 140 mètres sous la lèvre du cratère.  (Crédit photo: National Park Service).

Funambulisme sur le Masaya (Nicaragua) // Tightrope walking on Masaya (Nicaragua)

Le Masaya est l’un des volcans les plus actifs du Nicaragua. Il se manifeste fréquemment depuis l’époque des conquistadors espagnols, époque où un lac de lave actif dans son cratère a motivé des tentatives d’extraction de « l’or en fusion » du volcan. Aujourd’hui, le lac de lave – qui ressemble davantage à un chaudron de lave – s’agite dans le Cratère Santiago depuis sa réapparition en décembre 2015. En plus de ce chaudron de lave, l’activité éruptive se caractérise par des événements explosifs, des coulées de lave et des émissions de gaz. L’activité volcanique a diminué entre mars et juillet 2019. Cependant, le 21 juillet 2019, une petite explosion dans le Cratère Santiago a généré des émissions de gaz et un nuage de cendre qui s’est étiré vers l’ouest-nord-ouest. Les rapports mensuels de l’INETER qui surveille le volcan font actuellement état d’une baisse de l’activité thermique et des émissions de gaz.

Profitant de cette période d’activité réduite sur le Masaya, Nik Wallenda, un funambule qui a déjà traversé les chutes du Niagara, se prépare à effectuer un exploit similaire, à travers le Cratère Santiago du Masaya et son chaudron de lave. Wallenda, qui détient de nombreux records pour ses numéros de funambule, traversera le cratère de 540 mètres de large le 4 mars 2020, au cours d’une émission télévisée en direct. Ce sera le dernier exploit d’une série pendant laquelle il a traversé sur un fil une section du Grand Canyon, les chutes du Niagara et l’espace entre des gratte-ciel de Chicago. En 2019, lui et sa sœur Lijana ont avancé sur un fil tendu à une hauteur de 25 étages au-dessus de Times Square à New York.
Nik Wallenda appartient à la septième génération des Flying Wallendas – une troupe spécialiste de l’extrême, sans filet de sécurité.
Source: The Independent.

Dernière minute: Un visiteur de mon blog vient de me signaler que le site du Masaya est fermé du 18 février au 6 mars 2020. Aucune possibilité d’accès au volcan. 3 personnes du groupe auquel il appartenait devaient descendre en tyrolienne dans le cratère. Les Américains leur ont refusé l’accès malgré l’autorisation de L’INETER et des responsables du parc ! On ne peut que vivement regretter cette privatisation du site.

———————————————

Masaya is one of Nicaragua’s most active volcanoes. It has been frequently active since the time of the Spanish Conquistadors, when an active lava lake prompted attempts to extract the volcano’s molten « gold. »  Today, the lava lake – or better called lava caldron – is located in the Santiago Crater which has remained active since its return in December 2015. In addition to this lava lake, previous volcanism included explosive eruptions, lava flows, and gas emissions. Activity decreased between March and July 2019. However, on July 21st, 2019, a small explosion in the Santiago Crater resulted in some gas emissions and an ash cloud drifting WNW. INETER’s monthly reports noted that thermal activity and gas emissions were decreasing.

Taking advantage of this period of reduced activity on Masaya volcano, Nik Wallenda, a man who has previously tightroped walked over Niagara Falls is now set to perform a similarly feat, across Masaya’s Santiago Crater and its lava cauldron. Wallenda, who holds numerous records for his highwire and tightrope acts, will cross the 540-metre-wide crater on March 4th, 2020, during a live TV broadcast. It will be the latest in a string of feats including Mr Wallenda’s walks across a Grand Canyon gorge, across Niagara Falls and between skyscrapers in Chicago. In 2019, he and his sister Lijana carried out a highwire walk 25 stories above Times Square in New York.

Mr Wallenda is a seventh-generation member of The Flying Wallendas family – a daredevil troupe famous for performing aerial feats without safety nets.

Source : The Independent.

Last minute: A visitor to my blog has just informed me that the Masaya site is closed from February 18th to March 6th, 2020. Access to the volcano is forbidden. 3 people from the group to which he belonged expected to descend by zip line into the crater. The Americans refused them access despite a permit from INETER and park officials! One can only deeply regret this privatization of the site.

Le chaudron de lave du Masaya en janvier 2017 (Crédit photo : Wikipedia)

Le lac de lave du Mont Michael (Ile Saunders) // Mt Michael’s lava lake on Saunders Island

Dans une note publiée le 17 août 2019, j’indiquais qu’un nouveau lac de lave avait été détecté par des satellites dans le cratère du Mont Michael, un stratovolcan actif coiffé d’un glacier sur l’île Saunders, l’une des île Sandwich du Sud, un arc volcanique dans l’Atlantique sud. Le volcan se trouve à environ 2 500 km environ à l’est d’Ushuaia (Argentine) localité située à proximité de la pointe méridionale de l’Amérique du Sud.
Ce volcan insulaire se trouve à l’écart des voies maritimes et aériennes et il est souvent caché par de gros nuages. On aperçoit un panache de vapeur émanant du cratère sommital sur les images satellites et les rares images obtenues lors de survols effectués par le British Antarctic Survey. Ce panache est le signe d’une zone chaude au niveau du cratère, mais on ignore tout de l’activité de ce volcan.
Dans les anciens journaux de bord de navires, il est fait état de nuages de cendre en 1819 et une éruption a pu se produire vers la fin du 19ème et le début du 20ème siècle. Toutefois, les rapports d’activité du Mt Michael ont été très rares avant l’arrivée des satellites.
Dans les années 1990, l’image à la résolution grossière proposée par un satellite révélait une anomalie thermique susceptible d’être causée par un lac de lave temporaire, mais on n’en avait aucune certitude

Avec l’amélioration des satellites et la réduction de la taille des pixels sur les photos, on a obtenu une résolution d’image plus élevée et il est désormais possible de détecter de petites zones de forte chaleur, comme celles produites par les lacs de lave. Ainsi, grâce à la puissance des satellites et le nombre croissant d’observations, la présence d’un lac de lave sur le Mont Michael ne fait plus de doute.
Des chercheurs britanniques ont passé à la loupe plusieurs décennies d’images fournies par les satellites Landsat, Sentinel et ASTER. Elles confirment des températures persistantes supérieures à environ 1000°C, compatibles avec la présence de lave dans le cratère sommital du Mont Michael. De plus, la longévité des anomalies thermiques au cours des trois décennies d’observation laisse supposer que l’on a bien affaire à un lac de lave qui vient s’ajouter aux autres lacs de lave connus sur la Terre, même si très peu sont actifs en ce moment.
Le lac de lave au sommet du Mont Michael mesure environ 110 mètres de diamètre et couvre une superficie d’environ 10 000 mètres carrés. À titre de comparaison, le lac de lave dans Halema’uma’u avant sa disparition en mai 2018 avait un diamètre d’environ 300 mètres et couvrait un peu plus de 40 500 mètres carrés.
Source: USGS.

————————————————

In a post released on August 17th, 2019, I indicated that a new lava lake had been detected by satellites in the crater of Mount Michael, an active and exceedingly remote glacier-clad stratovolcano on Saunders Island in the South Sandwich Islands, a volcanic arc in the South Atlantic Ocean. The volcano is about 2,500 kilometres roughly east of Ushuaia, Argentina, near the southern tip of South America.

This island volcano is well-off the path of mariners and aircraft and is often obscured by heavy clouds. A vapour plume emanating from the crater at its summit is commonly visible in satellite images and rare fly-overs by the British Antarctic Survey. This plume and a generally hot area coincident with its summit crater have long suggested high heat flow at the summit, but little is known about the full extent of the volcano’s activity.

Looking back in history at ship logs, ash clouds were reported in 1819, and a lava eruption may have occurred near the end of the 19th and beginning of the 20th centuries. Overall, due to the island’s location, records of activity until the age of satellites are scant.

In the 1990s, a coarse-resolution satellite thermal anomaly further indicated a source of high heat that could have been a temporary lava lake, but it was not conclusive.

As satellites have become more sophisticated and the pixel size smaller – resulting in higher image resolution – finding small areas of high heat flux like a lava lake has become easier. And so, using the power of satellites and the increasing number of observations, the question of a lava lake at Mount Michael appears to be resolved.

British researchers looked at decades worth of imagery of this volcano from three different satellites: Landsat, Sentinel and ASTER. They were able to confirm persistent temperatures greater than about 1000°C, consistent with a pool of lava at the surface within the summit crater. They further argue that the longevity of satellite thermal anomalies and plumes over the three decades of observation suggests a long-lived lava lake. With this confirmation, it adds to the inventory of known persistent lava lakes on Earth, although very few are active at the moment.

The Mount Michael summit lava lake is about 110 metres wide covering an area of about 10,000 square metres. As a comparison, the lava lake within Halema‘uma‘u prior to its draining in May of 2018 was about 300 metres across covering just over 40,500 square metres.

Source: USGS.

Image de l’île Saunders et du lac de lave dans le cratère du Mont Michael fournie par le satellite Landsat 8 le 31 janvier 2018. La carte en encart montre la situation géographique de l’île Saunders. (Source: British Antarctic Survey)

Landsat 8 satellite image of Saunders Island and the lava lake within the crater of Mount Michael (image acquired on January 31st, 2018). Inset map shows the location of Saunders Island. (Source: British Antarctic Survey)

Volcans du monde // Volcanoes of the world

Voici quelques faits marquants de ces derniers jours:

Stromboli (Sicile):

Voici le déroulement de l’événement éruptif observé sur le Stromboli le 3 juillet 2019 tel qu’il a été décrit par l’INGV :

Une séquence paroxystique a été observée à partir de 14h46 (GMT) – toutes les heures sont exprimées en GMT – le 3 juillet 2019. Le début du phénomène a été précédé par une intensification de l’activité strombolienne au niveau d’une bouche éruptive dans la zone centre-sud (S2) et deux autres dans la zone nord (N1 et N2), ainsi que par une activité de spattering au niveau de deux bouches situées dans la zone centre-sud (S1 et C).

À 13h59, une explosion dans la partie centre-sud de la terrasse cratérique a généré un débordement de lave qui s’est répandue sur la partie supérieure de la Sciara del Fuoco.

À partir de 14h43 et 10 secondes, le débordement de lave a concerné toutes les bouches actives à l’intérieur de la terrasse cratérique : en particulier la bouche C à 14h43:10,  les deux bouches N1 et N2 à 14h44:20. A 14h45:00, le débordement de lave a commencé à partir de la bouche S2.

À 14h45:50, il y a eu une explosion plus intense de la bouche N1, avec une coulée de lave.

La phase paroxystique a commencé à 14h46 dans la partie centre-sud du cratère, suivie de deux explosions latérales à 14h46:10 et 14h46:20, vraisemblablement dans la zone centre-sud de la terrasse cratérique.

À 14h46:40, on a enregistré la principale explosion paroxystique affectant l’ensemble de la terrasse cratérique. L’événement a alimenté un débordement de lave qui s’est mis en place sur la Sciara del Fuoco. Des blocs incandescents se sont détachés du front de coulée et ont roulé jusqu’à la mer. Le personnel de l’INGV sur le terrain a observé une colonne éruptive s’élevant à environ 4 km au-dessus de la zone sommiyale du volcan. Les produits générés par le paroxysme et l’effondrement de la colonne éruptive principale, ainsi que par des deux déflagrations latérales sont retombés le long des flancs du volcan. Ils ont généré au moins deux flux pyroclastiques à forte turbulence qui ont dévalé la Sciara del Fuoco pour finalement atteindre la mer.

À 14 h 59:40, l’activité strombolienne a repris, avec des explosions plus intenses que celles habituellement observées, et le refroidissement des produits retombés sur le volcan. La lave a continué à s’écouler en formant au moins deux bras.
Le 4 juillet 2019, au moment de l’élission du bulletin de l’INGV, des projections étaient observées dans la partie centre-sud du cratère et un débordement de lave actif continuait à avancer dans le secteur sud de la Sciara del Fuoco, atteignant le littoral.
Source: INGV.

++++++++++

Nouveau lac de lave:

Alors que les lacs de lave semblent se faire de plus en plus rares ces temps-ci, le British Antarctic Survey nous apprend que l’un d’entre eux a été découvert dans le cratère du Mont Michael, un volcan actif qui culmine à 990 mètres sur l’île Saunders, l’une des Iles Sandwich du Sud. Soupçonnée depuis 2001, la présence du lac de lave a été confirmée après l’analyse d’images haute résolution prises par les satellites Landsat et Terra de la NASA et Sentinel-2 de l’ESA, entre 2003 et 2018. Le lac de lave est resté visible pendant toute la période d’observation.

La presse internationale affirme qu’il s’agit du huitième lac de lave persistant connu au monde et du premier lac de lave situé au sein des territoires britanniques d’outre-mer. Le lac de lave du Mont Michael présente un diamètre d’environ 110 mètres. Selon le British Antarctic Survey, la température de la lave varie entre 989 et 1.279°C sous une croûte dont la température de surface se situe entre 284 et 419°C.

Actuellement, des lacs ou chaudrons de lave persistent dans le cratère du Nyiragongo (RDC), du Masaya (Nicaragua) et de l’Erebus (Antarctique. Par contre, ils ont disparu – au moins momentanément – du Kilauea (Hawaii), de l’Erta Ale (Ethiopie), du Marum et du Benbow (Vanuatu) et, aux dernières nouvelles, du Nyiamuragira (RDC).

Source : Presse internationale.

++++++++++

Les volcans de boue ne doivent pas être ignorés. Leurs éruptions peuvent être violentes et certaines d’entre elles ont tué des gens. Le volcan de boue de Wandan à Taiwan est entré en éruption le 8 juillet 2019, projetant de la boue à plus de 1,5 mètre de hauteur. L’éruption s’est poursuivie le 9 juillet avec des flammes qui sortaient du sol. La dernière éruption de ce volcan de boue a eu lieu le 24 décembre 2018.
Le gouvernement local a envoyé de toute urgence une pelleteuse pour mettre en place un barrage permettant d’éloigner la boue des terres cultivées à proximité. La boue qui s’était accumulée lors de l’éruption de l’année dernière n’avait toujours pas été évacuée de sorte que les champs sont maintenant recouverts de coulée de boue, au grand désespoir des agriculteurs qui espèrent que le gouvernement va instaurer un système de subventions.
Le volcan de boue de Wandan entre en éruption tous les 6 mois à 2 ans en divers endroits dans un rayon de 2 km.
Source: The Watchers.

———————————————-

Here are a few highlights of the past days:

INGV has described the course of the eruptive event observed on Stromboli on July 3rd, 2019:

A paroxysmal sequence was observed from 14:46 (GMT) – all hours are expressed in GMT – on July 3rd, 2019. The onset of the phenomenon was preceded by an intensification of Strombolian activity at an eruptive vent in the south-central zone (S2) and two others in the northern zone (N1 and N2), as well as spattering activity at two vents located in the central-south zone (S1 and C).

At 13:59, an explosion in the south-central part of the crater terrace generated an overflow of lava that spread over the upper part of the Sciara del Fuoco.
From 14:43 and 10 seconds, the lava overflow affected all the active vents inside the crater terrace: in particular Vent C at 14:43: 10, the two Vents N1 and N2 at 14:44:20. At 14:45:00, a lava overflow started from Vent S2.
At 14:45:50, there was a more intense explosion of Vent N1, with a lava flow.
The paroxysmal phase began at 14:46 in the south-central part of the crater, followed by two lateral explosions at 14:46:10 and 14:46:20, presumably in the south-central zone of the crater terrace.
At 14:46:40, INGV recorded the main paroxysmal explosion affecting the entire crater terrace. The event generated a lava overflow that travelled on the Sciara del Fuoco. Incandescent blocks broke away from the flow front and rolled into the sea. INGV field personnel observed an eruptive column about 4 km above the summit area of ​​the volcano. The materials generated by the paroxysm and the collapse of the main eruptive column, as well as by two lateral explosions, fell down along the flanks of the volcano. They generated at least two turbulent pyroclastic flows that rushed down the Sciara del Fuoco to finally reach the sea.
At 14:59:40, strombolian activity resumed, with explosions more intense than those usually observed, and the cooling of the products that had fallen on the volcano. Lava continued to flow, forming at least two branches.
On 4 July 2019, at the time of the release of the INGV bulletin, projections were observed in the south-central part of the crater and an overflow of active lava continued to advance in the southern sector of the Sciara del Fuoco, reaching the coast.
Source: INGV.

++++++++++

New lava lake :

While lava lakes seem to be getting scarce these days, the British Antarctic Survey informs us that one of them was discovered in the crater of Mount Michael, an active volcano that rises 990 metres on Saunders Island, one of the South Sandwich Islands. Suspected since 2001, the presence of the lava lake was confirmed after analysis of high resolution images taken by NASA’s Landsat and Terra satellites and ESA’s Sentinel-2 between 2003 and 2018. The lava lake remained visible throughout the observation period.
The international press says it is the world’s eighth largest known lava lake and the first lava lake in the British overseas territories. The Mount Michael lava lake has a diameter of about 110 metres. According to the British Antarctic Survey, the temperature of the lava varies between 989 and 1.279°C under a crust whose surface temperature is between 284 and 419°C.
Currently, lava lakes or lava cauldrons persist in the crater of Nyiragongo (DRC), Masaya (Nicaragua) and Erebus (Antarctica) but have disappeared – at least for a moment – from Kilauea (Hawaii), Erta Ale (Ethiopia), Marum and Benbow (Vanuatu) and, according to the latest news, from Nyiamuragira (DRC).
Source: International Press.

++++++++++

Mud volcanoes should not be ignored. Their eruptions can be powerful and some of them have killed people. The Wandan mud volcano in Taiwan erupted on July 8th, 2019, ejecting mud more than 1.5 metres above the ground. The eruption continued on July 9th with flames coming out of the ground. The last eruption of this mud volcano was on December 24th, 2018.

​The local government urgently dispatched an excavator to ward off the mud from the nearby cropland. The mud that had gathered during last year’s eruption had not cleared and now the field is covered with mudflow, affecting farmers who hope the government will set up a system of subsidies.

The Wandan mud volcano erupts every 6 months to 2 years at various places inside a radius of 2 km.

Source: The Watchers.

Vue au sol et image satellite du Mt Michael (Source: British Antarctic Survey)

Le Nyiragongo de nouveau ouvert aux touristes // Tourists can again visit Nyiragongo Volcano

Bonne nouvelle pour les amoureux des volcans africains ! Alors que le lac de lave de l’Erta Ale est actuellement en perte de vitesse, celui du Nyiragono semble en pleine forme. Des images mises en ligne sur les réseaux sociaux ces derniers jours montrent un spectaculaire débordement.

https://www.facebook.com/search/top/?q=piotr%20bural&epa=SEARCH_BOX

Le Nyiamuragira, plus difficile d’accès, montre lui aussi une belle activité comme ont pu le constater les participants à une mission de la MONUSCO à laquelle participait l’ami Patrick Marcel.

https://youtu.be/utwABU8bS3g

Les volcanophiles peuvent désormais faire travailler leurs mollets pour accéder au sommet du Nyiragongo car le Parc National des Virunga , le plus ancien d’Afrique avec ses 7800 km2, est de nouveau ouvert aux touristes dans l’est de la République démocratique du Congo après plus de neuf mois de fermeture imposée par plusieurs incidents meurtriers. Le Parc avait fermé le 11 mai 2018, après la mort d’une ranger et l’enlèvement de trois personnes. Entre le 9 avril et le 21 mai 2018, deux militaires, un civil, cinq gardes et un chauffeur avaient été tués dans le parc dans des attaques d’hommes armés.

Dans un premier temps, deux sites sont ouverts, celui du volcan de Nyiragongo et le site de Kibumba des gorilles de montagne.

Source : Le Point International.

—————————————————

Good news for lovers of African volcanoes! While the Erta Ale lava lake is currently losing steam, the Nyiragono lava lake seems in top form. Images posted on social networks in recent days show a dramatic overflow.
https://www.facebook.com/search/top/?q=piotr%20bural&epa=SEARCH_BOX

Nyiamuragira Volcano, which is more difficult to access, also shows a great activity which could be observed by the participants in a MONUSCO mission, among whom Patrick Marcel:
https://youtu.be/utwABU8bS3g

Volcano lovers can now work their calves to reach the summit of Nyiragongo because the Virunga National Park, the oldest in Africa with its 7800 km2, is again open to tourists in eastern Democratic Republic of Congo after more than nine months of closure imposed by several deadly incidents. The Park had closed on May 11th, 2018, after the death of a ranger and the abduction of three people. Between April 9th and May 21st, 2018, two soldiers, a civilian, five guards and a driver had been killed in the Park during attacks by armed men.
Two sites are currently open: Nyiragongo Volcano and the Kibumba mountain where tourists can observe the famous gorillas.

Source: Le Point International.

Lac de lave du Nyiragongo (Crédit photo: Wikipedia)

Le lac de lave du Nyiragongo (République Démocratique du Congo // The lava lake at Nyiragongo Volcano (DRC)

Le Nyiragongo fait partie des volcans les plus actifs au monde et il possède un lac de lave permanent. Lors d’une conférence à la réunion annuelle de la Seismological Society of America en mai 2018, des scientifiques ont présenté les différentes méthodes de surveillance du niveau du lac de lave.
Les chercheurs analysent les signaux sismiques et infrasonores générés par le volcan ainsi que les données recueillies par les satellites pour mesurer les fluctuations du niveau du lac de lave du Nyiragongo. Lors de l’éruption de 2002, qui a provoqué une crise humanitaire majeure, le lac s’est vidangé et la profondeur du gouffre laissé par l’évacuation de la lave a été estimée entre 600 et 800 mètres. Environ quatre mois après l’éruption, le cratère a recommencé à se remplir de nouveau. De nos jours, le plancher du cratère se trouve à environ 400 mètres en dessous de la lèvre et le lac de lave reste à un niveau élevé.
Le niveau du lac de lave est, entre autres, lié aux variations de pression à l’intérieur du système magmatique sous le volcan. En ce sens, le lac de lave représente une fenêtre sur ce système magmatique et les fluctuations de son niveau fournissent des informations sur les variations de l’alimentation.
Différentes techniques sont utilisées pour observer le lac de lave. Les données sismiques et infrasonores, collectées en continu, permettent aux chercheurs de mesurer les variations de pression dans l’activité magmatique. Au cours des dernières années, les nouvelles technologies ont permis à l’Observatoire Volcanologique de Goma de mettre en place l’un des systèmes de surveillance télémétrique en temps réel les plus performants d’Afrique. Grâce aux techniques de traitement modernes, ces nouvelles bases de données offrent des possibilités sans précédent pour étudier le comportement de ce système magmatique unique. En plus des données sismiques et infrasonores, les scientifiques utilisent les images radar à synthèse d’ouverture (RSO) à haute résolution capturées par des satellites lors de leur passage au-dessus du volcan pour mesurer directement les variations de niveau du lac de lave. Ces images mesurent la longueur de l’ombre projetée par le bord du cratère sur la surface du lac, ce qui permet de calculer la profondeur de la lave.
Source: Science Daily.

———————————————-

Nyiragongo is among the world’s most active volcanoes, with a persistent lava lake. In a talk at the 2018 Seismological Society of America annual meeting, there was a discussion about the multiple methods to monitor lava lake levels at the volcano.

The researchers analyze seismic and infrasound signals generated by the volcano as well as data collected during satellite flyovers to measure Nyiragongo’s lake level fluctuations. During the eruption in 2002, which caused a major humanitarian crisis, the lava lake was drained and the depth of the remaining crater was estimated between 600 and 800 metres. About four months after the eruption, the crater started filling up again. Nowadays, the inner crater floor is about 400 metres below the rim and the lava lake remains at high level.

The lava lake level is, among other things, related to the variations of the pressure inside the magmatic system underneath the volcano. In that sense, the lava lake represents a window into the magmatic system, and its level fluctuations provide information on the recharge and drainage of the magmatic system.

Different techniques are used to observe the lava lake. The seismic and infrasound data, collected continuously, help researchers gauge pressure changes in magmatic activity. Over the past few years, new technologies allowed the Goma Volcano Observatory to deploy one of the densest modern real-time telemetered monitoring systems in Africa. Combined with modern processing techniques, these newly acquired datasets provide unprecedented opportunities to investigate the behaviour of this unique magmatic system. In combination with seismic and infrasound data, the scientists are using high resolution synthetic-aperture radar (SAR) images captured by satellites passing over the volcano to directly measure the rise and fall of the lava lake level. These images measure the length of the shadow cast by the crater’s edge on the lava lake surface, which can be used to calculate the lava depth.

Source : Science Daily.

Lac de lave du Nyiragongo (Crédit photo: Wikipedia)