Nouvelles de La Palma (Iles Canaries) // News from La Palma (Canary Islands)

8 heures : Le delta formé par l’arrivée de la lave dans la mer est inactif en ce moment. La vidéo fournie par le Centre supérieur de recherche scientifique (CSIC) montre la formation de plages dans la bande formée par la lave au contact de la mer. On voit sur les images au moins une zone sablonneuse formée par l’érosion de vagues au bord de la coulée de lave d’où s’échappent de petites fumerolles. La lave de la première coulée – celle qui a traversé le quartier de Todoque – a atteint la mer le 29 septembre, 10 jours après le début de l’éruption. C’est la seule coulée à avoir atteint la mer, même si d’autres se trouvent à proximité, mais leur front est immobile depuis des semaines.

Le gouvernement des îles Canaries a acquis les 30 premières maisons préfabriquées sur un total de 200 qu’il envisage d’acheter pour offrir une solution de logement temporaire aux familles qui ont perdu leur demeure sous la lave du Cumbre Vieja. Ces 30 premières maisons modulaires en bois seront aménagées sur un terrain cédé par la mairie d’El Paso. La plupart de ces maisons ont trois chambres et ont une superficie de 74 mètres carrés.
De plus, ces jours-ci « une phase de transition » est en cours à La Palma, pour permettre aux personnes logées dans les hôtels, chez des amis et dans leur famille d’accéder aux maisons et appartements préfabriqués. Pour cette phase de transition, le ministère a acquis un premier lot de 18 appartements, dont l’achat a été officialisé cette semaine. Ce lot de 18 maisons en briques est situé dans les communes de Tazacorte et Fuencaliente. Puis il y aura une troisième phase, celle de l’accès des victimes à leur domicile permanent, mais qui ne sera pas avant quatre ans.

A noter que l’éruption, par la tension qu’elle a occasionnée, a aggravé la situation de violence au sein des couples à La Palma. L’Institut canarien pour l’égalité des sexes fait état d’une augmentation de 57 % des appels pour violence faites aux femmes entre le 19 septembre et le 18 octobre.

Source: presse espagnole.

++++++++++

19 heures : Le tremor volcanique poursuit sa décrue, mais les scientifiques espagnols préviennent qu’il est encore trop tôt pour dire que l’on approche de la fin de l’éruption. Le trémor et le dioxyde de soufre montrent des valeurs qui étaient celles de la mi-octobre. Il faut rester prudent car des rechutes restent possibles. Selon l’IGN, le tremor a connu une nouvelle baisse le 5 novembre, au sein d’un comportement oscillatoire. »
Le niveau d’activité visible dans le cône continue d’être très variable. On observe des hausses subites qui s’accompagnent d’une augmentation de l’émission de lave.

Le 5 novembre, le panache de cendre atteignait 3500 mètres. Son orientation est actuellement favorable à l’activité de l’aéroport. En effet, les vents dominants emportent la cendre et le dioxyde de soufre vers le sud-sud-ouest du centre éruptif. La qualité de l’air est également meilleure à La Palma.

Evolution du tremor volcanique et de la sismicité (Source: IGN)

———————————————-

8:00 am : The delta formed by the arrival of lava in the sea is inactive at this time. The video provided by the Higher Scientific Research Center (CSIC) shows the formation of beaches in the band formed by the lava in contact with the sea. One can see on the images at least one sandy area formed by the erosion of the waves at the edge. of the lava flow with small fumaroles. The lava from the first flow – the one that passed through the Todoque district – reached the sea on September 29th, 10 days after the start of the eruption. It is the only lava to have reached the sea, although other flows are nearby, but their front hasnot moved for weeks.

The government of the Canary Islands has acquired the first 30 prefabricated houses out of a total of 200 it plans to purchase to provide a temporary housing solution for families who have lost their homes under the lava. These first 30 modular wooden houses will be built on land ceded by the town hall of El Paso. Most of these houses have three bedrooms and are 74 square meters in size.
In addition, these days « a phase of transition » is underway in La Palma, to allow people staying in hotels, with friends and families to access prefabricated houses and apartments. For this transitional phase, the ministry acquired a first batch of 18 apartments, the purchase of which was formalized this week. This lot of 18 brick houses is located in the municipalities of Tazacorte and Fuencaliente. Then there will be a third phase, during which the victims will get into their permanent homes, but this will not be before four years.

The eruption, because of the tension it caused, worsened the situation of violence among couples in La Palma. The Canarian Institute for Gender Equality reports a 57% increase in calls for violence against women between September 19 and October 18.
Source: Spanish press.

++++++++++

7:00 p.m : The volcanic tremor continues to decline, but Spanish scientists warn that it is still too early to say that the end of the eruption is approaching. The tremor and sulfur dioxide show values which were those of mid-October. One must remain cautious because relapses are still possible. According to IGN, the tremor experienced a further decline on November 5th, within an oscillatory behaviour.  »
The level of activity visible in the cone continues to be highly variable. Sudden increases are observed, accompanied by an increase in lava emission.
On November 5th, the ash plume reached 3,500 meters. Its orientation is currently favorable to the activity of the airport. Indeed, the prevailing winds carry the ash and sulfur dioxide towards the south-southwest of the eruptive center. Air quality is also better in La Palma.

Exemple de maison préfabriquée destinée aux personnes victimes de l’éruption.

Volcans du monde // Volcanoes of the world

Voici quelques nouvelles de l’activité volcanique dans le monde:

L’actualité reste dominée par l’éruption du Cumbre Vieja qui continue sur l’île de La Palma. Le volcan reste très actif et continue à déverser sa lave. Les dégâts sont de grande ampleur, tant aux habitations qu’aux bananeraies qui sont la principale ressource économique de l’île.

Vous trouverez une description de l’éruption dans les différentes notes publiées quotidiennement sur ce blog.

Pour se résumer, on notera que des séismes pouvant atteindre la magnitude M 5,0 continuent d’être enregistrés. Les émissions de cendre ont entraîné la fermeture de plusieurs établissements scolaires et perturbé le trafic aérien. Les dernières données cadastrales révèlent que 1 443 bâtiments ont été détruits, dont 1 166 à usage résidentiel, 147 à usage agricole, 69 à usage industriel, 33 à usage de loisirs et d’accueil, 13 à usage public et 15 pour d’autres usages. On estime que la superficie cultivée affectée par l’éruption atteint actuellement 283,25 hectares, soit 16,64 de plus que lors de la dernière mise à jour. Parmi ceux-ci, 158,79 hectares correspondent à des bananeraies, 59,48 à des vignobles et 24,02 à des avocatiers.

++++++++++

L’éruption du Kilauea (Hawaii) continue et reste confinée à l’intérieur du cratère de l’Halema’uma’u. La lave est émise par une bouche unique dans la paroi ouest du cratère. La surface du lac de lave s’élève en moyenne de un à deux mètres par jour et se trouve actuellement à 794 m d’altitude. . Le total de lave émise est estimé à environ 20 millions de mètres cubes. La sismicité et les émissions de SO2 restent élevées. Elles atteignaient 2600 tonnes par jour le 25 octobre 2021. Les tiltmètres enregistrent actuellement une légère tendance à la déflation de l’édifice volcanique. Aucune activité particulière n’a été observée sur l’East Rift Zone.

La couleur de l’alerte aérienne reste à Orange et le niveau d’alerte volcanique à Vigilance (Watch).

 

Vue de la bouche active qui alimente le lac de lave le 3 novembre 2021 (Crédit photo : HVO)

++++++++++

Entre 3 et 14 explosions sont enregistrées chaque heure sur le Fuego (Guatemala). Elles éjectent des matériaux incandescents à 100-400 m au-dessus du sommet. Elles génèrent également des panaches de cendres pouvant atteindre 1,1 km au-dessus du cratère. Des ondes de choc ressenties dans les localités autour du volcan. Des retombées de cendres sont observées dans plusieurs zones sous le vent. Les avalanches en blocs dévalent les ravines Ceniza (SSP), Seca (O), Trinidad (S), Taniluyá (SO) et Las Lajas (SE), atteignant souvent les zones de végétation.
Source : INSIVUMEH.

++++++++++

L’AVO indique que les émissions de lave se poursuivent sur le Great Sitkin (Îles Andreanov / Alaska). La lave avance sur les flancs S et W sur une distance d’environ 600 m. Des anomalies thermiques restent visibles sur les images satellites. La couleur de l’alerte aérienne et le niveau d’alerte volcanique restent respectivement à Orange et Vigilance (Watch).

++++++++++

L’éruption du Pavlof (Aléoutiennes / Alaska) se poursuit. Elle se concentre sur une bouche dans le flanc supérieur SE, près de l’emplacement de la bouche éruptive de 2007. La sismicité reste élevée. Les explosions produisent probablement de petits panaches de cendres ne dépassant pas 3 km de hauteur, mais les nuages empêchent souvent la confirmation par les images satellites.
La couleur de l’alerte aérienne et le niveau d’alerte volcanique restent respectivement à Orange et Vigilance (Watch).
Source : AVO.

++++++++++

Les garde-côtes japonais confirment que des bancs de pierre ponce en provenance de l’éruption du Fukutoku à la mi-août sont arrivés sur des côtes distantes de plus de 1 000 kilomètres début octobre. La pierre ponce a d’abord atteint l’île de Kitadaito (1 035 km à l’ouest) le 8 octobre 2021. Fin octobre, la pierre ponce a encerclé les îles d’Okinawa et de Maejima (1 422 km à l’ouest) et plusieurs ports de la préfecture de Kagoshima (1 322 nord-ouest). Les bancs de ponce ont endommagé des centaines de bateaux, obstrué les ports et causé des problèmes industries de la pêche et du tourisme dans plusieurs régions. Plusieurs gouvernements locaux ont commencé le processus d’évacuation de la pierre ponce.
Source : Garde côtière japonaise.

++++++++++

Au Kamchatka, la couleur de l’alerte aérienne est Orange pour l’Ebeko, le Sheveluch et le Karymsky, et Jaune pour le Bezymianny. Le Karymsky a été secoué par un violent événement explosif le 3 novembre 2021 avec un panache de cendre qui est monté à 9,5 km, puis 10,5 km d’altitude.

Source: KVERT.

°°°°°°°°°°

Ces informations ne sont pas exhaustives. Vous en trouverez d’autres (en anglais) en lisant le bulletin hebdomadaire de la Smithsonian Institution :
https://volcano.si.edu/reports_weekly.cfm

—————————————

Here is some news of volcanic activity around the world :

The eruption of Cumbre Vieja continues on the island of La Palma. The volcano remains very active and continues to pour out its lava. The damage is extensive, both to homes and banana plantations which are the main economic resource of the island.

You will find a description of the eruption in the weekly updates posted on this blog.

To sum it up, it can be noted that earthquakes up to M 5.0 continue to be recorded. The ash emissions have caused the closure of several schools and disrupted air traffic. The latest cadastral data show that 1,443 buildings were destroyed, including 1,166 for residential use, 147 for agricultural use, 69 for industrial use, 33 for leisure and hospitality, 13 for public use and 15 for other uses. It is estimated that the cultivated area affected by the eruption currently stands at 283.25 hectares, which is 16.64 more than in the last update. Of these, 158.79 hectares correspond to banana plantations, 59.48 to vineyards and 24.02 to avocado trees.

++++++++++

The eruption of Kilauea (Hawaii) continues and remains confined inside Halema’uma’u Crater. Lava is emitted from a single vent in the western wall of the crater. The surface of the lava lake rises by about one to two meters per day on average and currently lies 792 m above sea level. The total lava emitted is estimated at about 20 million cubic meters. Seismicity and SO2 emissions remain high. They reached 3,200 tons per day on October 22nd, 2021. The tiltmeters are currently recording a slight deflationary trend No particular activity was observed in the East Rift Zone.

The aviation color code and the volcano alert level remain at Orange and Watch, respectively.

++++++++++

3-14 explosions per hour are recorded at Fuego (Guatemala). They eject incandescent material 100-400 m above the summit. They also generate ash plumes as high as 1.1 km above the crater rim. Shock waves felt in communities around the volcano. Ashfall is observed in several areas downwind. Block avalanches descend the Ceniza (SSW), Seca (W), Trinidad (S), Taniluyá (SW), and Las Lajas (SE) drainages, often reaching vegetated areas.

Source: INSIVUMEH.

++++++++++

AVO indicates that lava effusion continues at Great Sitkin (Andreanov Islands / Alaska). Lava advances down the S and W flanks over about 600 m. Elevated surface temperatures are still visible in satellite images The aviation colour code and the volcano alert level remain at Orange and Watch, respectively.

++++++++++

The eruption at Pavlof (Aleutians / Alaska) continues. It is focused at a vent on the upper SE flank, near the location of the 2007 vent. Seismicity remains elevated. The explosions likely produce low-level ash plumes rising no higher than 3 km, though weather clouds often prevent confirmation by satellite and webcam images.

The aviation color code and the volcano alert level remain at Orange and Watch, respectively.

Source: AVO.

++++++++++

The Japan Coast Guard confirms that floating pumice rafts from the mid-August Fukutoku eruption had arrived at coastlines more than 1,000 kilometers away in early October. The pumice first arrived at Kitadaito Island (1,035 km W) on October 8th, 2021. In late October pumice circled Okinawa and Maejima islands (1,422 km W) and several ports in the Kagoshima prefecture (1,322 NW). The pumice damaged hundreds of boats and ships, clogged harbors, and impacted the fishing and tourism industries in several areas. Several local governments began the process of removing the pumice from the water.

Source: Japan Coast Guard.

++++++++++

In Kamchatka, the aviation color code is Orange for Ebeko, Sheveluch and Karymsky, and Yellow for Bezymianny. A powerful explosive event shook Karymsky on November 3rd, 2021, with an ash plume rising up ti 9.5 km, and then up to 10.5 km above sea level.

Source: KVRT.

°°°°°°°°°°°

This information is not exhaustive. You can find more by reading the Smithsonian Institution’s weekly report:

https://volcano.si.edu/reports_weekly.cfm

COP 26 : émissions et concentrations de CO2 // COP 26 : CO2 emissions vs. CO2 concentrations

Au coeur de la pandémie de Covid-19, tous les médias mondiaux s’accordaient pour dire que les émissions de CO2 diminuaient. L’air avait l’air plus pur et la visibilité était meilleure sans la brume habituelle causée par la pollution. En Asie, les gens se réjouissaient parce qu’ils pouvaient voir l’Everest à des centaines de kilomètres de distance.
Pour ma part, j’étais beaucoup moins enthousiaste et j’insistais sur le fait qu’il ne fallait pas prendre en compte les émissions, mais les concentrations de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. La référence dans ce domaine est la courbe de Keeling qui rend compte des mesures effectuées sur le volcan Mauna Loa sur la Grande Ile d’Hawaii.
Tandis que les médias disaient que la pandémie de Covid-19 était une aubaine d’un point de vue environnemental, je montrais la courbe de Keeling qui, elle, ne réagissait pas à la baisse des émissions de CO2. Il faut garder à l’esprit que même si les émissions de CO2 diminuent, il faudra beaucoup plus de temps pour que les concentrations suivent la même voie. J’ai abordé ce sujet avec l’explorateur Jean-Louis Etienne qui m’a expliqué qu’en supposant que l’on arrête soudainement les émissions de CO2 avec une baguette magique, il faudrait plusieurs décennies pour que l’atmosphère retrouve un semblant d’équilibre.
Alors que la COP 26 se déroule à Glasgow, la presse internationale se rend compte que la baisse spectaculaire des émissions de dioxyde de carbone suite au confinement pandémique n’est plus qu’un souvenir. Cette situation est confirmée par une nouvelle étude scientifique.
Un groupe de scientifiques qui étudie le comportement des gaz à effet de serre a déclaré que les neuf premiers mois de 2021 a constaté que les émissions de CO2 étaient légèrement inférieures aux niveaux de 2019. Ils estiment qu’en 2021, le monde aura émis 36,4 milliards de tonnes de dioxyde de carbone, contre 36,7 milliards de tonnes il y a deux ans.
En 2020, au plus fort de la pandémie, les émissions étaient tombées à 34,8 milliards de tonnes. On constate donc un bond de 4,9% cette année selon les calculs mis à jour par le Global Carbon Project.
Un climatologue anglais de l’Université d’East Anglia qui a participé à l’étude explique que si la plupart des pays sont revenus au niveau qui a précédé la pandémie, c’est l’augmentation de la pollution en Chine qui est la principale responsable du retour aux niveaux de 2019.
En respirant l’air remarquablement pur de 2020 dans les villes d’Inde ou d’Italie, certains ont pu penser que le monde était sur la bonne voie pour réduire la pollution par le carbone, mais les scientifiques ont tempéré cet optimisme en déclarant que ce n’était pas le cas. Ce n’est pas une pandémie qui fera baisser les émissions et les concentrations de CO2. Ce sont les décisions qui sont prises cette semaine et la semaine prochaine à Glasgow. Pour que les concentrations de CO2 déclinent dans les prochaines années, il faudrait que les décisions soient CONTRAIGNANTES et ne se limitent pas à de simples promesses!
La nouvelle étude indique que si le monde veut limiter le réchauffement climatique à 1,5°C par rapport à l’époque préindustrielle, il ne lui reste que 11 ans pour y parvenir avant qu’il ne soit trop tard.
La réalité ne m’incite pas à être optimiste. En 2021, les émissions de CO2 en Chine dépassent de 7% celles de 2019. En Inde, le dépassement est de 3%. En revanche, les États-Unis, l’Union européenne et le reste du monde ont moins pollué cette année qu’en 2019. Le bond de la Chine est principalement dû à la combustion du charbon et du gaz naturel pendant la période de reprise économique qui a suivi le confinement dans le pays. De plus, le confinement en Chine a pris fin bien plus tôt que dans le reste du monde, de sorte que le pays a mis plus de temps pour récupérer économiquement et a donc envoyé plus de carbone dans l’air. On verra si c’est la bonne explication et si la Chine renversera la tendance dans les prochains mois.

———————————————-

At the heart of the Covid-19 pandemeic, all the world media agreed to say that CO2 emissions were decreasing. The air looked cleaner and visibility was better without the usual haze caused by pollution. In Asia, people rejoiced because they could see Mount Everest hundeds of kilometres away.

For my part, I was much less cautious and I insisted that what whould be taken into account was not the emissions, but the concentrations of carbon dioxide in the atmosphere. The reference in that domain is the Keeling Curve which conveys the measurements performed on Mauna Loa volcano on Hawaii Big Island.

While the media were saying that the Covid-19 pandemic was a godsend from an environmental point of view, I showed several times the Keeling Curve which did not react to the decrease in CO2 emissions. People should bear in mind that even though CO2 emissions are declining, it will take a much longer time for CO2 concentrations to decrease. I talked about this topic with Jean-Louis Etienne who told me that supposing we stopped CO2 emisions suddenly with a magiwc wand, it would take the atmosphere several decades to regain some sort of balance.

While COP 26 is going on in Glasgow, the international press realises that the dramatic drop in carbon dioxide emissions from the pandemic lockdown has pretty much disappeared. The current situation is confirmed by a new scientific study.

A group of scientists who track heat-trapping gases said the first nine months of 2021 put emissions a tad under 2019 levels. They estimate that in 2021 the world will have spewed 36.4 billion metric tons of carbon dioxide, compared to 36.7 billion metric tons two years ago.

At the height of the pandemic last year, emissions were down to 34.8 billion metric tons, so this year’s jump is 4.9%, according to updated calculations by Global Carbon Project.

An English climate scientist from the University of East Anglia who participated in the study explains that while most countries went back to pre-pandemic trends, China’s pollution increase was mostly responsible for worldwide figures bouncing back to 2019 levels rather then dropping significantly below them.

With 2020’s dramatically clean air in cities from India to Italy, some people may have hoped the world was on the right track in reducing carbon pollution, but scientists said that wasn’t the case.

It’s not the pandemic that will make CO2 emissions and concentrations decrease. It’s the decisions that are being taken this week and next week in Glasgow. They should be decisions which are BINDING, not just promises.

The new study says that if the world is going to limit global warming to 1.5 degrees Celsius since pre-industrial times, it has only 11 years left at current emission levels before it is too late.

Reality does not incite me teo be optimistic. Emissions in China were 7% higher in 2021 when compared to 2019. India’s emissions were 3% higher. In contrast, the United States, the European Union and the rest of the world polluted less this year than in 2019. China’s jump was mostly from burning coal and natural gas and was part of a massive economic stimulus to recover from the lockdown. In addition, China’s lockdown ended far earlier than the rest of the world, so the country had longer to recover economically and pump more carbon into the air. We’ll see whether this is the right explanation and if China will reverse the tendency in the coming months.

++++++++++

La dernière mise à jour de la Courbe de Keeling (2 novembre 2021) montre une concentration de CO2 de 414,05 ppm.

°°°°°°°°°°

Voici le tracé global de la courbe entre les années 1700 et aujourd’hui. Avant 1958, ce sont les carottes de glace qui ont renseigné sur les concentrations de CO2 dans l’atmosphère.

°°°°°°°°°°

En observant le tracé de la courbe pour les années 2020 et 2021, on se rend compte que les confinements qui ont accompagné la pandémie de Covid-19 n’ont pas eu d’effet sur les concentrations de CO2 dans l’atmosphère.

Source: NOAA / Scripps Institution of Oceanography