Kilauea (Hawaii): Coulée de lave et explosion de cendre // Lava flow and ash explosion

7 heures (heure française): L’éruption se poursuit dans la Lower East Rift Zone du Kilauea. La fontaine de lave produite par la Fracture n° 8 atteint encore des hauteurs de 45 à 55 mètres. Elle alimente une importante coulée qui se dirige en chenal vers l’est où elle entre dans l’océan à Kapoho Bay. Vacationland a été complètement recouvert par la lave qui a avancé d’une centaine de mètres au nord dans Kapoho Beach Lots. La branche septentrionale de la coulée ne montre aucun signe d’activité. Il faut espérer que les parois du chenal résistent à la pression de la lave. Dans le cas contraire, de nouvelles zones seraient envahies. Aucune autre fracture n’est active.
Une nouvelle explosion a émis un panache de cendre au sommet du Kilauea dans l’après-midi du 6 juin. Le panache a atteint une hauteur de 3000 mètres et des retombées de cendre peuvent affecter les zones de Volcan et Pahala. L’éruption a coïncidé avec un séisme de M 5.4 au sommet du Kilauea.
Source: HVO.

°°°°°°°°°°

23 heures (heure française): Voici les principales informations diffusées par le HVO dans son dernier bulletin (jeudi 7 juin 2018, 8h50, heure locale).
L’éruption continue dans la Lower East Rift Zone. Au cours des dernières heures, la fontaine de lave de la Fracture n° 8 a montré des variations d’intensité mais atteint jusqu’à70 mètres de hauteur. Cette activité alimente une coulée en chenal qui se dirige vers l’est jusqu’à la région de Kapoho Bay. La branche septentrionale de la coulée est faiblement alimentée, et la branche qui était active à ouest du cratère de cendre de Four Corners ne progresse plus. Le survol du matin a confirmé ces observations et a révélé de petits débordements du chenal de lave. Cette dernière pénètre dans l’océan en formant un large front dans la région de Kapoho Bay et Vacationland. La lave continue également à se déplacer vers le nord à travers ce qui reste des Kapoho Beach Lots.

L’activité sismique au sommet du Kilauea a été modérée ces dernières heures ; c’est la conséquence naturelle de la petite explosion d’hier après-midi. Cependant,  cette activité est en hausse et le HVO s’attend à une nouvelle explosion mineure, probablement dans environ 24 heures. Des affaissements concentriques continuent à être observés dans l’Halema`uma`u, en parallèle avec la déflation continue du sommet.

Au cours de la semaine écoulée, les émissions de dioxyde de soufre au sommet du volcan ont diminué, mais les quantités restent suffisamment élevées pour affecter la qualité de l’air dans les secteurs sous le vent.

———————————————–

7:00 (French time): The eruption continues on Kilauea’s Lower East Rift Zone. Lava fountaining at Fissure 8 is still reaching heights of 45-55 metres, feeding a stable channel to the east to the ocean entry in the Kapoho Bay area. Vacationland has been completely covered by lava, and the flow has expanded north by 100 metres within Kapoho Beach Lots. The northern lobe of the Fissure 8 flow shows no signs of activity. No other fissures are active.

An ash eruption at the Kilauea Summit occurred in the afternoon of Junr 6th.  The resulting ash plume reached a height of 3000 metres and may affect the surrounding areas.  The wind is blowing in the southwest direction and ashfall may affect the areas of Volcano and Pahala. The ash eruption coincided with an M 5.4 earthquake at Kilauea summit.

Source: HVO.

°°°°°°°°°°

11:00 p.m. (French time): Here are the main parts of HVO’s latest bulletin (Thursday, June 7th, 2018, 8:50 a.m., local time).

The eruption continues in the lower East Rift Zone. During the past hours, lava fountaining fluctuated at Fissure 8, reaching heights of 70 metres. This activity is feeding a lava channel flowing east to the Kapoho Bay area. The northern lobe of the flow is not receiving significant lava, and the lobe that was active on the west side of the Four Corners cinder pit is inactive. The morning overflight confirmed these observations and revealed minor overflows from the channel. Lava is entering the ocean along a broad front in the general area of Kapoho Bay and Vacationland. Lava also continues to creep north through what remains of Kapoho Beach Lots.

Seismic activity at the summit was subdued in the past hours, a natural consequence of yesterday afternoon’s small explosion. Earthquake activity is on the rise, however, and HVO anticipates an additional small explosion probably in about 24 hours. Inward slumping of the rim and walls of Halema`uma`u continues in response to ongoing subsidence of the summit.

Over the last week, sulfur dioxide emissions from the volcano’s summit have decreased, but emission rates remain high enough to impact air quality in downwind regions.

Source: USGS / HVO

Vue aérienne de ce qu’il reste de la subdivision des Kapoho Beach Lots. On distingue parfaitement le front de la coulée émise par la Fracture n° 8. La bordure septentrionale de la coulée semblait ne plus avancer quand la photo a été prise le 6 juin 2018 en début d’après-midi. (Crédit photo : USGS)

 

Publicités

Eruption du Fuego (Guatemala): Un bilan toujours plus lourd // The death toll is still mounting

Le bilan de l’éruption du Fuego ne cesse de s’alourdir. Il atteignait 99 morts le 6 juin 2018 et de nombreuses personnes sont toujours portées disparues.

 Le volcan a envoyé une nouvelle coulée pyroclastique mercredi après-midi, ce qui a mis les sauveteurs encore plus en danger et les a obligés à suspendre la recherche des victimes. Les restes des 99 personnes ont été envoyés à la morgue ; seuls 28 corps ont été identifiés jusqu’à présent. Les autorités locales possèdent des données avec des noms et des lieux où se trouvent 192 personnes disparues.
L’éruption du Fuego a provoqué des évacuations dans les localités au pied du volcan. Les zones touchées par les coulées pyroclastiques montrent des scènes de désolation. Les maisons sont enfouies dans la cendre qui est parfois encore chaude au toucher. Un silence macabre a envahi ces villages où ne subsistent que quelques poulets qui ont réussi à échapper à l’éruption. Des roches volcaniques de la taille des balles de baseball, ou plus volumineuses, jonchent le sol. Des pneus de voiture gisent dans des flaques de caoutchouc et d’acier tordu.
Un autre danger est que les fortes pluies provoquent des lahars, rivières de boue qui peuvent remobiliser la cendre volcaniques.
Un état de catastrophe naturelle a été déclaré pour les régions d’Escuintla, Sacatepequez et Chimaltenango, qui ont le plus souffert de la catastrophe.
Source: Associated Press.

En tout, environ 300 personnes sont probablement mortes pendant l’éruption de dimanche. Le bilan est à peu près le même que pour le Merapi (Indonésie) en 2010. Les deux volcans appartiennent à la Ceinture de Feu du Pacifique et comme les autres volcans dans cette partie du monde, ils sont extrêmement explosifs et leurs éruptions sont très difficiles à prévoir, comme on l’a vu avec le Mont Agung à Bali où de dizaines de milliers de personnes ont été évacuées sans que se produise la moindre avalanche pyroclastique. De plus, les explosions sont très soudaines. Un couple vivant sur les pentes du Fuego a déclaré qu’ils se sont mis à courir dimanche après qu’un de leurs enfants leur ait crié de fuir. Au moment où ils ont atteint un abri dans la ville d’Escuintla, ils étaient couverts de cendre. Malheureusement, il n’y a aucun moyen efficace d’avertir les gens. Les sirènes suggérées par certains seraient inutiles car les coulées pyroclastiques se déplacent trop vite, à plusieurs centaines de kilomètre par heure. La seule solution est d’évacuer les habitants le plus loin possible lorsque les instruments des volcanologues annoncent  une possible éruption et de leur demander d’attendre dans les refuges jusqu’à la fin de l’alerte. Une telle situation est très difficile à gérer par les autorités.

—————————————————–

The death toll from Guatemala’s Fuego volcano rose to at least 99 on June 6th, 2018, with many people still missing.

The volcano triggered a new pyroclastic flow on Wednesday afternoon, which put rescuers even more in danger and forced them to suspend the search for victims. The remains of the 99 people have been sent to morgues, while just 28 have been identified so far. Local authorities have data with names and locations where there are missing persons and that number is 192

The volcano’s increased activity prompted evacuations of nearby communities. The areas affected by the pyroclastic flows show scenes of desolation. Homes are buried in ash, some of it still hot to the touch. An eery silence hangs in the air, apart from the presence of chickens that somehow managed to survive the explosion. Volcanic rocks the size of baseballs and larger litter the ground. Melted car tires lay in puddles of rubber and twisted steel.

Another danger is that heavy rains in the area could provoke lahars due to the large flows of volcanic mud.

A state of disaster has been declared for the departments of Escuintla, Sacatepequez and Chimaltenango, which suffered the most in the disaster.

Source: Associated Press.

In all, about 300 people probably died during Sunday’s eruption. The toll is about the same as for Mount Merapi (Indonesia) in 2010. Both volcanoes belong to the Pacific Ring of Fire and like the others in that part of the world they are highly explosive and their eruptions are very difficult to predicy, as could be seen with Mt Agung in Bali where thousands of people were evacuated and no pyroclatic flow ever occurred. Besides, their explosions are very sudden. A couple living on the slopes of Fuego said they ran Sunday after one of their children urged them to flee. By the time they reached a shelter in the city of Escuintla, they were covered in ashes. Unfortunately, there are no means to warn people. The sirens suggested by some would be useless as the pyroclastic flows travel too fast. The only solution is to evacuate the residents as far as possible when the experts’ instruments announce a possible eruption and then ask them to wait in shelters until the eruption has ended. Such a situation is very difficult to manage by the authorities.

         Vue aérienne d’un village recouvert par la cendre du Fuego (Crédit photo: CONRED)

Kilauea (Hawaii) : Le cratère de l’Halema’uma’u // Halema’uma’u Crater

Le cratère de l’Halema’uma’u a subi des changements très profonds depuis le début de l’éruption dans la Lower East Rift Zone. Le lac de lave à l’intérieur de l’Overlook Crater a maintenant complètement disparu. On observe fréquemment des effondrements des parois internes de la bouche. La zone sommitale du Kilauea s’affaisse, en raison de l’évacuation du magma vers l’East Rift Zone. Cela confirme que la source de l’éruption actuelle se trouve sous le sommet du Kilauea et non sous le Pu’uO’o qui semble avoir cessé définitivement toute activité. Le HVO indique que la partie occidentale de l’Halema’uma’u est en train de s’affaisser vers le centre du cratère et de nouvelles fractures sont également en formation sur le plancher dans cette même partie ouest.

Remarque personnelle: La situation doit être contrôlée attentivement car un effondrement majeur de l’ensemble du plancher de l’Halema’uma’u ne saurait être exclue.

L’activité sismique est fluctuante et de petites explosions sont parfois observées. On peut raisonnablement penser que ces explosions sont provoquées par la libération des gaz qui s’accumulent sous les matériaux au fond de  l’Overlook Crater.

Remarque personnelle: Comme je l’ai indiqué précédemment, cette obturation de l’Overlook Crater par des accumulations de matériaux me rappelle la situation de la Bocca Nuova de l’Etna en 1979. Le cratère était lui aussi rempli de matériaux et une violente explosion provoquée par la libération brutale des gaz avait tué 7 touristes qui se trouvaient à proximité.

Les émissions de SO2 ont diminué, mais demeurent suffisamment élevées pour avoir une incidence sur la qualité de l’air dans les régions sous le vent. La plupart du temps, l’Halema’uma’u émet des panaches de gaz et de vapeur, comme on peut le voir sur la photo ci-dessous.
Source: HVO.

————————————————-

Halema’uma’u Crater has undergone very deep changes since the start of the eruption in the Lower East Rift Zone. The lava lake in the Overlook Crater has now completely disappeared. Collapses of the inner walls of the vent are frequently observed. The summit area of the volcano is subsiding, due to the withdrawal of magma to the East Rift Zone. This confirms that the source of the eruption is the summit of Kilauea, and not Pu’uO’o which seems to be definitely inactive. . HVO indicates that the western portion of Halema’uma’u has moved down and toward the centre of the crater as new cracks form on the caldera floor to the west.

Personal remark: The situation should be closely monitored as a huge collapse of the whole Halema’uma’u crater floor cannot be excluded.

Earthquake activity is fluctuating and small explosions are occasionally observed. One may reasonably think that these explosions are caused by the release of the gases that are accumulating below the debris within the Overlook vent.

Personal remark: As I put it before, the clogging of the Overlook Crater with an accumulation of materials reminds me of the situation on Mt Etna’s Bocca Nuova in 1979. A violente explosion triggered by the sudden release of gases killed 7 tourists who were standing nearby.

SO2 emissions have decreased but emission rates remain high enough to impact air quality in downwind regions. Most of the time, Halema’uma’u is emitting gas and steam plumes, as can be seen in the photo below.

Source: HVO.

Crédit photo: USGS / HVO