De l’eau dans le cratère de l’Halema’uma’u (Kilauea / Hawaii) // Water in Halema’uma’u Crater (Kilauea / Hawaii)

Pour la première fois dans l’histoire du Kilauea, une mare d’eau a été découverte au cours de la dernière semaine de juillet 2019 au fond de l’Halema’uma’u, le cratère sommital du volcan. Le HVO a confirmé cette présence d’eau qui pourrait marquer la transition vers une phase plus explosive des futures éruptions.

Les scientifiques ne savent pas comment va évoluer la situation, mais on sait que lorsque la lave interagit avec l’eau, elle peut provoquer de violentes explosions. Une première possibilité est que le magma chauffe et vaporise lentement cette eau pour donner naissance à un nouveau lac de lave. Il se pourrait aussi que la lave interagisse avec la nappe phréatique et déclenche de petites explosions. Une troisième hypothèse est que le magma monte rapidement, et provoque une explosion majeure.

Les scientifiques de l’USGS ont expliqué qu’il n’y a actuellement « aucune raison de penser que les dangers présents au sommet ont augmenté ou diminué » suite à la découverte de cette eau. Toutefois, « la présence d’eau pourrait provoquer un changement important dans l’activité à long terme du volcan.»
Bien que le Kilauea soit surtout connu pour son activité effusive et ses somptueuses coulées de lave, le volcan a une histoire d’alternance de longues périodes d’éruptions explosives et de périodes de phases effusives. Il ne faudrait pas oublier que plusieurs événements explosifs se sont produits sur le volcan dans le passé. Ces éruptions ont le plus souvent généré des déferlantes pyroclastiques.

En 1790, l’une d’elles a tué plus de 400 personnes dans la caldeira du Kilauea. Ce fut l’éruption volcanique la plus meurtrière jamais observée aux États-Unis. Ces déferlantes pyroclastiques, qui peuvent se déplacer à la vitesse d’un ouragan, comptent parmi les éruptions les plus dangereuses. Les géologues du HVO pensent qu’une telle activité ne se produirait pas du jour au lendemain et que les techniques de surveillance modernes permettraient probablement d’alerter le public.

Une autre éruption majeure s’est produite en 1924. Des explosions ont commencé le 10 mai et expédié des blocs pesant jusqu’à 45 kg à 60 mètres de distance, ainsi que des fragments plus petits pesant environ 9 kg jusqu’à 270 mètres. Après une brève pause, l’activité s’est intensifiée le 18 mai et a culminé avec une explosion majeure qui a fait un mort.
Source: USGS / HVO.

Note personnelle: La petite mare que l’on peut observer en ce moment et dont la température est d’environ 70°C a probablement été formée par l’accumulation d’eau de pluie au fond du cratère de l’Halema’uma’uu. Si du magma devait remonter vers la surface, il y a de fortes chances pour que sa chaleur vaporise rapidement cette eau de surface qui n’a rien à voir avec l’eau d’une nappe phréatique en profondeur. Si une explosion se produisait, ce ne serait certainement pas un événement majeur.

———————————————

For the first time in Kilauea’s recorded history, a pond of water was discovered – and confirmed by HVO – during the last week of July 2019 at the bottom of Halema’uma’u, the summit crater of Kilauea volcano. Scientists say this development could signal a shift to a more explosive phase of future eruptions.

Scientists do not know what will happen next, but is is well known that when lava interacts with water, it might cause explosive eruptions. One possibility is that lava could slowly heat up and vaporize the water and eventually create a new lava lake. Lava could also interact with the water table and create small explosions. Another possibility is that magma rises rapidly, which could produce a larger explosion.

USGS officials stressed that there is currently “no reason to think hazards at the summit have increased or decreased” because of the discovery of water. But “the presence of water could be a significant switch in the long-term activity of the volcano.”

Although Kilaeua is well known for its effusive activity ansd its sumptuous lava flows, the volcano has a history of alternating between long periods of explosive eruptions and times of effusive phases. Indeed, there have been several explosive events on Kilauea in the past. These eruptions commonly produce pyroclastic surges. In 1790, one of them killed more than 400 people at Kilauea’s caldera, making it the deadliest volcanic eruption in what is now the United States. These surges can move at hurricane velocity across the landscape and they are among the most dangerous kinds of eruptions. HVO geologists think none of this will happen overnight, and modern monitoring techniques will probably give the public plenty of warning. Another major eruption occurred in 1924. Explosive activity began on May 10th of that year, blowing rock chunks weighing as much as 45 kg 60 metres out, and smaller fragments weighing about 9 kg out as far as 270 metres. After a brief reprieve, activity intensified through a major blast on May 18th, when an enormous explosive event caused the eruption’s only fatality.

Source: USGS / HVO.

Personal note: As far as the current small pond (temperature of about 70°C) is concerned, it was probably formed by the accumulation of rain water at the bottom of Halema’uma’u Crater. Should there be some magma ascent to the surface the magma’s heat would probably rapidly vaporize this surface water which has nothing to do with the water of a deep aquifer. If an explosion occurred it would certainly not be a major event.

Vue du cratère de l’Halema’uma’u et de la petite mare au fond de la cavité d’effondrement laissée par la dernière éruption. Il fallait avoir un puissant téléobjectif pour réaliser une photo lisible de cette eau ! (Source : USGS / HVO)

Image thermique de l’accumulation de l’eau au fond du cratère de l’Halema’uma’. Comme indiqué précédemment, la température de cette eau est d’environ 70°C (Source: USGS)

Nouvelles du Fuego (Guatemala) et du Popocatepetl (Mexique) // News of Fuego Volcano (Guatemala) and Popocatepetl (Mexico)

L’éruption du Fuego s’est intensifiée ces derniers jours, et plusieurs bulletins spéciaux ont été publiés par l’INSIVUMEH. L’Institut et les autorités indiquent qu’il y a un risque de coulées de lave et avalanches pyroclastiques dans les prochains jours.
À l’heure actuelle, le volcan est secoué par des explosions d’intensité variable à raison de 15 à 25 événements par heure. On peut entendre leurs grondements jusqu’à 15 km de distance. Les panaches de cendre montent jusqu’à 5 kilomètres d’altitude. Comme souvent lors des éruptions de Fuego, des avalanches dévalent les ravines Las Lajas, Seca, Cenizas et Honda.
Il est conseillé aux personnes vivant à proximité du volcan de suivre l’activité volcanique par les voies officielles et de rester à l’écart des zones à risque.
Source: INSIVUMEH, CONRED.

Une forte explosion a été enregistrée sur le Popocatepetl à 23h06 (heure locale) le 22 janvier 2019. Le volcan a projeté des matériaux incandescents jusqu’à 2 km sur ses pentes. Le VAAC de Washington a indiqué que le panache de cendre généré par l’explosion a atteint une hauteur d’environ 7 km au dessus du niveau de la mer.
De fortes explosions sont observées de temps en temps sur le Popocateptl. Elles se produisent généralement lorsque les gaz sont bloqués sous le cratère et lorsque la pression est libérée soudainement. La situation est maintenant redevenue normale avec les habituelles émissions de gaz et de vapeur.
Le niveau d’alerte est maintenu à la couleur Jaune Phase 2.
Source: CENAPRED.

——————————————————

The eruption of Fuego has been increasing over the past days, with several special bulletins released by INSIVUMEH. The Institute and authorities are warning that lava ans pyroclastic flows might be generated in the coming days.

At the moment, the volcano is shaken by explosions of various intensities at a rate of about 15 to 25 events per hour. Thir booming sounds can be heard as far as 15 km away. Ash plumes are rising up to 5 kilometres a.s.l. As often during Fuego’s eruptions, avalanches travel down the Las Lajas, Seca, Cenizas and Honda ravines.

People living near the volcano are advised to follow the volcanic activity through official channels, and stay away from areas at risk.

Source: INSIVUMEH, CONRED.

 

A strong explosion took place at Popocatepetl at 21:06 (local time) on January 22nd, 2019. The volcano ejected incandescent materials as far as 2 km on its slopes. The Washington VAAC indicated that the ash plume generated by the explosion reached a height of about 7 km above sea level.

Strong explosions occur from time to time at Popocateptl. They usually occur when gases are blocked beneath the crater and when pressure is released suddenly. The situation has now gone back to normal with the usual gas and steam emissions.

The alert level is kept at Yellow Phase 2.

Source: CENAPRED.

Séquence explosive sur le Popocatepetl le 22 janvier 2019 (Image webcam)

Bezymianny (Kamchatka / Russie)

Le KVERT indique qu’une puissante éruption a secoué le Bezymianny le 20 janvier 2019. Des explosions ont propulsé les nuages de cendre jusqu’à 10 km d’altitude. Ce type d’activité explosive est susceptible de perturber le trafic aérien. En conséquence, la couleur de l’alerte aérienne est passée au Rouge.
La dernière éruption majeure du Bezymianny a eu lieu le 20 décembre 2017, avec des panaches de cendre qui sont montés jusqu’à 10-15 km d’altitude.
Source: KVERT.

—————————————————–

KVERT indicates that a powerfuleruption occurred at Bezymianny on January 20th, 2019. Explosions sent ash clouds up to 10 km a.s.l. This kind of explosive activity could affect air traffic. As a consequence, the aviation colour code was raised to Red.

Bezymianny’s last major eruption took place on December 20th, 2017, with ash plumes up to 10 – 15 km a.s.l.

 Source : KVERT.

Activité explosive sur le Bezymianny (Crédit photo: KVERT)

Cleveland (Iles Aléoutiennes / Alaska) // Cleveland (Aleutians / Alaska)

L’Observatoire volcanologique de l’Alaska (AVO) vient de m’adresser un message indiquant qu’au cours des cinq derniers jours, un nouveau dôme de lave s’est développé dans le cratère sommital du Cleveland.

Selon l’AVO, la présence du dôme de lave risque de déboucher sur une activité explosive. Les explosions du Cleveland se produisent généralement sans prévenir, avec des nuages de cendre pas très importants qui se dissipent en quelques heures; cependant, des émissions de cendre plus importantes sont toujours possibles.

En conséquence, la couleur de l’alerte aérienne est passée à l’Orange et le niveau d’alerte volcanique à Vigilance.
Source: AVO.

—————————————————–

The Alaska Volcano Observatory (AVO) has just sent me a message indicating that over the past five days a new and growing lava dome is present in Cleveland’s summit crater. According to AVO, the presence of the lava dome may increase the likelihood of explosive activity. Explosions at Cleveland usually occur without warning and typically produce relatively small volcanic ash clouds that dissipate within hours; however, more significant ash emissions are possible.

As a consequence, the aviation colour code has been raised to ORANGE and the Volcano Alert Level to WATCH.
Source: AVO.

Situation géographique du Cleveland au coeur des Iles Aléoutiennes

Cratère sommital du Cleveland

(Source: AVO)

Des éruptions phréatiques sur le Mayon (Philippines) // Phreatic eruptions on Mayon Volcano (Philippines)

Dans un bulletin publié le 26 novembre 2018 à 10h15, le PHIVOLCS indique que deux éruptions phréatiques ont été observées entre 7h59 et 8h05 sur le Mayon. Les événements ont généré des panaches de cendre grisâtre qui se sont élevés jusqu’à 300 – 500 mètres au-dessus du sommet avant de s’étirer vers le sud-ouest. Les émissions de SO2 atteignaient une moyenne de 1943 tonnes par jour le 25 novembre. On observe actuellement une inflation de l’édifice volcanique dans le secteur sud-est, tandis que le secteur nord montre une déflation à court terme par rapport à la période du 30 août au 3 septembre 2018.
Le niveau d’alerte est maintenu à 2.
Source: PHIVOLCS.
Il convient de noter que de telles explosions phréatiques se produisent de temps en temps sur le Mayon mais ne sont pas le signe qu’une éruption majeure est sur le point de se produire.

—————————————————–

In a bulletin released on 26 November 2018 at 10:15 a.m., PHIVOLCS indicates that two phreatic eruptions were observed between 7:59 and 8:05 on Mayon Volcano. The events generated greyish ash plume that rose 300 to 500 metres above the summit before drifting southwest. SO2 emission reached an average of 1943 tonnes/day on November 25th. There is currently an inflation of the edifice in the southeast sector while the north sector indicates short-term deflation relative to August 30th to September 3rd, 2018.

The alert level is kept at 2.

Source: PHIVOLCS.

It should be noted that such phreatic explosions occasionally occur on Mayon but are not the sign that a major eruption is about to happen.

Crédit photo: Wikipedia

Hawaii : Une bombe volcanique s’abat sur un bateau pour touristes // A lava bomb hurls onto a tour boat

Comme je l’ai déjà écrit, la lave en provenance de la Fracture n° 8 pénètre dans l’océan sur un front de 6 km. Dans ses dernières mises à jour, le HVO indique que des explosions se produisent le long de ce front. L’une de ces explosions a projeté des bombes incandescentes sur le toit d’un bateau pour touristes le 16 juillet 2018. Au moins 23 personnes ont été blessées ; dix d’entre elles ont été soignées pour des blessures superficielles. Quatre autres ont été conduites par ambulance à l’hôpital de Hilo une fois que le le bateau a été amarré dans le port de Wailoa. Une femme d’une vingtaine d’années était dans un état grave avec ue fracture du fémur. Trois autres touristes étaient dans un état stable à l’hôpital avec des blessures qui n’ont pas été précisées. Le reste des passagers a subi des brûlures et des blessures superficielles sans gravité.

Ces personnes étaient à bord d’un bateau de la compagnie Lava Ocean Tours qui conduit les touristes devant les coulées, avec la lave qui plonge dans l’océan.

La bombe a perforé le toit du bateau, laissant un trou béant. Le propriétaire de la compagnie, qui pilotait l’embarcation, explique qu’il n’avait encore jamais vu une explosion projeter des matériaux jusque sur son bateau. Le groupe de touristes était sur le site de l’explosion depuis une vingtaine de minutes et le bateau faisait des allers et retours à environ 500 mètres de la côte. Le pilote du bateau n’ayant pas observé d’explosions majeures, il s’est approché à environ 250 mètres des coulées lave. C’est à ce moment que s’est produite une très violente explosion. Il n’y avait eu aucun signe annonciateur. A noter qu’une deuxième explosion, encore plus puissante, s’est produite quelques minutes plus tard.
L’USGS et la Protection Civile déconseillent constamment de s’approcher de la lave qui pénètre dans l’océan car l’interaction entre l’eau et cette lave peut créer des nuages ​​d’acide et de fines particules de verre volcanique. Malgré le danger, plusieurs compagnies organisent de telles excursions. La Garde côtière américaine a mis en place en mai 2018 une zone de sécurité en mer là où la lave entre dans l’océan. Il est interdit aux embarcations de s’approcher à moins de 300 mètres des points d’entrée. Toutefois, la Garde côtière permet aux pilotes expérimentés de demander une licence spéciale pour s’approcher à 50 mètres des points où la lave entre dans la mer. Reste à savoir quelles mesures seront prises après cet accident.
Source: Différents médias d’information.

Voici une vidéo comportant différents témoignages à propos de cet accident: https://youtu.be/jNm_7zECVeI

————————————————–

As I put it before, lava from Fissure 8 is entering the ocean over a 6-km-wide front. In its latest updates, HVO indicated that explosions were occurring along this front. One of these explosions sent red hot material crashing through the roof of a sightseeing boat on July 16th, 2018. At least 23 people in total were injured, 10 of whom were treated for superficial injuries at the harbour. Four were taken to Hilo Medical Center via ambulance once the boat docked back in Wailoa Harbor in Hilo. A woman in her 20s was in serious condition with a broken thigh bone. Three others were in stable condition at a hospital with unspecified injuries. The rest of the passengers suffered burns, scrapes and other superficial injuries. They were aboard a Lava Ocean Tours boat  that takes visitors to see lava plunging into the ocean. The lava punctured the boat’s roof, leaving a gaping hole. The owner and captain of the vessel that was hit said he never saw the explosion that rained molten rocks down on top of his boat. He and his tour group had been in the area for about 20 minutes making passes of the ocean entry about 500 metres offshore. As he did not observe any major explosions, he navigated his vessel closer, to about 250 metres away from the lava. This was the moment when, all of a sudden, everything around the boat exploded. There were no warning signs. Another stronger explosion occurred a few minutes later.

USGS and Civil Defense constantly warn of the danger of getting close to lava entering the ocean, saying the interaction can create clouds of acid and fine glass. Despite the hazards, several companies operate such tours. The U.S. Coast Guard in May instituted a safety zone where lava flows into the ocean off the Big Island. It prohibits vessels from getting closer than 300 metres from ocean-entry points. The agency allows experienced boat operators to apply for a special license to get up to 50 metres from where lava sizzles into the sea. New measures will probably be taken after this accident.

Source : Different news media.

Here is a video with several witnesses about the accident: https://youtu.be/jNm_7zECVeI

La lave peut entrer paisiblement dans la mer…

…mais le mariage de la lave et de l’eau peut être beaucoup plus brutal

(Photos: C. Grandpey)

 

Nouvel épisode éruptif à Ambae (Vanuatu) // New eruptive episode at Ambae (Vanuatu)

Le Manaro Voui, le volcan sur l’île d’Ambae, montre des signes d’activités plus intenses depuis le 20 juin 2018. Une forte éruption a eu lieu le 16 juillet 2018 avec un panache de cendre qui est monté jusqu’à 9,1 kilomètres d’altitude.
La zone de danger est maintenue à 2 km autour du cratère actif.
Ambae a fait la une des journaux en 2017, lorsque plus de 13 000 personnes ont dû être évacuées. (voir mes notes à ce sujet)
Un nouvel épisode d’activité a débuté sur le volcan à la mi-mars 2018 avec des explosions contenant de plus grandes quantités de cendre qui ont contaminé les cultures et l’eau sur l’île.
Source: GeoHazards.

———————————————-

Manaro Voui, the volcano on Ambae Island, has shown signs of unrest since June 20th, 2018. A strong eruption occurred on July 16th, 2018 with an ash plume that rose up to 9.1 kilometres a.s.l.. Ashfall is expected in several sectors around the volcano.

The Danger Zone is kept at 2 km around the active vent.

Ambae made the headlines in 2017 when more than 13 000 people had to be evacuated. (see my previous posts about this event)

A new outbreak of activity started at the volcano by mid-March 2018 with explosions containing larger amounts of ash which contaminated the cultures and the water on the island.

Source: GeoHazards.

Volcan Manaro Voui (Crédit photo: GeoHazards)

Zones à risques sur l’île d’Ambae (Source: Geohazards)