Eruption du Fuego (Guatemala): Un bilan toujours plus lourd // The death toll is still mounting

Le bilan de l’éruption du Fuego ne cesse de s’alourdir. Il atteignait 99 morts le 6 juin 2018 et de nombreuses personnes sont toujours portées disparues.

 Le volcan a envoyé une nouvelle coulée pyroclastique mercredi après-midi, ce qui a mis les sauveteurs encore plus en danger et les a obligés à suspendre la recherche des victimes. Les restes des 99 personnes ont été envoyés à la morgue ; seuls 28 corps ont été identifiés jusqu’à présent. Les autorités locales possèdent des données avec des noms et des lieux où se trouvent 192 personnes disparues.
L’éruption du Fuego a provoqué des évacuations dans les localités au pied du volcan. Les zones touchées par les coulées pyroclastiques montrent des scènes de désolation. Les maisons sont enfouies dans la cendre qui est parfois encore chaude au toucher. Un silence macabre a envahi ces villages où ne subsistent que quelques poulets qui ont réussi à échapper à l’éruption. Des roches volcaniques de la taille des balles de baseball, ou plus volumineuses, jonchent le sol. Des pneus de voiture gisent dans des flaques de caoutchouc et d’acier tordu.
Un autre danger est que les fortes pluies provoquent des lahars, rivières de boue qui peuvent remobiliser la cendre volcaniques.
Un état de catastrophe naturelle a été déclaré pour les régions d’Escuintla, Sacatepequez et Chimaltenango, qui ont le plus souffert de la catastrophe.
Source: Associated Press.

En tout, environ 300 personnes sont probablement mortes pendant l’éruption de dimanche. Le bilan est à peu près le même que pour le Merapi (Indonésie) en 2010. Les deux volcans appartiennent à la Ceinture de Feu du Pacifique et comme les autres volcans dans cette partie du monde, ils sont extrêmement explosifs et leurs éruptions sont très difficiles à prévoir, comme on l’a vu avec le Mont Agung à Bali où de dizaines de milliers de personnes ont été évacuées sans que se produise la moindre avalanche pyroclastique. De plus, les explosions sont très soudaines. Un couple vivant sur les pentes du Fuego a déclaré qu’ils se sont mis à courir dimanche après qu’un de leurs enfants leur ait crié de fuir. Au moment où ils ont atteint un abri dans la ville d’Escuintla, ils étaient couverts de cendre. Malheureusement, il n’y a aucun moyen efficace d’avertir les gens. Les sirènes suggérées par certains seraient inutiles car les coulées pyroclastiques se déplacent trop vite, à plusieurs centaines de kilomètre par heure. La seule solution est d’évacuer les habitants le plus loin possible lorsque les instruments des volcanologues annoncent  une possible éruption et de leur demander d’attendre dans les refuges jusqu’à la fin de l’alerte. Une telle situation est très difficile à gérer par les autorités.

—————————————————–

The death toll from Guatemala’s Fuego volcano rose to at least 99 on June 6th, 2018, with many people still missing.

The volcano triggered a new pyroclastic flow on Wednesday afternoon, which put rescuers even more in danger and forced them to suspend the search for victims. The remains of the 99 people have been sent to morgues, while just 28 have been identified so far. Local authorities have data with names and locations where there are missing persons and that number is 192

The volcano’s increased activity prompted evacuations of nearby communities. The areas affected by the pyroclastic flows show scenes of desolation. Homes are buried in ash, some of it still hot to the touch. An eery silence hangs in the air, apart from the presence of chickens that somehow managed to survive the explosion. Volcanic rocks the size of baseballs and larger litter the ground. Melted car tires lay in puddles of rubber and twisted steel.

Another danger is that heavy rains in the area could provoke lahars due to the large flows of volcanic mud.

A state of disaster has been declared for the departments of Escuintla, Sacatepequez and Chimaltenango, which suffered the most in the disaster.

Source: Associated Press.

In all, about 300 people probably died during Sunday’s eruption. The toll is about the same as for Mount Merapi (Indonesia) in 2010. Both volcanoes belong to the Pacific Ring of Fire and like the others in that part of the world they are highly explosive and their eruptions are very difficult to predicy, as could be seen with Mt Agung in Bali where thousands of people were evacuated and no pyroclatic flow ever occurred. Besides, their explosions are very sudden. A couple living on the slopes of Fuego said they ran Sunday after one of their children urged them to flee. By the time they reached a shelter in the city of Escuintla, they were covered in ashes. Unfortunately, there are no means to warn people. The sirens suggested by some would be useless as the pyroclastic flows travel too fast. The only solution is to evacuate the residents as far as possible when the experts’ instruments announce a possible eruption and then ask them to wait in shelters until the eruption has ended. Such a situation is very difficult to manage by the authorities.

         Vue aérienne d’un village recouvert par la cendre du Fuego (Crédit photo: CONRED)

Fuego (Guatemala): Le bilan s’alourdit // The death toll is mounting

Au moins 192 personnes sont portées disparues et 75 sont mortes à la suite de l’éruption du Fuego le 3 juin 2018. Plusieurs villages sur les pentes du volcan ont été ensevelis sous la cendre et la boue. Les opérations de secours du 5 juin ont été perturbées par l’arrivée d’une nouvelle coulée pyroclastique sur le versant sud du volcan. Plus de 1,7 million de personnes ont été touchées par l’éruption et plus de 3 000 ont été évacuées.
La dernière éruption du 5 juin a surpris beaucoup de gens car les volcanologues avaient déclaré que l’éruption était terminée et ne se reproduirait pas dans un proche avenir. Selon l’INSIVUMEH, il n’y aurait « pas d’éruption imminente au cours des prochains jours ».
Remarque personnelle: Une telle déclaration de la part des volcanologues guatémaltèques est très surprenante car nous savons que les coulées pyroclastiques peuvent se déclencher sans prévenir. Lors de la visite d’un observatoire sur les flancs du Merapi en Indonésie, j’ai été très surpris par le laps de temps très bref entre l’apparition du signal sur les sismographes et le déclenchement de la coulée pyroclastque au sommet du volcan. Le délai aurait été beaucoup trop bref pour avertir du danger. Aujourd’hui, nous ne sommes pas en mesure de prévoir ce genre d’événements. Nous connaissons les volcans où ils sont le plus susceptibles de se produire, mais la prévision s’arrête là.
Source: BBC News.

——————————————

At least 192 people are missing and 75 are dead as a result of the explosion of Fuego volcano on June 3rd, 2018. Villages on the slopes were buried in volcanic ash and mud. Rescue work on June 5th was disrupted when a new eruption sent another pyroclastic flow down the volcano’s south side. More than 1.7 million people have been affected by the eruption, with more than 3,000 evacuated.

The last eruption of June 5th took many by surprise after volcanologists said the eruption was over for the near future. Indeed, INSIVUMEH had predicted « no imminent eruption over the next few days ».

Personal remark: Such a statement from volcanologists is very surprising as we know that pyroclastic flows can be triggered without warning. While visiting an observatory on Mt Merapi, I was very surprised when I saw on the seismographs the very short time between the signal end the event. Today, we are not able to predict this kind of events. We know the volcanoes where they are the most likely to occur, but prediction stops here.

Source: BBC News.

Vue de l’Acatenango et du Fuego depuis Antigua (Photo: C. Grandpey)

Eruption mortelle du Fuego (Guatemala) // Deadly eruption of Fuego Volcano (Guatemala)

8 heures (heure française): Au moins 25 personnes ont été tuées et près de 300 blessées le dimanche 3 juin 2018 au cours de la plus violente éruption du Fuego en plus de quarante ans. Le volcan a vomi une coulée pyroclastique de 8 kilomètres de long et volumineux panache de gaz et de cendre, avec des retombées jusque sur la capitale et d’autres régions.
Les corps calcinés des victimes reposaient sur les cendres encore fumantes de la coulée pyroclastique alors que les sauveteurs s’affairaient auprès des personnes grièvement blessées par l’éruption.
Le nombre de morts est passé à 25, après une estimation précédente de sept, y compris un employé de la CONRED. Quelque 3100 personnes ont été évacuées de la région. Les autorités ont déclaré que les victimes étaient concentrés dans trois localités: El Rodeo, Alotenango et San Miguel Los Lotes.
Les opérations de secours ont été suspendues jusqu’à 5 h du matin (heure locale) à cause du danger et d’une météo défavorable. Les sauveteurs n’ont pas pu atteindre le village de La Libertad et il y a peut-être d’autres victimes dans ce secteur.
L’éruption a entraîné la fermeture de l’aéroport international La Aurora à Guatemala City en raison de la présence de cendre volcanique sur l’unique piste.
Source: Médias d’information américains.
Voici deux vidéos que l’on peut trouver sur les réseaux sociaux:
https://youtu.be/BC9eqjS48lY

°°°°°°°°°°

 16 heures (heure française) : Après la très violente crise éruptive du 3 juin, le Fuego semble s’acheminer vers un retour à la normale. C’est ce que sous-entend le dernier bulletin du 4 juin de l’INSIVUMEH. On enregistre une diminution de la sismicité. 5 à 7 explosions faibles à modérés sont observées chaque heure, avec des panaches de cendre denses qui montent jusqu’à 4500-4600 mètres d’altitude avant de s’étirer et de se disperser sur une quinzaine de kilomètres. Des retombées continuent à être observées dans les localités sous le vent. Des avalanches de matériaux se produisent encore sur les flancs du volcan en raison de l’instabilité dans laquelle se trouve le cône volcanique.
Source : INSIVUMEH.

L’INSIVUMEH signale que des quantités importantes de cendre se sont accumulées dans les ravins sur les pentes du volcan pendant l’éruption. Les fortes pluies risquent de remobiliser cette cendre et de déclenche des lahars. Les berges des cours d’eau doivent être évitées à tout prix.

°°°°°°°°°°

20 heures (heure française): D’après le dernier bilan, 33 personnes dont 3 enfants auraient péri pendant l’éruption et 300 autres ont été blessées.Ce bilan pourrait s’alourdir car les sauveteurs n’ont toujours pas pu accéder à certains secteurs affectés par l’éruption. On reste sans nouvelles de plusieurs centaines de personnes.

°°°°°°°°°°

23 heures: Le bilan de l’éruption du Fuego a été revu à la hausse avec 62 victimes dont 13 ont pu être identifiées. Ce bilan n’est probablement que provisoire car tous les secteurs du volcan n’ont pas pu être inspectés par les équipes de secours.

——————————————

At least 25 people were killed and nearly 300 injured on Sunday, June 3rd, 2018 in the most violent eruption of Fuego volcano in more than four decades. The volcano spewed an 8-kilometre pyroclastic flow and belched a thick plume of black smoke and ash that rained onto the capital and other regions.

The charred bodies of victims laid on the steaming, ashen remnants of the pyroclastic flow as rescuers attended to badly injured victims in the aftermath of the eruption.

The number of dead had risen to 25, from an earlier estimate of seven, including a CONRED employee. Some 3,100 people have been evacuated from the area. Officials said the dead were so far all concentrated in three towns: El Rodeo, Alotenango and San Miguel los Lotes.

Rescue operations were suspended until 5:00 a.m. (local time) due to dangerous conditions and inclement weather. Rescuers have not been able to reach the La Libertad village because of the lava and maybe there are people that died there too

The eruption forced Guatemala City’s La Aurora international airport to shut down its only runway due to the presence of volcanic ash.

Source : U.S. news media.

Here is one of the videos that can be found on social media:

https://youtu.be/BC9eqjS48lY

INSIVUMEH indicates that huge quantities of ash have accumulated in the drainages on the volcano’s slopes during the eruption. Heavy rains may remobilise this ash and trigger lahars. The river banks should be avoided at all cost.

°°°°°°°°°°

4:00 p.m. (French time): After the very violent eruptive crisis of June 3rd, Fuego Volcano seems to be returning to normal. This is what is implied by INSIVUMEH’s latest bulletin (June 4th). There is a decrease in seismicity. 5 to 7 weak to moderate explosions are observed each hour, with dense ash plumes rising up to 4500-4600 metres above sea level before drifting and dispersing over about fifteen kilometres. Ashfall continues to be observed in the downwind municipalities. Avalanches of volcanic material still occur on the flanks of the volcano due to the instability of the volcanic cone.
Source: INSIVUMEH.

°°°°°°°°°°

8 p.m. (French time): According to the latest toll, at least 33 people, including three children, have been killed and nearly 300 injured. However, lava flows hampered search and rescue efforts on Monday, forcing emergency services to withdraw from the area. Hundreds of people remain unaccounted for.

°°°°°°°°°°

11 p.m. : The new toll of the Fuego eruption is 62 dead, 13 of them identified, but not all sectors of the volcano could be visited by the rescue teams.

Vue du panache éruptif du Fuego

Tracé sismique de l’épisode éruptif (Source: INSIVUMEH)

Violente éruption du Sinabung (Indonésie) // Powerful eruption of Sinabung Volcano (Indonesia)

Le Sinabung est entré en éruption à 08h10 (heure locale) le 2 août 2017, avec un panache de cendre jusqu’à 5,4 km d’altitude, selon le VAAC de Darwin. C’est l’une des plus puissantes éruptions du Sinabung au cours des derniers mois. Au moins 19 événements ont été signalés dans un laps de temps de quatre heures, contre 2 à 8 par jour ces derniers temps. La couleur de l’alerte aérienne est maintenue à l’Orange. Il n’est fait état d’aucune victime.
Les éruptions ont généré une impressionnante coulée pyroclastique qui a dévalé les pentes est et sud-est sur 4,5 km et atteint la rivière Labortus. Il est demandé à la population d’être vigilante quant à la possibilité d’inondations soudaines et de coulées de lave car l’éruption a créé un barrage naturel sur la rivière.
Selon les médias locaux, les élèves d’une école primaire de Kuta Rakyat ont été renvoyés à la maison parce que la cendre volcanique qui recouvrait le village était considérée comme dangereuse. Des milliers de personnes dans 10 villages ont été directement affectées par les retombées de cendre.

Source: Presse indonésienne.

Vous pourrez voir plusieurs photos de l’éruption sur cette page:
https://watchers.news/2017/08/02/mount-sinabung-eruption-august-2-2017/

——————————————–

Mt Sinabung erupted at 08:10 (local time) on August 2nd 2017, ejecting a plume of ash and smoke up to 5.4 km a.s.l., according to the Darwin VAAC. It was one of Sinabung’s biggest eruptions in the past several months. At least 19 were reported in a lapse time of four hours, up from about 2 to 8 per day. The Aviation Colour Code is Orange. There were no reports of casualties.

The eruptions produced a large pyroclastic flow which tumbled down the east and southeast slopes as far as 4.5 km, reaching the Labortus River. People are asked to be vigilant about the possibility of flash floods and lava flows because the eruption created a natural dam on the river.

According to local media reports, students from an elementary school in Kuta Rakyat were sent home because volcanic ash covering the village was considered dangerous. Thousands of people in 10 villages were directly affected by ashfall.

Source: Indonesian newspapers.

Several photos of the eruption can be seen on this page :

https://watchers.news/2017/08/02/mount-sinabung-eruption-august-2-2017/

Crédit photo: J.P. Vauzelle

Les coulées pyroclastiques meurtrières du Sinabung (Indonésie) // Mt Sinabung’s deadly pyroclastic flows (Indonesia)

drapeau-francaisVoici quelques détails supplémentaires sur la (ou les ?) coulée(s) pyroclastique qui a (ont) tué sept villageois samedi et grièvement blessé deux autres.

Le Sinabung avait semblé relativement calme au cours des dernières semaines, mais le dôme sommital continuait à gonfler lentement. Comme d’habitude dans de telles situations, il arrive un moment où le dôme perd son équilibre et s’effondre, générant des écoulements pyroclastiques terriblement dangereux.
Au moment des éruptions de 2013-2014, les autorités indonésiennes avaient mis en place une zone de sécurité de 4 km de rayon autour du Sinabung. Seize personnes ont perdu la vie lors d’une éruption particulièrement violente en 2014, et le volcan est resté à son niveau d’alerte le plus élevé depuis cette époque.
En dépit de l’interdiction officielle, plusieurs dizaines de fermiers travaillaient encore dans leurs fermes situées à l’intérieur du périmètre de sécurité. On a observé un comportement similaire lors de l’éruption de 2010 du Merapi. Comme je l’ai expliqué à l’époque,  les villageois sont très attachés à leur petite propriété et à leur bétail qui représentent leur seule source de revenu. Cet argent sert souvent à financer les études de leurs enfants.
A l’issue de la coulée pyroclastique de samedi qui atteignait une température de 700°C, les témoins ont décrit des scènes de panique, avec des villageois terrifiés et couverts de cendre qui erraient parmi les maisons qui brûlaient. Le bétail gisait, noirci par la cendre, avec le pelage qui partait en lambeaux, scènes typiques de ce genre de situation. .
Les coulées pyroclastiques et les nuages de cendre étaient si volumineux que des localités distantes de 12 km ont été recouvertes d’une épaisse couche de cendre. Les villages les plus touchés étaient tous dans la «zone rouge». Six cadavres ont été retrouvés dimanche, tandis que trois autres personnes étaient conduites à l’hôpital avec d’horribles brûlures. L’une des victimes a succombé à ses blessures pendant la nuit, ce qui a porté le bilan officiel à sept morts. Deux autres villageois sont toujours dans l’unité de soins intensifs ; leur corps a été brûlé à 90 pour cent. Les images des chaînes de télévision ont montré leurs vêtements noircis qui pendaient de leurs membres brûlés tandis que les équipes de secours les transportaient sur des civières à l’hôpital.

https://youtu.be/lzSjT_AeQLM

Les équipes de secours étaient toujours à la recherche de survivants dimanche ; elles inspectaient les maisons et les fermes dans le village de Gamber.
Source: Journaux asiatiques.

—————————————-

drapeau-anglaisHere are some more details about the pyroclastic flow that killed seven villagers on Saturday and severely injured two others. Mount Sinabung had looked relatively quiet during the past weeks but the summit dome was still slowly inflating. As usual in such situations, there comes a moment when the dome loses its balance and collapses, generating life-threatening pyroclastic flows.

During the 2013-2014 eruptions, Indonesian authorities had set up a 4-km-radius no-entry zone around Mt Sinabung. Sixteen people died during a particularly fierce eruption in 2014, and Sinabung remains at the highest alert level.

Despite the official interdiction, several dozen farmers were still working in their farms located in the security perimeter. One could observe a similar behaviour during the Merapi eruption of 2010. I then explained that the villagers are attached to their small property and cattle that represent their only means of subsistence and the money they will spend on their children’s studies.

After Saturday’s pyroclastic flows reaching temperatures up to 700°C, witnesses described sheer panic among the incinerated homes and that livestock that was blackened and peeling.

The villagers were terrified and covered in ash.

The pyroclastic flows and the accompanying ash clouds were so powerful that townships as far away as 12 kilometres were covered in thick layers of ash. Those worst affected were all farming within the « red zone. » Six bodies were recovered Sunday, with three others rushed to hospital suffering horrific burns. One of the victims succumbed to the wounds by nightfall, taking the official toll to seven. Two more remain in the intensive care unit, suffering burns to 90 percent of their body. Footage showed their clothes blackened and hanging off charred limbs as rescue teams brought them by stretcher to hospital.

https://youtu.be/lzSjT_AeQLM

Rescue teams were still finding survivors on Sunday during sweeps of homes and farms in Gamber village.

Sinabung roared back to life in 2010 for the first time in 400 years. After another period of inactivity it erupted once more in 2013, and has remained highly active since. Sixteen people died during a particularly fierce eruption in 2014, and Sinabung remains at the highest alert level.

Source: Asian newspapers.

Sinabung PVBGM

Vue de la coulée pyroclastique du samedi 21 mai 2016 (Crédit photo: PVBGM)

Vidéo d’une coulée pyroclastique sur l’Etna // Video of a pyroclastic flow on Mt Etna

drapeau-francaisAprès les épisodes éruptifs qui se sont produits sur l’Etna à l’intérieur de la Voragine au début du mois de décembre, l’activité du cratère central a diminué progressivement. Peu de temps après, on a pu observer l’apparition d’une activité strombolienne intense au niveau de la bouche située sur le flanc est du Nouveau Cratère SE. Les effondrements à répétition de matériaux instables sur le flanc du cône ont déclenché deux coulées pyroclastiques qui ont parcouru plusieurs centaines de mètres en direction de la Valle del Bove.
Voici une bonne vidéo diffusée sur YouTube le 7 Décembre 2015, qui montre une de ces coulées:
https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=nml7P37N7tc

——————————–

drapeau-anglaisAfter the eruptive episodes that occurred within Mount Etrna’s Voragine in early December, activity at the central crater progressively diminished. Soon after, one could observe the onset of vigorous Strombolian activity from the vent on the east flank of the NSEC cone. Repeated collapse of unstable material from the cone’s flank triggered two pyroclastic flows which travelled a few hundred metres towards the Valle del Bove.
Here is a good video released on YouTube on December 7th 2015 that shows one of these hot avalanches:
https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=nml7P37N7tc

Forte activité du Santiaguito (Guatemala) // Strong activity of Santiaguito (Guatemala)

drapeau-francaisSelon l’INSIVUMEH, le Santiaguito a été secoué par une forte explosion le 1er décembre dans la matinée. Une surveillance volcanique accrue et une alerte pour le trafic aérien ont été mises en place.
Une puissante explosion a eu lieu à 07h07 (heure locale) et une coulée pyroclastique a parcouru environ 15 km en direction de l’ouest-sud-ouest. Des retombées de cendre ont été observées dans les localités proches du volcan.
Plusieurs explosions nettement plus fortes que la moyenne ont été signalées au cours des derniers jours au niveau du dôme Caliente.
Une explosion assez forte a été enregistrée le 30 novembre, avec des bombes incandescentes jusqu’à 150 mètres au-dessus du dôme Caliente. Une importante avalanche incandescente a également été observée sur le flanc oriental du dôme.
Le 30 octobre, de fortes pluies dans la région ont déclenché des lahars dans plusieurs ravines, avec des blocs entre 1 et 2 mètres de diamètre.
Voici une vidéo de l’éruption :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=G4_Yy4ZNfZ0

——————————–

drapeau-anglaisAccording to INSIVUMEH, Santiaguito produced a large explosion on December 1st in the morning. An active volcano watch and the necessary precautions for air traffic in the area have been recommended.
A powerful explosion occurred at 07:07 am (local time) and a pyroclastic flow travelled about 15 km west-southwest. Ashfall has been in nearby communities.
Several explosions had been reported over the last few days from the Caliente lava dome, significantly stronger than average.
A moderately strong explosion was observed on November 30th, which ejected incandescent bombs up to 150 metres above the volcano dome. A large incandescent avalanche was also observed on the eastern side of the Caliente dome.
On October 30th, heavy rainfall in the area triggered cold lahars which descended several drainages with blocks that were between 1 and 2 metres in diameter.
Here is a video of the eruption:
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=G4_Yy4ZNfZ0