Péninsule de Reykjanes (Islande): les scientifiques face à la situation actuelle // Scientists in the face of the current situation

Selon les volcanologues islandais, si une éruption se produit sur la Péninsule de Reykjanes, elle mettrait probablement un terme à l’essaim sismique qui a commencé dans la région le 24 février 2021. En effet, selon eux, une éruption allègerait la pression qui a déclenché de fréquents séismes dans la région.

Les scientifiques islandais restent persuadés que l’essaim sismique se soldera probablement par une éruption… tôt ou tard. Cependant, ils n’excluent pas que l’activité sismique se termine sans éruption. En bref, personne n’est en mesure de prévoir ce qui va se passer sur la péninsule. La prévision volcanique dans la situation actuelle est nulle.

Au cours de l’année écoulée, les géologues islandais ont décelé quatre intrusions magmatiques sur la Péninsule de Reykjanes… mais la lave n’a jamais percé la surface! Le dyke à l’origine des séismes actuels est plus important que les précédents. Il s’étend de Keilir à Fagradalsfjall. Les autres intrusions semblent avoir eu lieu près de Svartsengi (au nord de Grindavík), dans le système volcanique dans la partie la plus occidentale de la péninsule, et du côté de Krýsuvík (près du lac Kleifarvatn).

Les scientifiques islandais s’accordent pour dire que l’interprétation de l’histoire géologique de la Péninsule de Reykjanes est difficile. En effet, les matériaux volcaniques émis lors des éruptions précédentes recouvrent la région, ce qui rend difficile l’examen des strates qui pourraient aider à prévoir les éruptions futures. De plus, il n’y a pas eu d’éruption volcanique dans la région depuis 800 ans et, par conséquent, les géologues ne peuvent pas s’appuyer sur une expérience antérieure. Ils ne peuvent se fier qu’à des données GPS et des images satellites qui, chaque semaine depuis le début de l’activité sismique, permettent de se faire une idée sur l’évolution de la situation dans la péninsule. Ces données montrent clairement que le dyke magmatique continue de progresser vers le sud-sud-ouest ; ce déplacement va de pair avec l’activité sismique. Des observations, mais pas de prévisions fiables!

Source: Iceland Monitor.

 ———————————————–

According to Icelandic volcanologists, if an eruption ovccurred on the Reykjanes peninsula, it would likely put an end to the swarm of earthquakes that began in the area on February 24th, 2021. In their opinion, an eruption would relieve the pressure that has been causing frequent earthquakes in the area.

The Icelandic scientists remain persuaded that the seismic swarm will likely end with an eruption, sooner or later. However, they also say the quakes could end without an eruption, but that is difficult to predict. To put it shortly, nobody is able to predict what will happen next. Volcanic prediction in the current situation equals to zero.

During the past year, Icelandic geoscientists have noticed what they believe to be four magma intrusions on the Reykjanes peninsula…..but lava never emerged at the surface!

The magma dyke causing the present quakes is more significant than the previous ones. It extends from Keilir to Fagradalsfjall. The other magma intrusions appeared to be near Svartsengi (north of Grindavík), in the volcanic system on Reykjanes point (the westernmost part of the peninsula), and by Krýsuvík (near Kleifarvatn lake).

Icelandic scientists agree to say that interpreting the geological history of the Reykjanes peninsula can prove difficult. Indeed, volcanic material from earlier eruptions covers the area, making it difficult to look at strata, which otherwise could help predict future eruptions. Moreover, there hasn’t been a volcanic eruption in the area for 800 years, and, as a result, geoscientists cannot base their knowledge on prior experience of eruptions in the area. They can only rely on GPS data and satellite pictures, which every week since the beginning of the seismic activity have shed light on developments on the peninsula. This data clearly shows that the magma dyke continues to expand south-southwest ; its movements are in line with the seismic activity. Observations, but no reliable predictions!

Source: Iceland Monitor.

En rouge, la zone où une éruption est susceptible de se produire (Source : IMO)

La cendre de l’Etna (suite) // Mt Etna’s ash (continued)

L’activité éruptive reste intense ces jours-ci sur l’Etna avec des crises à répétitions, baptisées «paroxysmes» par les volcanologues de l’INGV. Ces épisodes éruptifs offrent un feu d’artifice très spectaculaire mais, à côté de cette beauté naturelle, les villes et villages sur les pentes du volcan doivent souvent faire face à des retombées de cendres et de lapilli qui claquent comme des grêlons sur les toits, les terrasses, les routes et les voitures.

Chaque paroxysme suit le même processus. Il commence par une colonne de cendres pouvant monter jusqu’à 12 km d’altitude, puis viennent des fontaines et des coulées de lave, émises principalement par le Cratère Sud-Est.

Les éruptions sont certes spectaculaires, mais elles pourrissent aussi la vie de la population. Boris Behncke (INGV Catane) explique que l’Etna a projeté quelque 40 millions de mètres cubes de matériaux volcaniques. En comparaison, Boris fait remarquer que l’éruption de l’Etna qui a menacé la ville de Randazzo en 1981 n’a émis que 20 millions de mètres cubes de matériaux.

La cendre volcanique envahit les balcons, les trottoirs et les terrasses. Les habitants passent beaucoup de temps à balayer les sols et à évacuer cette cendre. Les pare-brise des voitures sont constamment recouverts d’une patine sombre, mais il ne faut pas utiliser d’eau pour le nettoyage. Cette glaçure contient des particules de verre qui abîmeraient irrémédiablement le pare-brise. Il n’est pas étonnant que certaines personnes aient enveloppé leurs voitures dans des draps ou des housses pour les protéger.

Quand il pleut, la couche de cendre se transforme en quelque chose qui ressemble à du béton qui bloque les gouttières et les égouts, provoquant des inondations et des infiltrations d’eau dans les maisons.

Les explosions de l’Etna génèrent des infrasons que l’oreille humaine ne capte pas en raison de leur faible fréquence sonore, mais le verre des vitres y est très sensible. Après avoir entendu autant d’éruptions, les gens peuvent maintenant décrire le comportement de l’Etna juste en écoutant les vibrations des fenêtres.

Les dégâts sont immenses et la région Sicile a déclaré l’état de catastrophe naturelle pour 13 villes situées sur l’Etna et 30 autres autour du volcan. Des orangeraies et d’autres cultures ont été détruites. Lors d’un paroxysme, l’autoroute entre Fiumefreddo et Giarre a dû être fermée pour permettre le déblaiement de la cendre. Les motos sont interdites et la limite de vitesse a été ramenée à 20 km / h. Les écoles de Giarre ont été fermées pendant trois jours et le marché hebdomadaire a été suspendu. Les habitants ont reçu pour instruction de mettre la cendre dans des sacs transparents et de ne pas la mélanger avec les ordures ménagères. Selon un habitant, « la dernière pluie de cendre n’a duré que 30 minutes mais elle a généré autant de déchets qu’en un an. Cela va nous coûter jusqu’à 600 000 euros. Nous sommes inquiets car cela va se reproduire encore et encore. Comment allons-nous payer? »

Le conseil régional doit fournir 1 milliard d’euros et demandera de l’aide au gouvernement de Rome, mais il n’y a pas de plan régional pour gérer la cendre. C’est un phénomène naturel, mais il est considéré comme un déchet et il n’y a encore rien de prévu pour l’évacuer.

Comme je l’ai expliqué à la télévision il y a quelques jours, le point positif de ces paroxysmes est qu’ils se produisent dans la zone sommitale du volcan, de sorte qu’il n’y a aucun danger pour les zones habitées. D’autres crises éruptives sont probables, mais personne ne peut prévoir quand elles se produiront.

Source: INGV, la BBC.

Info COVID : La Sicile, qui était restée parmi les très rares régions en couleur Jaune par rapport à la propagation du virus, est devenue Orange depuis le lundi 15 mars 2021 et passera au Rouge les 3, 4 et 5 avril comme toutes les autres régions, à l’exception de la Sardaigne, la seule à être en zone blanche. De nouvelles restrictions vont donc se mettre en place.

—————————————-

Activity is quite intense these days on Mount Etna with repetitive eruptive crises dubbed “paroxysms” by INGV volcanologists. These episodes create a spectacular natural firework display but, beside this natural beauty, local Sicilian towns and villages are showered with ash and lapilli that fall like hailstones on the roofs, terraces roads and cars.

Each paroxysm starts with a column of dust that can climb as high as 12km, then come lava fountains and lava flows, emerging mainly from the South-east crater.

The eruptions may be spectacular, but they are a nuisance too. Boris Behncke (INGV Catania) explains that Etna has released some 40 million cubic metres of volcanic material. In comparison, he says the Etna eruption that threatened the town of Randazzo in 1981 released a mere 20 million cubic metres of material.

Lava dust falls on balconies, pavements and terraces. Local residents spend a lot of time sweeping floors and evacuating the ash. Car windscreens are constantly covered by a dark patina of grime, but you must not use water to clear it. This glaze contains sharp glass particles that would scrape it beyond repair. No wonder some people have wrapped up their parked cars in bed-sheets to protect them.

When it rains, the drizzle turns carpets of lava dust into something resembling concrete. It blocks gutters and drainage channels, prompting flooding and water seeping into houses.

Etna’s explosions generate « infrasonic waves » that the human ear does not pick up because of their low sound frequency, but the glass in the windows does.

After so many eruptions, people can now tell what Etna is doing simply by listening to the trembling of the windows.

The damage to the area is immense and the Sicilian region has declared a crisis for 13 towns on Mt Etna and another 30 surrounding the volcano. Orange groves and other crops have been destroyed and on one occasion the motorway between Fiumefreddo and Giarre was shut to allow dust to be cleared. Motorbikes are banned and the speed limit has been cut to 20 km/h.

Schools in Giarre were shut for three days and the weekly market suspended. Locals have been instructed to collect the dust in transparent bags and not to mix it with ordinary rubbish.

According to one resident, “the latest black rain lasted just 30 minutes and generated as much rubbish as we usually have in a year. It’ll cost up to 600,000 euros and we are worried because it is going to happen again and again. How can we pay for it? »

The regional government is to provide 1illion euros and will ask the Rome government for more help, but there is no regional plan to manage the dust. It may be a natural phenomenon, but it is treated as waste and there is not yet anything planned to remove it.

As I explained on TV a few days ago, the positive point with these paroxysms is that they occur in the summit area of the volcano, so that there is no danger to populated areas. More eruptions are likely, but not even the experts can predict when.

Source: INGV, The BBC.

COVID Info: Sicily, which had remained among the very rare regions in Yellow colour in relation with the spread of the virus, became  Orange from Monday March 15th, 2021 and will go Red on April 3rd, 4th and 5th like all other regions , with the exception of Sardinia, the only one to be in the white zone. New restrictions will therefore be enforced.  

La cendre de l’Etna, un poison pour les populations…

Pluie de cendre sur le sommet de l’Etna (Photo : C. Grandpey)

Etna (Sicile) : 13ème paroxysme !

14 mars – 22h30 (heure locale) : Avec un écart de temps semblable à celui entre les paroxysmes n°11 et n°12, il semble bien que l’Etna soit en passe de se lancer dans une 13ème crise éruptive. Elle va malheureusement se dérouler à l’heure où Morphée m’appelle dans ses bras. Il faudra donc observer le déroulement de l’éruption sur les archives de la webcam L.A.V.E., mais aussi sur les tracés laissés par l’activité sismique et le tremor sur le site de l’INGV. Seuls les insomniaques et les vrais passionnés suivront l’événement dans son intégralité, si la couverture nuageuse le permet!

Il est fort à parier que ce 13ème paroxysme se déroulera comme les précédents avec l’apparition d’une activité strombolienne dans le Cratère SE. Cette activité se transformera en fontaines de lave occasionnant un ou plusieurs débordements avec des coulées prenant le chemin de la Valle del Bove et, peut-être, du versant SO du volcan.

En début de soirée, on commençait à observer une hausse de la sismicité. Puis, sur le coup de 22 heures, le Cratère SE émettait une belle lueur orangée qui se reflétait sur le plafond nuageux. Le tremor repartait à la hausse lui aussi.

23 heures : L’INGV indique que l’activité strombolienne a débuté dans le Cratère SE. On l’observait également dans la soirée à l’intérieur de la Bocca Nuova, de la Voragine et du Cratère NE.

Capture d’image de la webcam Guides de l’Etna à 22h10….

…et à 23h10.

Buonanotte a tutti !

°°°°°

15 mars – 7h30 : le 13ème paroxysme a pris fin vers 3h45 (heure locale) de matin en suivant le processus habituel avec fontaines de lave et coulée de lave dans la Vallée del Bove. Le panache éruptif s’est de nouveau dirigé vers l’est, avec de probables retombées de cendre dans les zones sous le vent. Il semble que la couverture nuageuse ait gâché le spectacle. C’était la 13ème crise éruptive depuis le 16 février 2021. L’Etna est vraiment en grande forme!

Vue du Cratère SE pendant la phase terminale du paroxysme

Les 3 derniers paroxysmes vus par le tremor (Source : INGV)