Volcans du monde // Volcanoes of the world

  Voici quelques nouvelles de l’activité volcanique dans le monde:

Situé à la frontière entre l’Équateur et la Colombie, le complexe volcanique Chiles-Cerro Negro montre des signes d’activité. L’Instituto Geofísico de la Escuela Politécnica Nacional (IGEPN) signale une augmentation de la sismicité dans la région. Elle a commencé le 27 mai 2022 pour atteindre près de 500 événements le 31 mai, avec une magnitude maximale de M 2,5.
On n’a pas connaissance d’activité éruptive récente pour les volcans Chiles et Cerro Negro. Cependant, il y a eu plusieurs épisodes de sismicité sous ce complexe volcanique ces dernières années. Le sommet le plus élevé, couvert de glaciers, du Chiles, à environ 4 km à l’ESE du Cerro Negro, est entré en éruption pour la dernière fois il y a environ 160 000 ans.
Source : IGEPN.

 

Récente sismicité sous le complexe Chiles-Cerro Negro (Source: IGEPN)

++++++++++

L’éruption sommitale du Kilauea (Hawaï), dans le cratère de l’Halema’uma’u, se poursuit. Selon le HVO, les données actuelles indiquent que ce scénario ne devrait pas évoluer dans les prochains jours. Aucun changement significatif n’a été observé au sommet ou sur l’East Rift Zone.
La lave s’écoule d’une bouche dans la partie ouest de l’Halema’uma’u et se déverse dans le lac de lave. DE petites émissions sont également visibles sur le plancher du cratère. Le lac de lave montre une activité de surface continue.
Des mesures effectuées lors d’un survol le 10 mai 2022 ont indiqué que le fond du cratère s’était élevé d’environ 106 mètres et que 77 millions de mètres cubes de lave avaient été émis depuis le début de l’éruption le 29 septembre 2021.
Source : HVO.

 

Crédit photo: HVO

++++++++++

Dans un bulletin émis le 7 juin 2022,l’INGV indique que de nouvelles fractures sont apparues sur l’Etna (Sicile) à la base de la paroi nord de la Valle del Bove, dans le secteur de Serracozzo. Une émission de lave est observée dans la partie la plus en aval de ce système de fractures. Le point d’émission est situé à une altitude d’environ 1800 m.
Le tremor montre une tendance à la baisse. il est passé de valeurs élevées à moyennes. La source du tremor se situe au niveau du Cratère SE à une altitude d’environ 2900 mètres.
Source: INGV.

 

La coulée de lave le 7 juin 2022 (capture écran webcam)

++++++++++

Le CENAPRED indique que le Popocatepetl (Mexique) a connu un épisode éruptif à 05h36 (UTC) le 7 juin 2022, après plus d’un mois de calme relatif. Le niveau d’alerte reste à la couleur Jaune, phase deux.

https://twitter.com/i/status/1534101399608475650

Le CENAPRED conseille fortement aux habitants et aux touristes de ne pas s’approcher du volcan et surtout du cratère, et de rester à l’écart des ravines en raison du risque de coulées de boue et de débris.

Capture d’écran d’une des caméras du CENAPRED

++++++++++

L’incendie qui s’est déclaré sur l’île de Stromboli (Sicile) le 25 mai 2022 a détruit quelque 250 hectares de végétation sur le flanc NE du volcan. Voici deux images satellites montrant Stromboli avant et après le désastre.

 

Source: Copernicus Satellite-2.

++++++++++

Une nouvelle éruption s’est produite sur l’Anak Krakatau (Indonésie) à 06h05 (UTC) le 8 juin 2022, avec une colonne de cendres qui s’est élevée à environ 500 m au-dessus du sommet. Le niveau d’alerte reste à 3 et la couleur de l’alerte aérienne est maintenue à Orange.
Il est conseillé aux visiteurs de ne pas s’approcher du volcan à moins de 5 km du cratère actif.
On se souvient que l’activité volcanique de Anak Krakatau s’était intensifiée en avril 2022, avec de violents événements explosifs le 24 avril.
Source : CVGHM.

 

Capture d’écran de la webcam

++++++++++

Ces derniers jours, les carabiniers de la compagnie Milazzo ont effectué des contrôles sévères dans les îles Éoliennes. En plus des contrôles classiques d’alcoolémie ou téléphone au volant, possession de stupéfiants et troubles à l’ordre public, les carabiniers ont verbalisé à Vulcano cinq touristes, qui ont dû payer chacun 500 euros pour avoir violé l’actuelle ordonnance émise par le maire de Lipari qui, pour des raisons de sécurité, interdit l’accès du cratère de la Fossa aux visiteurs et randonneurs. Ce n’est pas la première fois que les carabiniers verbalisent des contrevenants sur le volcan. A noter que l’accès aux bains de boue et à la plage de Levante est également interdit.

Source: Eolie News.

Photo: C. Grandpey

++++++++++

Le 2 juin 2022, le Met Office islandais (IMO) a indiqué que l’inflation du sol sur la péninsule de Reykjanes (Islande) avait considérablement diminué et que la sismicité était en baisse, elle aussi, avec seulement environ 150 événements enregistrés la veille. En conséquence, la couleur de l’alerte aérienne a été abaissée au Vert car les données n’indiquaient aucun mouvement de magma.
Source : IMO.

++++++++++

L’Observatoire volcanologique de Rabaul (RVO) indique que le 2 juin 2022, une petite éruption a été observée sur l’Ulawun (Papouasie-Nouvelle-Guinée) avec des panaches de cendres qui sont montés à environ 3 km au-dessus du sommet. La crise éruptive a duré 10-15 minutes. De petites retombées de cendres ont été signalées dans les zones sous le vent.
Source : RVO.

°°°°°°°°°°

Ces informations ne sont pas exhaustives. Vous en trouverez d’autres (en anglais) en lisant le bulletin hebdomadaire de la Smithsonian Institution :
https://volcano.si.edu/reports_weekly.cfm

——————————————–

Here is some news of volcanic activity around the world :

Located on the border of Ecuador and Colombia, the Chiles-Cerro Negro volcanic complex is shoning signs of activity. The Instituto Geofísico de la Escuela Politécnica Nacional (IGEPN) is reporting an increase in seismicity in the area. It started on May 27th, 2022, reaching almost 500 events on May 31st with a maximum magnitude of M 2.5.

There are no confirmed historical records of eruptive activity for the Chiles and Cerro Negro volcanoes. However, there were several episodes of increased seismicity under this volcanic complex in recent years. The higher, glacier-covered summit of Chiles, about 4 km ESE of Cerro Negro, last erupted about 160 000 years ago.

Source: IGEPN.

++++++++++

The summit eruption of Kilauea (Hawaii), within Halemaʻumaʻu crater, continues. According to HVO, current data indicate that this scenario is likely to continue. No significant changes have been noted at the summit or in the East Rift Zone.
Lava is flowing from Halemaʻumaʻu western vent into the active lava lake and ooze-outs are observed onto the crater floor. The active lava lake shows continuous surface activity.

Overflight measurements on May 10th, 2022 indicated that the crater floor had seen a total rise of about 106 meters and that 77 million cubic meters of lava had been emitted since the beginning of the eruption on September 29th, 2021.

Source: HVO.

++++++++++

In an update issued on June 7th, 2022, INGV indicates that new fractures have appeared on Mt Etna (Sicily) at the base of the north wall of the Valle del Bove, in the Serracozzo area. A lava emission is observed in the most downslope part of this fracture system. The emission point is located at an altitude of about 1800 m.
The tremor shows a downward trend, from high to medium values. The source of the tremor is located at the SE Crater at an altitude of about 2900 meters.
Source: INGV.

++++++++++

CENAPRED indicates that Popocatepetl (Mexico) went through an eruptive episode at 05:36 (UTC) on June 7th, 2022, after more than a month of relative quiescence. The Alert Level remains at Yellow, Phase Two.

https://twitter.com/i/status/1534101399608475650

CENAPRED urges residents and tourists not to approach the volcano and especially the crater, and to stay away from the bottoms of ravines due to the danger of mud and debris flows.

++++++++++

The fire that started on the island of Stromboli ‘(Sicily) on May 25th, 2022 destroyed about 250 hectares of vegetation on the NE flank of the volcano. See above two satellite views of Stromboli before and after the disaster.

++++++++++

A new eruption occurred at Anak Krakatau (Indonesia) at 06:05 (UTC) on June 8th, 2022, with an ash column that rose about 500 m above the summit. The Alert Level remains at 3 and the Aviation Color Code at Orange.

Visitors are advised not to approach the volcano within a 5-km radius of the active crater.

One can remember that volcanic activity at Anak Krakatau had intensified in April 2022, culminating with intense explosive eruptions on April 24th.
Source: CVGHM.

++++++++++

In recent days, the carabinieri of the Milazzo company have carried out checks in the Aeolian Islands. In addition to the conventional controls of alcohol or telephone while driving, possession of narcotics and disturbing public order, the carabinieri fined at Vulcano five tourists who had to pay 500 euros each for having violated the current ordinance issued by the mayor of Lipari which, for security reasons, prohibits access to the Fossa crater to visitors and hikers. This is not the first time that the carabinieri have fined offenders on the volcano. Note that access to the mud baths and Levante beach is also prohibited.
Source: Eolie News.

++++++++++

On June 2nd, 2022, the Icelandic Met Office (IMO) reported that the rate of uplift on the Reykjanes Peninsula (Iceland) had significantly decreased, and seismicity had been declining, with only about 150 earthquakes recorded the previous day. The Aviation Color Code was lowered to Green because the data indicated no magma movement.

Source: IMO.

++++++++++

The Rabaul Volcano Observatory (RVO) indicates that on June 2nd, 2022 a small eruption at Ulawun (Papua New Guinea) produced dense ash plumes that rose about 3 km above the summit. The eruptive crisis lasted 10-15 minutes. Minor ashfall was reported in areas downwind,

Source: RVO.

°°°°°°°°°°

This information is not exhaustive. You can find more by reading the Smithsonian Institution’s weekly report:

https://volcano.si.edu/reports_weekly.cfm

Faut-il construire des barrières de protection sur la péninsule de Reykjanes? // Should they build protective barriers on the Reykjanes Peninsula?

Au cours d’une nouvelle réunion publique qui s’est tenue à Grindavik le 2 juin 2022, il a été proposé d’ériger des barrières de protection sur la péninsule de Reykjanes. Un géophysicien de la Protection Civile a toutefois exprimé son scepticisme car il sera difficile de déterminer leur bon emplacement en cas d’éruption.
Bien que le Met Office islandais ait indiqué qu’aucun soulèvement du sol ne s’était produit au cours des trois à quatre derniers jours dans la région de Svartsengi, le département de Protection Civile a décidé de maintenir la réunion publique à Grindavík.
Il a été rappelé au public qu’à la fin mai, le sol autour de la centrale de Svartsengi s’était soulevé de près de cinq centimètres, probablement en raison d’une intrusion magmatique à 4-5 km sous la surface, et qu’un essaim sismique était toujours en cours, sans le moindre signe d’activité volcanique. Ces événements rappellent ce qui s’est passé dans la région avant l’éruption de Fagradalsfjall en 2021. Bien que l’éruption de Fagradalsfjall n’ait pas menacé les infrastructures dans la région, l’intrusion magmatique actuelle est différente car elle se situe au niveau de la centrale géothermique.
Outre des professeurs de géologie, la réunion publique de Grindavík a rassemblédes policiers et des services de secours de la péninsule de Reykjanes, ainsi que des représentants du département de la Protection Civile des localités voisines. Etaient également présents des représentants d’entreprises qui possèdent d’importants infrastructures dans la région.
Les quelques ingénieurs présents ont présenté les propositions d’un groupe de travail, créé en mars 2021 et chargé de protéger les importantes infrastructures en cas d’éruption.
Bien que les propositions du groupe de travail ne soient pas mises à la disposition des médias avant d’être examinées par les administrateurs publics, on sait d’ores et déjà que le groupe a proposé l’érection de barrières de protection contre la lave. Cependant, la proposition est sujette à un examen plus approfondi pour examiner son impact sur l’environnement, et déterminer le type de barrières (d’un seul tenant ou en plusieurs parties).
Selon un géophysicien du département de la Protection Civile, « étant donné que l’on a affaire à une zone ouverte avec de longues fissures, il est difficile de prévoir si une barrière de protection érigée avant une éruption sera implantée du bon côté de l’éruption… ou du mauvais côté. »
Même s’il n’y a actuellement aucun signe d’activité volcanique, un professeur de géologie et de volcanologie à l’Université d’Islande a déclaré que le calme relatif sur la péninsule au cours des derniers jours devait être considéré comme une « pause temporaire » ; cela ne veut pas dire que l’activité géologique a cessé. . Il a ajouté : « De toute évidence, l’intrusion magmatique n’a pas eu lieu à la profondeur précédente, et il n’y a donc pas de soulèvement, ce qui signifie que la menace immédiate d’une éruption a diminué ; il n’y aura pas d’éruption à brève échéance », Lorsqu’un journaliste lui a demandé : « Pas cet été ? », le professeur a répondu : »Je ne le pense pas. Je ne l’espère pas.

Comme je l’ai déjà écrit, il est facile de faire des prévisions lorsque la lave coule dans une zone désertique. La situation devient plus compliquée lorsque des zones habitées ou des infrastructures sont en jeu. Notre capacité à prévoir les éruptions devient alors très faible…
Source : Iceland Review.

———————————————–

Proposals to erect protective barriers on the Reykjanes peninsula were introduced at a new town hall meeting in Grindavík on June 2nd, 2022. A geophysicist with the Department of Civil Protection expressed scepticism that the barriers would be situated on the “right side” of a possible eruption.

Despite the Icelandic Met Office reporting that no uplift had occurred over the past three to four days in the Svartsengi area on the Reykjanes peninsula, the Department of Civil Protection held a town hall meeting in Grindavík.

The public was reminded that in late May the land around Svartsengi had risen almost five centimetres, likely owing to magma intrusion 4-5km below the surface, and an earthquake swarm had been ongoing, despite no signs of volcanic unrest. These geological events are reminiscent of similar disturbances in the area before the eruption near Fagradalsfjall in 2021. While the Fagradalsfjall eruption did not threaten infrastructure in the area, the current magma intrusion is located underneath a geothermal power plant.

In addition to professors in geology, the town hall meeting in Grindavík was also attended by police officers and search-and-rescue workers on the Reykjanes peninsula, along with representatives from the Department of Civil Protection from neighbouring municipalities, and from companies that operate important infrastructure in the area.

There were also a few engineers present who introduced the proposals of a task force, established in March of last year, entrusted with protecting important infrastructure in the event of an eruption.

Although the task force’s proposals will not be made available to the media prior to review by public administrators, it is known that, among other things, the task force had proposed the erection of preemptive protective barriers. However, the proposal is subject to further review, in regard to environmental impact, and in regard to just how complete these barriers will be.

According to aa geophysicist with the Department of Civil Protection, “given that we have an open area with long fissures, it’s uncertain whether a protective barrier that’s erected prior to an eruption will be situated on the right side of the eruption… or the wrong side.”

Despite no signs of volcanic unrest, a professor of geology and volcanology at the University of Iceland stated that the relative stillness on the peninsula over the past few days should be taken as a “temporary hiatus” as opposed to a sign that geological activity had ceased. He added : “Obviously, magma is no longer intruding at the former depth, and so there’s no uplift, which means that the immediate threat of an eruption has decreased; there won’t be an eruption any time soon,” When a reporter asked : “Not this summer?”, the professor answered :“I wouldn’t think so. I certainly don’t hope so.”

As I put it before, it is easy to make predictions when lava is flowing in a desert area. The situation becomes more serious when populated areas or infrastructure are at stake. Our ability to predict eruptions then becomes very low…

Source: Iceland Review.

En 2021, des barrières de terre avaient été érigées pour protéger la route et un câble fibre optique (Photo: C. Grandpey)

Islande : si des infrastructures étaient menacées… // Iceland : if infrastructure were under threat…

Dans le sillage des récentes crises sismiques sur la péninsule de Reykjanes, avec intrusion magmatique et soulèvement du sol au niveau de la centrale de Svartsengi, les autorités islandaises craignent qu’une éruption affecte les infrastructures sur la péninsule. Selon le ministre islandais de la Justice, qui supervise également les questions de protection civile, « les infrastructures de la péninsule de Reykjanes doivent être renforcées et améliorées dès que possible afin d’éviter des perturbations majeures lors d’une éruption volcanique ».
Des représentants de la Protection civile ont assisté à une réunion du conseil des ministres le 27 mai 2022 et ont passé en revue divers scénarios éruptifs. La situation de la centrale électrique de Svartsengi, qui gère la production d’eau chaude et froide, ainsi que d’électricité, pour 30 000 personnes, a été au centre des débats.
La terre autour du Mt Þorbjörn s’est soulevée de quatre centimètres depuis la fin avril, et il est clair que la centrale électrique pourrait être en danger en cas d’éruption dans la région. En conséquence, il est important d’avoir en réserve des sources d’eau alternatives pour les habitants. Il est urgent de chercher de nouvelles sources, et un nouveau système d’échange de chaleur doit être construit ailleurs, afin qu’une quantité suffisante d’eau chaude puisse être fournie. Le ministre de la Justice pense que l’Islande doit également accélérer la construction de Suðurneslína 2, une ligne électrique dont on parle depuis longtemps et qui irait des environs de Grindavík jusqu’à la périphérie de Hafnarfjörður.
De tels projets doivent généralement être examinés conformément à un ensemble de procédures, à savoir l’acceptation de plusieurs appels d’offre et la réalisation d’une évaluation environnementale. Suðurneslína 2 est débattue depuis au moins dix ans, mais c’est aujourd’hui une question urgente. Il serait souhaitable de mettre de côté les procédures compliquées et de donner la priorité à la construction d’infrastructures et de sources supplémentaires qui pourraient ensuite être intégrées dans les systèmes de services publics du pays si Svartsengi cessait de fonctionner.
Après l’éruption de Fagradalsfjall, des scientifiques de l’Université d’Islande, du Met Office et de la société d’ingénierie Efla ont été chargés d’évaluer les infrastructure sur la péninsule de Reykjanes et de proposer des mesures de protection contre les coulées de lave près de Grindavík et Svartsengi. Selon la conclusion du rapport, de nouvelles infrastructures, de nouveaux systèmes de services publics et de nouveaux systèmes de transport sont nécessaires dans la région. On sait que si une éruption devait avoir lieu, il y aurait très peu de temps pour mettre en place des mesures de protection. En effet, il existe de nombreux sites éruptifs potentiels qui sont très proches d’importantes infrastructures existantes.
Source : Iceland Review.

———————————————

Following the recent seismic crises on the Reykjanes Peninsula, the magma intrusion and the ground uplift at Svartsengi power plant, there are fears that an eruption might affect infrastructure on the peninsula. According to Iceland’s Minister of Justice, who also oversees Civil Defense issues, « infrastructure on the Reykjanes peninsula needs to undergo significant reinforcement and expansion as soon as possible in order to preclude major disruptions during a potential volcanic eruption, »

Civil Defense representatives attended a meeting of the council of ministers on May 27th, 2022 and reviewed various eruption scenarios. Of particular concern is the Svartsengi power station that manages the production of hot and cold water, as well as electricity, for 30,000 people.

Land around Þorbjörn has risen four centimetres since the end of April, and it is clear that the power plant could be in danger if there was an eruption in the area. As a consequence, it is important to have alternative sources of water ready for residents in the area. New water sources should be looked for and a new heat exchange system should be built somewhere else, so that enough hot water could be supplied. The Minister of Justice thinks Iceland needs to speed up the construction of Suðurneslína 2, a long-debated powerline that would run from around Grindavík to the outskirts of Hafnarfjörður.

Construction projects such as these usually have to proceed according to a set of standing regulations, namely the acceptance of multiple project bids and the conducting of an environmental assessment. Suðurneslína 2 has been debated for at least ten years, but it is nowan urgent matter. It might be advisable to push regulations aside and prioritize the construction of additional infrastructure and wellsprings that can then de integrated into the country’s utility systems if something were to happen at Svartsengi to hinder its operations.

After the eruption at Fagradalsfjall, experts at the University of Iceland, the Met Office, and engineering firm Efla were commissioned to assess the infrastructure on Reykjanes and propose measures to protect it from lava flow near Grindavík and Svartsengi. According to the final report’s main conclusion, new infrastructure, utilities systems, and transportation systems are needed in the area. This conclusion is underpinned by the knowledge that if an eruption was to start in the specified areas, there would be very little time to enact protection measures, as there are many possible eruption sites that are very close to important existing infrastructure.

Source: Iceland Review.

Il serait dommage qu’une éruption fasse disparaître le site de Svartsengi… (Photo: C. Grandpey)

Volcans du monde // Volcanoes of the world

Voici quelques nouvelles de l’activité volcanique dans le monde:

Au Kamtchatka, une nouvelle éruption a eu lieu sur le Bezymianny le 23 mai 2022. Selon le VAAC de Tokyo, le panache de cendres s’est élevé jusqu’à 5,2 km d’altitude. En conséquence, le KVERT a fait passer la couleur de l’alerte aérienne à l’Orange.
Dans le même temps, l’activité explosive se poursuit sur le Karymsky, avec des colonnes de cendres atteignant une hauteur de 8 km et 6,7 km au-dessus du niveau de la mer. La couleur de l’alerte aérienne est maintenue à l’Orange.
Source : KVERT.

Eruption du Bezymianny (Source: KVERT)

++++++++++

Au cours des dernières heures, une augmentation progressive de l’activité strombolienne a été observée au sommet du Cratère sud-est de l’Etna (Sicile). Les panaches de cendres peuvent atteindre une altitude d’environ 5 000 mètres. Au vu de cette nouvelle phase éruptive, l’INGV a mis en place une alerte Rouge pour l’aviation, même si les cendres n’ont eu aucun impact sur le fonctionnement de l’aéroport international Vincenzo Bellini de Catane. Dans le même temps, la lave continue à être émise par les deux bouches qui se sont ouvertes les 12 et 20 mai. Les fronts de coulée les plus avancés se situent à une altitude comprise entre 2 800 et 2 700 mètres dans la Valle del Leone.
Source : INGV.

L’Etna le 22 mai 2022 (capture image webcam)

++++++++++

La sismicité a diminué sur la péninsule de Reykjanes (Islande) au cours des derniers jours, mais personne ne sait comment la situation est susceptible d’évoluer. Fin de l’essaim sismique ? Nouvelle inflation du sol à cause d’une intrusion magmatique ? Nouvelle éruption, en espérant qu’elle ne se produise pas dans la zone de la centrale géothermique?

++++++++++

L’éruption sommitale du Kilauea (Hawaï) se poursuit. Elle reste confinée dans le cratère de l’Halemaʻumaʻu. Selon le HVO, les données actuelles indiquent que ce scénario est susceptible de se poursuivre. Les mesures effectuées le 10 mai 2022 ont révélé que le fond du cratère s’était élevé d’environ 106 mètres et que 77 millions de mètres cubes de lave avaient été émis depuis le début de cette éruption le 29 septembre 2021.
Source : HVO.

Crédit photo; HVO

++++++++++

L’activité est table sur le Sabancaya (Pérou) avec une moyenne de 21 explosions quotidiennes. Elles génèrent des panaches de cendres qui s’élèvent généralement à environ 2,3 km au-dessus du sommet. La situation ne devrait pas changer dans les prochains jours.
Source : IGP.

Source : IGP

++++++++++

À Vulcano (îles Éoliennes), tout le monde attend les résultats des analyses des échantillons de gaz et d’eau prélevés après l’événement du 23 mai 2022, lorsque l’eau le long de la plage de Levante a soudainement pris une couleur d’abord blanc laiteux puis sombre, avec des odeurs nauséabondes.

Photo: C. Grandpey

++++++++++

Le niveau d’activité reste élevé sur le Ruapehu (Nouvelle-Zélande), mais on observe une baisse. Le tremor volcanique a diminué, mais reste au-dessus de la normale. La température de l’eau du lac a diminué d’un pic de 41°C le 8 mai à 30°C aujourd’hui. Les émissions de gaz sont toujours élevées, mais à des valeurs inférieures à celles mesurées il y a deux semaines. Les émissions de SO2 et de CO2 s’élèvent respectivement à 179 et 1 658 tonnes par jour. Le niveau d’alerte volcanique reste à 2 (sur une échelle de 0 à 5) et la couleur de l’alerte aérienne est maintenue au Jaune.
Source : GeoNet.

Photo: C. Grandpey

°°°°°°°°°°

Ces informations ne sont pas exhaustives. Vous en trouverez d’autres (en anglais) en lisant le bulletin hebdomadaire de la Smithsonian Institution :
https://volcano.si.edu/reports_weekly.cfm

——————————————–

Here is some news of volcanic activity around the world :

In Kamchatka, a new eruption took place at Bezymianny on May 23rd, 2022. According to the Tokyo VAAC, the ash plume rose up to 5.2 km above sea level. As a result, KVERT raised the Aviation Color Code from Yellow to Orange.

Meatime, explosive activity continues at Karymsky, with ash columns reaching a height of 8 km and 6.7 km above sea level. The Aviation Color Code remains Orange.

Source: KVERT.

++++++++++

Over the past few hours, a gradual increase in Strombolian activity has been observed at the summit of Mt Etna’s Southeast Crater. Ash plumes may reach an altitude of about 5,000 meters. In view of this new eruptive phase, INGV issued a red alert for aviation, even if the ash had no impact on the operation of the Vincenzo Bellini international airport in Catania. At the same time, lava is still coming out of the two vents that opened on May 12th and 20.th The most advanced flow fronts are at an altitude between 2,800 and 2,700 meters in the Valle del Leone.

Source: INGV.

++++++++++

Seismicity has been declining on the Reykjanes Peninsula (Iceland) during the past days, but nobody knows what might happen next. End of the seismic swarm? New ground inflation because of magma intrusion? A new eruption, hoping it does not happen in the area of the geothermal plant?

++++++++++

The summit eruption of Kilauea (Hawaii) continues. It remains confined within Halemaʻumaʻu crater. According to HVO, current data indicate that this scenario is likely to continue. Overflight measurements on May 10th, 2022 indicated that the crater floor had risen by about 106 meters and that 77 million cubic meters of lava had been effused since the beginning of this eruption on September 29th, 2021.

Source: HVO.

++++++++++

Activity is table at Sabancaya (Peru) with an everage of 21 daily explosions. They generate ash plumes that usually rise about 2.3 km above the summit. The situation is unlikely to change in the coming days.

Source: IGP.

++++++++++

At Vulcano (Aeolian Islands), everybody is waiting for the results of the analyses of gas and water samples collected after the event of May 23rd, 2022, when the water along the coast at Levante beach suddenly took on a colour that was first milky white and then dark, with foul odours.

++++++++++

Elevated unrest continues at Ruapehu (New Zealand), though at reduced levels. The levels of volcanic tremor have declined, but remain above normal. The lake water temperature has decreased from a peak of 41°C on May 8th to 30°C. Yhere are still high levels of gas emissions, though at values lower than measured two weeks before. SO2 and CO2 emission rates were at 179 and 1,658 tonnes per day, respectively. The volcanic alert level remains at 2 (on a scale from 0-5) and the aviation colour code is kept at Yellow.

Source: GeoNet.

°°°°°°°°°°

This information is not exhaustive. You can find more by reading the Smithsonian Institution’s weekly report:

https://volcano.si.edu/reports_weekly.cfm