Dernières nouvelles / Latest news

drapeau francais Voici un rapide résumé de l’activité volcanique actuelle. Heureusement, aucune nouvelle éruption majeure n’a eu lieu pendant l’interruption de mon blog.
San Cristobal (Nicaragua) : Le San Cristobal a célébré Noël à sa façon, en se réveillant dans la soirée du 25 décembre. Après une hausse de la sismicité, le volcan a connu une série d’explosions accompagnées de panaches de cendre d’environ 2 km de hauteur. Des retombées ont été observées jusqu’à plusieurs kilomètres de distance. Par précaution, les autorités ont décrété l’évacuation de 300 familles vivant à proximité de l’édifice.  A noter que quelque 1500 fermiers ont refusé de quitter leurs terres, ce qui n’est pas sans rappeler la dernière éruption du Mérapi (Indonésie). Par ailleurs, il a été demandé aux compagnies aériennes d’éviter la zone.
Tolbachik (Kamchatka / Russie) : L’éruption se poursuit de manière vigoureuse, même si le tremor a perdu de son intensité par rapport à la phase initiale. En cliquant sur le lien ci-dessous, vous aurez accès à plusieurs vues panoramiques de l’éruption. N’hésitez surtout pas à faire jouer la souris. C’est assez impressionnant !
http://www.airpano.ru/files/Kamchatka-Volcano-Plosky-Tolbachik/2-2
Stromboli (Sicile / Italie) : Au cours des derniers jours, le Stromboli a connu une belle activité qui s’est soldée par des débordements de lave, en particulier sur la Sciara del Fuoco où plusieurs effondrements ont été révélés par les webcams.
Copahue (Chili / Argentine) : Le volcan a connu pendant quelques heures un épisode éruptif de type phréatique ou phréatomagmatique qui s’est accompagné d’un volumineux panache de cendre et de vapeur. L’éruption semble quasiment terminée à l’heure actuelle.
Kilauea (Hawaii / Etats-Unis) : La situation est stable. Le volcan connaît depuis hier un intense épisode de dégonflement. Il y a donc fort peu de chance pour que la lave actuellement présente sur la plaine côtière sous forme de coulées éphémères entre de nouveau dans l’océan au cours des prochains jours. La dernière entrée, relativement faible, remonte au 17 décembre.

 

Here is a rapid summary of the current volcanic activity. Fortunately, no major eruption was observed during the interruption of this blog:
San Cristobal (Nicaragua): San Cristobal celebrated Christmas in its own way with an eruption on December 25th in the evening. After an increase in seismicity, several explosions shook the volcano with ash clouds up to 2 km high. Ashfall was observed several kilometres away. As a precaution, local authorities evacuated 300 families living close to San Cristobal. However, 1,500 farmers refused to leave their properties, which reminds us of the last eruption of Mount Merapi (Indonesia). Besides, airlines were advised to fly away from the area.
Tolbachik (Kamchatka / Russia): The eruption is going on vigorously, even though the eruptive tremor is less intense than during the initial phase. By clicking on the following link, you’ll get several panoramic views of the eruption. Don’t hesitate to use the mouse. It’s quite dramatic!
http://www.airpano.ru/files/Kamchatka-Volcano-Plosky-Tolbachik/2-2
Stromboli (Sicily / Italy): During the past days, Stromboli went through some nice activity with lava overflow down the Sciara del Fuoco where several collapses were revealed by the webcams.
Copahue (Chile / Argentina): The volcano went through an eruptive episode that lasted a few hours. It was probably phreatic or phreatomagmatic with voluminous steam and ash plumes. It looks as if the eruption is now nearly over.
Kilauea (Hawaii / United States): The situation has not much changed. Since yesterday, the volcano has been going through an intense deflation episode. Therefore, the lava that is currently flowing on the coastal flat with a few breakouts is unlikely to reach the ocean in the next days. The last lava entry (it was quite weak) occurred on December 17th.

Le retour… avec une belle image! // Welcome back… with a nice image!

Bienvenue sur cette nouvelle version de mon blog! Il a fallu patienter, mais je la trouve assez réussie et j’espère qu’elle vous plaira.
Pour commencer, voici une image que j’aime beaucoup. Elle figure sur le CD/DVD « Kilauea le Feu de la Terre (1996-2011) » et vient de remporter dans sa catégorie le concours photo organisé par le magazine Terre Sauvage !

J’ai pris cette photo lors de ma dernière visite à Hawaii en mars 2011, au cours d’un survol en hélicoptère du cratère du Pu’uO’o. Une belle coulée s’échappait d’un hornito dans la partie ouest du cratère. J’ai réalisé plusieurs clichés pendant que le pilote effectuait un vol stationnaire. D’un point de vue technique, je travaillais avec un boîtier Canon 5D MarkII et un zoom 28-105 mm. La photo a été prise à la focale 100 mm au 250ème de seconde.

Vous trouverez l’ensemble des lauréats du concours à cette adresse :
http://www.natureimagesawards.com/palmares-2012

ainsi que dans le n° 288 « Spécial Photo » de Terre Sauvage du mois de janvier 2013.

Meilleurs voeux 2013 (3b)

Une année volcanique finalement très calme!

Dans quelques jours, l’année 2012 prendra fin et, qui sait, peut-être le monde avec elle !! D’un point de vue volcanique, les douze mois qui viennent de s’écouler ont été remarquablement calmes car aucun événement majeur n’est à signaler. J’ai parfois été bien embarrassé pour mettre à jour quotidiennement les notes de mon blog !

Si l’on fait un bilan rapide, on se rend compte que l’activité est restée concentrée sur un petit nombre de volcans qui figurent au hit parade depuis pas mal de temps. En tête de liste figure le Kilauea qui déverse sa lave de manière quasi permanente depuis janvier 1983. Ce sera donc le 30ème anniversaire le mois prochain!.

Les volcans du Kamchatka (Karymsky, Shiveluch et Kizimen en particulier) sont restés la plupart du temps en vigilance Orange. Seul le Plosky Tolbachik a attiré l’attention avec une belle éruption fissurale qui a commencé à la fin du mois de novembre.  Les coulées de lave sont impressionnantes et il sera peut-être le volcan de l’année…

Le Popocatepetl reste bien actif même s’il est moins virulent qu’au début de l’éruption en cours.

Le Fuego a souvent attiré mon attention par ses coulées de lave, ses avalanches incandescentes ou ses panaches de cendre. Son voisin Santiaguito est resté stable et son activité n’a guère varié en 2012, malgré une certaine intensification ces dernières semaines.

En Amérique du Sud, le Reventador et le Tungurahua doivent être surveillés car leur réveil est parfois brutal comme le prouvent ces derniers jours sur le Tungurahua.

Au Japon, le Sakurajima montre une belle activité, sans pour autant être vraiment menaçant pour les zones urbaines à proximité.

Le Cleveland et les autres volcans de la chaîne des Aléoutiennes ne menacent pas les populations car ces îles sont pour la plupart inhabitées. En revanche, les éruptions peuvent poser des problèmes au trafic aérien, particulièrement dense entre l’Amérique et l’Asie.

On pourrait mentionner aussi Santorin et le Nevado del Ruiz, mais ils n’ont montré qu’une hausse de la sismicité sans suite volcanique digne d’intérêt.

Pour terminer, il ne faudrait pas oublier l’Etna et son Cratère SE qui a connu de beaux paroxysmes en début d’année. L’activité a par la suite migré vers la Bocca Nuova avant de revenir vers le Cratère SE, mais le volcan est capable de beaucoup mieux faire !

On me fait souvent remarquer lors de mes interventions en public que les éruptions et les séismes sont plus fréquents qu’auparavant. Ce n’est en fait qu’une impression due aux nouveaux moyens de communication. Grâce à Internet, les nouvelles se propagent à la vitesse de la lumière. Cela me permet de vous tenir au courant – pratiquement en temps réel – de  l’activité volcanique dans le monde, ce qui n’était pas le cas il y a seulement une vingtaine d’années. Il en va de même des séismes. La Terre ne tremble pas plus qu’avant, mais ses moindres soubresauts sont signalés sur le Web quelques minutes après leur apparition.

PuuOo-blog

La lave du Pu’O’o en juillet 2006 (Photo: C. Grandpey)

(Image extraite du CD/DVD « Kilauea, le Feu de la Terre)

Tolbachik (Kamchatka / Russie)

drapeau francais.jpgDans sa mise à jour du 16 décembre 2012, le KVERT indique que la sismicité reste élevée et que l’éruption explosive et effusive continue. Des coulées de lave continuent à s’échapper de la fracture sud sur le Tolbachinsky-Dol. Un panache de gaz et de vapeur monte jusqu’à 3 km d’altitude avant de s’étirer en direction du NE. Une très vaste anomalie thermique est visible sur les images satellites dans la partie nord du Tolbachinsky Dol. La couleur du niveau d’alerte pour l’aviation reste Orange.

drapeau anglais.jpgIn an update released on December 16th, KVERT indicates that seismicity remains elevated and that explosive-effusive eruption continues: lava flows continue to effuse from the southern fissure on Tolbachinsky Dol. A gas-steam plume rises up to 3 km a.s.l. before extending to the north-east of the volcano. A gigantic thermal anomaly is observed on satellite images in the northern area of Tolbachinsky Dol. The aviation colour code is kept at Orange.

Tolbachik-8.gif

Belle vue nocturne de l’éruption du Tolbachik le 15 décembre 2012

 (Crédit photo : Y. Demyanchuk)

Tungurahua (Equateur)

drapeau francais.jpgDans son dernier bulletin en date du 16 décembre, l’IG indique que l’activité sismique du volcan demeure à un niveau élevé : elle se caractérise par la génération d’un signal constant de tremor haute fréquence. On observe une colonne de cendre de 2-4 km ainsi que des coulées pyroclastiques en particulier sur les flancs SO et O. Les populations à proximité du volcan entendent de forts rugissements.

drapeau anglais.jpgIn its latest update (December 16th), the Geophysical Institute indicates that seismic activity is still elevated with the production of a constant signal of high frequency tremor. The webcams show an ash column rising up to 2-4 km a.s.l., as well as pyroclastic flows, mainly on the SW and W flanks. Loud roaring can be heard by the populations living close to the volcano.

Tungurahua (Equateur)

drapeau francais.jpgDans son dernier rapport, l’Institut Géophysique (IG) fait le bilan de l’activité sur le Tungurahua en insistant sur son augmentation au cours des derniers jours.

Depuis Septembre, le volcan a montré une diminution de l’activité explosive, sismique et de dégazage (SO2). Cependant, ces derniers mois, il y a eu une augmentation de la pression interne qui s’est manifestée par un gonflement progressif de ses flancs supérieurs.

Le 8 décembre, on a observé une inversion de cette tendance et les inclinomètres ont montré une déflation de la zone sommitale.

A partir du 12 Décembre, on a enregistré une augmentation progressive de la sismicité, principalement dans le nombre de tremblements de terre associés à des mouvements de fluides et de tremblements de terre volcano-tectoniques associés à des fracturations.

Le 14 décembre, à 14h35 (heure locale), un violent événement explosif perçu comme un coup de canon a généré une colonne de cendre qui est montée jusqu’à 6-7 km d’altitude. L’explosion a également donné naissance à des coulées pyroclastiques sur le flanc sud-ouest.

L’IG avance deux scénarii susceptibles d’expliquer cette dernière activité :
a) Une remontée rapide d’un petit volume de magma et la présence d’un bouchon de magma dégazé et solidifié qui a été détruit par la dernière explosion.
b) Une montée progressive d’un volume de magma depuis le mois de juillet de cette année. L’explosion a détruit un bouchon de magma dégazé et solidifié.

Photo de la dernière activité à cette adresse:

https://twitter.com/hehproycarcho/status/280287216817815552/photo/1/large

drapeau anglais.jpgIn its latest report, The Geophysical Institute (IG) describes the recent activity of Tugurahua and insists on its increase during the past days.

Since September, explosive activity has decreased, as well as seismic activity and degassing (SO2).

However, during the last months, there has been an increase in the inner pressure that appeared through a progressive inflation of the upper flanks of the volcano.

On December 8th, there was an inversion of the tendency with tiltmeters showing a deflation of the summit area.

Starting on December 12th, seismicity gradually increased, with earthquakes related to fluid movements and volcano-tectonic events associated with rock fracturing.

On December 14th at 14:35 (local time) a powerful explosive event that was heard like a cannon ball generated an ash column up to 6-7 km a.s.l. The explosion also produced pyroclastic flows on the SW flank of the volcano.

IG explains that two scenarios may account for the latest activity:

1) The quick ascent of a small volume of magma and a plug of degassed and solidified magma that was destroyed by the last explosion.

2) A gradual magma ascent since July this year. The explosion destroyed a plug of degassed and solidified magma.

Photo of the latest activity at this address:

https://twitter.com/hehproycarcho/status/280287216817815552/photo/1/large

Un volcan sous-marin étrange (Golfe de Californie)

drapeau francais.jpgOn peut lire sur le site Internet Live Science un article très intéressant qui nous explique que des scientifiques américains ont  découvert des laves rhyolitiques dans la zone d’accrétion d’Alarcón, à l’embouchure du Golfe de Californie.

http://www.livescience.com/25521-weird-volcano-found-baja.html

drapeau anglais.jpgOne can read on the Live Science website a very interesting article that explains that American scientists have discovered rhyolitic lavas on the Alarcón spreading centre, at the mouth of the Gulf of California. The article can be found at this address:

http://www.livescience.com/25521-weird-volcano-found-baja.html

++++++++++

Bordée par deux failles transformantes,  la zone d’accrétion d’Alarcón connaît un écartement d’environ 5 centimètres par an et les laves produites sont majoritairement  basaltiques, comme sur la plupart des dorsales médio-océaniques de la planète.

Le site volcanique en forme de dôme visité par les scientifiques américains présente une longueur d’environ 1200 mètres, une largeur de 500 mètres et une élévation d’une cinquantaine de mètres. Les forces tectoniques qui déchirent la croûte terrestre à cet endroit permettent au magma de remonter à la surface et d’apparaître au fond de l’océan.

La plupart du temps, les zones d’accrétion donnent naissance à un basalte pauvre en silice alors que le matériau qui a été prélevé ici contient jusqu’à 77% de silice ! De couleur grise, il a été identifié comme étant de la dacite dont les blocs, parfois de taille respectable (celle d’une voiture ou d’une maisonnette), sont disséminés sur les pente du dôme. Autour de ces blocs, la lave est de type a’a, probablement le résultat de dépôts d’avalanches.

L’âge de cette lave n’a pas été défini car les analyses ne sont pas terminées, mais on peut penser qu’elle a été émise il y a plusieurs milliers d’années.

La question qui se pose maintenant est de savoir si cette lave acide est susceptible de générer une activité éruptive explosive dans cette zone qui se trouve à une centaine de kilomètres des terres. Les côtes de la Péninsule de Baja California et du Mexique sont habitées et cette région recèle une faune marine rare et donc protégée.

Comment peut-on expliquer la présence de laves rhyolitiques sur la zone d’accrétion d’ Alarcón ? On a déjà trouvé des rhyolites dans des zones d’accrétion, mais seulement au-dessus de points chauds, comme en Islande ou aux Galapagos. Le problème, c’est qu’il n’existe pas de point chaud à Alarcón ! Il se pourrait qu’il y ait une intrusion de l’écorce terrestre toute proche dans la roche en fusion qui se trouve en dessous de cette zone d’accrétion. Toutefois, les tests d’isotopes dans les échantillons prélevés n’ont pas révélé de contamination par la croûte continentale.

Au final, l’équipe scientifique pense que l’hypothèse la plus plausible est celle d’une source magmatique avec une forte concentration d’éléments volatils comme l’eau, le soufre et le chlore, peut-être par pénétration de l’eau de mer.

Alarcon-Map.gif

Crédit: Monterey Bay Aquarium Research Institute (MBARI)