Nouvelles volcaniques en vrac // News from volcanoes around the world

Sur le Kilauea (Hawaii), la Fracture n° 8 continue d’envoyer la lave dans le chenal qui se dirige vers le nord-est. Aucun nouveau débordement n’est actuellement signalé. La coulée dans le secteur d’Ahalanui n’a pas progressé de manière significative vers l’ouest. Elle se trouve à environ 150 mètres de la rampe d’accès de Pohoiki, dans Isaac Hale Park. Des effondrement accompagnés d’explosions sont toujours enregistrés au sommet du Kilauea.

Enfin un signe positif: Selon le dernier bulletin du HVO, depuis quelques heures, l’éruption dans la Lower East Rift Zone semble marquer le pas. Les bouillonnements sont moins intenses à l’intérieur de la Fracture n° 8 et le niveau de la lave s’est abaissé dans le chenal. De plus, les événements d’effondrement sont moins fréquents au sommet. Il est cependant beaucoup trop tôt pour dire que l’éruption touche à sa fin.
Source: HVO.

°°°°°°°°°°°°°°°

Une augmentation significative des émissions de SO2 a été observée à Ambae (Vanuatu) au cours des derniers jours, avec des niveaux similaires à ceux du début d’avril 2018 quand une grande partie de l’île a été dévastée par des chutes de cendre, avec des évacuations de la population. Le niveau d’alerte a été porté à 3 le 21 juillet 2018. La zone de danger est maintenant limitée à un rayon de 3 km du cratère actif.
Comme au cours des derniers mois, l’activité volcanique se produit dans la bouche active à l’intérieur du lac Voui et reste inchangée.

Source : GeoHazards.

Dernière minute: Selon plusieurs organes de presse, les autorités ont ordonné à des milliers de personnes de quitter Ambae. Le gouvernement a rétabli l’état d’urgence et a ordonné l’évacuation obligatoire de toute l’île, qui abritait autrefois environ 10 000 personnes. Ambae a déjà été temporairement évacuée en septembre 2017. Depuis le mois de mars 2018, les autorités conseillent à la population de partir définitivement. De nouveaux lieux de résidence sont proposés sur deux îles voisines. Il semblerait que ces lieux ne fassent pas l’unanimité. Outre les colères du cratère dans le lac Manaro Vui, les autorités doivent faire face aux caprices des personnes évacuées.
132 d’entre elles qui habitent au sud d’Ambae et qui sont montées à bord du MV Touaraken pour l’île voisine de Maewo le 26 juillet, ont changé d’avis et ont demandé d’être ramenées à Ambae. Elles cherchent maintenant des places d’hébergement dans les centres d’évacuation de l’est d’Ambae. Elles ont dit qu’elles préféraient aller sur l’île de Santo.
Les personnes qui sont montées à bord du navire et ont ensuite refusé d’aller à Maewo appartiennent à des familles qui aveint été transférées vers le Centre de formation de Torgil (RTC) et l’école St. Patrick.
Les chefs d’Ambae en poste à Port-Vila s’étaient adressés au gouvernement, par l’intermédiaire du Ministre des Terres pour exprimer le désir de ces personnes d’acquérir des terres sur Santo pour leur réinstallation définitive. Ils ont énuméré les raisons pour lesquelles cette partie de la population préfèrait Santo et ont demandé que le gouvernement réexamine sa décision de les transférer à Maewo. Affaire à suivre !
Source: Journaux du Vanuatu.

°°°°°°°°°°°°°°°°

Se référant aux données satellitaires, le VAAC de Darwin a indiqué qu’entre le 18 et le 20 juillet 2018, les panaches de cendre émis par l’Anak Krakatau (Indonésie) atteignaient une altitude de 1,5 km. Le niveau d’alerte reste à 2 (sur une échelle de 1 à 4); les habitants et les visiteurs sont invités de ne pas s’approcher du volcan à moins de 1 km du cratère. Cette nouvelle activité a incité les agences de voyages à organiser des voyages «spécial éruption», bien que l’activité soit généralement considérée comme modérée par les volcanologues locaux.

Source : VSI .

°°°°°°°°°°°°°°°°

Sur la base des observations de la Garde côtière japonaise, l’Agence Météorologique Japonaise (JMA) a signalé qu’une très petite éruption s’est produite à Nishinoshima (Japon) le 12 juillet 2018, avec un panache brunâtre qui s’est élevé à proximité du cratère. Cependant, aucune anomalie thermique n’a été détectée sur le volcan.

Source : JMA.

°°°°°°°°°°°°°°°°

L’OVPF indique dans un bulletin diffusé le 26 juillet 2018 que l’activité sismique à l’aplomb de la zone sommitale du Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion) a repris de manière significative ce même jour avec 32 séismes volcano-tectoniques superficiels. Cette augmentation de la sismicité fait suite à une reprise de l’inflation du volcan observée depuis la fin de l’éruption du 13 juillet 2018 et est synonyme d’une réalimentation profonde en magma et d’une pressurisation du réservoir magmatique superficiel. L’accélération de la sismicité montre que la pressurisation du réservoir s’accélère et que ce dernier se fragilise.

En lisant le bulletin de l’Observatoire, on peut raisonnablement conclure qu’une éruption ne devrait pas tarder.

°°°°°°°°°°°°°°°°

Selon l’Institut de Géophysique équatorien, l’éruption du Sierra Negra (Galapagos / Equateur) continuait le 23 juillet, avec des variations d’intensité. Quatre fractures se sont ouvertes au début de l’éruption le 26 juin. La fracture 1 mesure 4 km de long et se situe au bord de la caldeira. Les coulées de lave provenant de cette fracture ont parcouru 7 km le long des flancs du volcan et 1,7 km à l’intérieur de la caldeira, couvrant une superficie de 16,1 kilomètres carrés. La fracture 2 est longue d’environ 250 mètres, au nord-ouest de la caldeira, et a produit des coulées de lave qui ont parcouru 3 km et couvert une superficie de 2,3 kilomètres carrés. La fracture 3, située à l’ouest de la caldeira, mesure 250 mètres de long et produit des coulées de lave qui descendent sur 2 km le long des flancs du volcan, couvrant une superficie de 0,3 kilomètre carré. Les fractures 1-3 sont restées actives jusqu’au 27 juin. La fracture 4, longue de 250 mètres et située sur le flanc nord-ouest, continue d être active. La lave de cette fracture a atteint l’océan entre le 9 et le 10 juillet et, le 16 juillet, couvrait une superficie de 11,6 kilomètres carrés. En tout, une surface de 30,4 kilomètres carrés était couverte par la lave en provenance des quatre fractures.

Source : Instituto Geofisico.

——————————————-

On Kilauea Volcano (Hawaii), Fissure 8 continues to erupt lava into the channel leading northeastward from the vent. No new overflows are currently reported. The lava flow in the Ahalanui area has not extended significantly westward. It remains about 150 metres from the Pohoiki boat ramp in Isaac Hale Park. Collapse explosions are still recorded at the summit of Kilauea

Source: HVO.

Something positive, at last: According to HVO’s latest update, the eruption in the Lower East Rift Zone seems to have decreased in the past hours. Activity is less intense inside Fissure 8 and the level of lava in the channel has lowered. Besides, collapse events are less frequent at the summit of Kilauea. However, it is much too early to say that the eruption is coming to an end.

°°°°°°°°°°°°°°°°

A significant increase in SO2 emissions was observed at Ambae volcano (Vanuatu) during the past days, with levels similar to those of early April 2018 when much of the island was devastated by ashfall and people had to be evacuated. The alert level was raised to 3 on July 21st, 2018. The danger zone is now limited to a radius of 3 km from the active vent.

Like during the past months, volcanic activity is occurring in the vent in Lake Voui and is not changing.

Source: GeoHazards.

Last minute: According to several news media, authorities have just ordered thousands of people to leave Ambae. The government has re-imposed a state of emergency and ordered the compulsory evacuation of the entire island, which was once home to about 10,000 people. The island was temporarily evacuated last September. Since March, authorities have been encouraging people to permanently relocate by offering residence on two neighbouring islands. It seems that not everybody agrees with the suggested relocation sites. Beside Lake Manaro Vui’s fits of anger, authorities have to deal with the evacuees changing minds.

132 evacuees from south Ambae that boarded MV Touaraken for Maewo on July 26th changed their mind about settling on Maewo and directed the ship back to Ambae. They are now seeking shelter at evacuation centres in east Ambae  The evacuees complained that they did not want to go to Maewo. They said they prefered to go to Santo.

Those who boarded the ship and then refused to go include affected families that were relocated to evacuation centres at Torgil Rural Training Centre (RTC) and St. Patrick’s School.

The chiefs from Ambae residing in Port Vila had approached the Government, through the Minister of Lands to express their people’s desire to acquire land on Santo for their total resettlement. They listed reasons as to why they prefer Santo and have requested that the government reconsider its decision to relocate them to Maewo. To be continued!

Source: Vanuatu newspapers.

°°°°°°°°°°°°°°°°

Referring to satellite data, the Darwin VAAC reported that between July 18th and 20th, 2018, ash plumes from Anak Krakatau (Indonesia) rose to an altitude of 1.5 km. The alert level remains at 2 (on a scale of 1-4); residents and visitors are warned not to approach the volcano within 1 km of the crater. This new activity has incited travel agencies to organise “special eruption” journeys, although activity at the volcano is usually considered as moderate by local volcanologists.

Source: VSI.

°°°°°°°°°°°°°°°

Based on Japan Coast Guard observations, the Japan Meteorological Agency (JMA) reported that a very small eruption occurred at Nishinoshima (Japan) on July 12th, 2018, producing a brownish plume that rose from near the crater. However, no thermal anomalies were detected.

Source: JMA.

°°°°°°°°°°°°°°°°

OVPF indicates in a bulletin released on July 26th, 2018 that seismic activity beneath the summit area of the Piton de la Fournaise (REunion Island) resumed significantly this same day with 32 shallow volcano-tectonic earthquakes. This increase in seismicity follows a new inflation of the edifice observed since the end of the eruption of July 13th, 2018 and is synonymous with a deep magma recharge and a pressurization of the shallow magma reservoir. The acceleration of seismicity shows that the pressurization of the reservoir is accelerating and that it is becoming more fragile.
Judging from this report of the Observatory, one can reasonably conclude that an eruption might occur in the short term.

°°°°°°°°°°°°°°°°

According to the Geophysics Institute, the eruption at Sierra Negra (Galapagos / Ecuador) continued through 23 July, with fluctuations in intensity. Four fissures had initially opened on 26 June, at the start of the eruption. Fissure 1 is 4 km long and located at the edge of the caldera. Lava flows from this fissure travelled 7 km down the flanks, and 1.7 km within the interior of the caldera, covering an area of 16.1 square kilometres. Fissure 2 is about 250 metres long, located NW of the caldera, and produced lava flows that travelled 3 km and covered an area of 2.3 square kilometres. Fissure 3, located W of the caldera, is 250 metres long and produced lava flows that descended the flanks 2 km, covering an area of 0.3 square kilometres. Fissures 1-3 were active until 27 June. Fissure 4, 250 metres long and located on the NW flank, continued to be active. Lava from this fissure reached the ocean between 9 and 10 July, and by 16 July had covered an area of 11.6 square kilometres. In all, an area of 30.4 square kilometres was covered by lava from all four fissures.

Source : Instituto Geofisico.

Répartition des coulées de lave sur le Sierra Negra le 16 juillet 2018

(Source: Instituto Geofisico)

Volcans néo-zélandais // New Zealand volcanoes

   L’activité à White Island a connu une nette baisse au cours des derniers jours. La couleur de l’alerte aérienne a été ramenée au Jaune tandis que l’alerte volcanique reste à 1, sur une échelle de 5 niveaux. Le tremor a chuté de moitié par rapport au début du mois de février. Dans le même temps, les explosions qui se produisaient depuis environ trois semaines sont devenues moins intenses. Le 7 février, les émissions de SO2 atteignaient 560 tonnes par jour (comme au mois de janvier) tandis que celles de CO2 atteignaient 1800 tonnes par jour. L’eau a fait son retour dans le lac mais sa température reste élevée (environ 80°C).

L’activité reste faible au Tongariro où des panaches de vapeur et de gaz s’échappent toujours de la zone des cratères Te Maari. Aucune activité éruptive n’a été observée depuis le 21 novembre 2012. La sismicité est négligeable et les émissions gazeuses sont stables depuis plusieurs mois.

Les scientifiques du GNS ne savent pas si de nouvelles éruptions sont susceptibles de se produire dans le secteur des Te Maari Craters ou si les émissions de vapeur continueront encore pendant plusieurs années. Toutefois, il n’est pas exclu que de nouvelles explosions se produisent sans signes annonciateurs.

Selon le GNS Science, le Ruapehu demeure à un niveau d’activité anormal, avec un risque d’éruption. Les analyses montrent que la température sous le lac sommital est supérieure à la normale. L’eau du lac, quant à elle, est stable à 20-25°C depuis le mois de mars 2012. Les scientifiques pensent qu’il s’est formé un bouchon partiel à quelques centaines de mètres sous le lac, ce qui entraîne une accumulation de la pression des gaz, d’où le risque d’éruption. Selon eux, « si la zone d’obstruction cède brutalement, une éruption peut se produire sans prévenir, très brutalement. En revanche, si la zone cède progressivement, la pression se libérera plus graduellement et l’éruption présentera un aspect normal ».

 

   Activity at WhiteIsland has decreased over the past days. The Aviation Colour Code was lowered to Yellow and the volcanic alert level remains at 1, on a scale of 5. The tremor has dropped to less than half what it was during the first days of February. At the same time, small explosive eruptions in the active crater, which had been occurring for about three weeks, became less intense. On February 7th, SO2 emissions were similar to measurements from January (560 tonnes/day) while CO2 reached 1,800 tonnes/day. Water has again filled the lake and small geysering is the only observed activity. The lake water is hot, about 80°C.

Activity at Tongariro remains low, but steam and gas plumes from the Te Maari area are always present. There has been no eruptive activity since the explosion on November 21st 2012. Earthquake activity has been negligible and the flux of volcanic gases has remained relatively stable for several months.

GNS scientists do not know if further eruptions will occur or if the Te Maari crater area will just quietly discharge steam for several years. If further eruptions do occur, it is expected that “they might have little or no warning.”

GNS Science has confirmed that it believes Ruapehu remains at a heightened level of unrest and that an eruption is more likely than normal. Analyses show higher than normal temperatures beneath the crater lake whose temperature has been measured 20-25°C since March 2012. Scientists think there may be a partially sealed zone a few hundred metres beneath the lake which might be causing a pressure build up behind it. That pressure would make an eruption “more likely than normal”. In their opinion, “if the sealed zone fails suddenly an eruption could occur, probably with little or no warning. If it fails more gradually then the pressure would probably be released more slowly and the likelihood of an eruption would revert to normal”.

White-Island-Killer-10

White Island   (Photo: C. Grandpey)

Soufriere Hills (Ile de Montserrat)

   Le MVO indique que l’activité s’est maintenue à un niveau relativement bas sur le dôme de lave au début du mois de février. On a toutefois observé une légère augmentation de cette activité entre le 3 et le 6 février avec plusieurs séismes d’origine volcano-tectonique, une intensification des émissions gazeuses et, probablement, une petite émission de cendre. Quatre essaims volcano-tectoniques ont été enregistrés. Le deuxième a été le plus intense et a été suivi d’une augmentation de la température de plusieurs fumerolles à l’intérieur de la fracture d’effondrement apparue le 11 février 2010. Une nouvelle augmentation de température ainsi que des grondements ont accompagné le troisième essaim sismique. Il est probable qu’une légère émission de cendre se soit produite au niveau du plancher de la fracture d’effondrement car des dépôts récents ont été observés dans cette zone le 5 février au matin. La situation est redevenue normale par la suite.

Le niveau d’alerte est maintenu à 2, sur une échelle de 5.

 

   MVO indicates that early in February activity at the Soufrière Hills lava dome was at a low level, although there was a slight increase between February 3rd and 6th characterized by volcano-tectonic earthquakes, elevated gas flux, and possible light ash emission. Four volcano-tectonic swarms were recorded. The second one was the most intense and was followed by increases in the temperatures of several fumaroles inside the 11 February 2010 collapse scar. There was a further increase, as well as some loud roaring sounds, around the time of the third swarm. The activity likely included minor ash venting from a large fumarole in the floor of the collapse scar because fresh ash deposits were observed adjacent to this fumarole on the morning of February 5th. The situation later went back to normal.

The Hazard Level remains at 2 (on a scale of 1-5).

Etna (Sicile / Italie)

   On peut lire ce matin sur le site Etna Walk (http://www.etnawalk.it/News/Read/147) que le 13 février au soir (à partir de 19h10 environ) le Cratère SE a été le siège d’une petite activité strombolienne ponctuée d’explosions à intervalles variables et dont les projections ne dépassaient que rarement la lèvre du cratère. L’activité n’était pas visible du pied de l’Etna et le tremor n’a pas montré de variations significatives.

 

   One can read this morning on the Etna Walk website (http://www.etnawalk.it/News/Read/147) that on February 13th in the evening (at about 19:10) some slight strombolian activity started at the SE Crater with explosions whose ejections rarely went above the crater rim. This activity could not be seen from the villages at the foot of the volcano and the tremor did not show significant variations.