Eruption du Cumbre Vieja (La Palma) // Cumbre Vieja eruption (La Palma)

18 heures : Voici quelques nouvelles de La Palma. Ces dernières heures, priorité a été donnée à l’éruption meurtrière du Semeru (Indonésie). Si elle a occasionné de très importants dégâts, l’éruption du Cumbre Vieja n’a pas fait de victimes directes.

La sismicité semble décliner ces jours-ci à La Palma. En début de journée le 5 décembre 2021, l’IGN n’a détecté que huit petits séismes sur La Palma avec une magnitude maximale de M 3,1 à Fuencaliente, à une profondeur de 13 kilomètres.

L’IGN indique que l’inflation d’environ six centimètres enregistrée le 2 décembre à la station LP03, la plus proche des centres éruptifs du Cumbre Vieja, s’est complètement inversée. Dans les autres stations, la légère déflation, peut-être liée à la sismicité profonde, s’est stabilisée.

La coulée apparue le 4 décembre au nord de la montagne Cogote a rejoint la coulée #9 tout en détruisant, selon Pevolca, « un bon nombre de maisons » dans sa progression, en particulier dans le quartier de Los Llanos.

https://twitter.com/i/broadcasts/1ZkKzbzmlqeKv

Les habitants et les agriculteurs évacués de la zone nord ont été autorisés ce dimanche à y pénétrer, mais l’accès à la zone sud n’est autorisé ni par voie maritime ni par voie terrestre,

Sources: IGN, Pevolca.

———————————————–

6:00 pm : Here is some news from La Palma. In recent hours, priority has been given to the deadly eruption of Semeru (Indonesia). If it caused very significant damage, the Cumbre Vieja eruption did not kill anybody directly.
Seismicity seems to be declining these days in La Palma. At the start of December 5th, 2021, IGN detected only eight small earthquakes on La Palma with a maximum magnitude of M 3.1 in Fuencaliente, at a depth of 13 kilometers.
IGN indicates that the inflation of about six centimeters recorded on December 2nd at station LP03, the closest to theCumbre Vieja’s eruptive centers, has completely reversed. In the other stations, the slight deflation, perhaps linked to the deep seismicity, has stabilized.
The lava flow that appeared on December 4th north of Cogote Mountain merged with lava # 9 while destroying, according to Pevolca, « a good number of houses » in its progression, particularly in the Los Llanos neighborhood.

https://twitter.com/i/broadcasts/1ZkKzbzmlqeKv

Residents and farmers evacuated from the northern zone were authorized this Sunday to get into it, but access to the southern zone is not authorized either by sea or by land,
Sources: IGN, Pevolca.

Cet après-midi, le Cumbre Vieja se contentait de dégazer. Il faudra attendra la nuit pour voir où se situent les émissions de lave (capture écran webcam)

Confirmation que des coulées de lave restent actives ce soir à La Palma (capture écran webcam)

Belle activité strombolienne encore ce soir (capture écran webcam)

Que se passe-t-il sur le Kilauea (Hawaii) ? // What’s happening at Kilauea Volcano (Hawaii) ?

Il semble que l’éruption du Kilauea soit en train de marquer le pas, même si les webcams montrent toujours une faible activité au niveau de la bouche qui perce la paroi ouest du cratère Halema’uma’u. Le HVO indique que les émissions de gaz restent élevées. Le tremor volcanique montre une baisse et on observe une légère déflation sur les inclinomètres au sommet. L’activité sismique reste faible.
Aucune activité particulière n’est observée sur l’East Rift Zone du Kilauea.
Source : HVO.

——————————————-

It looks as if the Kilauea eruption is strongly decreasing, although webcams still show weak activity from the vent in the western wall of Halemaʻumaʻu crater. HVO says that gas emissions remain elevated. The volcanic tremor is declining and there is a minor deflationary tilt signal on summit tiltmeters. Earthquake activity remains below background.
No unusual activity has been noted in the Kīlauea East Rift Zone.

Source: HVO.

Capture image webcam HVO

Eruption du Semeru (Indonésie) : le bilan s’alourdit // The death toll increases

Selon les autorités locales, au moins 13 personnes ont été tuées par l’éruption du Semeru le 4 décembre 2021. 7 autres sont portées disparues. 57 villageois ont été blessés, la plupart souffrant de brûlures; 16 sont en condition critique.
Les opérations de recherche et de sauvetage se poursuivront aujourd’hui. Huit ouvriers dans une mine de sable qui avaient été piégés sur la pente du volcan ont pu être évacués avec succès samedi soir.
Des pluies torrentielles ont déclenché des lahars qui ont rasé les maisons du village de Curah Kobokan. Au moins six villages ont été touchés par l’éruption et plus de 900 personnes sont allées se réfugier dans les villages voisins. Les matériaux émis par le volcan ont également détruit plusieurs ponts et bloqué l’accès à certaines zones, entravant les efforts d’évacuation.
Les photos montrent des maisons et des bâtiments publics couverts de cendres et de débris volcaniques. La qualité de l’air dans les zones touchées est considérée comme extrêmement nocive pour la santé humaine.
Les autorités locales ont mis en place une zone de sécurité de 5 km autour du cratère. Toutefois, comme souvent pendant les éruptions en Indonésie, de nombreux villageois ont bravé la mise en garde officielle et sont restés dans leurs maisons pour s’occuper du bétail et protéger leurs biens.
Sources : Agence nationale de gestion des catastrophes (BNPB), The Jakarta Globe.

°°°°°°°°°°

Rappelons que l’éruption du Semeru a pris tout le monde par surprise. Aucun signal sismique particulier n’annonçait cet épisode éruptif. Les volcanologues locaux pensent que l’éruption a une origine phréatique suite aux pluies intenses qui se sont abattues ces derniers jours sur le volcan.

En regardant le bilan de l’éruption explosive du Semeru (Indonésie) et celui de l’éruption strombolienne du Cumbre Vieja (La Palma) où une seule victime indirectement liée à l’éruption est à déplorer, on se rend parfaitement compte de la différence entre les volcans gris et les volcans rouges. Prévision quasiment nulle sur les uns, un peu meilleure sur les autres, même si les scientifiques espagnols sont incapables de dire comment va se dérouler la suite des événements à La Palma.

————————————–

According to local authorities, at least 13 people were killed by yestreday’s eruption of Mt Semeru. 7 others are reported missing. 57 villagers were injured, mostly suffering from burns; 16 are in a critical condition.

The search and rescue operations continues today. Eight sand miners trapped by lava on the slope of the volcano were successfully evacuated on late Saturday.

Torrential rain turned debris into lahars that flattened homes in the village of Curah Kobokan. At least six villages were affected by the eruption, prompting more than 900 people to take refuge in nearby villages. Volcanic debris also destroyed several bridges and blocked access to some areas, hampering the evacuation efforts.

Photos showed homes and public facilities covered with ashes and volcanic debris. The air pollution level in affected areas is classified as extremely harmful to human health.

Local authorities have declared a restricted zone within 5 kilometers from the crater. However, like during most eruptions in Indonesia, many villagers defied official warnings and chose to remain in their homes, saying they had to tend to their livestock and protect their property,

Sources: National Disaster Mitigation Agency (BNPB), The Jakarta Globe.

°°°°°°°°°°

The Semeru eruption caught everyone by surprise. No significant seismic signal announced this eruptive episode. Local volcanologists believe that the eruption had a phreatic origin following the intense rains that fell in recent days on the volcano.
Looking at the death toll of the explosive eruption of Semeru (Indonesia) and that of the Strombolian eruption of Cumbre Vieja (La Palma) where only one victim indirectly linked to the eruption was reported, we realize perfectly the difference between grey and red volcanoes. Zero eruptive prediction for the ones, a little better for the others, even if Spanish scientists are unable to say how events will unfold in the coming days at La Palma.

Photo: C. Grandpey

Eruption du Cumbre Vieja et prévision volcanique // Cumbre Vieja eruption and volcanic prediction

Un article de l’agence Associated Press explique qu’avec l’éruption du Cumbre Vieja, La Palma « se transforme en laboratoire à ciel ouvert pour les volcanologues ». A l’aide de satellites, les scientifiques analysent les émissions de gaz et les coulées de roche en fusion. Au sol, ils collectent les plus petites particules ou les bombes volcaniques. Ils appliquent les dernières technologies pour observer l’éruption sur terre, en mer, depuis le ciel et même depuis l’espace. L’objectif ultime à La Palma est de profiter d’une fenêtre unique pour mieux comprendre les éruptions volcaniques : comment elles naissent, se déroulent et, plus important encore pour les habitants de La Palma, comment et quand elles se terminent.
Cependant, malgré les récentes avancées technologiques, les chercheurs ne peuvent que faire des suppositions sur ce qui se passe sous terre, là où le magma se forme. Comme l’a dit un volcanologue : « On a fait beaucoup de progrès au cours des 30 ou 40 dernières années dans la compréhension des processus géologiques et évolutifs, mais il est encore difficile de savoir avec certitude ce qui se passe à 40 à 80 kilomètres de profondeur. »
Lorsque le magma a commencé à s’accumuler sous la chaîne volcanique du Cumbre Vieja à La Palma, les scientifiques ont pu mesurer l’inflation de la surface du sol, analyser les essaims sismiques et d’autres signes indiquant qu’une éruption était imminente. Ils ne pouvaient pas prévoir l’heure exacte de l’éruption, mais leurs évaluations ont permis aux autorités de commencer les premières évacuations quelques heures seulement avant son début le 19 septembre. On pourrait ajouter que ce type de prévision et de prévention est assez facile sur un volcan strombolien comme le Cumbre Vieja à La Palma ou l’Etna en Sicile, mais c’est beaucoup plus difficile sur les volcans explosifs de la Ceinture de Feu du Pacifique, comme on vient de le voir avec la crise éruptive sur le Semeru (Indonésie). Bien qu’un homme soit décédé en novembre en tombant d’un toit alors qu’il déblayait la cendre, il n’y a eu aucun décès directement lié à l’éruption à La Palma. Le nombre de morts est beaucoup plus grand sur des volcans explosifs comme le Fuego au Guatemala ou le Merapi en Indonésie.
Je ne suis pas tout à fait d’accord lorsque l’auteur de l’article dit que l’absence de victimes est due aux nouvelles technologies en volcanologie, comme « les drones qui permettent aux scientifiques d’aller jeter un coup d’œil à l’intérieur d’un cratère actif, ou les superordinateurs qui exécutent des algorithmes de prévision ». L’informatique est une science exacte alors que les volcans sont imprévisibles, ils ne fonctionnent pas selon des processus scientifiques bien établis. Il n’y a eu aucune victime à La Plama parce qu’il s’agissait d’une éruption strombolienne classique, donc lente dans son évolution, et les mesures d’évacuation ont pu être effectuées de manière organisée. Il y avait des coulées de lave classiques de type aa et aucune coulée pyroclastique mortelle.
Il est indéniable que les nouvelles technologies peuvent aider les volcanologues. Le programme satellitaire Copernicus de l’Union européenne fournit des images et une cartographie haute résolution de l’île qui permettent de suivre les déformations induites par les séismes, le trajet emprunté par les coulées de lave et l’accumulation de cendres. En mer, les navires de recherche espagnols peuvent étudier l’impact de l’éruption sur l’écosystème marin. Le rêve des volcanologues serait, bien sûr, d’avoir des engins robotisés comme ceux envoyés sur la Lune ou sur Mars
La plupart des travaux des scientifiques à La Palma se sont concentrés sur la prévision des dégâts que le volcan pourrait causer à une population qui a déjà perdu des milliers de maisons, de fermes, de routes, de canaux d’irrigation et de bananeraies. Mais les volcanologues ne sont pas en mesure de dire quand l’éruption se terminera. Ils expliquent qu’il faudrait au moins deux semaines de diminution constante de la déformation du sol, des émissions de SO2 et de l’activité sismique pour affirmer que l’activité volcanique est en perte de vitesse.
L’éruption du Cumbre Vieja montre les limites actuelles de la prévision volcanique.
Source : Yahoo News.

———————————————–

An article by the Associated Press agency tells its readers that La Palma « turns into open-air lab for volcanologists. » We are told that helped by satellites, volcanologists analyze gas emissions and the flows of molten rock. On the ground, they collect everything from the tiniest particles to lava bombs. They are applying the latest technologies to scrutinize the eruption from the land, the sea, the air, and even from space. The ultimate goal at La Palma is to use a unique window of opportunity to better understand volcanic eruptions: how they form, develop and, even more crucially for the islanders, how and when they end.

However, despite recent technological advances, the researchers can only do a lot of estimating of what happens in the underworld where magma is formed. Said one volcanologist: « There has been a lot of progress in the last 30 or 40 years in the understanding of geological and evolutionary processes, but it’s still difficult to know for sure what happens at 40 to 80 kilometers of depth. »

When magma started accumulating deep under La Palma’s Cumbre Vieja range, scientists could measure the inflation the land’s surface, analyse seismic swarms and other signs of an impending eruption. They were not able to predict the exact time of the eruption, but their assessments prompted authorities to begin the first evacuations just hours before it took place on September 19th. One could add that this type of prediction and prevention is quite easy on a Strombolian volcano like Cumbre Vieja in La Palma or Mt Etna in Sicily, but it is far more difficult on the explosive volcanoes of the Pacific Ring of Fire, as could be seen recently with Mt Semeru’s eruptive crisis in Indonesia. Although one man died in November when he fell from a roof while cleaning off volcanic ash, there have been no deaths directly linked to the eruption. Death tolls are much heavier on explosive volcanoes like Guatemala’s Fuego or Indonesia’s Merapi.

I do not fully agree when the author of the article says that the absence of deaths is due to new technologies in volcanology, like « drones that allow scientists to peek into a volcanic cauldron or supercomputers that run prediction algorithms. » Computer science is an exact science while volcanoes are unpredictable they do not work according to well-established scientific processes. There were no casulaties in La Plama because it was a cpnventional, slow Strombolian eruption and the evacuation measures could be performed in an organised way. There were conventional aa lava flows and no deadly pyroclastic flows.

Sure, new technologies can help. The European Union’s Copernicus satellite program produces high-resolution imagery and mapping of the island that allow to track quake-induced deformations, lava flows and ash accumulation. At sea, Spanish research vessels can study the impact the eruption is having on the marine ecosystem. The volcanologists’ dream would be to have robotically operated rovers like the ones sent to the moon or Mars

Most of the scientists’ work in La Palma has been focused on predicting how far the volcano’s damage will impact a community that has already lost thousands of houses, farms, roads, irrigation canals and banana crops. But they are not able yet to say when the eruption will end..Volcanologists explain that it would take at least two weeks of consistent lessening in soil deformation, SO2 emissions and seismic activity to establish whether the volcano’s activity is waning.

the current eruption of Cumbre Vieja does show the limits of volcanic prediction.

Source: Yahoo News.

Les données Copernicus sont d’une grande utilité pour évaluer la superficie des coulées de lave et estimer les dégâts causés par l’éruption