Islande : Péninsule de Reykjanes, Hekla… et un peu de lecture !

L’Icelandic Met Office (IMO) indique que l’intense essaim sismique qui a commencé dans la Péninsule de Reykjanes le 18 juillet 2020 décline lentement. Selon le Met Office, il s’agirait d’un « événement de réactivation volcano-tectonique à plus grande échelle dans la péninsule. »
Les dernières images satellites ont permis de cartographier de nouvelles déformations de surface dans la zone où a été enregistrée la séquence de puissants séismes entre le 18 et le 20 juillet, avec des magnitudes qui ont ateint M 5,1. Le traitement des données satellitaires montre clairement un signal de déformation avec un déplacement d’environ 3 cm le long d’une faille orientée NE-SW dans la région de Fagradalsfjall. Les images acquises au cours de la période mentionnée ci-dessus révèlent également un signal d’affaissement dans la région de Svartsengi. Le phénomène a commencé entre le 16 et le 18 juillet, peu avant la survenue des puissants séismes tectoniques à Fagradalsfjall.
Les prochaines images satellites, attendues à la fin de cette semaine, permettront de savoir si la déflation est toujours en cours ou si elle s’est arrêtée.
Aucun changement significatif n’est signalé dans les mesures géochimiques effectuées cette semaine. De plus, la centrale géothermique de Svartsengi ne signale aucun changement dans ses mesures de routine.
L’IMO conclut son rapport en ces termes: « L’activité en cours sur la Péninsule de Reykjanes, qui a commencé fin 2019, reflète une réactivation volcano-tectonique à grande échelle sur une grande partie de la péninsule entre Eldey à l’ouest et Krýsuvík à l’est. »
Source: IMO

°°°°°°°°°°°°

Dans le même temps, l’Institut des Sciences de la Terre de l’Université d’Islande indique que les mesures effectuées près du Mont Hekla indiquent une augmentation de la pression exercée par le magma. Cette pression est nettement plus importante que lors des dernières éruptions du volcan en 1991 et 2000.
L’Institut, qui a effectué les mesures, prévient que les éruptions de l’Hekla se produisent en général soudainement et que les randonneurs à proximité du volcan pourraient être rapidement en danger. Les éruptions commencent souvent par de violents événements phréatomagmatiques, de sorte qu’un groupe de randonneurs qui serait surpris par une éruption se trouverait vite en difficulté.

———————————

The Icelandic Met Office (IMO) indicates that the intense seismic swarm that started in the Reykjanes Peninsula on July 18th, 2020, is slowly decreasing. This activity is interpreted to as “a larger scale volcano-tectonic reactivation event in the Reykjanes peninsula.”

The acquisition of recent satellite images has allowed to map new surface deformation in the area associated with the sequence of large earthquakes that occurred from July 18th to 20th, with magnitudes up to M 5.1. The satellite data processing clearly shows a deformation signal corresponding to approximately 3 cm of movement along a NE-SW oriented fault in the region of Fagradalsfjall. The images acquired during the period also reveal a localized subsidence signal in the Svartsengi area. The subsidence started between July 16th and 18th, slightly before the occurrence of the large tectonic earthquakes in Fagradalsfjall.

The next satellite image, expected at the end of this week, will confirm if the deflation is still ongoing or if this has stopped.

No significant changes are reported regarding the geochemical measurements performed this week. Additionally, the geothermal power plant in Svartsengi reports no changes in their routine measurements.

IMO concludes its report with these words : « The ongoing activity on the Reykjanes peninsula, which commenced at the end of 2019, reflects a widespread volcano-tectonic reactivation of a large section of the peninsula, currently spanning Eldey in the west to Krýsuvík in the east. »

Source: IMO.

Le dernier essaim sismique sur la Péninsule de Reykjanes (Source : IMO)

°°°°°°°°°°°°

In the meantime, the Institute of Earth Sciences at the University of Iceland indicates that measurements made near Mount Hekla indicate a build-up of magma pressure that has become considerably greater than when the volcano last erupted in 1991 and 2000.

The Institute, which performed the measurements, warns that eruptions of Mt Hekla usually happen suddenly and that hikers in the vicinity of the volcano might be in danger in case of volcanic activity. Eruptions often start with powerful phreatomagmatic events, so that a group of unprepared hikers surprised by an eruption would have few means of escaping.

++++++++++

Si avez décidé de ne pas aller en Islande à cause de la situation sanitaire actuelle (tests pour les touristes étrangers à l’aéroport de Keflavik), vous pourrez vous rabattre sur la lecture d’un livre que vient de me signaler très aimablement un adhérent de l’association L.A.V.E. Il s’agit d’un roman intitulé Heimaey par Ian Manook. Voici le résumé proposé par l’ami Google :

Quand Jacques Soulniz embarque sa fille Rebecca à la découverte de l’Islande, c’est pour renouer avec elle, pas avec son passé de routard. Mais dès leur arrivée à l’aéroport de Keflavik, la trop belle mécanique des retrouvailles s’enraye. Mots anonymes sur le pare-brise de leur voiture, étrange présence d’un homme dans leur sillage, et ce vieux coupé SAAB qui les file à travers déserts de cendre et champs de lave… jusqu’à la disparition de Rebecca. Il devient dès lors impossible pour Soulniz de ne pas plonger dans ses souvenirs, lorsque, en juin 1973, il débarquait avec une bande de copains sur l’île d’Heimaey, terre de feu au milieu de l’océan.
Un trip initiatique trop vite enterré, des passions oubliées qui déchaînent des rancoeurs inattendues, et un flic passionné de folklore islandais aux prises avec la mafia lituanienne : après l’inoubliable Mongolie de sa trilogie Yeruldelgger et le Brésil moite et étouffant de Mato Grosso, Ian Manook, écrivain nomade, nous fait découvrir une Islande lumineuse, à rebours des clichés, qui rend plus noire encore la tension qu’en maître du suspense il y distille.

L’ouvrage a été publié en septembre 2018 par les Editions Albin Michel. Il est également disponible en Livre de Poche.

Kilauea (Hawaii): L’affaissement de l’Halema’uma’u // The subsidence of Halema’uma’u Crater

Le HVO a publié le 12 juin 2018 de nouvelles photos de l’Halema’uma’u qui montrent les changements subis par le cratère sommital en raison des événements des dernières semaines. Une précédente photo avait été publiée le 5 juin.

On June 12th, 2018, HVO released new photos of Halema’uma’u Crater that show the changes undergone by the summit crater due to the events of the past few weeks. A previous photo had been released on June 5th.

 

°°°°°°°°°°

La vue aérienne proposée le 12 juin par la première photo ci-dessous est orientée vers l’ouest. La surface plane au centre de la photo est l’ancien fond du cratère de l’Halema’uma’u ; il s’est affaissé d’au moins 100 mètres au cours des deux dernières semaines. On peut voir des fractures circulaires sur la lèvre du cratère ; elles coupent le parking (à gauche de la photo) qui desservait l’ancien point d’observation fermé en 2008. Au premier plan, la partie la plus profonde de l’Halema’uma’u se trouve maintenant à environ 300 mètres sous la lèvre du cratère. La bordure du cratère et les parois continuent de s’affaisser vers l’intérieur et vers le bas en relation avec la déflation continue du sommet du Kīlauea.

The aerial photo of June 12th below looks west across the crater. The flat surface in the centre of the photo is the former Halema‘uma‘u crater floor, which has subsided at least 100 metres during the past couple of weeks. Ground cracks circumferential to the crater rim can be seen cutting across the parking lot (left of the photo) for the former visitor overlook which was closed in 2008. The deepest part of Halema‘uma‘u (in the foreground) is now about 300 metres below the crater rim. The crater rim and walls continue to slump inward and downward in response to the ongoing subsidence at Kīlauea’s summit.

 

 

D’autres photos donnent des vues rapprochées des fractures au niveau de l’ancien parking fermé en 2008.

Other photos give a closer view of the cracks cutting across the parking lot  that was closed in 2008.

Crédit photo: USGS / HVO

S’oriente-t-on vers un effondrement majeur du plancher de l’Halema’uma’u? Cette éventualité est à prendre sérieusement en considération. Les explosions que l’on observe régulièrement ces derniers temps fragilisent probablement l’ensemble du cratère et contribuent à l’élargissement des fractures. On comprend pourquoi les autorités ont décidé de fermer le Parc National et en particulier la terrasse d’observation du Jaggar Museum qui s’est fissurée sous les coups de boutoir des explosions.

Are we heading towards a major collapse of the Halema’uma’u crater floor? This possibility is to be seriously considered. The explosions regularly observed in recent times probably weakened the whole crater and contributed to the widening of the fractures. We can understand why the authorities have decided to close the National Park and in particular the observation deck of the Jaggar Museum which was fissured by the impacts of the explosions.

La déflation du sommet du Kilauea et du Pu’uOo (Hawaii) // The deflation of the Kilauea summit and Pu’uO’o (Hawaii)

Depuis le début de l’éruption le 3 mai 2018, on observe une déflation significative à la fois du sommet du Kilauea et du Pu’uO’o qui a été le premier à s’affaisser après l’évacuation de la lave et la vidange du petit lac de lave qui se trouvaitdans la partie ouest du cratère. Ce dernier présente maintenant une forme d’entonnoir qui se prolonge par un puits cylindrique profond. Des matériaux d’effondrement occupent le fond du puits. L’éruption qui avait commencé sur le Pu’uO’o le 3 janvier 1983 est maintenant une chose du passé.
Dans toutes ses mises à jour, le HVO indique que «l’affaissement intérieur de la lèvre et des parois de Halema`uma`u continue en réaction à l’affaissement continu du sommet.» Des fractures et des failles trahissent cet affaissement continu. On peut se demander si toutes ces fractures concentriques n’annoncent pas un effondrement majeur du plancher du cratère de l’Halema’uma’u.
La déflation du sommet et du Pu’uO’o apparaît très clairement dans les graphiques fournis par l’Observatoire.

————————————————-

Since the start of the eruption on May 3rd, 2018, deflation has occurred both at the summit of Kilauea and at Pu’uO’o which was the first to deflate after the evacuation of lava and the drainage of the lava pond in the western part of the vent. The crater now has a funnel-shaped geometry with a deeper cylindrical shaft. Rubble fills the base of the shaft. The eruption that started at the vent on January 3rd, 1983 is now a thing of the past.

In all its updates, HVO indicates that “inward slumping of the rim and walls of Halema`uma`u continues in response to ongoing subsidence at the summit.” Cracks and faults reflect the ongoing subsidence of the area. One may wonder if all these cracks do not herald a major collapse of Halema‘uma‘u crater floor.

This subsidence on both the summit and Pu’uO’o appears very clearly in the graphs provided by the Observatory.

Déflation sommitale sur une année (Source: USGS / HVO)

Déflation du Pu’uO’o sur une année (Source: USGS / HVO)

Cratère du Pu’uO’o le 7 juin 2018 (Crédit photo: HVO)

Kilauea (Hawaii) : Déflation du sommet et forte sismicité // Deflation of the summit and strong seismicity

8 heures (heure française): Un séisme de magnitude 3,5 localisé à environ 150 mètres sous le sommet du Kilauea vers 16h30 le 16 mai 2018 a causé des dégâts dans les bâtiments du Parc de Volcans et ouvert des fractures sur la Highway 11 et d’autres routes du Parc. Il n’est toutefois fait état d’aucune victime.
Les autorités locales demandent aux automobilistes de ralentir et faire preuve de prudence sur la Highway 11, en particulier entre les bornes kilométriques 28 et 29, ainsi que sur la Pi’i Mauna Poad, où la plupart des dégâts ont été observés. Le Parc des Volcans, qui a compétence sur la Highway 11 entre les bornes kilométriques 28 et 38,5, a décidé de ne pas fermer cette route à la circulation malgré la présence des fractures. Il est rappelé aux automobilistes qu’il est interdit de s’arrêter sur les accotements de la Highway 11 dans le Parc pour des raisons non urgentes.
Le séisme a également ouvert d’importantes fissures dans le Visitor Emergency Operations Center qui gère les situations d’urgence dans le Parc des Volcans. Il a entraîné des pannes de courant et la rupture de plusieurs conduites d’eau.
Avec la sismicité, le HVO continue d’enregistrer une déflation significative du sommet du Kilauea. Dans l’après-midi du 16 mai, le plancher de la caldeira s’était affaissé d’environ 90 centimètres. Cette déflation du sommet a un effet sur les failles autour de la caldeira et provoque les séismes mentionnés précédemment.
Le HVO indique que les séismes dans la région sommitale du Kilauea pourraient devenir plus fréquents. Leur faible profondeur peut provoquer des dégâts importants dans le voisinage immédiat de l’épicentre et la population doit prendre des précautions pour minimiser les dégâts causés par les secousses. Il est, par exemple, conseillé de retirer des éléments instables des murs et des étagères. Sur le terrain, les pentes raides doivent être évitées car elles peuvent être déstabilisées par de fortes secousses.

L’activité éruptive reste concentrée sur la fracture n° 17 mais les projections de lave ont perdu de leur intensité. La coulée a considérablement ralenti et reste longue de près de 2,5 km. Les émissions de gaz volcaniques demeurent élevées dans toute la zone située sous le vent.
Source: USGS / HVO.

°°°°°°°°°°

20 heures (heure française): Le HVO indique qu’une « éruption explosive » s’est produite au sommet du Kilauea peu avant 4h20 (heure locale) le 17 mai 2018. Elle a généré un volumineux panache de cendre. Les autorités conseillent aux personnes qui se trouvent sous le nuage de cendre de s’abriter. Le vent est susceptible d’entraîner le panache de cendre vers Kau, Volcano, Mountain View, Kea’au et jusqu’à Hilo.

Le HVO signale peu de changements dans l’éruption de Lower Puna. L’activité reste focalisée sur la fracture n° 17 qui a produit la grande coulée au nord-est des Lanipuna Gardens, mais les projections de lave ont diminué. La coulée présente une longueur de 2,5 kilomètres et sa progression a considérablement ralenti. La Protection Civile indique qu’aucune coulée n’est active actuellement.
Le gouverneur de l’État de Hawaii a annoncé le 16 mai la création d’un double commandement qui permettra à la Garde Nationale de commander des forces militaires actives pour aider aux évacuations.
Les émissions de SO2 ont envahi le site de l’éruption le 16 mai, car un arrêt des alizés a permis aux gaz volcaniques de pénétrer à l’intérieur des terres. La situation devrait toutefois s’améliorer le 17 mai, même si les émissions de gaz restent très élevées près des fractures dans les subdivisions des Leilani Estates et Lanipuna Gardens. Les pompiers ont procédé au moins à trois opérations de secours auprès de personnes qui se sont retrouvées en difficulté alors qu’elles retournaient chez elles dans des zones évacuées. De nouveaux capteurs de dioxyde de soufre sont installés le long des fractures.
Dans le même temps, les responsables de la Protection Civile continuent à travailler sur la désactivation de trois puits géothermiques sur le site de la centrale Puna Geothermal Venture, qui a été menacée par les fractures. Comme je l’ai écrit auparavant, le processus consiste à remplir les puits d’eau froide pour éviter les remontées de sulfure d’hydrogène. Des bouchons seront ensuite placés sur les puits pour les « tuer ». L’installation de chaque bouchon prendra une journée.
Source: HVO et Protection Civile.

————————————————–

8 a.m. (French time): An M 3.5 earthquake located about 150 metres beneath the summit of Kilauea Volcano around 11:30 a.m. on May 16th, 2018 caused noticeable structural damage in park buildings and left behind a web of earth cracks and uneven road surfaces on Highway 11 and other park roadways. However, no injuries were reported.

Local authorities urge motorists to slow down and use caution on Highway 11, particularly between mile markers 28 and 29, and Pi‘i Mauna Road, where most damages occurred. The park, which has jurisdiction over Highway 11 between mile markers 28 and 38.5, is not closing Highway 11 at this time.

In addition, motorists are reminded that stopping for non-emergency purposes along the side and shoulders of Highway 11 in the park is prohibited.

The earthquake also created sizable cracks in the park’s Visitor Emergency Operations Center and caused a temporary loss of power and ruptured several water lines.

Together with the seismicity, HVO continues to record significant deflation of the Kilauea summit. As of the afternoon of May 16th, the floor of the caldera had dropped approximately 90 centimetres. This movement is stressing faults around the caldera, causing them to move and resulting in the strong earthquakes mentioned previously.

As deflation continues, strong earthquakes in the area around Kilauea Volcano’s summit are expected to continue and may become more frequent.

The shallow depths of these earthquakes make them more damaging in the immediate vicinity of the epicentre, and individuals need to take precautions to minimize damage from the shaking, including the removal of unstable items from walls and shelves. Steep slopes should be avoided as they may become destabilized during strong earthquakes.

Eruptive activity remained concentrated at fissure 17 but the spattering is decreasing in vigour. The lava flow has slowed significantly and remains nearly 2.5 km in length. Volcanic gas emissions remain elevated throughout the area downwind of the fissures.

Source: USGS / HVO.

°°°°°°°°°°

8 p.m. (French time): HVO reports an “explosive eruption” at the summit of Kilauea volcano shortly before 4:20 a.m. (local time) on May 17th, 2018. It ejected a large plume of ash in the air, and authorities urged residents in the path of the ash to shelter in place. The wind may carry the resulting ash plume north toward Kau, Volcano, Mountain View, Kea’au and as far as Hilo.

HVO reports little change in the eruption in Lower Puna. Activity remained focused at fissure No. 17, which has produced the largest lava flow northeast of Lanipuna Gardens, but the spattering has decreased. The flow remains 2.5 kilometres in length and its advance has slowed significantly. Civil Defence indicates that no flows are currently active.

The Governor of the State of Hawaii announced on May 16th the formation of a dual status command that will give the Hawaii National Guard authority to command active military forces to assist with evacuations.

SO2 emissions invaded the region of the eruption on May 16th as a disruption of trade winds caused the gases from the volcanic activity to be swept more inland. Those conditions were expected to ease on May 17th, though gas emissions remain dangerously high near the fissures around the Leilani Estates and Lanipuna Gardens subdivisions. The Hawaii Fire Department has conducted at least three rescues of people who found themselves at risk as they went back to their homes in evacuated areas. More sulphur dioxide monitors are being installed around the fissures.

Meanwhile, Civil Defense officials continue to work on deactivating three geothermal wells at Puna Geothermal Venture, which has been encroached upon by the fissures. As I put it before, the process involves filling the wells with cold water to prevent unabated releases of hydrogen sulfide. Caps will then be placed on the wells to “kill” them. Each cap will take a day to install.

Source: HVO & Civil Defence

Fractures dans la Highway 11 (Crédit photo: National Park Service)

Panache de cendre au-dessus du cratère de l’Halema’uma’u (Crédit photo: USGS)