Semeru: les lacunes de la prévision et de la prévention éruptives // The shortcomings of eruptive prediction and prevention

Au lendemain de l’éruption meurtrière du Semeru (39 morts et 12 disparus, et des dizaines d’autres gravement brûlés), on se rend compte une fois de plus à quel point la prévision volcanique est faible, surtout sur les volcans explosifs de la Ceinture de Feu du Pacifique.
L’éruption du Semeru s’est produite sans prévenir. Elle soulève des questions et des doutes au sein de la population sur l’efficacité du système indonésien d’alerte aux catastrophes et sur les dangers de la reconstruction sur les pentes fertiles mais dangereuses d’un volcan.
Les autorités ont déclaré que des messages d’alerte avaient été envoyés aux administrateurs locaux, mais elles ont reconnu qu’ils n’avaient pas donné lieu à un ordre d’évacuation, « en partie parce que l’activité du volcan est difficile à prévoir. »
Les messages recommandant des évacuation sont normalement relayés par l’agence nationale de gestion des catastrophes, comme ce fut le cas en 2017 lorsqu’elle a ordonné à 100 000 personnes vivant près du mont Agung à Bali de quitter immédiatement la zone de danger. C’était une bonne mesure de prévention, même si aucune éruption majeure n’a eu lieu.
Curah Kobokan est l’un des villages détruits par la dernière éruption du Semeru. En javanais, ce nom signifie « bol en train de déverser », en référence à la rivière qui passe à proximité. Autrefois source de vie, la rivière est devenue source de malheur pour ce village. Lorsque le Semeru est entré en éruption, le cours d’eau a véhiculé d’épaisses coulées de boue et de cendres à haute température qui se sont déversées directement dans Curah Kobokan, transformant le village en un champ de cendres grises qui a englouti les lignes électriques, tandis que seuls les toits des maisons dépassaient de la fange.
Les villageois disent que l’air est devenu « brûlant et noir » en quelques secondes. Les gens ont crié et se sont enfuis; certains se sont réfugiés dans une maison de prière, d’autres se sont blottis dans une canalisation en béton. Sur les huit villageois interrogés, aucun n’a déclaré avoir été prévenu d’une éruption imminente. Ils ont tous ajouté que si les gens avaient été prévenus, ils seraient partis. Au lieu de cela, en quelques minutes, la coulée pyroclastique les a tués.
La dévastation causée par le Semeru peut être attribuée à un ensemble de facteurs, mais personne ne se sent responsable. Cela me rappelle la dernière grande éruption du volcan Fuego (Guatemala) et ses centaines de morts. À la suite de l’événement, l’INSIVUMEH et le CONRED se sont mutuellement attribués la responsabilité du désastre.
Le directeur de l’agence géologique indonésienne a déclaré que des messages avaient été envoyés aux autorités locales pour les avertir du risque de coulée pyroclastique et que la rivière près de Curah Kobokan était marquée en rouge sur la carte.
L’agence de gestion des catastrophes de Java Est a déclaré que les mises e garde avaient été transmises aux agences locales, mais qu’il n’y avait pas eu d’ordre spécifique d’évacuation.
Les scientifiques expliquent que la nature de l’éruption – un effondrement du dôme de lave peut-être déclenché par des facteurs externes tels que de fortes pluies – était difficile à prévoir. Un chercheur explique que les éruptions déclenchées par les effondrements de dômes de lave représentent environ 6 % de l’ensemble des éruptions volcaniques.
Un autre facteur causal de la tragédie est la réalité de la vie sur les pentes du Semeru, où au fil des décennies, les villageois se sont habituées à l’activité volcanique, y compris les émissions de gaz et de vapeur au sommet du volcan.
Alors que les autorités évaluent les dégâts (100 000 maisons ont été endommagées ou détruites), il semble y avoir une prise de conscience du danger de vivre si près du volcan. Le président indonésien a déclaré qu’au moins 2 000 maisons devraient être déplacées.
Avec 142 volcans potentiellement actifs, l’Indonésie a la plus forte densité de population vivant à proximité de l’un d’eux. 8,6 millions de gens habitent à moins de 10 km d’un volcan. Lorsque des coulées pyroclastiques se déclenchent, il n’y a pas le temps de fuir. Si de véritables mesures de prévention ne sont pas mises en place, la vraie question sera de savoir quel volcan indonésien sera le prochain tueur…
Source : d’après un article paru dans Yahoo News.

——————————————-

In the wake of the deadly Semeru eruption (39 dead and 12 missing, with tens of others severely burnt) one realises once again how low volcanic prediction is, above all on the explosive volcanoes of the Pacific Ring of Fire.

The Semeru eruption occurred with no warning and it raises questions and doubts among the population about the effectiveness of Indonesia’s disaster warning system, and the dangers of rebuilding on the volcano’s fertile but precarious slopes.

Officials said some messages were sent to local administrators but acknowledged they did not result in an evacuation order, « in part because the volcano’s activity is hard to predict. »

Warnings to evacuate are normally relayed by the national disaster mitigation agency, such as in 2017 when it ordered 100,000 people living near Bali’s Mt Agung to immediately leave the danger zone It was the right prevention measure, although no major eruption occurred.

One of the villages affected by Mt Semeru’s last eruption was Curah Kobokan which, in Javanese, means « pouring bowl », a reference to the river that snakes by it. Once a source of life, the river also became the community’s downfall. When Semeru erupted, the river carried thick and hot flows of lava and ash directly into Curah Kobokan, turning the village into a field of gray ash piled as high as the powerlines, a few roofs jutting out of the newly formed disaster landscape.

Villagers say the air grew blazing hot and pitch black in seconds. People screamed and fled in panic, some taking refuge in a prayer house, others huddled in a concrete drain. Out of eight residents interviewed, not one said they received warning of an impending eruption. They added that if there had been a warning, people would have evacuated. Instead in a matter of minutes, la pyroclastic flow killed a lot of people.

The devastation wreaked by Semeru can be ascribed to a deadly confluence of factors, for which no one wants to take the blame. This reminds me of the last major eruption of Fuego volcano (Guatemala) which killed hundreds of people. Following the event, INSIVUMEH and CONRED accursed each other of the disaster.

The head of Indonesia’s geological agency says messages were sent to local officials warning of hot ash clouds and that the river near Curah Kobokan was marked red on the map.

The East Java disaster mitigation agency says the warnings were passed on to local resilience officers but there were no specific orders to evacuate.

Experts say the nature of the eruption, a collapse of the lava dome possibly triggered by external factors such as heavy rain, was also difficult to predict. A researcher explains that eruptions triggered by lava dome collapses account for about 6% of all volcanic eruptions.

Another causal factor for the tragedy is the reality of life on Semeru’s slopes, where over the decades communities have become inured to volcanic activity, including the summit letting off steam.

As disaster officials survey the devastation (100,000 homes were damaged or destroyed), there is growing talk about the danger of living so close to the mountain. The Indonesian President said that at least 2,000 homes should be moved.

With 142 volcanoes, Indonesia has the largest population living in close range to a volcano, including 8.6 million within 10km. When pyroclastic flows are triggered, there is no time to run. If no new prevention measures are taken, the real question will be to knowwhich Indonesian volcano will be the next killer…

Source: after an article published in Yahoo News.

Photos : C. Grandpey

 

Eruption du Cumbre Vieja et prévision volcanique // Cumbre Vieja eruption and volcanic prediction

Un article de l’agence Associated Press explique qu’avec l’éruption du Cumbre Vieja, La Palma « se transforme en laboratoire à ciel ouvert pour les volcanologues ». A l’aide de satellites, les scientifiques analysent les émissions de gaz et les coulées de roche en fusion. Au sol, ils collectent les plus petites particules ou les bombes volcaniques. Ils appliquent les dernières technologies pour observer l’éruption sur terre, en mer, depuis le ciel et même depuis l’espace. L’objectif ultime à La Palma est de profiter d’une fenêtre unique pour mieux comprendre les éruptions volcaniques : comment elles naissent, se déroulent et, plus important encore pour les habitants de La Palma, comment et quand elles se terminent.
Cependant, malgré les récentes avancées technologiques, les chercheurs ne peuvent que faire des suppositions sur ce qui se passe sous terre, là où le magma se forme. Comme l’a dit un volcanologue : « On a fait beaucoup de progrès au cours des 30 ou 40 dernières années dans la compréhension des processus géologiques et évolutifs, mais il est encore difficile de savoir avec certitude ce qui se passe à 40 à 80 kilomètres de profondeur. »
Lorsque le magma a commencé à s’accumuler sous la chaîne volcanique du Cumbre Vieja à La Palma, les scientifiques ont pu mesurer l’inflation de la surface du sol, analyser les essaims sismiques et d’autres signes indiquant qu’une éruption était imminente. Ils ne pouvaient pas prévoir l’heure exacte de l’éruption, mais leurs évaluations ont permis aux autorités de commencer les premières évacuations quelques heures seulement avant son début le 19 septembre. On pourrait ajouter que ce type de prévision et de prévention est assez facile sur un volcan strombolien comme le Cumbre Vieja à La Palma ou l’Etna en Sicile, mais c’est beaucoup plus difficile sur les volcans explosifs de la Ceinture de Feu du Pacifique, comme on vient de le voir avec la crise éruptive sur le Semeru (Indonésie). Bien qu’un homme soit décédé en novembre en tombant d’un toit alors qu’il déblayait la cendre, il n’y a eu aucun décès directement lié à l’éruption à La Palma. Le nombre de morts est beaucoup plus grand sur des volcans explosifs comme le Fuego au Guatemala ou le Merapi en Indonésie.
Je ne suis pas tout à fait d’accord lorsque l’auteur de l’article dit que l’absence de victimes est due aux nouvelles technologies en volcanologie, comme « les drones qui permettent aux scientifiques d’aller jeter un coup d’œil à l’intérieur d’un cratère actif, ou les superordinateurs qui exécutent des algorithmes de prévision ». L’informatique est une science exacte alors que les volcans sont imprévisibles, ils ne fonctionnent pas selon des processus scientifiques bien établis. Il n’y a eu aucune victime à La Plama parce qu’il s’agissait d’une éruption strombolienne classique, donc lente dans son évolution, et les mesures d’évacuation ont pu être effectuées de manière organisée. Il y avait des coulées de lave classiques de type aa et aucune coulée pyroclastique mortelle.
Il est indéniable que les nouvelles technologies peuvent aider les volcanologues. Le programme satellitaire Copernicus de l’Union européenne fournit des images et une cartographie haute résolution de l’île qui permettent de suivre les déformations induites par les séismes, le trajet emprunté par les coulées de lave et l’accumulation de cendres. En mer, les navires de recherche espagnols peuvent étudier l’impact de l’éruption sur l’écosystème marin. Le rêve des volcanologues serait, bien sûr, d’avoir des engins robotisés comme ceux envoyés sur la Lune ou sur Mars
La plupart des travaux des scientifiques à La Palma se sont concentrés sur la prévision des dégâts que le volcan pourrait causer à une population qui a déjà perdu des milliers de maisons, de fermes, de routes, de canaux d’irrigation et de bananeraies. Mais les volcanologues ne sont pas en mesure de dire quand l’éruption se terminera. Ils expliquent qu’il faudrait au moins deux semaines de diminution constante de la déformation du sol, des émissions de SO2 et de l’activité sismique pour affirmer que l’activité volcanique est en perte de vitesse.
L’éruption du Cumbre Vieja montre les limites actuelles de la prévision volcanique.
Source : Yahoo News.

———————————————–

An article by the Associated Press agency tells its readers that La Palma « turns into open-air lab for volcanologists. » We are told that helped by satellites, volcanologists analyze gas emissions and the flows of molten rock. On the ground, they collect everything from the tiniest particles to lava bombs. They are applying the latest technologies to scrutinize the eruption from the land, the sea, the air, and even from space. The ultimate goal at La Palma is to use a unique window of opportunity to better understand volcanic eruptions: how they form, develop and, even more crucially for the islanders, how and when they end.

However, despite recent technological advances, the researchers can only do a lot of estimating of what happens in the underworld where magma is formed. Said one volcanologist: « There has been a lot of progress in the last 30 or 40 years in the understanding of geological and evolutionary processes, but it’s still difficult to know for sure what happens at 40 to 80 kilometers of depth. »

When magma started accumulating deep under La Palma’s Cumbre Vieja range, scientists could measure the inflation the land’s surface, analyse seismic swarms and other signs of an impending eruption. They were not able to predict the exact time of the eruption, but their assessments prompted authorities to begin the first evacuations just hours before it took place on September 19th. One could add that this type of prediction and prevention is quite easy on a Strombolian volcano like Cumbre Vieja in La Palma or Mt Etna in Sicily, but it is far more difficult on the explosive volcanoes of the Pacific Ring of Fire, as could be seen recently with Mt Semeru’s eruptive crisis in Indonesia. Although one man died in November when he fell from a roof while cleaning off volcanic ash, there have been no deaths directly linked to the eruption. Death tolls are much heavier on explosive volcanoes like Guatemala’s Fuego or Indonesia’s Merapi.

I do not fully agree when the author of the article says that the absence of deaths is due to new technologies in volcanology, like « drones that allow scientists to peek into a volcanic cauldron or supercomputers that run prediction algorithms. » Computer science is an exact science while volcanoes are unpredictable they do not work according to well-established scientific processes. There were no casulaties in La Plama because it was a cpnventional, slow Strombolian eruption and the evacuation measures could be performed in an organised way. There were conventional aa lava flows and no deadly pyroclastic flows.

Sure, new technologies can help. The European Union’s Copernicus satellite program produces high-resolution imagery and mapping of the island that allow to track quake-induced deformations, lava flows and ash accumulation. At sea, Spanish research vessels can study the impact the eruption is having on the marine ecosystem. The volcanologists’ dream would be to have robotically operated rovers like the ones sent to the moon or Mars

Most of the scientists’ work in La Palma has been focused on predicting how far the volcano’s damage will impact a community that has already lost thousands of houses, farms, roads, irrigation canals and banana crops. But they are not able yet to say when the eruption will end..Volcanologists explain that it would take at least two weeks of consistent lessening in soil deformation, SO2 emissions and seismic activity to establish whether the volcano’s activity is waning.

the current eruption of Cumbre Vieja does show the limits of volcanic prediction.

Source: Yahoo News.

Les données Copernicus sont d’une grande utilité pour évaluer la superficie des coulées de lave et estimer les dégâts causés par l’éruption

Sensibilisation aux séismes à Hawaii // Earthquake awareness in Hawaii

L’île d’Hawaï est parfois secouée par des séismes comme l’événement de magnitude M 6,2 le 10 octobre 2021 à 11h49 (heure locale). L’épicentre était situé juste au sud de la Grande Ile d’Hawaii. La secousse, causée par la flexion de la plaque océanique, a rappelé que l’État d’Hawaï est sujet à des séismes pouvant causer des dégâts.
Certains impacts des séismes peuvent être minimisés si les gens prennent des précautions. C’est ce qu’on appelle la prévention.
Il existe plein de petites choses à faire avant que se produise un tremblement de terre pour se protéger soi-même et protéger ses biens. Il faut s’organiser et élaborer un kit d’urgence. Il est conseillé de maintenir contre le mur les objets lourds comme une bibliothèque ou une télévision; cela réduira le risque de basculement. Des loquets solides sur les placards empêcheront la vaisselle de voler à travers la cuisine. Ce ne sont là que quelques petits conseils faciles à mettre en oeuvre pour se préparer et se protéger. Le site The Great Hawai’i Shake Out donne plus d’informations et de conseils sur la prévention sismique :
https://www.shakeout.org/hawaii.
L’Observatoire des Volcans d’Hawaii (HVO), ainsi que des milliers d’habitants dans tout l’État, participent chaque année à The Great Hawai’i ShakeOut pour encourager la sensibilisation aux séismes.
L’International ShakeOut Day a lieu le troisième jeudi d’octobre. C’est l’occasion de rappeler la conduite à suivre en cas de séisme. Cette année, le 21 octobre à 10h21, le HVO invitait les gens à une session « Drop, Cover, and Hold On. » (accroupissez vous, protégez vous et cramponnez vous). Comme on peut le voir sur l’image ci-dessous, cela peut consister tout simplement à se glisser sous une table et attendre que le séisme soit terminé.
Source : USGS / HVO.

—————————————–

The Island of Hawaii is sometimes shaken by earthquakes like the magnitude M 6.2 event that occurred on October 10th at 11:49 a.m. (local time). The epicenter was located just south of the Island of Hawaii. The earthquake, caused by bending of the oceanic plate, was a reminder that the State of Hawaii is no stranger to potentially damaging earthquakes.

Some of the impacts from earthquakes, like the recent magnitude-6.2, can be minimized when people prepare in advance. This is called prevention.

There are countless small actions one can do, long before another earthquake strikes, to protect oneself and one’s property. One needs to make a plan and build a supply kit that can be used in case of an emergency. Fastening heavy objects like a bookcase or television to the wall will lessen the chances of them tipping over. Having sturdy latches on cupboards will help stop dishes from flying across the kitchen. These are just a couple of the small things one can do to prepare. The website entitled The Great Hawai’i Shake Out gives mor information and advice about what can be done as a prevention : :

https://www.shakeout.org/hawaii .

The Hawaiian Volcano Observatory (HVO), along with thousands of residents across the State, participate yearly in The Great Hawaiʻi ShakeOut to raise awareness for earthquake preparedness.

International ShakeOut Day is the third Thursday of every October. The Thursday date also determines the time when one practices what to do during an earthquake. This year, on October 21st at 10:21 a.m., HVO invited people to Drop, Cover, and Hold On. As can be seen in the image below, it could be as simple as dropping under a table and waiting for the earthquake to be over.

Sopurce: USGS / HVO.

Crédit photo: HVO

La Palma (Iles Canaries) : l’éruption continue // La Palma (Canary Islands) : the eruption continues

8 heures: L’éruption continue à La Palma, même si elle semble avoir baissé quelque peu d’intensité par rapport à la veille. Comme indiqué précédemment, il s’agit d’une éruption strombolienne avec fontaines et coulées de lave. Cette dernière se dirige vers la mer et les autorités canariennes prennent des mesures de précaution pour éviter que l’éruption fasse des dégâts humains. La Protection Civile prévoit d’évacuer « entre 5 000 et 10 000 personnes » sur les 85000 habitants que compte l’île. Il a été demandé à la population de fermer toutes les fenêtres et portes, d’abaisser les stores et de couper l’électricité et le gaz. Quelque 35 000 personnes au total sont sous la menace de l’éruption. Les habitants de la zone d’Alcalá et d’El Paraíso ont déjà été évacués, et l’évacuation des quartiers d’El Paso, Los Llanos de Aridane et Tazacorte a commencé, en prévision de l’avancée de la lave.
L’UME (Unité d’Urgence Militaire) a prévu d’envoyer des soldats dans le but de minimiser l’impact de l’éruption. 62 hommes doivent arriver ce lundi,ainsi que plusieurs véhicules de soutien qui rejoindront ceux déjà présents à La Palma.

La sismicité et l’inflation enregistrées ces derniers jours ont permis d’anticiper l’éruption et de commencer à prendre des mesures comme l’évacuation des personnes à mobilité réduite.
Les autorités demandent à la population de ne pas s’approcher de la zone de l’éruption. De même, il est très important de garder les routes dégagées afin qu’elles puissent être utilisées en cas d’urgence.
Sources: médias espagnols.

Comme en Islande, les caméras permettent d’obtenir de très bonnes images de l’éruption:

++++++++++

11 heures: Selon les autorités locales, la situation dans la zone de La Palma touchée par l’éruption « est catastrophique », car « une coulée de lave d’une hauteur moyenne de six mètres ronge littéralement les habitations, les infrastructures, les cultures qu’elle trouve sur son chemin vers la côte. » Une centaine de maisons ont été détruites dans la municipalité d’El Paso*.
Selon les scientifiques, la coulée de lave devrait pénétrer dans la mer au large de Tazacorte, peut-être à Playa Nueva, à Los Guirres.
L’éruption étant prévisible au vu de la sismicité et de l’inflation des derniers jours, les autorités ont pu prendre les mesures nécessaires pour protéger la population. Aucune victime n’est donc à déplorer. Comme écrit précédemment, des troupes de l’UME, avec la présence de 180 soldats, devaient arriver à La Palma dans la matinée
Bien que l’aéroport de La Palma fonctionne normalement malgré l’éruption du volcan, plusieurs vols, en particulier à destination ou en provenance de La Gomera ont été annulés.
A noter qu’ un rayon d’exclusion de 2 kilomètres a été fixé autour des centres éruptifs pour minimiser. l’impact des projections pyroclastiques et l’exposition aux gaz.

S’agissant de l’éruption proprement dite, des fissures de deux cents mètres de long ont été observées, alignées dans une direction nord-sud et distantes d’environ 200 mètres, avec divers points d’émission. La température de surface de la lave émise atteint 1075ºC, la formation d’un cône principal est également observée, la colonne de cendres volcaniques atteint une hauteur de 1 500 mètres et les gaz émis atteignent 3 000 mètres.

Source: presse espagnole.

* Par respect pour la population, je ne diffuserai pas de photos de maisons en train de brûler. Le voyeurisme n’a pas sa place sur mon blog.

++++++++++

14 heures: L’éruption se poursuit. La lave se déplace vers la mer et les scientifiques pensent qu’elle pourrait atteindre la côte vers 20 heures ce soir. La lave a détruit une centaine d’habitations et avance à environ 700 mètres par heure, détruisant cultures et maisons sur son passage. Comme indiqué précédemment, quelque 5 000 personnes ont été évacuées après que le niveau d’alerte soit passé au Rouge hier. Les autorités ont également décrété la fermeture de sept routes, certaines ensevelies sous la lave, ainsi qu’une école, Los Campitos à El Paso, tandis que Todoque, à Los Llanos de Aridane, est en danger.
Le Premier Ministtre Pedro Sánchez, présent sur les lieux, a déclaré que « cette éruption ne va pas laisser les gens derrière d’un point de vue économique. Nous avons suffisamment de capacités déployées ici sur La Palma pour pouvoir faire face à tout type d’éventualité. Pour l’instant, le plus important est de garantir la sécurité. »

Source: El Pais.

++++++++++

16 heures: Les scientifiques indiquent que des explosions et des émissions de gaz nocifs vont se produire lorsque la lave atteindra la mer. Un périmètre d’exclusion sur mer est prévu au sud par Punta del Pozo (Puerto Naos), au nord par la plage de Las Viñas (Tazacorte) et parallèle à la côte à un demi-mille nautique au large, La police empêchera l’accès à la zone par la terre.
Une quarantaine de maisons de Tazacorte ont été évacuées ce lundi car les coulées de lave sont entrées dans la localité en se dirigeant vers la mer. Le nombre provisoire de personnes évacuées atteint environ 5 500. L’alerte aux incendies de forêt reste active, avec mobilisation des pompiers et des brigades forestières, ainsi que de l’Unité Militaire d’Urgence (UME).
Pevolca rappelle qu’il existe un rayon d’exclusion de deux kilomètres autour du site de l’éruption.

Source: El Pais.

++++++++++

21h30: La lave a réduit sa vitesse de déplacement et elle n’atteindra pas la côte ce lundi soir, comme prévu initialement. Le front de coulée se trouve au niveau du quartier de Todoque. Il reste encore la moitié du chemin parcouru pour atteindre la mer. La lave avance maintenant plus lentement et l’activité éruptive sur la Cumbre Vieja est moins intense. A noter que cette évolution se produit souvent sur une éruption de ce type une fois terminée la libération initiale des gaz. Cela ne signifie pas que l’éruption est en phase terminale. Une fontaine de lave très vigoureuse jaillit ce soir de la bouche éruptive principale.
Ce soir, une centaine de maisons ont été affectées par l’éruption. Les lignes électriques et l’approvisionnement en eau pour la consommation domestique fonctionnent normalement. Cependant, il y a des préoccupations pour l’eau utilisée pour l’irrigation.

Source: El Pais.

———————————————

8:00 am: The eruption continues in La Palma, although it seems to have declined somewhat compared to the day before. As previously indicated, it is a Strombolian eruption with lava fountains and lava flows. The latter are heading towards the sea and the Canary Islands authorities are taking precautionary measures to prevent the eruption from causing human damage. Civil Protection plans to evacuate « between 5,000 and 10,000 people » out of the 85,000 inhabitants of the island. Residents were asked to close all windows and doors, lower the blinds and turn off electricity and gas. Some 35,000 people in total are at risk of the eruption. Residents of the Alcalá and El Paraíso area have already been evacuated, and the evacuation of the neighbourhoods of El Paso, Los Llanos de Aridane and Tazacorte has started, in anticipation of the advancing lava.
The UME (Military Emergency Unit) has planned to send soldiers in order to minimize the impact of the eruption. 62 men are due to arrive this Monday, as well as several support vehicles which will join those already present in La Palma.
The seismicity and inflation recorded in recent days have made it possible to anticipate the eruption and to start taking measures such as the evacuation of people with reduced mobility.
The authorities ask the population not to approach the area of the eruption. Likewise, it is very important to keep the roads clear so that they can be used in an emergency.
Sources: Spanish media.

Like in Iceland, the webcams allow us to get great pictures of the eruption.

++++++++++

11:00 am: According to local authorities, the situation in the area of La Palma affected by the eruption « is disastrous », because « a lava flow with an average height of six metres is literally eating away the homes, infrastructure and crops on its way to the coast.  » A hundred houses were destroyed in the municipality of El Paso*.
Scientists say the lava flow is expected to enter the sea off Tazacorte, possibly in Playa Nueva, Los Guirres.
As the eruption was predicted in view of the seismicity and inflation of the last few days, the authorities were able to take the necessary measures to protect the population. No casualty has been reported. As previously written, EMU troops, with the presence of 180 soldiers, were expected to arrive in La Palma this morning
Although La Palma airport is operating normally despite the volcano eruption, several flights, especially to or from La Gomera have been cancelled.
An exclusion radius of 2 kilometres has been set around the eruptive centers to minimize. the impact of pyroclastic projections and exposure to gases.
Regarding the eruption itself, fissures two hundred metres long were observed, aligned in a north-south direction and about 200 metres apart, with various emission points. The surface temperature of the lava reaches 1075ºC, the formation of a main cone is also observed, The ash column reaches a height of 1500 metres and the gases reach 3000 metres.
Source: Spanish press.

* As a matter of respect for the population, I will not publish photos of burning houses. Voyeursm does not exist on this blog.

++++++++++

2:00 p.m .: The eruption continues. Lava is travelling towards the sea and scientists believe it could reach the coast around 8 p.m. tonight. It has destroyed around 100 homes and is advancing at around 700 metres per hour, destroying crops and houses in its path. As previously reported, some 5,000 people were evacuated after the alert level was raised to Red yesterday. Authorities have also ordered the closure of seven roads, some buried in lava, as well as a school, Los Campitos in El Paso, while Todoque, in Los Llanos de Aridane, is in danger.
Prime Minister Pedro Sánchez, present at the scene, said that « this eruption is not going to leave people behind from an economic point of view. We have enough capacities deployed here on La Palma to be able to deal with any kind of crisis. The most important thing for now is to ensure security.  »
Source: El Pais.

++++++++++

4:00 pm: Scientists indicate that explosions and noxious gas emissions will occur when lava reaches the sea. An exclusion perimeter on the sea is planned to the south by Punta del Pozo (Puerto Naos), to the north by the beach de Las Viñas (Tazacorte) and parallel to the coast half a nautical mile offshore, Police will prevent access to the area by land.
About forty houses in Tazacorte were evacuated today Monday because the lava flows entered the municipality on their way to the sea. The provisional number of evacuees reached around 5,500. The forest fire alert remains active, with mobilization of firefighters and forestry brigades, as well as the Emergency Military Unit (UME).
Pevolca recalls that there is an exclusion radius of two kilometres around the site of the eruption.
Source: El Pais.

++++++++++

09:30 pm: The lava has reduced its speed and it will not reach the coast this Monday evening, as initially predicted. The flow front lies at the Todoque district. There is still half of the way to reach the sea. Lava is now advancing more slowly and the eruptive activity on Cumbre Vieja is less intense. This evolution often occurs in an eruption of this type once the initial release of gases has ended. This does not mean that the eruption is about to come to an end. A very vigorous lava fountain gushes out this evening from the main eruptive vent.
Tonight, around 100 homes have been affected by the eruption. Power lines and water supply for domestic consumption are operating normally. However, there are concerns for the water used for irrigation.

Source: El Pais.

Fontaine de lave le 20 septembre au soir

Vue de la zone sous la menace de la lave