Une nouvelle approche des éruptions du Stromboli (Sicile) // A new approach to the eruptions of Stromboli (Sicily)

En lisant le journal La Sicilia, on apprend que les scientifiques ont utilisé une nouvelle approche et un nouvel algorithme pour analyser les données de surveillance du Stromboli. Cela a permis de mettre en évidence d’autres signaux et mécanismes possibles à surveiller au cours des phases d’activité du volcan..
Cette nouvelle approche est proposée par une étude intitulée « The 2019 Eruptive Activity at Stromboli Volcano: A Multidisciplinaire Approach to Reveal Hidden Features of the » Unexpected »3 July Paroxysm » [L’activité éruptive du Stromboli en 2019: Approche multidisciplinaire révélant les phénomènes cachés lors du paroxysme « inattendu » du 3 juillet]. L’étude a été récemment publiée dans la revue internationale de MDPI ‘Remote Sensing’.
L’étude, menée par une équipe de chercheurs de l’INGV en collaboration avec le professeur Roberto Scarpa de l’Université de Salerne et avec le professeur Carmelo Ferlito de l’Université de Catane, a été réalisée en analysant a posteriori les signaux qui ont précédé le paroxysme du 3 juillet 2019 sur le Stromboli..
L’un des auteurs de l’étude indique qu’« en observant d’un point de vue nouveau les données qui sont normalement acquises sur le Stromboli par les réseaux de surveillance multiparamétriques, nous avons pu reconstituer la séquence d’activité qui a précédé l’événement du 3 juillet 2019. » En analysant l’ensemble des données disponibles (données géodésiques, satellitaires, caméras, données thermiques et de déformation du sol acquises grâce à des instruments de haute précision), les chercheurs ont découvert de possibles changements dans le comportement du volcan qui pourraient être mis en évidence dans les instants précédant immédiatement la crise paroxystique.
Selon un autre auteur de l’étude, « des paroxysmes comme celui du 3 juillet sont particulièrement dangereux car ils produisent des signaux extrêmement difficiles à interpréter : nombre d’explosions ou d’événements VLP, ou d’événements sismiques à basse fréquence typiques des volcans actifs, qui ne subissent pas une augmentation significative dans les phases précédant un paroxysme. À partir de ces considérations, nous nous sommes concentrés sur certains paramètres spécifiques, tels que les signaux haute fréquence enregistrés par les dilatomètres, capteurs placés dans un forage profond d’environ 200 mètres sous la surface et qui mesurent les plus petites variations de déformations du sol. Nous avons remarqué que ces signaux correspondaient en fait aux signaux VLP enregistrés par les sismographes, mais ils avaient une forme d’onde spécifique qui, avant le 3 juillet, a brusquement changé.»
De plus, les images prises par les caméras de surveillance présentes à Stromboli ont été réanalysées à l’aide d’un algorithme automatique. Ce faisant, les chercheurs ont remarqué une augmentation de l’intensité et de l’énergie des explosions du volcan à partir d’environ un mois avant le paroxysme de début juillet.

Les scientifiques pensent que cette approche et le modèle proposé peuvent être très prometteurs pour le suivi éruptif du Stromboli.

Source: INGV, La Sicilia.

———————————————–

Reading the newspaper La Sicilia, we learn that scientists have used a new approach and a new algorithm to analyze Stromboli surveillance data. This made it possible to highlight other possible signals and mechanisms to be monitored during the phases of the volcano’s activity.
This new approach is proposed by a study entitled « The 2019 Eruptive Activity at Stromboli Volcano: A Multidisciplinary Approach to Reveal Hidden Features of the » Unexpected « 3 July Paroxysm. » It was recently published in MDPI’s international journal ‘Remote Sensing’.
The study, carried out by a team of INGV researchers in collaboration with Professor Roberto Scarpa from the University of Salerno and with Professor Carmelo Ferlito from the University of Catania, was carried out by analyzing a posteriori the signals that preceded the paroxysm of July 3rd, 2019 on Stromboli.
One of the authors of the study indicates that « by observing from a new point of view the data which are normally acquired on Stromboli by multiparametric monitoring networks, we were able to reconstruct the sequence of activity that preceded the event of July 3rd, 2019.” By analyzing all the available data (geodetic, satellite, cameras, thermal and soil deformation data acquired using high-precision instruments), the researchers discovered possible changes in the behavior of the volcano that could be highlighted in the moments immediately preceding the paroxysmal crisis.
According to another study author, “paroxysms like the one on July 3rd are particularly dangerous because they produce signals that are extremely difficult to interpret: number of explosions or VLP events, or low frequency seismic events typical of active volcanoes, which do not undergo a significant increase in the phases preceding a paroxysm. From these considerations, we focused on some specific parameters, such as the high frequency signals recorded by dilatometers, or sensors placed in a deep borehole about 200 meters below the surface and which measure the smallest variations in soil deformations. We noticed that these signals actually matched the VLP signals recorded by the seismographs, but they had a specific waveform that suddenly changed before July 3rd. ”
In addition, the images taken by the surveillance cameras present at Stromboli were reanalyzed using an automatic algorithm. In doing so, the researchers noticed an increase in the intensity and energy of the volcano’s explosions from about a month before the peak in early July.
Scientists believe that this approach and the proposed model may be very promising for the eruptive monitoring of Stromboli.
Source: INGV, La Sicilia.

L’éruption du 3 juillet 2019 (Crédit photo: ANSA)

Quelques réflexions sur l’éruption du Stromboli le 3 juillet 2019

Comme je l’ai indiqué dans une note le 3 juillet au soir, le Stromboli a connu un violent épisode explosif dans l’après-midi de ce même jour. Deux randonneurs qui se trouvaient au mauvais endroit au mauvais moment ont reçu la pluie de lapilli incandescents projetés par le volcan. L’un d’eux, un Sicilien de 35 ans est décédé ; son ami brésilien été retrouvé en état de choc et déshydraté. Il est bon de noter que les deux hommes se trouvaient en dessous de l’altitude 400 mètres au-delà de laquelle un guide est obligatoire pour accéder au sommet du volcan. Les lapilli incandescents ont mis le feu à la végétation et la presse italienne fait état d’intervention de Canadair pour éteindre les foyers.

L’éruption s’est produite en pleine saison touristique et certains vont inévitablement poser la question : Faut-il interdire l’accès au volcan, même avec les guides? Personnellement, je ne le pense pas. Comme je l’ai indiqué dans ma note du 3 juillet, de tels paroxysmes se produisent de temps à autre sur le Stromboli, mais ils restent des événements isolés.

Il y a quelques semaines, j’avais attiré l’attention sur l’émission de fréquents panaches de cendre noire, signe d’effondrements dans les conduits éruptifs. Il est fort à parier que ces effondrements ont obstrué un ou plusieurs conduits d’alimentation. La pression de gaz s’est alors accumulée jusqu’au jour (le 3 juillet) où elle a fait sauter la bouchon en provoquant les événements et la panique que l’on sait. Hier soir, l’activité strombolienne était intense, avec une belle incandescence au-dessus du sommet du Stromboli. La lave s’écoulait le long de la Sciara del Fuoco. Ce matin, plusieurs bouches sont actives, en particulier dans la partie centrale de la terrasse cratèrique et on entend la « respiration » du volcan. Cette situation tend à montrer que le Stromboli continue à évacuer les gaz et les matériaux qui étaient bloqués dans les conduits d’alimentation.

Il sera prudent d’attendre quelques jours (je dirais jusqu’à la fin de la semaine) pour s’assurer que le retour à la normale a bien eu lieu avant de reprendre les excursions, accompagnées ou non. Il serait toutefois stupide d’interdire l’accès au volcan pendant les prochaines semaines. Le tourisme étant un atout majeur dans l’économie sicilienne, je serais surpris que les autorités adoptent une telle mesure.

++++++++++

21 heures : Le Stromboli est encore très actif ce soir, avec de belles séquences éruptives stromboliennes qui projettent des matériaux incandescents à une centaine de mètres de hauteur. Au vu des excellentes images délivrées en direct (avec le son !) par la webcam Skyline, il semble que ce soit la bouche n°4 (et parfois la n°5) qui est la plus active avec de petites projections incessantes ponctuées d’événements plus puissants. Il semble que la lave ait cessé de couler sur la Sciara del Fuoco. Petit à petit, le Stromboli retrouve son rythme habituel. Toutefois, comme je l’écrivais précédemment, je pense qu’il est souhaitable d’attendre quelques jours avant de conduire des touristes vers le sommet avec les guides. La volcanologie actuelle ne permet pas de prévoir les éruptions..

L’activité strombolienne est soutenue ce matin, mais n’a pas l’ampleur des explosions enregistrées hier (Image webcam Skyline)

Image de l’éruption du 3 juillet 2019 (Source: ANSA)

°°°°°°°°°°

Voici quelques captures d’écran de la webcam Skyline  réalisées ce soir entre 19 heures et 21 heures: