Eruption dans la Meradalir (Islande)

Un visiteur de mon blog actuellement en Islande m’a envoyé quelques photos de l’éruption. Il recommande de partir très tôt (à 5h ou 6h) vers le site pour bien profiter du spectacle. Il n’y a presque personne de bon matin. Par contre à partir de 10h et pire après c’est Disneyland avec un flux non stop de visiteurs et des hélicos sans arrêt dans le ciel. Il est vrai que l’éruption a eu la mauvaise idée (ou la bonne pour les intérêts commerciaux) de se déclencher au mois d’août…

Après une baisse d’activité en début de journée le 13 août, l’éruption semble avoir retrouvé une certaine vitesse de croisière. La lave continue à s’évacuer abondamment par le chenal qui s’est ouvert dans le cratère en formation.

Crédit photo: Alexandre Dauzeres que je remercie chaudement

Opération de sauvetage sur le Vatnajökull (Islande) // Rescue operation on Vatnajökull (Iceland)

Avec une superficie de 7 900 km2, le Vatnajökull (Islande) est la deuxième plus grande calotte glaciaire d’Europe après celle de l’île Severny de Novaya Zemlya en Russie. Le glacier est très populaire auprès des touristes et plusieurs agences y organisent des excursions. En particulier, les voyageurs espèrent pouvoir visiter les grottes creusées dans le glacier par l’activité hydrothermale de cette terre volcanique.
Cependant, randonner sur un immense glacier comme le Vatnajökull n’est pas tâche facile et la compagnie d’un guide local est fortement recommandée. Il existe de nombreux exemples d’accidents mortels sur le glacier. En novembre 2011, un touriste suédois de 25 ans est mort de froid. Son corps a été retrouvé dans une crevasse du Sólheimajökull, une langue glaciaire du Mýrdalsjökull. En février 2014, un touriste allemand aq laissé la vie sur leVatnajokull alors qu’il explorait une grotte de glace avec un guide professionnel. En janvier 2018, un touriste français de 27 ans est tombé et s’est blessé en escaladant l’Öræfajökull; il est mort d’hypothermie.
Plus récemment, le 17 juin 2022, quatorze randonneurs polonais et deux guides islandais ont eu plus de chance et ont pu être secourus sur le mont Hvannadalshnjúkur, le point le plus haut du glacier Öræfajökull. L’opération de sauvetage, qui a duré près de 24 heures, a été l’une des plus importantes jamais entreprises ces dernières années. La température était proche de zéro, il pleuvait et il neigeait. Les conditions n’étaient donc pas bonnes et la visibilité était pratiquement nulle. Les sauveteurs ont déclaré que la situation était quasiment «critique» lorsque le groupe a été retrouvé. Ils pensent que les voyageurs n’auraient pas pu résister beaucoup plus longtemps. « La situation aurait pu être bien pire. »
Source : Revue islandaise.

——————————————–

With an area of 7,900 km2,Vatnajökull in Iceland is the second largest ice cap in Europe after the Severny Island ice cap of Novaya Zemlya in Russia. The glacier is very popular among tourists and several agencies organise trips to the glacier. In particular, travellers look forward ti visiting ice caves dug in the glacier by hydrothermal activity.

However, visiting a huge glacier like Vatnajökull is not an esay task and the company of a local guide is highly recommended. there are examples of deadly accidents on the glacier. In November 2011, a 25-year-old Swedish tourist died from exposure. His body was found in a narrow crevasse of Sólheimajökull, a glacial tongue of Mýrdalsjökull. In February 2014, a German tourist fell to his death in Vatnajokull glacier while exploring an ice cave with a professional guide. In January 2018, a 27 year old French tourist fell and got injured while climbing Öræfajökull and died of hypothermia.
More recently, on June 17th, 2022, fourteen Polish hikers and two Icelandic tour guides were more fortunate and could be rescue from Mt. Hvannadalshnjúkur, the highest peak of the Öræfajökull volcanic glacier. The operation, which took almost 24 hours, was one of the most extensive rescue missions to have been undertaken in recent history. The temperature was just around freezing, it was raining, sleeting, snowing. So the conditions weren’t good and the visibility was basically nill. The rescuers said the situation was verging on “critical” when the group was first found. They don’t think the travellers could have stayed there much longer. « It could have been much worse.”

Source: Iceland Review.

Photos: C. Grandpey

La foule en Islande cet été // Crowds in Iceland this summer

Si vous aviez l’intention de vous rendre en Islande pendant les vacances d’été, il est peut-être déjà trop tard. Les autorités islandaises préviennent qu’il y aura beaucoup de monde dans leur pays pendant l’été 2022 et qu’il devient déjà difficile de trouver un logement dans certaines régions. Trouver une voiture de location est également problématique. Le gérant d’une agence de voyages a déclaré : « Nous sommes presque à la capacité maximale pour juin, juillet et août dans de nombreuses régions, avec une pénurie de voitures de location durant ces mois. » La plupart des régions sont entièrement réservées pour la haute saison. Il sera difficile de trouver des chambres d’hôtel en juillet et en août partout dans le pays. Bien sûr, on peut se rabattre sur le camping qui est très agréable en Islande… à condition qu’il ne pleuve pas. On peut aussi prendre un bus pour se déplacer.
Selon les autorités islandaises, les gens sortent de leurs cocons après la crise de Covid et le tourisme reprend en conséquence. De nombreux touristes d’Europe du Nord seront en Islande cet été et il semble qu’ils resteront plus longtemps.
J’ai séjourné en Islande au début du mois de juillet 2021 et il y avait très peu de touristes. Mon côté ours me fait fuir les foules. J’irai donc visiter des endroits plus calmes cet été, mais plutôt en septembre quand les gens auront repris le travail !

Un séjour en Islande serait encore meilleur si une éruption se produisait. Personne ne sait prédire l’avenir volcanique mais il semble peu probable qu’un tel événement se produise dans les prochaines semaines. Certes, on, observe des pics de sismicité et des épisodes d’inflation sur la péninsule de Reykjanes, mais rien de vraiment significatif pour le moment.

NB: Suite à cette note sur la présence d’un très grand nombre de touristes en Islande au cours des prochains mois, un visiteur de mon blog me signale qu’il n’y a plus de places d’avion disponibles avant le mois de septembre au minimum. .

—————————————

If you intended to to to Iceland during the summer holidays, it might be too late. Icelandic tourist authorities warn that the summer of 2022 will be busy in the country and it is already getting difficult to get accomodation in some areas as well as rental cars. Said the manager of a travel agency : « We are almost to the maximum capacity for June, July and August in many areas, with a shortage of rental cars during these months. » Most areas are fully booked for the high season. It can be difficult to get hotel rooms in July and August everywhere in the country. Of course, you can go camping, which is very pleasent in Iceland….provided it does not rain, and take a bus to move around.

Icelandic authorities say it looks like people are coming out of their cocoons after Covid and tourism is picking up as a result. A lot of tourists from Northern-Europe will be in Iceland this summer and it seems they will be staying longer.

I spent some time in Iceland in July 2021 with very few tourists around. My bear spirit keeps me away from the crowds, so I will go and visit some quieter palces this summer, but rather in September when people have gone back to work!

A stay in Iceland would be even better if an eruption occurred. Nobody can predict the volcanic future but it seems unlikely that such an event will occur in the coming weeks. Sure, there are sometimes peaks of seismicity and episodes of inflation on the Reykjanes peninsula, but nothing really significant for the moment.

Editor’s note : Following this post about the very large number of tourists in Iceland over the next few months, a visitor to my blog told me that there are no more plane seats available until at least September.

Photos: C. Grandpey

Plage de Reynisfjara (Islande) et belvédère du Maïdo (Ile de la Réunion) : danger de mort !

On le dit et on le redit, mais apparemment cela ne sert à rien. La plage de Reynisfjara sur la côte sud de l’Islande est particulièrement dangereuse avec des déferlantes qui peuvent surprendre les touristes qui s’approchent trop près du rivage, comme on peut le voir sur cette vidéo où les rires des gens montrent qu’ils n’ont pas compris le danger du site:

https://youtu.be/L2HKFz4GkIs

On ne peut pas reprocher aux autorités islandaises de ne pas avoir prévenu les gens car de nombreux panneaux mettent en garde sur la dangerosité du site.

Malgré cela, des imbéciles continuent à mettre leur vie en péril. Le dernier de la liste est un Espagnol qui, après avoir retiré ses vêtements est entré dans l’eau qui ne titre que quelques degrés. Le risque d’une hypothermie très rapide est donc évident. L’homme a vite été confronté aux courants et autres lames de fond et il s’en est fallu de peu pour qu’il soit emporté et connaisse le même sort qu’une touriste chinoise en 2021. Certaines personnes qui se trouvaient à proximité ont essayé de l’aider, en se mettant elles aussi en danger. D’autres touristes, craignant qu’un drame se produise, avaient tenu les enfants bien à l’écart de la scène. Une fois sorti de cette situation périlleuse, l’Espagnol a été pris en charge par les services médicaux; il était saint et sauf et souffrait d’un début d’hypothermie.

Photos: C. Grandpey

°°°°°°°°°°

Il n’y a pas qu’en Islande que l’on déplore des comportements imbéciles. Sur l’île de la Réunion, le belvédère du Maïdo offre l’un des plus beaux panoramas de l’île. C’est le deuxième site le plus visité après le Pas de Bellecombe et la vue sur le Piton de la Fournaise.

Fragilisé depuis l’incendie de 2020, l’accès au belvédère Nord du Maïdo est interdit au public et sécurisé par des rubalises installées par les agents de l’ONF. La roche est très friable et le site est sous surveillance renforcée du BRGM qui mesure les mouvements du relief. Ces derniers jours, le dispositif de veille a enregistré une alerte, avec un écartement important des fissures sur le rempart. Le risque d’un effondrement majeur est donc bien réel. C’est pour cela que les autorités ont interdit l’accès au belvédère Nord, mais en laissant libre le reste du point de vue.

Les rubans de chantier ne semblent pas suffisants pour indiquer le danger et il va donc falloir installer des barrières métalliques. En effet, de nombreux indisciplinés franchissent le ruban pour réaliser des selfies qui pourraient être les derniers de leurs vies…

En parodiant Jean Gabin (et Michel Audiard) dans Le Pacha, on pourrait dire : Quand on mettra les cons sur orbite, ces gens-là n’ont pas fini de tourner!

Photo: C. Grandpey