Business is business sur l’Ile de la Réunion!

Lorsqu’une éruption a lieu ou lorsque le site touristique est exceptionnel, le business n’est jamais loin et certains savent parfaitement se faire de l’argent sur le dos de la Nature. Par exemple, je me souviens des rotations incessantes des hélicoptères et des petits avions de tourisme au-dessus du Mont Cook et des glaciers Franz Josef et Fox en Nouvelle Zélande. C’est la même chose à Hawaii où des compagnies d’hélicoptères ont élu domicile à l’intérieur de l’aéroport de Hilo et proposent diverses prestations parmi lesquelles des survols du Pu’uO’o et des coulées de lave.

La Réunion n’échappe pas à ces survols d’hélicoptères depuis que le Piton de la Fournaise a montré qu’il était bien actif. Il est vrai que ces ballets d’hélicoptères ne sont pas très agréables pour les randonneurs qui suent à grosses gouttes pour s’approcher du site éruptif. L’un d’eux a poussé un coup de gueule sur le Journal de l’Ile. Je vous laisse découvrir ses propos en cliquant sur ce lien :

http://www.clicanoo.re/475811-parc-national-ou-parc-d-attractions-pour-helicopteres.html

La sélection se fait bien sûr par le fric. Tout le monde ne peut pas débourser les centaines d’euros demandés par les compagnies d’hélicos privées qui, soit dit en passant, travaillent pour le compte de l’IRT (Ile de la Réunion Tourisme), un organisme public. A chacun de choisir en fonction de ses moyens. Il serait tout de même souhaitable d’éviter les abus de survols qui entraînent des nuisances sonores évidentes et de respecter la quiétude des randonneurs. Il faudrait aussi que ces derniers y mettent du leur et évitent de laisser leurs détritus sur place. Le nettoyage du site a un coût lui aussi !

Images du Nyiragongo (République Démocratique du Congo)

En cliquant sur le lien ci-dessous, vous verrez une belle série d’images du Nyiragongo dont plusieurs ont été réalisées par le géologue italien Francesco Pandolfo.

http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-3098946/Into-hell-Photos-capture-smouldering-lakes-lava-shifting-crust-INSIDE-crater-active-volcano-Mount-Nyiragongo.html

A la suite de l’article et des photos du Nyiragongo proposées par le Daily Mail , vous verrez des images du volcan Wolf qui vient d’entrer en éruption aux Galapagos.

Galapagos (Equateur / Ecuador): Un écosystème en danger // An endangered ecosystem

drapeau francaisOn peut lire en ce moment une foule d’articles sur les Galapagos suite à l’éruption du volcan Wolf sur l’île Isabela. L’éruption a suscité pas mal d’inquiétude pour le fragile écosystème, en particulier une colonie d’iguanes roses unique au monde. Par chance, la population d’iguanes et de tortues vit dans le nord-est de l’île et est donc hors de danger.

En fait, l’activité volcanique n’est pas la plus grande menace pour la région. Les éruptions font partie de l’écologie évolutive des Iles Galapagos. Il y a beaucoup plus de menaces anthropiques pour les espèces qui y vivent. Les espèces envahissantes, la surpêche, la pollution, la surpopulation et le tourisme non durable sont les menaces les plus importantes.
Le dernier recensement montre que plus de 26 000 personnes vivent sur l’archipel, site du patrimoine mondial de l’UNESCO. Le World Wildlife Fund (WWF) fait remarquer que les îles ne disposent pas de systèmes de tout à l’égout. Les effluents s’infiltrent donc dans le sol et dans la mer. Avec l’afflux de touristes, le paysage exceptionnel de Galapagos pourrait se trouver bouleversé. Il y a eu une explosion du nombre d’hôtels et de restaurants, avec un nombre grandissant de touristes susceptibles d’introduire des espèces envahissantes sur les îles. Les plantes et les animaux introduits représentent une grande menace pour les espèces indigènes, qui n’ont pas de prédateurs naturels et seraient sans défense face à de nouveaux. À une époque, on a estimé que 100 000 chèvres sauvages vivaient sur l’île Isabela et dévastaient l’écosystème par le surpâturage. Les services du parc ont fini par adopter un plan d’éradication systématique qui a été considéré comme un succès en 2005, lorsque la dernière chèvre sauvage a été exterminée sur l’île.
Source: ABC Nouvelles.

 ———————————————-

drapeau anglaisA lot of articles can be read in the news about the eruption of Wolf volcano on Isabela Island in the Galapagos archipelago. The eruption triggered concerns for the fragile ecosystem, especially a unique colony of pink iguanas. However, as this population of iguanas and land turtles are in the northeast of Isabela, they are out of danger

Volcanic activity isn’t the biggest threat to the region. Volcanism and eruptions are a normal part of the evolutionary ecology on the Galapagos Islands. There are far more human-induced threats to the species that live there. Invasive species, overfishing, pollution, overpopulation and unsustainable tourism are more significant threats.
The latest census data shows more than 26,000 people live on the islands, a UNESCO world heritage site. The World Wildlife Fund indicates the islands do not have widespread public sewage systems. Sewage is left to seep into the ground and the sea. With the spike in tourism, the Galapagos’ exceptional landscape is in danger of being transformed. There has been an explosion in the number of hotels and restaurants, with an influx of tourists which creates more chances for invasive species to reach the islands. Introduced plants and animals represent a huge threat to native species, which lack natural predators and are defenseless to invasive predators. At one point, an estimated 100,000 feral goats lived on Isabela Island and devastated the ecosystem through overgrazing. The park service eventually was forced to adopt a radical eradication plan which was deemed a success in 2005 when the last feral goat was removed from Isabela Island.

Source: ABC News.

Galapagos

Les Iles Galapagos vues depuis l’espace  (Crédit photo:  NASA)