Turrialba (Costa Rica): Extension de la zone d’évacuation

drapeau francaisEn raison des fréquentes explosions du Turrialba, la Commission Nationale d’Urgence du Costa Rica (CNE) a étendu la zone d’évacuation autour du volcan de 2 km à 5 km.
Cette zone devrait être maintenue en place au moins une semaine, pendant que les volcanologues décident s’il est nécessaire ou non d’évacuer définitivement la région. La décision d’étendre la zone d’évacuation est due, en partie, à la présence de trois écoles dans un rayon de 5 kilomètres du volcan.
Lundi, lorsque l’ordre d’évacuation a été décidé, le Turrialba a connu 5 séquences éruptives en début de matinée, ce qui a entraîné des retards pour plusieurs vols. Il a continué de cracher gaz et de cendre pendant l’après-midi.
Comme je l’ai écrit auparavant, les volcanologues s’attendent à ce que les éruptions deviennent plus fréquentes et plus violentes dans les prochains mois.
La couleur du niveau d’alerte est maintenue au Jaune.

Source: The Tico Times.

 ————————————————

drapeau anglaisDue to the frequent explosions at Turrialba volcano, Costa Rica’s National Emergency Commission (CNE) has extended the evacuation zone surrounding the volcano from 2 kilometres to 5 kilometres.

The zone is expected to be kept in place at least a week while volcanologists determine whether or not to permanently evacuate the area. The decision to expand the evacuation zone was due, in part, to the presence of three schools within 5 kilometres of the volcano.

On Monday, when the evacuation order was handed down, Turrialba erupted five times in the early morning, delaying several flights. It continued to spew gas and ash into the afternoon.

As I put it before, volcanologists expect that the eruptions will become more frequent and violent in the coming months.

The colour of the alert level is kept at Yellow.

Source: The Tico Times.

Publicités

Nishino-shima (Japon): Un futur laboratoire naturel // A future natural lab

drapeau francaisL’activité éruptive continue sur Nishino-shima qui est apparue à la surface de la mer en novembre 2013. Située à un millier de kilomètres au sud de Tokyo, la nouvelle île couvre désormais 2,46 kilomètres carrés. Les scientifiques pensent qu’elle va leur offrir une occasion unique d’étudier les premiers balbutiements de la vie sur une terre stérile.
L’ancienne île Nishino-shima, ne mesurait que 0,22 kilomètres carrés. Elle hébergeait des colonies d’oiseaux jusqu’à ce que l’éruption les fasse fuir. Un petit nombre reste malgré tout accroché à la seule parcelle de l’ancienne île encore visible où ils font leurs nids parmi les plantes couverte de cendre volcanique.
La nouvelle île Nishino-shima présente actuellement dans sa quasi-totalité une surface de roche nue, fruit du refroidissement de la lave, mais les scientifiques affirment qu’elle regorgera de vie végétale, et peut-être même animale. Elle deviendra alors un véritable «laboratoire naturel».
Lorsque l’activité éruptive se sera calmée, les premiers éléments de la vie apparaîtront, avec l’arrivée de plantes apportées par les courants océaniques, ou bien attachées aux pattes des oiseaux. Les excréments des oiseaux de mer, les plumes laissées sur place, les morceaux de nourriture régurgités et les cadavres en décomposition finiront par former un sol riche en éléments nutritifs qui offrira un terrain fertile pour les graines transportées par le vent, ou apportées sur l’île dans le système digestif des oiseaux qui la survoleront.
Nishino-shima devrait suivre la même évolution que Surtsey qui est apparue en 1963, à une trentaine de kilomètres de la côte islandaise. Depuis qu’ils ont commencé à étudier l’île en 1964, les scientifiques ont observé l’arrivée de graines transportées par les courants océaniques, l’apparition de moisissures, de bactéries et de champignons, suivie en 1965 par la première plante vasculaire. En 2004, le nombre de plantes vasculaires atteignait 60, avec 75 bryophytes, 71 lichens et 24 champignons. 89 espèces d’oiseaux ont été enregistrées à Surtsey, dont 57 qui se reproduisent ailleurs en Islande. L’île de 141 hectares abrite également 335 espèces d’invertébrés.
Cependant, la colonisation de Nishino-shima par les plantes et les oiseaux pourrait ne pas être aussi rapide qu’à Surtsey. En effet, l’île se trouve loin de la partie continentale du Japon et de la chaîne d’îles Ogasawara. Cela limitera probablement le nombre d’espèces d’oiseaux et, avec elles, les graines susceptibles de se déposer sur Nishino-shima.
Source: The Japan Times.

 ————————————————

drapeau anglaisEruptive activity is going on at Nishino-shima that emerged above the waves in November 2013. Located about 1,000 kilometres south of Tokyo, the new island now covers 2.46 square kilometres. Scientists think it will offer them a rare opportunity to study how life begins to colonise barren land.

The old Nishino-shima, measuring just 0.22 square kilometres, was home to bird colonies until the eruptions scared them away. A small number have clung on to the only patch of the old island that is still visible, making their nests among ash-covered plants.

The new Nishino-shima is currently almost all bare rock, formed from cooling lava, but scientists say it will one day be humming with plant – and possibly animal – life, as nature moves in to what is being called a « natural laboratory ».

After the volcanic activity calms down, the first elements of life first will be the arrival of plants brought by ocean currents and attached to birds’ feet. Those seabirds’ excretan, along with their dropped feathers, regurgitated bits of food and rotting corpses, will eventually form a nutrient-rich soil that offers fertile ground for seeds carried by the wind, or brought in the digestive systems of overflying birds.

Nishino-shima is expected to follow the same evolution as Surtsey which emerged in 1963, around 30 kilometres from the coast of Iceland. Since they began studying the island in 1964, scientists have observed the arrival of seeds carried by ocean currents, the appearance of moulds, bacteria and fungi, followed in 1965 by the first vascular plant. By 2004, vascular plants numbered 60, together with 75 bryophytes, 71 lichens and 24 fungi. 89 species of birds have been recorded on Surtsey, 57 of which breed elsewhere in Iceland. The 141-hectare island is also home to 335 species of invertebrates.

However, Nishino-shima might not be quite as quick as Surtsey to establish itself as a teeming wildlife haven. It is a long way from mainland Japan and not too close to its neighbours in the Ogasawara island chain, which limits the number of species of birds and seeds that will make it that far.

Source : The Japan Times.

Nishinoshima-blog

Nishino-shima le 27 avril  (Crédit photo : Japan Coast Guard)

Kilauea (Hawaii / Etats Unis)

drapeau francaisIl semble bien que l’on s’oriente vers l’hypothèse n°1 avancée par le HVO (voir ma note du 17 mai). Comme je l’indiquais le 18 mai, l’intrusion magmatique dans la Southwest Rift Zone (SWRZ) semble terminée car la sismicité est devenue quasiment négligeable dans ce secteur. De plus, elle a nettement baissé dans toute la zone sommitale du Kilauea et est qualifiée de « normale » par l’Observatoire. En parallèle, on observe un léger gonflement du sommet du Kilauea et une modeste remontée de la lave dans le pit crater de l’Halema’uma’u. Son niveau atteint une quarantaine de mètres sous la lèvre. Il n’est donc pas impossible que l’on revienne à la situation qui a précédé la chute brutale du niveau du lac de lave. Le Pu’uO’o et l’East Rift Zone (ERZ) n’ont absolument pas réagi aux derniers événements. Les coulées de lave sont toujours observées à environ 8 km au NE du cône.

 ——————————————-

drapeau anglaisIt seems that we are heading towards the hypothesis No. 1 put forward by HVO (see my note of May 17th). As I indicated on May 18th, magma intrusion in the Southwest Rift Zone (SWRZ) seems to be over because seismicity has become almost negligible in this area. In addition, it has decreased throughout the summit area of Kilauea and is described as « normal » by the Observatory. In parallel, there is a slight inflation of the Kilauea summit and a modest rise of  lava in the Halema’uma’u pit crater. Its level now reaches about forty meters beneath the rim. So there might be a return to the situation that preceded the sharp drop of the level of lava within the lake. Pu’uO’o and the East Rift Zone (ERZ) did not respond to the latest events. Lava flows are still seen about 8 km NE of the cone.