El Hierro: déclin de la crise sismique? // Is the seismic crisis declining?

drapeau francais   La journée du 30 mars a été plus calme à El Hierro. On observe une diminution importante du nombre de séismes supérieurs à M 3. 31 ont été relevés hier. Si l’on regarde les histogrammes des 10 derniers jours (voir ci-dessous), on remarque que le nombre global d’événements a atteint un pic le 25 mars (232) et que depuis cette date une diminution est intervenue régulièrement, mais avec une augmentation des secousse les plus fortes (parfois supérieures à M 4) entre le 26 et le 29 mars. Dans leur ensemble, les hypocentres se sont maintenus à des profondeurs entre 15 et 20 km.

Il ne faudrait pas conclure trop vite que la crise sismique à El Hierro est terminée. Tout peut changer très rapidement. Nos connaissances sont encore trop insuffisantes pour faire des pronostics.

13h30: Même si le nombre d’événements sismiques tend à régresser, le calme est loin d’être revenu à el Hierro. Ce matin vers 11 heures ((TU), on a enregistré un séisme de M 4,9, à 20 km de profondeur. Il a été ressenti dans d’autres îles. On a observé des éboulements sur certaines falaises.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=a37qkkvxY8M

La dernière activité sismique a fait se soulever le sol de 11 cm à Punta de Orchilla, à l’ouest d’El Hierro.

 

drapeau anglais   March 30th was calmer El Hierro. There was a decrease in the number of earthquakes greater than M 3. 31 were recorded yesterday. If we look at the histograms of the last 10 days (see below), we notice that the overall number of events reached a peak on March 25th (232) and since then a decrease has occurred regularly, but with an increase in the number of the most powerful events (sometimes over M 4) between 26 and 29 March. Taken together, the hypocenters remained at depths between 15 and 20 km.
However, one should not conclude too quickly that the seismic crisis in El Hierro is over. Everything can change very quickly. Our knowledge in this field is still far too limited to make predictions.

13:30: Even if the numberof earthquakes tends to decrease, the situation is far from quiet at El Hierro. This morning at 11:00 or so, seismographs recorded a M 4.9 event at a depth of 20 km. It was felt on other islands and caused several rockfalls.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=a37qkkvxY8M

The recent seismic activity has caused the ground to rise by 11 centimetres at Punta de Orchilla on the west end of the island.

El-Hierro

Avec l’aimable autorisation de l’IGN.

Publicités

Nouvelle approche des dorsales médio-océaniques // A new approach of mid-ocean ridges

drapeau francais   Des chercheurs de l’Institut Océanographique Scripps de San Diego ont publié une nouvelle étude sur la naissance du plancher le long des dorsales médio-océaniques. En utilisant une technologie électromagnétique mise au point à Scripps, ils ont cartographié une vaste zone située sous le plancher océanique dans la partie septentrionale de la dorsale Est-Pacifique, au large de l’Amérique Centrale. Il s’agit d’une zone où deux plaques tectoniques s’écartent et où le magma en provenance du manteau forme un nouveau plancher océanique.

Les résultats de l’étude ont été publiés dans la revue Nature du 28 mars. La technologie électromagnétique a démontré que le soulèvement du manteau sous cette dorsale crée une zone de fusion beaucoup plus vaste et plus profonde qu’on le pensait jusqu’à présent (voir l’image ci-dessous).

Ces résultats ont été obtenus grâce à un travail sur le terrain effectué en 2004 à bord du navire scientifique Roger Revelle, propriété de l’US Navy et géré par l’Institut Océanographique Scripps.

La technologie électromagnétique à des fins maritimes a été mise au point dans les années 1960 et a été améliorée par la suite. Depuis 1995, les chercheurs de Scripps collaborent avec le monde de l’industrie énergétique pour appliquer cette technologie à la géologie marine, en particulier dans la détection des gisements de pétrole et de gaz.

Les chercheurs sont persuadés que la science électromagnétique va continuer à progresser, en particulier avec l’amélioration des analyses de données. Jusqu’à aujourd’hui, on s’appuyait essentiellement sur les techniques sismiques pour étudier la croûte et le manteau terrestres. Désormais, la technologie électromagnétique va ouvrir de nouvelles perspectives. Par exemple, il est prévu de l’utiliser pour cartographier les lacs sous-glaciaires dans les régions polaires.

 

drapeau anglais   Researchers at the Scripps Institution of Oceanography of San Diego have studied how new seafloor is created along mid-ocean ridges. Using electromagnetic technology developed and advanced at Scripps, they mapped a large area beneath the seafloor off Central America at the northern East Pacific Rise, an area where two of the planet’s tectonic plates are spreading apart from each another. Mantle rising between the plates melts to generate the magma that forms fresh seafloor.

The results of the study were published in the March 28th issue of the journal Nature. They revealed that electromagnetic technology helped to show that mantle upwelling beneath the mid-ocean ridge creates a deeper and broader melting region than previously thought. (see image below).

Data for the study was obtained during a 2004 field study conducted aboard the research vessel Roger Revelle, a ship operated by Scripps and owned by the U.S. Navy.

The marine electromagnetic technology behind the study was originally developed in the 1960s and was improved in the following years. Since 1995 Scripps researchers have been working with the energy industry to apply this technology to map offshore geology as an aid to exploring for oil and gas reservoirs.

The researchers are convinced that electromagnetics will continue to grow as the technology matures and data analysis techniques improve. Much of what is known about the crust and mantle is a result of using seismic techniques. Now electromagnetic technology is offering promise for further discoveries. For instance, it could be used to map subglacial lakes in the polar regions.

Dorsale-blog

Credit: University of California – San Diego

 

El Hierro (Iles Canaries / Espagne)

drapeau francais   Les derniers tracés sismiques montrent que la crise ne prend pas le chemin de la fin. On remarque en particulier que les événements supérieurs à M 3, avec une secousse de M 4,7 hier soir, sont de plus en plus nombreux ces derniers jours. Une série impressionnante a été enregistrée dans la soirée du 29 mars (voir ci-dessous) On dénombrait 15 événements supérieurs à M 3 le 26 mars, 32 le 27, 62 le 28 et 82 le 29 de ce mois. Il faut remarquer, car c’est important, que les hypocentres sont profonds, à une vingtaine de kilomètres. Comme je l’écrivais précédemment, leur éloignement des côtes d’El Hierro (environ 10 km) réduit leur impact sur l’île proprement dite.

Aucun pronostic n’est bien sûr possible quant à la suite des événements. Les sismologues espagnols doivent aujourd’hui regretter leurs déclarations au tout début de la crise actuelle. Ils prétendaient que « cette crise ne durerait pas longtemps car sa source ne dispose pas de suffisamment d’énergie ». No comment.

Il faut par ailleurs garder à l’esprit qu’une intrusion magmatique et la crise sismique qui l’accompagnent ne sont pas forcément suivies d’une éruption. J’ai connu une situation analogue en Islande en juillet 1990 dans le secteur du volcan Krafla. Le sol s’était soulevé considérablement et, la nuit, je ressentais des secousses sismiques au camping de Reykjalid. Pourtant, le magma n’a jamais réussi à arriver en surface. Quelques semaines plus tard, le regretté Maurice Krafft m’indiquait que l’éruption avait avorté.

 

drapeau anglais   The latest seismograms show that the current crisis is far from being over. One can notice that the events above M 3, even M 4.7 last night, are getting more numerous these days. An impressive series was recorded on March 29th in the evening (see below). There were 15 events above M 3 on March 26th, 32 on March 27th, 62 on March 28th and 82 on March 29th. It is important to notice that the hypocentres are very deep (20 km or so). As I put it before, they are far from the coast of El Hierro (10 km or so), which reduces their impact on the island.

No prediction is possible about the days to come. Spanish seismologists certainly do regert what they affirmed at the beginning of the current crisis. Indeed, they pretended that “this crisis will not last long as the feeding source does not have enough energy”. No Comment.

We must also keep in mind that a magmatic intrusion and the accompanying seismic crisis are not necessarily followed by an eruption. I experienced a similar situation in Iceland in July 1990 in the Krafla volcano area. The floor had uplifted considerably, and at night, I could feel the quakes at the Reykjalid campsite. However, the magma never managed to reach the surface. A few weeks later, the late Maurice Krafft told me that the eruption had aborted

El-Hierro

Avec l’aimable autorisation de l’IGN.

Krakatau (Indonésie): Situation calme

drapeau francais   L’activité de l’Anak Krakatau est actuellement assez réduite. Øystein Lund Andersen a visité le volcan entre le 22 et le 24 mars. Il écrit que « seul un nuage de gaz de forme variable  était émis par le cratère de l’Anak Krakatau ; il atteignait une hauteur de 300-400 mètres quand le temps était calme. Le panache provenait de deux sources différentes dans la partie SO du cratère. Pendant les deux nuits où j’ai séjourné, j’ai observé une petite zone incandescente dans la partie SO du cratère, là où se situent les émissions de gaz ».

De nombreuses photos ainsi qu’une petite vidéo accompagnent le rapport d’observation:

http://www.oysteinlundandersen.com/Volcanoes/Krakatau/Anak_Krakatau-Volcano-March-2013.html

 

drapeau anglais   Activity is currently low at Anak Krakatau. Øystein Lund Andersen visited the volcano between March 22nd and 24th. He writes that « only a small irregular cloud of gas was emitted from the crater of Anak-Krakatau, that reached 300-400meters on a calm day. The gas cloud was emitted from two different sources on the south-western part of the crater. During the two nights I stayed, I observed a small area of red-glowing material in the south-western corner of the crater, the same area where the gas is emitted ».

The report includes quite a good number of photos as well as a video:

http://www.oysteinlundandersen.com/Volcanoes/Krakatau/Anak_Krakatau-Volcano-March-2013.html

El Hierro: ça secoue vraiment beaucoup! // El Hierro is still shaking a lot !

drapeau francais   La sismicité reste élevée ce matin à El Hierro. 54 secousses ont été relevées au moment où j’écris cette note. 32 d’entre elles étaient supérieures à M 3 et 3 événements atteignaient 4,3, 4,4 et 4,6, à des profondeurs de 17 et 18 km. Certains séismes ont été ressentis sur les autres îles. Les épicentres ont tendance à se diriger vers le sud, ce qui explique peut-être la plus grande profondeur des hypocentres. Ils se situent encore loin de la côte, ce qui réduit leur impact sur l’île.

Cette situation montre que l’on a affaire à une intrusion magmatique très prononcée. Reste à savoir si le magma parviendra à se frayer un chemin jusqu’à la surface ! Pour le moment, la perspective d’une éruption est faible au vu de la profondeur globale de la sismicité.

 

drapeau anglais   Seismicity is still high at El Hierro. 54 quakes have been recorded so far to day. 32 of them were above M 3, with 3 events reaching M 4.3, 4.4 and 4.6 at depths of 17 and 18 km. Some of these events can be felt on other islands. Epicentres are a little more to the south today, which may explain the deeper hypocenters. They are still far enough out of the coast to weaken the earthquake impact on the island.

This situation reveals a strong magma intrusion but nobody knows whether magma will manage to reach the surface. For the moment, the prospect of an eruption is low as global seismicity is very deep.

Vidéo du Fuego de Colima (Mexique) // Time lapse video of Fuego de Colima (Mexico)

drapeau francais   En cliquant sur le lien ci-dessous, vous verrez une vidéo qui montre en accéléré l’activité du Fuego de Colima entre le 27 et le 28 mars 2013.  On observe encore des explosions accompagnées de nuages de cendre ainsi que des avalanches de blocs incandescents sur les flancs du volcan.

http://vimeo.com/62885359

 

drapeau anglais   By clicking on the link below, you will see a time lapse video showing activity at Fuego de Colima volcano between March 27th and 28th 2013.  We can see explosions producing ash plumes as well as incandescent rockfalls on the flanks of the volcano.

http://vimeo.com/62885359

Photo du Paluweh (Petites Iles de la Sonde / Indonésie)

drapeau francais   La NASA a mis en ligne une photo du Paluweh  (aussi appelé Rokatenda) prise depuis l’espace le 26 mars 2013 par le satellite Earth Observing-1. L’image confirme le dernier bulletin du VAAC de Darwin qui indiquait que les panaches de gaz et de cendre du volcan montaient jusqu’à 3 km d’altitude avant de s’étirer sur plusieurs dizaines de kilomètres.

 

drapeau anglais   NASA has released a photo of Paluweh volcano (also called Rokatenda) taken from space on March 26th, 2013 by the Earth Observing-1 satellite. The image confirms VAAC’s last report that indicated that the ash and gas plumes emitted by the volcano reached 3 km a.s.l. before drifting over several tens of kilometres.

Paluweh-blog

Avec l’aimable autorisation de la NASA