Nevado del Ruiz (Colombie): Augmentation de l’activité sismique / Increase in seismic activity

drapeau francais   Dans son dernier bulletin sur le Nevado del ruiz, l’INGEOMINAS indique que l’on observe actuellement une hausse de l’activité. En particulier, on observe une augmentation de la sismicité depuis le début du mois de mars ? Cette sismicité révélait des fracturations de roches sous l’édifice volcanique. Les événements, d’une magnitude inférieure à M2, étaient localisés dans le secteur du cratère Olleta, à une profondeur de 2 – 4,5 km. D’autres événements sismiques ont révélé des mouvements de fluides sous le cratère Arenas.

Le niveau d’alerte est maintenu à la couleur Jaune (niveau III).

Les services d’urgence dans les bourgades de Villamaria, Chinchina and Palestina, proches du Nevado del Ruiz, sont prêtes à intervenir si la situation venait à évoluer.

 

drapeau anglais   In its latest report about Nevado del Ruiz, INGEOMINAS indicates that the volcano tends to currently increase its activity. In particular, there has been a rise of seismicity early in March, associated with the fracturing of rocks within the volcanic edifice. The events (with a maximum magnitude of M2) were located in the area of the Olleta Crater at depths between 2 and 4.5 km. More events revealing movements of fluids were recorded at the Arenas Crater.

The alert level remains at yellow (III)

The emergency committees in the municipalities of Villamaria, Chinchina and Palestina, close to the volcano, are activated and ready to handle any emergency.

Nevado-del-Ruiz-2

Le Nevado del Ruiz vu depuis l’espace  (Avec l’aimable autorisation de la NASA)

Nouvelle approche des chambres magmatiques // A new approach of magma chambers

   Des chercheurs de l’Université de Bristol (Grande Bretagne) ont publié dans le Journal of Geophysical Research les résultats d’une nouvelle étude censée aider les scientifiques dans la compréhension des processus de formation des chambres magmatiques et le déclenchement des éruptions. La recherche a été financée par le Conseil Européen de la Recherche.

C’est bien connu : à l’issue des éruptions les plus violentes, il peut se produire l’effondrement du couvercle qui se trouve au-dessus du réservoir magmatique qui vient de se vider. Il se forme alors une dépression appelée caldeira. Il s’agit de l’un des événements les plus dévastateurs sur Terre car il menace les zones habitées à proximité et peut avoir un impact sur le climat de la planète.

L’étude, réalisée par deux étudiants du département des Sciences de la Terre de l’Université de Bristol, montre que les chambres magmatiques susceptibles de provoquer des éruptions donnant naissance à des caldeiras se développent probablement plus rapidement et avec une montée de magma initiale plus faible qu’on le pensait jusqu’à présent.

L’idée la plus répandue jusqu’à aujourd’hui était que seule une augmentation progressive de l’alimentation magmatique pouvait former la chambre magmatique de grande envergure nécessaire au déclenchement d’une forte éruption entraînant la formation d’une caldeira.

Contrairement à cette hypothèse, les modélisations informatiques réalisées par les chercheurs montrent que cette formation n’est guère possible avec une alimentation magmatique progressive. Cette alimentation doit augmenter très fortement et presque instantanément, en tout cas beaucoup plus fortement que la normale, pour donner naissance à un volumineux réservoir magmatique.

Si cette hypothèse se vérifie, il sera vraiment difficile de prévoir de telles éruptions volcaniques dans la mesure où les signes annonciateurs tels que la déformation du sol ne pourront être détectés que très peu de temps avant le début de l’éruption.

Source: The Post (This is Bristol).

 

   Researchers from Bristol University in Great Britain have unveiled in the Journal of Geophysical Research the results of a new study which is supposed to help scientists to understand magma chamber processes and volcanic eruption timing. The research was funded by the European Research Council (ERC).

It is well known that violent eruptions can lead to collapse of the solid lid above the drained magma reservoir and create a depression called a caldera. They are among the most devastating natural processes on Earth, threatening not only nearby settlements but also impacting upon the global climate.

The study by two students in Bristol’s School of Earth Sciences shows that magma chambers required for caldera-forming eruptions might grow faster and with less initial magma input than previously thought. Indeed, it was previously believed that a gradual increase in the magma input could form a large magma chamber which is necessary prior to a big caldera-forming eruption. However, the researchers’ numerical models show that this is quite difficult with a continuously rising magma influx. Instead, the magma input has to increase drastically and almost instantaneously above the background magma flux in order to create a big magma reservoir.

If such a hypothesis is confirmed, it will increase the difficulty of making volcanic eruption forecasts because precursors of an eruption such as ground deformation would be detectable just shortly before an eruption.

Source: The Post (This is Bristol).

Crater-Lake

Caldeira de Crater Lake (Etats Unis)   [Photo:  C. Grandpey]